Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'image de la France en Espagne (1808-1850)

 | 
Jean-René Aymes
, 
Javier Fernandez Sebastian

Préface

Jean-René Aymes

A la mémoire du professeur Manuel Tuñón de Lara qui nous avait fait l’honneur et le plaisir d’assister à la première session du colloque, le 1.er décembre 1995.

Texte intégral

1Cet ouvrage s’inscrit dans la suite naturelle de celui coédité par les Publications de la Sorbonne Nouvelle et l’Institut de Culture Juan Gil-Albert d’Alicante, qui portait sur L’image de la France en Espagne pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle.

2Ledit ouvrage était issu du colloque qui s’est tenu à Paris —précisément au Collège d’Espagne de la Cité Internationale Universitaire— en décembre 1993. Il comportait une préface dont une partie sera reprise ici, mot pour mot, puisqu’elle avait pour objectif de faire connaître la nature et la finalité de la « Jeune Équipe » de recherche universitaire appelée CRODEC (Centre de Recherche sur les Origines de l’Espagne Contemporaine).

3Ce groupe de recherche créé par le professeur Jean-René Aymes est animé par plusieurs professeurs hispanistes de l’Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle. L’une de ses originalités tient à sa composition bipartite : en effet, il comporte, aux côtés d’un certain nombre de « thésographes » et d’hispanistes d’universités françaises de province, une quinzaine de spécialistes connus, appartenant à des universités d’Espagne principalement, mais aussi d’Amérique du Nord. La collaboration scientifique et amicale qu’ils ont bien voulu apporter s’explique naturellement par l’intérêt qu’a suscité auprès d’eux le projet élaboré par le CRODEC.

4Il s’agit, au plan général, de conduire une étude sur l’Espagne de la seconde moitié du XVIIIe siècle et de la première moitié du XIXe selon un point de vue systématiquement comparatiste, dans un double sens : l’Espagne face à (ou vue par, ou depuis) la France, et la France face à (ou vue par, ou depuis) l’Espagne. La participation des collègues espagnols, établis ou non en Espagne, s’imposait dès lors.

5Au cours de la première phase de ses travaux, le CRODEC s’est proposé d’étudier le jeu des influences et des modèles, la nature des contacts, des conflits et de l’« image de l’autre » (du pays voisin, en l’occurrence) entre l’Espagne et la France, de 1750 à 1850.

6Le CRODEC, dont la « durée administrative de vie » ne peut excéder quatre ans, avait programmé l’organisation de deux colloques se rapportant au même sujet, mais concernant deux époques succesives : la seconde moitié du XVIIIe siècle tout d’abord, puis la première du XIXe siècle.

7C’est ainsi que, dans un Paris rendu chaotique par de vastes mouvements sociaux, a pu se dérouler, dans des conditions défavorables, les 1er et 2 décembre 1995, partie au Collège d’Espagne, partie dans l’« antique » Sorbonne, le second colloque du CRODEC. Il a été précédé par une table ronde sur Adoption et rejet des modèles français dans l’Espagne du XIXe siècle, à laquelle ont participé les professeurs Jean-François Botrel, Antonio Elorza, Alberto Gil Novales et Leonardo Romero Tobar.

8Les membres parisiens du CRODEC ont de bonnes raisons de saluer ici les bienfaiteurs de cette « Jeune Équipe » qui, pour suivre, devra unir ses forces à un autre groupe de recherche de l’Université de Paris III. Ces bienfaiteurs du CRODEC, dont l’aide a été précieuse, voire décisive, et à qui Jean-René Aymes exprime sa plus vive reconnaissance, sont les suivants : Madame Carmina Virgili, directrice (maintenant honoraire) du Collège d’Espagne, Monsieur José Antonio Martinez de Villarreal, Conseiller Culturel de l’Ambassade d’Espagne à Paris, les professeurs Javier Corcuera Atienza et Javier Fernánde²z Sebastián, de l’Université du Pays Basque, les responsables et le personel administratif des Presses de la Sorbonne Nouvelle et les membres du Conseil Scientifique de l’Université de Paris III.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540