Version classiqueVersion mobile

Éclats des vies muettes

 | 
Aurélie Adler

Deuxième partie. Des éclats de soi

Annie Ernaux : émiettement et consolidation du sujet auctorial

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Je ne pratique pas l’écriture de soi », déclare Annie Ernaux68 lorsqu’on lui demande si la nature de ses textes est d’ordre autobiographique. Cette réticence à l’égard du genre autobiographique rapproche les récits d’Ernaux des narrations de Marguerite Yourcenar. Si l’on met à part le fossé stylistique qui sépare ces deux écrivains, on remarque des analogies dans la conception du « moi » et dans la mise en cause du paradigme autobiographique traditionnel. Comme Marguerite Yourcenar, Annie Ernaux décentre le sujet en regard des figures de l’ascendance, mais aussi en regard du contexte historique, géographique et social dans lequel il naît. Évoquant La Place dans un entretien avec Isabelle Charpentier, Ernaux explique que :

[…] le classement dans l’autobiographie est beaucoup trop restreint : dans La Place, j’évoque la trajectoire sociale de mon père, non d’un personnage fictif, certes, mais justement parce que je m’attache aux différentes « places » qui ont été les siennes et non au...

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search