Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éclats des vies muettes

 | 
Aurélie Adler

Deuxième partie. Des éclats de soi

Autobiographie, autofiction, récit de filiation

Texte intégral

  • 1 Viart, Dominique, Vercier, Bruno, La Littérature française au présent. Héritage, modernité, mutati (...)
  • 2 Ibid.
  • 3 Lejeune, Philippe, Le Pacte autobiographique, Paris, Seuil, 1975, nouv. éd. 1996, coll. « Points E (...)

1Dans La Littérature française au présent, Dominique Viart et Bruno Vercier dressent le constat d’une démultiplication des « récits de filiation » depuis le milieu des années 19801. Les récits d’Annie Ernaux, Pierre Bergounioux et Pierre Michon participent de l’épanouissement de cette forme d’écriture de soi tournée vers les figures parentales. Du travail centré sur « l’intériorité », spécifique à l’autobiographie, le narrateur de ces récits remonterait aux figures de « l’antériorité », selon Dominique Viart2. Comme en témoignent les exemples cités par le critique (Fils de Doubrovsky, Enfance de Sarraute), le genre du récit de filiation se présente non seulement comme une forme dérivée de l’autobiographie, mais aussi comme une forme au statut ambigu, mêlant récit factuel et éléments fictionnels, comme dans l’autofiction. Autobiographie et autofiction ont fait l’objet de définitions différentes. En ce qui concerne l’autobiographie, nous retiendrons la définition proposée par Philippe Lejeune dans Le Pacte autobiographique. Pour Lejeune, l’autobiographie constitue un « récit rétrospectif en prose qu’une personne réelle fait de sa propre existence, lorsqu’elle met l’accent sur sa vie individuelle, en particulier sur l’histoire de sa personnalité »3. Les contraintes génériques qui ressortent d’une telle formule semblent, au premier abord, identiques à celles qui président au récit de filiation. La contrainte formelle du récit en prose, la contrainte énonciative (identité nominale entre l’auteur, le narrateur et le personnage) et la contrainte liée à la perspective du récit rétrospectif sont également présentes dans le récit de filiation, à ceci près que l’auteur-narrateur n’est pas toujours présent en tant que personnage, mais cède la place aux figures de l’ascendance. En effet, la contrainte thématique – « l’accent sur sa vie individuelle », « l’histoire de sa personnalité » – fait l’objet d’un déplacement : la synthèse du sujet est supplantée par la biographie parentale. L’accent n’est plus porté sur la trajectoire individuelle, mais, à un niveau antérieur, sur la destinée des figures anciennes. Il s’agit donc, pour l’auteur du récit de filiation, de réinventer, à partir de traces infimes, l’histoire familiale afin de remonter aux sources de sa propre genèse. C’est à partir de cette reconstruction que se nouent, à notre sens, des liens entre récit de filiation et autofiction. Cette appellation, que l’on doit à Serge Doubrovsky, trouve son origine dans la « case aveugle » laissée par la classification des récits autobiographiques proposée par Lejeune. En effet, certains récits de soi proposent paradoxalement une identification onomastique entre auteur et personnage tout en concluant un pacte fictionnel.

  • 4 Jeannelle, Jeans-Louis, « Où en est la réflexion sur l’autofiction ? », in Genèse et autofiction, (...)
  • 5 Jeannelle, « Où en est la réflexion sur l’autofiction ? », art. cité, p. 29.

2En effet, dans l’autofiction à la manière de Doubrovsky, la reformulation subjective, poétique, des événements l’emporte sur le réel. Entrecroiser vérité et fiction afin d’informer un sujet qui demeurera néanmoins opaque, ou tout du moins partiellement inaccessible, dans la mesure où le jeu du langage dissimule et révèle simultanément : telle semble être la définition de l’autofiction. Pour autant, on voit mal en quoi le sujet de l’autobiographie ne serait pas victime de cette duplicité du langage et atteindrait, contrairement au sujet de l’autofiction, une certaine vérité. Si Rousseau prétend toucher à une vérité constitutive de son identité, il n’en adapte pas moins la vérité des faits à ses propres interprétations. Ce qui différencie Rousseau de Doubrovsky, c’est la reconnaissance, chez le second, du mensonge inhérent au langage. L’autofiction semble dès lors constituer un genre mal identifiable, comme l’a montré Jean-Louis Jeannelle dans un article éclairant4. Traçant la synthèse des différents travaux portant sur l’autofiction, le critique montre que, faute de renseignements complémentaires susceptibles de verser le genre du côté de l’autobiographie (éléments factuels avérés) ou de l’autofiction (éléments entièrement inventés), ce qui est en jeu, c’est la « coprésence d’indices contradictoires »5 dans le récit.

3Les données et les enjeux de l’autofiction caractérisent, à certains égards, le récit de filiation. Bien qu’ils s’efforcent (ou feignent de s’efforcer) de mettre des garde-fous à leur propension à romancer, Ernaux, Michon, Bergounioux accordent une place importante à la réécriture fictive des vies de leurs ascendants. Conscients que la trahison se loge dans les signes, ils ne se fient pas moins, en dernier recours, à ces signes pour dresser le récit généalogique, et, par-là, réinventer la genèse du sujet. Ce parallélisme entre autofiction et récit de filiation fait en outre valoir la dimension fantasmatique de l’écriture. Le sujet de l’autofiction ne cesse de se fabuler dans son récit rétrospectif. Le sujet du récit de filiation, lui, est guetté par la tentation d’affubler ou de dédoubler ses ancêtres de prédicats, de discours ou même d’identités narratives fictives. Cette déformation de l’autre, dans le récit de filiation, met en évidence le caractère foncièrement réflexif des figures familiales. En effet, dans le récit de filiation, les figures de l’ascendance fonctionnent comme autant de miroirs à partir desquels se réinvente le sujet. Là encore s’établissent des liens avec la psychanalyse lacanienne. On sait que Jacques Lacan décrit le « stade du miroir » comme un moment formateur du « je » du nouveau-né. C’est en découvrant l’image de son corps dans le miroir et la différence entre l’autre et soi que l’enfant parvient à se constituer en tant que sujet à part entière. Si l’on importe ce processus réflexif à l’écriture de soi, on constate que, dans le récit de filiation, le temps de la diégèse renvoie à une époque où l’enfant n’est pas encore né ou vient de naître. L’écrivain remonte à un temps où il s’agit d’édifier son image en fonction des images renvoyées par ses ancêtres. Les figures familiales sont autant de figures de soi en minuscule auxquelles répondraient, fût-ce pour souligner ou contester l’identité possible entre l’un et l’autre, des figures de soi en marge. Les aïeux composent ainsi des versions multiples et diffractées d’un sujet scindé, privé d’unité, pris dans un devenir ; mais leur taille indique aussi que ces miroirs de soi sont réduits ou réducteurs : le sujet ne saurait se connaître pleinement à travers ces images possibles de soi. Le jeu de l’identique – « parlant de lui, c’est de moi que je parle », dit le narrateur des Vies minuscules à propos de Roland Bakroot – se brise, accuse des différences irréductibles, et fait apparaître, par là même, un sujet autre dans les marges – au-delà ou en deçà de l’image réfractée par le miroir de l’aïeul. Inversement, le récit de filiation émarge le sujet de l’autobiographie traditionnelle, ne cesse de le dissoudre dans le temps, en remontant à des origines inaccessibles.

  • 6 Nous renvoyons à notre article, « Devenirs du modèle autobiographique yourcenarien », in Les Diago (...)

4Ce décentrement du sujet de l’autobiographie n’est pas propre à nos auteurs. Marguerite Yourcenar fait déjà part de ses réserves à l’égard du genre traditionnel de l’autobiographie, refusant à sa trilogie, Le Labyrinthe du monde, l’appellation d’« autobiographie »6. Au lieu de retracer les étapes de sa formation, elle recompose la vie de ses ascendants, glissant dans le portrait de ces autres les éléments d’un autoportrait. Mais, sous couvert de prendre ses distances avec la toute-puissance du moi narcissique de l’autobiographie traditionnelle, Yourcenar ne cesse de mettre en avant son autorité en réécrivant la légende familiale de manière à corriger au mieux le palimpseste légué par les ancêtres.

5Les récits de vies de Pierre Michon, Pierre Bergounioux et Annie Ernaux se rapprochent et se distinguent de l’entreprise autobiographique yourcenarienne, de ses enjeux et de ses paradoxes, par plusieurs aspects. Ils obéissent à cette dynamique de décentrement du moi en regard des figures généalogiques. Ils sont porteurs des changements qui affectent la notion d’individu au XXe siècle. Le terme « individu », qui vient étymologiquement d’individum, signifie « insécable ». Il désigne dès lors un moi stable, fort, entier. Cette conception de la subjectivité connaît son apogée de Rousseau au romantisme. Fort de sa sincérité et de son intégrité morale, l’individu isolé se dresse en porte-à-faux contre les règles d’une société aliénante. Ce motif rousseauiste devenu topos romantique se trouve toutefois ébranlé par les différents courants des sciences humaines qui concourent à révolutionner la notion d’individu au XXe siècle – psychanalyse freudienne, structuralisme linguistique, ethnologie, sociologie. L’individu ne constitue plus une monade originale, indépendante des autres, mais se voit au contraire soumis à des déterminismes objectivables ou inconscients, désagrégé derrière des structures auxquelles il obéit plus ou moins passivement. Cet éclatement du moi tout-puissant porte atteinte à la conception du personnage, comme on l’a vu précédemment. Il touche également directement à l’énonciation auctoriale. Comment se donner ou croire à une voix personnelle, authentique et transparente à elle-même, lorsqu’on se sait dépendant de normes, d’habitus, de références héritées des autres ? Comment donner naissance à l’auteur, interroge implicitement le narrateur des récits de filiation ?

6Tandis que les récits yourcenariens remodèlent sans scrupule l’histoire des ascendants, les récits des vies muettes mettent au contraire en avant des incertitudes énonciatives. Traversés de doutes, conscients des lacunes de l’histoire familiale et des impasses de l’autobiographie classique, les récits de Michon et de Bergounioux montrent que le « moi » ne saurait se ressaisir complètement. Pour ces auteurs, le sujet ne peut s’énoncer de manière transparente, comme l’avait pensé et voulu Rousseau dans ses œuvres autobiographiques. Ces parts d’ombre disent l’impossibilité de compléter le tableau de soi à travers les autres. Les minuscules de l’ascendance permettent donc aux auteurs d’échapper à la fiction d’une transparence de soi à l’autre et de soi à soi. Ils montrent que les autres sont partie intégrante du moi dès l’origine, mais ils indiquent aussi que le sujet ne peut se connaître que par facettes. Si ces figures favorisent l’émargement de la croyance en un individu moderne autonome, elles trahissent aussi l’inquiétude des auteurs de ces récits : comment émanciper le « je » en regard des autres dont la présence peut être éprouvée comme une aliénation ; comment faire entendre sa propre voix d’auteur quand on ne parle plus qu’à partir de voix empruntées ?

7Miroirs morcelés, facettes du sujet en négatif, les minuscules et marginaux des récits de vies mettent en évidence une identité d’auteur en retrait, s’inscrivant dans les marges, sur les côtés tranchants des différents éclats déformants réfractés par les personnages croisés au fil de la narration. Les auteurs des récits de vie parviennent-ils à dépasser ce morcellement, à tracer une synthèse de soi, ou renoncent-ils au contraire à la formulation d’une identité sûre d’elle-même ? Les figures à l’origine du récit engendrent-elles un surcroît de connaissance ou au contraire un dessaisissement de soi ? Qu’il s’agisse des récits de filiation ou des récits de vies anonymes et marginales plus ancrées dans le quotidien, nos auteurs doivent faire face à des problématiques similaires. L’autre – le minuscule de l’ascendance, l’anonyme du métro, le démuni en souffrance – renvoie à soi, sur le mode de l’analogie ou de l’écart radical. À chaque fois se joue une mise en question de l’identité du sujet auctorial, tiraillé entre recollection et effritement, mise à distance des autres et effacement par identifications multiples.

Notes

1 Viart, Dominique, Vercier, Bruno, La Littérature française au présent. Héritage, modernité, mutations, Paris, Bordas, 2005, p. 76.

2 Ibid.

3 Lejeune, Philippe, Le Pacte autobiographique, Paris, Seuil, 1975, nouv. éd. 1996, coll. « Points Essais », p. 14.

4 Jeannelle, Jeans-Louis, « Où en est la réflexion sur l’autofiction ? », in Genèse et autofiction, Jean-Louis Jeannelle, Catherine Viollet (dir.), Louvain-la-Neuve, Bruylant Academia, 2007, p. 17-37.

5 Jeannelle, « Où en est la réflexion sur l’autofiction ? », art. cité, p. 29.

6 Nous renvoyons à notre article, « Devenirs du modèle autobiographique yourcenarien », in Les Diagonales du temps. Marguerite Yourcenar à Cerisy, Bruno Blanckeman (dir.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 301-316.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540