Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éclats des vies muettes

 | 
Aurélie Adler

Première partie. Des figures brisées un changement d'ère culturelle

Des figures brisées par un changement d’ère culturelle

Texte intégral

  • 1 Bergounioux, Pierre, La Fin du monde en avançant, Fata Morgana, 2006, p. 24.

1« Derniers représentants d’une heure immobile et d’un lieu séparé, nous sommes les premiers à avoir rallié la marche de l’humanité sur les routes du monde. De là l’étrange porte-à-faux où nous sommes placés. Les choses auxquelles nous sommes attachés parce qu’elles nous ont faits ce que nous sommes, ont disparu tandis que ce qui, paraît-il, se produit, reste sans répondant, sans écho véritable dans nos âmes ombreuses et nos cœurs surannés. »1 Ce constat mélancolique dressé par Pierre Bergounioux dans La Fin du monde en avançant résume l’expérience d’une génération d’écrivains qui a connu les grandes mutations de la modernité dans la dernière moitié du XXe siècle. D’Annie Ernaux à Pierre Michon, de Pierre Bergounioux à François Bon, c’est une même cassure entre le passé et le présent qui se trouve à l’origine du récit littéraire. De leur province ou de leur milieu social d’origine, ces auteurs ne conservent que d’humbles reliques, des outils glanés dans une casse, des bribes qui marquent, par leur inutilité même, le changement d’ère culturelle. Alors qu’à la fin du XIXe siècle, l’illumination rimbaldienne – « Que les oiseaux et les sources sont loin ! / Ce ne peut être que la fin du monde, en avançant » – disait la fascination, mêlée d’ironie et d’effroi du poète face au spectacle de la modernité en marche, l’écho renvoyé par Bergounioux, plus d’un siècle après, entérine le drame d’une rupture avec les « sources » sans nuances et sans frein. Le passé d’une époque révolue semble n’ouvrir sur aucun avenir pensable, si ce n’est une fin paradoxalement plus étendue encore. Le dénouement est impossible, le passé hante toujours un présent inconsistant, semble nous avertir l’auteur de La Toussaint.

2Si le sujet des récits de Bergounioux se représente le présent sous les signes de la ruine, c’est qu’il a vu s’effondrer le monde des terroirs, avec la modernisation des années 1960. Le Limousin de La Toussaint, la Creuse des Vies minuscules et la Normandie de La Place renferment les figures « minuscules » d’un passé perdu. Hors d’atteinte, les habitants de ces territoires en désaffection reviennent hanter le présent du sujet, puisqu’ils semblent lui commencement ont été reniés en raison de leur relégation sociale (Michon, Ernaux) ou de leur situation géographique, en marge du « temps » (Bergounioux). En délaissant ses attaches aliénantes, le sujet s’est émancipé, mais s’est du même coup retranché à jamais du passé. À défaut de raviver la mémoire des anciens, l’écrivain peut toutefois en constituer l’archive. Du monde du commencement, il s’efforce de répertorier les traces en vue « de s’engendrer du passé », selon l’expression de Michon dans Vies minuscules [VM, p. 73]. « Archiviste » d’un monde qu’elle a vu s’éteindre avec ses parents, Ernaux tente de ressaisir les rites et les usages des « dominés ». La Place et Une femme poussent ainsi l’enquête généalogique jusqu’à ses ancêtres paysans en Normandie.

  • 2 Augé, Marc, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil, coll. «  (...)

3Plus ancrés dans le présent, les récits de François Bon mettent en avant les territoires laissés en marge de la modernisation. Les villes encaissées des « pays perdus », pour reprendre le titre de Pierre Jourde, renvoient la même détresse que les banlieues et les non-lieux des villes modernes. L’existence des laissés-pour-compte de Lodève (C’était toute une vie) ne diffère pas de celle des marginaux croisés dans les gares des grandes métropoles. Comme François Bon, Annie Ernaux collecte les traces d’une mutation historique dans le monde moderne. Pour ces deux auteurs, le souci du réel est indissociable d’une prise de conscience d’une perte de la mémoire et d’une faillite des liens communautaires. Les anonymes et les marginaux des journaux extimes d’Annie Ernaux – Journal du dehors, La Vie extérieure – et des romans de François Bon – Un fait divers, C’était toute une vie, Prison – traduisent la bascule d’un univers stable à un monde flottant. Les individus, en proie à la dérive des transports urbains, deviennent des figures de l’anonymat emblématiques de ce qu’on pourra nommer, suivant la définition qu’en propose Marc Augé, la « surmodernité ». Dans Non-lieux, Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Augé distingue en effet la « surmodernité » de la modernité en montrant que la perception des sociétés contemporaines s’est transformée du fait d’une surabondance événementielle, d’une démultiplication des espaces et d’un accroissement des références individuelles. Les représentations des faits et des lieux deviennent plus instables, les repères de jadis indéfinis. Exemplaires de ces mutations, les « non-lieux » inventoriés par l’anthropologue – autoroute, carrefour, aéroport, grande surface – « créent de la contractualité solitaire »2 : le lieu qui rappelait à l’individu son histoire, sa place et son identité culturelle se dissout ici, vouant le sujet à l’accomplissement d’un objectif précis (circuler/consommer), à l’expérience de l’anonymat et de la similitude avec l’autre. Ces travaux nous semblent éclairer l’univers des récits d’Annie Ernaux et de François Bon. Ces écrivains plantent en effet le décor de leurs récits dans ces « non-lieux », ce qui semble motiver l’effacement des personnages romanesques proprement dit.

  • 3 Braudel, Fernand, L’Identité de la France, Paris, Arthaud, 1986/Paris, Flammarion, 1990.

4Cette dissolution des singularités individuelles dans les foules anonymes des non-lieux n’empêche pas Ernaux ou Bon de configurer une représentation de la communauté nationale, sous une forme discontinue, segmentée, qui se fait par là même problématique. Il semble en effet que les figures minuscules et marginales mises en scène dans les récits des vies muettes déclinent dans une certaine mesure des « identité(s) de la France », si l’on peut se permettre de mettre au pluriel le titre de la célèbre de la somme de Fernand Braudel3. L’étude de l’historien des Annales paraît recouper, par ses constats mélancoliques, ces récits de vie, à commencer par ceux de Bergounioux. En s’appuyant sur de multiples champs de savoirs, Braudel retrace une cartographie de la diversité française en train de décliner au moment où il compose son livre. À moindre échelle, Bergounioux travaille à se faire le témoin exhaustif d’un terroir spécifique – la Corrèze – en train de disparaître. Lecteur de Braudel, Bergounioux paraît partager le point de vue nostalgique de l’historien face à la fin des terroirs. L’étude de Braudel nous semble tout aussi éclairante si l’on veut recontextualiser la rupture à laquelle se réfèrent Michon et Ernaux. Si ces deux auteurs ne se font guère les chantres nostalgiques des folklores anciens, ils tentent toutefois de redonner forme et valeur à un ordre perdu, tenu pour négligeable dans la grande Histoire de la nation. Ils se font eux aussi témoins d’un univers en voie de disparition.

  • 4 Braudel, L’Identité de la France, op. cit., p. 105.
  • 5 Bergounioux, La Fin du monde en avançant, op. cit., p. 53.
  • 6 Mendras, Henri, La Seconde Révolution française, 1965-1984, Paris, Gallimard, 1994 [1988], p. 30.
  • 7 Ibid., p. 30.

5De la France des « pays » minuscules, célébrée pour sa richesse et sa diversité, chez l’historien des Annales, on passe à une France marginale à l’échelle mondiale. D’une représentation de la communauté nationale unie autour de valeurs communes avant Mai 1968, on passe à l’éclosion de microcommunautés au sein du même pays. On aurait pourtant tort de faire de la France pré-moderne des campagnes un pays solidarisé par les seuls principes de la nation. Au contraire, les terroirs de la France pré-moderne se distinguent les uns des autres par des codes, des usages et des références micro-communautaires. Ces différents « folklores » désagrègent dès lors l’idée d’une identité nationale forte. Ce qui s’effondre avec la modernisation, conçue comme une phase d’accélération de l’histoire, c’est peut-être moins le mythe d’une nation unie, que le mythe de ces communautés ancestrales soudées par le respect de traditions héritées d’âge en âge. C’est précisément cette diversité des régions françaises qui donne à la nation sa grandeur, dans la prose d’un Braudel, mais aussi d’un Bergounioux. Et c’est en regard de cette richesse perdue dans l’élan de la modernisation que se déploie une réflexion entre analyse scientifique et lyrisme nostalgique chez ces deux auteurs. Dans un chapitre de L’Identité de la France consacré à l’espace, Braudel commente ainsi le changement de vitesse dans les déplacements entre la France d’hier et d’aujourd’hui : « Hier, leur lenteur était telle que l’espace emprisonnait, isolait. La France « hexagonale », unité de très médiocre grandeur à l’échelle actuelle, était encore un espace immense, qui n’en finissait pas de dérouler ses routes et ses obstacles. »4 La France rurale, faite de petits bourgs renfoncés dans un paysage accidenté accuse bel et bien un « retard économique tenace »5 sur le reste du monde jusqu’en 1945. La stabilité paysanne, encouragée par les gouvernements successifs jusqu’en 1950, « paraissait le meilleur fondement de l’équilibre de la nation et le meilleur soutien du pouvoir », explique le sociologue Henri Mendras6. Si bien qu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la France est le plus « paysan » des pays industrialisés. Or, en l’espace de quarante ans, la France s’est urbanisée, « l’économie française a fait sa mutation industrielle et la société française a perdu sa base paysanne »7. C’est précisément cette base qui forme le terrain d’investigation de l’historien des Annales, Fernand Braudel.

  • 8 Braudel, L’Identité de la France, op. cit., p. 9.
  • 9 Ibid., p. 13.
  • 10 Sur la critique de la méthode des Annales comme déni de l’événement (conflit historique et social) (...)

6Désireux d’atteindre les couches profondes de « l’identité de la France », l’historien met en application des méthodes d’analyse modernes, empruntées au structuralisme de Lévi-Strauss, pour dégager les invariants d’une société en train de disparaître. Dans les pages introductives de L’Identité de la France, Braudel déclare sa passion pour la France, en se référant à Michelet, tout en prenant soin de tenir cette passion à l’écart de ses raisonnements. Ce qu’il met en avant, en revanche, c’est la dimension scientifique de son ouvrage. Le discours de l’historien doit mobiliser et intégrer l’ensemble des savoirs issus des renouvellements des sciences humaines pour rendre compte, de la manière la plus exhaustive, de l’identité de la nation. Le point de vue de l’historien doit se dégager des affects et adopter le point de vue de l’ethnologue étudiant une civilisation désormais « enfouie » : « Je tiens à parler de la France comme s’il s’agissait d’un autre pays, d’une autre patrie, d’une autre nation »8. Braudel cherche ainsi à mettre au jour les grandes structures et les invariants qui règlent l’identité de la nation sur la longue durée. Il s’agit ainsi d’abandonner « l’histoire-récit », qui sacrifie à l’événement, au profit d’une « autre forme d’histoire, inscrite dans de plus longues durées, qui permet de dégager les invraisemblables accumulations, les amalgames et les surprenantes répétitions du temps vécu, les responsabilités énormes d’une histoire multiséculaire, masse fantastique qui porte en elle même l’héritage toujours vivant, le plus souvent inconscient, et que l’histoire profonde découvre à la façon dont la psychanalyse, hier, a révélé les flux de l’inconscient. »9 Ce programme « totalisant » naît implicitement de la prise de conscience anxieuse d’un changement irréparable. Le rejet de l’événement est symptomatique, chez Braudel, d’une peur à l’égard de toute forme de bouleversement. La prédilection pour l’étude du temps immobile traduit la volonté de conjurer l’apparition de l’Autre dans le Même10. Le souvenir traumatique de la guerre explique en partie ce choix de l’étude des longs cycles au détriment de l’histoire événementielle. Mais c’est aussi le refus de considérer le présent tel qu’il se manifeste à partir des années 1960, car il détruit cela même que Braudel prend pour objet d’étude. À la fin de son ouvrage, l’historien répertorie les « grands chambardements » qui affectent la France rurale. Son discours laisse alors échapper l’émotion qu’il voulait contenir dans ses analyses :

  • 11 Braudel, L’Identité de la France, op. cit., p. 1080-1082.

Tous ces chocs ont peu à peu poussé l’économie paysanne ancienne à sa catastrophe. […] Dans mon village meusien, en 1980, lors de mon dernier passage, il n’y avait plus qu’un cheval, comme à la retraite, chez un de mes vieux cousins. La précipitation des échanges a favorisé partout les régions déjà privilégiées et fait basculer les plus pauvres dans le néant. Une France du vide, de la désertion s’est étendue d’elle-même, laissant l’espace aux broussailles et aux sangliers…
J’arrête là mes remarques sur le chambardement, sur sa brusquerie désordonnée, après 1945. […] je crois que l’ancienne France paysanne a survécu grâce à son labeur, à sa sagesse, à son aisance relative dans un pays tout de même favorisé. Je me reprocherais, en vérité, de céder en la regardant à un certain crève-cœur, alors que le maintien des anciens équilibres ne peut apparaître, rétrospectivement, sur le plan de la logique et de la sagesse, que comme une solution raisonnable. […] Tout n’est peut-être pas nouveau dans la France nouvelle d’aujourd’hui.11

  • 12 Ibid., p. 17.

7Cet extrait illustre le va-et-vient entre expression lyrique du désarroi et volonté de rationalisation. La « continuité » érigée en maître mot jusque dans le changement évident imposé par la modernisation accélérée de la France trahit la dénégation de la rupture induite par l’événement. Or, c’est précisément cette rupture qui se trouve au fondement des récits des vies muettes. Comme Braudel, Bergounioux, Michon et Ernaux sont soucieux de dégager les invariants d’une France disparue, en s’appuyant, entre autres, sur les ressources des sciences humaines (histoire, géographie, ethnologie, sociologie). Comme lui, ils tentent de détecter et de suivre les « flux profonds du passé » dans le temps présent : « si le passé est séparé du présent par des obstacles de collines, des montagnes, des cassures, des différences, il a, pour le rejoindre, ses routes, ses chemins, ses infiltrations : il flotte autour de nous, nous y sommes englués »12. Attentif aux différentes pistes de lecture du territoire (économie, ethnographie, géologie) susceptibles d’établir une histoire synthétique, selon le vœu des fondateurs de l’école des Annales, Lucien Febvre et Marc Bloch, Braudel privilégie une étude du temps long, une plongée dans les strates du sol et des mentalités. Cette nouvelle manière d’écrire l’histoire hérite elle-même de Michelet qui distingue, dans la préface de L’Histoire de France, le goût de ses contemporains pour une part trop restrictive de l’Histoire et son intérêt pour une Histoire plus vaste :

  • 13 Michelet, L’Histoire de France, préface de 1869, citée par François Dosse, L’Histoire en miettes, (...)

L’histoire […] me paraissait encore trop faible en ses deux méthodes : trop peu matérielle, tenant compte des races, non du sol, du climat, des aliments, de tant de circonstances physiques et physiologiques. Trop peu spirituelle, parlant des lois, des actes juridiques, non des idées, non du grand mouvement progressif, intime, de l’âme nationale.13

8Matérialité et mentalités, au centre de la perspective micheletienne, sont les deux pivots autour desquels s’articulent les travaux de l’école des Annales. L’ouvrage de Braudel participe de ce renouvellement. Sans parler d’influence directe, il semble qu’on puisse déceler des convergences entre les modes d’investigation braudéliens et les récits de Bergounioux. L’analogie entre les analyses de l’historien et les tours réflexifs des récits de Bergounioux s’avère en effet plus frappante qu’avec les trois autres écrivains. Ni l’écriture ironique de Michon ni l’écriture plate d’Ernaux, dépouillée de lyrisme géographique, ne coïncident avec la démarche géographique chère à Braudel et Bergounioux. Pour ces deux auteurs, le creusement des strates du territoire favorise la représentation du passé.

9Le Carnet de notes de Bergounioux témoigne de cet héritage braudélien, comme le montre ce commentaire à propos de l’ébauche de La Mort de Brune :

  • 14 Bergounioux, Pierre, Carnet de notes, 1991-2000, Lagrasse, Verdier, 2007, p. 533.

Au-delà des figures chétives, tragiques que j’ai rappelées des rives du Léthé, c’est à l’histoire du monde que je touche, à la sourde pulsation de la longue durée, aux structures pluriséculaires de la production matérielle et des représentations collectives.14

10Or cette dimension historiographique s’accompagne, dès la phrase suivante, d’un point de vue à la croisée de l’ethnologie et de la sociologie, propre à mettre en évidence la fracture entre le passé et le présent :

  • 15 Ibid. p. 533.

C’est parce qu’ils ne pouvaient pas, ne savaient pas et, malgré cela, voulurent, que les hommes à qui je n’ai rien dit, quand nous vivions, et dont je parle, aujourd’hui qu’ils ne sont plus, furent malheureux, désespérément et moururent avant l’heure.15

11On voit bien ici ce qui distingue les travaux des Annales et les récits de Bergounioux. Alors que Braudel donne à sa méthode d’investigation un horizon scientifique, Bergounioux, comme Marguerite Yourcenar avant lui, la convertit en « détour » nécessaire pour atteindre et rassembler les parcelles disséminées du moi. Tandis que Braudel, proche de Michelet, vise un récit exhaustif, susceptible de reproduire l’Histoire sous la forme d’une somme ou d’une fresque, Bergounioux réduit le terrain d’enquête aux seules figures de l’origine. Si Bergounioux emprunte aux disciplines scientifiques tout un éventail de savoirs, c’est avant tout pour retrouver la trace et « réparer » les manques laissés par les aïeux brisés par l’absence de connaissances et de possibilités effectives de changement. À chaque fois, ce qui ressort de cet exercice de déchiffrement du passé, c’est le constat d’une rupture douloureuse entre une période enfouie dans l’impensé de l’histoire collective, et la conscience au présent d’une insatisfaisante réparation. En effet, l’écriture est associée à la mort et à la séparation chez Bergounioux. Ce qui n’a pu être déclaré du vivant des figures de l’ascendance trouve son expression dans une écriture du deuil impossible.

  • 16 Bergounioux, La Fin du monde en avançant, op. cit., p. 15.
  • 17 Bergounioux, Pierre, L’Invention du présent, Fata Morgana, 2006, p. 92.
  • 18 Lipovetsky, Gilles, L’Ère du vide. Essais sur l’individualisme contemporain, Paris, Gallimard, 198 (...)
  • 19 Sur ce point, voir l’essai de François Cusset, Le Grand Cauchemar des années 1980, Paris, La Décou (...)

12La séparation entre une France d’avant et une France d’aujourd’hui ne saurait dès lors être passée sous silence, puisque le sujet du récit en est le premier témoin, déchiré entre le monde des origines et le présent. « Nous sommes pareils à des ensevelis après que la terre a tremblé. Nous tâchons à nous extraire de la ruine d’un siècle », écrit encore Bergounioux16. C’est depuis l’effondrement d’un monde que le sujet tâche de remodeler les « figures dépassées qui s’obstinent »17 dans le présent. Comme l’historien, l’écrivain tâche d’endiguer les blessures provoquées par la rupture historique en s’appuyant sur les grands isochronismes des temps archaïques. « L’homme n’est pas si varié » écrit Michon, au détour de ses Vies minuscules. Mais ce qui se répète, dans les Vies de Michon et dans les récits de filiation de Bergounioux et d’Ernaux, c’est le divorce avec le monde des origines. C’est pourquoi nous envisagerons les figures des minuscules comme les ultimes représentants d’un monde touchant à sa fin. Rongés par le déclin des terroirs, les minuscules cèdent la place à de nouvelles figures, éclatées dans les villes nouvelles, les banlieues et les non-lieux. Il conviendra d’interpréter ces figures de la modernité et de la « surmodernité » comme les représentants d’une France minuscule d’un point de vue social, mais aussi d’un point de vue géographique. Ce qui faisait la spécificité des régions françaises et des modes de vie anciens se trouve détruit dans l’anonymat des villes. Le « désert gagne », « l’indifférence croît »18 déclarait Gilles Lipovetsky en 1983. Ces images véhiculées jusqu’à l’usure dans les dernières décennies du XXe siècle ont eu le mérite de mettre en évidence l’inquiétude croissante d’une population urbaine en constant mouvement, guettée par l’indifférenciation au moment même où ses membres accèdent à l’individualisation, arrachés à des lieux fixes et des repères communs. Ce changement dans la conception du temps, de l’espace et de la communauté est lié à la modernisation des années 60, et notamment aux événements de Mai 68. Nos auteurs font tous référence à ces années « révolutionnaires » de manière ambivalente. La singularité des terroirs, le renfermement de la province, loin d’être vécus comme une chance, ont été éprouvés comme des tares, comme l’affirme Bergounioux. Inversement, les années 1960 se sont présentées comme une opportunité offerte au sujet, une possibilité inédite de s’émanciper des conditionnements socio-historiques qui le rattachaient à une destinée fixée par la tradition. L’élan des années 1960 se voit ainsi constamment valorisé sous la plume d’un Bergounioux. Cependant, ce que l’œuvre tait, c’est la déception de l’écrivain au début des années 1970. Il est significatif que l’auteur se soit mis à écrire précisément au moment où il avait cessé de nourrir tout espoir dans un véritable changement politique. La fin de l’utopie révolutionnaire paraît ainsi initier un repli du sujet sur lui-même et sur son passé. L’ambition de l’écrivain n’est plus d’œuvrer en vue d’une émancipation collective en cautionnant l’utopie des jeunes intellectuels de gauche de l’époque, mais bien de travailler à infléchir le cours de son existence, à la remodeler par l’écriture. Ce contre quoi bute l’écriture de Bergounioux, comme d’autres auteurs de sa génération, tels les frères Olivier et Jean Rolin ou encore Antoine Volodine, c’est l’effondrement de l’utopie communiste et le triomphe de l’idéologie néolibérale. Le discrédit dans lequel tombent les États communistes à mesure que sont mis au jour sur la scène politique internationale les crimes perpétrés par des régimes dictatoriaux, favorise le désengagement progressif des intellectuels français19. Bergounioux est une figure exemplaire de cette retraite. Les promesses de 1968 déçues, c’est le monde présent, associé à une certaine globalisation et à une certaine standardisation des existences, qui devient objet de rejet pour un tel auteur, comme le rappelle le Carnet de notes.

  • 20 En 1996, Bourdieu dénonçait les présupposés de la pensée néolibérale en montrant qu’elle opérait « (...)

13Outre qu’il concourt à modifier la perception de l’espace et du temps, le phénomène de globalisation planétaire semble induire en effet une interchangeabilité des modes de vie mais aussi une inflation des frontières sociales. L’espace de l’extrême ouverture est aussi l’espace de la démultiplication des codes à déverrouiller et des barrières à franchir en exhibant des laissez-passer. En l’absence de telles autorisations, l’individu se retrouve marginalisé, mis au ban de la foule d’usagers anonymes, « rouages » dociles d’un système sans visage. Il semble que cet « esprit désastreux du présent » ait poussé Pierre Bergounioux et Pierre Michon à retourner le cours du temps, afin de sonder le passé d’une époque révolue. Annie Ernaux et François Bon investissent au contraire les zones laissées hors-littérature, les friches et les non-lieux où se situe aujourd’hui le social, laissé à l’état de « rebut »20 par l’idéologie néolibérale qui gouverne désormais les rapports internationaux. D’une France des minuscules, on passe dès lors aux portraits éclatés d’une France socialement et géographiquement marginale, à l’échelle mondiale. Ce processus est d’autant plus sensible que chaque écrivain représente sur le plan des formes littéraires cette tension d’échelle et de position.

14Nous montrerons dès lors dans un premier temps comment Pierre Michon, Pierre Bergounioux et Annie Ernaux reconstituent à travers la réinvention des « minuscules » de la province natale le portrait d’une France archaïque, séparée du sujet dans l’espace et dans le temps, et par là même empreinte de mythologies. Puis nous verrons comment les anonymes et les marginaux des récits de vie de François Bon, d’Annie Ernaux, mais aussi de Pierre Michon disent la bascule irréparable de la modernisation. Là encore, il s’agira de mettre en évidence la dimension symbolique de ces figures morcelées de la fin du XXe siècle.

Notes

1 Bergounioux, Pierre, La Fin du monde en avançant, Fata Morgana, 2006, p. 24.

2 Augé, Marc, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil, coll. « La librairie du XXe siècle », 1992, p. 119.

3 Braudel, Fernand, L’Identité de la France, Paris, Arthaud, 1986/Paris, Flammarion, 1990.

4 Braudel, L’Identité de la France, op. cit., p. 105.

5 Bergounioux, La Fin du monde en avançant, op. cit., p. 53.

6 Mendras, Henri, La Seconde Révolution française, 1965-1984, Paris, Gallimard, 1994 [1988], p. 30.

7 Ibid., p. 30.

8 Braudel, L’Identité de la France, op. cit., p. 9.

9 Ibid., p. 13.

10 Sur la critique de la méthode des Annales comme déni de l’événement (conflit historique et social) et naturalisation de l’idéologie portée par la modernisation capitaliste, on se référera à l’ouvrage de Kristin Ross, Rouler plus vite, laver plus blanc, Modernisation de la France et décolonisation au tournant des années soixante, Massassuchets Institute of Technology, 1995, traduit par Sylvie Duranti, Abbeville, Paris, 1997, Flammarion, 2006, coll. « Le temps immobile », p. 248-276.

11 Braudel, L’Identité de la France, op. cit., p. 1080-1082.

12 Ibid., p. 17.

13 Michelet, L’Histoire de France, préface de 1869, citée par François Dosse, L’Histoire en miettes, Des Annales à la « nouvelle histoire », Paris, La Découverte, 2005 [1987], p. 89.

14 Bergounioux, Pierre, Carnet de notes, 1991-2000, Lagrasse, Verdier, 2007, p. 533.

15 Ibid. p. 533.

16 Bergounioux, La Fin du monde en avançant, op. cit., p. 15.

17 Bergounioux, Pierre, L’Invention du présent, Fata Morgana, 2006, p. 92.

18 Lipovetsky, Gilles, L’Ère du vide. Essais sur l’individualisme contemporain, Paris, Gallimard, 1983, p. 50 et 55.

19 Sur ce point, voir l’essai de François Cusset, Le Grand Cauchemar des années 1980, Paris, La Découverte, 2006.

20 En 1996, Bourdieu dénonçait les présupposés de la pensée néolibérale en montrant qu’elle opérait « une coupure radicale entre l’économique et le social laissé à l’écart, et abandonné aux sociologues, comme une sorte de rebut », in Contre-feux, Paris, Raisons d’Agir, 1998, p. 36. Ces constats sociologiques apparaissent bien comme l’une des sources des récits littéraires de François Bon, Annie Ernaux ou encore, dans la génération suivante, Yves Pagès.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540