Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éclats des vies muettes

 | 
Aurélie Adler

Introduction. Minuscule et marginal : émergence d’un paradigme

Texte intégral

  • 1 Buisine, Alain, « Biofictions », Revue des sciences humaines, Le Biographique, 224(1991), p.7-13.
  • 2 Gefen, Alexandre, Vies imaginaires : le récit biographique comme genre littéraire aux XIXeet XXesi (...)
  • 3 Viart, Dominique, « Essais-fictions : les biographies (ré)inventées »,in L’Éclatement des genres, (...)
  • 4 Fictions biographiques XIXe-XXesiècles, Anne-Marie Montluçon et Agathe Salha (dir.),Toulouse, Pres (...)
  • 5 Viart, « Essais-fictions : les biographies (ré)inventées »,art. cité, p.343.
  • 6 Montluçon, Anne-Marie et Salha, Agathe, « Introduction », in Fictions biographiques XIXe-XXesiècle (...)

1Depuis une dizaine d’années se sont développées d’importantes recherches sur les nouvelles formes du récit biographique en littérature contemporaine. « Biofiction »1, « vies imaginaires »2, « biographies (ré)inventées »3, « fictions biographiques »4 :la variété des expressions ne doit pas masquer un profond consensus critique quant à la littérarité de ces récits de vie. La critique entend différencier ces écritures biographiques littéraires des modèles traditionnels de la biographie française et des sommes biographiques anglo-saxonnes, en mettant l’accent sur leur caractère fictionnel. Cet imaginaire se déploie, d’après Dominique Viart, selon deux modalités : le refus de l’exhaustivité et la subjectivité assumée du biographe à l’égard des données factuelles. Ces deux critères d’identification mettent en évidence le « dialogisme critique »5 de ce type de texte. Interférences génériques, brouillages entre fiction et diction, entre le moi et l’autre, la biographie fictive contemporaine condenserait les amalgames génériques en un précipité textuel inédit. « Réduction de l’histoire collective au destin d’un individu, de la vie et de la personnalité d’un homme à quelques événements ou traits significatifs »6, les récits de vies imaginaires revendiqueraient le genre mineur et la partialité, affirmant ainsi les limites du savoir individuel, mais aussi le morcellement du sujet moderne.

  • 7 Foucault, Michel, « La Vie des hommes infâmes », in Cahiers du chemin, Paris, Gallimard, 1977, rep (...)

2À ces analyses esthétiques et anthropologiques s’ajoute un questionnement critique relatif à la portée éthique et politique de ces écritures au statut indécidable. « La Vie des hommes infâmes » de Michel Foucault, tout comme les Vies imaginaires de Marcel Schwob mettent déjà en avant un souci de réhabilitation des figures opprimées par le pouvoir et délaissées par l’Histoire. La reproduction et la transmission des « vies réelles[…] “jouées” »7 dans un corpus d’archives demeurées dans l’ombre ont donc pour fonction de réparer – par une écriture du tombeau – les oublis de la mémoire collective. Les textes se chargent dès lors d’une dimension politique.

  • 8 Voir la thèse de Sabrinelle Bédrane-Tsalpatouros, Les Recueils de récits brefs au tournant du seco (...)
  • 9 On songe à l’essai de Sylvaine Coyault-Dublanchet, La Province en héritage : Pierre Michon, Pierre (...)
  • 10 Blanckeman, Bruno, « Une axiologie historique pour le vingtième siècle : repérage des pôles », in (...)
  • 11 Ibid.
  • 12 Ibid.

3Les récits d’Annie Ernaux, Pierre Michon, Pierre Bergounioux et François Bon sont souvent convoqués dans ces travaux sur les formes contemporaines du biographique à titre d’exemples. Soucieuse d’identifier les héritages littéraires et de légitimer une démarche d’auteur en la réinscrivant dans l’histoire littéraire8, une première génération critique9 a consacré des études à ces écrivains suivant des approches combinant ou privilégiant l’une ou l’autre facette – esthétique, éthique ou anthropologique – du prisme méthodologique que nous avons déterminé. C’est que les chercheurs à l’origine de ces travaux fondateur sont repensé les acquis de la linguistique et de la poétique en fonction d’une référence – le Sujet, l’Histoire, le Réel – qu’avaient occultée les critiques formalistes. Ce faisant, ils ont contribué à légitimer des objets d’étude quelque peu négligés au cours des années1970. Cette réhabilitation du référent provient de l’observation d’une littérature en mutation au tournant des années 1980. Selon Bruno Blanckeman, cette période se caractérise par « une relance de l’activité créatrice, dans une direction ouvertement romanesque et autobiographique, selon une dynamique commune, à urgence narrative. »10 Si les récits de cette période manifestent en effet une pulsion narrative forte, il n’en demeure pas moins que leurs auteurs composent avec les leçons du soupçon : « l’interdit est devenu, par décantation, une contrainte, intégrée par la fiction avec un effet roboratif : elle lui permet d’éviter un double conformisme, l’un néomoderniste (la déprise du roman au nom de ses arbitraires), l’autre académique(l’occultation totale de ses artifices au nom de la transparence du conte) »11. Les récits d’Ernaux, Michon, Bergounioux et Bon participent de ce nouvel essor de la narration, tout en exposant les limites de l’illusion référentielle. Leurs récits traduisent une inquiétude anthropologique nouvelle. Ils s’inscrivent en effet dans une toile de fond aux allures d’apocalypse, tant la fin du second millénaire s’avère mouvementée. C’est qu’à mesure que l’on passe à une économie mondiale, les idéaux de gauche déclinent, les taux du chômage croissent et des angoisses biologiques inédites (sida, clonage) apparaissent. Les narrations de ces quatre auteurs réagissent à ce climat de crise, soit en interrogeant les fondations de la civilisation, soit en ouvrant des territoires jusqu’alors vierges d’investigation. Poussée à la fouille archéologique, comme à l’enquête sociale, l’écriture de ces récits interroge ses propres sources, se retourne sur ses contraintes et sonde ses possibilités. Conjointe à cette tension spéculative, la saisie du sujet, de l’histoire ou du réel ne doit pas être entendue comme un retour au statu quo ante. La littérature des années 1980 « suscit[e] son propre objet », plus qu’elle « ne le ressuscit[e] »12.

  • 13 Nous renvoyons à l’article d’Alexandre Gefen, « L’adieu aux exemples : sérendipité et inexemplarit (...)

4Les différentes pistes ouvertes par les premiers travaux de recherche sur Ernaux, Michon, Bergounioux et Bon montrent que ces écrivains incarnent exemplairement ces renouvellements de la narration aujourd’hui. Si nous les réunissons dans la présente étude, ce n’est pas pour conforter une reconnaissance universitaire déjà bien établie. Notre projet vise à articuler, enrichir et affiner les perspectives ouvertes isolément par les études existantes sur les récits de vie en les réorganisant à partir d’une problématique fondamentale qui relie ces quatre auteurs. La lecture des récits biographiques d’Annie Ernaux, Pierre Michon, Pierre Bergounioux et François Bon nous a en effet permis de faire ressortir une question commune, un fil conducteur susceptible d’éclairer et de comparer leur production littéraire respective : l’écriture des figures du minuscule et du marginal. Si ces figures – au sens de personnages – ont pu faire l’objet d’analyses séparées, sous forme d’articles ou de chapitres d’un essai, aucune étude d’ensemble n’a rassemblé ces quatre écrivains autour de ce point central de leurs démarches narratives. Plutôt que de partir de la macrostructure des récits, comme l’a souvent fait la génération critique qui nous précède pour des raisons pédagogiques, nous voudrions partir de la micro-figure au centre des récits de vie de nos auteurs. Vies minuscules, Miette, Une femme, C’était toute une vie : les titres mettent au premier plan une ou des « vies ». Ils font non seulement valoir le désir d’écrire à partir d’un sujet référentiel, mais ils accusent aussi la modestie du sujet – à tous les sens du terme. L’hypocoristique « Miette » (abréviation du prénom « Marie ») et l’absence de nom propre font d’emblée ressortir la condition infime d’un personnage féminin. L’indéfini et l’anonymat d’« une femme » choisis par Ernaux pour retracer la vie de sa mère rappellent l’humble épitaphe pour une inconnue du livre de François Bon « c’était tout une vie ». Dans l’un et l’autre cas, c’est une certaine humilité de la figure et de la manière de la narrer qui est mise en lumière. Cette modestie des figures est subsumée par le titre de Michon, Vies minuscules, c’est pourquoi nous avons repris ce qualificatif pour définir un paradigme. Le « minuscule »se présente comme le pendant exact de l’illustre, c’est l’individu quelconque, le « on » inexemplaire13 de l’anonymat de l’histoire. Nous lui ajoutons le qualificatif de « marginal ». La récurrence de cette figure socio-référentielle dans les récits des vies muettes – particulièrement dans les livres d’Ernaux et Bon – supposait qu’on la distingue du « minuscule ». Car ce personnage implique la mise en jeu d’une éthique et d’une poétique spécifiques. Si l’on tient compte du sème spatial que comporte un tel terme, on verra son sens s’élargir, et son spectre s’étendre à l’ensemble de notre corpus. Le « marginal » se rapporte à tout ce qui se tient en retrait d’un espace (géographique, social, littéraire) où se définissent les normes culturelles, sociales, idéologiques dominantes. Comme on le voit, le repérage de ces figures socio-référentielles nous permet d’emblée de questionner les modalités de l’écriture chargée de les narrer. Si nous substantivons les adjectifs « minuscule » et « marginal », c’est pour souligner le caractère polysémique de nos figures. Il ne s’agit pas simplement de renouer avec une approche thématique du personnage. Car, de notre point de vue, la figure n’est qu’un point de départ à partir duquel on peut induire un système de représentation minuscule et/ou marginal inédit, propre aux récits composés au tournant des années 1980.

  • 14 Voir Rabaté, Le Chaudron fêlé, op. cit., p.184-198, ainsi que la thèse d’Alexandre Gefen : Vies im (...)
  • 15 Entretien de Pierre Michon avec Daniel Delas et Tristan Hordé, Le Français aujourd’hui, n° 87 (sep (...)

5Il nous semble en effet que les figures du minuscule et du marginal ont valeur de paradigmes fondateurs d’une conception des catégories du récit et d’une perception du fait littéraire spécifiques à nos auteurs, mais possiblement extensibles à d’autres écrivains, comme à d’autres champs culturels (le champ artistique, le récit historique, l’enquête sociologique, notamment). Ces paradigmes décrivent l’une des modalités de cette « réinvention » de la littérature contemporaine, pointée par la critique universitaire depuis les années 1990. Carle couple minuscule/marginal touche non seulement à la représentation du personnage et du sujet auctorial, mais aussi à la figuration de l’histoire et du réel. Dans la lignée de l’art du singulier chez Marcel Schwob et de la promotion du biographème chez Roland Barthes14, nos auteurs édifient des récits brefs, une forme d’« épure du roman », « son minimum vital »pour reprendre les expressions de Michon15.

6Cette filiation est pourtant mise à distance dans les récits de vie des années 1980 pour deux raisons. Les « minuscules » et les « marginaux » ne peuvent se concevoir en dehors d’un contexte spatio-temporel particulier. Ils décrivent les effets de la modernisation des années1960, qui prend valeur de rupture singulière pour le sujet auctorial. Les minuscules chez Michon, Bergounioux et Ernaux sont associés à des origines provinciales perdues, dont il ne subsiste que des fragments. Ces auteurs sont unis par un deuil identique du territoire natif. Les marginaux des récits de François Bon et Annie Ernaux incarnent, quant à eux, les mutations sociales résultant des crises de la modernisation. Ces deux types de personnages engagent une réflexion sur des modes de vie, une économie et un lien social en voie de délitement. Cet ancrage historique précis exclut des écrivains qu’on pourrait rapprocher essentiellement à partir d’une question poétique. Si l’intérêt pour une communauté en voie d’éclatement unit ces quatre écrivains, le traitement de cette question diffère d’un auteur à l’autre. Il convient en effet de préciser que le double paradigme minuscule/marginal ne présente pas les mêmes caractéristiques d’un récit à l’autre. Si certains font le choix d’une écriture minuscule ou marginale, en homothétie avec leur sujet (« l’écriture plate » d’Ernaux, l’écriture écorchée de « défauts » de Bon), d’autres font au contraire le choix d’une écriture qui tire vers le majuscule (la « Belle Langue » chez Michon, le savoir encyclopédique chez Bergounioux), reproduisant, sur le plan stylistique, la trajectoire de leur émancipation culturelle. Ces distinctions énonciatives et poétiques ne doivent pas occulter une communauté d’enjeux génériques et ontologiques.

  • 16 Michon, entretien, idem.

7Les figures minuscules et marginales dans les récits d’Ernaux, Michon, Bergounioux et Bon engagent en effet une double opération de minusculisation des paramètres de la narration et/ou de marginalisation du romanesque, de son « fourre-tout encombré de digressions, de dialogues, d’effets de vérité où l’énonciation se perd »16. Loin de signifier l’assèchement de toute invention ou de toute fiction, le manque au fondement des identités du « minuscule » et du « marginal » est la forme par laquelle nos auteurs interrogent, s’approprient, condensent, altèrent et mettent en pièces l’héritage et l’histoire du littéraire. Si les figures manifestent l’empreinte du doute hérité des avant-gardes, elles indiquent aussi des formes de germination et d’expansion de la littérature, annexant ou suscitant des territoires-foyers de la matière narrative. Le pluriel du titre de Michon signale une prolifération : la forme réduite est une incitation à la retouche, à la reprise, à la démultiplication. Le nombre conséquent des ouvrages de nos auteurs témoigne de cette dynamique plurielle du minuscule. Quant au marginal, il faut le concevoir comme capacité du récit à réfléchir ses propres finitions, la qualité de ses modes d’énonciation, la justesse d’une diction. Il décrit ainsi une manière de se situer dans l’ombre du roman, tout en « rognant » par leurs bords d’autres aires discursives : nos auteurs intègrent, distendent ou reproduisent partiellement des savoirs hérités des sciences humaines, tout comme ils sabotent ou détournent les discours véhiculés par les médias dominants.

8Il importe dès lors de penser les processus de réduction et d’émargement des modèles hérités ou des schèmes de représentation hégémoniques en constante tension avec le paradigme complémentaire du majuscule et du central. Ce couple renvoie à l’échelle et la place des valeurs culturelles – idéologiques, esthétiques – dominantes auxquelles se confrontent sans cesse nos auteurs. La mise en jeu de ces couples constituants dans les textes et les épitextes de Michon, Bergounioux, Ernaux et Bon ne comporte pas seulement des enjeux poétiques, elle implique également une transformation des représentations du fait littéraire, du rôle et de la place de l’écrivain dans l’espace social au tournant du XXIe siècle.

Éclats des vies muettes

9« Et nous, les petits, les obscurs, les sans-grades, /Nous qui marchions fourbus, blessés, crottés, malades, /Sans espoir de duchés ni de dotations, /Nous qui marchions toujours et jamais n’avancions. » Cette célèbre réplique de L’Aiglon, drame d’Edmond Rostand, rend compte de l’épopée napoléonienne du point de vue de la Vie il le Garde de l’Empereur. Loin de dénoncer les mauvaises conditions subies par les soldats, la tirade du grognard Séraphin Flambeau met en valeur la fidélité et l’héroïsme des troupes qui marchent dans l’ombre impériale. Car l’usure des « petits » et des « obscurs » atteste de leur histoire glorieuse : la légende dorée de Bonaparte les inclut, son prestige rejaillit sur eux. À mesure qu’elle anoblit les « sans-grades », la voix homérique de leur porte-parole populaire conforte les valeurs d’un mythe autour duquel tous communient. La pièce de Rostand paraît en 1900, autrement dit à une période où l’on considère que la nation et le peuple sont des acteurs majeurs de l’épopée nationale. Michel et, Hugo et Zola, pour ne citer que ces exemples, ont contribué à fortifier ces croyances. Lorsqu’Annie Ernaux, Pierre Michon, Pierre Bergounioux et François Bon commencent à écrire, au début des années 1980, le « peuple » n’existe plus en tant qu’idéal dans les représentations littéraires, car les mythes fédérateurs de la nation – mythes qui avaient changé de forme depuis Rostand, mais non de fonction – se sont effondrés.

10Comme les soldats évoqués par le personnage de Rostand, les figures populaires, inspirées de personnes réelles de Vies minuscules (Michon), d’Une femme (Ernaux), de La Toussaint (Bergounioux) ou de C’était toute une vie (Bon) sont « petits », « sans-grades ». Mais à la différence des « vieux de la Vieille », ces figures ont perdu toute forme de lustre et ne sauraient s’affirmer par un « nous » héroïque. Non qu’elles n’aient participé à des batailles. Ernaux, Michon et Bergounioux rappellent au cours de leurs récits comment parents ou grands-parents ont pris part à la Première ou à la Seconde Guerre mondiale. Cependant, cette participation à l’Histoire collective demeure en arrière-plan. S’il explique une certaine euphorie collective ou une mélancolie singulière des figures, selon que le souvenir des guerres ravive la joie d’une aventure partagée ou la douleur d’un deuil, le rôle joué dans l’Histoire n’est pas ce qui marque en priorité ces hommes « obscurs ». C’est bien plutôt le fait de ne pas avoir de mémoire ni même de voix dans l’Histoire qui les caractérise. Pierre Bergounioux, Pierre Michon, Annie Ernaux et François Bon s’intéressent à ces vies muettes, dans l’ombre des archives officielles et des lieux de mémoire de la nation. Ces vies en sourdine sont « minuscules », selon le qualificatif de Michon, parce qu’elles sont restées prisonnières de provinces archaïques, reculées, telles que la Normandie, la Creuse ou la Corrèze, inchangées depuis le XIXe siècle, voire depuis le néolithique, pour un Bergounioux. Elles le sont aussi, parce qu’elles s’écoulent dans la grisaille de l’anonymat, la banalité d’un quotidien ordinaire, socialement et culturellement « dominé », pour reprendre la terminologie bourdieusienne. Petits paysans, artisans, épiciers, ouvriers, caissier :ces différents corps de métier sont les lieux de fabrique du « minuscule » dans des récits tels que Miette de Bergounioux, La Place d’Ernaux, Un fait divers de Bon et bien entendu Vies minuscules de Pierre Michon. Mais ces vies sans autre histoire que la reproduction d’une geste pauvre, héritée de communautés invisibles (communautés régionale, villageoise ou familiale), ou pire, que la reproduction d’une geste mécanique, foncièrement aliénante, peuvent également basculer, déraper sur un versant plus « marginal » encore. Qu’elles choisissent volontairement de se soustraire aux normes partagées ou qu’elles subissent les nouvelles formes de l’exclusion sociale, les figures marginales, plus isolées que les minuscules, sont menacées d’un effacement aggravé. Au revers de toute légende nationale, ces personnages de l’ombre, figures de la dérive et de la déviance, défont les mythes anciens et les mythes modernes supposés fédérer les membres de la communauté. Elles apparaissent sous la plume de Pierre Michonau détour des Vies minuscules, mais aussi dans les journaux extimes d’Annie Ernaux (Journal du dehors et La Vie extérieure). Elles sont au centre des récits de François Bon (Un fait divers, C’était toute une vie, Prison).

  • 17 Les expressions entre guillemets sont d’Annie Ernaux, « À propos des journaux extérieurs : Entreti (...)

11Grisaille de l’anonymat, noirceur de la marge : ces expressions tendraient à confondre les figures du populaire que nous distinguons ici avec les personnages des romans de Céline. Nous infirmons pourtant ce rapprochement, en postulant dans notre titre que les vies invisibles se présentent sous le signe de « l’éclat » dans les récits qui nous intéressent. Nous accentuons la polysémie du terme en mettant le mot au pluriel. « Éclats des vies muettes » : la formule doit être entendue selon différentes acceptions sémantiques. Elle indique d’une part que les vies infimes et marginales ne se donnent que sur le mode de la bribe, du détail ténu. Le fait que le texte puise sa source dans le souvenir de personnes réelles – figures parentales, visages croisés dans les transports en commun, figures des faits divers ou des ateliers d’écriture – explique cette réduction des ressources textuelles. Les archives manquent pour reconstituer le parcours d’une vie. Les écrivains ne peuvent en saisir que des « éclats de réel » d’un passé enfoui ou d’« un présent insaisissable dans sa totalité »17. Cette restriction a des conséquences sur la syntaxe narrative, sur le plan de la construction du personnage, comme sur le plan de l’intrigue. Le moule du personnage populaire forgé par les romans du XIXe siècle est fêlé dans les récits des vies muettes. Si l’histoire et les portraits sont tronqués, c’est parce que le narrateur met en évidence l’oubli personnel et collectif qui cerne les vies muettes. Cette brisure de l’identité du narratif rend compte, sur un plan plus ontologique, de l’impuissance et de l’échec qui grèvent ces identités narratives, prisonnières d’un destin aliénant. Il renvoie également à la blessure intime d’un narrateur s’éprouvant dans la distance ou le deuil impossible de ses figures. La rupture entre l’un et les autres trouve son expression dans les cassures – portraits segmentés, lignes interrompues de l’histoire et rythmes heurtés – de la narration. Elle s’exhibe en outre dans le refus de donner libre cours à l’imaginaire romanesque. Le risque d’appesantir ou de trahir les figures en les chargeant d’un surpoids pittoresque, misérabiliste ou populiste, pousse nos auteurs à instruire le procès de l’illusion référentielle. En composant des récits réfractaires aux conventions romanesques, nos auteurs rendent également compte de l’impact sur la composition de leurs figures des années 1960, période au cours de laquelle triomphent les expérimentations de l’avant-garde en littérature et le structuralisme dans les sciences humaines. Le personnage romanesque, entité pleine, dotée d’une cohérence réaliste, est doublement atteint par ces renouvellements esthétiques et scientifiques. Rendre compte de la trajectoire des figures minuscules et marginales revient dès lors à s’exposer à un double handicap. À la pauvreté des traces s’ajoute l’épuisement du personnage paradigmatique de l’écriture réaliste. Si nos auteurs manifestent bien le désir de réinscrire au plus juste des sujets dans une histoire – désir qui a pu paraître frappé d’interdit par les écrivains du « Nouveau Roman » et de Tel Quel –, ils doivent le faire en prenant en considération les avertissements des avant-gardes et les bouleversements épistémologiques introduits par la psychanalyse, la philosophie, la nouvelle histoire et la sociologie. Ce qui reste du personnage, comme nous le montrons dans un premier chapitre, ce sont dès lors les fragments linguistiques et iconiques d’une histoire, les résidus d’une psyché insondable, des pièces ténues à partir desquelles il devient impossible de reconstituer totalement un puzzle avec conviction.

12Mais les éclats ne doivent pas être considérés sous le seul angle de l’entrave poétique. Le terme signale au contraire que la mise en forme littéraire des vies muettes est précisément ce qui les « décape », leur confère une légitimité nouvelle, un lustre inédit. Or ce nouvel éclat des figures provient précisément de leur défaut. Nos auteurs inventent une « légende » – au sens étymologique et au sens courant –des minuscules et des marginaux à partir de leurs restes matériels d’une part, mais également des débris du personnage romanesque. La restriction de la part d’invention correspond aussi à une condensation ou une densification de la matière romanesque. Les figures composites qui ressortissent d’un tel procédé ne sont pas les fruits d’une simple opération de recyclage. Ils sont bien plutôt les témoins d’une régénération des identités narratives. Il s’agit bien de « donner une vie seconde », comme le dit Bergounioux à propos des sculptures figuratives qu’il forge à partir des métaux trouvés à la casse. Cette nouvelle genèse confère à l’envers de la modernité l’épaisseur d’un mythe.

13Dans les textes de Bergounioux, Ernaux et Michon, les minuscules deviennent en effet les figures mythiques d’une origine duelle, tout à la fois lumineuse et obscure, segmentée et blessante, à jamais morcelée. Car la genèse est scindée par la double opération de déprise et de reprise d’un sujet déchiré. Les anonymes des journaux extimes d’Annie Ernaux renvoient comme les éclats d’un miroir aux figures des commencements : les corps et les paroles de ces personnages sans nom ravivent la douleur et la révolte à la source de l’écriture. Dans les récits de François Bon, les minuscules au présent sont des automates, figures mythiques de l’emprisonnement et de la mutilation sociale. Figures de l’enchantement archaïque à la source du récit, mais aussi figures dépressives de la désagrégation des idéaux progressistes, les minuscules et les marginaux exposent le double revers de la modernité qui les a suscités, en rejouent ou en démantèlent la légende sur un mode inversé.

14Ce processus paradoxal de refondation à partir des pages arrachées, éparpillées ou encore inachevées du roman perdu d’une communauté disparue ou déchirée répond, comme nous le montrons dans un second chapitre, à une nécessité intime – sentiment d’une dette à solder, désir de s’éprouver en regard des figures de l’antériorité ou de l’étrangeté. Dans le miroir fissuré des vies muettes se réfracte la figure d’un narrateur scindé, en surimpression ou en disjonction avec ses personnages. Les brisures des vies enfouies forment autant d’éclats d’un moi stratifié de couches successives qu’il importe à l’écrivain de déplier pour rendre compte de sa propre genèse auctoriale. Les éclats laissés par les minuscules et les marginaux ouvrent en effet une place importante à la voix du sujet. Les traces modestes semblent même requérir entièrement l’auteur, l’obliger à mener une réflexion sur l’écriture, à émettre des hypothèses fictives, à combler les vides de l’histoire qu’il désire ordonner. Ce faisant, il insère dans les trouées des vies les fragments d’un autoportrait. Il édifie en outre une posture d’écrivain dans les marges de ses figures, un écrivain soucieux d’« inscrire pour mémoire » ceux qui n’ont pas voix au chapitre. Cette volonté d’inscription peut répondre à un devoir éthique personnel, un contrat institué de soi à soi dans le secret, comme c’est le cas chez Bergounioux. Il peut revêtir également une forme plus spectaculaire, ou du moins plus politique, comme c’est le cas dans les textes d’Ernaux et Bon.

15Notre titre peut ainsi se comprendre dans un autre sens. Il ravive en effet l’expression : « faire un éclat », autrement dit se faire remarquer par une manifestation bruyante, par un scandale. Tel semble être en partie le projet de nature sociale d’Annie Ernaux et de François Bon : retourner la violence subie par les « dominés » contre le monde des « dominants »qui l’ignore. Dans les récits de ces deux auteurs inspirés des réflexions de Bourdieu dans La Misère du monde, les voix des minuscules et des marginaux sont scénarisées de manière à trancher avec les représentations admises, à contester l’ordre des discours policés en leur opposant les contre-vérités du vécu. Bon et Ernaux travaillent à reconfigurer ce que Jacques Rancière nomme le « partage du sensible », en introduisant dans les espaces réservés aux détenteurs du capital symbolique les voix qui en sont dépouillés.

16Sila minusculisation et la marginalisation des pièces maîtresses de la narration – le personnage, le Sujet, l’histoire – interrogent bien les discours récurrents sur la fin de la culture, nous verrons que loin d’en faire les synonymes d’une réduction du pouvoir de la littérature, Ernaux, Michon, Bergounioux et Bon en font les leviers d’un discours sur l’histoire et les devenirs de la littérature. Dans tous les cas, les prises de position de ces auteurs dans le débat sur la fin attestent que les ruines supposées du récit fortifient la littérature, comme nous le montrons dans le dernier volet de ce volume. Reste à savoir si cette fortification est conçue comme un encerclement jusqu’à l’étranglement du goulot littéraire, ou s’il s’agit de bâtir l’espace d’une communauté à venir du littéraire toujours plus illimité. Nous prolongeons ces réflexions en nous interrogeant sur la place, les stratégies et les critères de légitimation de nos auteurs dans le champ littéraire aujourd’hui. Car le coup d’éclat décrit peut-être encore le coup d’État, le « putsch » par lequel Michon rêve de forcer les portes de la grande « Littérature ». Il dit aussi l’ambition et la réussite de l’écrivain « minuscule », parvenu à s’imposer en maître dans le champ littéraire après ce qu’il nomme « l’exploit » des Vies minuscules. On trouve une ambition similaire dans les textes de Bergounioux, Ernaux et Bon. L’éclat engage une certaine posture et une politique de l’énonciation, toutes deux relayées par des scénographies auctoriales singulières. En esquissant une sociologie de l’écrivain, nous tentons de mettre au jour les failles de ceux qu’on a désormais pris l’habitude de statufier. Il ne s’agit pas pour nous de contester l’adjectif « majuscule » qui pourrait leur être accolé, ni de remettre en cause le caractère incontournable, c’est-à-dire central de leur production littéraire. Il nous importe davantage de reconstituer l’image de l’écrivain à partir de ses dynamiques de travail, plutôt que dans la fixité induite par son éventuelle canonisation.

Notes

1 Buisine, Alain, « Biofictions », Revue des sciences humaines, Le Biographique, 224(1991), p.7-13.

2 Gefen, Alexandre, Vies imaginaires : le récit biographique comme genre littéraire aux XIXe et XXe siècles, UniversitéParis3, 2004et aussi « Vie imaginaire et poétique du roman au XIXe siècle. La notice biographique de Louis Lambert », Littérature, 128 (décembre 2002).

3 Viart, Dominique, « Essais-fictions : les biographies (ré)inventées »,in L’Éclatement des genres, Marc Dambre et Monique Gosselin-Noat (dir.), Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2001, p. 331-345.

4 Fictions biographiques XIXe-XXe siècles, Anne-Marie Montluçon et Agathe Salha (dir.),Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2007.

5 Viart, « Essais-fictions : les biographies (ré)inventées »,art. cité, p.343.

6 Montluçon, Anne-Marie et Salha, Agathe, « Introduction », in Fictions biographiques XIXe-XXe siècles, op. cit., p. 21.

7 Foucault, Michel, « La Vie des hommes infâmes », in Cahiers du chemin, Paris, Gallimard, 1977, repris dans Dits et écrits, Paris, Gallimard, NRF, coll. « Bibliothèque des sciences humaines », 1994, t. 3, (1976-1979), p.240.

8 Voir la thèse de Sabrinelle Bédrane-Tsalpatouros, Les Recueils de récits brefs au tournant du second millénaire (1980-2005). Hybridité, multiplicité, généricité, Université Paris 3, 2006, et la thèse de Mathil de Barraband, Pierre Bergounioux, François Bon : la connaissance à l’œuvre. Essai d’histoire littéraire et de poétique générique, Université Paris 3, 2008.

9 On songe à l’essai de Sylvaine Coyault-Dublanchet, La Province en héritage : Pierre Michon, Pierre Bergounioux, Richard Millet, Genève, Droz, 2002 ; à l’essai de Laurent Demanze, Encres orphelines. Pierre Bergounioux, Pierre Michon, Gérard Macé, Paris, Corti, 2008 ; mais aussi à l’étude d’Élise Hugueny-Léger, Annie Ernaux, une poétique de la transgression, Bern, Peter Lang, 2009 (Modern French Identities, 82). On pense également à des ouvrages plus didactiques et généraux sur l’œuvre tels que les ouvrages de Dominique Viart, Vies minuscules de Pierre Michon, Paris, Gallimard, coll. « Folio », Foliothèque, 2004 ; François Bon : étude de l’œuvre, Paris, Bordas, coll. « Écrivains au présent », 2008 ; ou encore à l’essai de Francine Dugast-Portes, Annie Ernaux : étude de l’œuvre, Paris, Bordas, coll. « Écrivains au présent », Paris, 2008.

10 Blanckeman, Bruno, « Une axiologie historique pour le vingtième siècle : repérage des pôles », in Le Temps des lettres. Quelles périodisations pour l’histoire de la littérature française du XXe siècle, Michèle Touret et Francine Dugast-Portes (dir.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001, p. 78.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Nous renvoyons à l’article d’Alexandre Gefen, « L’adieu aux exemples : sérendipité et inexemplarité de la littérature moderne », in Littérature et exemplarité, Emmanuel Bouju, Guiomar Hautcœur et Marielle Macé (dir.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2007, p.260-261 ; ainsi qu’à la troisième partie du livre de Dominique Rabaté, « D’un romanesque sans roman », in Le Chaudron fêlé. Écarts de la littérature, Paris, Corti, 2006, p. 179-256.

14 Voir Rabaté, Le Chaudron fêlé, op. cit., p.184-198, ainsi que la thèse d’Alexandre Gefen : Vies imaginaires, op. cit.

15 Entretien de Pierre Michon avec Daniel Delas et Tristan Hordé, Le Français aujourd’hui, n° 87 (septembre 1989), p. 79.

16 Michon, entretien, idem.

17 Les expressions entre guillemets sont d’Annie Ernaux, « À propos des journaux extérieurs : Entretien d’Annie Ernaux avec Marie-Madeleine Million-Lajoinie », in Annie Ernaux, une œuvre de l’entre-deux, Fabrice Thumerel (dir.), Arras, Artois Presses Université, 2004, p. 264.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540