Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chances du roman, charmes du mythe

 | 
Marie-Hélène Boblet

Quatrième partie. Intertextualités et interculturalité : vers le roman de demain ?

Sylvain Trudel, la genèse d’une mythologie ?

Jean-Pierre Thomas

Texte intégral

1On reconnaît à Jean-François Lyotard d’avoir proclamé, un peu après le milieu du XXe siècle, que les grands récits fondateurs n’ont plus cours et que, par voie de conséquence, les mythologies sont périmées, ce qui a entraîné certains sociologues des religions à poser l’hypothèse selon laquelle ces récits immémoriaux auraient été remplacés par des micromythologies mieux à même de rendre compte des bouleversements de portée restreinte qui marquent désormais nos sociétés. Les nouveaux récits seraient plus appropriés pour traduire les aspirations limitées d’individus coincés dans un univers à la fois trop réduit pour permettre la concrétisation de projets utopiques et tellement immense qu’il donne un sentiment d’absurdité. Une telle posture a évidemment un impact sur les modes d’expression choisis par les créateurs, ce qui se reconnaît à la facture que prennent notamment les œuvres de la littérature. Si l’on suit la direction de pensée proposée par Lyotard, les arkhè, qui ont longtemps sous- tendu les mythes ancestraux, auraient été remplacés par des motifs à valeur réduite. Pour recourir à un exemple que j’explorerai au cours des prochaines pages : le parcours typique de la quête du héros ne se déclinerait plus que sous des formes tronquées.

2L’œuvre de l’écrivain québécois Sylvain Trudel fournit de ce point de vue matière à réflexion. Les héros mis en scène par l’auteur accomplissent un parcours redevable à de nombreux mythes. Pourtant, apparaissent çà et là des articulations qui confèrent une consistance singulière aux récits. Est-ce à dire que les mythèmes habituels disparaissent au profit de motifs dont l’effet consisterait à renouveler les mythes fondateurs ? Si oui, stipulera-t-on que l’ossature de base du mythe perd au change et que la conformation nouvelle nous éloigne du modèle, peut-être au point de le rendre méconnaissable ? Il s’agira ici d’observer une situation qui, selon le traitement réservé à certains canevas mythiques (la quête du héros, le mythe cosmogonique et l’établissement de figures divines), nous entraîne vers un renouvellement à tout le moins partiel des modèles traditionnels. Simples mythes littéraires ou véritable construction novatrice ? L’étude des romans Le Souffle de l’harmattan, Terre du roi Christian, Zara ou la mer Noire et Du mercure sous la langue (sans que je m’interdise de jeter un œil du côté de la production pour la jeunesse de Trudel) devrait permettre de poser quelques hypothèses valables.

Un parcours atypique

3Né à Montréal en 1963, Sylvain Trudel a entrepris des études universitaires en biologie, qu’il a rapidement abandonnées pour se consacrer exclusivement à la littérature. À partir de 1985, il commence à publier des romans et des nouvelles pour adultes, puis, à partir de 1995, des romans pour la jeunesse. Ce parcours en zigzags révèle un auteur frondeur, enclin à porter par le biais de ses personnages un regard critique sur la société. Il n’est d’ailleurs pas surprenant de retrouver dans les pages de ses œuvres plusieurs personnages marginaux, en inadéquation avec le monde, qui ne manquent toutefois pas de laisser pressentir une part de fantaisie leur ouvrant un univers sacré.

4Malgré la diversité de sa production, un trait précis parcourt l’œuvre de Trudel : l’attrait de celui-ci pour la mythologie. Nul besoin d’être expert pour reconnaître ici et là les traces d’un Icare ou d’un Gilgamesh. Plusieurs figures mythologiques sont du reste nommées délibérément. Fort de cet intérêt et d’une érudition manifeste en la matière, l’auteur a créé des espaces marqués par le muthos, où deux axes prédominent : d’un côté, Trudel puise aux sources gréco-romaines, héritage d’un système scolaire québécois resté longtemps à la remorque du cours classique, de l’autre, il s’inspire de la tradition judéo-chrétienne, qui a jusqu’à récemment frappé du sceau d’un rigorisme indéfectible la société québécoise. Cela dit, si des marques de mythes affleurent dans l’œuvre de Trudel, le spécialiste reconnaît des indices plus diffus de la présence de figures ou de thèmes mythologiques. Sans voir en Trudel un écrivain décidément novateur, force est de constater que son traitement de certains thèmes et figures mythologiques, mais aussi sa manière de travailler la trame de ses récits, sans nécessairement donner le coup d’envoi d’un système micromythologique, donnent des indications de ce que celui-ci pourrait être, dans les limites de l’aire québécoise évidemment.

Mythes d’hier

  • 568 Afin de répondre à un souci de clarté, les références aux œuvres de Trudel apparaîtront entre pare (...)

5Ulysse, Midas et le Christ, pour ne nommer qu’eux, sont donc ici clairement identifiables. La mythologie sert de toile de fond à la littérature de Trudel, les figures mythologiques de prédilection de l’auteur apparaissant au détour des pages avec régularité. De même, les forces affrontées par les héros prennent la plupart du temps la forme de créatures hybrides. Le héros du roman pour la jeunesse Des voisins qui inventent le monde donne un aperçu d’une reprise pure et simple d’un contenu mythologique, comme si Trudel ouvrait son dictionnaire de mythologie et en transmettait la teneur à ses lecteurs, adaptée à un contexte contemporain : Érik, adepte de jeux vidéos, s’adonne à son jeu préféré, Mythologia. Il doit endosser le rôle du héros pour secourir « la princesse Cunégonde, […] emprisonnée par un monstre au centre de la Terre ! » (V, 10)568 D’épreuve en épreuve, le garçon avance, affrontant des panthères à sept têtes, des éruptions de volcans ou le labyrinthe du Cyclope. Le personnage se juxtapose au traditionnel héros de mythologie. Visiblement, Trudel se passionne pour les mythes. Nonobstant, on s’aperçoit bien vite qu’il n’est pas disposé à récupérer ceux-ci sans leur faire subir des modifications parfois substantielles.

6Établir une nomenclature exhaustive des mythes présents dans les romans serait ici peu utile et n’apporterait que des informations convenues sur la teneur de l’imaginaire trudellien. Il m’apparaît plus bénéfique de mettre l’accent sur certains réseaux récurrents, révélateurs d’obsessions qui rendent compte d’une remise en question des récits traditionnels. L’auteur trace dans ses romans le portrait de personnages qui, comme le révèle le narrateur de Terre du roi Christian, « ne cro[ient] pas aux contes de fées » (T, 22). Une distance évidente est établie avec les récits du passé, le romancier réinscrivant les figures traditionnelles dans le quotidien. Frédéric, le personnage principal du Mercure sous la langue, affirme : « Pour moi, grand-maman, ton bon Dieu est un pauvre malade mental qui s’est inventé un fils condamné à […] renaître éternellement dans la paille dorée qu’on prend pour des rayons d’espoir. » (M, 62) Frédéric de comparer ensuite la Bible à un « almanach du peuple » (M, 91). Le récit initial perd de sa consistance sous la plume de Trudel.

  • 569 J. Campbell, 1978, Le Héros aux mille et un visages, Paris, Laffont, p. 36.

7Certaines figures prennent une teinte passablement différente de celle à laquelle nous ont habitués les mythologues. Du rapport de répétition, Trudel opère un glissement vers le rapport de relation, signe qu’il retravaille la matière mythologique à son gré. C’est particulièrement vrai dans le cas du traitement accordé au parcours du héros. Le mythologue Joseph Campbell a étudié la dimension initiatique de ce cheminement, qui conduit le néophyte à acquérir un savoir devant lui permettre, par une transformation radicale de son être, de s’intégrer à la société des adultes569. Pas de résultat de ce type ici, car le parcours fragmenté des héros conduit à un résultat final surprenant : ils connaissent l’échec. Le roman Terre du roi Christian présente une situation conflictuelle : un père refuse de voir son fils grandir, ce qui court-circuite l’initiation. Ce fils désireux de « vieillir d’un seul coup » (T, 40) décide de se raser le visage afin d’intégrer le monde des adultes, mais il se déchire tragiquement la lèvre, emblème de son échec. Le personnage connaît revers après revers et le narrateur relate, à peine la moitié du roman atteinte : « Luc s’étendit sur son lit et eut honte d’avoir échoué. Les mortifications ne l’avaient mené nulle part, il n’était pas mort à son corps et n’avait pas connu la purification de la renaissance. » (T, 91) Le savoir manque au personnage. Il lui manquera toujours. À la fin, une conclusion triste s’impose : « Sans la connaissance […], Luc n’était plus rien ; il n’appartenait plus à aucun peuple, il était […] un morceau de chair et d’os sans généalogie, une roche de trop sur cette Terre de Caïn. » (T, 175) L’identité falsifiée du personnage ne lui permet pas de se développer. Semblablement Frédéric est conscient du fait que « c’est dans l’épreuve qu’on vient vraiment au monde » (M, 69) ; il admet pourtant vers la fin de son parcours : « Je veux et je veux pas, je comprends tout et je comprends rien, je suis complètement perdu. » (M, 75) Dans Zara ou la mer Noire, le héros pressent d’emblée qu’il n’ira pas loin : « Je n’aurai donc rien accompli. […] J’éprouve des regrets : c’est donc qu’il est trop tard. La rancœur m’étrangle, car je me souviens d’un temps où tous les ciels s’ouvraient à moi. » (Z, 42) Les exemples pourraient être multipliés de quêtes manquées, faute de moyens.

  • 570 Je fais ici référence à la première version du roman, parue en 1986.
  • 571 J. Campbell, Le Héros aux mille et un visages, op. cit., p. 69.

8Évidemment, si la quête de ces héros respectait le schéma habituel mais se terminait par un échec, l’on pourrait convenir que Trudel cherche à communiquer un message un peu inhabituel. Cependant les étapes, même quand elles sont intégrées à la trame, ne concordent pas avec le modèle. Dans Le Souffle de l’harmattan, il faut attendre la page 50 d’un roman qui en compte cent quarante pour qu’une quête (au reste ténue) soit annoncée570. À la page 72, cette quête lacunaire semble déjà accomplie, sans toutefois qu’elle ait rencontré le succès, et l’intrigue s’enlise. Probablement cet état de fait incombe-t-il en partie au rôle concédé par Trudel à une figure-clé du parcours initiatique, celle du guide qui, selon Campbell, représente « l’influence bienveillante, protectrice, du destin571 ». Chez Trudel, le guide ne fait pas entièrement défaut, mais il n’est guère présent et n’a qu’un effet relatif. Dans Le Souffle de l’harmattan, malgré des appels répétés, le guide tarde à paraître. Et quand enfin il arrive, vers la fin du roman, c’est trop tard, il ne peut que proposer une énigme qu’il n’aidera pas les héros à résoudre. La véritable quête du roman se réduit à vrai dire à trouver un guide qui aiderait les personnages à s’engager dans l’initiation mais, comme ceux-ci passent de guide en guide sans en découvrir un qui leur convienne, la quête est bloquée. La fin de l’œuvre s’avère catastrophique : n’ayant pas été guidés, Hugues et Habéké connaissent un échec quasi total dans leur tentative de vaincre la mort. Dans Zara ou la mer Noire, le personnage principal refuse le savoir que lui offre le guide et il le quitte avant d’avoir appris quoi que ce soit (Z, 84). Situation semblable dans Terre du roi Christian où, dès l’incipit, le narrateur dévoile une vérité crue : « L’enfant sait qu’il doit être seul pour tout apprendre. » (T, 12) Ce qui manque à Luc, c’est pourtant un guide qui donne une direction à sa vie : « [Luc] rêvait au jour où quelqu’un l’aiderait à s’élancer sans crainte dans la vie, il attendait un père capable de l’emmener vers le milieu du monde. » (T, 56) Espoir vain que celui-là. Ce roman raconte certes l’histoire d’une initiation, celle d’un garçon sans âge qui n’est en paix ni avec lui-même ni avec le monde et qui, sans guide, est voué à errer sans fin. Quant au personnage principal du Mercure sous la langue, conscient d’entrée de jeu qu’il n’a aucune chance d’en réchapper, lui qui est atteint d’un cancer, il se coupe de toute aide.

9Force est de constater à travers ces quelques exemples que Trudel se situe par rapport aux traditions. Il récupère certains mythèmes qu’il modifie, redéfinissant en partie les mythes empruntés. Ainsi va la littérature de Sylvain Trudel : les personnages réactivent des mythes qu’ils ne peuvent vivre étant donné leur situation. Ces mythes ancestraux revivent-ils bien sous la plume de l’auteur, quitte à voir certains de leurs mythèmes prendre un tour saugrenu, ou ne disparaissent-ils pas plutôt au profit d’autres trames ? La réponse ne peut venir qu’à l’examen des traits singuliers que prennent quelques mythes obsédants retravaillés par Trudel.

Mythes d’aujourd’hui

  • 572 J.-F. Lyotard, 1979, La Condition postmoderne, Paris, Minuit, p. 63.

10Jean-François Lyotard prétendait donc à la fin des années 1970 que les récits ancestraux, formes du savoir traditionnel, ont « perdu [leur] crédibilité572 », que, dans nos sociétés occidentales postmodernes, les schémas traditionnels ont été remplacés. Par quoi, faut-il se demander. Nous avons vu dans les exemples tirés des œuvres de Sylvain Trudel que ce dernier, tout en se référant à des récits et à des figures mythologiques, semble se distancier des trames coutumières. Par quoi remplace-t-il les mythes immémoriaux ? Aussi épurée soit-elle, sa littérature raconte forcément quelque chose. Le sociologue des religions Guy Ménard affirme, en reprenant les thèses de Lyotard, que la postmodernité a donné lieu à

  • 573 G. Ménard, 1999, Petit traité de la vraie religion, Montréal, Liber, p. 151-152.

l’effritement des “ grands récits ” fondateurs – des grands mythes, donc, traditionnels ou classiques – au profit de nouveaux récits d’ampleur généralement beaucoup plus modeste (dans la durée sinon dans l’impact), éclatés, fragmentés dans la culture et […] largement composites573.

  • 574 J.-F. Lyotard, La Condition postmoderne, op. cit., p. 98. Alain Quesnel, évoquant un concept sembl (...)
  • 575 G. Ménard, Petit traité de la vraie religion, op. cit., p. 152-153.
  • 576 D. Jeffrey, 1998, Jouissance du sacré. Religion et postmodernité, Paris, Armand Colin, p.33.

11Ces « petit[s] récit[s] », selon l’expression de Lyotard574, que le sociologue des religions nomme micromythes, auraient la particularité de présenter « un caractère largement éphémère et fugace qui n’a plus grand-chose à voir avec la longévité souvent millénaire des anciens récits fondateurs575 » ; ils cristalliseraient l’intérêt de groupes limités. D’après Denis Jeffrey, tout produit de la postmodernité recèle « la capacité de tenir compte de l’irrationnel, du mystérieux, de la folle passion, en un mot, des limites de la raison576 », mais dans des perspectives plus restreintes que, par le passé, les grands récits.

  • 577 G. Durand, 1996, Introduction à la mythodologie, Paris, Albin Michel, p.190-191.
  • 578 R. Beaudoin, 1990, « Le chemin du milieu du monde », Liberté, Montréal, vol. 32, n° 3, p. 69.

12La figure du héros prend chez Trudel un contour particulier. Ni véritable héros ni antihéros, ce personnage est quasi invariablement un enfant qui refuse de s’intégrer à « l’adultère » (ainsi Hugues, dans Le Souffle de l’harmattan, nomme-t-il l’ère des adultes). Ce héros actualise certains traits de la figure héroïque type repérée par Gilbert Durand dans La Chartreuse de Parme de Stendhal577, notamment une naissance qui le prédestine à une fortune grandiose (G, 14), une double naissance (S, 13 ; R, 9 ; Z, 89 ; T, 25), des qualités surhumaines (É, 7, 13, 27, 34, 35), ce à quoi l’on peut ajouter une double ascendance (S, 31 ; Z, 66 ; T, 60) et l’exposition (S, 21 ; Z, 53 ; T, 50). Bien que, comme dans le roman Le garçon qui rêvait d’être un héros, il se fasse un modèle du héros « qui sauve […] la Terre » (G, 8), le personnage mis en scène par Trudel ne vise pas l’accomplissement d’exploits hauts en couleurs. Il s’agit d’un héros banal, considéré comme un être d’exception seulement parce qu’il accomplit des actions qu’il répugne à ses semblables d’exécuter, comme Luc qui se charge d’accoucher une jument (T, 119). Promis par les circonstances de sa naissance à une destinée exceptionnelle, il se contente de s’intégrer à sa peau. Le fait que quinze des seize romans de jeunesse de Trudel soient publiés chez l’éditeur La Courte Échelle dans la série « Des héros comme vous et moi » en dit long. L’incipit de L’ange de Monsieur Chose est révélateur : « Dans un immeuble très ordinaire d’une ville assez ordinaire vivait un homme bien ordinaire. » (A, 7) Le garçon qui rêvait d’être un héros affronte pour sa part des périls triviaux, rendus catastrophiques par son imagination d’enfant : « Il n’y a […] pas de biscuits dans le garde-manger. Ni de crème glacée dans le congélateur. Ni de sauce à la viande sur nos spaghettis. » (G, 31) La quête se trouve ici court-circuitée, dans ses causes comme dans ses conséquences. Le Graal recherché par Hugues n’est qu’un pauvre succédané, qui ne lui apporte aucune satisfaction. Dédaignant l’ère des adultes, ces héros entreprennent de la remplacer par les lubies de leur imagination. Leur refus de s’adapter à la quête type traduit leur impossibilité de revivre l’un des grands récits par excellence – peut-être parce que Trudel a compris que, cette quête ne correspondant plus aux réalités de l’époque, il importe de la remplacer. Comme le pressent Réjean Beaudoin, Trudel aurait cherché dans ses romans à « conjurer le mythe d’une naissance solaire578 ». L’important n’est pas ici de vaincre quelque ennemi. Les personnages cherchent plutôt à devenir les héros de leur monde imaginaire fait de carences, à trouver l’accord intérieur avec leur propre vie d’échec, à élever, en définitive, l’échec au rang de victoire : c’est à une apologie de la petitesse que le romancier se livre. Pas de héros de mythologie ici, mais pas non plus de héros moderne. Le héros trudellien n’affronte pas la société dans le but de la vaincre, mais pour pouvoir s’en détacher, pour être laissé tranquille. La grand-mère de Luc, dans Terre du roi Christian, pousse cette option à l’extrême :

Blanche s’est levée sur le rebord du monde et s’est offert la mort. En choisissant le moment de sa mort, elle est devenue elle-même le temps. En se tuant, c’est le temps lui-même qu’elle a supprimé. Elle est aujourd’hui en un lieu sans temps, elle a accédé à l’immortalité. (T, 123)

13Le héros du Mercure sous la langue choisit cette même voie de l’autodéification. Doit-on voir dans cette tendance qu’ont de nombreux personnages de Trudel à faire d’eux-mêmes des divinités à visage humain l’une des originalités de l’auteur ? Non, Dieu n’est pas mort chez Trudel ; il ne se contente pas non plus de s’incarner parmi les vivants, selon le credo de la tradition chrétienne. Il se fait humain… en marge de l’humanité. Trudel met ses personnages dans des situations où ils sont forcés de s’auto-engendrer afin d’échapper à leurs carences. Habéké, l’un des acteurs du Souffle de l’harmattan, s’invente des origines fantasmagoriques pour expliquer son existence (S, 76). Se faire dieu permet d’outrepasser les limites matérielles. Le dieu à visage humain est une figure peu rencontrée dans la littérature québécoise. Il ne s’agit pas chez Trudel d’un simple humain déifié par des moyens extérieurs ; cette figure a la faculté d’intervenir sur la trame temporelle. Détachée du sacré officiel, elle concrétise symboliquement la libération amorcée, sur le plan culturel, deux décennies plus tôt, lors de la Révolution tranquille. Sa toute-puissance, bien que limitée, fait toujours d’elle une figure divine, mais son omniscience soumise aux règles de l’imaginaire et empreinte de subjectivité rend l’acte créateur fragile. Dans Zara ou la mer Noire, le processus est marquant :

Au commencement, l’univers naquit […] d’une boule de lumière blanche. Puis ce globe enflammé engendra les êtres primordiaux : le premier homme était rond comme le ciel ; la première femme était une vierge engrossée par les vents prisonniers dans l’outre de son ventre. Et moi je suis venu au monde deux fois, et les deux fois j’ai souffert et saigné. (Z, 89)

  • 579 M. Grégoire, 1993, « Sylvain Trudel : un écrivain surprenant », Nuit blanche, Québec, n° 51, p. 23

14Le fait pour le personnage d’établir une quasi simultanéité entre la formation du monde (sorte de création autonome, indépendante) et sa naissance l’assimile au créateur ultime. Trudel lui-même a avoué avoir façonné dans ce roman un personnage », un « garçon assoiffé d’invisible et de divin » (Z, 17) qui vit « comme une montée vers la divinité579. La quête de Dieu du héros le conduit à trouver celui-ci non pas à l’extérieur, mais bien à l’intérieur.

15Échapper au poids de la vie consiste dès lors pour les personnages de Trudel à remythologiser l’univers, ce que fait Luc dans Terre du roi Christian en réécrivant l’hymne de création des indiens mayas, le Popol Vuh, et en lui donnant une perspective inattendue :

Il s’installa à son bureau et commença par le commencement, par les premiers versets. Il écrivit Au début, il y avait le chaos, puis s’arrêta aussitôt en se disant que tous les mondes commençaient de la même façon. Il effaça ce qu’il avait écrit pour tout reprendre. Au début, c’était l’harmonie et il n’y avait que la lumière. (T, 87)

16Plus qu’un jeu d’enfant, cet élan créateur confère au personnage un souffle qui le mythifie, d’autant plus que son texte donne l’être humain pour créateur du créateur et que son rôle ne le réduit pas à être subordonné à quelque divinité, contrairement à ce que raconte le Popol Vuh maya. Luc contrôle la destinée du monde ainsi créé : « Il n’avait écrit que quelques lignes du nouveau Popol Vuh et déjà il en était presque à la fin du monde. Il brisa la mine de son crayon pour retarder l’Apocalypse. » (T, 88) Loin du modèle légué par la tradition des Indiens Mayas-quichés, le garçon s’amuse à inverser les données, à renouveler le rôle concédé à l’être humain. C’est à la création de nouvelles mythologies que s’adonne Luc, démiurge pour la circonstance. L’observation des étoiles lui permet d’ « inventer de nouvelles constellations. Luc dessina sur la voûte un centaure au galop, une pyramide maya, et le visage de sa grand-mère Blanche avec Sirius au milieu du front ». (T, 166) Ce livre sacré, subversif et profanateur, ne se trouve pas sans raison « brûlé par l’Inquisition » des adultes. De son côté, Frédéric se veut égal, voire supérieur à la divinité. Lorsque, à la fin du Mercure sous la langue, il offre à tous son grand pardon, c’est sa façon de marquer sa prééminence absolue. Ce faisant, Sylvain Trudel semble créer des « mythes » inédits, des micromythes qui, pour n’être pas intemporels, n’en ont pas moins un effet sur ses lecteurs et sur la génération d’auteurs qui le côtoient. Ses personnages ont la possibilité de refaire le monde, et là prend son sens la figure banalisée du héros : celui-ci évolue dans un monde créé sur mesure par lui pour lui, où son désir d’être, sans plus, se trouve satisfait. Le narrateur, dans sa quête d’un centre, fait, défait, refait le récit originel, jusqu’à ce qu’il lui convienne. Contrairement au scénario transmis par les mythologies, la particularité de ce récit est de n’être pas fixe. La voix qui s’y exprime n’affiche qu’un faux monologisme, et le message communiqué ne convient qu’à un nombre limité d’individus. Ce récit ne se prend pas au jeu de se prétendre vérité absolue.

  • 580 G. Ménard, Petit traité de la vraie religion, op. cit., p. 154.

17Les micromythes proposés par Sylvain Trudel seraient donc ouverts au dialogisme, ce qui les distingue du muthos. Il s’agit de mythes factices, caricaturés par rapport aux grands récits qu’ils se contentent de calquer. Se révèle un être humain derrière la divinité énonciatrice. Les romans de Trudel ressemblent à des textes sacrés à leur manière, ils prétendent à la révélation, mais ils visent une interprétation libre plutôt que l’explication à partir d’un système fermé. Le message du dieu de papier à visage humain présent dans ces œuvres est simple : le paradis fragmenté se vit au présent. Guy Ménard remarquait déjà que les micromythologies « se caractérise[nt] […] par une accentuation du présent (au détriment de la mémoire du passé et de la prospective de l’avenir)580 ». Si de nombreux prophètes et oracles annoncent dans les pages de ces romans des malheurs futurs auxquels il ne sera pas possible d’échapper, mieux vaut profiter de la vie tant qu’il en est temps. Le micromythe, dans cette optique, serait-il fait pour être vécu puis jeté et remplacé par un autre, parfait produit de nos sociétés de consommation ? À moins qu’il ne soit l’ultime bastion de la créativité…

  • 581 P. Hébert, 1987, « Pourquoi le manque de croyance peut vous faire mourir de soif », Lettres québéc (...)

18Peut-on strictement parler de nouvelle mythologie dans le cas des romans de Sylvain Trudel ? L’hypothèse est peut-être un tantinet cavalière. De dire comme Pierre Hébert à propos du Souffle de l’harmattan : « Le mythe se pose ici comme une formule de connaissance et de participation à l’univers581 », et l’on n’est pas loin de croire que Trudel a en définitive joué de la réactualisation dans ses romans, sans aller plus loin. Par le biais de figures mythologiques retravaillées mais aussi d’une réinterprétation du contenu dont il a hérité, le romancier donne néanmoins un souffle nouveau à des images anciennes. Ce faisant, il crée probablement çà et là ce qu’il est convenu de nommer des micromythes, valables pour sa génération mais destinés à être oubliés par la suivante.

Notes

568 Afin de répondre à un souci de clarté, les références aux œuvres de Trudel apparaîtront entre parenthèses immédiatement à la suite des citations. J’indique ici les informations bibliographiques accompagnées d’un code d’abréviations :

  1. 1986, Le Souffle de l’harmattan, Montréal, Les Quinze : S
  2. 1989, Terre du roi Christian, Montréal, Les Quinze : T
  3. 1993, Zara ou la mer Noire, Montréal, Les Quinze : Z
  4. 1995, Le monsieur qui se prenait pour l’hiver, Montréal, Les éditions de la courte échelle inc. : H
  5. 1995, Le garçon qui rêvait d’être un héros, Montréal, Les éditions de la courte échelle inc. : G
  6. 1996, Le Monde de Félix, Montréal, Les éditions de la courte échelle inc. : F
  7. 1998, Le Royaume de Bruno, Montréal, Les éditions de la courte échelle inc. : R
  8. 1999, L’Ange de Monsieur Chose, Montréal, Les éditions de la courte échelle inc. : A
  9. 2000, Des voisins qui inventent le monde, Montréal, Les éditions de la courte échelle inc. : V
  10. 2001, Du Mercure sous la langue, [s. l.], Les éditions Les Allusifs : M
  11. 2002, L’Été de mes dix ans, Montréal, Les éditions de la courte échelle inc. : É

569 J. Campbell, 1978, Le Héros aux mille et un visages, Paris, Laffont, p. 36.

570 Je fais ici référence à la première version du roman, parue en 1986.

571 J. Campbell, Le Héros aux mille et un visages, op. cit., p. 69.

572 J.-F. Lyotard, 1979, La Condition postmoderne, Paris, Minuit, p. 63.

573 G. Ménard, 1999, Petit traité de la vraie religion, Montréal, Liber, p. 151-152.

574 J.-F. Lyotard, La Condition postmoderne, op. cit., p. 98. Alain Quesnel, évoquant un concept semblable, parle de « mythes modernes », et Serge Tisseron, de « petites mythologies ». Pierre Brunel a pour sa part consacré un dictionnaire aux « mythes d’aujourd’hui ».

575 G. Ménard, Petit traité de la vraie religion, op. cit., p. 152-153.

576 D. Jeffrey, 1998, Jouissance du sacré. Religion et postmodernité, Paris, Armand Colin, p.33.

577 G. Durand, 1996, Introduction à la mythodologie, Paris, Albin Michel, p.190-191.

578 R. Beaudoin, 1990, « Le chemin du milieu du monde », Liberté, Montréal, vol. 32, n° 3, p. 69.

579 M. Grégoire, 1993, « Sylvain Trudel : un écrivain surprenant », Nuit blanche, Québec, n° 51, p. 23.

580 G. Ménard, Petit traité de la vraie religion, op. cit., p. 154.

581 P. Hébert, 1987, « Pourquoi le manque de croyance peut vous faire mourir de soif », Lettres québécoises, Montréal, n° 47, p. 23.

Auteur

Spécialisé dans l’étude de traces de mythes au sein des œuvres de la littérature québécoise des XIXe et XXe siècles, est professeur agrégé à l’Université York à Toronto (Canada). Il a publié des articles dans des revues nord-américaines (@nalyses, Études littéraires, Présence francophone, Cahiers Anne Hébert, Religiologiques) et européennes (Le Paon d’Héra, Cahiers Robinson, Iris)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540