Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chances du roman, charmes du mythe

 | 
Marie-Hélène Boblet

Quatrième partie. Intertextualités et interculturalité : vers le roman de demain ?

Sols/seuils de la légende et du mythe dans Ourania de J.-M. G. Le Clézio

Van Kelly

Texte intégral

  • 515 De nombreux critiques ont étudié l’articulation du sacré dans l’œuvre de Le Clézio. Parmi ceux qui (...)
  • 516 I. Roussel-Gillet, 2007, « Le Clézio, passeur du monde : l’écriture et le passage des seuils », No (...)
  • 517 R. Grimaldi, 2011, « Ourania : les mondes mexicains de J.-M. G. Le Clézio », in B. Thibault et I. (...)

1Dans le roman Ourania (2006), J.-M. G. Le Clézio reprend un leitmotiv qui a profondément marqué son œuvre romanesque depuis Désert (1980) : la survivance (ou la faillite) du mythe, de la légende et du sacré dans un monde moderne tétanisé par des forces profanes, indifférentes au mana515. Le narrateur Daniel Sillitoe, jeune géographe français chargé de mission scientifique, est censé faire une étude pédologique du Río Tepalcatepec au Michoacán, mais il diffère son analyse afin de sonder la géographie humaine que cette terre volcanique et son riche chernozem ont produite. Dans le monde symbolique aux « seuils » multiples que Daniel traverse516, « parcourant les uns après les autres les espaces du roman517 », quelle est la signification du sacré, en conjonction avec son corollaire rationnel, l’utopie, et devant la rapacité des capitalistes agro-industriels de la « Vallée » où se situe une grande partie de l’action ? Le sacré n’a de cesse de parcourir et d’aimanter profondément ce territoire hostile, tout en failles, en brisures, en solutions de continuité.

  • 518 Sur le récit de filiation et la crise du roman contemporain, voir D. Viart, 1999, « Filiations lit (...)
  • 519 J.-M. G. Le Clézio, 2006, Ourania, Paris, Gallimard, coll. « NRF », p. 13.

2Dès le début d’Ourania, Daniel pose l’énigme de la filiation des pouvoirs magiques qui projetteraient le mythe (et peut-être le sacré) dans un monde moderne désacralisé518. Mario, un jeune homme que l’adolescent Daniel Sillitoe a connu « dans la montagne » à la fin de l’Occupation allemande, meurt dans l’explosion d’une bombe qu’il transporte pour le maquis519. Dans l’imagination juvénile du narrateur, l’esprit de Mario s’est envolé vers le royaume mythique d’Ourania, au « ciel étoilé », que l’enfant a découvert lors d’une lecture que sa mère, Rosalba, lui a faite : « Le livre rouge, Ourania, les légendes de la Grèce, cela comptait plus pour elle que ce qui se passait dans les montagnes. » Il est même possible que sa mère ait « inventé ce nom, pour partager [le] rêve » de son fils (O, 18). Quoi qu’il en soit, Daniel imposera le mythe d’Ourania comme cadre herméneutique de son aventure mexicaine.

  • 520 Voir J.-M. G. Le Clézio, 1988, Le Rêve mexicain ou la pensée interrompue, Paris, Gallimard ; Grima (...)

3L’enchaînement elliptique que Daniel impose au récit nous fait passer immédiatement des lectures ouraniennes et de la mort de Mario vers le Mexique des années 1980 où Daniel rencontre « le jeune homme le plus étrange qu’[il ait] jamais rencontré », Raphaël Zacharie, membre de la communauté utopique de Campos (O, 23). La devise de Raphaël, « nous ne connaissons ni l’heure ni le jour » (36), qu’il a héritée du conseiller de Campos, Jadi, reflète l’ambiance de jugement dernier et de révélation sotériologique qui caractérisera une grande partie du récit. Raphaël et Mario coïncident dans l’espace fabuleux et interstellaire qui s’appelle Ourania, ou, pour le dire autrement, Daniel n’a su situer la figure apocalyptique de Raphaël que par rapport à son propre imaginaire adolescent, où la disparition de Mario se conjuguait avec la rêverie d’Ourania. Or la passation des pouvoirs entre Mario et Raphaël, contrastant avec la transmission par lectures interposées entre Rosalba et son fils, n’est pas pédagogique. La transition abrupte, de la Seconde Guerre mondiale à l’ère moderne, de la France Occupée au Mexique assiégé par le capitalisme néo­libéral, laisse entendre que l’esprit de Mario, martyr de la résistance, a transmigré selon une voie charismatique vers Raphaël, celui-ci étant en fait un Indien du Canada, avec les connotations spirituelles que le passé amérindien comporte dans l’éthique le clézienne520.

  • 521 Sur la réincarnation, modèle du sacré, voir B. Mauguière, 2004, « La philosophie orientale du cycl (...)

4Une aire symbolique se dessine, propice aux avatars modernes du mythe de la métempsychose et aux survivances du don sacré à travers les générations et les espaces continentaux521. L’exploration de cette zone s’accompagne de la quête de ceux qui donnent l’impression de porter les marques d’investiture par les forces cosmiques. L’imagination de Daniel, médusée par la transmission magique entre Mario (au corps déchiqueté) et Raphaël, assistera à l’apparition de doublets pendant le reste du roman, à commencer par Jadi et Raphaël dont le drame se jouera principalement à Campos, dans la Vallée, ombre de l’Ourania légendaire (mais il faudra quatre-vingts pages avant qu’une conversation avec Raphaël soulève l’analogie entre l’idylle adolescente et Campos – O, 83-). Jadi, fondateur de cette étrange communauté, est lui aussi originaire d’une tribu indienne de l’Amérique du Nord. Jadi suppose-t-il que Raphaël appartienne comme par atavisme à sa propre lignée de voyants (à l’instar de Ma el-Aïnine et Nour dans Désert, ou de Cathy Marro et son neveu Jean dans Révolutions), ou tout simplement trouve-t-il en Raphaël une imagination ouverte à toutes les merveilles du monde ? En tout cas, Daniel associe l’apparition du sacré à la mobilité, car la crise de transmission du don sacré se conjugue avec le rêve d’un espace américain transitif et sans barrières. Raphaël est venu du Canada, et il repartira vers sa région natale à la fin du roman. Jadi songera à rentrer chez lui à Konawa dans l’Oklahoma, mais la mort l’en empêchera. Lili, un personnage essentiel, prostituée de souche indienne qui travaille dans la zone rouge de la ville principale de la Vallée, traversera illégalement la frontière à Juárez pour gagner les États-Unis. Les lignes de transmission entre les âmes douées et le tracé des flux migratoires se croisent sans tout à fait se confondre.

Campos entre raison utopique et folie eschatologique

  • 522 Pour une comparaison d’Ourania et l’Utopie de Th. More, voir Cl. Cavallero, Le Clézio témoin du mo (...)

5L’oscillation entre l’apprentissage rationnel du savoir et la transmission charismatique du don est manifeste dans la communauté de Campos dont Raphaël révèle à Daniel les préceptes utopiques522. La « vérité » se communique d’une manière non autoritaire et pédagogique, puisque l’« école c’est partout ». La sexualité est « libre », mais la coutume du « partenariat amoureux » empêche la « promiscuité » (O, 294). Quand un élément discordant s’introduit dans le groupe, en l’occurrence Efrain, recherché par la police et contestataire de l’autorité du Conseiller, Jadi insiste tout d’abord pour l’intégrer de manière dialogique dans la vie collective.

  • 523 « Cronos », in J.-Cl. Belfiore, 2003, Dictionnaire de mythologie grecque et romaine, Paris, Larous (...)

6D’autres aspects de Campos évoquent moins l’utopie de Thomas More ou l’Arcadie pastorale qu’un domaine empreint de mysticisme, à première vue paisible mais en fin de compte fanatique et sauvage (Saturne, que les Romains assimilaient à Cronos, fonda l’Âge d’or mais, vengeur de sa mère Gaia, fut aussi le fils rebelle qui châtra le père Ouranos523). Les gens de Campos ont l’habitude de contempler les constellations, particulièrement le noir tout autour des étoiles, pour « entrer dans la lenteur de l’espace » et sentir leur relativité (O, 186). Ce rite prend un tournant apocalyptique chez Raphaël, selon qui Jadi aurait déclaré que « les dessins des étoiles se marqueraient sur nos corps et nos visages et qu’ils ne s’effaceraient jamais » (O, 156). Or, Daniel découvre combien Raphaël est affecté par la voyance du Conseiller quand le jeune homme lui montre, brûlé sur son poignet, le dessin des sept Pléïades : « Il y avait dans son regard une fureur tranquille. Je me souviens qu’à cet instant j’ai ressenti un vide, et mes oreilles ont tinté, parce que je venais de comprendre la folie des habitants du Campos et de leur Conseiller [...]. » (O, 125-6)

7L’auto-imposition des marques souligne l’ambiguïté de la limite entre le sacré et le profane dans Ourania. L’énergumène, Raphaël, s’approprie l’initiative, dépassant peut-être les intentions du père spirituel (il faut songer à l’exemple de Geoffroy Allen dans Onitsha, qui rêve de porter les scarifications sacrées des descendants de la reine de Méroé.) Quand Jadi remarque le tatouage, il se fâche et gronde Raphaël. Pourtant, l’intuition de Daniel n’est pas erronée : les gens de Campos convergent tous vers le seuil critique entre mythe et eschatologie, l’automutilation de Raphaël n’étant qu’un signe du substrat psychique extrêmiste de la communauté. La folie a marqué jusqu’à Jadi. Soldat dans les combats américains contre l’armée japonaise durant la Seconde Guerre mondiale, il a passé des mois seul et finalement affolé sur une belle île à Hahashima dans le Pacifique, « sans savoir que la guerre était finie » (O, 152). À l’hôpital militaire, le souvenir des violences de la guerre aggravait sa crise. Un long séjour dans les montagnes non loin de la frontière canadienne l’avait en principe guéri….

  • 524 B. Thibault souligne la hantise de la « dégradation du mystère » (J.-M. G. Le Clézio et la métapho (...)

8En fait, le spectre de Hahashima resurgit pour hanter Campos. Quand Aranzas, chef des notables de la Vallée, finit par expulser le « peuple arc-en-ciel » (O, 230), la communauté se dirige vers Belize à la recherche d’une île paisible que Jadi a entrevue dans un rêve prophétique où une éruption volcanique ensevelissait la Vallée. Le monde alternatif de Jadi est déchiré par la contradiction entre son utopisme critique et rationnel d’un côté, et de l’autre son souffle mystique et eschatologique. Jadi, qui songe à rejoindre ses terres ancestrales avant de mourir, veut que ses disciples quittent la Vallée sans lui. Il le dit à Raphaël, « pour qu’il le répète aux autres », mais celui « qu’[il] considère comme [son] fils » insiste : seul Jadi est à la hauteur de mener la transmigration épique vers l’île du rétablissement (O, 200). Sur les routes de l’exil, Jadi essaie une seconde fois de faire comprendre à Raphaël, et par son intermédiaire au groupe, que l’instant critique de la passation des pouvoirs spirituels est venu. À la plainte du disciple, « Comment pouvons-nous trouver ce nouveau royaume si tu ne nous aides pas ? », le Conseiller répond implicitement à la collectivité : « C’est votre rôle maintenant ». (O, 239-40) La déchéance finale de Jadi, adoré des gens de Belize comme un saint, mais à un moment où, paralysé, il ne peut plus s’exprimer, incarne la transmission interrompue dudon524e n’est pas Raphaël qui prendra la tête du groupe mais la matriarque Hoatu. Après la mort de Jadi sur l’île de la Demi-Lune, l’érosion du mana s’accélère. Le peuple arc-en-ciel part pour les Îles Aléoutiennes, où ses membres travailleront dans les « usines de conserve » à la saison de la pêche, c’est-à-dire aux avant-postes de la société de consommation (O, 262). Raphaël, naguère envoûté par le charisme de Jadi, ne les accompagne pas. À la fin de cette partie d’Ourania, Daniel annonce la faillite du disciple, Raphaël, et de la promesse du sacré qu’il avait l’air de porter : « Quelque chose s’est défait en lui, sur l’île, à la mort de Jadi. » (O, 262)

L’Emporio et Lili l’Indienne : à qui les marques authentiques ?

  • 525 R. Grimaldi, « Ourania : les mondes mexicains de J.-M. G. Le Clézio », art. cit., p. 189.
  • 526 Ibid., p. 192-R. Grimaldi explore la richesse symbolique de la marque de Lili.
  • 527 Les « néons » que Daniel voit de l’autre côté de la frontière à Juárez signifient le « triste mira (...)

9Le Clézio met ses personnages dans des sites numineux, pareils à Campos, mais où il est incertain que le mythe puisse atteindre le seuil critique de sa renaissance. La lignée des avatars menant de Mario au Mexique s’éteindra-t-elle définitivement avec Jadi ? En fait, Jadi et Raphaël ne sont pas les seuls habitants de la Vallée à être vraisemblablement marqués du sceau du sacré. Lili, comme Rosario Grimaldi l’a bien vu, « possède les attributs du sacré et son rôle est d’établir l’alliance [...] du passé mythique [du Mexique] avec la vie présente de ce pays525 ». Daniel commence à cheminer vers la découverte de la nature cachée de Lili lors de sa première expérience à l’Emporio, un centre de recherches conçu comme un phalanstère désintéressé par son fondateur Don Thomas Moïses. Un certain nombre d’anthropologues, du clan dominant de l’Emporio, ont couché avec Lili, ce qui ne les empêche pas de proposer une enquête sur la zone rouge, tout en se moquant de la prostituée et du tatouage de Bugs Bunny qu’elle porte « sur les reins à la naissance des fesses » (O, 47). Daniel, choqué par leur attitude, saisira durant ses propres visites équivoques chez elle que le dessin recouvre « la marque, le nuage rouge qui dit [qu’elle est] indienne », qu’elle le « rester[a] » avec sa descendance (O, 178-9)526. Les avaries de sa vie n’ont pas effacé le signe : « Le mal a glissé sur elle comme une eau sale, sans laisser de trace. » Dans les chapitres intitulés « Lili de la lagune », Daniel ramifie sa cartographie du sacré en créant un néo mythe de Lili, divinité indienne. Idolâtre, il ne veut « rien d’autre que rester debout sous son soleil » (O, 108), et il rêve de la libérer de son maquereau, le Terrible, qui enfermera la jeune femme pour tenter d’empêcher sa fuite. Le géographe, amoureux, ne la possède qu’« en rêve [...] me glissant par la pensée au plus près de toi », lui dit-il dans un monologue intérieur (O, 177). En fin de compte, l’engagement de Daniel reste imaginaire. Lili s’extirpe des bas-fonds avec le secours de Santiago, le gardien du bar où elle travaille, et elle quitte le Michoacán. À Juárez, Daniel cherche en vain à retrouver ses traces et doit fantasmer sa traversée illégale de la frontière et son arrivée clandestine dans El Paso527.

10Daniel incarne moins le mythe vécu que la mythographie. Les épisodes au Mexique sont le champ d’essai de sa vocation latente d’écrivain (dont le produit définitif, Ourania, ne verra le jour que vingt-cinq ans plus tard). En dépit de son contact avec Lili, il ne participe pleinement à aucune des expériences qu’il décrit ou imagine. Il connaît Campos indirectement, à travers les témoignages de Raphaël et une lettre de Jadi au moment du départ du peuple arc-en-ciel. Il est exclu du cercle des anthropologues, parce qu’il a fustigé leur complicité dans le « cambouis » de la Zone, et puis, comme dit le chef Saramago : « Tu es géographe, mon ami, c’est un luxe dans nos pays, en Amérique latine [...] nous, nous vivons une autre urgence. » (O, 51-52)

  • 528 R. Grimaldi, « Ourania : les mondes mexicains de J.-M. G. Le Clézio », art. cit., p. Il cite Ouran (...)

11Toutefois son activité comme explorateur voire créateur de mythes finira par constituer à elle seule un fil important de l’intrigue, à égalité avec les autres parties du récit. Dans son sillage, curieusement, de nouvelles légendes foisonnent que nous pourrions intituler, quant à Campos, les routes de l’exil du peuple élu, la défaillance dans la succession charismatique par désistement de l’héritier, et l’errance fatale de la communauté déchue. L’histoire de Lili paraît tout aussi légendaire : en échappant aux châtelains iniques qui gouvernent la Vallée, en s’extirpant des mains de l’ogre le Terrible, en traversant le gué périlleux de la frontière, la jeune Indienne se lance intrépidemment vers une autre vie (Daniel n’anticipe pas quel avenir attendra la fugitive, sauf pour dire que « tout est mieux que ta vie présente528 »).

  • 529 La pédologie, qui ne paraîtra qu’en appendice, a eu lieu entre le 17 et le 30 novembre, entre les (...)

12Daniel remplira les conditions de sa mission scientifique (la pédologie du Tecalpatepec), mais son écriture mythique des milieux où il vit son aventure absorbera l’analyse des terres volcaniques environnantes529u début du récit, il a l’air d’évoluer en dehors de la communion des esprits que le don sacré a investis (Mario, Jadi, Raphaël, et Lili), mais la vision originale qu’il acquiert des strates sociales et symboliques de la Vallée informe durablement Ourania et marque le narrateur comme bénéficiaire d’un don. Le mana de Daniel est-il pour autant sacré ?

La marque de Daniel : comment encadrer différemment le sacré

  • 530 « Rencontre avec J. M. G. Le Clézio à l’occasion de la parution de Ourania (2006) », http://wwwall (...)

13Au chapitre final, Daniel raconte son retour aux Amériques, après plus de deux décennies passées comme professeur dans un collège français. Ayant visité l’île de la Demi-Lune, il rejoint son amante du temps de Campos, Dahlia Roig, à Porto Rico, où elle a réalisé son projet d’hospice pour enfants sidéens. Le narrateur réapproprie comme titre de sa postface la devise de Raphaël, « Nous ne connaissons ni le jour ni l’heure » (O, 273), mais la formule au premier abord ne paraît plus revêtir la même urgence apocalyptique. Depuis le jour où le peuple arc-en-ciel avait été contraint de quitter la Vallée, « beaucoup a changé », dit Daniel, « [l]a révolution tant attendue n’aura pas lieu, ni l’éruption annoncée par le Conseiller (encore qu’elle ne soit pas tout à fait impossible) » (O, 283). Le Clézio, commentant Ourania à sa parution, a souligné le statut modique des « utopies individuelles » comme l’hospice de Dahlia, incapables « de mettre en échec les systèmes de prédation et les tyrannies collectives530 ». La boutade ironique de Daniel – Campos, comme tout « volcan mono-éruptif », ne serait potentiellement qu’un cratère en attente de « sa deuxième éruption » – prend l’allure d’une résignation devant l’extinction prématurée des feux, c’est-à-dire la faillite du don sacré et de l’utopie, sous les coups de boutoir du matérialisme brut et oppressif de la modernité.

  • 531 Sur le pessimisme de Le Clézio quant au « problème mondial de l’immigration clandestine », voir B. (...)

14Le paragraphe suivant qui conclut le récit de Daniel paraît répudier ces remarques désabusées, tant il vibre d’une dissidence encore vivace et mal contenue. Dans un virement abrupt, Daniel y dresse un tableau apocalyptique, galvanisant les « régions les plus pauvres de la planète [qui] continuent à sombrer dans les guerres larvées et l’insolvabilité », et il démultiplie la force de la diatribe en traçant une image de transmigrations pareilles à celle de Lili, mais transposées dans le lexique d’un désastre écologique collectif, d’un tsunami : « Il n’y a plus qu’un grand mouvement d’exode, un genre de vague de fond qui se brise continuellement sur l’écueil de la frontière » (O, 283)531. Cette vision eschatologique de la fin d’un monde, qui prend verbalement la place de l’éruption volcanique évoquée à propos de Campos, hausse le ton du discours jusqu’au seuil du mythe – et prépare la phrase terminale dans laquelle Campos fusionne totalement avec la légende d’Ourania : « Il n’y a pas de quoi être optimiste. Pourtant, ce qui nous unit encore, Dahlia et moi, ce qui nous permet d’espérer, c’est la certitude que le pays d’Ourania a vraiment existé, d’en avoir été les témoins » (ibid.). Cette assertion ultime, par l’apparente simplicité et sérénité de sa formulation, masque l’envergure ambitieuse de la stratigraphie éthique que le narrateur a réalisée par étapes successives au cours de son périple. Par son écriture démiurgique, il a créé un palimpseste, un vaste registre polémique chargé de tensions, ou mieux encore une mythologie embrassant les champs de faiblesse et de force configurés du début d’Ourania à sa fin. Daniel ne dissocie pas le sacré – dans ses diverses formes légendaire, charismatique, initiatique, généalogique – des autres éléments de son imaginaire : l’utopie réformatrice et rationnelle ; le travail de sape que les notables de la Vallée entreprennent contre les valeurs numineuses et idéalistes ; l’activisme local de Dahlia ; la quête d’une vie tolérable que la fuite en avant de Lili représente ; et une pédagogie qui protège l’enfance, nourrissant une imagination à la mesure de la diversité du monde.

  • 532 Dans Le Clézio témoin du monde (op. cit., p. 329-330), Cl. Cavallero cite Ricœur sur « les possibi (...)

15Le mythe personnel de Daniel prend son départ dans le rêve d’Ourania, que Rosalba partage avec lui. Incessamment, le fils crée sa première fable, fantasmant le passage spirituel de Mario, mort au combat, vers le royaume onirique. Adulte enfin, et écrivain, Daniel postule la transmigration de l’âme de Mario vers le Mexique et la rencontre avec Raphaël, Jadi, et Campos. À partir du vecteur que le narrateur construit avec Ourania et à partir de Mario, bouge tout ce qu’il y a d’idéaliste, de numineux et d’inventif. Ce mouvement complexe au début d’Ourania met en circulation les valeurs ultimes qui définiront l’univers idéologique du roman. L’imagination littéraire de Daniel, par son refus d’abandonner les mythes de l’utopie, du don sacré, de l’authenticité indigéniste et de l’aspiration individuelle, sauvegarde sous la cendre volcanique un sens de la résistance et de la lutte contre le désenchantement. Comme Claude Cavallero le suggère, les « rêves fictionnels » d’Ourania nourrissent « notre velléité imaginative à concevoir du nouveau », exactement pour ne pas accepter comme une fatalité les dysfonctionnements sociaux, politiques et économiques contre lesquels Daniel s’insurge aux derniers moments de son récit532.

  • 533 Selon un « vieil homme », le père Pro a été fusillé près de Campos, au village d’Arios (O, 86). Su (...)
  • 534 Pour le concept de langage ultime, voir Édouard Morot-Sir, 1971, La Pensée française d’aujourd’hui(...)

16Le site même de la commune de Jadi confirme ce régime de résistance, basé sur la transmission de pouvoirs utopiques, autogestionnaires, et populaires : autrefois, du temps de la rébellion des Cristeros contre le gouvernement marxisant et anticlérical du Mexique, Campos avait été l’enclave du jésuite contestataire, Miguel Pro. L’exemple du père Pro, fusillé en 1927 pour son opposition à la fermeture brutale des églises, capte l’imagination de Daniel au point de devenir une clé de son portrait de la Vallée comme haut lieu de dissidence533. L’autogestion et la spiritualité guidaient le groupe de Jadi, mais l’écriture de Daniel attache à ces valeurs le combat du père Pro qui symbolise toute résistance engagée contre des puissances hégémoniques, que ce soit l’anticléricalisme forcené de la révolution mexicaine ou l’exploitation des travailleurs agricoles par les notables de la Vallée, ou l’anti-indianisme des anthropologues à l’Emporio, qui se moquent de Lili, écartent Don Thomas du pouvoir et congédient l’historien Juan Uacus, détenteur d’un savoir profond sur la culture indienne. En juxtaposant le Campos du père Pro à celui de Jadi, Daniel inscrit au centre de son imaginaire une dialectique du rêve sacré et de la dissidence militante, faisant coïncider encore une fois Ourania et l’esprit de Mario. L’amour de Rosalba, la légende d’Ourania et la guerre de l’ombre de Mario ont servi de bases émotives à la construction de l’imaginaire à la fois mythique et idéologique de Daniel. Son activisme est à la mesure de ses moyens, son écriture ouverte établit une aire où des éléments hétérogènes peuvent surgir et poser des jalons de résistance contre l’appauvrissement intellectuel et moral qui caractérise la société et l’économie de la Vallée, des Amériques, et au-delà. Dans Ourania, les langages ultimes du don sacré, du mythe utopique et de la quête d’une vie alternative ne constituent pas des appels nostalgiques à une époque et à une éthique révolues, mais ils fonctionnent comme des passages à la limite, postulant des valeurs incontournables pour la création d’un monde où l’exploitation, les rapports de puissance, et l’écrasement des différences et des faiblesses ne domineront plus le récit534.

Notes

515 De nombreux critiques ont étudié l’articulation du sacré dans l’œuvre de Le Clézio. Parmi ceux qui m’ont aidé à mieux penser les complexités d’Ourania : A. Wyss, 1987, « À la poursuite du sacré en compagnie de J.-M. G. Le Clézio », Roczniki Humanistyczne, vols. 35-36, n° 5, p. 51-62 ; J. O. Müller, « L’exotisme intérieur dans Désert et Le Chercheur d’or de J.-M. G. Le Clézio », 1999, Lendemains, n° 24, p. 32-46 ; R. Miller, « Le malaise du sacré dans Onitsha et Pawana de J.-M. G. Le Clézio », 2005, Nouvelles études francophones vol. 20, n° 2, p. 31-42 ; B. Thibault, 2009, J.-M. G. Le Clézio et la métaphore exotique, Amsterdam, Rodopi, particulièrement ses remarques sur les phénomènes numineux et l’immigration. Ourania sera abrégé en O. à l’intérieur de l’article.

516 I. Roussel-Gillet, 2007, « Le Clézio, passeur du monde : l’écriture et le passage des seuils », Nouvelles études francophones, vol. 22, n° 2, p. 152-163.

517 R. Grimaldi, 2011, « Ourania : les mondes mexicains de J.-M. G. Le Clézio », in B. Thibault et I. Roussel-Gillet (dir.), Les Cahiers J.-M. G Le Clézio, n° 3-4 : Migrations et métissages, Paris, Complicités, p. 188.

518 Sur le récit de filiation et la crise du roman contemporain, voir D. Viart, 1999, « Filiations littéraires », Revue des lettres modernes Minard, n° 1 425-1 430 : Écritures contemporaines 2, Paris, Minard, p. 115-139.

519 J.-M. G. Le Clézio, 2006, Ourania, Paris, Gallimard, coll. « NRF », p. 13.

520 Voir J.-M. G. Le Clézio, 1988, Le Rêve mexicain ou la pensée interrompue, Paris, Gallimard ; Grimaldi, 2011, p. 185-199 ;C. S. Castells, 2009, « L’éthique et l’esthétique des peuples amérindiens dans les romans de Le Clézio », Travaux de littérature, n° 22, p. 459-502 ; Cl. Cavallero, 2009, Le Clézio témoin du monde, Paris, Calliopées, p. 287-309 et 323-Raphaël, Jadi et Lili font écho au rêve panaméricain de Diego Rivera, décrit dans J.-M. G. Le Clézio, 1993, Diego et Frida, Paris, Stock, p. 103.

521 Sur la réincarnation, modèle du sacré, voir B. Mauguière, 2004, « La philosophie orientale du cycle de vie et de mort dans La Quarantaine », in S. Jollin-Bertocchi et B. Thibault, Lectures d’une œuvre : J.-M. G. Le Clézio, Paris, Du Temps, p. 105-118.

522 Pour une comparaison d’Ourania et l’Utopie de Th. More, voir Cl. Cavallero, Le Clézio témoin du monde, op. cit., p. 311-330.

523 « Cronos », in J.-Cl. Belfiore, 2003, Dictionnaire de mythologie grecque et romaine, Paris, Larousse ;V. Duruy, 1887, Histoire des Grecs, Paris, Hachette, 2e éd., t. 1, p. 202.

524 B. Thibault souligne la hantise de la « dégradation du mystère » (J.-M. G. Le Clézio et la métaphore exotique, op. cit., p. 225).

525 R. Grimaldi, « Ourania : les mondes mexicains de J.-M. G. Le Clézio », art. cit., p. 189.

526 Ibid., p. 192-R. Grimaldi explore la richesse symbolique de la marque de Lili.

527 Les « néons » que Daniel voit de l’autre côté de la frontière à Juárez signifient le « triste mirage matérialiste » qui attend Lili, comme dit B. Thibault (J.-M. G. Le Clézio et la métaphore exotique, op. cit., p. 220).

528 R. Grimaldi, « Ourania : les mondes mexicains de J.-M. G. Le Clézio », art. cit., p. Il cite Ourania, p. 111.

529 La pédologie, qui ne paraîtra qu’en appendice, a eu lieu entre le 17 et le 30 novembre, entre les chapitres « ANTHONY MARTIN LE CONSEILLER » et « L’exil ». Par contre, ses velléités de mythographe existaient déjà en filigrane – avant sa randonnée pédologique, avant la fin de Campos et la fuite de Lili – dans la communication faite à l’Emporio, décrivant comme une épopée l’histoire écologique de la Vallée (O, 74-82).

530 « Rencontre avec J. M. G. Le Clézio à l’occasion de la parution de Ourania (2006) », http://wwwallimardr/catalog/entretiens/01057920TM.

531 Sur le pessimisme de Le Clézio quant au « problème mondial de l’immigration clandestine », voir B. Thibault, I. Roussel-Gillet, « Migrations et métissages », Les Cahiers J.-M. G Le Clézio, 2011, n° 3-4 et p. 14-16 de même que R. Grimaldi, « Ourania : les mondes mexicains de J.-M. G. Le Clézio », art. cit., p. 194-197.

532 Dans Le Clézio témoin du monde (op. cit., p. 329-330), Cl. Cavallero cite Ricœur sur « les possibilités latérales du réel » dans le discours utopique (1997, L’Idéologie et l’utopie, Paris, Le Seuil, p. 68).

533 Selon un « vieil homme », le père Pro a été fusillé près de Campos, au village d’Arios (O, 86). Sur l’exécution, consulter J. Meyer, 1973, La Révolution mexicaine, Paris, Calmann-Lévy, p. Daniel apprend en plus que le premier évêque du Michoacán y avait établi une réplique de l’utopie de More (O, 65).

534 Pour le concept de langage ultime, voir Édouard Morot-Sir, 1971, La Pensée française d’aujourd’hui, Paris, PUF, p. 5-22.

Auteur

Associate Professor à l’Université du Kansas aux États-Unis, consacre ses recherches aux rapports que René Char et certains écrivains contemporains (Semprun, Volodine, Le Clézio, Cheikh Hamidou Kane, Boris Boubacar Diop, Ken Bugul) établissent entre l’imaginaire, l’histoire et l’éthique

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540