Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chances du roman, charmes du mythe

 | 
Marie-Hélène Boblet

Troisième partie. Le roman à l’épreuve du mythe : délinéarisation et remotivation du récit

Mythe chevaleresque et prouesses du langage : Italo Calvino et Jacques Roubaud à la quête du roman

Luisa Palazzo

Texte intégral

  • 345 E. Köhler, 1974, L’Aventure chevaleresque, idéal et réalité dans le roman courtois, Paris, Gallima (...)

1Dans L’Aventure chevaleresque, idéal et réalité dans le roman courtois, Erich Köhler345 identifie les aventures des romans de chevalerie du Moyen Âge avec une quête d’ordre et d’unité que le chevalier poursuit aussi bien sur le plan social et politique que moral et spirituel :

  • 346 Ibid., p. 96.

Aventure et queste signifient l’effort difficile imposé par la vie pour rétablir la relation devenue incertaine entre l’individu et la société, dans le sens d’un “ordo” ontologique, donc d’un accord entre l’être et l’étant. Cette preuve a pour point de départ une contrainte sociale et politique, elle est ensuite transposée dans le domaine moral et spirituel où elle contraint l’homme à penser et à trouver un sens à sa vie ; son issue restant incertaine dans un monde plein de contradictions, elle devient une quête sans fin de l’identité346.

2Dans ces quelques lignes, on retrouve le sens profond de la quête chevaleresque du roman médiéval, où la chevalerie projetait son idéal d’accomplissement courtois, humaniste et chrétien. En outre, si l’on regarde l’histoire du roman, on découvre aussi la fonction que la quête médiévale a eue dans l’histoire du genre. Car on se souvient avec Northrop Frye que :

  • 347 N. Frye, 1969, Anatomie de la critique, Paris, Gallimard, p. 227.

dans [la] forme la plus naïve [du romanesque], nous voyons un personnage central aller d’une aventure à une autre […], [jusqu’] à un épisode d’une importance significative, généralement annoncé au départ, et dont la solution va mettre un terme au récit. Nous donnerons à cette aventure majeure, autour de laquelle s’ordonne l’intrigue du roman, le nom de ‘quête’347.

  • 348 P. Brunel (dir.), Dictionnaire des mythes littéraires, 2000, Monaco, Éditions du Rocher.
  • 349 M. Zink, « Arthur », in Dictionnaire des mythes littéraires, op. cit., p. 185.

3Cette structure du roman en aventures mineures orientées vers une quête principale nous rappelle le schéma des histoires de Chrétien de Troyes, schéma de base que Michel Zink résume dans l’entrée « Arthur » du Dictionnaire des mythes littéraires dirigé par Pierre Brunel348, que l’on retrouve également dans les parties du Dictionnaire consacrées aux mythes de Perceval, du Graal et de Tristan, donc aux mythes qui ont été créés, ou du moins abordés, par le poète champenois. Ainsi nous pouvons attribuer à l’ensemble de ces histoires mythiques chevaleresques une même structure, à savoir, pour le dire avec Michel Zink : « un jeune chevalier se révèle à lui-même comme aux autres et découvre le sens de son destin, le plus souvent au fil d’une errance emblématique de son cheminement intérieur, et à travers l’expérience de l’aventure et de l’amour349 ». En outre, depuis Le Conte du Graal, ce cheminement intérieur du chevalier se poursuit justement en vue de cet épisode d’importance significative dont parle Frye. Cet épisode, tout en projetant l’achèvement de la quête toujours plus loin, vise la finalité, elle, typiquement médiévale, d’asseoir une conception téléologique de l’Histoire et des histoires. Si en effet, d’Erec à Yvain, les chevaliers errent d’aventure en aventure pour être enfin ramenés à la cour d’Arthur où l’on célèbre leur valeur, à partir de la quête du Graal, les chevaliers de la Table Ronde cesseront d’être au service d’un seigneur pour se mettre au service du Graal. Perceval ne sera donc plus destiné à retourner à la cour d’Arthur à la fin de son errance, car, comme nous le savons, Chrétien de Troyes n’achève pas ses aventures, mais le laisse aller faire pénitence chez un ermite, sur le droit chemin de la foi. L’inachèvement n’exclut donc pas la finalité du récit – ce cheminement progressif de Perceval vers le divin qui permet à Erich Köhler de placer ce chevalier au-dessus de la chevalerie qui l’a précédé, car en se proposant d’interroger le Graal, Perceval se promet de libérer la chevalerie tout entière.

4Dans cette perspective, non seulement la mission, les vertus et les valeurs chevaleresques sont presque divines, mais l’univers tout entier des romans arthuriens comme Perceval vise à une universalité qui, depuis les légendes et les gestes, a atteint la hauteur du mythe. Au Moyen Âge, en effet, à l’exemplarité des modèles de la légende, la littérature substitue progressivement d’extraordinaires histoires romanesques, et aux échos historiques des chansons de geste, l’idéal d’un monde autre où la chevalerie, loin du rôle déceptif qu’elle avait eu aux temps des croisades – où elle ne pouvait plus se reconnaître en protagoniste de l’Histoire –, se crée une image parfaite d’elle-même, telle qu’elle voudrait se voir. Dès lors, la figure du chevalier, s’éloignant de la réalité du guerrier, se transforme en symbole de valeurs guerrières et de vertus morales : le roman est forme savante, pour le dire avec André Jolles – et forme littéraire – d’un monde mythique.

  • 350 au sens que lui donne Erich Köhler – de « connaissance du juste comportement qu’il convient d’adop (...)
  • 351 J. Huizinga, 1989, L’Automne du Moyen Âge, Paris, Payot, p. 124.

5Au cours de ce processus de mythisation associant progressivement chevalerie et clergie350, la référence par excellence qui nous vient à l’esprit est bien évidemment celle de Don Quichotte. En effet, tout en poursuivant le cheminement du chevalier courtois, au héros de Cervantès il ne reste que la connaissance de la culture chevaleresque, la chevalerie ayant disparu. Par ailleurs, déjà à la fin du Moyen Âge, comme le remarque Johan Huizinga, « les conceptions de l’honneur, de la fidélité et de l’amour sont traitées avec le plus grand sérieux, mais de temps à autre, cette rigide dignité se détend en un rire351 ». En conséquence, au fur et à mesure que l’histoire de la littérature chevaleresque avance, au processus d’idéalisation de la chevalerie qui a amené au mythe semble correspondre une force équivalente et opposée ; à partir de la consécration-même de ce mythe, cette force procède à une sorte de « dépouillement » du chevalier.

  • 352 I. Calvino, « Cybernétique et fantasmes, ou de la littérature comme processus combinatoire » (1967 (...)

6Au XXe siècle, Italo Calvino souligne que « durant une longue période la littérature semble travailler à la consécration, à la confirmation des valeurs, à l’acceptation de l’autorité ; mais un moment vient où quelque chose dans le mécanisme saute, et la littérature se fait l’initiatrice d’un processus de sens contraire », sens qu’il identifie avec une ligne libératrice, labyrinthique, faite, nous dit-il, « pour qu’on s’y perde et qu’on y erre, mais surtout pour que le lecteur reconstitue le labyrinthe et en détruise le pouvoir352 ». Dans cette perspective, alors, le cheminement du chevalier qui se perd et erre dans les récits de ses aventures, comme dans l’histoire du genre chevaleresque, pourrait sans doute décrire les lignes de force de la littérature telles que les a dessinées Calvino. Par ailleurs, une telle hypothèse a déjà été formulée par Deleuze et Guattari, qui, dans Mille Plateaux, ont fait de l’errance la ligne par excellence du roman, et du chevalier errant le personnage essentiel de ce genre littéraire :

  • 353 G. Deleuze et F. Guattari, 1980, Mille Plateaux, Paris, Minuit, p. 213.

quand le roman commence, par exemple avec Chrétien de Troyes, il commence par le personnage essentiel qui l’accompagnera dans tout son cours : le chevalier du roman courtois [qui] passe son temps à oublier son nom, ce qu’il fait […] où il va […] et ne cesse de tracer une ligne de déterritorialisation absolue, mais aussi d’y perdre son chemin, de s’arrêter et de tomber dans des trous noirs353.

  • 354 Ibid., p. 212.

7Par ce mouvement de déterritorialisation du chevalier, Deleuze et Guattari ont voulu représenter la possibilité pour l’art d’échapper aux compositions d’ordre et aux dichotomies classiques des systèmes dominants, ce qui dans notre cas correspond aux paradigmes mythiques du Moyen Âge qui ont agi sur les premiers romans de chevalerie en mettant les chevaliers de la Table Ronde au service du mythe du Graal. Depuis le Perceval de Chrétien de Troyes, le Graal a orienté toute quête chevaleresque, mais, comme Deleuze et Guattari le soulignent, si le roman de chevalerie n’est pas mort avec Don Quichotte, ni le roman en général avec Beckett, c’est parce qu’on peut se demander si « dans certaines circonstances, le chevalier ne pourra […] pas pousser le mouvement toujours plus loin, traversant le trou noir354 ». On pourrait donc se demander si Perceval ne pourrait pas sortir du droit chemin de la foi qui à la fin du Conte du Graal le conduit chez l’ermite.

  • 355 I. Calvino, « Le Chevalier inexistant », dans Nos Ancêtres, Paris, Le Seuil, 2001.
  • 356 I. Calvino, 1976, Le Château des destins croisés, Paris, Le Seuil.
  • 357 J. Roubaud, 1997, Le Chevalier silence. Une aventure des temps aventureux, Paris, Gallimard.

8Dans cette perspective, nous tenterons de retrouver le mythe chevaleresque à l’extrémité opposée de la ligne qui l’avait engendré au Moyen Âge, et notamment dans les œuvres d’Italo Calvino – Le Chevalier inexistant355 et Le Château de destins croisés356 – et dans Le Chevalier Silence de Jacques Roubaud357, variantes modernes de chevaliers mythiques qui semblent réaliser les conditions nécessaires pour sortir des schémas du mythe et faire en sorte que ce dernier se mette au service du roman.

  • 358 I. Calvino, « Le Chevalier inexistant », op. cit, p. 454-455.

9 Le Chevalier inexistant d’Italo Calvino, comme nous pouvons l’imaginer à son nom, cherche avant tout à justifier son existence, et si son armure n’était pas littéralement vide, rien dans sa quête ne trahirait le principe des quêtes mythiques du Moyen Âge, où les chevaliers de Chrétien de Troyes découvraient leur destin au fur et à mesure que leur quête avançait. Certes, il est vrai qu’à la différence de la plupart des chevaliers mythiques, le personnage de Calvino, Agilule, connaît déjà aussi bien son identité que ses origines, et se présente à Charlemagne comme « Agilulfe, Edme Bertrandin et des Guildivernes et autres de Carpentras et Syra, chevalier de Sélimpie Citérieure et de Fez ». Pourtant, cela ne le dispense pas de la quête et de l’aventure chevaleresques, dont en effet il connaît bien le sens, car lorsque le roi des Francs lui demande comment il s’acquittera de ses charges vu qu’il n’existe pas, Agilulfe répond : « À force de volonté, Sire, […] et de la foi en la sainteté de notre cause », ce qui nous fait dire, avec Charlemagne, que « c’est justement ainsi que l’on fait son devoir358 ». Et si, une fois son honneur et son nom mis en doute, Agilulfe abandonne sa mission (car on insinue que la fille du roi d’Écosse qu’il avait sauvée des violences de deux brigands en réalité n’était pas vierge) – si donc après cette révélation et malgré sa fausseté, il renonce à son existence en abandonnant, à la fin du récit, son armure – néanmoins, il n’est certainement pas le premier chevalier de l’histoire du roman à subir un échec, comme le montrent les illustres exemples de Chrétien de Troyes – de la recréantise d’Erec au silence coupable de Perceval devant le cortège du Graal. Ce n’est donc pas l’inexistence d’Agilulfe qui empêcherait le personnage de poursuivre sa mission de chevalier. Pas plus que l’ironie de Calvino, à notre avis, ne viendrait détourner les lignes de force de la tradition chevaleresque, qui, comme nous l’avons vu, à partir de la fin du Moyen Âge, empruntent souvent la voie de l’ironie.

10En outre, après le Moyen Âge, c’est par la légère ironie de l’Arioste que les chevaliers romanesques ont pu se libérer petit à petit du poids de la réalité pour jouer avec l’espace et le temps indéfinis du mythe et entrelacer leurs histoires pendant les siècles à venir. C’est ainsi, par exemple – grâce à cette légèreté ironique – qu’Astolphe s’est retrouvé sur la lune pour y chercher la raison perdue de Roland. Par ailleurs, le motif de l’irréflexion de Roland serait aussi l’attribut de ce à quoi la chevalerie ressemblera, un siècle plus tard, avec Cervantès, à savoir : une folle illusion.

  • 359 Ibid., p. 600.
  • 360 « Amis Rollant, de tei ait Deus mercit ! Unques nuls hom tel chevaler ne vit Por granz batailles j (...)

11Dans son ensemble, alors, l’histoire d’un chevalier à l’armure vide, « inexistant » comme celui de Calvino, ne semblerait pas s’éloigner des lignes directrices de la tradition, d’autant plus qu’à la fin, après la « mort » d’Agilulfe, Charlemagne reconnaît sa valeur : « Fais honneur aux armes que tu portes – dit-il à Rambaldo, le jeune chevalier qui hérite de l’armure du Chevalier inexistant – Cet Agilulfe avait un caractère difficile mais pour ce qui est d’être un soldat, il avait la manière359. » Et si le discours est moins solennel que celui qui avait inspiré Charlemagne à la mort de son neveu dans la Chanson de Roland360, le résultat n’est pas si différent, car, dans le roman de Calvino comme dans la Chanson, d’autres aventures chevaleresques sont annoncées en conclusion du récit. En particulier, chez Calvino, nous voyons le jeune chevalier Rambaldo partir au XXe siècle en bataille contre les Sarrasins.

  • 361 I. Calvino, « préface » à Nos Ancêtres, Paris, Le Seuil, 2001, p. 14-15.
  • 362 I. Calvino, « Cybernétique et fantasmes, ou de la littérature comme processus combinatoire », op. (...)

12Dans son travail de romancier, Calvino lui-même semble entrer dans le rôle du chevalier et reproduire dans sa démarche d’écriture un schéma narratif qui ressemble à celui qu’on a mis en évidence chez Chrétien de Troyes. En effet, à l’instar du chevalier courtois, qui poursuit son errance pour découvrir son destin et révéler sa valeur à lui-même comme aux autres, Calvino déclare que son travail consiste à raconter des histoires où « quelqu’un se donne volontairement une règle difficile et la suit jusqu’à ses ultimes conséquences, parce que sans elle, il ne serait lui-même ni pour lui ni pour les autres361 ». Ce motif, dont la ressemblance avec la quête médiévale est évidente, il le décrit dans la préface à la trilogie de Nos Ancêtres, comme une « propulsion intérieure » du récit. Si donc nous y reconnaissons une des variantes du mythe chevaleresque, ce n’est pas seulement au niveau du discours que ce motif reproduit, mais aussi et surtout au niveau de cette fonction propulsive qui lui est attribuée. Calvino expliquera en effet dans « Cybernétique et fantasmes » que « le mythe est la part cachée de toute histoire, la part souterraine, la zone non explorée, parce que les mots manquent pour arriver jusque-là362 ». C’est sans doute à cause du fait que les mots manquent, alors, qu’il doit sentir le besoin de se donner une règle et de la suivre jusqu’au bout. En effet, dans Le Chevalier inexistant, aussi bien que dans l’ensemble de la trilogie de Nos Ancêtres qui le contient, c’est à partir des images que Calvino développe ses histoires ; le langage vient après coup :

  • 363 I. Calvino, « préface », op. cit., p. 10.

Je n’avais, au départ, que cette impulsion, et une histoire à l’esprit, ou plutôt une image. À l’origine de toutes mes histoires que j’ai écrites, il y a toujours une image. […] Mais lorsque je commence à écrire tout cela est encore dans un état lacunaire, à peine esquissé dans mon esprit. Ce n’est qu’en écrivant que chaque chose finit par trouver sa place363.

13Ces images qui font l’impulsion des récits seraient alors, tout comme le mythe, la part souterraine des histoires, et les mots, à savoir l’acte même de l’écriture, finissent par correspondre à la mission que se donne le romancier, en quête, dirions-nous, de son propre roman.

14S’il y a subversion du mythe chevaleresque dans Le Chevalier inexistant, c’est donc à notre avis au niveau de la démarche d’écriture, car l’opération que Calvino accomplit sur le langage correspond à une interprétation littérale des images-guides du récit : son chevalier est littéralement inexistant et son récit finit par se réduire à un ensemble de lignes que le narrateur essaie d’entrelacer à la manière des vieux romans, mais qui semblent fuir tout contrôle. Ainsi, lorsqu’Agilulfe retrouve la fille du roi d’Écosse, nous lisons :

  • 364 I. Calvino, « Le Chevalier inexistant », op. cit, p. 578.

ici je fais une petite croix pour indiquer la grotte, […] et pour pouvoir la retrouver ensuite. Mais voyons… Que peut bien être cette ligne qui passe par là, elle aussi ? Je n’en ai pas la moindre idée. Ma feuille de papier est devenue un fouillis inextricable de traits lancés dans toutes les directions364.

15À l’opposé de tout processus de mythisation de l’image du chevalier, l’opération de Calvino réduit cette image à son support, le symbolisme à une modeste synecdoque, un chevalier à une armure : on dirait qu’il veut montrer au lecteur le dessous des cartes. Par ailleurs, cela coïncide exactement avec la démarche d’écriture du Château des destins croisés, où, en pleine expérience oulipienne, Calvino se livre à une écriture combinatoire, réglée par des suites de cartes de tarots disposées sur une table : un immense carré d’histoires de la littérature réduites à quelques images, et à une conscience nouvelle, celle, par exemple, du récit des « Deux histoires où on se cherche pour s’y perdre » :

  • 365 I. Calvino, Le Château des destins croisés, op. cit., p. 108.

Je ne sais depuis combien de temps (des heures ou des années) Faust et Parsifal s’appliquent à retrouver leurs itinéraires, tarot après tarot, sur la table de la taverne. Mais chaque fois qu’ils se penchent sur les cartes, leur histoire se lit d’une autre façon, elle subit des corrections, des variantes, elle se ressent des humeurs de la journée et du cours des pensées, elle oscille entre deux pôles : tout et rien365.

  • 366 Ibid., p. 109.

16Puis, un peu plus loin, Parsifal conclura : « le noyau du monde est vide, […] ce qui existe se construit autour d’une absence, au fond du Graal il y a le tao366. »

  • 367 I. Calvino, « Cybernétique et fantasmes », op. cit., p. 203.
  • 368 I. Calvino, Le Château des destins croisés, op. cit., p. 102.

17La littérature alors semble bien poursuivre sa mission – sa quête – mais elle change de forme. Car, depuis la conscience moderne, non seulement le Graal est vide, mais, comme le souligne Calvino, au fond du graal il y a le tao, symbole complexe formé de deux demi-cercles, ou deux spirales, une ascendante et une descendante, représentant l’unité au-delà du dualisme, et donc animé par un mouvement perpétuel. C’est ainsi que, selon nous, agit le mythe du Graal dans le roman de Calvino, à savoir comme un mouvement en spirale qui emporte le roman avec lui. Et si à la fin du Château, au centre de la table de la Taverne où Parsifal a disposé ses cartes, une case reste vide, c’est sans doute pour représenter ce que quelques années plus tôt Calvino a décrit comme la fonction du mythe : « le mythe est un vide du langage, qui aspire les mots dans son tourbillon et donne au conte une forme367. » Par ailleurs, littéralement le terme tao signifie « sentier », et sans doute ce n’est pas un hasard si le Parsifal de Calvino, différemment de celui de Chrétien de Troyes – qui suit un sentier « tout droit » pour aller chez le saint ermite – « devra accomplir un long détour (comme l’indique le signe serpentin du Deux de Deniers)368 ».

18Or la ligne serpentine est, depuis Tristram Shandy, symbole du roman. Héritière des entrelacements médiévaux et sans doute source de la « ligne labyrinthique » de Calvino ainsi que de la « déterritorialisation absolue » de Deleuze, on dirait que cette ligne décrit toute sorte de prouesses romanesques et ainsi faisant qu’elle finit par représenter le véritable mythe du roman au XXe siècle. C’est précisément ainsi que nous l’avons identifiée dans la forme romanesque du Chevalier Silence de Jacques Roubaud, où le roman, qui réécrit une histoire médiévale – Le Romand de Silence attribué à Heldris de Cornouaille – semble finalement dépasser les limites des schèmes mythiques desquels il était surgi. En réalité, nous ne savons pas si c’est à la déterritorialisation absolue du chevalier que pensait Jacques Roubaud quand il écrivit son Chevalier Silence, mais il nous semble qu’il prend à la lettre la citation de Deleuze et Guattari que nous avons évoquée plus haut, puisqu’à la fin de l’histoire il laisse son personnage être englouti par un véritable trou noir. Sans aucun doute, Roubaud devait du moins avoir en tête la direction que prend le mythe chevaleresque dans les romans de Calvino, notamment le Chevalier inexistant, car le personnage d’Agilulfe fait son apparition parmi les autres chevaliers de la Table Ronde réunis autour du chevalier Silence. Ainsi, le Chevalier Silence, en tant que réécriture d’un roman médiéval au seuil du troisième millénaire, avec ses clins d’œil à la littérature contemporaine, se situe à la fin d’un parcours du roman directement relié à celui de la quête médiévale du Graal.

  • 369 Notons que le nom de Walllwein est significativement écrit avec trois « l », comme à vouloir signi (...)

19Aussi bien dans sa version médiévale que dans sa version moderne, le personnage de Silence est en quête de son identité parce qu’en réalité il est une femme que ses parents déguisent et éduquent en homme pour échapper à la tyrannie d’un roi, qui, pour des raisons différentes dans les deux versions, a légiféré contre les femmes de son royaume. Si dans la version originale l’entrelacement des aventures et des lignes du récit obéit à une dimension téléologique supérieure et aboutit à une fin conventionnelle (le roi découvre que Silence est une femme, mais reconnaît sa valeur et sa beauté et se marie avec elle), en revanche, dans la version de Roubaud, Silence est amoureuse d’un chevalier nommé Walllwein369, absent de la version médiévale. En plus, elle tue le roi, et dans sa fuite, se retrouve sur l’île mythique d’Avalon, que Roubaud situe aux antipodes du monde. C’est là que, à la fin du roman, elle retrouve son amoureux, et au moment de retourner ensemble en arrière, ils empruntent une sorte de trou dans l’océan, comme un entonnoir. Mais Silence sera engloutie par ce tourbillon et, dans un mouvement en spirale, disparaîtra de l’histoire.

20La spirale vient donc ici se substituer à la quête linéaire du discours mythique. De plus, elle semblerait même gouverner la structure entière du récit. En effet au chapitre dix-neuf le narrateur nous donne des indices sur le fonctionnement de son histoire :

  • 370 J. Roubaud, op. cit, p. 74.

Ici le conte a un choix à faire […]. Le chapitre 6 fut d’une importance particulière, le chapitre 13 (juste après la complétion du 12) aussi. Donc celui-ci, qui vient juste après le 18, doit être le théâtre d’un événement important (comme le sont tous les événements que je consigne) mais structurellement important370.

  • 371 S. Chevallier, « Le Chevalier Silence, Une aventure des temps aventureux de Jacques Roubaud. Une c (...)
  • 372 Dans la sextine les mots-rimes en fin de vers se retrouvent dans un ordre différent à chaque strop (...)

21Or, le chapitre 6 introduit la figure de Walllwein, le chapitre 13 raconte le départ de celui-ci à la recherche de son père, et le chapitre 19 les retrouvailles à la cour d’Arthur. Suzy Chevallier a noté que cette succession de chapitres est construite selon la structure de la sextine, quoique déstabilisée, parce que fondée non sur la répétition du 6 mais du 6+1, à cause de l’ajout de Walllwein371. Ce personnage, qui n’est pas présent dans le récit médiéval, serait alors un élément étranger dans l’histoire, que Suzy Chevallier considère comme une erreur du système, permettant le dépassement de la contrainte. En réalité, si l’on regarde le roman tout entier, la structure de la sextine – six sizains suivis d’un envoi de trois vers – est bien respectée, car le récit, composé de trente-neuf chapitres, est divisible en six blocs de six chapitres, avec un bloc final de trois qui sert de dénouement et d’épilogue. Donc si l’hypothèse de Walllwein comme élément déstabilisant est intéressante, à notre avis c’est plutôt parce que son introduction dans l’histoire met en mouvement la permutation en spirale qui décrit la position des mots à la rime dans la sextine372.

22Comme la sextine, le récit semble alors fonctionner par tours de spirale, ce qui signifie que finalement le chevalier arrive à pousser le mouvement du récit toujours plus loin, comme l’avaient souhaité Deleuze et Guattari. En effet, à partir de l’entrée en scène de Walllwein, tous les six chapitres, l’histoire risque de se terminer sur une fin plus ou moins conventionnelle, mais à chaque fois elle reprend, sans doute attirée par le tourbillon final, et repart pour un autre tour – ou détour – entrelaçant les aventures selon un ordre nouveau, comme pour essayer toutes les combinaisons possibles des éléments des mythes de la Table Ronde.

23Dans cette perspective, comme nous l’avons annoncé, après une série d’aventures qui content les circonstances particulières de la naissance de Silence, au chapitre 6 Walllwein entre en scène et change les sorts du récit médiéval : non seulement Silence tombe amoureuse de celui-ci, mais dans cette version roubaldienne du roman elle n’est plus destinée au mariage ni avec le roi, comme c’était le cas dans la version médiévale, ni avec Walllwein. En effet, au chapitre 12, alors qu’on contemple une scène d’amour entre Silence et Walllwein, toute union conjugale entre le héros et l’héroïne est rejetée. Car, au chapitre 13, donc au début de la deuxième série de 6 chapitres, Walllwein remet en mouvement le récit et part à la recherche de son père à la cour d’Arthur. Ensuite, on arrive au chapitre 18, où Walllwein, au cours de son errance, reste prisonnier d’une guivre ; Silence le retrouve, et le sauve. Pourtant, encore une fois, la fin heureuse est rejetée, car au chapitre suivant – le début du troisième tour de spirale, ou strophe, de la sextine – Walllwein doit poursuivre sa recherche, il se sépare donc de Silence, et repart. Et ainsi de suite, jusqu’au dénouement final. Enfin, comme nous l’avons annoncé, l’histoire ne se termine pas, mais s’ouvre sur le tourbillon qui engloutit Silence.

24Ainsi, dans un mouvement en spirale, Roubaud détourne définitivement la ligne droite du récit original. Mais c’est précisément en détournant la matière médiévale que le roman donne à voir sa liberté de création, en contribuant ainsi à la pérennité de cette matière qu’il détourne. Et c’est ce détour infini, à partir de modèles et de formes dominants comme le Graal et le tao de Calvino, qui fait perdre au mythe sa fonction symbolique conventionnelle au profit d’une fonction auxiliaire, mais non moins fascinante. Il s’agit, dirions-nous, de combler le vide qui s’est ouvert dans le roman du XXe siècle, et de préférer au mythe chevaleresque les prouesses du langage.

Notes

345 E. Köhler, 1974, L’Aventure chevaleresque, idéal et réalité dans le roman courtois, Paris, Gallimard.

346 Ibid., p. 96.

347 N. Frye, 1969, Anatomie de la critique, Paris, Gallimard, p. 227.

348 P. Brunel (dir.), Dictionnaire des mythes littéraires, 2000, Monaco, Éditions du Rocher.

349 M. Zink, « Arthur », in Dictionnaire des mythes littéraires, op. cit., p. 185.

350 au sens que lui donne Erich Köhler – de « connaissance du juste comportement qu’il convient d’adopter dans le monde » (op. cit., p. 75).

351 J. Huizinga, 1989, L’Automne du Moyen Âge, Paris, Payot, p. 124.

352 I. Calvino, « Cybernétique et fantasmes, ou de la littérature comme processus combinatoire » (1967), dans Défi au labyrinthes, Paris, Le Seuil, 1984, tome I, p. 207 et 208.

353 G. Deleuze et F. Guattari, 1980, Mille Plateaux, Paris, Minuit, p. 213.

354 Ibid., p. 212.

355 I. Calvino, « Le Chevalier inexistant », dans Nos Ancêtres, Paris, Le Seuil, 2001.

356 I. Calvino, 1976, Le Château des destins croisés, Paris, Le Seuil.

357 J. Roubaud, 1997, Le Chevalier silence. Une aventure des temps aventureux, Paris, Gallimard.

358 I. Calvino, « Le Chevalier inexistant », op. cit, p. 454-455.

359 Ibid., p. 600.

360 « Amis Rollant, de tei ait Deus mercit ! Unques nuls hom tel chevaler ne vit Por granz batailles juster e defenir La meil honor est turnet en declin » « Vendrunt li hume, demanderunt noveles Je lur dirrai merveilluses e pesmes : Morz est mo i niés, ki tant me fist cunquere » « Roland, mon ami, que Dieu ait pitié de toi ! Jamais personne n’a vu un chevalier d’une telle trempe, capable d’engager et de gagner des grandes batailles. Ma gloire commence à décliner. […] Mes vassaux viendront me demander des nouvelles. Je leur en donnerai de stupéfiantes et d’effroyables : il est mort mon neveu, lui à qui je dois tant de conquêtes. » P. Jonin (éd.), Paris, La Chanson de Roland, v. 2881-2891 et 2916-2932, p. 286 et 288.

361 I. Calvino, « préface » à Nos Ancêtres, Paris, Le Seuil, 2001, p. 14-15.

362 I. Calvino, « Cybernétique et fantasmes, ou de la littérature comme processus combinatoire », op. cit., p. 203.

363 I. Calvino, « préface », op. cit., p. 10.

364 I. Calvino, « Le Chevalier inexistant », op. cit, p. 578.

365 I. Calvino, Le Château des destins croisés, op. cit., p. 108.

366 Ibid., p. 109.

367 I. Calvino, « Cybernétique et fantasmes », op. cit., p. 203.

368 I. Calvino, Le Château des destins croisés, op. cit., p. 102.

369 Notons que le nom de Walllwein est significativement écrit avec trois « l », comme à vouloir signifier la filiation avec le personnage original de Walwein (Gauvin).

370 J. Roubaud, op. cit, p. 74.

371 S. Chevallier, « Le Chevalier Silence, Une aventure des temps aventureux de Jacques Roubaud. Une création Oulipo-médiévale », in N. Koble et M. Seguy (dir.), 2009, Passé présent. Le Moyen Âge dans les fictions contemporaines, Paris, Rue d’Ulm, coll. « Aesthetica ».

372 Dans la sextine les mots-rimes en fin de vers se retrouvent dans un ordre différent à chaque strophe, notamment dans l’ordre donné lorsqu’on suit les méandres d’une spirale :
Image

Auteur

La Sapienza
Doctorante à l’Université Paris 7 et mène, sous la direction de N. Piégay-Gros, une thèse intitulée Résurgences du mythe chevaleresque : Jacques Roubaud, Italo Calvino et Robert Pinget. Ella a publié « Robert Pinget contemporain » (Europe, 969-970,2010) et « Eros mélancolique di Jacques Roubaud e Anne Garréta » (www.insulaeuropea.eu)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540