Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chances du roman, charmes du mythe

 | 
Marie-Hélène Boblet

Deuxième partie. Le mythe à l’épreuve du roman : défigurations, refigurations

« Le puzzle du mythe ». Mélusine dans Les Fruits du Congo

Alain Schaffner

Texte intégral

  • 226 Ph. Walter, 2008, La Fée Mélusine. Le Serpent et l’oiseau, Paris, Imago, p. 21.

1« Analyser un mythe, ce n’est pas s’intéresser à des motifs narratifs isolés que l’on va tenter d’interpréter pour eux-mêmes. C’est plutôt découvrir dans les textes des groupes de motifs liés entre eux et relevant d’une séquence narrative particulière. La récurrence de ces motifs et de ces séquences dans un même texte ou dans des textes distincts fait émerger le puzzle du mythe. Dans le cas de Mélusine, ces motifs basiques et solidaires sont la rencontre d’un humain et d’un être féerique, le pacte conclu avec une créature humaine, puis la transgression du pacte par cette dernière. On ne parlera de mythe que dans la mesure où on repèrera dans des contextes distincts la combinaison nécessaire de tous ces motifs même s’ils présentent parfois quelques variations de surface226. »

  • 227 A. Vialatte, 1995, Légendes vertigineuses du Dauphiné, Étrépilly, Christian de Bartillat.
  • 228 A. Vialatte, [1951], Les Fruits du Congo, Paris, Gallimard, coll. « L’Imaginaire », 1Les numéros d (...)

2La présence du mythe de Mélusine, manifeste quelques années plus tôt dans les Légendes du Dauphiné227, est à première vue très discrète dans Les Fruits du Congo228. Dans son troisième roman publié chez Gallimard, Alexandre Vialatte utilise de manière récurrente le terme de « mythologies » pour décrire l’imaginaire de ses collégiens vivant dans une petite ville de province, au lendemain de la Première Guerre mondiale. Leurs rêveries font naître un monde de fiction où règnent en maîtres des figures tutélaires comme l’inquiétant

3M. Panado (sorte d’allégorie du mal) ou l’exotique « grande négresse » de l’affiche des « Fruits du Congo » – « maternelle, terrible et ténébreuse » (FC, 294). Mais quel rapport entre la vie de ces collégiens chimériques et le mythe de la femme-serpente ? Après avoir rappelé les principaux éléments du mythe et le contexte narratif dans lequel elle s’inscrit, nous examinerons sa réécriture parodique dans les Légendes du Dauphiné avant d’examiner la surprenante dispersion des mythèmes dans Les Fruits du Congo.

La séquence médiévale du mythe mélusinien

  • 229 L. Harf, 1984, Les Fées au Moyen Âge. Morgane et Mélusine. La Naissance des fées, Paris, Honoré Ch (...)

4« En 1392, Jean d’Arras entreprend de raconter la noble histoire de Lusignan et de la fée Mélusine, leur ancêtre, par deux de leurs descendants, Jean de Berry et sa sœur Marie, duchesse de Bar. Un second roman de Mélusine est composé entre 1401 et 1405 par le libraire parisien Coudrette, pour illustrer la famille de Parthenay en soulignant ses liens avec les Lusignan, donc avec Mélusine », écrit Laurence Harf dans Les Fées au Moyen Âge229. Dans le roman de Jean d’Arras, La fée Présine a épousé Elinas, le roi d’Écosse. Mais elle lui a fait jurer qu’il ne tente pas de la voir pendant ses couches s’ils ont des enfants. Lorsqu’elle accouche de trois filles, Elinas ravi ne peut s’empêcher de se précipiter à son chevet. Elle disparaît alors avec ses enfants : Mélusine, Mélior et Palestine. Les trois filles tirent vengeance de leur père en l’enfermant dans une montagne. Lorsqu’elle l’apprend, Présine les maudit : Mélusine, l’aînée, est condamnée à se changer en serpent « du nombril jusqu’au bas du corps » tous les samedis. Toutefois si un homme veut bien l’épouser, promettre de ne pas la voir ces jours-là et ne pas chercher à découvrir qui elle est, elle deviendra une femme comme les autres.

  • 230 Pour plus de précisions, on pourra consulter l’article de M. Grodet, « Le secret de Mélusine dans (...)

5Raymondin, errant une nuit dans la forêt de Colombiers alors qu’il vient de tuer accidentellement son oncle, le comte de Poitiers, au cours d’une chasse au sanglier, rencontre à la fontaine de Sé trois dames dont la plus belle lui offre sa main et sa protection à condition qu’il jure de ne jamais chercher à la voir le samedi. Elle lui donne ensuite dix fils, dont huit sont marqués d’une étrangeté physique qui est le signe de leur origine merveilleuse. Raymondin ne cesse de s’enrichir ; grâce à sa protection, il devient Raymond, le puissant seigneur de Lusignan. Mais le frère du héros, le comte de Forez, le pousse à enfreindre l’interdit. Un samedi, le héros perce un trou dans le mur de la chambre qui abrite Mélusine et découvre son secret : elle se baigne dans une cuve et le bas de son corps est une queue de serpent. Raymond cache d’abord sa découverte et Mélusine fait semblant de ne s’être rendu compte de rien. Mais après le forfait de son fils Geoffroi, qui a mis le feu à l’abbaye de Maillezais et a fait périr les cent moines qui s’y trouvaient, Raymond accuse publiquement Mélusine, la « très fausse serpente », d’être à l’origine de ce massacre. Alors, la fée se métamorphose en serpente, s’envole du château de Mervent pour rejoindre la tour Poitevine du château de Lusignan et y disparaître230.

6« Ainsi se déroulent donc, pour Jean d’Arras, les amours d’un mortel et d’une fée :

  1. Une fée, sous la forme d’une très belle femme, épouse un mortel.
  2. Le futur époux doit accepter une condition, qui prend la forme d’une interdiction. Cette interdiction peut porter sur :
    • la nudité de la fée
    • la disparition de la fée le samedi : il ne faut alors poser aucune question (c’est la condition imposée par Mélusine à Raimondin)
    • l’accouchement de la fée (Présine, mère de Mélusine, exigera du roi Elinas qu’il reste éloigné d’elle durant sa gésine)
  3. Le couple jouit d’une prospérité éclatante aussi longtemps que l’époux tient sa parole.
  4. Le pacte est violé : la fée disparaît et avec elle « tout le bonheur petit a petit »231.
  • 232 Ibid., p. 113.

7Toujours selon Laurence Harf, le schéma mélusinien se met en place en trois temps : « La rencontre du mortel et de la fée », « Le pacte » et « La violation du pacte »232.

  1. « La rencontre » comprend, dans le roman de Jean d’Arras, la chasse et la mort accidentelle du comte Aymeri, tué par Raymondin, l’errance dans la forêt (de Colombiers) et l’arrivée à la Fontaine de Soif où trois dames l’attendent auprès de l’eau.
  2. « Le pacte » se noue ainsi : une des dames, éblouissante de beauté et avertie du crime que Raymondin vient de commettre, lui offre sa main. En échange, il ne cherchera jamais à la voir le samedi. Les noces sont célébrées, Raymondin devient Raymond, dix fils naissent.
  3. « La violation du pacte » est provoquée par les accusations malveillantes du frère de Raymond, le comte de Forez, qui provoquent sa jalousie. Raymond observe d’abord Mélusine au bain par un trou percé dans la porte avec son épée (première transgression). Il découvre alors que « toute la partie inférieure de son corps, sous le nombril, avait la forme d’une queue de serpente, grosse comme une caque de harengs et d’une extraordinaire longueur, avec laquelle elle fouettait si violemment l’eau du bassin qu’elle éclaboussait la voûte de la salle233 ». Raymond se désespère d’avoir perdu Mélusine en transgressant le pacte, mais elle fait comme si elle ne s’en était pas aperçu puisqu’il n’a parlé à personne. Désespéré par l’acte insensé de Geoffroy la Grand-Dent, son fils, qui a mis le feu à l’abbaye de Maillezais où était entré son frère Fromont, Raymond se livre à une accusation publique de Mélusine, qualifiée de « tresfaulse serpente »234 (deuxième transgression). Cette fois, Mélusine ne peut plus lui pardonner : le pacte est définitivement rompu. Elle se transforme en serpente et s’envole : « Alors, poussant une plainte déchirante et un formidable gémissement, elle se précipita dans les airs, s’éloigna de la fenêtre et dépassa le verger tandis qu’elle se transformait en une grande et grosse serpente longue de quinze pieds235. »
  • 236 L. Harf, op. cit., p. 204.

8Laurence Harf propose dans son livre une distinction très éclairante entre les contes mélusiniens et les contes marganiens : « Les contes mélusiniens s’intéressent à la venue d’une fée parmi les mortels, à son union avec l’un d’entre eux, union rompue par la transgression d’un interdit, après la naissance d’un ou plusieurs enfants. Dans les contes que j’ai choisi de nommer morganiens, le voyage se fait dans l’autre sens : au lieu de venir au-devant de l’élu de son cœur, la fée l’entraîne dans son royaume, où elle tente de le retenir236. » Nous allons maintenant nous intéresser à la manière dont Vialatte réutilise le schéma mélusinien en le « transgressant » (métaphoriquement) de deux façons différentes, c’est-à-dire en l’adaptant au contexte contemporain.

Première transgression du mythe : Mélusine dans Les Légendes du Dauphiné

  • 237 « Au Moyen Âge, le samedi est un jour où il faut absolument éviter certaines activités qui ont un (...)

9Après avoir publié La Basse Auvergne en 1936, présentation humoristique des curiosités géographiques et historiques de sa région, Vialatte fait de même pour la région d’origine de sa femme, le Dauphiné, entre 1943 et 1946. Son guide de voyage imaginaire, resté à l’état de manuscrit, n’est finalement publié, à titre posthume, qu’en 1995. Cette version très humoristique prend ses aises avec le mythe, faisant de Mélusine une lavandière (interprétation finalement pas si absurde, si l’on en croit les analyses de Philippe Walter237). Elle atteste en tout état de cause d’un intérêt marqué de Vialatte pour ce mythe quelques années avant l’écriture des Fruits du Congo.

10Vialatte introduit le mythe de Mélusine – importé du Poitou dans le Dauphiné – à propos des grottes de Sassenage, dans lesquelles on dit que Mélusine se serait cachée. On y voit une table de pierre et la cuve dans laquelle, dit-on, elle se baignait le samedi. Mélusine surprise au bain par son époux se serait réfugiée dans les grottes de Sassenage, qu’elle ne quitta plus que pour annoncer la mort imminente d’un des membres de la famille des Bérenger, les seigneurs de Sassenage. N’ayant pu reprendre sa forme humaine, elle attendit son mari, assise sur un rocher et ses larmes tombèrent dans les eaux du Furon où elles se transformèrent en pierres, les « pierres ophtalmiques », dites « larmes de Mélusine » ou « pierres d’hirondelle ».

11Les conditions originelles de la rencontre dans la forêt, auprès de la source, disparaissent dans le texte de Vialatte. Mélusine et le châtelain sont devenus de simples voisins, de condition sociale différente :

  • 238 Légendes vertigineuses du Dauphiné, p. 35.

Elle était belle comme le jour et habitait, pour être précis, juste au-dessus de Sassenage, les fameuses grottes du Furon dont les tines formaient ce vestibule qui lui offrait tant de commmodités d’hygiène. Le châtelain logeait sur la rive gauche, juste en face, et ce fut de là que vinrent toutes les complications, car cette position géométrique appelait l’aventure et la coïncidence. (Fatale géométrie, détourne-toi des hommes ! tu provoques de tragiques destins…)238.

12L’histoire de Mélusine et du châtelain rejoint la structure des contes de fées, la rencontre avec le prince charmant, mais présentée au second degré, avec beaucoup de dérision :

  • 239 Ibid., p. 38.

Le jeune châtelain l’aperçut et voyant qu’elle était si belle et lavait si bien les mouchoirs, il en eut des frissons d’amour et en devint mélancolique. Mélusine, quant à elle, sentit immédiatement qu’un chevalier si convenable et qui avait un si beau château serait fatalement l’homme de toute sa vie ; elle comprenait les exigences de la légende. De si grands sentiments ne pouvaient, dans la tradition de l’époque, que finir par un riche mariage239.

13La deuxième étape du schéma mélusinien, le pacte, apparaît très nettement dans cette version, sous une forme naturellement ironique :

  • 240 Ibid., p. 38.

Le châtelain épousa donc sa lavandière.
« À une condition pourtant, dit Mélusine la veille des noces.
–Laquelle ? demanda le châtelain.
–Jurez d’abord, fit Mélusine, que vous l’observerez toujours.
Le châtelain, aveugle comme l’amour et étourdi comme la jeunesse, jura tout ce que voulut la fée.
–Voici ma condition, expliqua Mélusine : vous ne chercherez jamais à me voir le samedi ».
Le châtelain n’y vit pas malice. Il savait que le samedi est un jour de lessive et pensait sagement que la buanderie est le domaine exclusif des femmes et qu’il fallait passer à cette lavandière un tic professionnel, profitable au ménage. D’ailleurs il était amoureux et les feuilletons de l’époque étaient pleins de circonstances beaucoup plus extraordinaires240.

14Mais les conditions de la transgression ont quelque peu changé, le frère malintentionné est remplacé par une simple erreur, proche d’un acte manqué :

  • 241 Ibid., p. 38.

Jusqu’à ce beau matin où il se trompa de jour en entendant sonner les cloches. Il crut que c’était pour la grand’messe. Il se vêtit donc à la hâte et, pour aller plus vite, prit par un souterrain qui allait droit à la chapelle. Au bout de ce souterrain s’ouvrait une porte basse donnant sur un réduit glacial et ténébreux. Ce cabinet secret servait de laboratoire à son physicien familier pour préparer toutes sortes d’huiles propres à rendre invulnérable et à faire repousser les membres. C’était la pièce la plus fraîche du château241.

  • 242 Si la Mingrélie est bien une principauté de Géorgie, donc pas exactement dans les Carpates, la Pin (...)

15Dans ce réduit où il conserve dans l’alcool « le grand dragon de Pingrélie242 qu’il avait tué dans les Carpates », le châtelain découvre un étrange spectacle :

  • 243 Ibid., p. 39.

Quel ne fut pas son étonnement en découvrant la porte ouverte. Il n’était pas au bout de sa stupeur. Car sa femme était sous la table, nue comme un ver et roulée en spirale, la tête dressée, tel un serpent. En cherchant à analyser cette posture si énigmatique, il s’aperçut, affreux détail, qu’à partir du nombril et au-dessous de la ceinture, Mélusine n’était plus que couleuvre et tire-bouchon. Seul le mari d’une blanchisseuse, qui s’aperçoit au bout de vingt ans de mariage qu’il épousa une femme-serpent, peut dire la stupeur de cet homme243.

  • 244 Ibid., p. 40.
  • 245 Idem.

16Suit une explication entre la lavandière et le châtelain. Sa femme lui avoue : « Je suis la fée Mélusine244 », et tire la morale de cette histoire : « Je suis de la race des fades qui redeviennent serpentes le samedi. Combien d’autres le sont tout le temps qui n’en prennent jamais la forme245. » Le châtelain de son côté, considérant que « Cette histoire est désagréable », demande à Mélusine de faire son acte de contrition :

  • 246 Idem.

Et ayant tiré son grand sabre, il s’apprêtait à l’abattre sur la fée en lui posant le pied sur la queue, quand elle se redressa d’un bond, en déroulant toutes ses spirales.
« Maudit sois-tu ! » s’écria-t-elle.
Et elle sauta dans les eaux du Furon pour y cacher sa honte, sa rage et sa queue de couleuvre246.

  • 247 « Selon d’autres traditions, elle faisait partie de toute une troupe de fées de Sassenage qui guér (...)
  • 248 « Les savants sont si au courant de tout ce qui touche cette Mélusine qu’ils vous expliqueront aus (...)

17Si la transformation de Mélusine en serpente, mythème fondamental, a bien lieu, on remarquera que Mélusine n’est pas surprise au bain, et que la confrontation avec son mari est privée et non publique comme dans le roman de Jean d’Arras. Quant à l’envol de Mélusine, il n’apparaît que sous la forme de « battements d’ailes » dans une des variantes de la légende mentionnée par Vialatte247. Cette version parodique fort peu connue de la légende de Mélusine fait apparaître un travail documentaire de l’écrivain (recherches sur le nom de Mélusine248, enquête sur les variations de la légende) dont il retient pour son propos les éléments les plus pittoresques.

Deuxième transgression du mythe : Dora dans Les Fruits du Congo

  • 249 Pour d’autres versions modernes du mythe, on pourra se reporter au volume Mélusine moderne et cont (...)

18Lorsqu’il revient au mythe de Mélusine en écrivant Les Fruits du Congo, Vialatte a au moins deux prédécesseurs illustres dans la littérature du XXe siècle : Franz Hellens (Mélusine, 1920) et André Breton (Arcane 17, 1947)249.

19Le récit poétique de Vialatte est pris en charge à la première personne par un narrateur sans nom dont on sait simplement qu’il est le meilleur ami du personnage principal, Frédéric Lamourette. Les deux jeunes gens, collégiens dans une petite ville de province (jamais nommée non plus), probablement juste après la Première Guerre mondiale, rencontrent une énigmatique jeune fille, qui se fait appeler Dora, au bord du fleuve. Frédéric et le narrateur tombent tous deux amoureux d’elle et tentent de percer son mystère car personne ne connaît ni son vrai nom ni son adresse. Plus tard, la jeune femme est assassinée par un fou, le maniaque Vingtrinier, père de son fiancé, dans d’étranges circonstances. Frédéric s’engage alors dans l’armée coloniale pour rejoindre « la grande négresse » qui le faisait tant rêver sur l’affiche des « Fruits du Congo » – publicité pour le commerce d’agrumes reconvertie en affiche de recrutement pour l’armée coloniale. Résumée ainsi, l’intrigue n’a pas grand-chose à voir avec Le roman de Mélusine, mais le schéma mélusinien dégagé par Laurence Harf y est parfaitement lisible.

  • 250 Le président déclare ainsi au narrateur : « Vous devez d’abord vous rendre compte, en tant que mem (...)
  • 251 C’est moi qui souligne.

201– La rencontre du mortel et de la fée – Au club des « Plaisirs de Corée » où se réunissent les adolescents, le président propose dans leur langage lyrique breton-chinois250 d’attribuer « les diableries du fleuve à la dame des Îles elle-même, la terrible sirène qui a été capturée dans les vases de l’Oubanghi par M. Vantre-Breton au cours de ses grandes chasses chinoises dans ses immenses propriétés sur les rives de la Dordogne, et qui se change en couleuvre bleue tous les samedis » (FC, 48). La référence à Mélusine ne peut pas être plus claire. La main de la « Reine des Îles » y est symboliquement donnée à « Nick Carter » (49), c’est-à-dire à Frédéric Lamourette : « M. Nick-Breton-Carter-Chinois ici présent épouse la reine des Îles, et M. Panado, qu’il importe de garder, travaille dans l’ombre contre ce couple sympathique. » (49) La rencontre avec Dora se produit juste après cette proclamation, comme si elle en résultait directement : « Elle suivait le bord du fleuve. » (51) Le lendemain, nouvelle apparition, au bord du fleuve, de Dora, décidément aquatique, qui fait des ricochets : « leur vol lançait sur le fleuve un pont immatériel dont les dernières arches filaient sur l’eau comme une couleuvre et se perdaient au loin dans une traînée d’argent » (52)251. La référence métaphorique au serpent inscrit de nouveau clairement Dora dans le mythe mélusinien. L’image est reprise plus loin dans le roman, lorsque Dora est dite « souple comme une couleuvre, dure au froid, avec ses cailloux, ses rames humides, son odeur de roseau mouillé »(274).

  • 252 Ph. Walter, op. cit., p. 74.

21Plusieurs autres traits de Mélusine sont ensuite décelables lors de ses différentes apparitions : Dora semble avoir des pouvoirs de divination, elle a « des gestes de Pythie » (51), selon les propos ironiques du narrateur, on lui a « allumé des herbes sous le derrière » (66). Plus tard dans le roman, elle apparaîtra capable de prédire l’avenir et sa propre disparition. Dora déclare par exemple à Frédéric qui vient de venir la voir chez elle pour la première et la dernière fois que l’auteur du ballet « avait tout prévu, vous le verrez un jour… Il avait mis des Oublieurs dans le ballet des Génies du Fleuve… » (226). Or la divination, selon Philippe Walter, est une des caractéristiques de Mélusine : « En effet, comme sa mère, Mélusine a la capacité de savoir tout ce qui va se passer. Elle prédit en détail à Raymondin son avenir immédiat : comment il se fera attribuer un fief par le comte de Poitiers, comment se dérouleront ses noces, comment il devra partir en Bretagne pour réclamer ses terres. Elle lui décrit chaque fois avec précision ce qui va advenir. Ensuite tout arrive exactement comme elle l’a annoncé. Elle emploie un futur de certitude qui ne laisse aucun doute sur la nature de ses annonces : elles sont véritablement prophétiques252. »

  • 253 Ibid., p. 31.

22Autre caractéristique que Mélusine partage avec Dora : l’androgynie. Dora est « maigre et plate » (51), « elle sent […] la pipe » (56), elle porte un vêtement d’homme (55). « À la fois coupable et victime de son sort, Mélusine renvoie à l’univers archaïque d’une féminité ambiguë où l’on a cru reconnaître parfois le mythe de l’androgynat primitif. En réalité, l’ambiguïté fondamentale de la femme-animal réside dans sa nature mi-divine, mi-humaine. Elle consacre la séparation entre l’ordre humain et l’ordre divin mais elle garde son lien tacite avec l’Autre Monde253. »

  • 254 Ibid. p. 108.
  • 255 C’est moi qui souligne.

23Pour Philippe Walter, « La figure de Mélusine ne devient mythologiquement compréhensible que lorsqu’on la relie à la mythologie des créatures marines254 ». « Si son fiancé avait fait d’elle, je ne sais trop pourquoi, la reine des Choses qui Volent, elle ne m’est jamais apparue que comme la reine des Choses Liquides, celles qui coulent et qui s’enfuient – mais qui reflètent les châteaux et les villes – la reine des brumes, des eaux, des algues. » (92) Enfin, dans le roman, la qualité de « fée du moyen âge » de Dora est plusieurs fois signalée : « Dora parut en princesse orientale, en reine du songe, en fée du moyen âge, en je ne sais quoi de biblique et de mythologique, en vision de porte-plume souvenir, bref, pour tout dire, en bohémienne255. » (113)

  • 256 Ph. Walter, op. cit., p. 236.

242– Le pacte et l’interdit – Le pacte est formulé dans le roman par les enfants avec lesquels Dora élabore le « Ballet du fleuve » où elle est « la Reine des Îles, du Labyrinthe et du Moulin à Vent ». Frédéric doit lui aussi y souscrire : « Tu es Dora, la reine des Îles, du Labyrinthe et du Moulin à Vent, personne ne doit savoir ton nom ni ton adresse […] » (114). L’anonymat de Dora est également lié à la question de l’interdit. « L’interdit mélusinien consiste tantôt à ne pas regarder une femme en couches, tantôt à ne pas la regarder nue, tantôt à ne pas demander son nom256. » « Jamais Dora ne nous a dit son vrai nom, nous ne sûmes pas où elle habitait. Nous ne savions pas d’où elle était venue. Ce n’était peut-être qu’un songe du fleuve. » (98) Le statut de Dora, comme celui de Mélusine, est hybride entre l’eau et l’air, entre le serpent-poisson et l’oiseau. Le mariage symbolique de Frédéric et de Dora rappelle celui de Mélusine et de Raymondin. Il est annoncé par le président des Plaisirs de Corée (48). Les jeunes gens passent une soirée dans les Îles où ils échangent « des empires et des royaumes » (56). Enfin leurs fiançailles sont célébrées lors de la grande fête des cerfs-volants : « Il fut même fiancé à la Reine, et la Reine dut l’embrasser et chanter des chansons plaintives en s’accompagnant de la guitare, et Frédéric joua de l’accordéon. » (123)

253– La violation du pacte, la transformation de Mélusine et sa disparition – Frédéric et le narrateur cherchent à percer le mystère de Dora, à découvrir sa véritable identité (on voit que le schéma mélusinien est ici contaminé par le schéma morganien : Mélusine se fait passer pour humaine alors que Dora, humaine, se fait passer pour une fée). Les deux adolescents cachés au grenier observent

26Dora, au café du Labyrinthe, avec sa troupe d’enfants : « par les fentes des planches, on voyait toute la salle » (111). La scène rappelle très clairement la première violation du pacte par Raymond, où celui-ci surprend Mélusine au bain par une fente pratiquée dans la porte. La deuxième violation du pacte apparaît lorsque les deux collégiens, interrogeant une de ses amies au cinéma, apprennent le nom, « Marthe Perrin-Darlin », et l’adresse de Dora : « 15, avenue des platanes » (191). Cela signe la fin de leur histoire avec Dora : « La reine du ballet, dit-elle, n’a pas le droit de donner son adresse, vous savez bien qu’elle meurt quand on apprend son nom » (226), dit Dora à Fred.

27À l’envol de Mélusine correspond par déplacement l’envol grotesque en ballon de M. Vingtrinier, « raide comme une vipère » (307), juste après le meurtre de Dora, à l’occasion du centenaire de l’usine à gaz. En effet, les deux violations successives du pacte ont pour conséquence la disparition de Dora-Mélusine remplacée dans la fiction par un énigmatique python. La disparition de Dora coïncide avec une présence fortement marquée de la figure du serpent dans la fiction. Frédéric, fiancé de Mélusine, est lui-même marqué du signe du serpent, comme le montre son déguisement lors de la kermesse :

Du pouce, l’abbé Chaumy, dans la pommade pas sèche, lui dessina un serpent menaçant sur la poitrine et l’estomac, un serpent à lunettes qui ressemblait à M. Vantre, et qui resta couleur de la peau de Lamourette jusqu’au moment où un petit, très excité par son travail de coloriage, le peignit en vert et en jaune pendant qu’un autre attachait à Fred une couronne de plumes sur la tête. Fred, immobile, se laissait faire en somnambule. [...] Ainsi paré, il ressemblait à Chingachgook, « le Grand Serpent », dans le roman de Fenimore Cooper. C’était le nom qu’il porterait toute la journée. (299)

28Quand, à la fin de la journée, Frédéric retire son déguisement de Peau-Rouge, « ce fut le serpent qui s’effaça le mieux, il partit par écailles. (L’onguent tenait plus fort.) Mais la trace resta imprimée ; elle formait une place claire sur la peau » (318). Comment mieux figurer la disparition de Dora et l’empreinte qu’elle laisse dans l’esprit et dans le corps de Frédéric ?

29Toute la fin de la troisième partie des Fruits du Congo est ainsi occupée par une action qui n’est incongrue qu’en apparence – tant son lien avec le mythe de Mélusine est étroit -. Il s’agit de la poursuite du serpent échappé :

Le python du cirque Arthur Winter, celui que son dompteur appelait Fernand, s’était échappé dans la foule. [...] Aïcha, la charmeuse, s’était mise à plat ventre et sifflait devant la gueule du gouffre, à l’adresse de l’enfant prodigue, un air étrange et monotone, quelque romance pour serpent échappé. (306)

30Au cours de son errance dans les rues de la ville, Frédéric rencontre « un groupe d’hommes disparates [...] armés de triques ou de revolvers » (322) avec à leur tête M. Vantre, le principal du collège, armé d’un fusil Lebel, qui pourchassent le python. Puis, le jeune homme est confronté directement au serpent :

Au bout de la rue de l’octroi, il aperçut devant une laiterie une chose noire et longue, une espèce de conduit qui finissait par l’un de ses bouts dans une terrine, sur le trottoir. Un homme furieux tapait dessus à coups de balai. [...] C’était le python.
L’homme prit Fred à témoin :
–Vous l’avez vue cette serpente ? [...]
–Sacrée couleuvre ! criait-il, moi je crains ça comme le diable ! Mais je te sortirai, feignant ! (330)

31Le python est ici féminisé et l’Auvergnat emploie pour le désigner d’abord le terme qui est employé par Raymond dans le roman de Jean d’Arras (« très fausse serpente »), puis celui que Frédéric utilisait pour se représenter Dora (une « couleuvre »). Ce n’est qu’à l’extrême fin du roman que le narrateur rappelle, comme s’il s’agissait d’un oubli de sa part, le sort de ce fameux serpent :

Le Principal est mort d’ivrognerie en faisant le cours de morale. Ai-je dit qu’il avait tué le python ? Il le tua devant la boucherie Hauzéaux, juste au moment où il sortait de l’égout, d’une balle blindée, comme un ennemi de la République. Et il s’en fit vertement attraper par M. Winter, le directeur de la ménagerie et par Aïcha la charmeuse. (451)

  • 257 Dans la légende de Mélusine, « la malédiction de Mélusine est rattachée à une faute de son père qu (...)

32Entre-temps, M. Vingtrinier a tué Dora. On comprend un peu mieux, désormais, son étonnante déclaration lorsqu’on le découvre chez lui auprès du cadavre de Dora et qu’il prend conscience du sang sur ses manchettes : « “Le sang du python”, expliqua-t-il avec un geste de la main qui reléguait ce détail au rang d’une bagatelle... Il ajouta : “J’ai tué tous les serpents... Hérédia n’a jamais menti...” » (336). M. Vingtrinier, dans son délire, confond les femmes qu’il a tuées avec des serpents, donnant toute sa force à la légende de Mélusine257.

33Reste à savoir la raison pour laquelle Vialatte réutilise ce mythe avec une telle constance dans son œuvre : inquiétude récurrente face à la féminité (on a pu rapprocher le mythe de Mélusine de l’inquiétude face aux menstrues périodiques de la femme), angoisse de la mort (le serpent, capable de muer, étant une figure symbolique de l’immortalité), crainte de la mutilation ou des figures hybrides ou monstrueuses qui hantent les rêveries les plus poétiques des hommes (les sirènes, la Lorelei, du côté masculin : les faunes et les satyres), peur de la part animale et de la violence que portent en eux les femmes et les hommes qui les désirent (la circulation du motif du serpent est particulièrement parlante de ce point de vue) ? L’éventail des interprétations reste ouvert. Le lecteur recompose à sa guise le puzzle du mythe.

  • 258 Ph. Walter, op. cit., p. 19.
  • 259 Ibid., p. 237.
  • 260 Ibid., p. 21.

34Le mythe de Mélusine informe et nourrit à la fois le personnage de Dora et la structure narrative des Fruits du Congo en combinaison avec d’autres mythes, ceux de Laocoon – autre mythe du serpent, particulièrement présent dans l’œuvre –, de Lorelei et de Salomé. « Mélusine est une figure primordiale de l’origine. Elle est le condensé d’un monde primitif où les créatures n’étaient pas encore assignées exclusivement à l’un ou l’autre des éléments : le poisson à l’eau, le serpent à la terre et l’oiseau à l’air258. » « Défi constant à la logique ordinaire et au sens commun, le mythe justifie qu’une créature mythique soit à la fois poisson, serpent et oiseau. Il dépasse le paradoxal, voire l’incohérence, pour atteindre d’autres échelles de vérité et susciter d’autres modes de compréhension259. » L’accès aux profondeurs psychologiques de l’intériorité se double, sur le plan esthétique, d’une réflexion sur les mécanismes de la fiction. « Le mythe est donc un récit, mais ce récit n’a pas de forme fixée et rigide. Ses motifs constituants peuvent connaître des variations réglées qui ne remettent pas en cause le développement narratif de la séquence de base260. » L’esthétique du kaléidoscope, que défend Vialatte, se prête particulièrement bien à la remise en jeu du « puzzle du mythe », sous la forme de mythèmes épars, à tel point qu’on peut parfaitement lire Les Fruits du Congo sans prendre conscience de la présence cryptée, mais structurante, du mythe.

Notes

226 Ph. Walter, 2008, La Fée Mélusine. Le Serpent et l’oiseau, Paris, Imago, p. 21.

227 A. Vialatte, 1995, Légendes vertigineuses du Dauphiné, Étrépilly, Christian de Bartillat.

228 A. Vialatte, [1951], Les Fruits du Congo, Paris, Gallimard, coll. « L’Imaginaire », 1Les numéros de pages de cette édition figurent entre parenthèses après les citations du roman.

229 L. Harf, 1984, Les Fées au Moyen Âge. Morgane et Mélusine. La Naissance des fées, Paris, Honoré Champion. Le texte de Jean d’Arras est accessible en édition bilingue, sous le titre Mélusine ou La Noble Histoire de Lusignan, dans la collection « Lettres gothiques » du Livre de Poche (2003).

230 Pour plus de précisions, on pourra consulter l’article de M. Grodet, « Le secret de Mélusine dans les romans français et l’iconographie aux XIVe et XVe siècles », Questes, n° 16 (http://questes.free.fr/pdf/bulletins/secret/Grodet.pdf). À la fin du roman, Mélusine « revient cependant la nuit s’occuper de ses deux derniers enfants en bas âge. Raymondin quant à lui se retire dans un couvent. Le roman de Coudrette suit à peu de choses près le même schéma. Il ne débute pas par l’enfance de Mélusine, qui est toutefois narrée plus tard dans le récit, et rapporte aussi le destin des sœurs de Mélusine. » (M. Grodet, art. cit., p. 2).

231 L. Harf, op. cit., p. 83-84.

232 Ibid., p. 113.

233 Jean d’Arras, Le Roman de Mélusine, p.661. La « caque »est un baril dans lequel on conservait et transportait les harengs.

234 Ibid., p. 693.

235 Ibid., p. On reconnaît là « les soupirs de la sainte et les cris de la fée » du célèbre poème de Nerval, « El Desdichado ».

236 L. Harf, op. cit., p. 204.

237 « Au Moyen Âge, le samedi est un jour où il faut absolument éviter certaines activités qui ont un lien avec le temps : le filage, tout d’abord. […] Le lavage du linge est également concerné ainsi que toute activité rythmée. Les lavandières avec leur battoir évitent certains moments de l’année pour laver leur linge. […] Le samedi, dans son bain, Mélusine tient de la lavandière. Elle se livre à des ébats qui rappellent ceux des maîtresses du destin. […] Elle retrouve un temps qui n’est plus du tout celui du devenir mortel mais celui de l’immortalité. Elle jouit pleinement de son être mythique et atemporel. » (Ph. Walter, op. cit., p. 226).

238 Légendes vertigineuses du Dauphiné, p. 35.

239 Ibid., p. 38.

240 Ibid., p. 38.

241 Ibid., p. 38.

242 Si la Mingrélie est bien une principauté de Géorgie, donc pas exactement dans les Carpates, la Pingrélie semble bien être une invention de Vialatte.

243 Ibid., p. 39.

244 Ibid., p. 40.

245 Idem.

246 Idem.

247 « Selon d’autres traditions, elle faisait partie de toute une troupe de fées de Sassenage qui guérissaient les yeux avec de petits cailloux et annonçaient le trépas des humains trois jours d’avance par des cris de douleur. Si on ne les voyait pas toujours, on entendait leurs rires, leurs appels, leurs murmures. L’air était plein de leurs battements d’ailes. » (Ibid., p. 43)

248 « Les savants sont si au courant de tout ce qui touche cette Mélusine qu’ils vous expliqueront aussi qu’elle était fille d’une certaine Présine et qu’elle avait, selon une légende littéraire, épousé un géant qui lui donna douze filles dont l’une la rendit belle-mère de Guigues d’Albon qui était le seigneur du pays. Son nom de Mélusine viendrait de Mère Lusine, de Lucine, la déesse latine, et ce serait d’elle que les Dauphins auraient tenu leur nom et leurs armoiries. Mais il est difficile de tout croire à la fois. » (Ibid., p. 42).

249 Pour d’autres versions modernes du mythe, on pourra se reporter au volume Mélusine moderne et contemporaine, A. Bouloumié et H. Béhar (dir.), L’Âge d’Homme, « Bibliothèque Mélusine », 2001. On sait que Vialatte connaissait bien l’œuvre de Franz Hellens, mais il n’est pas sûr qu’il ait lu Arcane 17.

250 Le président déclare ainsi au narrateur : « Vous devez d’abord vous rendre compte, en tant que membre conscient des “Plaisirs de Corée”, que toutes vos pensées doivent tendre à réaliser dans la vie, dans un style nettement breton, une atmosphère purement chinoise. » (46)

251 C’est moi qui souligne.

252 Ph. Walter, op. cit., p. 74.

253 Ibid., p. 31.

254 Ibid. p. 108.

255 C’est moi qui souligne.

256 Ph. Walter, op. cit., p. 236.

257 Dans la légende de Mélusine, « la malédiction de Mélusine est rattachée à une faute de son père qui préfigure celle de son époux » (Max Milner, 1991, On est prié de fermer les yeux, Gallimard, « Bibliothèque des Idées », p. 91). « La faute de Mélusine est donc d’avoir, par solidarité mal inspirée envers sa mère, choisi le parti de la race maternelle avec la monstruosité latente qui s’y attache, contre le parti du père, représentant, malgré sa défaillance, le pouvoir humanisant de la Loi » (Ibid., p. 92).

258 Ph. Walter, op. cit., p. 19.

259 Ibid., p. 237.

260 Ibid., p. 21.

Auteur

Université Paris 3, Sorbonne nouvelle
Écritures de la Modernité

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540