Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chances du roman, charmes du mythe

 | 
Marie-Hélène Boblet

Première partie. De la mythobiographie à la mythographie : Claude Louis-Combet, Henry Bauchau

Henry Bauchau, écrivain mythographe : enjeux littéraires et ethos auctorial

Myriam Watthee-Delmotte et Jérémy Lambert

Texte intégral

  • 115 U. Heidmann, 2010, discussion lors du colloque Mythes, littératures, cultures. Quelles méthodes po (...)

1L’œuvre d’Henry Bauchau apporte un éclairage important sur la situation discursive des écrivains contemporains qui se placent dans la position d’héritiers d’un imaginaire mythique et proposent sa reconfiguration, dès lors qu’elle représente, selon la spécialiste des mythes Ute Heidmann115, un point de basculement culturel à cet égard. Nous tenterons d’expliciter cette intuition de la comparatiste en considérant, au départ du cas Bauchau, quels enjeux spécifiques un auteur de l’après-guerre peut poursuivre lorsqu’il se confronte à la matière mythique ou met en œuvre sa référence. Nous observerons la spécificité de l’ethos discursif et auctorial mis en jeu.

  • 116 Voir les inédits confiés par l’auteur au Fonds Henry Bauchau de l’Université catholique de Louvain
  • 117 D. Maingueneau, 2004, Le Discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Coli (...)
  • 118 H. Bauchau, 2005, La grande Muraille. Journal de La Déchirure, Arles, Actes Sud, coll. «  Babel », (...)

2Partir de l’œuvre de l’écrivain belge pour traiter des usages du mythe dans le roman français et francophone depuis les années cinquante invite d’emblée à une précaution historiographique : Henry Bauchau est, certes, contemporain de la production romanesque d’après-guerre sur le plan de l’édition, mais non pas de l’écriture, puisque les archives montrent qu’il pratique la poésie et le récit dès 1932116. L’écrivain est né en 1913, ce qui induit que sur le plan de la culture qui l’a formé, c’est-à-dire de la « communauté discursive » 117qui définit l’ensemble des normes partagées qui déterminent sa conception de la littérature, il est un homme de l’entre-deux-guerres. C’est pourquoi ses idéaux littéraires, au moment où il entreprend d’écrire un roman, ne rejoignent pas nécessairement ceux de la génération de l’immédiat après-guerre. En date du 4 avril 1960, il note dans son journal : «  Il faut que je lise les œuvres de ces nouveaux romanciers : Sarraute, Robbe-Grillet, Butor, Beckett. Il y a là pour moi un certain ennui, une attention exagérée portée à la technique du roman qui affaiblit les personnages et surtout le plaisir du récit. Maisilne s’agit plus de récit, plutôt de séquences.118 » La question qu’il soulève, à savoir celle du récit, nous semble être la clef de voûte de sa position mythographique, dont nous tenterons de montrer que c’est en assumant la mémoire culturelle qu’elle peut se donner le moyen d’innover.

  • 119 H. Godard, 1990, « Giono : la création romanesque », présentation de Jean Giono, Entretiens avec J (...)

3Pour l’écriture romanesque, Henry Bauchau semble prendre pour modèle un écrivain qui, dans le paysage français des années 1950 et 1960, se démarque de ses contemporains, à savoir Jean Giono. Après plusieurs années de silence forcé lié à la mécompréhension de sa position en temps de guerre, Giono publie coup sur coup plusieurs romans d’une facture très différente de celle qui avait fait sa gloire jusque-là : il renouvelle complètement sa manière et propose plusieurs grandes œuvres qui imposent des personnages puissants, tels Langlois dans Un roi sans divertissement et Angelo dans Le Hussard sur le toit. Comme le fait remarquer Henri Godard, « ce jaillissement d’œuvres narratives a d’autant plus frappé que dans le même temps plusieurs des grands contemporains de Giono semblent abandonner le roman, les uns (Montherlant, Mauriac) pour le théâtre, les autres (Malraux) pour l’essai, et que la production de leurs cadets ne fournit guère d’exemples de cette fécondité ni de ce pouvoir de conviction immédiate119 ». Dans un entretien avec Indira de Bie, Henry Bauchau exprime son admiration en pointant précisément la faculté de Giono à être un romancier mythographe :

  • 120 H. Bauchau, novembre 2002, « Entretien avec Indira de Bie », in Nunc. Revue poétique, Bruxelles, n (...)

–Vous citez très souvent Giono.
–Il me semble que c’est le seul romancier français qu’on puisse comparer à des écrivains de domaines très différents où règne une part mythique comme chez Conrad, Kipling, ou l’auteur de Moby Dick. Chez Giono il y a une création de grands mythes et en même temps un sens de la nature. Je préfère la seconde partie de son œuvre à la première, où d’un point de vue stylistique il ne s’est pas encore tout à fait trouvé120.

  • 121 On lira sur ces questions : P. Citron, 1990, Giono 1895-1970, Paris, Le Seuil ; M. Watthee-Delmott (...)
  • 122 J. Giono, 1974 [1932], Jean le Bleu, Paris, Le Livre de Poche, p. 142.
  • 123 H. Bauchau, 1972, « La vie, l’œuvre, l’époque », postface au Régiment noir, Bruxelles, Passé prése (...)
  • 124 H. Bauchau, février 1971, « Chroniques de l’âge d’or (à propos de Deux cavaliers de l’orage de Jea (...)

4En fait, plusieurs facteurs convergent pour désigner Giono comme un modèle aux yeux de Bauchau, qui ne sont pas tous d’ordre strictement littéraire. D’abord – circonstance à ne pas sous-estimer –, il faut souligner la parenté de destins de ces deux hommes dénigrés par leurs compatriotes et accusés de traîtrise en temps de guerre par mécompréhension de leur position121 : une même amertume marque pour eux la sortie de la guerre, le même constat d’une violence aveugle et injuste exercée à leur égard, assortie d’un besoin de se reconstruire une dignité bafouée. Or, depuis leur enfance, tous deux ont une tendance commune à opposer aux déceptions de la vie, y compris celles que cause la banalité quotidienne ou la trahison des proches, les échappées qu’offrent les grands récits imaginaires de la littérature. C’est dans un contexte d’évasion qu’ils entrent tous deux en contact, dès leur jeune âge, avec la littérature mythologique, hors de tout cadrage scolaire : Giono découvre Homère dès l’adolescence, dévore ses récits au milieu des blés et sent s’épanouir toute sa sensualité « dans L’Iliade rousse »122. Bauchau compense le malheur d’être, à douze ans, éloigné de la famille et de l’école par une maladie qui l’exile en Suisse, puis sur la côte belge, par la lecture assidue de la collection des « Cent chefs-d’œuvre qu’il faut lire », dont il conclut que « cette façon d’aimer la littérature et le récit d’abord “pour l’histoire” est demeurée la sienne123 ». Et c’est précisément le talent de raconteur d’histoires que Bauchau retrouve chez Giono : « Cette façon abrupte, et familière, et formidable de conter, je la connais, je la reconnais depuis l’enfance, c’est la démarche du conteur124 ».

  • 125 H. Bauchau, 2009, Les Années difficiles. Journal 1972-1983, Arles, Actes Sud, p.33.
  • 126 H. Bauchau, 1992, Jour après jour. Journal 1983-1989, Bruxelles, Les Éperonniers, « Maintenant ou (...)

5C’est surtout ce que l’écrivain de Manosque publie après 1945 qui attire Bauchau. Dans son journal du 2 juillet 1972, il note : « Le grand Giono est décidément celui de l’après-guerre125. » Il présente les Deux cavaliers de l’orage comme « l’un des chefs-d’œuvre » du romancier et pense trouver dans Le Déserteur « le ton narratif dont [il doit] s’inspirer pour [son] roman Œdipe sur la route126 ». S’il avoue que c’est le Giono de la deuxième manière, dit « stendhalien », qui l’interpelle, il faut observer que c’est effectivement le mode de la chronique qui organise le mode narratif de ses propres romans, dans une forme de plus en plus diariste. Si La Déchirure (1966) s’organise encore à l’intérieur d’un cadre symbolique de sept journées, ensuite la matière romanesque coïncide totalement avec le mode très libre des annales : Le Régiment noir (1972) est la chronique de la Guerre de Sécession réinventée sur le plan onirique, Œdipe sur la route (1990) a quelque chose d’un road movie, Antigone (1997) relate en « je », au jour le jour, l’histoire de l’héroïne de son retour à Thèbes à sa mort, L’Enfant bleu (2004) est le journal sans dates d’une thérapeute, Le Boulevard périphérique (2008) celui du témoin d’une agonie en hôpital, Déluge (2010) celui de l’accompagnement d’un artiste dément et L’Enfant rieur (2011) l’anamnèse des années de jeunesse remémorées au fil des ans. La distorsion temporelle, chez Bauchau, lorsqu’il arrive qu’elle s’opère, ne peut marquer que des flash-back explicatifs insérés dans une trame qui rend compte avant tout de la linéarité du temps qui défile, et d’un mûrissement au gré des rencontres et des événements qui ne se préparent pas tant qu’ils se découvrent et se traversent. Le temps joue ainsi un rôle de révélateur, au sens photographique du terme : c’est son déroulement dans la lenteur qui révèle le héros à lui-même, dans une structure où le temps joue un rôle constructif. Le sens n’est pas donné, mais élaboré au fur et à mesure de l’expérience, il apparaît dans l’après-coup dans une herméneutique du quotidien.

  • 127 À Indira de Bie, il explique : « C’est une conception propre à notre époque où les changements bru (...)

6On voit tout ce qui relie cette représentation du temps à l’expérience analytique, qui a été pour Bauchau le creuset de sa vocation d’écrivain, et tout ce qui l’oppose à la représentation tragique classiquement attachée aux figures mythiques. Les héros mythiques de Bauchau, une fois devenus des protagonistes romanesques, n’offrent plus la matière d’une tragédie ordonnancée selon des règles qui reposent sur le schéma « crise et dénouement » ; il n’est plus question de climax, mais de lente maturation au gré des aléas de la vie. C’est pourquoi la figure d’Œdipe est traitée dans le cheminement entre Thèbes et Colone, soit dans le silence entre les deux pièces de Sophocle. Car ce qui intéresse l’auteur, ce sont moins les actes posés par Œdipe que l’évolution intérieure qu’il traverse. Selon lui, c’est le propre de la forme romanesque de rendre compte de cette métamorphose –ce en quoi ce genre correspond à la sensibilité contemporaine127.

  • 128 H. Bauchau, 1999, Journal d’Antigone, Arles, Actes Sud, p.501.
  • 129 H. Bauchau, Jour après jour. Journal 1983-1989, op. cit., p. 187.
  • 130 Cette question fait l’objet d’une réflexion épistémologique dans l’article de M. Watthee-Delmotte, (...)

7À cet égard, il souligne que son Antigone « n’est pas un personnage de tragédie, mais de roman, elle n’est pas la femme d’un acte, d’un débat, d’un refus. Elle est la femme d’un monde nouveau qui, à travers une longue initiation, trouve le courage d’agir et de penser sans modèle128 ». On saisit le caractère métatextuel de cette formule : le romancier Bauchau se constitue lui-même en s’éloignant des cadres et dans un long parcours d’écrivain en quête de sa propre voie. « Me voilà, misérable frère d’aucune Antigone129 », écrit-il dans son journal : sans modèle, en décalage avec un archétype mythique fascinant qui appartient au passé, inadéquat en regard du présent, appelant donc une réappropriation innovante130.

  • 131 H. Bauchau, « Entretien avec Indira de Bie », op. cit., p. 12.
  • 132 H. Bauchau, « Chroniques de l’âge d’or », op. cit., p. 19-20.

8Car si Henry Bauchau considère, en digne héritier de la psychanalyse, qu’il existe bien des invariants mythiques qui structurent l’imaginaire humain, il n’en pense pas moins que ce qui fait la valeur des mythes est leur force mythopoïétique, c’est-à-dire leur faculté à favoriser la créativité. Ainsi explique-t-il que si les Grecs ont eu le génie de créer des mythes « qui nous servent encore maintenant » à configurer et interpréter le réel, l’essentiel réside dans leur réactualisation, comme Freud a pu l’effectuer avec le complexe d’Œdipe. Il lui a redonné une force nouvelle : «  un mythe nouveau a été créé, devenu actif dans toute la société du XXe siècle131 ». Or c’est bien ce que Bauchau admire chez Giono, qui est, dit-il, entré « dans la vérité mythique […]. Celle qui importe, car la seule à pouvoir produire encore des actes vivants », ces actes étant, en l’occurrence, liés à « la démarche du conteur », avec « ces lents préliminaires où le temps, comme une falaise dans la brume, prend progressivement sa carrure, nous incite aux patiences nécessaires à l’élaboration du mythe et à l’acte de l’enchantement132 ».

9L’« enchantement » : le mot résume l’efficacité qui constitue pour Bauchau le propre de la littérature, et les jeux formels des nouveaux romanciers ne semblent pas pouvoir le lui offrir au même titre que les superbes histoires de Giono. Ce dernier, pour sa part, parle plutôt de « divertissement », en hommage à Pascal. Mais sous la diversité des vocables, la réalité visée est la même : la littérature agit. Et cette action n’est pas un coup de force extérieur, mais une métamorphose intérieure. Elle n’est pas de l’ordre du ponctuel, encore moins de l’achronie, mais de la longueur du temps. Sa forme propre, ce n’est donc pas la séquence, mais le récit.

10Il est intéressant de constater que le Giono « seconde manière » qu’apprécie tant Henry Bauchau est également celui qui produit les textes les plus sombres : l’écrivain quitte en effet dans sa création de l’après-guerre le lyrisme arcadien qui distinguait ses premières œuvres au profit d’un ton plus grave, qui lui semble mieux s’adapter à la complexité et à l’ambiguïté de la condition humaine qu’il tente alors de dépeindre. Cette modification essentielle, les événements traumatiques, aussi bien collectifs que personnels, engendrés par la Seconde Guerre mondiale l’ont déclenchée.

  • 133 M. Eliade, 2004 [1963], Aspects du mythe, Paris, Gallimard, coll. « Folio. Essais ».
  • 134 G. Gusdorf, 1953, Mythe et métaphysique. Introduction à la philosophie, Paris, Flammarion, p. 308  (...)

11L’angoisse a partie liée avec le mythe dans la mesure où il répond, selon Mircea Eliade, à l’angoisse ontologique de l’homme133. Cette affirmation entre en résonance avec une autre, proposée en 1953 par le philosophe et épistémologue Georges Gusdorf : « Dans la perspective du mythe, l’angoisse paraît elle-même une sorte de fondement. Elle est revêtue d’une validité existentielle, et donc doit être en quelque sorte reprise et assumée par l’être-au-monde134. » Rédigé dans l’après-guerre, à la suite d’autres publications aux titres suggestifs (comme L’Expérience humaine du sacrifice en 1948, le Traité de l’existence morale en 1949, ou encore Mémoire et personne en 1951), l’ouvrage Mythe et métaphysique, dont la citation est extraite, gagne à être éclairé par le biais de la figure de son auteur. Chez Gusdorf, Juif d’origine allemande qui a fait l’expérience des camps en tant que prisonnier de guerre, la valeur atemporelle et universelle du mythe se teinte d’une couleur particulière : il apparaît comme le garant, par sa reprise, de la validité existentielle d’une angoisse qui se fait jour au sortir de la guerre.

  • 135 P. Imbs, (éd.), 1974, Trésor de la Langue française. Dictionnaire de la langue du XIXe et du XXe s (...)
  • 136 Les événements de la Seconde Guerre mondiale apparaissent aux deux auteurs comme d’autant plus ter (...)
  • 137 Pour rappel, André Jolles définit le mythe comme « le jeu de la question et de la réponse » (1972, (...)

12Cette formulation du philosophe, bien qu’inscrite – ou parce qu’inscrite – dans un contexte d’écriture singulier, se révèle on ne peut plus vraie en ce qui concerne Giono et Bauchau. Si le concept d’angoisse, dans la perspective existentialiste qui constitue l’arrière-fond philosophique de la France des années 1940 et 1950, reflète une inquiétude métaphysique provoquée par une réflexion sur la condition humaine, il renvoie également à une sensation d’oppression, accompagnée de la crainte déclenchée par une impression d’impuissance du sujet135. Or, devant l’épreuve d’une guerre planétaire et l’horreur de la Shoah136, Giono et Bauchau interrogent, par le biais de l’écriture, la condition du sujet et son impuissance radicale. Certes, cette interrogation n’est pas neuve – d’où la possibilité même d’en passer par le mythe pour en débattre137 –, mais on peut considérer qu’elle ressurgit alors de façon brutale.

  • 138 Au sens où l’entend Kierkegaard [1843], c’est-à-dire reprise et ajustement à soi : « Ce dont on a (...)
  • 139 J.-M. Adam et U. Heidmann, 2009, Le Texte littéraire. Pour une approche interdisciplinaire, Louvai (...)
  • 140 Sur la question de la mémoire dans la littérature française contemporaine, on verra D. Viart, 1998 (...)

13Pour Gusdorf comme pour Bauchau, face à ce questionnement porté sur la condition humaine, le mythe constitue un instrument d’analyse et de compréhension privilégié. Les œuvres bâties à partir du récit mythique, comme celles de l’écrivain belge, se caractérisent par une poétique de la reprise138 dans la mesure où elles opèrent par une re-citation qui, selon la perspective de la comparaison différentielle139, est entendue comme une re-configuration énonciative et une re-sémantisation spécifique, c’est-à-dire comme une ré-actualisation. Elle assure, par la mise en place d’un espace d’interaction entre ce qui relève de l’inconscient collectif et ce qui touche à l’inconscient auctorial, toute la force mythopoïétique des mythes. S’éclaire ainsi l’historiographie littéraire selon laquelle la « mémoire » constitue l’un des motifs majeurs de la littérature française contemporaine, le récit se faisant à la fois le dépositaire et le témoin de cette mémoire qui tend, au-delà de ce seul cadre, à occuper une place toujours plus importante dans le discours social par l’entremise du devoir de mémoire, des lieux de mémoire, de la « juste mémoire140 », etc., tout en posant parallèlement la question de la part d’oubli indispensable à la résilience et à l’exercice de la créativité.

  • 141 Le problème réside dans la façon dont s’opère la resémantisation : la thérapeute, lorsqu’elle expl (...)
  • 142 H. Bauchau, La grande Muraille, op. cit., p. 36.
  • 143 J.-F. Hamel, 2006, Revenances de l’Histoire. Répétition, narrativité, modernité, Paris, Minuit.
  • 144 Ibid., p. 14.
  • 145 Ibid., p. 22.

14À l’instar de l’époptie antique, représentation théâtrale d’un mythe voué à l’enseignement d’un secret dans le cadre d’un rite initiatique, le récit mythique agit chez Henry Bauchau comme révélateur, un rôle que souligne sa pièce La Machination par le dispositif de la mise en abyme : une pièce œdipienne à fonction éclairante est enchâssée dans la trame de l’intrigue historique du récit principal. On peut y voir s’exercer une fonction similaire à celle jouée par les référents mythiques dans l’anamnèse de l’analysant (procédé dont Bauchau montre l’intérêt), mais aussi se profiler des dangers sur le plan de l’efficacité thérapeutique – évoqués par le ratage de Véronique à l’égard de son patient Orion dans L’Enfant bleu141. Dans son journal La grande Muraille, à la date du 3 mars 1960, Bauchau souligne l’importance, dans l’analyse, du travail actif de mémoire qu’il convient de réaliser : « L’analyse fait ressurgir le passé, le transforme et lui donne une physionomie et une signification nouvelles. Le passé continue, à partir de là, à vivre et à évoluer. Le temps passé est aussi un temps qui revient “modifié”, un temps qui arrive142. » Tout comme l’analyse fait « ressurgir le passé » et le reconfigure dans l’optique de lui conférer un sens à l’égard du présent, le récit mythique fait lui aussi ressurgir un trouble primitif, réactivé et reconfiguré par l’angoisse issue des aléas d’une histoire personnelle et/ou collective, et qui amène l’écrivain, et dans un second élan son lecteur, à une nouvelle intelligence de cette histoire. Jean-François Hamel, observant la littérature contemporaine, parle de « revenances de l’Histoire143 » qui consistent à reprendre indéfiniment le passé, mais dans un mouvement d’« affinités électives » et de « recul de l’origine », c’est-à-dire d’« ouverture du présent à ce qui diffère de ce dont il hérite144 ». Il montre comment la dynamique de la revenance s’opère toujours en regard de « ce qui institue le présent dans son identité propre », permettant subrepticement de faire voir « la séparation du présent face à ce qui le précède145 ».

  • 146 On notera à cet égard que si la Première Guerre mondiale coïncide avec l’esthétique cubiste, la Se (...)
  • 147 Au sens où il apparaît dans les lieux de légitimation que sont les lieux d’édition et de diffusion (...)
  • 148 J. Dewitte, 2007, Le Pouvoir de la langue et la liberté de l’esprit. Essai sur la résistance au la (...)
  • 149 Ibid., p. 253.

15Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, Henry Bauchau, s’il se présente comme un témoin et à ce titre ne peut que constater l’impuissance, voit l’inquiétude renforcée en lui par le fait qu’il s’est d’abord pensé acteur de cette Histoire. La rupture entre l’homme d’action qu’il a cru être, et qu’il n’est en définitive pas, incite l’écrivain belge à vivre l’angoisse de l’individu aux prises avec une identité morcelée – sentiment personnel, mais qui, dans un jeu d’analogie, témoigne du questionnement d’une société elle aussi aux prises avec son identité fragilisée146. Si le discours intellectuel dominant147 prône alors un éclatement irrémédiable du sujet contemporain – à l’image de la parole qui, désémantisée après Auschwitz, n’est plus en mesure d’exprimer –, Bauchau, pour sa part, adopte un point de vue différent, et met en œuvre ce qui est pour lui une forme de « résistance au langage totalitaire148 », au sens où l’entend Jacques Dewitte. Aidé par la psychanalyse qui lui révèle que sa véritable voie d’accomplissement est l’écriture, l’auteur entame un itinéraire scripturaire de type initiatique. C’est ainsi qu’il renonce à sa première carrière journalistique et politique de laquelle la guerre l’a débouté et que, pour passer « de la parole pétrifiée à la parole libérée149 », il prend progressivement acte de sa vocation littéraire qui l’éloigne du logos pour privilégier le muthos. Influencé par le taoïsme, il subsume la structure binaire action/non-action pour trouver, au sein même de cette contradiction, une unité fondée sur une totale créance dans le langage littéraire comme objet de performativité, c’est-à-dire de transformation de soi et, partant, du monde.

  • 150 Voir M. Watthee-Delmotte, 2010, Littérature et ritualité. Enjeux du rite dans la littérature franç (...)
  • 151 P. Ricœur, 1984, « L’expérience temporelle fictive », Temps et récit, tome 2, Paris, Le Seuil, p. (...)
  • 152 L. Déom, 2005, « Le roman initiatique : éléments d’analyse sémiologique et symbolique », in Cahier (...)

16Par la poétique de la reprise et la mise en exergue de l’efficacité de la parole qu’il induit, le récit mythique s’inscrit dans sa pleine relation avec le rite, cadre d’une hétérotypie150 dont il s’agit d’interroger la temporalité. Contrairement à ce qui apparaît chez des auteurs comme Michel Butor ou Claude Simon, où la référence au mythe s’opère par fragments en conformité avec leur valorisation d’un régime d’historicité basé sur un temps discontinu et plurivoque, chez Bauchau, la temporalité s’avère foncièrement linéaire et téléologique. Car ce qui distingue son recours au récit, c’est précisément la valorisation d’une traversée du temps : l’« expérience temporelle fictive », pour reprendre l’expression de Paul Ricœur151, devient une alliée. Loin d’apparaître comme une fatalité menant inexorablement vers l’anéantissement, le temps se fait alors, au contraire, le lieu d’une mutation, du déploiement d’un parcours conçu comme le creuset d’une métamorphose, d’une modification ontologique qui, à l’instar des Métamorphoses ovidiennes, s’apparente à celle du rite de passage152.

  • 153 I. Vanquaethem, 2011, Écrire en-je ? Déploiements du sujet chez Henry Bauchau. Thèse de doctorat e (...)

17L’ensemble de l’œuvre d’Henry Bauchau traduit cette tentative continuelle d’un sujet qui, par-delà le sentiment d’impuissance qui l’étreint, cherche un moyen de s’édifier, comme l’analyse Isabelle Vanquaethem153. Mais ce vaste ensemble, dont la cohérence imaginaire témoigne depuis plus de cinquante ans qu’il en est un, regroupe un certain nombre de textes qui font la part belle aux récits mythiques, ainsi qu’aux protagonistes engagés dans des parcours initiatiques. Ainsi, Œdipe sur la route présente le héros au cours de son cheminement personnel, qui le mène de son idendité de roi de Thèbes à celle d’aède Clairchantant. Dans la nouvelle Diotime et les lions, l’adolescente Diotime fait le lent apprentissage de son identité, guidée par la figure mythique du Vieillard-enfant (Lao Tseu) : elle parvient à faire émerger, aux côtés de la violence et de l’impulsivité des Lions dont descend son clan perse, la mesure et la patience de la Grèce à laquelle elle s’allie par mariage. Dans Déluge, le peintre pyromane Florian entraîne ses compagnons dans le colossal projet de peinture du déluge et transcende par cette entreprise artistique la pulsion destructrice qui l’anime.

  • 154 M. Henry, 2004, « Art et phénoménologie de la vie », dans Phénoménologie de la vie. De l’art et du (...)
  • 155 H. Bauchau, La grande Muraille, op. cit., p. 49.
  • 156 Ibid., p. 64.

18L’œuvre de Bauchau paraît ainsi inviter le lecteur à s’inscrire lui aussi dans ce lent processus de transformation ontologique, selon le principe de « contemporanéité » du texte littéraire développé par Michel Henry154, c’est-à-dire de partage de l’expérience pathétique. Dans son journal du 25 mars 1960, Bauchau écrit : « La guérison : par là on communie avec les autres, avec le monde qui se crée, j’ai l’air de ne m’occuper que de moi-même mais je suis avec tout ce qui lutte pour défaire les vieilles barrières et édifier un monde nouveau155. » Surmonter le malaise du sujet au sortir de la Seconde Guerre mondiale, tel est l’un des souhaits de l’écrivain belge qui déclare dans son journal que l’œuvre « honnête », celle « qui « cherche la vérité », est celle qui « marque un pas vers la jonction de la guérison individuelle et de la guérison collective156 ». Or, tout comme dans le cadre de la cure psychanalytique, la réponse à l’angoisse n’est pas tant l’issue que le cheminement lui-même, voie de compréhension et d’acceptation du trauma.

  • 157 Pour reprendre l’exergue de son roman La Déchirure (1966, Paris, Gallimard).
  • 158 Du titre du recueil Heureux les déliants (1995, Arles, Labor).
  • 159 « Qu’est-ce que l’imagination ? C’est un rapport de liberté avec l’inconscient, et un charme jeté (...)
  • 160 J.-Y. Tadié établit une équivalence entre les récits mythiques et les récits poétiques : « Les réc (...)
  • 161 Moment auquel on assiste à un double retour : à la subjectivité littéraire et au récit. Voir Y. Ba (...)
  • 162 B. Blanckeman, 2008, « La littérature française au début du XXIe siècle ; profils culturels », dan (...)

19On voit comment le récit mythique offre à Bauchau la possibilité de « vivre dans la déchirure157 », comme le suggère la Sibylle, l’image mythique par laquelle il désigne son analyste. C’est par ce biais que la littérature fait « acte d’enchantement » au sens où elle peut exercer un certain pouvoir « déliant »158 sur l’écrivain comme sur le lecteur, en leur fournissant une clef interprétative du monde qui leur était jusqu’alors opaque. L’enchantement littéraire apparaît à l’auteur comme le meilleur « charme jeté sur le monstre159 », selon la formule jouvienne qu’il aime à citer, parce qu’il agit en contenant le sentiment d’impuissance qui étreint l’homme contemporain. C’est, somme toute, l’un des enjeux majeurs du roman poétique, dont l’essor dans la seconde moitié du XXe siècle est à cet égard significatif160, et dont Jean-Yves Tadié rappelle l’étroite relation avec le mythe. Car Giono ou Bauchau, comme Yourcenar ou Cohen, apparaissent, du point de vue de l’historiographie littéraire, comme les initiateurs d’une conception de la littérature à laquelle l’institution littéraire ne prête attention qu’à partir du tournant des années 1980161. Comme le rappelle Bruno Blanckeman, « bien des écrivains – Le Clézio, Sylvie Germain (1954), Marie Ndiaye (1967) – se souviennent de ces passeurs » qui adaptèrent « des formes littéraires classiques à une expérience, une sensibilité, une pensée du monde contemporain par travail fréquent de réactualisation des mythes162 ». La prise en considération de ces premiers « passeurs » s’avère essentielle afin d’appréhender cette tendance de la littérature actuelle en élucidant sa genèse.

  • 163 J.-F. Lyotard, 1979, La Condition postmoderne, Paris, Minuit, coll. « Critique ».
  • 164 Voir J. Lambert, 2012, « Le récit mythique dans Géologie : l’émergence d’une parole-trace », dans (...)
  • 165 Y. Bonnefoy, 2010, Le siècle où la parole a été victime, Paris, Mercure de France.
  • 166 La citation est de Bruno Blanckeman qui parle, à propos des œuvres de ces écrivains, de récits-fab (...)

20Jean-François Lyotard, dans son essai La Condition postmoderne163, pointe le fait que l’un des caractères de la postmodernité est le déclin des grands récits de légitimation faisant suite aux discours totalitaires qui marquent le XXe siècle. Les écrivains qui pratiquent, comme Henry Bauchau, le récit mythique, prennent le contrepied de cette affirmation : ce n’est qu’en reprenant et en rejouant certains de ces métarécits employés de manière équivoque qu’il leur est possible de les rendre à nouveau dynamiques et opératoires pour l’imaginaire. C’est ce à quoi s’attèle Bauchau dès son premier ouvrage, le recueil poétique Géologie, en reprenant certains mythes germaniques détournés par le discours nazi, comme l’a montré Jérémy Lambert164, pour les reconfigurer et resémantiser. Dans le genre romanesque, ce crédit accordé à la performativité du langage par le biais du récit mythique constitue un élément nodal de la renégociation et de la nouvelle intelligence des rapports entre muthos et logos. Dans un siècle où» la parole a été victime165 », pour reprendre le titre d’un essai d’Yves Bonnefoy, les écrivains du récit mythique, à l’instar des psychanalystes, font le pari d’une vérité qu’ils choisissent d’inscrire dans la dynamique du muthos. Car ce dernier, par sa capacité infinie de reconfiguration, invite « à assembler le réel plutôt que lui ressembler, à cadrer du vraisembable plutôt que du sembler-vrai166 », et devient alors le lieu d’une authenticité subjective.

  • 167 Voir M. Watthee-Delmotte, 2006, « La guerre et le bris de la loi. La question de l’altérité chez J (...)
  • 168 168. Voir entre autres van L. Ypersele et M. Watthee-Delmotte, 2006, « “Au nom de la patrie”, Echi (...)

21Nous postulons donc que, au départ du rapport brisé à l’Histoire qui engage Bauchau dans la littérature167, territoire que l’auteur n’apprivoise dans son noviciat que lentement, en cherchant d’abord à le peupler de mythes historiques (Gengis Khan, Alexandre le Grand, Mao) avant de convoquer les mythes fictionnels168, l’écrivain met au point des modalités de performativité littéraire.

  • 169 Cette caractéristique se retrouve dans l’une des deux formes poétiques que pratique Henry Bauchau. (...)
  • 170 H. Bauchau, 1990, Œdipe sur la route, Arles, Actes Sud, p.302.
  • 171 B. Blanckeman, Les Fictions singulières, op. cit., p. Il ne traite pas de l’œuvre du romancier bel (...)

22Celles-ci reposent sur le mode du rite initiatique, qui doit s’éprouver dans la lenteur du développement du récit, dans l’épaisseur d’un déroulement temporel169 dont le but n’est autre que lui-même. C’est sans doute en 1990, avec le roman d’Œdipe, dont la dernière phrase précise que le héros est « encore, est toujours sur la route »170, que l’écrivain cristallise le plus clairement ce mode opératoire, accédant à ce moment à la notoriété. Ce succès manifeste la rencontre d’un horizon d’attente : celui d’un lectorat qui entend construire le contem­porain sur de nouvelles bases, non amnésiques, mais détachées des modèles du passé, tant lointain qu’immédiat. C’est ainsi que Bauchau pourrait apparaître comme une figure capitale de ce que Bruno Blanckeman, nomme, dans le paysage littéraire contemporain, le « roman-fable »171, appellation sous laquelle il place des auteurs comme Le Clézio, Emmanuel Carrère, Marie Ndiaye ou Sylvie Germain.

  • 172 D. Maingueneau, Le Discours littéraire, op. cit., p. 53.
  • 173 « Je pense qu’il y a […] dans les thèmes […] mythiques un certain lustre correspondant à des image (...)
  • 174 V. Jankélévitch, 1974, L’Irréversible et la nostalgie, Paris, Flammarion, p. 260.

23Si les rapports à la matière mythique se sont ainsi considérablement modifiés dans la production littéraire de l’après-guerre, par corollaire, il semble nécessaire de souligner le besoin de renouveler les modes d’approche du mythe en littérature afin d’étudier non les seuls invariants anthropologiques ni les seules singularités discursives et culturelles, mais cette position caractéristique de la littérature que Dominique Maingueneau appelle « paratopie »172, qui consiste à être dans la tension permanente entre le lieu et le non-lieu. Les œuvres qui mettent en jeu des mythes sont à la fois héritières d’un invariant et amenées à le resémantiser173. Elles pratiquent un discours singulier, un jeu sur la variante, qui offre un intérêt plus éclatant lorsqu’on le comprend comme un palimpseste. C’est cette tension même que Jankélévitch appelle « le double attrait de l’avoir été et du devoir être » 174qui fonde l’ethos de l’écrivain mythographe contemporain, dont Bauchau offre un cas remarquable.

Notes

115 U. Heidmann, 2010, discussion lors du colloque Mythes, littératures, cultures. Quelles méthodes pour comparer les (re)configurations des mythes gréco-romains ?, Lausanne, CLE.

116 Voir les inédits confiés par l’auteur au Fonds Henry Bauchau de l’Université catholique de Louvain.

117 D. Maingueneau, 2004, Le Discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, coll. « U. Lettres », p. 53.

118 H. Bauchau, 2005, La grande Muraille. Journal de La Déchirure, Arles, Actes Sud, coll. «  Babel », p. 54.

119 H. Godard, 1990, « Giono : la création romanesque », présentation de Jean Giono, Entretiens avec Jean Amrouche et Taos Amrouche, Paris, Gallimard, p. 10.

120 H. Bauchau, novembre 2002, « Entretien avec Indira de Bie », in Nunc. Revue poétique, Bruxelles, n° 2, p. 10.

121 On lira sur ces questions : P. Citron, 1990, Giono 1895-1970, Paris, Le Seuil ; M. Watthee-Delmotte, 2002, Bauchau avant Bauchau. En amont de l’œuvre littéraire, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant ; G. Duchenne, V. Dujardin et M. Watthee-Delmotte, 2008, Henry Bauchaue dans la tourmente du XXe siècle. Configurations historiques et imaginaires, Bruxelles, Le Cri, coll. « Biographie ».

122 J. Giono, 1974 [1932], Jean le Bleu, Paris, Le Livre de Poche, p. 142.

123 H. Bauchau, 1972, « La vie, l’œuvre, l’époque », postface au Régiment noir, Bruxelles, Passé présent, p. Pour accentuer encore la motivation biographique de l’intérêt de Bauchau pour Giono, précisons que son frère aîné, Jean Bauchau, objet de toutes les admirations d’Henry, réussira à se libérer du joug familial et prendra son indépendance avec éclat en allant s’installer à… Baumugnes, qui, comme on le sait, fait l’objet d’un titre de Giono.

124 H. Bauchau, février 1971, « Chroniques de l’âge d’or (à propos de Deux cavaliers de l’orage de Jean Giono) », dans Nouvelle Revue Française, n° 218, p. 19.

125 H. Bauchau, 2009, Les Années difficiles. Journal 1972-1983, Arles, Actes Sud, p.33.

126 H. Bauchau, 1992, Jour après jour. Journal 1983-1989, Bruxelles, Les Éperonniers, « Maintenant ou jamais », p. Sur les rapprochements entre Bauchau et Giono, voir M. Watthee-Delmotte, 2000, « Idolâtries et égarements dionysiaques. La lutte fratricide chez Giono et Bauchau », in J.-F. Louette (éd.), Recherches et Travaux de l’Université Stendhal, n° 58 : Hommage à Pierrette Renard. Littérature et spiritualité, p. 191-201.

127 À Indira de Bie, il explique : « C’est une conception propre à notre époque où les changements brutaux, très rapides, n’ont plus la forme des changements d’autrefois. À l’époque de Sophocle une grande bataille changeait le sort du monde en quelques heures. À notre époque on a vu la chute du mur de Berlin, événement décisif mais précédé de combien d’années, de combien d’événements qui ont peu à peu usé la force des gens de la République démocratique et de l’U.R.S.S.. Le roman permet de suivre l’évolution lente des transformations dans lesquelles des événements surgissent. » (H. Bauchau, « Entretien avec Indira de Bie », op. cit., p. 15).

128 H. Bauchau, 1999, Journal d’Antigone, Arles, Actes Sud, p.501.

129 H. Bauchau, Jour après jour. Journal 1983-1989, op. cit., p. 187.

130 Cette question fait l’objet d’une réflexion épistémologique dans l’article de M. Watthee-Delmotte, « Études des imaginaires mythiques et interdisciplinarité », à paraître dans U. Heidmann (éd.), Mythes, littératures, cultures. Quelles méthodes pour comparer les (re)configurations des mythes gréco-romains ?

131 H. Bauchau, « Entretien avec Indira de Bie », op. cit., p. 12.

132 H. Bauchau, « Chroniques de l’âge d’or », op. cit., p. 19-20.

133 M. Eliade, 2004 [1963], Aspects du mythe, Paris, Gallimard, coll. « Folio. Essais ».

134 G. Gusdorf, 1953, Mythe et métaphysique. Introduction à la philosophie, Paris, Flammarion, p. 308 ; nous soulignons.

135 P. Imbs, (éd.), 1974, Trésor de la Langue française. Dictionnaire de la langue du XIXe et du XXe siècle, tome 3, Paris, C.N.R.S., p. 23-24.

136 Les événements de la Seconde Guerre mondiale apparaissent aux deux auteurs comme d’autant plus terribles qu’ils viennent s’ajouter à ceux, déjà traumatiques, de la Première Guerre mondiale.

137 Pour rappel, André Jolles définit le mythe comme « le jeu de la question et de la réponse » (1972, Formes simples, Paris, Le Seuil, p. 81).

138 Au sens où l’entend Kierkegaard [1843], c’est-à-dire reprise et ajustement à soi : « Ce dont on a ressouvenir, a été ; c’est une reprise en arrière ; alors que la reprise proprement dite est un ressouvenir en avant. […] Le ressouvenir est un vêtement au rebut : si beau soit-il encore, il ne va plus, parce qu’on a grandi et qu’il est devenu trop petit. La reprise est un vêtement inusable, assoupli et fait au corps ; il ne gêne ni ne flotte » (1990, La Reprise, Paris, Flammarion, coll. « Garnier-Flammarion », p. 65-66).

139 J.-M. Adam et U. Heidmann, 2009, Le Texte littéraire. Pour une approche interdisciplinaire, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, coll. «  Au cœur des textes ».

140 Sur la question de la mémoire dans la littérature française contemporaine, on verra D. Viart, 1998, « Mémoires du récit. Questions à la modernité », dans D. Viart (éd.), Écritures contemporaines, n° 1, Paris, Minard, coll. « La Revue des Lettres Modernes », p. 3-27. Sur la question de la mémoire, on se référera, entre autres, à P. Ricœur, 2000, La Mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Le Seuil, et P. Nora (éd.), 1984-1992, Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 3 tomes.

141 Le problème réside dans la façon dont s’opère la resémantisation : la thérapeute, lorsqu’elle explique à Orion le mythe du Minotaure, situe le garçon spontanément du côté de Thésée, et comprend trop tard que c’est au monstre que l’adolescent psychotique s’assimile. Voir M. Watthee-Delmotte, 2011, « Henry Bauchau : la gestation d’Orion », dans Ateliers, n° 44, p. 155-162.

142 H. Bauchau, La grande Muraille, op. cit., p. 36.

143 J.-F. Hamel, 2006, Revenances de l’Histoire. Répétition, narrativité, modernité, Paris, Minuit.

144 Ibid., p. 14.

145 Ibid., p. 22.

146 On notera à cet égard que si la Première Guerre mondiale coïncide avec l’esthétique cubiste, la Seconde voit la mise à mal des grands récits, le triomphe de la poétique du fragment et de l’aphorisme.

147 Au sens où il apparaît dans les lieux de légitimation que sont les lieux d’édition et de diffusion de prestige, l’enseignement, etc.

148 J. Dewitte, 2007, Le Pouvoir de la langue et la liberté de l’esprit. Essai sur la résistance au langage totalitaire, Paris, Michalon.

149 Ibid., p. 253.

150 Voir M. Watthee-Delmotte, 2010, Littérature et ritualité. Enjeux du rite dans la littérature française contemporaine, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, coll. « Littérature et société ».

151 P. Ricœur, 1984, « L’expérience temporelle fictive », Temps et récit, tome 2, Paris, Le Seuil, p. 192-212.

152 L. Déom, 2005, « Le roman initiatique : éléments d’analyse sémiologique et symbolique », in Cahiers électroniques de l’imaginaire, n° 3 : Rite et littérature.

153 I. Vanquaethem, 2011, Écrire en-je ? Déploiements du sujet chez Henry Bauchau. Thèse de doctorat en philosophie et lettres soutenue à l’Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, 22 décembre 2011.

154 M. Henry, 2004, « Art et phénoménologie de la vie », dans Phénoménologie de la vie. De l’art et du politique (tome 3), Paris, PUF, coll. « Épiméthée », p. 294.

155 H. Bauchau, La grande Muraille, op. cit., p. 49.

156 Ibid., p. 64.

157 Pour reprendre l’exergue de son roman La Déchirure (1966, Paris, Gallimard).

158 Du titre du recueil Heureux les déliants (1995, Arles, Labor).

159 « Qu’est-ce que l’imagination ? C’est un rapport de liberté avec l’inconscient, et un charme jeté sur le monstre » (P.-J. Jouve, 1943, Défense et illustration, Neuchâtel, Ides et Calendes, p. 102 ; cité par H. Bauchau, à la date du 17 juillet 1998, dans 2002, Passage de la Bonne-Graine. Journal [1997-2001], Arles, Actes Sud, p.79).

160 J.-Y. Tadié établit une équivalence entre les récits mythiques et les récits poétiques : « Les récits mythiques anciens nous sont parvenus comme autant de récits poétiques » (1994, Le Récit poétique, Paris, Gallimard, p. 145). Et quelques lignes plus loin : « […] les récits poétiques, sont, aussi, des récits mythiques » (Ibidem).

161 Moment auquel on assiste à un double retour : à la subjectivité littéraire et au récit. Voir Y. Baudelle, 1993, « Les grandes lignes de la littérature française depuis 1945 », in F. Baert et D. Viart (éds.), La Littérature française contemporaine. Questions et perspectives, Louvain, Presses universitaires de Louvain, p. 35-46.

162 B. Blanckeman, 2008, « La littérature française au début du XXIe siècle ; profils culturels », dans M. Touret (éd.), Histoire de la littérature française du XXe siècle. Tome II : après 1940, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 431.

163 J.-F. Lyotard, 1979, La Condition postmoderne, Paris, Minuit, coll. « Critique ».

164 Voir J. Lambert, 2012, « Le récit mythique dans Géologie : l’émergence d’une parole-trace », dans Revue internationale Henry Bauchau, n° 4, p. 149-159.

165 Y. Bonnefoy, 2010, Le siècle où la parole a été victime, Paris, Mercure de France.

166 La citation est de Bruno Blanckeman qui parle, à propos des œuvres de ces écrivains, de récits-fables et de romans-fables (2002, Les Fictions singulières. Étude sur le roman français contemporain, Paris, Prétexte, coll. « Critique », p. 14).

167 Voir M. Watthee-Delmotte, 2006, « La guerre et le bris de la loi. La question de l’altérité chez Jouve et Bauchau », in M. Watthee-Delmotte et J. Poirier (éds), Pierre-Jean Jouve et Henry Bauchau : les voix de l’altérité, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, coll. « Écritures », p. 13-27.

168 168. Voir entre autres van L. Ypersele et M. Watthee-Delmotte, 2006, « “Au nom de la patrie”, Echinox, n° 10 : Imaginaires européens, p. 246-274 ; M. Watthee-Delmotte, 2003, « Pensée mythique et ritualisation dans Le Régiment noir », dans M. Quaghebeur (dir.), Les Constellations impérieuses d’Henry Bauchau. Colloque de Cerisy 21-31 juillet 2001, Bruxelles, A.M.L. Éditions / Éditions Labor, « Archives du futur », p. 309-331.

169 Cette caractéristique se retrouve dans l’une des deux formes poétiques que pratique Henry Bauchau. À côté des poèmes denses et aphoristiques, il propose « des poèmes longs, au souffle plus puissant, liés à une quête, une errance intérieure » (G. Henrot, 2003, Henry Bauchau poète. Le vertige du seuil, Genève, Droz, p. 29).

170 H. Bauchau, 1990, Œdipe sur la route, Arles, Actes Sud, p.302.

171 B. Blanckeman, Les Fictions singulières, op. cit., p. Il ne traite pas de l’œuvre du romancier belge.

172 D. Maingueneau, Le Discours littéraire, op. cit., p. 53.

173 « Je pense qu’il y a […] dans les thèmes […] mythiques un certain lustre correspondant à des images très profondes que nous avons dans l’inconscient. Il reste peu de rois en Europe et dans le monde mais le roi, le thème du roi figure dans notre inconscient […]. Et il est certain qu’en reprenant Œdipe et Antigone, j’ajoute à mon texte une certaine poésie venue du passé mais restée toujours vivante. » (Henry Bauchau, « Entretien avec Indira de Bie », op. cit., p. 12.)

174 V. Jankélévitch, 1974, L’Irréversible et la nostalgie, Paris, Flammarion, p. 260.

Auteurs

Directeur de Recherches au F.N.R.S., Professeur à l’Université catholique de Louvain et Membre de l’Académie royale de Belgique. Elle prône une approche anthropologique de la littérature, qu’elle étudie dans ses rapports à la ritualité

Aspirant au F.N.R.S. Ses recherches portent sur l’utilisation et l’actualisation des récits mythiques dans la littérature française contemporaine

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540