Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chances du roman, charmes du mythe

 | 
Marie-Hélène Boblet

Première partie. De la mythobiographie à la mythographie : Claude Louis-Combet, Henry Bauchau

Henry Bauchau, vers une poétique de la variation De Jacob à Thésée : parcours d’un imaginaire « en violence »

Marie-Camille Tomasi

Texte intégral

  • 79 H. Bauchau, 2000, « L’écriture à l’oreille enfantine », in L’Écriture à l’écoute, Arles, Actes Sud (...)
  • 80 P.-A. Deproost, J.-L. Tilleul, L. Van Ypersele, M. Watthee-Delmotte, 2004, « Archétype, mythe, sté (...)
  • 81 H. Bauchau, 2000, « La lumière Antigone », in L’Écriture à l’écoute, op. cit., p. 99.
  • 82 J. Bollack, 2003, « Le mythe d’Œdipe », in M. Quaghebeur (dir.), Les Constellations impérieuses d’ (...)
  • 83 H. Bauchau, 1992, Jour après jour, Journal 1983-1989, Bruxelles, Les Éperonniers, p. 259.

1« Ecrivain par espérance, psychanalyste par nécessité79 », Henry Bauchau ne pouvait qu’être sensible aux voix du mythe, ce « récit à double face [...] médiateur entre les champs du visible et de l’invisible80 ». L’œuvre romanesque notamment se caractérise par un mouvement intuitif de réappropriation symbolique née « des profondeurs de chacun et de celles de l’évolution et de l’imagination humaines81 ». Du mythe au roman, du récit à l’analyse, le recours au muthos y révèle les processus de résurgence « de l’expérience immémoriale de l’humanité qui s’y reflète82 » autant que le jaillissement de « l’univers intérieur [de l’artiste] agrandi aux dimensions du mythe83 ».

2C’est dans cet « entre-deux » narratif entre espérance et nécessité, entre mythe personnel et inconscient collectif, que nous nous situerons pour interroger l’esthétique bauchalienne. L’étude du motif de la lutte initiatique guidera notre démarche au terme de laquelle s’esquisseront les jalons d’un parcours imaginaire à la fois dynamique et résurgent, que les réflexions (textuelles et métatextuelles) relatives aux combats respectifs de Jacob et de Thésée nous permettront d’appréhender.

Don de parole et violence des mots

  • 84 H. Bauchau, 2000, « La circonstance éclatante », in L’Écriture à l’écoute, op. cit., p. 18.

3Si a posteriori ses premiers écrits ne figurent pour Bauchau que « des surfaces » dans lesquelles ne pouvaient se lire « ni l’espérance de [son] passé, ni [...] la mémoire de [son] futur84 », ils permettent néanmoins d’aborder les fondements de son écriture tout en la resituant dans le contexte précis de la guerre et de ses conséquences sur l’existence de l’homme et la création de l’artiste. Exil, lutte, conscience profonde et corporelle du désastre et de la violence y occupent une place prépondérante et, au-delà de la simple transcription factuelle de préoccupations inhérentes à une époque de troubles, c’est l’émergence d’une langue intrinsèquement poétique qui se construit dans la matérialité brute d’une parole en quête de dépassement.

  • 85 G. Duchenne, V. Dujardin, M. Watthee-Delmotte, 2008, Henry Bauchau dans la tourmente du XXe siècle(...)
  • 86 Ibid., p. 144.

4« Ce qui frappe dans ces textes tenus au secret, c’est ce qui s’y exprime du désarroi moral d’un homme qui, dans son engagement citoyen, s’est confronté à l’intolérable écrasement des faibles dans un monde impitoyable dont la violence semble être la loi85. » Au désastre collectif se superposent les déchirures intimes : celles du traumatisme de l’incendie de Louvain et de la première Guerre Mondiale, ravivées par les désillusions de la Seconde. La capitulation du pays, une « amitié pesante » avec De Becker, puis l’incompréhension générale et le reniement d’après-guerre sont autant d’éléments à l’origine de cette « crise longue et douloureuse » qui mènera l’auteur à la double « voie d’obscurité » de l’analyse et de l’écriture où les conflits trouveront à s’exprimer. Lorsqu’en 1949 Bauchau écrit : « tu renaîtras rigueur, si tu chasses du ciel/l’archange au front confus de mes ambivalences86 », une évolution est en marche dans l’œuvre comme dans la vie et s’y devinent déjà un peu la trajectoire analytique et son lent cheminement vers une parole pleine. Peut-être aussi une première allusion à l’Ange biblique qui, après la lutte, rend Jacob à sa véritable identité.

  • 87 H. Bauchau, « La circonstance éclatante », op. cit., p. 18.
  • 88 Ibid., p. 32.

5À partir de cette renaissance par l’écrit, la parole bauchalienne est touchée en profondeur non pas tant dans le choix des motifs et thématiques convoqués que dans leurs potentialités de déploiement. Le fait que les épisodes plus nettement issus de l’imaginaire collectif ne se situent que dans les textes postérieurs à la lente remontée des profondeurs de l’analyse est significatif : l’auteur, en partie libéré de « l’inhibition d’écrire87 », pouvait alors s’adonner à la sublimation textuelle par l’intermédiaire de la parole déliée, déliante et reliante de l’écriture « d’après-Freud [qui] est à la fois du côté de l’immense inconscient [...] et [...] aux côtés du poète ». « C’est de ce double point de départ » que le texte en devenir « enfonce dans les ténèbres sa pointe acérée et brillante. [...] Désigne ce qui est. Ce qui est à être88 ». Les principaux enjeux de l’entreprise auctoriale se révèlent à travers l’évocation de cette écriture de la profondeur et de la traversée, et la prégnance d’un « imaginaire en violence » transparaît derrière la « pointe acérée et brillante » du créateur « perçant les ténèbres ». Ténèbres de l’inconscient. Ténèbres aussi d’un langage devenu inapte à dire le monde et toute son absurdité. La continuité de l’engagement politique et social est ainsi assurée – ou du moins recherchée – dans l’engagement littéraire et spirituel à travers l’élaboration d’une langue de la libération qui, pour s’affranchir du poids de la réalité, se tourne peu à peu vers la parole mythique.

De la violence éprouvée à la violence sublimée

  • 89 H. Bauchau, « La lumière Antigone », op. cit., p. 101.
  • 90 Fragment 8 d’Héraclite, cité par J. Brun, Les Présocratiques, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? » (...)
  • 91 H. Bauchau [1966], La Déchirure, 2003, Arles, Actes Sud, coll. « Domaine français », p. 126.

6À l’exception du Boulevard périphérique, les épisodes guerriers ne transparaissent sur la trame romanesque que de façon détournée, systématiquement distanciés géographiquement et temporellement des épisodes de 39-40. Non que ceux-ci n’aient plus leur place dans l’imaginaire auctorial (qu’ils ne cessent au contraire d’alimenter) mais plutôt que l’écrivain, en faisant le choix de l’Autre et de l’Ailleurs, a fait également celui de la réhabilitation plutôt que de l’évitement. Plutôt que de replonger dans les terres de son malheur, il les dédouble, les recrée et les dépasse par le « fier combat » de l’écriture, autre « lutte avec l’ange89 ». « Toute chose naît de la lutte90 » donc, et de la conscience profonde de l’échec originel, à son tour porteur d’une énergie qui n’est pas celle du désespoir mais de l’espérance. C’est en ce sens que l’œuvre romanesque peut s’appréhender à l’aune d’un imaginaire « en violence » qui n’est pas (ou pas seulement) imaginaire de la destruction mais plutôt représentation sublimée d’une dynamique de la pensée où le chaos fonde la réconciliation : « au commencement était l’échec, c’est en partant de là comme d’un fonds solide qu’on allait rebâtir et retrouver des forces91. » De même les représentations mythiques de l’affrontement surgissent des chutes et désillusions ayant émaillé l’existence de Bauchau.

  • 92 H. Bauchau, « La circonstance éclatante », op. cit., p. 17-18.
  • 93 Ibid., p. 20.

7L’épisode de la « circonstance éclatante » éclaire par exemple la visée mythobiographique de Bauchau. Ce récit retranscrit le moment où le narrateur enfant, voyant son aîné éclairé par un rayon de soleil alors que lui-même se trouve dans l’ombre, ressent avec force l’inanité de son existence avant que le soleil n’éclaire son sabre et ne l’appelle à la lutte. C’est sur cette première expérience de confrontation que se fonde la conscience de l’échec bauchalien. Bien avant la résistance guerrière contre l’ennemi extérieur, c’est le duel fraternel qui déclenche la parole et révèle la vocation littéraire. La mise en scène binaire de l’épisode permet de lutter tant contre l’autre que contre soi-même. C’est contre le sentiment persistant d’« être de trop » « que se rebelle le poème de la petite enfance qui étincelle quelques instants sous la forme illuminée du sabre92 » et que s’élaborent les premières tentatives de dépassement du conflit par l’écriture. Sublimer l’expérience guerrière, se confronter à la matière des mots qui « résist[ent] » et « refus[ent] de s’assembler en texte93 », c’est faire le choix de ses propres armes.

Entre violence et déliance : une écriture à l’écoute du mythe

  • 94 Ibid., p. 17-18.
  • 95 R. Lefort, 2007, L’Originel dans l’œuvre d’Henry Bauchau, Paris, Honoré Champion, « Bibliothèque d (...)

8Au moment d’évoquer la dichotomie fondamentale régissant les relations fraternelles, un glissement s’opère : de la relation d’événements réellement éprouvés à leur réinvestissement mythique. La médiation passe essentiellement par la figure du frère représenté « dans l’unité de lui-même et du monde, relié à la terre mère où il sera plus tard fermier et pasteur de troupeaux ». Nouveau démiurge, « il écrira dans la terre et dans des lignées d’animaux, tandis qu’à [s]es risques et périls » l’auteur devra « féconder et rendre obscure la page blanche94 ». L’évocation biaisée du pasteur et du cultivateur peut se donner comme une réappropriation singulière du conflit entre Caïn et Abel. Ces figures médiatrices, bien qu’allusives, ont pour but de prendre en charge la dualité foncière qui émane de la scène pour la détourner et pour poser les jalons d’un affrontement qui ne serait plus lutte sanglante mais relation chiasmatique de l’être à soi. En percevant le combat comme « principe générateur95 », Bauchau reformule les termes de l’affrontement : l’arme et l’obscurité ne sont plus du côté de l’aîné mais du cadet, symboliquement devenu cultivateur. L’inversion des rôles situe l’écrivain du côté du nomadisme (il est celui que ne concerne plus aucun lien avec la terre mère) et de la production spirituelle (c’est la page qu’il doit féconder).

  • 96 H. Bauchau, 2005, La grande Muraille. Journal de La Déchirure (1960-1965), Arles, Actes Sud, coll. (...)
  • 97 Ibid.
  • 98 H. Bauchau, Jour après jour, op. cit., p. 42.
  • 99 Voir à ce sujet l’ouvrage d’O. Ammour-Mayeur (2006) : Henry Bauchau, une écriture en résistance, P (...)

9Le texte joue à l’envi de cette confusion des valeurs. Malgré son statut de « cadet », Bauchau n’entend pas s’identifier à Abel « insupportable parce qu’il est arrivé à ce point de perfection et d’entente avec Dieu, où rien de nouveau ne peut se produire96 ». Il prend volontiers en revanche le parti de Caïn et de ses « valeurs brutales et souvent aveugles mais réelles97 », le parti de la révolte et de la colère constructive en somme... Plutôt que de céder à la pulsion violente du meurtre stérile, il se tourne vers la fécondation et la renaissance : celle que permet l’alliance de l’écriture et de l’analyse, celle aussi que laissent entrevoir les luttes initiatiques. Parce que le combat est « un moment capital, obscur et mystérieux de la vie98 », pour conquérir son identité chacun des personnages est amené, à l’instar de Jacob faisant l’épreuve de l’Ange, à réitérer cette lutte, à la soutenir « peut-être plusieurs fois, et [la] dépass[er] » dans cette « écriture en résistance99 » que le recours à l’imaginaire mythique entérine et développe.

  • 100 P.-A. Deproost, J.-L. Tilleul, L. Van Ypersele, M. Watthee-Delmotte, « Archétype, mythe, stéréotyp (...)

10Le réinvestissement de schèmes, personnages et épisodes mythiques dans l’espace narratif dote le texte d’un double mode de déchiffrement de l’homme et du monde, qui est à la fois système de simplification et de complexification. La parole romanesque inclut et développe la parole mythique, parole de la dualité, « par-là inscrit[e] dans une impossibilité de totalisation qui touche la conscience métaphysique de l’homme, pris dans des interrogations sur ce qui, infiniment, dépasse sa mesure100 ». Le texte ne s’envisage pas seulement comme espace de réponses aux questionnements humains mais se comprend au contraire comme le lieu de l’interrogation perpétuelle. Au-delà du recours à certains images et motifs issus d’un fonds culturel et imaginaire commun, c’est donc bien plus la prolifération allusive de mythèmes concordants qui est porteuse de sens, en ce que leur réinvestissement témoigne d’une même tentative de saisissement symbolique de l’identité auctoriale en quête d’unité ou du moins d’unification.

  • 101 H. Bauchau in Henry Bauchau, la blessure qui guérit, entretiens avec Edmond Blattchen, 1999, Liège (...)
  • 102 M. Watthee-Delmotte, 2001, Parcours d’Henry Bauchau, Paris, L’Harmattan, coll. « Espace littéraire (...)

11Qu’il s’agisse d’Étéocle et de Polynice, mais aussi de Pierre et de Johnson, de l’Homme Blanc confronté à l’Homme Noir, ou encore – bien que le traitement de la lutte soit ici différent – d’Orion-Thésée face au Minotaure paternalisé, chaque combat rejoue la scène inaugurale en même temps qu’il décline, sur un mode chaque fois renouvelé, le « mouvement de l’un vers l’autre, continuel101 » : celui que Bauchau attribue à la lutte avec l’Ange, lutte avec l’Autre et non plus contre. Réactualisée, la notion de conflit doit se comprendre selon son acception première : celle du confligere latin qui suppose l’union au sein même de l’affrontement. Bien plus que d’un combat, c’est donc d’un « duel » qu’il s’agit puisque la rencontre qui s’opère dans la violence et la sauvagerie du corps-à-corps constitue l’une des étapes fondamentales d’un « cheminement initiatique »qui « est essentiellement un espace de rencontre102 ». L’affrontement des jumeaux thébains en est symptomatique :

  • 103 H. Bauchau [1997], Antigone, 2007, Paris, J’ai lu, p. 234-236.

Polynice se retourne, il court de toutes ses forces vers Étéocle qu’il saisit à bras-le-corps et précipite avec lui au-dessus du parapet dans le vide. […] Ils ne voient plus ni l’un ni l’autre, ils se touchent, [Ismène] voit comme moi [Antigone] qu’ils s’ouvrent les bras. [...] Nous voulons pleurer, seulement pleurer, agenouillées, devant les deux corps réconciliés103.

12Au-delà du déchaînement de violence brute qui lance les frères l’un vers l’autre, un aspect essentiel de la lutte bauchalienne se fait jour : celui de la neutralité nécessaire de son issue. L’extrait se clôt de façon signifiante sur le mot « réconciliation » lequel suppose, sinon la résolution du conflit, du moins un certain apaisement des tensions. Cela ne signifie pas, bien évidemment, que les combats ainsi réinvestis soient pacifiques (les jumeaux meurent de s’être affrontés), mais plutôt qu’ils tendent vers une pacification de la relation et de l’existence. À cet égard le passage qui, dans Le Régiment noir, oppose Pierre à Johnson reste emblématique :

  • 104 H. Bauchau [1972], Le Régiment noir, 2006, Arles, Actes Sud, coll. « Babel », p. 433-434.

Quand [Jonhson] est parvenu près du cœur, il élargit son geste et le mêle à celui de Cheval rouge qui a grandi avec lui. Plus ils s’élèvent dans l’air et plus ils s’enfoncent par de souples racines dans la profondeur originelle. […] Ils unissent leurs branches, ils célèbrent l’assomption de la sève […]. Ils sont le Nord et le Sud qui se sont unis dans le corps des canons, qui ont été délivrés, que rien ne peut plus réunir, que rien ne peut plus séparer104.

  • 105 J. Poirier, 2006, « Pierre-Jean Jouve et Henry Bauchau : médiation et connaissance de soi », in J. (...)

13La mise en présence – mise en violence – retranscrit à nouveau le clivage foncier du sujet bauchalien confronté « à la double difficulté d’être soi et de rencontrer l’autre – […] de rencontrer l’autre pour accéder à soi »105. En même temps, le motif du combat comme instrument de l’harmonisation demeure l’un des éléments structurants de la reconquête identitaire. S’il n’y a pas recours à un récit mythique bien déterminé, la pensée archaïque rejaillit dans l’acceptation conjointe des diverses stases de l’identité des personnages : l’homme et la bête ont combattu, l’animal rejoint le végétal, le combat s’est fait rencontre, l’écart est devenu union et c’est là que les opposants se sont perdus puis retrouvés, dans un phénomène de réconciliation plénière née de la « pensée indienne » et du « pouvoir noir » réincorporés, acceptés. L’atemporalité suggérée par l’état de plénitude final évoque quant à elle le Grand Temps du mythe et ouvre la voie au dépassement symbolique. En dépassant le stade potentiellement mortifère du dédoublement en schizes, les affrontements mythifiés figurent le déplacement du conflit interne à l’homme et sa sublimation positive.

Entre l’élan de Jacob et la détresse de Thésée : l’espace du texte

  • 106 H. Bauchau, La grande Muraille, op. cit., p. 60.

14C’est cette tension fondamentale entre éclatement et réunification du Moi que la répétition incessante de luttes sans vainqueur met au jour : pour qu’elle soit positive et ouvrir sur un état dynamique de l’être, la lutte confirme la séparation des pôles qu’elle oppose. Bien qu’« animé par l’esprit de réconciliation », Bauchau reste conscient que « la déchirure existe et ce ne sera que lorsqu’elle aura exprimé tout son pus et toute sa fureur que la réconciliation sera possible106 ». La question se pose alors de la part d’échec ou du moins de conciliation partielle des contraires lorsque la lutte ne parvient pas à un point d’équilibre du combat. Deux épisodes, respectivement issus d’Œdipe sur la route et de L’Enfant bleu en sont représentatifs. Réunis par une même visée d’élucidation identitaire, ils convoquent la figure du Minotaure en son labyrinthe.

15Le premier nous donne à voir la lutte « manquée » d’Œdipe jeune homme face au monstre. La perception du combat y est profondément fantasmatique et témoigne du clivage indépassé – et à ce moment-là indépassable – du personnage, traversé de pulsions contraires et contrariées :

  • 107 H. Bauchau [1990], Œdipe sur la route, 2006, Arles, Actes Sud, coll. « Babel », p. 202-203.

Nos mouvements étaient ralentis par une pesanteur invincible, nous faisions tous deux d’immenses efforts pour y échapper. […] Tout à coup je l’ai senti sous moi qui tentait de m’entraîner avec lui dans la profondeur. J’ai fait un effort désespéré pour me dégager et j’ai connu un moment de plaisir affreux tandis que la bête criait. Ces cris me sont devenus intolérables, je me suis enfui en me traînant sur le sol […]107.

16Si le corps-à-corps a bien eu lieu, il ne peut qu’avorter dans la mesure où il intervient trop tôt sur la route de l’Œdipe bauchalien à qui il faudra encore bien des années d’errance et de confrontations pour pouvoir accéder à cette part de lui où l’homme avoisine et intègre la bête. Dans L’Enfant Bleu, le rapport de force s’inverse puisqu’Orion/Thésée sortira vainqueur du combat. Cependant cette victoire ne peut pas non plus être considérée comme foncièrement positive puisque le Minotaure y est « assassiné » :

  • 108 H. Bauchau [2004], L’Enfant bleu, 2007, Paris, J’ai Lu, p. 54-55.

Le Minotaure debout, très grand et sans défense, devant Thésée […] qui a le visage pâle et effrayé d’Orion [...] semble contempler avec une profonde tristesse, mais sans esquisser un geste de défense, le forfait, l’assassinat qui a lieu. […] Le Minotaure ressemble lui aussi à Orion. [… il] est, dans cette scène ténébreuse, le Père qu’Orion, dans sa détresse, est condamné à tuer, comme il tue aussi une part de lui-même108.

17Il n’y a plus duel mais dédoublement, ce qui ne saurait constituer une fin en soi puisque la mise à mort y est elle-même autodestruction autant que parricide (par où Orion rejoint Œdipe). Cependant, parce qu’elle offre au jeune homme la médiation du mythe, la lutte lui ouvre néanmoins la voie à un nouveau cheminement que l’on devine être celui de l’art et, à travers lui, de la sublimation des conflits.

  • 109 H. Bauchau, 1999, Journal d’Antigone (1989-1997), Arles, Actes Sud, p. 249.

18Parce que l’équilibre est précaire qui, de Jacob à Thésée, définit l’enjeu du combat, le chemin qui les sépare n’en est que plus court. Si l’on considère la récurrence des allusions aux motifs minotauriens dans les textes évoqués autant que leur rapport étroit avec le caractère initiatique de l’analyse, un rapprochement (certes prudent) peut s’opérer entre les deux mythes. Se « retournant vers [sa] vie », Bauchau admet qu’« elle [lui] fait l’impression d’un labyrinthe » dans lequel il n’a « jamais voulu affronter et tuer le Minotaure, [mais] toujours espéré qu’il y ait entre [eux] un amour à découvrir109 ». Ceci n’est pas sans évoquer l’attitude bienveillante de l’Ange à l’égard de son opposant autant que la volonté d’équilibre (serait-il instable) présidant au combat. Un second rapprochement peut alors se faire jour dans le traitement qui est fait par l’auteur de l’« espace intermédiaire ».

  • 110 H. Bauchau, Jour après Jour, op. cit., p. 19-20.

En face de La lutte avec l’Ange, de Delacroix, je me suis demandé où était ma place actuelle. […] Être à la fois en Jacob et dans l’Ange [...]. Il faut donc que je renonce à la merveilleuse assurance de chacun des deux combattants pour être au plus près de ce qui est entre eux. Le plus important [...] c’est l’espace entre les deux combattants. Je ne suis pas cet espace, je suis en lui110.

  • 111 H. Bauchau, L’Enfant bleu, op. cit., p. 55.
  • 112 M. Watthee-Delmotte, Parcours d’Henry Bauchau, op. cit., p. 93.

19Cet espace « potentiel », c’est celui de l’œuvre à construire à partir de l’énergie de l’entre-deux dans laquelle s’unissent l’impulsion sauvage de l’élan et la force tranquille de la résistance, espace ouvert par la conjugaison du fonds culturel mythique, de la psychanalyse et de l’écriture. Si l’on rapproche cette « seconde circonstance éclatante » du passage de L’Enfant bleu dans lequel l’analyste se découvre en creux dans le tableau que dresse Orion du Minotaure assassiné, une nouvelle lecture émerge puisque la présence/absence de Véronique « derrière » Orion, « juste là où finit le dessin111 » n’est pas sans évoquer la brèche instaurée entre les combattants de Delacroix. La triangulation inattendue du combat y évoque « la forme reliante, triangulaire, qui unit une situation à un regard extérieur112 ». De la même façon que Bauchau s’insère en creux dans le combat pictural et fait sien cet espace de médiation, Véronique demeure au seuil de la lutte mythique de laquelle elle se retire tout en s’y inscrivant.

  • 113 H. Bauchau, 2008, Le Boulevard périphérique, Arles, Actes Sud, p. 86.

20Ce schéma se retrouve significativement dans chacun des combats initiatiques. Antigone et Ismène accompagnent la mort de leurs frères, Granpé préside aux luttes de « La fête du Grand Été », Narsès escorte Œdipe dans le labyrinthe… Si la tierce personne n’est pas nécessairement une représentation dédoublée de l’auteur, elle participe toujours à la sacralité de l’affrontement par le regard médiateur qu’elle suppose. Dans Le Boulevard périphérique la présence du narrateur entre Stéphane et Shadow favorise par exemple la représentation mythifiée de leur combat « à distance ». S’il n’y a pas de corps-à-corps dans cette lutte, l’opposition symbolique est pourtant perceptible entre la figure magnifiée de Stéphane, toujours « présent avec son demi-sourire, son front heureusement modelé et ses cheveux blonds », et la fascinante présence de Shadow tout en pesanteur, opacité et « matière dense », dans le visage duquel « on pourrait tomber113 ». Opposition perpétuelle et quasi titanesque de la blondeur angélique et de la monstruosité dévorante, inscrite dans le texte qui concilie, dans la sacralité de son dire, toutes les tensions à l’œuvre.

  • 114 H. Bauchau, Henry Bauchau, la blessure qui guérit, op. cit., p. 38.

21Bien plus qu’un rite de passage, le combat où s’affrontent et s’unissent les pulsions dionysiaques de l’inconscient et leur captation apollinienne est le fondement de la création d’Henry Bauchau. De Jacob à Thésée, ou plutôt devrait-on dire entre Jacob et Thésée, au carrefour de la nécessité et de l’espérance, de la lutte et de sa suspension, s’esquisse un espace de neutralité positive à investir comme lieu de reconstruction (du vécu, de l’être, de la langue). Ce lieu est celui du roman dans lequel récit mythique et parole analytique trouvent à s’enchâsser. L’élan destructeur du combat porte obstinément l’énergie féconde de la création que le recours à l’imaginaire archaïque, « libéré de la prison du mythe antique114 », permet d’inscrire dans le corps et le chant du monde.

Notes

79 H. Bauchau, 2000, « L’écriture à l’oreille enfantine », in L’Écriture à l’écoute, Arles, Actes Sud, p. 121.

80 P.-A. Deproost, J.-L. Tilleul, L. Van Ypersele, M. Watthee-Delmotte, 2004, « Archétype, mythe, stéréotype : pour une clarification terminologique », in Les Cahiers électroniques de l’Imaginaire n° 1, www.e-montaigne.com.

81 H. Bauchau, 2000, « La lumière Antigone », in L’Écriture à l’écoute, op. cit., p. 99.

82 J. Bollack, 2003, « Le mythe d’Œdipe », in M. Quaghebeur (dir.), Les Constellations impérieuses d’Henry Bauchau, Bruxelles, AML éditions/Labor, p. 354.

83 H. Bauchau, 1992, Jour après jour, Journal 1983-1989, Bruxelles, Les Éperonniers, p. 259.

84 H. Bauchau, 2000, « La circonstance éclatante », in L’Écriture à l’écoute, op. cit., p. 18.

85 G. Duchenne, V. Dujardin, M. Watthee-Delmotte, 2008, Henry Bauchau dans la tourmente du XXe siècle, Bruxelles, Le Cri, coll. « Biographie », p. 136-137.

86 Ibid., p. 144.

87 H. Bauchau, « La circonstance éclatante », op. cit., p. 18.

88 Ibid., p. 32.

89 H. Bauchau, « La lumière Antigone », op. cit., p. 101.

90 Fragment 8 d’Héraclite, cité par J. Brun, Les Présocratiques, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? » n° 1319, p. 45.

91 H. Bauchau [1966], La Déchirure, 2003, Arles, Actes Sud, coll. « Domaine français », p. 126.

92 H. Bauchau, « La circonstance éclatante », op. cit., p. 17-18.

93 Ibid., p. 20.

94 Ibid., p. 17-18.

95 R. Lefort, 2007, L’Originel dans l’œuvre d’Henry Bauchau, Paris, Honoré Champion, « Bibliothèque de Littérature Générale et Comparée », p. 133.

96 H. Bauchau, 2005, La grande Muraille. Journal de La Déchirure (1960-1965), Arles, Actes Sud, coll. « Babel », p. 325.

97 Ibid.

98 H. Bauchau, Jour après jour, op. cit., p. 42.

99 Voir à ce sujet l’ouvrage d’O. Ammour-Mayeur (2006) : Henry Bauchau, une écriture en résistance, Paris, L’Harmattan, « Structure et pouvoirs des imaginaires ».

100 P.-A. Deproost, J.-L. Tilleul, L. Van Ypersele, M. Watthee-Delmotte, « Archétype, mythe, stéréotype : pour une clarification terminologique », op. cit.

101 H. Bauchau in Henry Bauchau, la blessure qui guérit, entretiens avec Edmond Blattchen, 1999, Liège, Alice Éditions, p. 59.

102 M. Watthee-Delmotte, 2001, Parcours d’Henry Bauchau, Paris, L’Harmattan, coll. « Espace littéraire », p. 71.

103 H. Bauchau [1997], Antigone, 2007, Paris, J’ai lu, p. 234-236.

104 H. Bauchau [1972], Le Régiment noir, 2006, Arles, Actes Sud, coll. « Babel », p. 433-434.

105 J. Poirier, 2006, « Pierre-Jean Jouve et Henry Bauchau : médiation et connaissance de soi », in J. Poirier et M. Watthee-Delmotte (dir.), Pierre-Jean Jouve et Henry Bauchau : les voix de l’altérité, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, coll. « Écritures », p. 32.

106 H. Bauchau, La grande Muraille, op. cit., p. 60.

107 H. Bauchau [1990], Œdipe sur la route, 2006, Arles, Actes Sud, coll. « Babel », p. 202-203.

108 H. Bauchau [2004], L’Enfant bleu, 2007, Paris, J’ai Lu, p. 54-55.

109 H. Bauchau, 1999, Journal d’Antigone (1989-1997), Arles, Actes Sud, p. 249.

110 H. Bauchau, Jour après Jour, op. cit., p. 19-20.

111 H. Bauchau, L’Enfant bleu, op. cit., p. 55.

112 M. Watthee-Delmotte, Parcours d’Henry Bauchau, op. cit., p. 93.

113 H. Bauchau, 2008, Le Boulevard périphérique, Arles, Actes Sud, p. 86.

114 H. Bauchau, Henry Bauchau, la blessure qui guérit, op. cit., p. 38.

Auteur

Certifiée de Lettres Modernes, est doctorante en Littérature Comparée (en codirection avec les Universités de Corse et de Haute-Alsace). Elle termine une thèse traitant des résurgences mythiques dans les œuvres de James Joyce et Henry Bauchau. Les recherches entreprises portent essentiellement sur les modes de représentation de l’imaginaire romanesque

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540