Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chances du roman, charmes du mythe

 | 
Marie-Hélène Boblet

Avant-Propos

Marie-Hélène Boblet

Texte intégral

  • 1 M. Eliade, 1963, Aspects du mythe, Paris, Gallimard, coll. « Idées », p. 234-235.

1Au début des années soixante, sans ignorer la crise qu’il traversait, Mircea Eliade mentionnait la parenté du roman et du mythe sur les deux plans de la création et de l’écriture. D’une part, le roman ré-actualise de grands thèmes ou schèmes collectifs (thème initiatique ou thème de la rédemption, schème du labyrinthe) ou des personnages mythiques, restés exemplaires au sens d’inspirants. Prolongeant la narration mythologique, il en assume la vertu d’élucidation sans se réduire à une quelconque vérification. D’autre part, sur le plan de la réception, la lecture romanesque comporte une fonction mythologique, puisqu’elle fait vivre une expérience comparable à celle que procure la fréquentation des mythes, faite de déplacement et de dépaysement : « Dans un cas comme dans l’autre, on “sort du Temps” historique et personnel et on est plongé dans un temps fabuleux, transhistorique. […] Quelle que soit la gravité de la crise actuelle du roman, il reste que le besoin de s’introduire dans des univers étrangers et de suivre les péripéties d’une “histoire” semble consubstantiel à la condition humaine et, par conséquent, irréductible »1.

2C’est précisément à cette irréductibilité que s’intéressent les études ici réunies. Au-delà du Nouveau Roman ou de l’autofiction, malgré la cure d’amaigrissement du roman et les années de formalisme triomphant, on peut constater la séduction que continuent d’exercer nombre de figures et de structures mythologiques. Le colloque international organisé dans le cadre des recherches de l’équipe Écritures de la Modernité, qui s’est tenu du 24 au 26 novembre 2011 à l’Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle, ne questionnait donc pas le retour du mythe dans le roman depuis les années 1950, mais la permanence de prélèvements, transpositions et détours par le mythe.

3Quelles modalités esthétiques, poétiques et idéologiques de ces recours pouvons-nous observer jusqu’au début du XXIe siècle ? On peut sans doute repérer la succession de trois générations littéraires, celle qui répond au soupçon par la voie de l’Oulipo, celle qui cède aux voix des sirènes et au chatoiement des images de la postmodernité, celle qui assume les excès et les extravagances de la fabulation. Néanmoins, l’objectif de la réflexion collective dont ce livre est le fruit n’est pas seulement de contribuer à l’histoire littéraire mais surtout d’envisager les récents usages littéraires (donc sacrilèges, comme le dit Sylvie Germain) d’éléments issus de diverses mythologies, païenne et chrétienne, conviés à ressourcer l’intrigue et la narration. Comment, depuis 1950, l’invention romanesque et la mémoire mythologique se concilient-elles ? Avec quels effets axiologiques ?

  • 2 J. Gracq, [1948], André Breton. Quelques aspects de l’écrivain in Œuvres complètes, Paris, Gallima (...)

4Le roman, combattant peut-être le sentiment d’enfermement ou d’asphyxie dont souffrait un Julien Gracq dans les années 1950, années « prise[s] dans la glace », explore une réserve d’images et de sens déposés dans les grands récits de notre culture occidentale. Des romanciers y puisent de l’oxygène, y trouvent un élargissement des possibles, voire « l’épanouissement du possible »2 qui échappe aux « tanières » où il était forcé. Ils apprivoisent, sans se l’approprier, l’héritage imaginaire collectif. Lequel en retour enrichit, sans l’y aliéner, la fabulation littéraire. Gorgô ou Eurydice, la saga d’Œdipe ou de Jésus, le Labyrinthe ou Sion, l’ogre ou l’ours se prêtent, dans le cadre pragmatique de la fiction, à d’infinies réactualisations et resémantisations soustraites à la croyance comme à l’univocité. C’est à ce jeu de l’imaginaire et de la pensée que s’intéressent les contributions qui suivent, à travers la description et l’analyse de plusieurs combinaisons.

  • 3 Voir C. Louis-Combet, 1998, Le Recours au mythe, Paris, José Corti.

5La première section de ce livre, « De la mythobiographie à la mythographie », se consacre à Claude Louis-Combet et Henry Bauchau. Chacun d’eux a construit l’unité et la cohérence de son œuvre sur la mobilisation d’un imaginaire culturel archaïque et sur « le recours au mythe »3. Chez Claude Louis-Combet, le pouvoir déliant voire désaliénant de l’écriture de création, « charme jeté sur le monstre » selon la belle formule de Pierre-Jean Jouve, se vérifie dans la forme particulière de la mythobiographie. Porté par les spéculations freudiennes ou les intuitions de l’herméneutique, le romancier interroge le rationalisme au profit d’une rationalité élargie qui entre en sympathie avec l’univers complexe et non dialectique du mythe. Se penchant sur le réinvestissement de Gorgô ou de Léda, Stéphanie Boulard examine comment Claude Louis-Combet transpose la terreur dans Gorgô et interroge, à l’origine de la parole poétique qui fait la part de la blessure et du secret, l’épreuve de la sidération. Alain Romestaing montre quelle érotique énergie de la régression vers l’origine et vers l’animalité anime l’écriture de Miroir de Léda. Selon la contribution de Cécile Croce, « les corps de Méduse » figurés dans Le Roman de Mélusine et Gorgô de Louis-Combet ou dans L’Enfant Méduse de Sylvie Germain posent à eux seuls la question de « l’irreprésentable ».

6Deux communications rendent ensuite hommage à l’énergie auctoriale et à la vertu poïétique de “mythographes” qui, « libéré[s] de la prison du mythe antique » comme l’écrit Bauchau, sont des inventeurs de mondes. Marie-Camille Tomasi montre que « la poétique de la variation », apte à modéliser à nouveaux frais les parcours d’Œdipe, de Jacob et de Thésée, ouvre de nouvelles pistes à l’imaginaire et de nouvelles perspectives à la pensée. Myriam Watthee – Delmotte et Jérémy Lambert interrogent « l’ethos discursif et auctorial mis en jeu » par la production romanesque d’Henry Bauchau, en exposant la spécificité historique des usages du mythe après l’épreuve culturelle et psychique de la Seconde Guerre et de la Shoah. Henry Bauchau met au point des modalités de communication et de performativité littéraire qui reposent sur le mode du rite initiatique en pariant sur la possibilité du partage de l’expérience pathique. La ré-énonciation n’est pas re-citation de schèmes immémoriaux : elle fait interagir l’inconscient collectif et l’inconscient auctorial, et au lieu de nous enfermer dans la répétition du passé, elle nous en délivre par la force innovante de la reprise mythopoétique.

7Le deuxième mouvement du livre, « Le mythe à l’épreuve du roman : défigurations, refigurations », privilégie les romans qui, soumettant le mythe à un travail de déformation concertée, bricolent des éléments, hébergent des fragments de mythe déconstruits. Leurs emprunts aux figures mythiques prennent place dans une revisitation oblique du passé, ludique ou ironique. Dans un premier cas, le roman joue avec des héros défigurés, par exemple en ogres : Arlette Bouloumié et Otilia Carmen Cojan en mettent en lumière la dimension thématique et analytique dans les romans respectifs de Michel Tournier et de Jacques Chessex. Alain Schaffner examine ce qu’est Mélusine devenue dans Les Fruits du Congo d’Alexandre Vialatte qui, en combinant les éléments d’un monde primitif, illustre une esthétique du kaléidoscope. Delphine Gachet dessine les contours de l’« autre » Eurydice inventée par Italo Calvino au fil de ses réécritures du mythe d’Orphée. Seul romancier non francophone du recueil, Calvino mérite cette exception pour avoir fait, s’affranchissant du néo-réalisme, le choix oulipien de l’écriture combinatoire, propice au jeu des variantes et des variations sémantiques.

8Prenant la question à front renversé, la troisième partie de l’ouvrage s’intitule « Le roman à l’épreuve du mythe : délinéarisation et remotivation du récit ». Si Georges Perec nourrit La Vie mode d’emploi de mythèmes émiettés, il les « tor[d] même jusqu’à en extraire une substance neuve » et il opère sur le mode de la farcissure. Pour Isabelle Dangy, sa démarche est finalement génératrice de mythes personnels : par sa désintégration mais aussi par sa dissémination, le mythe nourrit un « autobiotexte ». Les romans de Georges Perec, à côté de ceux de Michel Butor, Henry Bauchau et Tanguy Viel, sont l’objet de la lecture surplombante de Jacques Poirier : au-delà de la différence générationnelle entre les années soixante et les années quatre-vingt-dix, on peut schématiser deux catégories de romans, « minotauréens » ou « dédaléens ». Les « dédaléens », formellement construits comme des architextes, offrent une surface textuelle sans profondeur ni sacralité, et se risquent, faute d’affronter l’énigme, aux séductions du nihilisme. Les « minotauréens » affrontent la complexité, recourent au mythe pour résister à l’univocité des systèmes idéologiques, pour ressusciter la perplexité dont le Roman, historiquement, est le fruit et le porte-parole. Les romans de Jacques Roubaud et d’Italo Calvino, analysés par Luisa Palazzo, sont d’autres exemples dédaléens : ils détournent le récit chevaleresque et réélaborent la matière médiévale pour combler par « les prouesses du langage » le vide qui s’est ouvert dans le roman du XXe siècle. Continuant enfin l’exploration des années quatre-vingt-dix, Lorine Bost vérifie la dynamique mythopoétique ou « minotauréenne » de l’écriture de Sylvie Germain : si Magnus peut affronter « l’inénarrable », c’est par l’opération d’un sous-texte clandestin.

9La quatrième partie, « Intertextualités et interculturalité : vers le roman de demain ? », croise dans une perspective transhistorique les œuvres et les textes mais aussi les référents culturels, les formes et les normes. Sont manifestes les traces du Christianisme dans les romans de Richard Millet et Philippe Le Guillou, comme sont perceptibles les échos et messages de la culture amérindienne dans les romans de Le Clézio, d’Yves Thériault et de Sylvain Trudel.

10Ce n’est jamais sous l’angle de la foi que Philippe Le Guillou « écrit dans les blancs de l’imaginaire chrétien », blancs que déchiffre Jean-François Frackowiak. Suivant les traces des évangiles apocryphes, l’écrivain laisse libre cours à une croyance poétique et libre jeu à une plume mythographique hétérodoxe. Jésus, personnage littéraire et modèle socratique, poseur de questions qui s’oppose à l’autorité des patriarches, « s’érige en figure de l’ironie qui sauve ». Sans fréquenter les marges des Évangiles, le Siom de Richard Millet revisite le mythe biblique de Sion. Siom abrite le mythe collectif de l’origine, mais aussi le mythe personnel de la généalogie. Pris à rebours, néanmoins, puisque l’obsession de l’extinction remplace l’imaginaire des fondations. Si finalement l’effet-mythe suscité par l’écriture mythographique coïncide avec l’extinction du mythe en son sens, jusqu’à quel point sa ré-élaboration littéraire permet-elle de faire survivre la dimension spirituelle qu’incarne le mythe ?

11Enfin, les trois dernières contributions ouvrent l’Ancien Monde sur le Nouveau Monde. Même si l’Occident a rencontré l’altérité et la spiritualité du passé amérindien sans y faire droit, l’héritage qu’il en a reçu a métissé le legs européen. Le Clézio dans Ourania plaide, au nom du besoin persistant du sacré, pour une dialectique utopique du rêve, de la magie et de la dissidence militante. Si pour notre propre survie, la modernité mondialisée nous enjoint de nous affronter à l’altérité, la quête d’une autre vie, à l’aune de la ruralité perdue ou des Indiens déchus, ne peut-elle prendre modèle sur la voie de la pensée alternative qu’offre le muthos au logos ? C’est cette piste interprétative que suit Van Kelly.

12Plus que la question de l’ailleurs et de l’autrement, c’est celle de l’avenir et du roman de demain que posent la figure du trickster ou les micro-mythes amérindiens insérés dans les romans québecois contemporains qu’analysent les deux dernières communications. Selon Marie-Elaine Bourgeois, le renversement symbolisé par le Trickster dans les romans d’Yves Thériault permet de questionner la possibilité de la réconciliation des contraires. Pour les personnages de Sylvain Trudel qu’étudie Jean-Pierre Thomas, échapper au poids de la vie consiste à remythologiser l’univers. Sans revenir aux grands récits univoques de légitimation dont Jean-François Lyotard a résumé la dissolution, en assumant au contraire l’humilité d’un regard à court terme et la banalité du quotidien, l’invention de micromythes, dialogiques et fragmentés, ne devient-elle pas « l’ultime bastion de la créativité » ?

13La remise en jeu de l’imaginaire collectif et de questions ancestrales, la séduction de l’intertextualité, la variation poétique et la richesse poïétique d’écritures mythographiques ont inspiré les chercheurs dont les contributions sont ici rassemblées. Qu’ils soient très vivement remerciés de leur participation à cette recherche qui, comme l’objet qu’elle s’est choisi, se pense comme une tâche ouverte, dont l’inaccomplissement mesure la fécondité. Cet inaccomplissement, c’est la chance du roman : par la diversité des œuvres qui en relèvent, il nous soustrait au charme mystifiant du mythe en nous gardant de toute forme dogmatique de simplification, de schématisation, d’absolutisation. Et, à sa façon, il entre dans le jeu complexe de la question et de la réponse, invitant ses lecteurs à jouer à leur tour…

Notes

1 M. Eliade, 1963, Aspects du mythe, Paris, Gallimard, coll. « Idées », p. 234-235.

2 J. Gracq, [1948], André Breton. Quelques aspects de l’écrivain in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1989, vol. 1, p. 455.

3 Voir C. Louis-Combet, 1998, Le Recours au mythe, Paris, José Corti.

Auteur

Professeur de littérature française à l’Université de Caen-Basse Normandie. Ses recherches portent sur le roman des vingtième et vingt-et-unième siècles et sur les écritures dialogales. Elle a publié Terres promises. Émerveillement et récit, Paris, Corti, 2011 ; Le Grand Meaulnes, édition critique, Paris, Champion, 2009 ; Le Roman dialogué après 1950. Poétique de l’hybridité, Paris, Champion, 2003
LASLAR (EA 4256)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540