Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un retour des normes romanesques dans la littérature française contemporaine

 | 
Wolfgang Asholt
, 
Marc Dambre

Avant-propos

Wolfgang Asholt et Marc Dambre

Texte intégral

  • 1 Claude Prévost et Jean-Claude Lebrun, Nouveaux territoires romanesques, Paris, Messidor, 1990. Dom (...)

1Il y a bientôt vingt ans, Claude Prévost et Jean-Claude Lebrun, les premiers à publier une grande étude sur ce que nous appelons le « roman contemporain », écrivaient dans leur introduction : « Cela pourrait commencer sous la forme d’un supplément au Dictionnaire des idées reçues de Flaubert : “Roman français : affirmer qu’il est mort.” » Cette litote tendait à démontrer que la situation avait changé depuis une dizaine d’années (aujourd’hui : une génération). Nombre d’études ont été publiées depuis, aussi bien en France, avec celles de Dominique Rabaté et de Dominique Viart, qu’à l’étranger, avec celles de Michèle Ammouche-Kremers et Henk Hillenaar, de Wolfgang Asholt, et de Joseph Brami, Madeleine Cottenet-Hage et Pierre Verdaguer, pour ne nommer que les premières parues, et tous les intervenants de ce volume y ont contribué1.

  • 2 Andreas Gelz, Postavantgardistische Ästhetik. Positionen der französischen und italienischen Gegen (...)
  • 3 Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2004.

2Il en résulte, même s’il est difficile de tirer un bilan, que la crise du roman semble terminée, qu’écrire est de nouveau devenu une activité transitive. La crise du roman, dont on parlait déjà dans les années 1920 (« La fin du roman » d’Emmanuel Berl date de 1927) trouve son apogée dans les années 1960 et 1970, avec la proclamation d’une autoréférentialité exclusive, préparée par le Nouveau Roman et pratiquée par les représentants d’une « esthétique post-avant-gardiste » (Tel Quel et autres) qu’Andreas Gelz a comparée aux « systèmes autopoétiques » à la Niklas Luhman2. De fait, depuis le début des années 1980, le champ littéraire s’est profondément transformé. « Notre temps est celui du récit », écrivait Danièle Sallenave, et le retour au récit est omniprésent, ce qui n’exclut nullement que ce retour tienne compte des discussions (théoriques) précédentes et de la concurrence et des diverses transformations médiatiques, de la photo au cinéma en passant par l’hypertexte. En 2004, Bruno Blanckeman, Aline Mura-Brunel et Marc Dambre, dans le volume réunissant près de cinquante contributions sous le titre Le Roman français au tournant du XXIe siècle3, peuvent constater de façon laconique dans leur introduction : « Le roman ne saurait se réduire désormais à un repli autarcique et il ne s’interdit plus de dire quelque chose du monde. » Ainsi donc, le fait que la littérature et plus spécialement le roman se tournent de nouveau vers le monde est devenu le paradigme dominant des études actuelles.

  • 4 Paris, Bordas, 2005 ; édition augmentée, 2008.
  • 5 Voir la discussion autour de « Literaturwissenschaft als Lebenswissenschaft » de Ottmar Ette : Len (...)

3Pour symptôme de ce changement nous prenons le bilan le plus ambitieux de la littérature contemporaine, proposé par Dominique Viart et Bruno Vercier, La Littérature française au présent4. Dès son introduction, Viart évoque clairement le changement de paradigme mentionné : « Aux jeux formels qui s’étaient peu à peu imposés dans les années 1960-1970 succèdent des livres qui s’intéressent aux existences individuelles, aux histoires de famille, aux conditions sociales, autant de domaines que la littérature semblait avoir abandonnés aux sciences humaines. » Aussi la première des deux parties de cette grande étude porte-t-elle le titre « Le renouvellement des questions » et elle aborde celui-ci en trois chapitres : « Les écritures de soi », « Écrire l’Histoire », et « Écrire le monde ». L’autobiographie autant que l’autofiction sont devenues une tendance de longue durée, et le tournant autobiographique de certains des Nouveaux Romanciers ne pouvait que le confirmer. Que la littérature puisse « écrire l’Histoire » était déjà moins évident, mais la mémoire et les oublis du XXe siècle sont devenus une préoccupation centrale et nécessaire du roman de la fin du siècle dernier et du début du nôtre. Le roman ose donc de nouveau se consacrer aux grands sujets et y inclut même celui de la crise de la civilisation qu’est la Shoah. Le plus difficile, vu la situation des années 1970, fut peut-être d’« écrire le monde ». Non pas que « l’Ère du soupçon » soit devenue obsolète, mais de nombreux romanciers pratiquent de nouveau une littérature qui croit posséder un savoir privilégié sur la vie et de la vie que les sciences biomédicales ne peuvent avoir5.

  • 6 L’Empreinte du social dans le roman depuis 1980, Michel Collomb dir., Montpellier, Centre d’étude (...)
  • 7 « Compte-rendu de l’œuvre de Collomb », in Lendemains, op. cit..
  • 8 Projekte des Romans nach der Moderne, München, Fink, 1997.

4Dans ce contexte, l’ouvrage coordonné par Michel Collomb en 2005 semble symptomatique. Pour Collomb, « les romanciers contemporains manifestent un souci de la société plus marqué que leurs prédécesseurs et évoquent plus souvent et de façon plus précise les maux qui affectent les sociétés dans lesquelles ils vivent »6. Mais ce retour d’une écriture sur le monde d’aujourd’hui et ses problèmes n’implique pas (ou rarement) une renaissance des formes traditionnelles du roman social ou engagé ; on ne pratique plus souvent une vue d’ensemble et on la situe encore moins dans le contexte d’une idéologie. Comme l’a écrit Rita Schober, avec ses quatre-vingt-dix ans certainement la plus âgée des romanistes allemands qui s’intéressent à cette littérature, « la focalisation sur le factuel, le spécifique et l’individuel a remplacé l’écriture autoréférentielle de la postmodernité »7. Nous sommes donc tout à fait d’accord avec Karlheinz Stierle pour qui nous assistons depuis un certain temps à un « retour au droit à l’existence de l’histoire et à son approfondissement anthropologique »8 dans la littérature. Cette position ne fait pourtant pas l’unanimité. Dans le volume cité de Collomb, Jochen Mecke critique la tendance romanesque contemporaine du « social dans tous ses états » (chez Houellebecq) pour tirer le bilan : « Quoi qu’il en soit, la littérature paie un prix assez élevé pour cette possibilité d’intervention directe dans le champ social, car elle perd sa position traditionnelle d’observateur. Les frontières entre le champ social général et le champ littéraire s’estompent, la littérature perd son autonomie. Le champ social ne laisse pas simplement son empreinte sur le roman : le roman lui-même devient, à son tour, le champ de l’action sociale. » Il n’est pas sûr que beaucoup de romanciers envisagent une telle « reconduction de l’art dans la vie sociale », il nous semble plutôt que les écrivains ont tiré les leçons de ce que Peter Bürger a appelé l’échec du projet des avant-gardes. C’est peut-être au contraire l’exclusion relative ou complète du social, de l’historique, etc. du roman qui s’est payée d’un prix assez élevé, comme l’évolution littéraire de la seconde moitié du XXe siècle a pu le montrer ; on ne peut pas éviter la configuration du « qui perd gagne » et vice versa.

5Ces débats autour de la situation et des responsabilités du roman contemporain en France ont été également au centre du colloque organisé lors de la réunion bisannuelle des Franco-romanistes allemands qui eut lieu cette fois en septembre 2008 à Augsbourg, et dont voici les Actes. Le « mot d’ordre » derrière lequel avaient été regroupées les douze « sections » était « Normes–Normen », et la nôtre s’est consacrée au « retour des normes romanesques ». Organisée par les éditeurs et par l’équipe « Écritures de la modernité » (Sorbonne nouvelle/ CNRS) et réunissant surtout des intervenants allemands et français, mais aussi, anglais, autrichiens et suisses, cette section s’est posé la question suivante : le roman français contemporain est-il seulement caractérisé par un retour du récit ou l’est-il aussi par le retour de normes romanesques tendant vers l’établissement d’un canon ? Si ce roman, trente ans après ses premières manifestations, ne peut plus être exclusivement le roman d’aujourd’hui, s’il est nécessairement en train de s’historiciser et d’être historicisé, on peut se demander s’il a contribué à créer de nouvelles normes romanesques, ou à faire renaître des normes romanesques déjà pratiquées au cours du XXe siècle.

6Ce travail sur la situation du roman depuis les années 1980 s’est opéré à deux niveaux : d’une part, un questionnement général, envisageant l’ensemble des tendances et perspectives ou certains traits spécifiques, d’autre part, des études particulières, tenues pour représentatives au-delà des œuvres ou des auteurs servant d’exemples.

7Le questionnement est initié par Johan Faerber et Jochen Mecke à partir de deux constats différents : là où, selon Faerber, pour la littérature d’aujourd’hui « écrire serait un verbe transitif, parce que écrire ne veut pas écrire l’écriture », Mecke aperçoit dans les esthétiques (romanesques) actuelles « pas tellement une poétique concrète mais plutôt une démolition et une redéfinition de la littérature ». Pour l’un, la littérature contemporaine, au moins dans ses protagonistes les plus novateurs, envisage « le moment où il n’y aura plus d’histoire et où la littérature se sera confondue avec le Dehors » (Faerber), tandis que, pour l’autre, malgré des apparences de retour au récit ou aux normes littéraires, nous assistons « à un véritable travail de sape », où les romans « subvertissent les différences entre littérature et non littéraire » (Mecke). Tout en semblant faire le même constat (le statut de la littérature est en train de changer profondément), les deux approches se distinguent fondamentalement dans leur appréciation de ce développement. Là où l’un voit le salut d’une littérature dans la tradition des avant-gardes historiques (« Reconduire l’art dans la vie »), l’autre semble discerner une catastrophe ruinant les acquis de certaines modernités du XXe siècle, surtout depuis la proclamation de « l’Ère du Soupçon », il y a plus de cinquante ans. La discussion sur le destin de la littérature qui a dominé tout le siècle dernier continue donc, malgré les espoirs mis dans la postmodernité.

8Dominique Rabaté et Marc Dambre s’attachent à deux thématiques ou « figures » représentatives : la disparition, la mélancolie face à l’histoire. Rabaté part du constat d’une récurrence de la « disparition » dans la littérature (mais aussi le cinéma), disparition sur ou à partir d’un « territoire », disparition mémorielle ou lipogrammatique et disparition comme forme de résistance. Dambre, quant à lui, ne constate pas seulement une omniprésence de la mélancolie dans les romans consacrés à l’histoire du « siècle des extrêmes » (Hobsbawm), produisant une relation étroite entre « mélancolie et devoir de mémoire » : il voit aussi une productivité de cette mélancolie quand elle peut être transformée en « révélation du monde ». « Disparition » et « Mélancolie » s’affirment donc comme des figures narratives ou romanesques ; bien plus, elles constituent une réaction à l’histoire et une opposition à des appropriations politiques et sociales qui font du roman une aire de liberté.

  • 9 « Romanesques », collection dirigée par Marie Dollé et Alain Schaffner, Amiens, Encrage Université (...)

9Si la plupart des contributions portent sur le roman, Alain Schaffner, Michael Sheringham et Andreas Gelz tiennent compte des changements du champ littéraire en abordant la notion de « romanesque ». Situé « à la croisée des interrogations contemporaines sur la fiction, la lecture, l’histoire littéraire et la théorie des genres »9, le romanesque permet une transgression des normes « romanesques », typique de la seconde moitié du XXe siècle. Michael Sheringham montre comment, sous l’influence des travaux de Foucault, « le romanesque de l’archive » devient le producteur de romanesque chez Pierre Michon, instaurant un rapport entre le littéraire et l’existentiel, aux limites de l’impossible. Alain Schaffner décrit comment le « romanesque » permet une double posture chez Perec (distance et adhésion à des traditions génériques) qui va influencer le roman des dernières décennies du XXe siècle, de Jacques Roubaud au Jean Rouaud de L’Imitation du bonheur en passant par Hédi Kaddour et Anne-Marie Garat. Et Andreas Gelz souligne « l’oscillation générique » instaurée par le romanesque des « microfictions », qui met en question la notion de « roman » et qui permet ainsi une « convergence entre différents courants de la littérature contemporaine », tout en continuant à représenter une méfiance vis-à-vis des « grands récits » et en illustrant l’influence d’autres médias sur le « romanesque ».

10À cet ensemble de portée générale intitulé « Modèles – théories – thématiques » succèdent deux parties d’apparence plus monographique et plus analytique : « Retours du social et de l’histoire » et « Diversité du contemporain ».

11Le passage du général au particulier est suggéré par le premier article. Car, en recourant à la notion de « roman métahistorique », Birgit Mertz-Baumgartner ne se borne pas à enregistrer un « retour de l’Histoire », elle dégage la forme générique nouvelle qui accompagne ce « retour » ; cette étude de quatre romans différents montre le fonctionnement et la signification d’une forme romanesque consacrée à l’histoire du XXe siècle. De même Wolfgang Asholt observe-t-il à partir des structures l’invention de l’histoire élaborée dans L’Imitation du bonheur de Jean Rouaud. Par ailleurs, l’héritage de la mémoire se manifeste dans l’œuvre d’Olivia Rosenthal qu’examine Marie-Odile André. C’est le « post-exotisme moderne et le postmodernisme exotique » que Magdalena Silvia Mancas scrute chez Antoine Volodine ; c’est, enfin, la « poétique du précaire et le monde des salariés » que Roswitha Böhm privilégie dans les textes d’Anne Weber. Comme en contrechamp, l’article de Frank-Rutger Hausmann explore la réception du best-seller de Jonathan Littell, Les Bienveillantes, en Allemagne. Grâce au « reading-room » de la Frankfurter Allgemeine Zeitung consacré à ce roman historique dont le journal a publié les 150 premières pages, on ne connaît pas seulement la critique professionnelle (largement négative) mais aussi la réaction du grand public, beaucoup plus positive. Cet article nous met en garde contre une exclusivité de la critique (dans notre cas) universitaire, qui oublie souvent les lecteurs réels.

12En somme, les textes rassemblés retracent le développement du roman presque toujours en relation avec les divers courants génériques – est-ce un hasard si le genre féminin est largement présent ? Dans la troisième partie, « Diversité du contemporain », si Patricia Oster décèle chez Danièle Sallenave une évolution de l’« athéisme littéraire » vers la « quête du sens », et Ursula Bähler un « retour à l’homme » chez Pascale Kramer et Marie NDiaye, Mathilde Barraband étudie le « sismographe » Bergounioux en analysant l’évolution du schéma narratif structural qu’il a choisi dans ses premiers livres, et Cerstin Bauer-Funke aborde l’oeuvre controversée de Beigbeder par le biais d’une « poétique de la transgression ». Enfin, deux textes portent sur la tendance minimaliste. Klaus Semsch distingue chez Jean Echenoz à la fois la « biofiction » et les « anatopies du moi ». Et Beate Ochsner montre comment, dans l’œuvre de Jean-Philippe Toussaint, le cinéma constitue une déviance par rapport à une norme ou une tradition artistique : de même que les romans des « minimalistes » mettent en question la notion de roman, les films de Toussaint interrogent la médialité même du cinéma.

13Même si, dans ce panorama inévitablement partiel et fragmenté, les appréciations et catégorisations des différents romanciers sont souvent dues à la perspective propre aux auteurs des contributions, elles laissent cependant apparaître que l’autoréférentialité aussi bien que la postmodernité (minimale) ne semblent plus être de mise. La plupart des notions développées (« retour à l’homme », « héritage de la mémoire », « invention de l’histoire », « quête du sens », « post-exotisme » ou « poétique du précaire ») confirment le « renouvellement des questions » dans le sens d’un « retour du réel ». Elles montrent aussi – et celles d’une « poétique de la transgression », de « la sensibilité du sismographe » ou de la « biofiction » le confirment – qu’il ne s’agit pas là d’un retour à une esthétique et à des procédés narratifs traditionnels, mais que le soupçon vis-à-vis du pouvoir de la littérature de représenter le réel d’une manière mimétique persiste. Ce que ces notions et les romans qu’elles envisagent expriment cependant, c’est une conception de la littérature comme laboratoire et archive de savoirs sur la vie. Cela ne veut pas dire, malgré le constat sceptique de Jochen Mecke ou plein d’espoir de Johan Faerber, que nous assistons à une transgression faisant disparaître les limites entre le littéraire et le non littéraire, entre vie et art. Mais cela indique clairement que le roman contemporain ne se refuse plus à aborder la réalité extralittéraire et qu’il a dépassé la phase d’un « travail sur le signifiant » comme stade ultime de l’évolution littéraire depuis l’invention (nécessaire) de l’autonomie au XIXe siècle.

Notes

1 Claude Prévost et Jean-Claude Lebrun, Nouveaux territoires romanesques, Paris, Messidor, 1990. Dominique Rabaté, Vers une littérature de l’épuisement, Paris, Corti, 1991. Dominique Viart, Écritures contemporaines I et II, Paris, Lettres Modernes Minard, 1998 et 1999. Michèle Ammouche-Kremers et Henk Hillenaar, Jeunes auteurs de Minuit, Amsterdam, Rodopi, 1994. Wolfgang Asholt, Der französische Roman der achtziger Jahre, Darmstadt, WBG, 1994. Joseph Brami, Madeleine Cottenet-Hage et Pierre Verdaguer, Regards sur la France des années 1980. Le Roman, Stanford, ANMA, 1994.

2 Andreas Gelz, Postavantgardistische Ästhetik. Positionen der französischen und italienischen Gegenwartsliteratur, Tübingen, Niemeyer, 1996.

3 Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2004.

4 Paris, Bordas, 2005 ; édition augmentée, 2008.

5 Voir la discussion autour de « Literaturwissenschaft als Lebenswissenschaft » de Ottmar Ette : Lendemains, Tübingen, Narr, n° 125, 2007.

6 L’Empreinte du social dans le roman depuis 1980, Michel Collomb dir., Montpellier, Centre d’étude du XXe siècle, Université Paul-Valéry – Montpellier III, 2005.

7 « Compte-rendu de l’œuvre de Collomb », in Lendemains, op. cit..

8 Projekte des Romans nach der Moderne, München, Fink, 1997.

9 « Romanesques », collection dirigée par Marie Dollé et Alain Schaffner, Amiens, Encrage Université, quatrième de couverture.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540