Version classiqueVersion mobile

Le fait divers criminel dans la presse quotidienne française du XIXe siècle

 | 
Laetitia Gonon

Quatrième partie. Romans et faits divers criminels : types et stéréotypes

Romans et faits divers criminels : types et stéréotypes

Texte intégral

  • 1 6 novembre 1878. Le Gaulois, « Paris au jour le jour », « Crimes et délits ». Ce fait divers a été (...)
  • 2 Jacques Dubois parle ainsi, dans Les Romanciers du réel, d’une phase romanesque « réaliste-natural (...)

1« Dame ! dans le racontar en question, il y avait de quoi faire un véritable roman », se justifie un reporter obligé de démentir son « romanesque article » de la veille1. L’adjectif véritable, caractéristique de la rhétorique fait-diversière, accompagne ici un topos journalistique, celui qui établit un lien entre fait divers et roman. C’est la raison pour laquelle j’ai choisi de privilégier ce dernier mot, quand bien même il sera aussi question dans ces chapitres de nouvelles (certes écrites par des romanciers). Roman est en effet à entendre ici au sens large de roman-feuilleton, roman réaliste, naturaliste2, mais également d’autres récits de fiction, plus courts sans doute, et qui entretiennent avec le fait divers des relations parfois ambiguës – et ce autant dans les bornes de mon corpus (1836-1881) que pendant tout le siècle (je me fonderai en particulier beaucoup sur le roman des années 1880).

  • 3 Voir l’introduction, p. 28.
  • 4 À ces Physiologies sont attachés de grands noms de la littérature de l’époque (Gautier, Balzac, Sa (...)
  • 5 Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, 1874. Ce même ouvrage précise : « vers 1840, on se mi (...)
  • 6 Edmond et Jules de Goncourt, Manette Salomon, t. I, Lacroix, Verboeckhoven & Ce, 1867, p. 173-174. (...)

2Ces relations entre fait divers et roman seront essentiellement observées au prisme des notions de type et de stéréotype. Le stéréotype est, étymologiquement, rattaché à l’impression de la presse3 ; le type, lui, serait davantage du côté de la littérature, qui s’attache à peindre le type de l’artiste, celui de la grisette, de l’avocat, du notaire, etc. Les types apparaissent beaucoup à l’époque dans des Physiologies4, « Étude d’un caractère considéré comme type, d’un état spécial et caractéristique5 », mais aussi dans les romans – Gavroche est le type du gamin, par exemple. Les personnages romanesques sont alors sentis comme des types, par les romanciers comme par les critiques – à l’image de ce personnage des Goncourt qui « avait voulu fixer là, dans ce cadre d’un pays de la mode, la physionomie de la Parisienne, le type féminin du temps actuel6 ». C’est à travers le type, écrit ainsi Ruth Amossy, « que la grande littérature réaliste figure le réel ; c’est par son intermédiaire que les romanciers entreprennent d’éclairer la société de l’époque » (1989 : 113).

3Types et stéréotypes, certes, peuvent facilement être opposés, comme l’époque opposait volontiers l’écriture journalistique, faite de clichés et de facilités, et l’écriture littéraire, personnelle et génératrice de types ; mais la réalité du siècle est bien plus complexe. Je ne proposerai ici que quelques pistes, parce que ce champ de recherche, déjà bien connu, est immense : je limiterai ainsi l’analyse à quelques points particuliers que mon corpus de faits divers m’a amenée à considérer, et dont j’examinerai les prolongements littéraires chez les « romanciers du réel » qui lui sont contemporains – en m’attachant à un figement lexical tout autant que thématique. Il s’agira de mettre en évidence certains « phénomènes constants de contamination » entre le journal et la littérature (Thérenty 2007 : 19) et j’étudierai en particulier ce qui, dans le fait divers criminel, peut influencer le roman – plutôt que la circulation d’un discours romanesque dans le fait divers –, contre l’idée que fait divers stéréotypé et roman physiologique s’opposent tout à fait.

  • 7 14 juillet 1860. Le Droit, « Paris, 13 juillet 1860 ». La référence à Othello dans les cas de dram (...)
  • 8 Les faits divers semblent également faire de nombreuses allusions plaisantes à Offenbach. Ainsi de (...)

4L’influence du roman sur le fait divers serait évidemment intéressante à considérer, mais j’ai choisi de partir du journal pour voir, au terme de ce parcours, en quoi il se retrouve dans la littérature, plutôt que de revenir au fait divers dans un trajet inverse. J’aurais certes pu montrer comment certains faits-diversiers semblent, au-delà de la fictionnalisation, tentés de faire de la littérature dans cette rubrique pourtant bien méprisée, et par les romanciers, et par les journalistes. Un fait-diversier recourt par exemple à la culture théâtrale en intitulant un drame de la jalousie « Un nouvel Othello7 » : le mari « se forgeait de continuelles chimères, et, comme Sganarelle, […] s’imaginait toujours être trompé ». Invoquer Molière et Shakespeare pour une simple scène de ménage ne peut guère être lu ici que par ironie antiphrastique, tant les références sont sans commune mesure avec l’événement8.

5Nous retrouvons ce même phénomène d’intertextualité dans un article aux ambitions romanesques affichées, et qui commence de la sorte :

  • 9 23 septembre 1869. Le Petit Journal, « Paris ». Voir l’étude centrée sur sa reprise par un autre j (...)

Dans la soirée d’hier, à minuit moins un quart, dit le Droit, une jeune femme, d’une mise distinguée, suivait d’un pas léger le boulevard des Italiens, s’arrêtant par instants devant la glace des riches magasins pour corriger une boucle rebelle ou rectifier quelques plis nuisant à l’harmonie de sa toilette. Elle était, comme dit Balzac, armée en guerre et elle offrait le type de l’héroïne d’une spirituelle étude de Laurent Jan, intitulée : Où va une femme qui sort9 ?

  • 10 Voir le dernier chapitre, p. 283.

6Le fait divers s’inspire ici explicitement d’une physiologie et donne à voir le type de la lorette10. Il est assez rare de croiser pareilles références : le fait divers d’ordinaire ne fixe pas de façon si précise le cadre de l’action, et la description des acteurs. Leur nom ou leur statut social suffit généralement à les définir ; l’effort rédactionnel, visible dans la longueur de la première phrase et l’introduction de qualificatifs, trouve un écho dans les références intertextuelles qui suivent. La jeune femme devient une héroïne de récit de mœurs comme ceux de Balzac – et la référence du journaliste est d’autant plus pertinente que le début de l’article ci-dessus n’est pas sans rappeler l’incipit du Cousin Pons :

  • 11 Honoré de Balzac, Le Cousin Pons, 1847, La Comédie humaine, t. vii, Gallimard, « Bibliothèque de l (...)

Vers trois heures de l’après-midi, dans le mois d’octobre de l’année 1844, un homme âgé d’une soixantaine d’années, mais à qui tout le monde eût donné plus que cet âge, allait le long du boulevard des Italiens, le nez à la piste, les lèvres papelardes, comme un négociant qui vient de conclure une excellente affaire, ou comme un garçon content de lui-même au sortir d’un boudoir11.

7Les circonstants scéniques, la description de la mise d’un personnage présenté par un simple groupe nominal indéfini, la mention du boulevard des Italiens, concordent de l’un à l’autre texte. Il n’y a peut-être là qu’une coïncidence qui tient à l’imprégnation par les journalistes du roman réaliste, mais elle est assez notable. Pour racheter en quelque sorte une valeur littéraire à un genre de discours auquel on n’en prête aucune, le fait-diversier inscrit ses références dans sa production.

8Ces phénomènes sont sans aucun doute intéressants, et mériteraient d’être approfondis ailleurs : je prends le parti de m’intéresser plutôt à l’imaginaire social voire stylistique partagé – ou pas – par le fait divers et le roman au XIXe siècle, à la façon dont ils dialoguent sur la question du crime, autour des notions de types et de stéréotypes. En effet le fait divers et le roman-feuilleton sont ordinairement considérés comme des recueils de stéréotypes (même si cette représentation tient, elle-même, du stéréotype). Les romanciers réalistes et naturalistes écrivent pourtant parfois des feuilletons ou des contes et chroniques pour les journaux : tout en ayant conscience du figement d’une écriture journalistique, ils doivent alors composer avec elle, s’inspirer des drames qu’elle raconte tout en la tenant à distance. Ce n’est donc pas tant la citation dans le fait divers que j’étudierai maintenant, mais davantage la citation du fait divers – « Que sont les stéréotypes et les clichés sinon justement des citations ? », rappelle Compagnon (1979 : 29) – par le roman, la reprise d’un interdiscours journalistique, et la façon dont ce dernier influence les romanciers. Je me demanderai surtout en quoi les faits divers criminels influencent peut-être moins qu’ils ne partagent avec le roman traitant du crime un imaginaire collectif, qu’ils contribuent à forger et à entretenir par leur publication.

9Le premier chapitre s’intéressera précisément aux rapports des romanciers avec le fait divers, à la résistance stylistique qu’ils opposent au journal et à ses stéréotypes, dans le même temps qu’ils s’en inspirent, qu’ils en reprennent certains automatismes et qu’ils mettent en scène des lecteurs de faits divers.

10Dans le deuxième chapitre, j’analyserai l’image du criminel dans le fait divers, et les échos qu’on en trouve dans les romans : j’opposerai ainsi, lexicalement, l’énergie au cynisme, topoi propres à deux types de criminels.

11C’est la représentation urbaine qui sera au cœur du dernier chapitre, et plus précisément deux motifs qui y sont liés, celui du vitriolage d’abord, et celui de la prostitution clandestine ensuite : cette dernière a en effet un rapport complexe avec la fiction, fiction en particulier de la séduction, fiction de l’identité criminelle.

Notes

1 6 novembre 1878. Le Gaulois, « Paris au jour le jour », « Crimes et délits ». Ce fait divers a été étudié dans la première partie, p. 83-84.

2 Jacques Dubois parle ainsi, dans Les Romanciers du réel, d’une phase romanesque « réaliste-naturaliste » (2000 : 19).

3 Voir l’introduction, p. 28.

4 À ces Physiologies sont attachés de grands noms de la littérature de l’époque (Gautier, Balzac, Sand, etc.) ; sur le terme de littérature panoramique utilisé par Walter Benjamin, voir Interférences littéraires n˚ 8 (2012).

5 Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, 1874. Ce même ouvrage précise : « vers 1840, on se mit à faire des physiologies, comme au XVIIe siècle on faisait des portraits. »

6 Edmond et Jules de Goncourt, Manette Salomon, t. I, Lacroix, Verboeckhoven & Ce, 1867, p. 173-174. Le terme de physionomie est dans ce domaine beaucoup employé : par exemple à l’entrée GAMIN du Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle (1872) : « On peut dire que la physionomie du Parisien est changée complètement. » Alfred Delvau a lui-même beaucoup recours au type dans son Dictionnaire de la langue verte : « GÊNEUR, s. et adj. Type essentiellement parisien – comme la punaise. »

7 14 juillet 1860. Le Droit, « Paris, 13 juillet 1860 ». La référence à Othello dans les cas de drame de la jalousie paraît cependant très stéréotypée : voir Stendhal, Journal, op. cit., 12 juillet 1804, p. 117.

8 Les faits divers semblent également faire de nombreuses allusions plaisantes à Offenbach. Ainsi de cet agent de police qui repère un suspect grâce à son signalement, mentionnant un trou dans le paletot du criminel : « Il eût pu aborder le jeune homme en lui chantant, comme dans la Vie parisienne : “Votre habit a craqué dans le dos !” » (1er novembre 1878. Le Gaulois, « Paris au jour le jour », « Crimes et délits »). Voir aussi, hors du corpus, ce fait divers mettant en scène un mendiant feignant la cécité et que le journaliste nomme Patachon, en référence aux Deux Aveugles (1855 – 23 novembre 1884. Le Figaro, « Nouvelles diverses »).

9 23 septembre 1869. Le Petit Journal, « Paris ». Voir l’étude centrée sur sa reprise par un autre journal dans la deuxième partie, p. 137-138. L’ouvrage cité, Où va une femme qui sort, (Laurent-Jan, op. cit.), contient des gravures et des textes entre autres d’Honoré de Balzac, Eugène Sue, George Sand, Alphonse Karr, Stendhal, Jules Janin, Alfred de Musset, Charles Nodier. C’est une des Physiologies du siècle. Quant à l’expression « armée en guerre », je n’ai pas su la retrouver chez Balzac. Elle s’inscrit pourtant comme un topos du siècle : dans le feuilleton de « Chronique théâtrale » du Temps paru le 7 mai 1877, Francisque Sarcey rend compte du drame Un retour de jeunesse de Jules Barbon en présentant le personnage de l’épouse de la sorte : c’est « une de ces dévotes dont Balzac a donné le type dans Mme Angélique Grandville. Mme Didier est une femme vertueuse, mais dont la vertu doublée de piété est revêche et toujours armée en guerre. » On retrouve par exemple l’expression « armée en guerre » à l’acte III, scène 9 de La Vie Parisienne (1866) de Jacques Offenbach. Le fait divers qui nous intéresse paraît trois ans plus tard, si bien que la notoriété de cette collocation a déjà pu se répandre.

10 Voir le dernier chapitre, p. 283.

11 Honoré de Balzac, Le Cousin Pons, 1847, La Comédie humaine, t. vii, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1977, p. 483.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search