Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nomadismes des romancières contemporaines de langue française

 | 
Audrey Lasserre
, 
Anne Simon

Géo/graphies

Nomads’ Land

Texte intégral

  • 1 Gilles Deleuze et Félix Guattari, 1980, Capitalisme et Schizophrénie 2 : Mille plateaux, Paris, Mi (...)

« […] le nomade est celui qui ne part pas, ne veut pas partir, s’accroche à cet espace lisse où la forêt recule, où la steppe ou le désert croissent, et invente le nomadisme comme réponse à ce défi1. »

1Le parcours que l’on vient d’emprunter a mis en valeur la diversité des acceptions possibles de la notion de nomadisme dans le champ de la pratique littéraire, qui est aussi une pratique sociale, voire éthique et politique. L’exergue le suggère : à l’instar des nomades, les auteures dont nous avons pu analyser les œuvres ou la situation dans le champ ne renoncent pas à l’écriture, malgré des conditions de production parfois arides. Elles s’accrochent à la page, refusent de quitter cette activité scripturale qui, pour être viable et praticable, leur a imposé, comme un défi lancé à l’enfermement ou à l’exclusion, d’être en constant déplacement. Les nomadismes ne semblent, en effet, exister qu’en fonction de frontières délimitées, que les écrivaines vont, de façon plus ou moins radicale et subversive selon les cas, tenter de fluidifier voire de traverser. Ils apparaissent ainsi comme autant de stratégies déployées contre l’assignation à résidence identitaire dans le champ littéraire. Il importe alors de revenir sur les variations que le concept a subies au long de cette réflexion, dans la mesure où toute métaphore employée dans le champ de la critique littéraire a contre elle le risque d’une dilution des problématiques et d’un élargissement non opératoire des thématiques. Il est donc loisible, pour clore cette réflexion, de recadrer les emplois qui ont été privilégiés, tant par les écrivaines que par les critiques.

2L’insistance sur la déambulation graphique et paginale suggère tout d’abord à quel point écrire reste perçu, à l’ère du clavier, comme une progression dans un espace. Celui-ci devient vite assimilé à un espace de vie, où la progression se transforme, parfois dans un constant aller-retour, en franchissement de frontières, élan vers le large ou plongée dans des profondeurs intimes, que les racines soient retrouvées ou au contraire arrachées.

3Les parties de ce recueil ont en outre décliné la notion à partir de quatre terrains d’études différents. Tout en conservant sa définition globale de parcours régulier engageant la survie du sujet voire du groupe, le nomadisme se complexifie au fil des espaces symboliques traversés. Il a tout d’abord été question du champ littéraire. On sait à quel point les normes et valeurs symboliques qui lui sont attachées débouchent sur des états de fait, dont les écrivaines doivent prendre acte et qu’elles tentent de dépasser pour ne pas figer leurs productions dans une sédentarisation réductrice. Il nous semble qu’entre la problématique du bannissement et celle de l’assignation, qu’entre celle de l’exil et celle de la « migration », la déterritorialisation nomade est au cœur de nombreuses démarches d’écriture. Les écritures « migrantes », qui désignent au Québec les œuvres produites par des auteur(e)s ayant immigré dans un pays dont ils ou elles emploient la langue, témoignent ainsi d’une spécificité culturelle dite « périphérique ». Que l’on considère la richesse de la double appartenance culturelle et du bilinguisme ou la « schizophrénie » que génère parfois l’origine en partage, ces œuvres n’ont de cesse d’interroger une identité et une culture « nationale », de reconfigurer le centre et ses prétendues marges, de les relativiser. La migration s’avère une transgression constitutive du parcours nomade.

  • 2 Voir Judith Butler, 2006, Trouble dans le genre, trad. Cynthia Kraus, Paris, La Découverte.

4Cerner dans quelles conditions écrivent et publient les femmes était central pour notre propos, dans la mesure où le nomadisme est bien souvent une conséquence de ces conditions, parfois imposées, parfois voulues et délibérément assumées. Ce lien fondamental du nomadisme avec le corps situé et la voix incorporée de l’écrivaine menait logiquement, presque intuitivement, vers une réflexion sur l’énonciation, et sur la capacité de l’écriture à migrer d’un sujet à un autre, d’un « je » à un « tu », d’un singulier à un collectif, d’un genre (gender) à des genres plus troubles2. Genres grammaticaux, littéraires, narratifs ou socio-sexués apparaissent comme des catégories que les narratrices et narrateurs s’attachent à faire jouer ou à dissoudre, pour le plus grand dépaysement symbolique des lecteurs et lectrices. Une fois ces transferts analysés, il devenait légitime de revenir sur les motifs privilégiés par un certain nombre d’écrivaines contemporaines : exil et inhospitalité, retour (impossible) au foyer, identités fluctuantes, pays se désarrimant, déplacements subis ou voulus, ont permis de montrer, par un retour indirect à la première partie, à quel point notre tournant de millénaire se caractérise par une instabilité identitaire foncière, souvent douloureuse, parfois jubilatoire. Refuser la catégorisation identitaire revient aussi à prendre position littérairement, philosophiquement et politiquement contre l’enfermement, par la mise en questions du monde, qui irrigue la vitalité d’une pensée nomade en constant déplacement.

5Pour terminer, la notion se devait d’être explorée au niveau du rapport intime, vital et symbolique à l’écriture, exploration que nombre d’écrivaines thématisent elles-mêmes dans leurs récits, par des histoires à double niveau présentant des personnages en marche qui pourraient bien incarner la sécrétion de soi par le déplacement ritualisé. Le nomadisme, ce cheminement d’un point à un autre d’un je en perpétuelle (dé)structuration, se révèle in fine un concept particulièrement opérant pour définir la situation, toujours déplacée (à tous les sens du terme), de nombreuses écrivaines contemporaines.

Notes

1 Gilles Deleuze et Félix Guattari, 1980, Capitalisme et Schizophrénie 2 : Mille plateaux, Paris, Minuit, coll. « Critique », p. 472.

2 Voir Judith Butler, 2006, Trouble dans le genre, trad. Cynthia Kraus, Paris, La Découverte.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540