Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nomadismes des romancières contemporaines de langue française

 | 
Audrey Lasserre
, 
Anne Simon

Régressions/progressions/transgressions

La quête familiale dans les écrits de Marie NDiaye : nomadisme, (in)hospitalité, différence

Shirley Jordan

Texte intégral

  • 1 Marie Ndiaye, 2004, Rien d’humain, Besançon, Les Solitaires Intempestifs, p. 18 : RH.

« J’arrive de loin et je suis écœurée […].
J’ai besoin d’un toit1. »

Repenser le nomadisme

  • 2 Rosi Braidotti, 1994, Nomadic Subjects : Embodiment and Sexual Difference in Contemporary Feminist (...)

1Nomade : celui qui erre à la recherche de pâture ; individu étranger sans résidence fixe. En quoi le trope du nomadisme est-il utile pour interpréter la problématique des écrits lancinants, oniriques, de Marie NDiaye ? Quels rapports envisage cette écrivaine entre l’individu et ses racines ? L’individu et l’espace ? L’individu et la communauté ? Quelles trajectoires dessine t- elle ? Comment les interpréter ? Trajets, errances, lieux de transit, départs, retours, attentes et arrivées ponctuent ses écrits : le topos du voyage est, nous le savons, d’une importance primordiale chez Marie NDiaye. Pourtant, on est bien loin ici d’un nomadisme réfléchi, assumé et revendiqué – d’une « conscience nomadique » – telle que la décrit Rosi Braidotti dans son étude féministe Nomadic Subjects2. Prenons néanmoins comme point de départ le paradigme braidottien d’un nomadisme positif, pour mesurer sa distance de celui que n’a cesse d’élaborer Marie NDiaye.

2Le nomadisme braidottien, dénué de nostalgie, est à la fois condition existentielle, position philosophique et figure théorique idéale pour la subjectivité postcoloniale. Il implique une certaine mobilité intellectuelle, promeut la création de liens et de réseaux inattendus (entre idées ; entre individus), résiste à la fixité et peut mener à de nouvelles étapes de connaissance. Le sujet nomade, accueillant son état de transition permanente, est source d’énergie et de renouveau. Par contraste, les héroïnes de Marie NDiaye restent à un stade antérieur, ne bénéficiant pas d’une distance critique par rapport à leur déracinement. Incapables de se repenser, elles sont soumises à leur nomadisme, le vivant plutôt comme exil.

  • 3 Marie Ndiaye, 1991, En famille, Paris, Minuit : EF.
  • 4 Marie Ndiaye, 2001, Rosie Carpe, Paris, Minuit : RC.

3Les nombreux trajets, autour desquels se construit la fiction de Marie NDiaye, sont traités de façon spécifique. À la différence du mouvement libérateur célébré par Rosi Braidotti, ils fournissent le contexte de multiples moments de tension, entre incorporation et expulsion, dont nous voudrions souligner ici l’importance d’une catégorie particulière : celle de l’arrivée différée. Plusieurs récits de Marie NDiaye commencent ainsi. On pense à Fanny qui, dans le roman au titre ironique En Famille, arrive avec ses valises, devant les portes de la maison de l’aïeule, au moment d’une réunion de famille, à laquelle ses proches ne veulent pas l’admettre3 ; à Rosie Carpe, qui attend en vain son frère Lazare, à l’aéroport en Guadeloupe4 ; à Bella, protagoniste de la courte et troublante pièce de théâtre Rien d’humain, qui, au retour d’un long séjour aux États-Unis, est exclue de son appartement, piégée sur le seuil. Cette arrivée différée, situation dramatique que Marie NDiaye reproduit à volonté, mine l’individu. Soulignant perte et exclusion, elle renforce à la fois la nostalgie de l’appartenance et la hantise de l’appartenance impossible.

  • 5 Marie Ndiaye, 2007, « Maudits soient-ils… », in Télérama, 14/02, p. 54.

4La figure de prédilection de cette appartenance chez Marie NDiaye est, bien évidemment, la famille : pour ces nomades, la famille – idéalisée – représente l’oasis des rêves, dont l’image rend l’exil et la pauvreté des contacts humains gouvernant la fiction de cette écrivaine d’autant plus angoissants. Une fois trouvée par les protagonistes, cette pâture familiale s’avère foncièrement hostile, terrain ambigu, plus propre à empoisonner qu’à nourrir. Plus intensément que toute autre écrivaine actuelle, Marie NDiaye décortique notre besoin partagé de liens solides, évoquant déception et désarroi par la multiplicité de blessures dont ses textes sont tissés, parfois à l’aide d’un glissement savant dans le fantastique, que l’auteure elle-même préfère appeler le « réalisme exagéré5 ». Elle produit une mise en question originelle de l’expérience de la famille par son insistance sur une tension fondamentale : celle entre l’isolement et l’écart, d’une part, et, d’autre part, les pratiques de proximité et d’échange qui sont hautement physiques, viscérales, dérangeantes. Son insistance obsessionnelle sur le corps de la famille, sur la ressemblance visuelle, sur le toucher et sur l’odorat, produit une écriture familiale troublante et toujours tiraillée entre distance et proximité, amour et dégoût, reconnaissance et rejet, ou indifférence. Marie NDiaye suit toujours de très près l’expérience d’une protagoniste centrale, obsédée par la généalogie, posant la question des racines et essayant sans cesse, et sans succès, de saisir la nature et la qualité des rapports réciproques formant le lien entre elle et la cellule familiale éclatée de ses « proches ». Cet article ébauche donc une analyse du nomadisme chez Marie NDiaye comme partie intégrante d’une quête familiale – métaphorique et mythique – toujours désorientante, toujours à reprendre.

Le moment seuil

5Plutôt que d’examiner le trajet lui-même, le nomadisme ndiayen exige qu’on analyse l’articulation du seuil, endroit à la fois d’arrivée et de départ, d’accueil et d’expulsion. C’est à leur association avec des endroits seuils, aussi bien qu’à leurs bagages métonymiques, que nous reconnaissons celles qui, comme Fanny, Rosie ou Bella, ne peuvent être incorporées. Essentielle est ici la façon dont Marie NDiaye tourne autour d’une même situation, la généralisant par une poétique de la répétition. Ses textes commencent souvent par la fin d’un voyage, fin qui s’avère fausse, qui perpétue l’exclusion ou qui relance un nouveau cycle d’errance. La destination espérée – un chez soi, un foyer qui représenterait la fin de ses pérégrinations – est toujours différée. Qui croit avoir (re)trouvé est vite désabusé.

  • 6 Rachid Boudjedra, 1975, Topographie idéale pour une agression caractérisée, Paris, Denoël.

6Le motif du voyageur rejeté, parfois brutalisé, une fois arrivé à sa destination, a une longue histoire. Il reçoit l’une de ses expressions littéraires les plus accomplies et soutenues dans le roman magnifique de Rachid Boudjedra, Topographie idéale pour une agression caractérisée6, roman qui fournit, cela vaut la peine de le souligner brièvement, un intertexte valable pour une étude de l’hospitalité chez Marie NDiaye. L’histoire de l’immigré anonyme, enfermé à jamais dans les dédales du métro parisien, incapable de déchiffrer quoi que ce soit, butant contre des obstacles physiques, rencontrant l’indifférence ou l’hostilité généralisée et dont l’odyssée se termine dans la mort, commence ainsi :

  • 7 Id., p. 7.

Le plus remarquable, ce n’était pas la valise en carton-pâte bouilli qu’il portait presque toujours à la main gauche (l’enquête prouvera plus tard qu’il n’avait jamais été gaucher) avec le bras quelque peu en avant de telle façon qu’à chaque détour de couloir ou à chaque tournant d’escalier mécanique, on la voyait apparaître – bourrée à craquer, avachie et au bout de son vieillissement avec sa peau tavelée de centaines de rides, créant une sorte de topographie savante à force de ténuité menant vers une abstraction de mauvais aloi pour une valise aussi malmenée d’autant plus que ses ferrures rouillées donnaient à sa clôture une fragilité supplémentaire – précédant le corps de son propriétaire ou plus exactement le bras de ce dernier […]7.

  • 8 Marie Ndiaye, 2007, Mon cœur à l’étroit, Paris, Gallimard.

7Les caractéristiques que partage cette interminable scène d’arrivée avec de telles scènes chez Marie NDiaye comprennent : la valise métonymique (chez R. Boudjedra celle-ci est piétinée avant que le protagoniste lui-même soit tué) ; la fausse arrivée (le protagoniste croit être arrivé en pays de cocagne, mais ne parvient jamais à sortir du labyrinthe hostile du métro) ; notre conscience, dès le début, que le protagoniste n’avancera pas mais fera du surplace ; l’entrée en matière abrupte, au milieu d’une phrase « fleuve », qui nous perd dans ses méandres (chez Marie NDiaye la phrase – sauf dans le cas de son dernier roman8 – est longue, voire labyrinthique) ; finalement, l’esthétique de répétition, qui renforce le sentiment qu’il est déjà trop tard. Prenons par exemple l’incipit de Rosie Carpe : « Mais elle n’avait cessé de croire que son frère Lazare serait là pour les voir arriver » (RC : 9). Cet adversatif « mais », curieux premier mot d’un roman, nous plonge d’emblée dans un champ d’anxiété qui évoque, en minuscule, les grandes questions de notre ère. Au fond, quels que soient le personnage et le contexte, toute l’œuvre de Marie NDiaye ne fait que répéter les éléments fondamentaux d’un même scénario d’exclusion, scénario seuil qui évoque de façon aiguë tout ce que l’enjeu de l’hospitalité implique. Pleinement consciente de l’importance de l’imaginaire de l’hospitalité, de sa valeur comme thème narratif et comme éthique, Marie NDiaye persiste dans l’élaboration de scènes d’hospitalité manquée : d’inhospitalité. Chez Marie NDiaye, on accueille, on est accueilli, à bras fermés.

L’accueil à bras fermés

  • 9 Steve Reece, 1993, The Stranger’s Welcome. Oral Theory and the Aesthetics of the Homeric Hospitali (...)

8Regardons de plus près le topos de l’hospitalité, depuis longtemps lieu commun de la littérature et de l’anthropologie, devenu, dès les années quatre-vingt, un champ fertile pour la critique et la théorie – notamment pour tout ce qui concerne les questionnements postmodernes sur l’appartenance et l’identité. La scène littéraire tout comme les pratiques réelles de l’hospitalité font référence à une tradition très codifiée. Dans une étude des scènes d’hospitalité chez Homère, Steve Reece en isole dix-huit, pour déceler une « syntaxe » lui permettant de conclure que la scène d’hospitalité homérique comprend vingt-cinq étapes possibles, depuis la fin du voyage jusqu’au départ de la maison des hôtes9. Les scènes d’hospitalité manquée chez Marie NDiaye empruntent bon nombre d’éléments au poète épique. On peut y retrouver, selon l’exemple choisi : le soutien d’un guide ; l’arrivée et l’attente à la frontière ou au seuil ; la description des environs ; la supplication ; la réception ; le repas ; l’identification de l’étranger ; le don ; et ainsi de suite jusqu’au présage prononcé avant la continuation du voyage.

9L’un des moments intertextuels les plus marquants concerne le motif du chien à la porte. Ce motif, répété cinq fois dans L’Odyssée, est très clairement repris dans l’incipit d’En famille, et donne lieu plus tard à des comparaisons tacites entre la nature sauvage et le comportement civilisé dans l’hospitalité. Chez Homère, les chiens de garde les plus significatifs sont les quatre chiens d’Eumée qui, telles des bêtes sauvages, attaquent Ulysse lui niant accès à son propre foyer. Le comportement des chiens préfigure celui des prétendants qui habitent chez lui, symbolisant l’impuissance initiale du maître revenu. Le chien, symbole double, évoque à la fois l’inhospitalité du mauvais hôte et la figure du voyageur abusé : une comparaison est tirée chez Homère entre Argus, le vieux chien abandonné d’Ulysse, et son maître, Ulysse lui-même. De la même façon, dans En famille, Fanny, prise dans un cercle vicieux quelque peu masochiste, subit les coups, cherche les caresses et dort – tel un chien – au fond du lit de Lucette.

  • 10 Alain Montadon, 2002, Désirs d’hospitalité : de Homère à Kafka, Paris, Presses universitaires de F (...)
  • 11 Id., p. 126.
  • 12 Marie Ndiaye, 2005, Autoportrait en vert, Paris, Mercure de France, p. 56 : AV.

10Un autre aspect de l’hospitalité est qu’elle vise à « incorporer », avec un fort sens physique attribué à ce mot. Dans un essai sur le motif de l’hospitalité chez Flaubert, Alain Montadon parle du « corps à corps de l’hospitalité » expliquant que celle-ci « a à voir avec le contact : baiser d’accueil, poignée de main, accolade de bienvenue. Les corps se touchent, les corps se rencontrent. Chaleur d’une présence dans la proximité10. » Il poursuit ainsi : « certaines tribus d’aborigènes d’Australie du Nord se frottaient la peau pour en recueillir la sueur afin d’en recouvrir le corps de l’arrivant […], bel exemple de proxémique où le don de l’odeur corporelle est signe de partage et d’identification à la personne, au groupe11 ». Surtout, l’effet d’un tel rite est d’abolir les signes de la différence. Or chez Marie NDiaye de tels gestes d’assimilation sont systématiquement ébranlés. La scène d’hospitalité devient une scène d’inhospitalité, avec une syntaxe propre, déroutante, qui emprunte des éléments à la convention pour mieux les flouer. Un moment privilégié d’incorporation potentielle devient une occasion – rarement manquée par Marie NDiaye – de souligner le rejet. L’expérience de Fanny et de Rosie est rythmée par des rencontres décevantes avec une famille hostile ou indifférente ; de même Marie, narratrice intradiégétique et quasi autofictionnelle d’Autoportrait en vert, a une famille peu accueillante, qui prolifère de façon malsaine, brouillant « l’ordre des générations12 » et confirmant son étrangeté repoussante à chaque visite. On pense aussi à Djamila, l’amie de Bella, qui feint de ne pas la reconnaître et dont l’énoncé suivant, aux antipodes des principes de l’hospitalité, est lui-même une réaction à la fausse hospitalité à laquelle elle a longtemps été soumise au sein de la famille de Bella : « Je veux que Bella ne trouve dans l’appartement que malaise, gémissements et antipathie à son endroit. » (RH : 23)

11Les nombreux repas partagés soulignent le trouble dans les rites et brouillent les positions d’hôtes. C’est à contre cœur que la famille de Fanny l’admet à la table commune (EF : 10-12). Invitée à manger dans le restaurant de son père, Marie est attablée et servie avec trop de cérémonie, ce service formel constituant une forme très élaborée de rejet (AV : 33-34). Rosie est exclue, au sein même de la famille, bannie de la table familiale et catégorisée par son fils Titi comme « intouchable » (RC : 327-328). En particulier, la sensibilité physique mentionnée par A. Montadon, extrêmement appuyée dans les moments de rencontre et d’accueil élaborés par Marie NDiaye, sert moins à incorporer qu’à repousser : une visite chez la famille, toujours marquée par de multiples rejets sensoriels, est une rencontre avec ce qui est peu reconnaissable, peu familier, unheimlich. Au contact de la peau, de l’haleine, de l’odeur de l’autre, une peur de la contamination est ressentie très fortement, soit par les hôtes, soit par celui ou celle qui visite, soit par tous.

  • 13 Marie Ndiaye, 1999, La Naufragée, Charenton, Flohic.

12Les exemples les plus extrêmes de rupture des normes de l’hospitalité se trouvent dans l’invasion et l’usurpation d’un côté, et l’expulsion de l’autre. Le premier cas est illustré par le comportement du frère de Rosie Carpe, Lazare, qui force l’hospitalité de Max et sa femme, s’introduisant dans leur maison sans se faire inviter, dormant dans leur lit, s’habillant avec les vêtements de Max, s’établissant donc en colonisateur (RC : 105-111). Rien d’humain se construit autour de deux exemples similaires : d’abord Djamila s’approprie l’appartement de son ancienne amie Bella, ensuite Bella finit par s’installer elle-même dans l’appartement d’Ignace, celui-ci se trouvant expulsé à son tour. Dans Mon cœur à l’étroit, roman qui fournit une reformulation fort ambiguë des notions d’hôte, Noget s’insinue dans le foyer de Nadia, lui prépare des repas gras et trop lourds afin de la sur-nourrir, et contribue à son expulsion et mise en route. On pense aussi à la figure de la sirène, protagoniste du très beau texte illustré La Naufragée13 : symbole même de l’altérité, la sirène repousse par sa différence et se trouve littéralement dans un élément inhospitalier puisqu’elle commence à se dessécher, ne trouvant plus la mer.

13Une visite que fait le personnage Lagrand – le Noir qui accueille Rosie Carpe à l’aéroport à la place de son frère Lazare – chez la mère de Rosie, nous servira d’exemple du remaniement de la syntaxe de l’hospitalité et de l’association de l’incorporation avec la contamination. Au bout d’un trajet long, pénible et semé d’une succession d’obstacles, Lagrand arrive à un bâtiment délabré où une vieille muette indique la porte qu’il cherche. En route, conscient d’être étranger – il proclame que les obstacles qu’il rencontre sont « réservées aux Noirs » (RC : 181) –, il est agressé par une vieille femme répugnante, qui enfonce sa langue dans son oreille, la barbouillant d’une salive dont « il croyait sentir l’odeur même » (RC : 179). Plus près de l’appartement, « une soudaine puanteur le f[a]it s’arrêter […], une odeur de fosse sceptique » (RC : 183) le suffoque. Mal à l’aise dans la chaleur de l’appartement, il refuse le punch que Diane Carpe persiste à lui offrir, et ressent un fort dégoût face au défi que cette « foutue famille de bâtards dégénérés » (RC : 188) lance à la loi des générations. Des impressions sensorielles, extrêmement désagréables, vont de pair, alors, avec son dégoût moral.

  • 14 Alain Montadon, op. cit., p. 49.
  • 15 Ibid.
  • 16 Mireille Rosello, 2001, Postcolonial hospitality : The Immigrant as Guest, Stanford, California, S (...)
  • 17 Étude amorcée par Jean-Pierre Martin en 2006 dans Le Livre des hontes, Paris, Seuil.

14Qui dit hospitalité, dit aussi évidemment schéma éthique. Dans la mythologie grecque et romaine, comme dans de nombreux contes, la « théoxénie », ou « la visite d’un dieu dans la maison des mortels14 » met à l’épreuve leur hospitalité, leur respect des droits et devoirs, et donc leur humanité. Comme l’explique Alain Montadon, la même trame est inéluctablement suivie : « châtiment de la collectivité inhospitalière […], le plus fréquemment un déluge15 », et une récompense pour les plus accueillants. Chez Marie NDiaye, ce schéma moral n’opère plus : l’auteure analyse de façon très fine certaines formes de pouvoir, certains abus, certains rapports de violence – plus rarement de générosité – mais les infractions à la règle implicite ne sont pas punies puisque la famille inhospitalière peut prospérer et l’individu, rejeté, sombrer dans un état dépressif. Qui plus est, si, comme le constate Mireille Rosello, « la précondition même de l’hospitalité veut que dans les rapports de l’hôte à l’hôte tous acceptent la possibilité peu confortable et parfois douloureuse d’être changé par l’autre16 », voilà un autre aspect éthique – sans doute le plus important – qui fait défaut ici. On remarque très peu de changements suite aux rencontres chez Marie NDiaye ; seulement une série de déceptions, se déroulant dans une atmosphère qui reste « figée dans une tension inhospitalière » (RC : 257). Au lieu d’une reconnaissance réciproque, c’est la honte qui règne. La question de la honte chez Marie NDiaye est, d’ailleurs, un champ fertile qui mériterait une étude approfondie17. On se limitera ici à une remarque : ce n’est pas le mauvais hôte qui connaît la honte, chez Marie NDiaye, seulement celle qui est exclue.

De la différence

  • 18 Julia Kristeva, 1988, Étrangers à nous-mêmes, Paris, Gallimard, p. 9-60 : EN.
  • 19 Pierre Brunel, 2002, Voix autres, voix hautes : onze romans de femmes au XXe siècle, Paris, Klinck (...)

15Pour parler maintenant de cette conscience très aiguë de la différence chez les protagonistes de Marie NDiaye, nous voudrions insister sur la possibilité d’un rapprochement entre les méditations de Julia Kristeva dans Étrangers à nous-mêmes, et l’univers fictif que nous analysons ici. En fait, la première partie de l’étude de Julia Kristeva, « Toccata et fugue pour l’étranger18 » serait presque un manifeste pour Marie NDiaye, qui, elle aussi, invite à (re)penser et l’étranger, et notre propre façon de vivre en étranger ou avec des étrangers. Comme Julia Kristeva, elle explore avec insistance ce seul phénomène : l’être étranger. La qualité principale de ses protagonistes est non seulement d’être étrangers – « chacun […] un petit Meursault » comme le suggère Pierre Brunel19 – mais aussi de l’être à outrance, de façon emblématique. Quels sont les éléments du portrait, très fin, d’une psychologie d’étranger esquissé par Julia Kristeva qui invitent un rapprochement avec ces personnages de conte ?

16L’étranger selon Julia Kristeva est « étranger à sa mère » (EN : 14) – situation courante chez Marie NDiaye. Il peut ressentir une exaltation perverse dans le plaisir de la souffrance (on pense à Fanny). Il est « un écorché » (EN : 16), « un déprimé exquis » (EN : 21), enlisé dans la « dialectique du maître et de l’esclave » (EN : 32). Son visage « si autre » (EN : 12), son « comportement non conforme [et sa] parole incompréhensible » (EN : 15) veulent dire qu’il est toujours « en outre » (EN : 12), toujours suscitant animosité et agacement (c’est également la description que l’on pourrait faire de Fanny). Enfin, « toutes les souffrances, toutes les insultes, tous les rejets lui sont indifférents dans la quête de ce territoire invisible et promis, de ce pays qui n’existe pas mais qu’il porte dans son rêve » (EN : 14). Cet étranger évoque aussi Rosie Carpe : « tellement anesthésié […], apparemment dénué de principes » (EN : 39), manifestant à l’excès « la dissociation du déraciné ; sa douleur indolore » (EN : 45) ; happé par une « mémoire morcelée », ne parvenant donc pas « à restituer un passé continu et compact » (EN : 52). Ainsi Rosie finit-elle par oublier les détails de sa jeunesse à Brive la Gaillarde, perdant définitivement ses racines, en même temps que tout sens d’appartenance dans le présent. La protagoniste ndiayenne ne sait ni d’où vient sa différence, ni où est sa faute ; repoussée, elle risque de devenir repoussante même à ses propres yeux, comme le montre l’étude semi-fantastique du devenir-étranger de Nadia dans le roman le plus récent Mon cœur à l’étroit.

17Mais l’étrangère de Marie NDiaye diffère de l’étranger de Julia Kristeva par le pas libérateur que fait ce dernier et qui consiste à se concevoir, non plus comme étranger à cause de son contexte social, mais comme « déjà un étranger de l’intérieur » (EN : 26) : « l’étranger commence », écrit Julia Kristeva, « lorsque surgit la conscience de ma différence et s’achève lorsque nous nous reconnaissons tous étrangers, rebelles aux liens et aux communautés » (EN : 9). Cette façon d’envisager l’étranger rejoint, de par son côté positif, le nomade de Rosi Braidotti, mais les protagonistes de Marie NDiaye, enlisées dans la douleur nostalgique de la perte, ne suivent pas.

18Le nomadisme ndiayen n’offre donc pas de voyages de Bildung, grâce auxquels les protagonistes pourraient se retrouver. Il privilégie, comme nous l’avons vu, moments et lieux d’incorporation possible (arrivées, retrouvailles, seuils), mais s’en sert pour mieux souligner une aliénation incontournable. Avec une portée mythique qui lui est particulière, Marie NDiaye confirme, dans tout ce qu’elle écrit, que l’étranger est définitivement parmi nous, en nous, et que la rencontre avec l’étrange est la condition permanente de notre postmodernité. Notre « village global » – terme qui juxtapose sans les réconcilier l’intime et l’étranger – se caractérise par une hypermobilité et de nouveaux brassages culturels et interculturels, qui exigent de porter une attention accrue aux lois et à la définition de l’hospitalité. Or Marie NDiaye persiste à tisser un univers dans lequel de telles lois, avec leurs normes sous entendues tout en étant évoquées au maximum, n’opèrent plus.

  • 20 Lise Gauvin et al. (dir.), 2004, Le Dire de l’hospitalité, Clermont-Ferrand, Presses universitaire (...)
  • 21 Ibid.

19En tant que lecteurs, errant à la recherche d’un appui dans les plis énigmatiques et sur le terrain peu stable des écrits de Marie NDiaye, happés et hantés par le dire de l’inhospitalité perpétuel chez cette écrivaine, nous nous trouvons à la fois accueillis et repoussés dans notre rencontre avec des textes qui invitent à méditer sur, et à ressentir à tout moment, tout ce que l’hospitalité engage. Bien qu’elle refuse de se laisser circonscrire par une interprétation purement postcoloniale, il est évident que la grande question éthique de l’œuvre de Marie NDiaye est celle de l’adaptation à l’autre. Dans une étude sur « Le Dire de l’hospitalité », Lise Gauvin et Pierre L’Hérault suggèrent que la littérature peut aider à engendrer « la lente maturation, en chacun et pour chacun, de notre capacité d’accepter de nouveaux modes d’altérité20 ». Ils continuent en ces termes : « Il ne s’agit pas simplement – humanistement – de notre aptitude à accepter l’autre ; mais d’être à sa place, ce qui revient à se penser et à se faire autre à soi-même21. » Or il se peut que les écrits de Marie NDiaye et le trouble qu’ils provoquent chez le lecteur, contribuent à encourager une empathie de ce genre ; à produire une réflexion sur l’étrangeté comme art de vivre, et une ouverture à l’autre qui est l’opposé de la position finale de Bella. Citons pour terminer la résolution avec laquelle celle-ci clôt Rien d’humain : « Aucun étranger ne doit plus pénétrer chez-moi. Avec toutes mes excuses. Je ne suis pas forte. Je dois être méfiante. » (RH : 45)

Notes

1 Marie Ndiaye, 2004, Rien d’humain, Besançon, Les Solitaires Intempestifs, p. 18 : RH.

2 Rosi Braidotti, 1994, Nomadic Subjects : Embodiment and Sexual Difference in Contemporary Feminist Theory, New York, Columbia University Press.

3 Marie Ndiaye, 1991, En famille, Paris, Minuit : EF.

4 Marie Ndiaye, 2001, Rosie Carpe, Paris, Minuit : RC.

5 Marie Ndiaye, 2007, « Maudits soient-ils… », in Télérama, 14/02, p. 54.

6 Rachid Boudjedra, 1975, Topographie idéale pour une agression caractérisée, Paris, Denoël.

7 Id., p. 7.

8 Marie Ndiaye, 2007, Mon cœur à l’étroit, Paris, Gallimard.

9 Steve Reece, 1993, The Stranger’s Welcome. Oral Theory and the Aesthetics of the Homeric Hospitality Scene, Ann Arbor, University of Michigan Press, p. 8-30.

10 Alain Montadon, 2002, Désirs d’hospitalité : de Homère à Kafka, Paris, Presses universitaires de France, p. 127 pour les deux citations.

11 Id., p. 126.

12 Marie Ndiaye, 2005, Autoportrait en vert, Paris, Mercure de France, p. 56 : AV.

13 Marie Ndiaye, 1999, La Naufragée, Charenton, Flohic.

14 Alain Montadon, op. cit., p. 49.

15 Ibid.

16 Mireille Rosello, 2001, Postcolonial hospitality : The Immigrant as Guest, Stanford, California, Stanford University Press, p. 276.

17 Étude amorcée par Jean-Pierre Martin en 2006 dans Le Livre des hontes, Paris, Seuil.

18 Julia Kristeva, 1988, Étrangers à nous-mêmes, Paris, Gallimard, p. 9-60 : EN.

19 Pierre Brunel, 2002, Voix autres, voix hautes : onze romans de femmes au XXe siècle, Paris, Klincksieck, p. 213.

20 Lise Gauvin et al. (dir.), 2004, Le Dire de l’hospitalité, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, p. 25.

21 Ibid.

Auteur

Reader in French à Queen Mary University of London, poursuit des études interdisciplinaires sur la littérature contemporaine et la culture visuelle (arts plastiques et photographie). Elle a publié The Art Criticism of Francis Ponge (Maney, 1999) ; Contemporary French Women’s Writing (Peter Lang, 2004) ainsi que divers chapitres et articles sur notamment Christine Angot, Annie Ernaux, Marie Darrieussecq, Marie NDiaye. Elle prépare actuellement une monographie, Private Lives, Public Display : Women and Exposure in Contemporary French Culture

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540