Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Nomadismes des romancières contemporaines de langue française

 | 
Audrey Lasserre
, 
Anne Simon

Régressions/progressions/transgressions

Le sabbat de Catherine Millet

Armelle Le Bras-Chopard

Full text

  • 1 Catherine Millet, 2000, La Vie sexuelle de Catherine M., Paris, Stock : VS ; 2003, Riquet à la hou (...)

1Catherine Millet est directrice de la revue Art Press mais nous laisserons de côté ses écrits de critique d’art pour nous concentrer sur son récit, La Vie sexuelle de Catherine M., auquel nous ajouterons un court texte postérieur, Riquet à la houpe Millet à la loupe1 (2003), non seulement parce qu’il apporte un autre éclairage sur le seul sujet qui intéresse Catherine Millet, c’est-à-dire elle-même, mais parce que l’auteure y revient sur l’écriture et la réception de La Vie sexuelle de Catherine M.

  • 2 C’est sans doute pour cette raison que la plupart de ces ouvrages ne sont disponibles qu’en vieux (...)

2Ce livre a suscité de nombreuses réactions à sa parution en 2000 et des plus contradictoires, tantôt jugé honteusement pornographique, tantôt considéré comme libérateur en matière de sexualité féminine. Nous ne nous placerons pas du côté des jugements de valeur : ni de celui de la morale ni de celui des qualités littéraires. Sur ce dernier point, les quelques citations, en langage assez cru, qui seront données dans la suite de cet article, permettront d’en juger directement. Le propos ici est de déceler la persistance des schèmes les plus traditionnels et la reprise des stéréotypes les plus éculés sur la femme émancipée et la femme tout court, dans cet ouvrage autobiographique où Catherine Millet énumère les expériences sexuelles qu’elle a vécues. Pour cela, nous procéderons à une comparaison entre le portrait que Catherine Millet délivre d’elle-même et celui que les inquisiteurs et magistrats du XVe au XVIIe siècle ont brossé de la sorcière démoniaque, d’après des aveux, le plus souvent extorqués sous la torture, que ces juges ont retranscrit dans leurs traités de « démonologie ». Si ces discours sur la sorcière, qui ont conduit au bûcher des centaines de milliers d’innocentes pendant plus de trois siècles, appartiennent aujourd’hui à une Histoire révolue et ont été prudemment occultés par les penseurs masculins, vu l’invraisemblance et le ridicule des propositions avancées par ces auteurs pourtant très érudits2, celles-ci ont néanmoins laissé des traces souterraines et inconscientes dans la perception encore très actuelle de ce que doit être et ne pas être « la » femme : respectivement, la maman et la putain.

3En effet quel est le crime initial de la sorcière de jadis ? Le pacte avec le Diable, qui se concrétise par l’accouplement monstrueux avec Satan. La sorcière se définit donc par sa sexualité, tout comme Catherine M. : entre les pratiques de cette dernière et celles de la sorcière, il y a bien des similitudes. Ainsi retrouve-t-on d’abord chez l’une et chez l’autre un parallélisme entre nomadisme et transgression sexuelle. En second lieu, nous montrerons comment, à l’instar de la sorcière de jadis, Catherine M. s’est piégée elle-même à ce petit jeu, comment sa liberté s’est transformée en un nouvel esclavage. La figure de la sorcière nous servira donc de fil conducteur pour mesurer combien La Vie sexuelle de Catherine M., au-delà de son côté provocateur, se coule en réalité dans des représentations conventionnelles de la femme. À la différence que ce que les inquisiteurs fantasmaient sur les agissements de la sorcière n’avaient aucune réalité tandis que ceux de Catherine Millet ont bien eu lieu ; à la différence que ce qui était jugé blasphématoire, se transforme chez Catherine M. en exploit ; à la différence que Catherine Millet n’a jamais été menacée du bûcher…

L’envol de la sorcière

4Catherine M. refuse l’enfermement dans « une chambre à soi ». Son quotidien est dans l’évasion, l’itinérance, le hors les murs, vers un « partout » infini où elle rencontrera ses amants passagers. De même que, pour s’envoler du foyer où toute femme est normalement assignée, la sorcière utilise de préférence un balai ou un barreau de chaise, symboles phalliques par excellence, Catherine Millet utilise le sexe masculin (peu d’expériences homosexuelles) comme instrument et manifestation de sa liberté d’aller et venir. Le nomadisme est chez elle très clairement associé à la transgression sexuelle. Elle assimile « voyage et plaisir érotique » (VS : 116), « l’amour physique à une conquête de l’espace » (VS : 122). La recherche ou la découverte d’un paysage inconnu est pour elle parallèle à « l’idée de ne pas rencontrer de barrières sexuelles » (VS : 89), d’« élargir à l’infini un espace dont les yeux ne perçoivent pas de limites » (VS : 97) car, précise-t-elle, « d’une façon générale, il doit bien y avoir un lien intrinsèque entre l’idée de se déplacer dans l’espace, de voyager, et l’idée de baiser sinon cette expression “s’envoyer en l’air” n’aurait pas été inventée » (VS : 101). Dès lors, elle estime « les expériences sexuelles indissociables du besoin de prendre l’air » (VS : 114), ce pourquoi elle aime « la pratique de la baise à ciel ouvert » (VS : 109). Loin de privilégier des endroits désertiques, elle accentue l’incongruité de l’échappée belle par sa prédilection pour les lieux publics et, plus spécialement, les « lieux urbains » (VS : 112) qui correspondent au mieux à son « désir de transgresser les codes » (VS : 113). Par exemple sur les bas-côtés de grandes artères, dans les parkings, sur les terrasses…

5Dans cette incessante pérégrination, Catherine M. fait exploser les barrières traditionnelles entre le dedans immobile où est censée se cantonner la femme, et le dehors où se meuvent ordinairement les hommes ; entre le privé, l’intime où se déroulent les ébats sexuels, et le public, offert à tous les regards. Il existe une totale porosité entre elle et ce qui l’entoure. Dans le coït, c’est le monde qui pénètre au plus profond d’elle-même. Elle se dit « une coque dont [elle s’est] retirée » (VS : 162), coque vide où elle n’est plus rien, parce qu’elle est tout : elle est devenue monde. Comment ne pas penser à cette volonté de toute-puissance que la sorcière est censée rechercher en copulant avec le Diable ? La contrepartie de ce pacte satanique, ce sont les pouvoirs maléfiques que la sorcière acquiert, faire mourir un voisin ou sa vache, provoquer la tempête…, ce que, bien évidemment, ne recherche pas Catherine Millet. Mais, dans la transgression et le nomadisme, elle éprouve le pouvoir à la fois de briser les murs d’un sweet home et de dépasser les bornes de ce qui est permis et réprouvé par les « codes ». Dans ces conditions, un seul partenaire, qui la clouerait au pilori de la monogamie et de la fidélité, s’avère insuffisant. Le must, c’est quand il y en a plusieurs. Entre partouzes réelles et sabbat des sorcières dans l’imaginaire des inquisiteurs, la correspondance est étroite.

  • 3 Michel Bozon, 2001, « Orientations intimes et constructions de soi. Pluralité et divergences dans (...)

6Michel Bozon discerne chez les romancières contemporaines trois « types d’orientations intimes » : le désir individuel (Annie Ernaux), la sexualité conjugale (Camille Laurens), le réseau sexuel3. Catherine Millet appartient au dernier groupe. Ses ébats collectifs ressemblent à ces scènes de sabbat décrites par les inquisiteurs dont Sade s’était inspiré pour ses descriptions, en particulier dans Les Cent Vingt Journées de Sodome. Reprenons le parcours de la sorcière dans cette réunion nocturne : elle en connaît rarement le lieu et qui seront les autres participants. Car, en plus de Satan, elle devra s’unir à toutes sortes d’autres créatures : des démons subalternes, des monstres, des animaux (crapauds, boucs, chiens…) et des êtres humains eux-mêmes entrés en sorcellerie, qui portent des masques pour ne pas être reconnus et dénoncés en cas de procès. Catherine M., elle, ignore souvent l’emplacement de « la partie de sexe » et ne connaît pas ses futurs partenaires anonymes et dont elle oubliera le visage, la séance terminée. Elle en dénombre seulement 49 « identifiables » ! Elle avoue son « attirance pour le monstre, enfouie dans ses rêveries qui sont les plus secrètes parce qu’elles accompagnent des actes interdits » (RH : 41), trouve que « le crapaud est attirant pour sa plasticité sexuelle » (RH : 36), aime les partenaires « pas très nets non plus » (VS : 70), regrette de n’avoir jamais fait l’amour avec un nain. Elle mime en paroles le coït avec une bête à la demande d’un homme qui lui « a fait élargir fantasmatiquement et incommensurablement la collectivité fornicatrice », entrant avec complaisance dans le scénario, purement verbal, de ce partenaire qui lui dit : « le patron de l’hôtel amènera un chien et il y en a qui paieront pour te voir mise par le chien – Je devrais le sucer ? – Tu verras, il aura une queue très rouge puis il te grimpera dessus comme sur une chienne et il restera collé à toi » (VS : 42).

7Au sabbat, tout est possible, même, et surtout, ce qu’il y a de plus répugnant. La cérémonie commence, en général, par « le baiser au cul du Diable », celui-ci lâchant parfois ses excréments dans la bouche de la sorcière. Il arrive également à Catherine M. de « bouffer le cul » de ses amants, de se faire « chier » (ibid.) sur elle ou « pisser dessus comme avec un tuyau d’arrosage » (VS : 203). La scatologie est parfois transposée dans le registre du fantasme : dans un scénario ordonnancé par l’homme évoqué précédemment, elle doit s’imaginer avec des jeunes garçons tandis qu’à chaque réplique, l’homme enfonce « un coup de bite un peu sec », celui-là bien réel. Elle demande : « il y en a qui me chieront dessus aussi ? » Il répond : « oui, et tu leur boufferas le cul après. » Catherine obtempère : « ça me dégoûte mais je nettoierai les plis de leur cul avec ma langue » (VS : 42).

  • 4 Pierre de Lancre, 1982 [1612], Tableau de l’inconstance des mauvais anges et démons où il est ampl (...)
  • 5 Voir Armelle Le Bras -Chopard, 2006, « L’avortement comme infanticide dans la doctrine de l’Église (...)

8Le Diable apprécie le baiser à son postérieur mais prend aussi « plus de plaisir en la sodomie qu’en la plus réglée volupté et la plus naturelle4 », rappelle un magistrat au tournant du XVIe et du XVIIe siècle, évoquant, à l’instar de ses confrères, uniquement la sodomie avec une femme comme s’il était impensable que des mâles, fut-ce le démon, se livrent à des pratiques homosexuelles. Il n’empêche que, même entre hétérosexuels, y compris entre époux, cette position inversée est violemment prohibée par l’Église : elle dénote un comportement bestial (more canino, à la façon du chien, rappelle Freud) et aussi un moyen de faire l’amour sans risque de procréation. La « position en levrette » est habituelle chez Catherine M. : « j’étais sodomisée aussi couramment que prise par devant » (VS : 52-53). Là encore, comme pour la scatologie, on retrouve un écho des descriptions fictives de Sade. Mais Catherine Millet y voit, en plus, une « méthode contraceptive primitive » (VS : 59) qui nous ramène, par ce biais-là aussi, à la sorcière. Dans la doxa démonologique, et c’est ce qui est resté dans les contes populaires, la « méchante femme » tue les enfants, les fait cuire dans un grand chaudron et les consomme lors du banquet du sabbat. Contraception, avortement, infanticide, fréquents à l’époque, qualifiés uniformément d’homicides dans la doctrine de l’Église (encore aujourd’hui5), ont contribué à fabriquer cette image de la sorcière. Sans doute, Catherine M. ne déguste-t-elle pas des enfants bouillis dans une marmite, mais ils sont totalement absents de son récit. Elle ne les tue pas : ils n’existent pas, ce qui est une autre façon de les faire disparaître. Sa vie, en dehors de l’exercice de son métier (intentionnellement peu évoqué, à part quelques allusions mais qui renvoient elles-mêmes à l’image d’une femme libre), se réduit à « baiser fréquemment » (VS : 117). Les escapades sexuelles nécessitent une complète mobilité, incompatible avec la charge d’une marmaille : elle est l’antithèse de la « maman ».

9Mais, de même que la sorcière ne peut plus se dégager du pacte avec le Diable grâce auquel elle croyait gagner son émancipation, de même Catherine M. s’est asservie au sexe en s’imaginant gagner sa liberté par le sexe.

L’esclavage de la liberté

10Dans l’élaboration du portrait de la sorcière, les démonologues utilisent les théories des naturalistes sur le tempérament de la femme, compilées à l’origine par des clercs et reprises jusqu’à une date récente par les médecins laïques ou les psychanalystes. Passivité, frigidité, masochisme faisaient partie de leur arsenal pour étiqueter la sexualité féminine. Or ce sont précisément sur ces caractéristiques que Catherine Millet insiste le plus. Dès lors, en croyant secouer les chaînes des préjugés, elle semble plutôt s’être emprisonnée dans les stéréotypes les plus archaïques et une pratique plus contraignante que libératrice.

  • 6 Voir Armelle Le Bras-Chopard, 2004, Le Masculin, le Sexuel et le Politique, Paris, Plon.

11Depuis Aristote et jusqu’au XVIIIe siècle, selon la théorie des humeurs, l’activité est le fait du mâle, sec et chaud, tandis que, froide et humide, la femme est dans la passivité6. Loin de s’insurger, comme les féministes contemporaines, contre cette assertion périmée, Catherine Millet la revendique fièrement pour son compte : « vacante, je me suis trouvée être une femme plutôt passive, n’ayant pas d’objectifs à atteindre, sinon ceux que les autres m’ont donnés » (VS : 30). Elle s’exécute, « indifférente » (VS : 199), entre les mains de différents partenaires. Elle se laisse « aller à n’être qu’une masse broyée, bientôt plaquée sur le lit et retournée, sans plus de réaction propre qu’une boule de pâte à pain. Support amorphe d’une activité frénétique » tandis que le capiton de ses fesses se met « en paquets dans les mains qui le pétrissent » (VS : 196). Au fond, elle est bonne pâte, pâte à modeler tous les fantasmes de ses amants. Elle ne refuse rien. Elle se vante de sa « maniabilité » (VS : 44). Elle récuse toutefois un « goût de la soumission » et se croit sujet parce qu’elle a, de son plein gré, pris la posture de l’objet. Ce faisant, elle se soumet à d’autres codes qu’elle n’a pas édictés. Dès le début du récit, elle emploie le mot « rituel » et prétend ne pouvoir s’y soustraire : « je ne me suis prêtée à ces étreintes, et aux grougnottages afférents, que pour ne pas contrarier la règle du jeu » (VS : 48). Elle a fait le choix de ne plus revendiquer d’autre choix : « ma liberté n’était pas de celles qu’on rejoue au hasard des circonstances de la vie, elle était celle qui s’exprime une fois pour toutes dans l’acceptation d’un destin auquel on s’en remet, sans réserve – comme une religieuse qui prononce ses vœux » (VS : 61). Nous dirions plutôt : comme une sorcière dans son irréversible pacte avec le Diable… Si la sodomie n’est pas le mode de pénétration qui a ses préférences – elle « aime être retournée et plantée classiquement » (VS : 181) – elle n’en obéit pas moins aux désirs du partenaire. Dans ces conditions, où est le plaisir ?

12Il est, en effet, surprenant que, appartenant à une génération qui a réclamé le droit au plaisir et l’a obtenu, Catherine Millet en reste à l’ancien schéma de la femme froide, voire frigide, brossé par les plus éminents scientifiques des temps passés. Elle avoue : jusqu’à 35 ans, « je n’ai pas envisagé que mon propre plaisir puisse être la finalité d’un rapport sexuel » (VS : 198). Elle se soucie peu de la qualité de celui-ci, n’en éprouve pas beaucoup de plaisir ni de déplaisir, savoure, en fait, comme seule jouissance, le « confort de ne rien ressentir, rien d’agréable, ni de désagréable non plus ». Elle est « patiente » (VS : 199) quoique, selon elle, « il arrive qu’on s’ennuie en baisant » ; aussi est-elle « bien contente lorsque l’autre décharge » même si elle n’en tire pas elle-même « un grand profit » (VS : 200).

13Nous sommes exactement dans le cas de la sorcière. Bien que lubrique, elle n’atteint pas la jouissance. Bien que ce soit précisément cela qu’elle recherche auprès du Diable – soit, parce que trop laide ou trop vieille, elle n’a pas trouvé d’« amoureux », soit parce qu’elle est déçue par les piteuses performances de son mari – elle ne parvient pas à jouir. Pire : le rapport est douloureux, sanglant, à cause du gros sexe « tortu » de Satan, dont les écailles métalliques se rebroussent quand il se retire. De semblables souffrances sont épargnées à Catherine M. mais, comme la sorcière qui revient épuisée de ces séances nocturnes au point d’être obligée de garder le lit pendant deux ou trois jours, Catherine Millet avoue avoir « passé des nuits exténuantes » à force d’être « pilonnée » (VS : 55).

14N’ajouterait-t-elle pas à cette pauvre appétence pour le plaisir, qui renvoie à l’image traditionnelle de la frigidité de la femme, un peu de masochisme, poncif tout aussi masculin, Freud à l’appui, qui veut que la femme soit plus masochiste que l’homme ? La sorcière est battue, fouettée. Catherine Millet évite la violence et se défend d’aimer la douleur pour elle-même. Elle se fait toutefois gifler dans la réalité ou dans des scènes fantasmées. Dans le cas évoqué plus haut, pour être sûre de bien rester dans le scénario fictif voulu par son partenaire, elle demande : « Et d’abord je refuserai ? Je me débattrai ? » Et l’homme de répondre : « Oui, on te donnera des gifles. » Si les sévices corporels restent minimes, en revanche, sa recherche de l’humiliation est constante. Elle avoue son « inclination à l’auto-avilissement » (VS : 151), toute excitée à l’idée de n’être qu’un sac à foutre, à « jouir d’un état d’avilissement maximum » (VS : 118). D’ailleurs, les autres disent d’elle : « tu faisais les choses avec naturel ; ni réticente ni vicelarde, juste de temps en temps un petit peu maso… » (VS : 44).

  • 7 Janine Mossuz-Lavau, 2002, La Vie sexuelle en France, Paris, La Martinière, p. 208.
  • 8 Id., p. 204.
  • 9 Id., p. 211.

15Enfin, il faut s’interroger sur les limites des transgressions sexuelles de Catherine Millet, même dans ses fornications les plus débridées. Force est de constater que sa pratique érotique est semée d’interdits les plus conventionnels et d’autocensures. La bienséance, la morale imposent encore leurs codes, qu’elle respecte : la bestialité (accouplement avec un animal) est vécue sur le mode fantasmé et verbal, comme, la plupart du temps, les violences physiques ; l’homosexualité est marginale ; elle se défend d’être une putain, précisant qu’elle ne s’est jamais fait payer, comme si elle avait besoin de se justifier. Même ses ébats dans les lieux publics sont contrôlés. Elle prend soin de ne pas être vue : dans la rue, elle se cache derrière une voiture ; dans les bureaux, elle choisit l’horaire où tous les employés sont partis… Quant à la sodomie, s’il peut encore exister « une excitation liée à une transgression7 », l’enquête de Janine Mossuz-Lavau sur La Vie sexuelle en France atteste qu’il y a « de plus en plus d’amateurs8 », pour conclure : « que reste-t-il d’“interdit” dans ce domaine ?9 »

  • 10 Christine Détrez et Anne Simon, 2006, À leur corps défendant : les femmes à l’épreuve du nouvel or (...)

16Que subsiste-t-il du comportement « scandaleux » de Catherine M. ? Tout au plus une expérience mondaine dont seule la répétition un peu monotone peut susciter l’étonnement. Catherine Millet répond à l’analyse que font Christine Détrez et Anne Simon des romancières pornographiques de ces quinze dernières années : elles reprennent cette « série d’impératifs et de figurations que les femmes entérinent malgré elles. Ce sont ces normes sociales qui, omniprésentes, tentent de conformer le féminin à ce qu’on attend de lui, et qui n’est pas bien nouveau10. »

  • 11 Id., p. 32-33.

17Ainsi, pour citer à nouveau ces deux auteures, « un certain style en vogue aujourd’hui […] ne parvient pas toujours à créer une nouvelle forme d’expressivité du franchement sexuel qui ne soit pas calquée sur le modèle masculin11 ». Si certaines romancières inversent des attitudes masculines pour se les réapproprier (sadisme, torture…), comme on le voit au début de La Nouvelle Pornographie de Marie Nimier, Catherine M., elle, par sa docilité, sa disponibilité, se coule dans la plus pure tradition de ce que doit être une femme (aux yeux de l’homme…), y compris dans les parties coquines.

18En fait, on se rend compte que cette « maniabilité » n’a à voir ni avec le sexe, ni avec le fait d’être contre les préjugés, au demeurant déjà bien effrités, ni avec une liberté ou libération quelconque, mais avec un problème tout à fait personnel de reconnaissance par l’autre : « j’avais un besoin de reconnaissance de ma personne. Que j’y trouve ou non la satisfaction immédiate des sens était secondaire. Ça aussi passait aux pertes et profits. »

  • 12 Id., p. 42.

19Mais pourquoi fait-elle passer cette reconnaissance par l’acte sexuel, le corps ? Le texte Millet à la loupe éclaire cet aspect. Catherine M. est lucide sur son physique. Il correspond au jeu de mots que faisait son père sur leur nom de famille : selon une certaine prononciation, Millet s’entend « mi-laid ». Elle connaît l’équation classique selon laquelle la beauté est inversement proportionnelle aux capacités intellectuelles : « pour l’esprit commun, on ne peut pas tout avoir et il est entendu qu’une personne qui a la beauté ne saurait avoir en même temps l’intelligence. » Et vice versa. Elle-même a « partagé cet esprit commun car c’est sans doute parce que je ne me trouvais pas assez belle que j’ai voulu devenir intelligente » (RH : 48). Pari réussi – son succès dans le métier de critique d’art le démontre – dans la mesure où, côté physique, elle n’avait pas grand chose à espérer. Regret ? Elle ne s’est même pas fait refaire le nez (ibid.) ! D’où, première solution : « puisqu’il me semble que je contrôle mieux ma pensée, je veux bien me séparer de mon apparence physique et la laisser à la seule appréciation des autres, tandis que je m’appliquerai à être chaque jour plus intelligente » (RH : 49). La chose aurait pu en rester là : Catherine Millet aurait pu être pur intellect à défaut d’être parfaite beauté. Mais elle refuse l’alternative : elle veut l’esprit et le corps, et c’est par ce dernier qui a trahi ses attentes, qu’elle obtiendra sa revanche. Puisqu’il ne peut être reconnu par le regard, il le sera en acte, dans le rapport sexuel. Quelle que soit la gratification pour elle pourvu qu’il satisfasse le partenaire. Elle triomphe après la parution de La Vie sexuelle de Catherine M. : « certains s’étonnent qu’avec le physique qui est le mien j’ai pu avoir autant d’amants » (RH : 57). Dès lors, on comprend pourquoi la majorité de ses partenaires ne laissent pas de trace dans sa mémoire. Ils n’ont en fait aucune importance à ses yeux, simples instruments dans sa « quête du Graal sexuel » (VS : 204) où elle se lance un défi à elle-même, toute expérience même avilissante étant un jalon de plus dans sa soif de reconnaissance, une sorte d’entraînement dont le but n’est pas le plaisir mais le bien- faire : « je baisais pour que baiser ne soit pas un problème » (VS : 214). Ce faisant, elle est tombée dans le « corporéisme » des années soixante-dix, alimentant cette inflation des discours sur le corps qui « est elle-même le signe paradoxal du fait que l’homme (comme la femme) n’est pas libéré de son corps : si l’on était aussi affranchi du corps qu’on le prétend, en parlerait-on autant12 ? » Dans le cas de l’ouvrage de Catherine Millet, tout aussi dénué de sentimentalité que dépourvu de la promotion d’une thèse quelconque, simple et sec témoignage de la vie sexuelle de Catherine M., l’intellect n’a-t-il pas encore et toujours le dernier mot ? Car il pouvait, seul, mettre en récit les aventures du corps.

Notes

1 Catherine Millet, 2000, La Vie sexuelle de Catherine M., Paris, Stock : VS ; 2003, Riquet à la houpe Millet à la loupe, Paris, Stock : RH.

2 C’est sans doute pour cette raison que la plupart de ces ouvrages ne sont disponibles qu’en vieux français et n’ont pas été republiés ; en particulier De la démonomanie des sorciers de Jean Bodin (1580, Paris, J. du Puys), l’illustre théoricien politique, auteur du non moins célèbre Les Six Livres de la République où il développe la théorie de la souveraineté politique qui pose les bases de l’État moderne. Une réédition de De la Démonomanie, livre souvent délirant dans ces attaques contre les femmes au travers des sorcières, entacherait sa haute réputation. L’ouvrage reste aujourd’hui inconnu des politologues et des juristes alors même qu’il explicite la construction de cette souveraineté impérativement masculine, comme nous l’avons montré dans Les Putains du Diable : le procès en sorcellerie des femmes (2006, Paris, Plon), auquel nous renvoyons pour la description de la sorcière et de ses agissements.

3 Michel Bozon, 2001, « Orientations intimes et constructions de soi. Pluralité et divergences dans les expressions de la sexualité », in Sociétés contemporaines, no 41-42.

4 Pierre de Lancre, 1982 [1612], Tableau de l’inconstance des mauvais anges et démons où il est amplement traité des sorciers et de la sorcellerie, Paris, Aubier.

5 Voir Armelle Le Bras -Chopard, 2006, « L’avortement comme infanticide dans la doctrine de l’Église », in Revue générale de droit médical, no 19.

6 Voir Armelle Le Bras-Chopard, 2004, Le Masculin, le Sexuel et le Politique, Paris, Plon.

7 Janine Mossuz-Lavau, 2002, La Vie sexuelle en France, Paris, La Martinière, p. 208.

8 Id., p. 204.

9 Id., p. 211.

10 Christine Détrez et Anne Simon, 2006, À leur corps défendant : les femmes à l’épreuve du nouvel ordre moral, Paris, Seuil, p. 15.

11 Id., p. 32-33.

12 Id., p. 42.

Author

Professeure des universités, agrégée de Science politique. Spécialiste de philosophie politique et d’analyse du discours, elle a publié plusieurs ouvrages sur le socialisme utopique, les théories de la guerre, la question du genre. Sont parus récemment Le Zoo des philosophes : de la bestialisation à l’exclusion (Plon, 2000 ; Prix Médicis Essai) ; Le Masculin, le Sexuel et le Politique (Plon, 2004) ; Les Putains du Diable : le procès en sorcellerie des femmes (Plon, 2006). Elle a également dirigé ou coédité plusieurs ouvrages, dont Les Femmes et la Politique (L’Harmattan, 1997)
Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelynes

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Terms of use: http://www.openedition.org/6540