Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nomadismes des romancières contemporaines de langue française

 | 
Audrey Lasserre
, 
Anne Simon

Champs littéraires

Assignation à « résidence sexuée » et nomadisme chez les écrivaines

Delphine Naudier

Texte intégral

  • 1 Delphine Naudier, 2007, « La légitimité littéraire des écrivaines : une reconnaissance Nous avons (...)
  • 2 Delphine Naudier, 2007, « La légitimité littéraire des écrivaines : une reconnaissance en trompe l (...)
  • 3 À cet égard, si l’on met en perspective les pratiques culturelles féminines, on constate qu’elles (...)

1Le champ littéraire est constitué d’instances de régulation qui permettent d’accéder à la publication et qui évaluent les œuvres et les carrières des écrivains. Éditeurs, critiques, pairs, jurys décernant des prix littéraires, participent à la construction de classifications qui font les réputations des auteurs, les situent les uns par rapport aux autres et hiérarchisent les œuvres littéraires. Cet espace majoritairement masculin, incarné par la figure stéréotypée de l’homme de lettres, est néanmoins traditionnellement ouvert à la mixité : nombre de femmes sont publiées. Cependant, la présence des femmes demeure faible si l’on en croit la place qu’elles occupent dans les catalogues d’éditeurs1. Au début du XXIe siècle, leur représentation est d’environ un tiers chez Albin Michel, 30 % chez Gallimard, 20 % chez Minuit, 40 % chez Stock, un quart (26 %) chez P.O.L. et 38 % environ chez Actes Sud. Il en est de même en matière de consécration littéraire. Le jury Goncourt a par exemple couronné neuf femmes en cent ans2, le jury Femina a promu environ 35 % d’auteurs féminins. Ces constats chiffrés manifestent que la sédentarisation, entendue comme installation durable et reconnue sur un territoire, des femmes ne va pas de soi et dément toute illusion d’accès massif des femmes à la littérature et d’absence de différenciation sexuée en matière de consécration des œuvres. En effet, ces chiffres n’apportent-ils pas la preuve que la croyance en la valeur intrinsèque des œuvres, sans distinction sexuée et sociale pour ne reconnaître que le génie de l’écrivain, a sa limite3 ? Cette disproportion, confirmée par la faible place accordée aux femmes dans les anthologies littéraires, atteste du difficile ancrage des auteurs féminins, qui demeurent une population de passage. Leurs œuvres apparaissent plus souvent liées au commerce éditorial qu’à l’art désintéressé de l’esthète ou à la compétence stylistique de l’écrivain. Si les femmes accèdent conjoncturellement à la visibilité en littérature, c’est encore souvent au nom de leur caractéristique sexuée et c’est à ce titre qu’elles sont évacuées des lieux de mémoire qui fabriquent la postérité.

2Une tension persistante se noue autour de la question du droit à l’indifférenciation et de la définition d’un territoire d’écriture qui impose la singularité de chacune des écrivaines dans un univers où aucune réglementation juridique, contrairement à certaines professions, n’en interdisait l’accès. L’enjeu consiste donc à obtenir le droit de figurer dans tous les espaces du champ littéraire au titre de praticienne de la littérature et de s’affranchir de l’enclavement que constitue le déterminant sexué, dont la reconnaissance exhibée fabrique la minoration. Aussi s’agit-il pour les auteurs féminins de se défaire de l’imposition du marqueur de la sexuation dans un univers où l’idéal d’universalité est prétendument neutre, asocial et asexué afin d’échapper, quand il s’agit d’un projet assumé, au classement littéraire labellisé comme « prolétarien », « régionaliste », « féminin » ou encore « rural », qui étiquette, particularise et dévalorise. Si ces qualificatifs n’empêchent pas d’être publié, ils nuisent à la reconnaissance de la légitimité des auteurs. En outre, ils contribuent à la fixation de préjugés qui assignent les auteurs à certaines positions et à forger leur réputation au détriment de leurs intentions. Ces étiquetages sont autant d’injonctions au cloisonnement entre les divers courants littéraires mais aussi entre les sexes. Assignées à « résidence sexuée », en ce que la perception de leur différence anatomique limite leurs explorations littéraires à l’espace des préjugés ayant trait aux attributs féminins depuis le XIXe siècle, comment les écrivaines peuvent-elles néanmoins jouer de ce marqueur pour franchir les frontières de la catégorie où elles sont confondues ?

L’interdiction du nomadisme

  • 4 Jules Barbey D’aurevilly, 1878, Les Bas-bleus, Victor Palmé, Bruxelles, Lebrocquoy, p. 328 pour l’ (...)

3Depuis la fin du XIXe siècle, nombre d’ouvrages ont été consacrés aux auteurs féminins. Leur éclosion révèle la reconnaissance de leur participation à la chose littéraire, mais suffit-elle à attester la légitimité littéraire des femmes ? Ces entreprises de codification des écrits féminins contribuent, en réalité, à l’élaboration de la bipartition de territoires – sexués – d’écriture. Les auteurs masculins et féminins sont séparés par la sexuation de l’écriture des femmes : aux hommes l’accès à une écriture neutre et universelle, aux femmes une écriture particulière et marquée du sceau de la différence biologique. Les femmes font l’objet, en effet, d’un traitement critique différencié, les maintenant hors des frontières d’un entre- soi masculin qui demeure la norme dans l’exercice de cette activité. Ainsi, Barbey d’Aurevilly dans son pamphlet, Les Bas-bleus4, assène que « l’homme doit rester le maître de la Création » et conclut à propos des contributions littéraires féminines : « Étudiez leurs œuvres, ouvrez-les au hasard ! À la dixième ligne, et sans savoir qui elles sont, vous êtes prévenus, vous sentez la femme : Odor di femina. » Il considère également les écrivaines comme des « hommes manqués ».

  • 5 Émile Durkheim, 1978 [1893], De la division du travail social, Paris, P.U.F., p. 21.

4La littérature féminine est ainsi présentée comme une catégorie homogène, monolithique, où le sexe des écrivaines constitue l’élément majeur de la singularité créatrice : les particularités littéraires individuelles sont dissoutes dans l’identité sexuelle. Cette réduction semble résoudre plusieurs difficultés qui, même si elles sont désenchantées pour les hommes, n’en sont pas moins révélatrices de rapports sociaux de sexes en défaveur des femmes. En effet, la pratique féminine de l’activité littéraire remet en question l’analogie entre l’identité de sexe et la division socio-sexuelle du travail. En accédant à des activités masculines, la croyance en la fixation des destins sociaux dans les destins anatomiques est ébranlée. La représentation de la bipartition naturelle de l’ordre social est écornée, de sorte que les entraves à leurs aspirations aux carrières littéraires apparaissent moins biologiquement fondées que socialement construites. Ainsi, en franchissant les frontières des territoires masculins, la question de la nature des « femmes de lettres » est posée avec d’autant plus d’acuité que les carrières littéraires font partie des professions masculines à forte connotation féminine et que la figure de l’Homme de lettres est concurrencée par celle du savant dans la hiérarchie des professions masculines. Il semble que la reconnaissance des carrières scientifiques universitaires accentue la connotation féminine des carrières littéraires. À cet égard, Émile Durkheim affirme que quand « les arts et les lettres commencent à devenir choses féminines, l’autre sexe semble déserter pour se donner plus spécialement à la science5 ». Les écrivains masculins ont ainsi tout intérêt à marquer leurs différences par rapport aux femmes.

5Au début du XXe siècle, plusieurs ouvrages sont consacrés aux « femmes de lettres ». Si les femmes tiennent des salons, s’inscrivent dans des réseaux d’influence, leur légitimité littéraire demeure pourtant faible. La reconnaissance de leur talent est optimale quand, à l’instar de George Sand, par ailleurs vilipendée, elles sont qualifiées d’homme de lettres. Mais cette appréciation à son revers. Les femmes de lettres sont aussi considérées comme des viragos, voire des femmes non fertiles. En d’autres termes, en s’appropriant un outil masculin, la plume, la « femme de lettres » est qualifiée de

  • 6 Paul Flat, 1909, Nos femmes de lettres, Paris, Librairie Académique Perrin et Cie, p. 218.

monstre parce qu’elle est anti -naturelle. Elle est anti -naturelle parce qu’elle est anti- sociale, dernier terme du raisonnement, c’est qu’elle reproduit, comme en un saisissant microcosme la plupart des ferments de dégénérescence qui travaillent notre monde moderne6.

6La sanction énoncée contre les écrivaines atteste les déplacements qu’elles ont effectués dans l’ordre social, comme dans celui des sexes. Ces intrusions féminines dans un bastion masculin s’accompagnent d’un travail de recomposition des particularités sexuées. Celui-ci rejoue symboliquement la différenciation pour parer à un éventuel envahissement qui mettrait en péril la littérature et la société dans son ensemble et ce, d’autant plus que la présence des femmes est associée à la désertion des génies masculins.

  • 7 On pense par exemple à Rachilde qui porte des habits masculins et joue dans ses œuvres, notamment (...)

7La crainte de la présence massive des femmes révèle en toile de fond la crainte de la confusion des sexes. Les femmes qui embrassent la carrière littéraire sont condamnées parce qu’elles franchissent des frontières qui balisent la division sexuelle du travail. En accédant à la notoriété, en produisant elles-mêmes des représentations, elles font la preuve que l’activité littéraire est réalisable par chacun des deux sexes. Le destin social n’est donc pas réductible au destin anatomique, justifiant naturellement la division sexuelle du travail. En s’emparant d’un outil masculin, la plume, les femmes sèment le trouble sur le rapport entre l’occupation des postes, les statuts sociaux et l’appartenance sexuée. Même si les femmes usent de stratégies, notamment en jouant de l’appartenance sexuée pour s’inventer une place dans le champ littéraire7, l’exercice de cette activité contrôlée par les hommes tend à minorer leurs contributions littéraires. Quand la bipartition sexuée des carrières professionnelles est mise à l’épreuve, une séparation des sexes organise la mixité. Et lorsque Marie-Louise Gagneur adresse une lettre à l’Académie française pour féminiser certaines « carrières libérales », Charles de Mazade lui répond :

  • 8 Charles De Mazade, 1891, « Masculin et féminin : une question soumise à l’Académie française », Le (...)

Je ne vois pas de mal à ce qu’on féminise certains mots pourvu qu’on le fasse d’une manière logique. Mais il en est quelques-uns qui ne comportent pas le féminin. Tels : auteur, écrivain, confrère, par cette raison qu’il n’existe pas de femmes ou de jeunes filles qui se destinent à la carrière d’écrivain8.

  • 9 Nicole-Claude Mathieu, 1991, L’Anatomie politique : catégorisations et idéologie du sexe, Paris, C (...)

8L’interdit symbolique de la féminisation du titre souligne le hiatus lié à la disjonction entre l’identité sexuelle, incarnation de la correspondance homologique entre le sexe et le genre9, et la réalisation sociale d’une activité masculine. En cela, la question de l’assignation sexuée est un enjeu de classement primordial entre hommes et femmes. Le fixisme symbolique du marquage sexué fait écran aux explorations littéraires, aux déplacements, aux innovations que traduisent certaines pratiques d’écriture des auteurs féminins.

L’assignation à « résidence sexuée »

9Sous la Troisième République, l’essor des voix féministes, qui contestent les inégalités entre les deux sexes, ouvre une brèche dans la forteresse littéraire pour devenir un argument propice à la création du jury Femina qui évalue et promeut des œuvres d’auteurs masculins et féminins. Des conditions matérielles favorables à cette entreprise sont réunies : segmentation du marché éditorial, industrialisation croissante des métiers du livre et développement de la presse promotionnelle. Elles permettent la rencontre d’intérêts fondés sur des motifs distincts : inventer des positions d’autorité publiques pour les écrivaines, salonnières et journalistes du premier jury Femina-Vie heureuse et fonder une instance de consécration qui assurera des débouchés commerciaux, pour les éditions Hachette qui soutiennent ces femmes dans leur entreprise.

10La guerre des sexes a donc bien lieu dans le champ littéraire. Le maintien des femmes dans cet univers s’effectue au prix d’une entreprise de cloisonnement des espaces. L’anthologie Vingt-cinq ans de littérature française (1895-1920) illustre à cet égard la mise en place du mécanisme qui opère leur ségrégation. En premier lieu, le chapitre réservé à la « littérature féminine » est le seul à être rédigé par une femme, Henriette Charasson. En deuxième lieu, cette séparation sexuée est redoublée par le mode de répartition des hommes qui, contrairement aux femmes, sont classés dans le premier volume selon un découpage calqué sur les différents genres littéraires. À ces deux formes de dépréciation, s’ajoute la relégation des femmes dans le deuxième volume consacré aux « chapelles littéraires », aux « écrivains morts à la guerre », aux « salons littéraires »… Enfin, une note sur la bibliographie de l’ouvrage achève de produire cette différenciation entre la littérature masculine française et les autres :

  • 10 Eugène Montfort, 1920, Vingt-cinq ans de littérature française (1895-1920), Paris, Librairie de Fr (...)

Dans cette bibliographie, qui est une bibliographie choisie et non pas du tout complète, ne figurent, sauf erreur, ni les romanciers étrangers de langue française ni les romancières. Des renseignements abondants ont été fournis sur ces deux catégories d’écrivains en d’autres endroits de cet ouvrage10.

11Cette mise à l’écart donne la mesure de la production symbolique et sociale des écarts de grandeurs entre centre et périphérie, entre hommes et femmes, entre auteurs français et auteurs étrangers, consolidant la norme de l’homme écrivain français. Si les œuvres d’écrivaines sont citées et commentées, elles le sont au regard de ce qui les distingue des autres femmes. La comparaison ne dépasse pas le cadre des frontières sexuées : les œuvres de femmes sont assignées à résidence sexuée.

  • 11 Geneviève Sellier et Éliane Viennot, 2004, Culture d’élite, Culture de masse et Différence de sexe (...)

12Cette désignation de la littérature écrite par des femmes « altérisées », essentialisées, continue à peser sur les écrivaines. En conséquence, elles déploient des stratégies pour contrer ces étiquetages arbitraires qui, bien souvent, masquent un autre clivage : celui de la culture lettrée et de la culture populaire11. En effet, les enchevêtrements des logiques de classement social et sexué renvoient régulièrement à une opposition entre culture d’élite et culture populaire. L’association de la femme à la littérature commerciale est à cet égard abondante. De plus, lorsque l’activité des écrivaines n’est pas rapportée à leur oisiveté bourgeoise, elles sont qualifiées de « petites fonctionnaires des lettres » dont les écrits sont soumis à des impératifs économiques. De fait, les jugements émis pour critiquer la participation des femmes à la littérature tendent à leur dénier toute compétence technique et stylistique. La visibilité accordée aux auteurs féminins dans la première moitié du siècle n’entérine donc pas leur légitimité dans cet espace.

Sortir de l’assignation à résidence sexuée

  • 12 Simone de Beauvoir, 1949, Le Deuxième Sexe, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1949, t. 2, p. 628 (...)
  • 13 Id., p. 641.
  • 14 Pour une analyse de la réception de cet ouvrage, cf. Sylvie Chaperon, 2000, Les Années Beauvoir (1 (...)

13En 1949, Simone de Beauvoir consacre, dans Le Deuxième Sexe, une partie aux femmes écrivains. Elle met au jour la partialité des jugements proférés sur les femmes artistes dont les livres et tableaux sont traités d’« ouvrages de dames12 ». Elle impute les causes de cette disqualification à leur absence de « formation sérieuse » qui les contraint à demeurer des « amateur[s] » et à produire des œuvres qui ont toutes « à peu près la même valeur » car les femmes n’y accordent « ni plus de temps ni plus de soin » : « Comment les femmes auraient-elles jamais eu du génie alors que toute possibilité d’accomplir une œuvre géniale – ou même une œuvre tout court – leur était refusée13 ». Elle pose ainsi les jalons nécessaires à la conquête de la légitimité culturelle des femmes. À conditions sociales égales avec les hommes, ce qu’avait suggéré avant elle Madame de Genlis, Madame de Staël ou encore Virginia Woolf, les femmes seront à même de produire des œuvres comparables14.

La définition esthétique et politique du territoire

14Au cours des années soixante et soixante-dix, nombre de collections destinées aux femmes apparaissent. Elles sont souvent dirigées par des écrivaines, comme Colette Audry, à qui on confie la responsabilité de la collection « Femmes » chez Gonthier en 1964. La maison des éditions « Des femmes », fondée en 1974, crée un lieu dédié exclusivement à la publication d’auteurs féminins. Néanmoins, si ces initiatives pionnières ont pour objet de lever les verrous sur la création des femmes et de favoriser leur accès à la publication, les scriptrices continuent d’envoyer prioritairement leurs manuscrits aux éditeurs généralistes. En effet, publier dans une collection connotée « féministe » ou « féminine » suscite la crainte d’être d’emblée discréditée en étant étiquetée sous l’un de ces deux labels. Toutefois, la fondation d’un espace éditorial et littéraire, par des femmes, dans ce contexte de luttes féministes a permis à beaucoup d’entre elles – Victoria Thérame, Chantal Chawaf, Hélène Cixous, Xavière Gauthier, Claude Pujade-Renaud – d’être éditées, mais aussi à d’autres – Nancy Huston ou Leïla Sebbar – en participant à la revue Sorcières, de mettre en pratique leurs aspirations à la carrière des lettres avant de publier seules.

  • 15 Hélène Cixous, 1975, « Le rire de la méduse », in L’Arc no 61 : Simone de Beauvoir et la lutte des (...)

15En 1975, Hélène Cixous publie le manifeste de « l’écriture féminine » intitulé « Le rire de la méduse15 », dans un numéro consacré à Simone de Beauvoir, dont les conceptions littéraires et féministes sont antagonistes. Hélène Cixous élève au rang de thématique littéraire ce qui a trait au corps féminin pour se confronter au monopole masculin et défaire le langage et la création de l’impératif « phallologocentrique ». Le corps féminin devient un territoire à reconquérir. La thématique du corps articulée à la déconstruction linguistique constitue une innovation littéraire justifiée comme une démarche de « recherche » distincte d’un engagement féministe revendiqué. Les cadres du roman sont fissurés. Le « je » féminin, exprimé dans la littérature, est émancipé, libéré du joug des contraintes sociales et symboliques qui a forgé la subordination des femmes par l’hybridation de formes qui ont trait à la « parole », au poème. La contestation du discrédit qui pèse sur les auteurs féminins, de la domination masculine, est réfractée dans le champ littéraire par la création et la théorisation esthétique d’une « écriture-corps ».

16Les luttes sociales des années soixante-dix ouvrent les voies de l’édition aux auteurs féminins. Les écrivaines occupent l’espace de manière différenciée, mettant au jour les clivages sur la question de la création au féminin ou de leurs liens avec les luttes féministes. La visibilité des femmes se construit à l’occasion de livres cosignés qui traitent de la création littéraire comme celui de Marguerite Duras et Xavière Gauthier, Les Parleuses, en 1974, ou celui d’Hélène Cixous, Madeleine Gagnon et Annie Leclerc, La Venue à l’écriture, en 1977. Marie Cardinal et Annie Leclerc, Régine Deforges et Pauline Réage – romancières à plus forte notoriété – cosignent, pour les premières, Autrement dites chez Grasset en 1977 et publient, pour les secondes, O m’a dit en 1975. Ces tandems se multiplient : Leïla Seibbar et Nancy Huston dans les années quatre-vingt, Geneviève Dorman et Régine Deforges, Claire Gallois et Christine Collange, Benoite Groult et Josyane Savigneau, Régine Deforges et Chantal Chawaf, dans les années quatre-vingt-dix ou encore Geneviève Brisac et Agnès Desarthes au début du XXIe siècle. Écrivaines confidentielles ou femmes de lettres « grand public », nombre d’entre elles optent pour des stratégies de visibilité conjointes reposant sur une variété de projets. Qu’elles se revendiquent féministe, préconisent l’invention d’une « écriture-femme » ou en nient l’existence, la force collective, mais disséminée, des remises en question des normes littéraires définies par les hommes est perceptible dans leurs écrits. La révélation de la construction sociale des inégalités de traitement entre les sexes, sa formulation en des termes politiques et scientifiques (notamment à l’université où se développe l’histoire des femmes) ouvrent la voie à des usages différenciés des identités de sexe dans les créations littéraires. Certes, une tension persiste entre l’appartenance sexuée marquante et la volonté d’être reconnue pour l’indifférenciation sexuée de l’œuvre, sa valeur esthétique, mais son énonciation a désormais des usages littéraires. Néanmoins, le lourd bagage des stéréotypes qui pèse sur la littérature féminine, tout comme le lourd tribut à payer pour échapper à la disqualification littéraire réitérée, n’est pas sans effet sur les conduites des écrivaines et sur leurs créations. L’ensemble des contraintes sociales et symboliques, dont elles héritent, contribue cependant à forcer la forteresse littéraire masculine, en faisant de ces contraintes des exercices de style qui nourrissent leur travail littéraire. L’imposition de leur autorité littéraire semble se constituer progressivement en jouant des marges de manœuvre possibles dans un système contraignant.

Se défaire du marquage sexué : camper des personnages masculins

17L’intérêt commun des auteures est d’être individuellement reconnues pour la spécificité littéraire de leur œuvre. Elles adoptent ainsi des stratégies littéraires qui justifient leur compétence d’écrivain. Elles sont nombreuses depuis les années soixante-dix à créer des narrateurs masculins : Christine de Rivoyre, Geneviève Dormann, Elvire Murail, Dominique Rolin, Régine Detambel, Lydie Salvayre, Nina Bouraoui, etc. Plusieurs de ces romans paraissent en 1977 alors même que l’écriture féminine est en débat. Interrogée sur son œuvre, Christine de Rivoyre précise :

  • 16 « Quand les femmes écrivent au masculin », in Le Quotidien de Paris, 12/10/1977.

Dans mon précédent livre, je rentrais dans la peau d’une petite fille de douze ans et d’une employée de maison parlant gascon… C’était aussi coton que d’être un homme. Vous savez c’est le privilège du romancier de faire des cabrioles. Je connais les hommes, leur vocabulaire, leurs réactions, leur grandiose, leur solennelle mauvaise foi. […] Cela n’a pas été une performance particulière16.

  • 17 Ibid.

18La création de ces personnages devient un exercice de style qui apporte la preuve de la capacité à travailler un texte, une intrigue et des personnages, pour défaire l’écriture de tout marquage sexué. G. Dormann déclare ainsi qu’« il n’y a pas de sexe en littérature, le romancier peut se mettre à la place de n’importe qui, d’une table, d’une petite fille, d’un homme, d’une pomme, rien n’est interdit dans l’imagination17 ».

  • 18 Ibid.

19Certes, les femmes prouvent leur maîtrise du genre romanesque, mais la création de personnages masculins permet aussi de lutter contre un autre préjugé : celui de ne faire que de l’autobiographie. Ainsi G. Dormann poursuit son propos en affirmant que « les gens imaginent toujours que lorsqu’elle écrit une femme raconte sa vie. […] là, ça déroute tout le monde, parce qu’on ne peut plus m’accuser de raconter ma vie18 ».

20En procédant ainsi, un double écart est réalisé. Le premier tient au fait d’endosser une activité socialement labellisée masculine, le second procède de l’invention d’une intériorité masculine. Dominique Rolin met au cœur de son roman Vingt chambres d’hôtel un narrateur masculin à qui elle prête ses propos :

  • 19 Dominique Rolin, 1990, Vingt chambres d’hôtel, Paris, Gallimard, p. 53.

Une femme se permet de dire « je » à la place de l’homme que je suis ! Sans hésitation et sans scrupule, elle se croît naïvement capable de changer de sexe au pays de l’écriture. Or, que sait-elle de la nature intime de l’homme, cette imbécile ? Rien. On l’avait pourtant prévenue que ce genre de performance est voué à l’échec : l’homme est l’homme, la femme est la femme, lui assurait-on. Mais, elle s’est obstinée en s’offrant gratis l’entrée de mon cerveau qu’elle a féminisé page après page. Soyons honnête : si je creuse le problème avec détachement et sang-froid, la romancière n’a peut-être pas tout à fait tort : nous sommes tous les porteurs inconscients des doubles gênes et je me conduis sans doute en demie femelle bien plus souvent que prévu. Par conséquent, me venger de l’auteur de ce livre serait idiot. M’y soumettre au contraire ne manquerait pas d’allure19.

21La mise en scène des préjugés, inhérents à la délimitation des frontières sexuées entre auteur et personnage, souligne la transgression que suppose le fait d’incarner un personnage masculin, transgression neutralisée en concluant à la bisexualité des auteurs. La romancière rend compte, par ce travail d’imposition symbolique, de la difficulté à se déprendre des catégories de perception qui fixent les représentations et les normes de la division sexuelle du travail littéraire. De plus, la contrainte sociale, transformée en matériau littéraire, indique en creux que l’empreinte du masculin dans les œuvres féminines fait office de gage de la compétence professionnelle de romancière. Mais en déjouant les préjugés dans les œuvres, la suprématie masculine n’en est-elle pour autant pas renforcée ?

  • 20 Anne Garréta, 1986, Sphinx, Paris, Grasset.
  • 21 Pierrette Fleutiaux, 1990, Nous sommes éternels, Paris, Gallimard.
  • 22 Annie Ernaux, 1990, L’Événement, Paris, Gallimard.
  • 23 Annie Ernaux, in Elle, mars 2000.
  • 24 Nicole Avril, 1979, Monsieur de Lyon, Paris, Albin Michel.
  • 25 Pierrette Fleutiaux, 1999, L’Expédition, Paris, Gallimard.

22À cet effet, d’autres auteurs, comme Anne Garréta par exemple, mettent au cœur de leur œuvre la question des identités sexuées, en jouant précisément sur l’absence de marque de genre dans la définition des personnages20. D’autres romancières, comme Pierrette Fleutiaux21, travaillent la question des normes sociales genrées, en revendiquant l’existence d’un « je » universel féminin qui serait départi de ces atours essentialisant. Annie Ernaux, quant à elle, élève l’avortement au rang d’événement22 en désignant cette expérience en une « épreuve humaine totale23 ». Ce travail sur les représentations s’inscrit dans une recherche littéraire qui subvertit les différents genres romanesques. Les romancières créent des personnages féminins qui endossent des activités masculines dans des genres comme le roman d’aventures24 ou le récit de voyage25. Elles revisitent les genres littéraires, en accordant une place inédite aux personnages principaux féminins, et avancent sur le terrain littéraire occupé par les hommes, en s’extrayant des limites qui réduisent leurs œuvres à l’intimisme. Elles formulent l’expérience de la domination dans leurs livres, inscrivent les traversées, les hybridations – qu’elles opèrent en termes de genre, sexuel et littéraire, dans la création – et expriment, dans la presse, la contestation des clichés qui pèsent sur leurs contributions littéraires. En outre, elles franchissent d’autres territoires, comme celui de l’essai. En explorant divers genres littéraires, en repoussant les limites des interdits symboliques, elles bâtissent leur autorité d’écrivain. Certes, les résistances ont longue vie et beaucoup d’inégalités perdurent. Mais le nomadisme littéraire des femmes s’établit tant dans la dimension sociale, en faisant carrière, qu’au niveau symbolique, par les représentations qu’elles construisent et déconstruisent en travaillant le matériau littéraire.

23Plus qu’un manifeste commun à plusieurs écrivaines et susceptible de discréditer l’entreprise, l’individualisme structurel des carrières a eu, au contraire, pour effet de faire exister des positions qui, indépendantes les unes les autres mais non inconnues les unes des autres, ont installé les femmes progressivement sur tous les territoires littéraires. L’absence de visibilité, délibérément groupée et revendicatrice, rend disparate ces trajectoires atomisées tout en renforçant leur ancrage. Qu’elles soient représentées en Avignon, telles Hélène Cixous, Régine Detambel, Marie Redonnet, qu’elles investissent la littérature érotique en en bouleversant les règles, telles Alina Reyes ou Catherine Millet, qu’elles s’affrontent à l’Histoire telles Pierrette Fleutiaux, Lydie Salvayre, ou à l’autofiction, comme Christine Angot, les écrivaines imposent leur présence et le droit des femmes à l’écriture littéraire.

Notes

1 Delphine Naudier, 2007, « La légitimité littéraire des écrivaines : une reconnaissance Nous avons consulté les rubriques « romans » d’auteurs publiés en langue française depuis 2000.

2 Delphine Naudier, 2007, « La légitimité littéraire des écrivaines : une reconnaissance en trompe l’œil ? Les lauréates du Goncourt », in Genre et légitimité culturelle : quelle reconnaissance pour les femmes ?, Paris, L’Harmattan, coll. « Bibliothèque du féminisme ».

3 À cet égard, si l’on met en perspective les pratiques culturelles féminines, on constate qu’elles sont, aux trois quart, lectrices de romans et qu’elles ont pour loisir l’écriture de journaux intimes. En outre, nombre de femmes figurent dans les concours de nouvelles comme ceux de France loisirs. Elles ne franchissent donc pas, à hauteur du potentiel de scripteurs qu’elles constituent, les frontières du monde professionnel de la littérature. Elles représentent les deux tiers des « écrivains amateurs », cf. Claude Poliak, 2006, Aux frontières du champ littéraire : sociologie des écrivains amateurs, Paris, Economica.

4 Jules Barbey D’aurevilly, 1878, Les Bas-bleus, Victor Palmé, Bruxelles, Lebrocquoy, p. 328 pour l’ensemble des extraits cités.

5 Émile Durkheim, 1978 [1893], De la division du travail social, Paris, P.U.F., p. 21.

6 Paul Flat, 1909, Nos femmes de lettres, Paris, Librairie Académique Perrin et Cie, p. 218.

7 On pense par exemple à Rachilde qui porte des habits masculins et joue dans ses œuvres, notamment Monsieur Venus, avec les identités de sexe et de genre. Diana Holmes, 2002, Rachilde : Decadence, Gender and the Woman Writer, New York, Berg.

8 Charles De Mazade, 1891, « Masculin et féminin : une question soumise à l’Académie française », Le Matin, 2 juillet 1891. Cf. Audrey Lasserre, 2006, « La Disparition : enquête sur la “féminisation” des termes auteur et écrivain », in Le Mot juste, Johan Faerber, Mathilde Barraband, Aurélien Pigeat (dir.), Paris, Presses Sorbonne nouvelle.

9 Nicole-Claude Mathieu, 1991, L’Anatomie politique : catégorisations et idéologie du sexe, Paris, Côté-femmes, coll. « Recherches ».

10 Eugène Montfort, 1920, Vingt-cinq ans de littérature française (1895-1920), Paris, Librairie de France, p. 321.

11 Geneviève Sellier et Éliane Viennot, 2004, Culture d’élite, Culture de masse et Différence de sexes, Paris, L’Harmattan, coll. « Bibliothèque du féminisme ».

12 Simone de Beauvoir, 1949, Le Deuxième Sexe, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1949, t. 2, p. 628 pour les quatre références suivantes.

13 Id., p. 641.

14 Pour une analyse de la réception de cet ouvrage, cf. Sylvie Chaperon, 2000, Les Années Beauvoir (1945-1970), Paris, Fayard, p. 151-168.

15 Hélène Cixous, 1975, « Le rire de la méduse », in L’Arc no 61 : Simone de Beauvoir et la lutte des femmes, Paris.

16 « Quand les femmes écrivent au masculin », in Le Quotidien de Paris, 12/10/1977.

17 Ibid.

18 Ibid.

19 Dominique Rolin, 1990, Vingt chambres d’hôtel, Paris, Gallimard, p. 53.

20 Anne Garréta, 1986, Sphinx, Paris, Grasset.

21 Pierrette Fleutiaux, 1990, Nous sommes éternels, Paris, Gallimard.

22 Annie Ernaux, 1990, L’Événement, Paris, Gallimard.

23 Annie Ernaux, in Elle, mars 2000.

24 Nicole Avril, 1979, Monsieur de Lyon, Paris, Albin Michel.

25 Pierrette Fleutiaux, 1999, L’Expédition, Paris, Gallimard.

Auteur

Chargée de recherche au CNRS, rattachée au laboratoire « CSU » (Cultures et Sociétés Urbaines). Ses travaux portent sur les carrières et les œuvres des auteures dans le champ littéraire français depuis le début du XXe siècle, sur les engagements des femmes dans les mouvements féministes des années soixante-dix et sur les intermédiaires du travail artistique. Elle a codirigé l’ouvrage, Genre et légitimité culturelle : quelle reconnaissance pour les femmes ? (avec B. Rollet, L’Harmattan, 2007) et coécrit avec H. Ravet, « Création artistique et littéraire » (in Femmes, Genre et Sociétés : l’état des savoirs, M. Maruani (dir.), La Découverte, 2005)
CSU-CNRS

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540