Version classiqueVersion mobile

Nomadismes des romancières contemporaines de langue française

 | 
Audrey Lasserre
, 
Anne Simon

Champs littéraires

Fred Vargas : une archéozoologue en terrain littéraire

Séverine Gaspari

Texte intégral

1Entrer en écriture, c’est toujours venir d’ailleurs. Origines géographiques, culturelles, sociales, appartenance à un sexe ou à l’autre, formation professionnelle, histoire personnelle : autant de provenances qui précèdent et nourrissent ce geste inaugural de l’entrée en littérature. Certains écrivains, certaines écrivaines, arrivent néanmoins de loin, de bien plus loin que d’autres. Et porteurs ou porteuses d’un au-delà – d’un en-deçà ? – du littéraire unique et singulier, ils produisent parfois une œuvre propre à renouveler un genre. Nomadisme que cette incursion en terrain littéraire. Nomadisme originel, déterminant, qui, comme chez l’écrivaine française Fred Vargas, peut se révéler l’élément structurant de toute une entreprise littéraire.

2Fred Vargas occupe une place singulière dans le champ de la production romanesque française contemporaine. Née en 1957, cette archéozoologue de formation s’emploie à collecter des informations sur les sociétés passées à partir d’ossements d’animaux. Spécialiste de la vie villageoise dans l’Europe médiévale, elle prétend être entrée par accident en littérature. À l’âge de 29 ans, désespérant de jouer correctement de l’accordéon, elle troque un jour son instrument récalcitrant contre un crayon et écrit pour se consoler un petit roman policier, Les Jeux de l’amour et de la mort, qui remporte en 1986 le prix du festival de Cognac.

3Le choix du genre policier, le choix également d’un pseudonyme ambivalent, qui pourrait aussi bien être masculin, signale le désir d’occuper sur la scène littéraire française une place ordinairement dévolue aux hommes. Cette aspiration se confirme par le choix de la maison d’édition Viviane Hamy, qui affiche au début des années quatre-vingt-dix une volonté de renouveler le genre policier à travers la collection « Chemins nocturnes ». Outre Fred Vargas, cette collection fait connaître Maud Tabachnik (Un été pourri), ou encore Estelle Montbrun (Meurtre chez tante Léonie). S’agit-il de réinvestir le champ de la littérature policière sur le modèle américain en imposant des romancières peu ou prou inédites ? Non, car loin de plagier la littérature policière américaine, les romans de Fred Vargas vont s’affirmer comme résolument français. Fred Vargas qualifie elle-même ses romans de « rompol », signalant par là une volonté de créer quelque chose de neuf au pays du polar. Elle insiste également sur l’importance pour elle du travail de la langue, et certains critiques ont qualifié ses œuvres de « polars poétiques ».

4C’est donc en nomade que Fred Vargas, l’archéozoologue, s’aventure en terrain littéraire. À demi-travestie sous un pseudonyme ambivalent, elle s’est rapidement imposée comme un maître du polar français, au cœur d’un champ littéraire dominé par les hommes. Une maîtresse du polar français, devrait-on dire plutôt, avec toute l’ambiguïté d’une appellation qui ne dénote plus seulement la maîtrise, mais aussi la séduction, une forme de licence, le recours à une écriture innovante et poétique. L’altérité comme source de renouvellement d’un genre, voici l’enjeu que pose l’analyse de cette œuvre ludique et singulière.

La volonté affichée de renouveler le genre du roman policier

  • 1 Fred Vargas, 1986, Les Jeux de l’amour et de la mort, Paris, Éd. du Masque, p. 26 : J.

5Dès son premier roman, et sans doute avant même que l’idée de faire de l’écriture une carrière ne soit née, Fred Vargas entend prendre ses distances avec le genre traditionnel du roman policier. Dans Les Jeux de l’amour et de la mort, elle raille ainsi ouvertement les ficelles du roman traditionnel : « Comme un voleur, il fit un pas et repoussa la porte qui rendit un léger gémissement. C’est toujours la même chose avec les portes1. » De l’ironie légère, elle passe parfois à des attaques plus directes, qui remettent notamment en question la sempiternelle figure du policier :

il ne l’avait pas pris pour un flic. Après tout qu’est-ce qu’il savait des flics ? Ils n’étaient peut-être pas nécessairement tous lourds avec des yeux durs. Celui-là était grand, mince, interminable, et d’une grâce déconcertante. (: 34)

6Il s’agit là d’une description du commissaire Galtier, inspecteur principal du commissariat du 5e arrondissement de Paris, étrange policier, mais surtout, prototype du commissaire Adamsberg, qui dirigera lui aussi le commissariat du 5e et s’imposera dans les romans suivants. Tous deux sont caractérisés par leur oxymorique « dure douceur ou douce dureté », et se montrent « si peu [brutaux] qu’on ne se méfi[e] pas » (: 63) d’eux. Dans l’ensemble de l’œuvre, les personnages policiers de Fred Vargas rompent avec les poncifs du genre.

7Dès ce premier roman, elle se moque également et ouvertement des « intrigues de mœurs cousues de gros fils » (: 78), ou des scènes de genre classiques, telles la fusillade du square, qui clôt le roman et permet à l’inspecteur Galtier de sauver (de justesse) le héros, soupçonné à tort, Tom Soler.

8En marge de cette ironie allègre et de cette volonté ludique de renouveler les poncifs, se dessine cependant une très sérieuse réflexion sur le genre du roman policier :

Le hasard est une vraie vacherie. Il suffit que deux hasards se rangent un jour l’un à côté de l’autre pour qu’on s’imagine qu’ils indiquent la vérité. Trois, c’est encore pire. Plus question de coïncidence, c’est le Destin, le doigt de Dieu. Le doigt de Dieu dans l’œil de l’inspecteur. (: 138)

9Ou plutôt, le doigt de l’auteure dans l’œil du lecteur… Une telle citation peut en effet être détournée au profit de l’écrivaine : « Il faut laisser une place permanente pour le doute, une sorte d’espace libre qui rende possible la mobilité des idées. » (: 140)

  • 2 Fred Vargas, 2002 [1992], L’Homme aux cercles bleus, Paris, J’ai lu, coll. « Policier », p. 191.

10Une réflexion sur le genre romanesque s’engage, dès ce premier roman, et se poursuit tout au long de l’œuvre. Dans L’Homme aux cercles bleus, le commissaire Adamsberg s’interroge sur ce qui l’a poussé à devenir policier : « Peut-être parce que dans ce métier, on a des choses à chercher avec des chances de les trouver2. » Dans Un peu plus loin sur la droite, un surprenant dialogue autour d’un excrément de chien oppose le médiéviste, Marc, à Kehlweiler… fouilleur de merde professionnel :

  • 3 Fred Vargas, 2000 [1996], Un peu plus loin sur la droite, Paris, J’ai lu, coll. « Policier », p. 6 (...)

— […] Cet os, cette femme, ce meurtre, cette crasse, c’est dans ma tête et c’est trop tard, il faut que je sache, il faut que je trouve. — C’est du vice, dit Marc. — Non, c’est de l’art. Un art irrépressible et c’est le mien. Tu ne connais pas ça ?
Oui, Marc connaissait, mais pour le Moyen Âge, pas pour une phalange sur une grille d’arbre.3

11Cet exemple, choisi à dessein, illustre une caractéristique essentielle de la réflexion générique et du désir de renouvellement à l’œuvre dans les romans de Fred Vargas : cette entreprise prend la forme inusitée d’un dialogue entre les principes de la littérature policière et ceux de la discipline d’origine de Fred Vargas, l’étude de l’Histoire.

La place de l’Histoire

  • 4 Fred Vargas, 2000 [1995], Debout les morts, Paris, J’ai lu, coll. « Policier », p. 69 : D. Prix My (...)

12La plupart des romans de Fred Vargas comparent les méthodes des historiens et celles des policiers. Dans Debout les morts, Vandoosler, policier à la retraite, envoie trois historiens sur la piste d’un tueur sous prétexte que « trois chercheurs du Temps, capables de lancer des filets pour remonter un passé insaisissable, devraient être aptes à traquer l’actuel4 ». Le vieux policier, que les interminables recherches menées par les trois hommes sur des sujets périmés laissent perplexe, finit cependant par conclure : « Après tout, c’est peut-être le même boulot. » (: 73)

13Au fil des romans, les personnages de scientifiques et d’historiens se multiplient. Dans Les Jeux de l’amour et de la mort, c’est à un spécialiste de la physique des solides, Jérémy Maréval, qu’on doit la résolution de l’intrigue : « non content d’emmerder incessamment la matière, Jérémy s’offre un dérivatif champêtre sur la matière humaine » (: 79), commente son ami Tom. Dans L’Homme aux cercles bleus, Mathilde, océanographe de profession, mène, à ses risques et périls, une partie de l’enquête.

14Sciences physiques, sciences naturelles : dans un premier temps, Fred Vargas – peut-être encore incertaine de sa vocation – aborde son propre domaine de recherches de biais, par souci probable de distinguer nettement ses deux activités. Mais très rapidement, son œuvre se peuple de personnages d’historiens. Dans Ceux qui vont mourir te saluent, au titre historiquement évocateur, les principaux suspects sont étudiants en histoire de l’art et la victime est un historien de l’art réputé. Comme par équivalence, l’historien endosse rapidement dans l’œuvre le rôle de l’enquêteur. Ne l’est-il pas en somme tout autant que le policier ? En consultant, lors de ses recherches, les comptes du Seigneur de Saint Amand, Marc Vandoosler, neveu et filleul de policier, médiéviste de son état, découvre que le comptable dudit Seigneur trompait impudemment son maître ; mais il est un peu tard pour arrêter le coupable.

  • 5 Fred Vargas, 1997, Sans feu ni lieu, Paris, Viviane Hamy.
  • 6 Fred Vargas, 2002 [1992], L’Homme aux cercles bleus, éd. cit., p. 199.

15On a l’impression qu’à mesure que l’écrivaine prend de l’assurance, ses scrupules sont balayés. Elle s’autorise à mélanger ses univers. Dans Debout les morts, elle crée un désopilant trio d’historiens, que le vieil Armand Vandoosler surnomme « les évangélistes ». Les quatre hommes s’installent dans une vieille maison délabrée organisée de manière stratigraphique : le rez-de-chaussée est dévolu aux pièces communes (le chaos originel), puis le premier étage à l’archéologue, le second au médiéviste, le troisième au spécialiste de la Grande Guerre, et le dernier étage à Armand Vandoosler, ancien policier corrompu, « qui continue de déglinguer les temps actuels à sa manière bien particulière » (: 61). Est-ce un hasard d’ailleurs si, à deux reprises (Debout les morts et Sans feu ni lieu5), c’est Marc, médiéviste comme Fred Vargas elle-même, qui trouve l’assassin ? Dans L’Homme aux cercles bleus, par un habile renversement, c’est un historien, un « byzantiniste6 » spécialiste de Justinien, qui se révèle être le meurtrier.

  • 7 Fred Vargas, 1999, L’Homme à l’envers, Paris, Viviane Hamy. Grand Prix du roman noir de Cognac, 20 (...)
  • 8 Fred Vargas, 2001, Pars vite et reviens tard, Paris, Viviane Hamy. Prix des libraires, 2001.
  • 9 Fred Vargas, 2006, Dans les bois éternels, Paris, Viviane Hamy, coll. « Chemins nocturnes ».

16Les personnages d’historiens prolifèrent donc et se voient attribués des rôles primordiaux dans l’économie romanesque. Mais l’Histoire nourrit tout autant les intrigues des différents romans. L’Empire romain sert de matrice à Ceux qui vont mourir te saluent, et l’instrument du premier meurtre, « la grande ciguë », est empruntée aux anciens Grecs. Que dire encore du sauvetage de Mathias par Marc dans Debout les morts ? L’historien devine instantanément (et comme par magie…) que l’assassin a jeté son ami dans le puits. « C’est facile, c’est médiéval » (: 266) commente Marc, précisant que le puits est un haut lieu de la criminalité médiévale. L’intrigue d’Un peu plus loin sur la droite repose sur l’histoire de la deuxième guerre mondiale, celle de L’Homme à l’envers7 ressuscite l’antique peur des loups. Pars vite et reviens tard8 se construit autour du mythe de la peste. Quant au tout dernier roman paru à ce jour, Dans les bois éternels9, son intrigue est inspirée d’un ouvrage de 1663, Des reliques sacrées et de leurs usages, censuré par l’Église catholique. L’Histoire affirme au fil des œuvres son omniprésence et se révèle à la fois vivier de personnages novateurs et d’intrigues passionnantes. Or Fred Vargas, en qualité d’historienne, a une spécialité : l’archéozoologie.

L’archéozoologue écrivaine

17On creuse beaucoup dans les romans de Fred Vargas. C’est évidemment la spécialité du préhistorien, Mathias, capable de faire parler la terre et de comprendre d’un seul coup d’œil les différentes strates d’une fouille, ce qu’il accomplit brillamment dans Debout les morts, Un peu plus loin sur la droite et Dans les bois éternels. Mais le commissaire Adamsberg, s’il n’a pas le talent de Mathias, ne se lasse pas de creuser non plus, ou, plus exactement, il fait creuser et déterrer son lot de cadavres (L’Homme aux cercles bleus et L’Homme à l’envers). On pourrait encore associer à ce penchant pour les fouilles une prolifération de métaphores géologiques et d’incessantes comparaisons minérales : l’archéologie nourrit l’écriture romanesque.

18Mais Fred Vargas ne pratique pas n’importe quel type d’archéologie. Ce sont les animaux, leurs ossements, leur comportement, ce qu’ils nous apprennent sur les humains qui les côtoyaient ou les élevaient, qui intéressent en premier lieu la romancière. Il n’y a donc pas lieu de s’étonner si ses romans débordent d’animaux et proposent, sur le mode humoristique, une série de leçons de zoologie. Dans les bois éternels nous apprend ainsi qu’il y a un os dans le groin de porc, la verge du chat et le cœur du cerf. On découvre ailleurs comment un berger appelle tous les jours sa brebis de tête pour éviter qu’elle ne déprime ou encore – leçon combinée d’histoire et de zoologie – comment le mythe de la licorne a été accrédité au Moyen Âge par la découverte de dents de narval. Dans les autres romans, l’écrivaine dévoile, pêle-mêle, les mœurs du bombyx et celles du bouquetin ou encore la manière de faire sortir un moustique coincé dans une oreille – et, accessoirement, de faire sortir un assassin de l’ombre… Les animaux sont, par ailleurs, le comparant majeur des êtres humains dans toute l’œuvre. Tom, dès le premier roman, compare le meurtrier qu’il traque à l’anaconda (de la famille des Boïnés…) qu’il a naguère tué en Afrique, et, par la suite, les meurtriers sont régulièrement comparés à des animaux : loups, serpents, rats, aurochs ou encore baleine tueuse d’Achab le marin.

  • 10 Fred Vargas, 2000 [1996], Un peu plus loin sur la droite, éd. cit., p. 101.

19De plus, non contente de cette prolifération métaphorique, Fred Vargas fait, en quelque sorte, un usage éthologique des figures animales dans son œuvre. De la même manière qu’en archéozoologie l’étude des restes animaux permet de mieux comprendre le fonctionnement des sociétés humaines, les animaux sont utilisés, de manière à la fois pédagogique et poétique, pour caractériser les personnages. Dans Un peu plus loin sur la droite, Kehlweiler – qui a pour meilleur ami un crapaud nommé Buffo – s’étonne que Lionel Sevran, propriétaire d’un vilain pitbull, soit très sympathique, ce qui constitue selon lui une « entorse à la règle tel maître tel chien10 » : suprême clin d’œil de Fred Vargas puisque Sevran se révèlera être le meurtrier de l’histoire. Se développe au fil de l’œuvre un bestiaire fantastique que résume à lui seul le personnage étonnant de La Boule, chat apathique et figure des trois derniers romans, qui parcourt plusieurs kilomètres sur les traces de sa maîtresse et lui sauve la vie.

20La métaphore animale peut enfin se faire indice, signe : l’animal, objet de science, devient alors pleinement objet littéraire. Dans L’Homme aux cercles bleus, Adamsberg qualifie à plusieurs reprises l’assassin de « rat humain ». Il exprime ainsi la répugnance que lui inspirent les actes du personnage. Or le meurtrier, comme le lecteur l’apprend à la fin du roman, est justement surnommé par son entourage « la musaraigne ».

  • 11 Fred Vargas, 2004, Salut et liberté ! suivi de La Nuit des brutes, Paris, Librio.

21Passion des animaux, curiosité scientifique et procédés littéraires, mais aussi et surtout, matière d’une poétique à l’œuvre, les animaux permettent à Fred Vargas d’interroger profondément la nature humaine. Sa formation d’archéozoologue se met au service de sa vocation littéraire, au point que son activité de chercheuse devient la matière même de certaines intrigues : un os de pied de femme dans des fèces de chien (Un peu plus loin sur la droite) ou encore un assassinat résolu grâce à la perspicacité d’un ornithologue (La Nuit des brutes11).

22On pourrait penser avoir fait le tour de ce nomadisme singulier : un personnel romanesque emprunté à la discipline d’origine et une prolifération de figures animales, de clins d’œil historiques, de sujets archéologiques. Mais le renouvellement du genre policier que propose l’œuvre de Vargas n’est pas seulement de contenu, mais aussi de structure.

Une structure archéologique

23En dépit de multiples variations, d’un renouvellement constant des techniques et des thèmes, tous les romans de Fred Vargas semblent reposer sur une structure commune : des meurtres dont les solutions peuvent être qualifiées d’« archéologiques ». En effet, si, comme nous l’avons déjà précisé, on creuse beaucoup dans les romans de Fred Vargas, c’est aussi bien au sens propre qu’au sens métaphorique du terme. En témoigne le tableau suivant, qui permet de voir que chaque affaire ne peut être résolue sans remonter plus ou moins loin dans le passé :

Titre du roman

Période à considérer pour résoudre l’enquête

Les Jeux de l’amour et de la mort

22 ans plus tôt

Ceux qui vont mourir te saluent

24 ans plus tôt

Debout les morts

16 ans plus tôt

L’Homme aux cercles bleus

50 ans plus tôt

Un peu plus loin sur la droite

1945 et 15 ans plus tôt

Sans feu ni lieu

10 ans plus tôt

L’Homme à l’envers

25 ans plus tôt

Pars vite et reviens tard

Peste de 1920 et viol 8 ans plus tôt

Sous les vents de Neptune

1945 premier meurtre et 30 ans plus tôt

Dans les bois éternels

L’éternité !

24D’une certaine manière, toutes les intrigues se résolvent en remontant le fil du passé et l’univers romanesque tout entier semble se construire à rebours. Il s’érige, tout d’abord, sur une prolifération d’échos qui fait autant penser aux cycles historiques qu’au goût du refrain en poésie. « Vendredi c’est poisson ! » s’exclament ingénument les personnages de Ceux qui vont mourir te saluent, refrain qui dissimule la clef de l’intrigue. Sans feu ni lieu résonne des « par devers moi » de Clément Vauquer, désignant eux aussi la solution du mystère, l’endroit où le simple d’esprit a acquis son étrange vocabulaire. Le goût de l’étymologie – nombre des personnages de Fred Vargas sont adeptes du dictionnaire – et la récurrence des personnages sont autant d’éléments qui participent à cette construction que nous qualifierions d’archéologique. Il faut remonter le temps pour comprendre. De fait, les personnages récurrents eux-mêmes se construisent à rebrousse-temps : c’est aussi l’histoire en minuscule qui s’expose aux fouilles et aux remémorations.

25Le personnage d’Adamsberg constitue un des exemples le plus flagrant de ce phénomène : au fil des romans, on découvre son passé et c’est un peu comme si, au lieu d’évoluer en recevant de nouvelles strates de présent, le personnage progressait à l’envers, en recevant à chaque analepse de nouvelles strates de passé.

Titre du Roman

Information sur le passé d’Adamsberg

L’Homme aux cercles bleus

Mathilde, la mère de Camille

L’Homme à l’envers

L’histoire d’amour avec Camille

Pars vite et reviens tard

L’histoire d’amour avec Camille (nouveaux détails)

Sous les vents de Neptune

Frère dont on n’a jamais entendu parler avant

Dans les bois éternels

Enfance dans les vallées d’Ossau et du Gave

  • 12 Fred Vargas, 2004, Sous les vents de Neptune, Paris, Viviane Hamy.

26Le personnage au présent semble en revanche plus statique, moins surprenant. Il évolue au passé, plutôt qu’au présent. De fait, même les événements actuels semblent se construire à rebours pour Adamsberg : à la fin de Pars vite et reviens tard, il a de nouveau des relations sexuelles avec son ex-compagne mais dans Sous les vents de Neptune12, il ne faut pas moins de quatre cents pages pour qu’il réalise qu’il est le père de l’enfant de Camille, né dans l’intervalle temporel élidé des deux romans. Cette compréhension rétrospective l’oblige à recomposer son propre passé, à la manière d’un archéologue du vivant. En résumé, les personnages de Fred Vargas évoluent plus par tranches de passé qui leur sont rajoutées, que par le lent étirement de leur présent.

27L’exploration méthodique du passé des hommes à travers les traces laissées par les animaux est le terrain d’origine de Fred Vargas. Cette quête initiale fournit à ses romans un vivier de héros surprenants, un bestiaire fantastique et désopilant, une source d’intrigues novatrices et captivantes. Mais l’archéozoologie est plus qu’une référence, un matériau pour la romancière. Cette discipline devient l’élément structurant, non seulement de chaque roman pris isolément, mais aussi de leur succession et de leur somme. Elle est aussi la matrice d’une inépuisable curiosité pour les mots. L’archéozoologue, nomade de génie, a su renouveler le genre du roman policier. Une étude minutieuse de la langue permettrait de le confirmer. Le fait d’être une femme en terrain de prédilection masculine joue-t-il un rôle dans ce renouvellement à la fois thématique, structurel et langagier ? Dans L’Homme aux cercles bleus, Mathilde, cette océanographe géniale qui s’amuse à suivre et observer les hommes, comme elle le fait avec les poissons, donne peut- être la clef du passage de la science à l’écriture, qui caractérise si fortement l’œuvre de Fred Vargas :

  • 13 Fred Vargas, 2002 [1992], L’Homme aux cercles bleus, éd. cit., p. 199-200.

Qu’est-ce qu’elle avait récolté à la surface de l’écorce [terrestre] en trois mois ? Un flic qui aurait dû être pute, un aveugle mauvais comme un teigne et caressant, un byzantiniste cercleur, une vieille tueuse. Une bonne récolte au fond. Pas de quoi se plaindre. Elle aurait dû écrire tout ça. Ça serait plus marrant que d’écrire sur les pectorales des poissons.
— Oui, mais écrire quoi ? dit-elle tout haut en se levant d’un bloc. Écrire quoi ? Pour quoi faire, écrire ?
Pour raconter de la vie, se répondit-elle.
Foutaises ! Au moins sur les pectorales, on a quelque chose à raconter que personne ne sait. Mais le reste ? Pour quoi faire, écrire ? Pour séduire ? C’est ça ? Pour séduire les inconnus, comme si les connus ne te suffisaient pas ? Pour t’imaginer rassembler la quintessence du monde en quelques pages ? Quelle quintessence à la fin ? Quelle émotion du monde ? Quoi dire ? Même l’histoire de la vieille musaraigne n’est pas intéressante à dire. Écrire, c’est rater. […]
Il était peut-être bien temps d’aller replonger dans une fosse marine. Et surtout, il était interdit de se demander pour quoi faire.
Pour quoi faire ? se demanda aussitôt Mathilde.
Pour se faire du bien. Pour se mouiller. Voilà. Pour se mouiller.13

28Un jeu de mots, n’est-ce pas déjà de la littérature ?

Notes

1 Fred Vargas, 1986, Les Jeux de l’amour et de la mort, Paris, Éd. du Masque, p. 26 : J.

2 Fred Vargas, 2002 [1992], L’Homme aux cercles bleus, Paris, J’ai lu, coll. « Policier », p. 191.

3 Fred Vargas, 2000 [1996], Un peu plus loin sur la droite, Paris, J’ai lu, coll. « Policier », p. 63-64.

4 Fred Vargas, 2000 [1995], Debout les morts, Paris, J’ai lu, coll. « Policier », p. 69 : D. Prix Mystère de la critique, 1996.

5 Fred Vargas, 1997, Sans feu ni lieu, Paris, Viviane Hamy.

6 Fred Vargas, 2002 [1992], L’Homme aux cercles bleus, éd. cit., p. 199.

7 Fred Vargas, 1999, L’Homme à l’envers, Paris, Viviane Hamy. Grand Prix du roman noir de Cognac, 2000.

8 Fred Vargas, 2001, Pars vite et reviens tard, Paris, Viviane Hamy. Prix des libraires, 2001.

9 Fred Vargas, 2006, Dans les bois éternels, Paris, Viviane Hamy, coll. « Chemins nocturnes ».

10 Fred Vargas, 2000 [1996], Un peu plus loin sur la droite, éd. cit., p. 101.

11 Fred Vargas, 2004, Salut et liberté ! suivi de La Nuit des brutes, Paris, Librio.

12 Fred Vargas, 2004, Sous les vents de Neptune, Paris, Viviane Hamy.

13 Fred Vargas, 2002 [1992], L’Homme aux cercles bleus, éd. cit., p. 199-200.

Auteur

Ancienne élève de l’École normale supérieure et agrégée de Lettres Modernes, P.R.A.G. à l’université de Nîmes. Elle rédige une thèse en littérature française du XXe siècle, « roman et autobiographie », sous la direction de J. Lecarme et J. Guérin

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search