Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Nomadismes des romancières contemporaines de langue française

 | 
Audrey Lasserre
, 
Anne Simon

Champs littéraires

Le problématique nomadisme des romancières algériennes

Christine Détrez

Full text

  • 1 Voir Saïd Edward, 1980, L’Orientalisme : l’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, ou Homi Bhabh (...)
  • 2 L’enquête consiste en effet à associer étude des textes et entretiens sociologiques avec les roman (...)
  • 3 Voir à ce sujet Christine Détrez et Anne Simon, 2006, À leur corps défendant : les femmes à l’épre (...)

1Le terme de nomadisme semble devenu, comme les mots hybridité et métissage, des incontournables de la pensée « postcoloniale », notamment contre l’image figée, passive et muette véhiculée par les discours coloniaux sur l’Autre1. L’enquête2 que nous menons sur les romancières algériennes permet d’interroger cette notion de nomadisme, et ce plus spécifiquement dans son sens de déplacement, non seulement d’un point de vue métaphorique, mais également en revenant au sens propre du terme : peut-on réellement parler de « nomadisme », ou même plus simplement de déplacement, pour les romancières algériennes, compte tenu des conditions structurelles de l’espace qui leur est ouvert ? L’espace et sa répartition en territoires féminins ou masculins sont particulièrement importants dès que l’on aborde les questions genrées, sans pour autant être des spécificités de la culture musulmane3. Mais l’espace est multidimensionnel et polysémique : à l’examen des contraintes de l’espace genré s’ajoute, dans le cas des romancières, la nécessaire prise en compte de l’espace éditorial, condition même de possibilité d’un éventuel nomadisme…

L’édition en Algérie, ou les conditions concrètes du nomadisme

  • 4 Nous renvoyons pour cette partie de notre article au mémoire de maîtrise réalisé par Claire Belet-(...)

2Entre l’Algérie et la France4, les frontières éditoriales semblent encore bien étanches, et ce dans les deux sens : il est ainsi extrêmement difficile pour un auteur algérien publié en France, qu’il soit homme ou femme, d’être diffusé en Algérie, les lois de l’édition étant ce qu’elles sont. Comme l’explique Marie Virolle :

  • 5 Marie Virolles, « La circulation des textes littéraires algériens : clivages et apories », à paraî (...)

il faut souligner l’inquiétant, grave et permanent blocage de la circulation des textes publiés en France, vers l’Algérie. […] En effet, les grandes maisons d’édition françaises, qui ont publié des auteurs algériens aujourd’hui connus, reconnus mondialement et dont les œuvres ont été traduites en diverses langues, ont la plus grande difficulté à accepter que des éditeurs algériens reproduisent ces textes. Ces grandes maisons ne concèdent pas de rachat de droits, mais ne supporteraient en aucun cas qu’il y ait un « piratage » du texte. […] La plupart de ces éditeurs ne veulent voir en l’Algérie qu’un marché pour leurs produits, et non pas un pays producteur de richesses intellectuelles qui voudrait pouvoir s’approprier ou se réapproprier ses potentialités créatives. Le cas de l’Algérie n’est d’ailleurs pas unique, il s’agit d’un rapport Nord/Sud assez classique, et toute l’Afrique francophone, notamment, est concernée par cette injustice5.

3Bien plus, pour les rares livres qui passent la frontière, leurs prix les rendent inabordables pour le lecteur algérien, compte tenu des surtaxes des livres à l’importation. Mais la réciproque est également vraie : il est quasiment impossible pour un auteur algérien publié en Algérie, qu’il soit homme ou femme, d’être lu en France, étant donné l’absence de diffusion en dehors du pays. La Méditerranée semble ainsi infranchissable, et même les tentatives de coédition sont très rares et périlleuses : les éditions Marsa ont ainsi dû renoncer à leur tentative d’édition simultanée en France et en Algérie, et le partenariat Barzakh/Éditions de l’Aube est fragile. À ces difficultés de diffusion s’ajoutent les embûches mêmes au moment de l’édition. Les possibilités offertes à l’édition francophone sont extrêmement limitées, compte tenu de l’organisation problématique du secteur éditorial en Algérie et de la faible demande, pour laquelle se conjuguent les effets de divers facteurs : une pratique de lecture de presse davantage que de livres, les effets de la campagne d’arabisation, et une place minoritaire laissée à la culture. Une de nos enquêtées, journaliste et romancière, met ainsi l’accent sur l’indigence des pages culture des quotidiens de presse (hormis El Watan, et la critique de Boudjedra dans La Voix de l’Oranie), ayant elle-même démissionné du quotidien Liberté après la suppression de sa page culture. Analysant les critiques littéraires de la presse, Claire Belet-Mazari montre par ailleurs que l’accent est surtout mis sur la facilité de lecture de l’ouvrage.

  • 6 Miliani Hadj, 2002, Une Littérature en sursis ? Le Champ littéraire de langue française en Algérie(...)
  • 7 Comme le souligne Claire Bélet-Mazari, après s’être investis dans le secteur éditorial public de m (...)

4L’édition en Algérie a longtemps été monopolisée par l’édition nationale (la SNED jusqu’en 1984, ENAL jusqu’en 1997, ENAG, ANEP…). Celle-ci favorisait peu les inédits, au profit le plus souvent d’édition de classiques français, ou d’édition d’auteurs algériens édités en France. Ce n’est ainsi qu’en 1989 que paraîtra à l’ENAG une réédition d’un roman de Bourboune, suivi de l’œuvre complète de Mouloud Feraoun (sortie au Seuil dans les années soixante et soixante-dix) et, en 1992, le roman d’Assia Djebar, Loin de Médine, auparavant publié par Albin Michel en 1991. D’après Hadj Miliani6, le seul auteur inédit édité par l’ENAG serait une femme, Leïla Hamoutène. À partir des années quatre-vingt, puis à nouveau au cours des années quatre-vingtdix, apparaissent des maisons d’éditions privées. L’absence de subventions rend cependant les possibilités de survie de l’édition privée francophone très aléatoire7. Les maisons privées (par exemple Bouchène, Laphomic, Dahlab qui apparaissent timidement dans les années quatre-vingt et Les Andalouses, Casbah, Marinoor, Chihab, Marsa, Barzakh dans les années quatre-vingtdix) ne peuvent survivre avec un catalogue de littérature uniquement, et publient dès lors beaucoup de livres scolaires, de livres pratiques ou de livres religieux. La littérature francophone ne constituait ainsi que 8 % du catalogue des éditions Casbah, condamnée néanmoins à la fermeture, tout comme Dahlab, Laphomic ou Marinoor… La diversification éditoriale est, dans les faits, une des garanties de survie : les éditions Barzakh, qui ne publiaient que de la littérature, après avoir frôlé la faillite, ont également dû ajouter au catalogue des livres scolaires, ce que certains puristes ne sont pas sans leur reprocher…

  • 8 Christiane Chaulet-Achour, 1999, Noûn : algériennes dans l’écriture, Biarritz, Atlantica-Séguier.

5Mais publier en France quand on est une femme algérienne n’est pas sans contrainte : ainsi, Christiane Chaulet-Achour évoque, dans Noûn8, la mode des maisons d’éditions françaises qui se doivent d’avoir « leur » Algérienne. Cet engouement mène évidemment à des horizons d’attente bien déterminés, qui peuvent fonctionner comme autant de ghettos : l’exotisme des Mille et une nuits, ou, variations sur le mode du témoignage, le livre « sur la condition de la femme » ou sur la décennie noire du terrorisme en Algérie. Si ces horizons d’attente touchent les écrivains hommes et femmes, ces dernières sont bien évidemment prises comme témoins privilégiées de la situation de la femme, forcément victime, opprimée, enfermée et voilée. De même, publier en France, et donc être lue par des Français, peut amener à l’inflation du paratexte : notes de bas de page, glossaires, mots en italique expliqués dans le corps du texte, fonctionnent comme autant de traductions des mots ou traditions arabes auprès du destinataire « territorial ».

  • 9 Les entretiens qui servent de matériau à notre enquête ont été réalisés avec de romancières algéri (...)

6À ces difficultés de déplacements éditoriaux, où, comme on le voit, la Méditerranée semble difficile à franchir, s’ajoutent les entraves propres au « nomadisme » des femmes algériennes, même romancières9

Le nomadisme ou comment se déplacer…

7Éditer quand on est une femme en Algérie revient à se déplacer, que ce soit symboliquement ou concrètement.

8Métaphoriquement, le déplacement produit par l’écriture peut être entendu comme une sortie de sa place, et de la place laissée aux femmes, considéréescomme mineures par le Code de la Famille datant de 1984. Une de nos enquêtées évoque ainsi son époux : « le soir c’est mon mari, le jour il est mon père. » Le déplacement que constitue la prise même de parole est devenu un thème commun des ouvrages sur la littérature féminine algérienne. Ainsi, selon Monique Gadant,

  • 10 Monique Gadant, 1995, Le Nationalisme algérien et les femmes, Paris, L’Harmattan, p. 271.

parler de soi, parler en public (écrire) en termes personnels est, pour une femme, une double transgression : en tant qu’individu abstrait alors qu’elle est en réalité l’objet même de tous les interdits, celle dont on ne doit pas parler, celle qu’on ne doit pas voir, celle qu’on n’est pas censé connaître, qui doit passer inaperçue. Aussi la femme qui parle d’elle-même parle du privé, du monde secret que l’homme ne doit pas dévoiler. La femme est celle qui n’a pas parole et qui n’a pas de nom, celle que les hommes ne doivent pas évoquer en public autrement que par l’impersonnel « comment va ta maison ? » Si elle s’empare de l’écrit, elle s’emparera de la parole et menacera la règle de la séparation des sexes (infiçal), condition d’existence de la société. Elle violera la Loi que les hommes eux-mêmes doivent respecter. Il est donc interdit deux fois à la femme de parler (d’elle)10.

  • 11 Les conditions même de l’échantillonnage, liées au possibilités d’édition énoncées précédemment, a (...)

9Certaines romancières, de même, insistent sur la nécessité de prendre un pseudonyme. En dehors même des menaces liées à la publication lors des années de terrorisme, elles mettent en avant l’impossibilité de rendre public le nom de l’époux : elles reprennent alors le nom de jeune fille (Rafia Mazari) ou s’inventent un patronyme (Maïssa Bey, Bey étant le nom d’une de ses ancêtres maternelles ; Fatiha Nesrine, le mot nesrine désignant une espèce de roses fleurissant sur l’île de son enfance, chez son grand-père maternel, reliant ainsi également la romancière à la filiation maternelle…). Ce souci de ne pas impliquer le nom du mari est lié au souci de ne pas impliquer la belle-famille mais également à la situation sociale du mari : dans notre échantillon, les romancières sont de milieu favorisé, voire très favorisé, notamment celles interrogées à R***11, et leurs époux sont neurologue, chirurgien, avocat, magistrat, etc.

10Écrire est, effectivement, se déplacer de son rôle, et ce de façon quotidienne. Car il s’agit bien d’une lutte pour l’espace, pour conquérir, au sens premier du terme, une place à soi, un temps pour soi. Même si toutes nos enquêtées sont, nous l’avons précisé, de milieu favorisé, et ont une aide ménagère, toutes les tâches ne peuvent pas également être déléguées. « Je ne mangerai rien qui n’aura été préparé de ta main », a ainsi rétorqué son mari, chirurgien, à une de nos romancières qui avait tenté de lui servir des poivrons préparés par l’aide ménagère. De même, une autre auteure insiste sur cette lutte concrète pour avoir « sa » place pour écrire :

  • 12 Entretien réalisé par Pierre Mercklé dans le cadre du projet.

Plusieurs fois quand je voulais écrire quelque chose, j’étais souvent avec une poêle ou… une cocotte qui allait… qui brûlait… donc qu’est-ce que je faisais ? J’étais partagée, je prenais des bouts de papier, des fois du papier hygiénique à côté de moi, des fois du journal, donc je mettais mes… mes idées… qui me venaient, et après, j’allais ramasser tous mes papiers, mais je ne me retrouvais pas… J’ai changé de tactique, je me levais très tôt, quatre heures et demie du matin. J’ai pris cette décision, et je me levais. Donc je pouvais écrire, écrire, écrire, et… à sept heures, quand…, sept ou huit heures quand tout le monde commence à bouger, j’étais là…, je devais arrêter. Il fallait arrêter12.

11Selon les propres termes de l’enquêtée, c’est ainsi une véritable guerre, qui s’installe :

j’ai fait la guerre à la maison, j’ai installé… une petite guerre. Et je me suis mise à jouer… à jouer au chat et à la souris, dès que j’entendais mon mari qui rentrait…, je mettais… même je suis arrivée à cacher mes écrits avec un drap ! […]. Ça a été très très dur, difficile, même au niveau de la famille, ils me prenaient pour une dingue : — Qu’est-ce qui te… qu’est-ce qui te manque ? Qu’est-ce que tu vas chercher ? T’as un mari, t’as des enfants, t’as des filles à marier, tu devrais penser plus à tes filles, tu vas… Qu’est-ce que tu es en train de faire ?… […] J’ai fait la grève ! Je voulais plus manger… Je voulais plus… — Je vous ai préparé à manger, je vais écrire. J’ai le droit ?… — Ta chemise elle est prête, elle est repassée, tes affaires elles sont en place, tu manques de rien, qu’est-ce tu veux ? — Non, je veux… que tu me reçoives à la porte ! Parce que c’est des habitudes chez nous, bon… […], j’ai installé une guerre. D’une part je culpabilisais, de l’autre côté je les culpabilisais eux. Pourquoi ils me donnent pas, à moi, un espace… un moment à moi ? Pourquoi je dois exister rien qu’à travers eux ?

  • 13 Ibid.
  • 14 Pour référence, le salaire moyen d’un instituteur est de 150 euros par mois.

12Le déplacement symbolique se double d’un déplacement matériel. Comme l’a bien montré Pierre Bourdieu, l’espace est une contrainte qui réfracte et redouble les contraintes sociales. Ainsi, les auteures que nous avons enquêtées sortent, travaillent, ont une vie sociale. Néanmoins, si les limites ne sont plus cantonnées aux murs de la maison, les contraintes n’en sont pas moins réelles, même si elles n’apparaissent pas à première vue. Une anecdote permet d’en rendre compte : les auteures que nous avons interrogées à R*** sont publiées à compte d’auteur chez un libraire-éditeur. La plupart dénoncent les conditions d’exploitation de cet éditeur, « qui se promène avec un cigare, un genre de despote, un genre de… de… de Pinochet, à la Pinochet, il est arrogant euh… analphabète bien sûr euh… mais qui parle des livres et qui brasse l’argent des livres13 ». De son côté, une autre auteure nous dit qu’il lui demande, connaissant la situation favorisée de son mari, de plus en plus d’argent (environ 600 euros pour un livre)14 :

  • 15 Il est intéressant de lire, en contraste, la description qui est faite de cet éditeur dans le quot (...)

Et je dis moi je ne travaille pas. Je peux pas vous donner cet argent. Il me dit : votre mari est bâtonnier. Mon mari est bâtonnier certes, mais… c’est lui ! C’est pas moi ! C’est moi qui écris, c’est lui qui est bâtonnier. Moi je n’ai pas d’argent. Il vous donne pas ? Allez… Votre argent c’est son argent. Son argent c’est votre argent. … Bon, allez, on va partager faire… partager la poire en deux. Vous allez payer 30 000 euh… 30 000 c’est-à-dire 30 briques, euh… 300 euros. […] — Allez votre mari il va vous donner, faut pas me faire croire, il s’était permis de me… de me parler familièrement euh… Sur ce, mon mari me dit : paye-le ! Allez, paye, et tu te fais ton livre. Sinon… tu vas jamais publier. Et mon mari il me jette l’argent, il me dit : tiens allez paye-le et… il nous fout la paix, et que tu aies ton livre15.

  • 16 Aucune n’émet la possibilité d’envoyer le manuscrit par la poste. Il est vrai que les anecdotes ab (...)

13Et la même de conclure : « En fait y a une part de cette liberté qu’il nous prend et qui lui appartient, maintenant. […] Mais comment en sortir ? Comment en sortir ? » La réponse qui nous semble évidente serait d’aller voir ailleurs… sauf qu’Alger, pour ces femmes qui n’ont pas toutes le permis, est loin. Et même pour celles qui ont le permis, être rentrée chaque soir, pour le mari et les enfants, interdit, concrètement, d’aller voir ailleurs16. Le caractère exceptionnel de la sortie à Alger apparaît dans la détermination de cette enquêtée, passionnée d’art floral, à assister à un congrès d’ikebana, qui dit « avoir supplié son mari » et y être allée « accompagnée par son fils ».

Résistances et réaménagements

  • 17 Claude Grignon et Jean-Claude Passeron, 1989, Le Savant et le Populaire, Paris, Seuil.
  • 18 Analyse thématique qui est menée dans le projet.

14Mais comme le remarquaient déjà Claude Grignon et Jean-Claude Passeron17, ce n’est pas parce qu’un étau est serré qu’il n’y a aucun jeu. De même, malgré ces cadres contraignants, par l’écriture, les femmes vont gagner un peu de jeu, de place, d’espace. Sans en dénier l’intérêt, ce n’est pas l’analyse thématique des œuvres qui nous intéresse ici18, mais les effets de l’activité même de l’écriture.

15En premier lieu, les romancières interrogées insistent sur l’explosion de l’espace intérieur, la fuite, l’évasion mentale. Si cette transgression des limites peut sembler un pis-aller, elle n’est pas à négliger, étant donné l’importance que nos enquêtées lui accordent : « Mais en fait je n’existais pas, pour moi, avant. Je n’existais que pour… J’existais… pour mon mari, pour mes enfants, pour ma famille […]. Mais donc quand j’arrête [d’écrire], je suis en extase. C’est moi ! Je suis très bien ! Je vis… je vis intensément. Des moments intenses ! »

16L’écriture est ainsi une échappatoire, un exutoire, comme le révèle l’analyse du mot « souci » utilisé dans le poème d’une de nos enquêtées :

Certains se noient dans leurs soucis, ne voient souvent que peine […] Eux s’oublient dans la tristesse des soucis… En fait c’est moi qui suis dans ce gouffre, je m’oublie, puis je lève la tête, le regard, de mes soucis, je me dis…, et je dis : Je m’oublie dans le jaune des soucis / Évasion à travers les autres, comme si… [inaudible] / Eux restent prisonniers des soucis / Attendent résignés la mort et ses dents de scie / J’appelle mes amis qui montrent leur suprématie / Je suis un papillon, et je vole sans souci / Mais ce n’est qu’un instant volé à mes soucis.

17Le quotidien El Watan, citant Saint-John Perse pour référencer le livre de Nassera Belloula, ne croit pas si bien dire : « Écrire pour mieux vivre », Saint-John Perse aurait pu inventer cette réponse lapidaire rien que pour résumer la condition des écrivaines algériennes et leur motivation première. Car « mieux vivre » peut également être pris au sens premier : par l’écriture, ces femmes vont s’inventer une forme de nomadisme, à leur échelle, se déplacer concrètement et géographiquement. Ainsi, les auteures que nous avons interrogées à R*** nous ont dit avoir négocié auprès de leurs maris pour assister à des stages d’écriture, et obtenu le droit d’y participer. Elles ont également argumenté et obtenu le droit d’assister à des conférences (dont un colloque que nous avions organisé dans cette ville), aux séances de lecture organisées par leur association de femmes ou aux signatures organisées par la librairie qui les édite. De façon encore plus manifeste, une de nos enquêtées, enfermée pendant ses trente-huit premières années (« j’étais une fille hejbâna, qui voulait dire gardée à la maison, qui ne sortait plus »), parvient à gagner le droit de travailler dans un journal, d’abord par des piges par correspondance, puis par demi-journée, enfin à temps plein : tout a commencé par la publication de poèmes, par l’entremise des professeurs des cours qu’elle suivait par correspondance.

18La négociation est certes permanente, ce qui montre bien que rien n’est jamais acquis : le colloque ayant terminé avec retard, et une invitation improvisée ayant été lancée par la radio locale, deux des femmes sont rentrées bien plus tard qu’à l’accoutumée. L’une nous dira avoir dû « se montrer gentille » avec son mari, l’autre raconte une anecdote qui pour être plus légère n’en est pas moins éloquente. Elle soupçonne en effet son mari d’avoir acheté deux mérous pour les lui faire cuisiner à son retour :

Il achète euh… deux mérous, euh… Alors il a dit : — On me les a offerts. Je sais pas… je doute. Donc je… Et quand je rentre… à cette heure tardive, hier, et je trouve les deux poissons, euh… ben le… l’heure tardive… nettoyer d’accord, mais il fallait… Vous avez mangé ? Non non on a mangé, je fais…, je vais les cacher dans… on va manger demain du mérou, il faut que je sois présente comme ça demain aussi, c’est… on n’a pas terminé, alors je lui dis : — Tu sais on va les mettre au congélateur et on les mangera à midi, tu veux bien ? J’ai été d’une… d’une douceur euh…, de peur de le…

19De la même façon, le proverbe « cent fois sur le métier remettre son ouvrage » prend ici tout son sens, quand il s’agit, concrètement, de remettre en place ses feuillets, dérangés par le mari ulcéré :

Quand il cherchait des choses et qu’il était ennuyé ou embêté, il foutait tout… il foutait tout en l’air. Pour m’embêter pour me… me faire… perdre du temps… […] C’est tout dérangé. Tout dérangé. Donc euh… Et pour classer non, c’était pas classé. C’était pas… c’était… je me… je me… vraiment j’étais révoltée, j’étais… humiliée, j’étais… mais je classais avec résignation, je reclassais.

20Ces résistances, qui peuvent nous paraître infimes (remettre au lendemain la préparation du mérou, ranger ses feuilles et recommencer…), sont signifiantes, puisqu’elles nous sont énoncées comme telles. Cela ne signifie pas que ce soit sans douleur, morale et physique : la « gentillesse » sexuelle obligée, les coups que la même nous dit recevoir, ou la souffrance morale de la guerre au jour le jour : « J’ai souffert… Mais avec le temps, j’ai appris à… à me… à me structurer un peu, à gérer ce… Je… je n’étais plus euh… une personne, j’aimais les miens, mais j’arrivais pas à leur montrer, ils m’avaient pas compris. C’était très dur, vraiment. »

21Le déplacement est également celui des regards des autres, et notamment des hommes de la famille, mari, frères, beaux-frères, etc. En effet, le regard des maris sur l’écriture oscille, selon nos enquêtées, le plus souvent entre indifférence et mépris. Souvent, il s’agit à leurs yeux d’une activité sans grande importance, une alternative aux après-midis « thé et gâteaux », et la valeur esthétique des écrits n’est jamais considérée en tant que telle :

mon mari : Il m’a toujours dénigrée ! […] il croyait que… euh… je m’amusais, ou que c’était des… des grafouillis, comme disait… Aragon. « Mes grafouillis »… Oui, mes grafouillis. […] Tu vois même avec mon mari il m’a sous-estimé au départ. Il m’a dit : t’as pas copié ? T’as pas… cherché ?… T’as pas pris dans autre chose, dans des trucs ?… Y a l’idée que t’as copié, que… J’ai dit non, t’en fais pas. C’est MES écrits, c’est MOI.

22Mais avec la publication, même à compte d’auteur, le regard change.

— Alors ceux qui n’ont pas cru en moi au début, ils m’apprécient à ma juste valeur. […] Mes frères d’abord… mon frère il est médecin, il était arrogant, euh… avec moi. Là maintenant il est… il est… il en parle avec son fils il dit : regarde, regarde c’est ta tante qui a écrit ce livre, et il lui dit : regarde, ça c’est ta tante, va l’embrasser, dis-lui euh… Félicitations ! Ça mon frère… je l’ai jamais entendu avant… j’aurais jamais pensé qu’il le ferait.
Q : Parce qu’avant il t’avait jamais dit euh ?…
— Non il m’a toujours rabaissée. Qu’est-ce que tu es en train d’écrire ? Si tu écrivais… Tu veux, tu veux… écrire comme euh… Victor Hugo ou Baudelaire ou tu vas égaler… hein, qu’est-ce que tu crois que tu vas faire, allez hein ?… […] Et… il me dit… il termine sa phrase : ben va prendre le Coran et… Essaie de le déchiffrer, ça vaudra mieux pour toi.

23Écrire est ainsi prendre une revanche, qui peut se manifester sur des terrains apparemment incongrus comme le scrabble : effet secondaire, l’écriture permet en effet, par les recherches dans le dictionnaire, de connaître de nouveaux mots… et de renverser une situation établie depuis des années :

Bon, moi, j’ai appris beaucoup de lui. Mais je l’ai dépassé ! [elle rit] Je pense que je l’ai dépassé puisque je le gagnais… Alors voilà. Et certains mots, je lui apprends. Comme par exemple la dernière fois, je lui dis : tu sais ce que ça veut dire « palimpseste » ? [elle rit] Il me dit : non. Alors je lui dis voilà… voilà… j’ai découvert ce mot, c’est… Y a deux ans que je l’ai découvert […] Alors je lui dis, tu sais, « palimpseste », ça veut dire ça. — Ah je connaissais pas. — Tu vois je t’ai appris un mot ! — Ah voilà c’est terminé, tu sais mieux que moi les choses maintenant, ça y est, tu m’as dépassé.

24Le simple fait d’écrire, même exploitée par un libraire-éditeur avide de gains, aboutit ainsi à un véritable déplacement, géographique et symbolique. Or ce déplacement, bien réel, ne pourrait être appréhendé dans une vision légitimiste du champ éditorial, ou des rapports sociaux de sexe : ces auteures n’agissent que peu sur la constitution du champ, sur les rapports hommes/femmes en général, et pour la plupart, leurs écrits ne révolutionneront pas l’histoire de la littérature algérienne. Néanmoins, dans cette prise d’écriture, réside un changement indéniable de leur quotidien. Laissons notre enquêtée conclure :

— Pour être honnête c’était ma revanche. Ces livres, c’est ma revanche [silence] que… on ne peut… on ne doit pas sous-estimer… comme on dit en arabe mais je le traduis en français… comment on dit ?… on ne doit pas mésestimer une petite branche, elle peut vous aveugler. Je traduis de mot à mot.

Notes

1 Voir Saïd Edward, 1980, L’Orientalisme : l’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, ou Homi Bhabha, 2005 [1994], The Location of Culture, New York, Routledge.

2 L’enquête consiste en effet à associer étude des textes et entretiens sociologiques avec les romancières afin de retracer leurs conditions et trajectoires d’écriture. Cet article s’inscrit dans le cadre d’une recherche collective, financée par le Fond de solidarité prioritaire MSH-MAE, Maghreb France, « Écrire sous/sans voiles : Femmes, écritures et Maghreb », dirigé par Christine Détrez.

3 Voir à ce sujet Christine Détrez et Anne Simon, 2006, À leur corps défendant : les femmes à l’épreuve du nouvel ordre moral, Paris, Seuil.

4 Nous renvoyons pour cette partie de notre article au mémoire de maîtrise réalisé par Claire Belet-Mazari, à paraître aux éditions Marsa.

5 Marie Virolles, « La circulation des textes littéraires algériens : clivages et apories », à paraître aux éditions Marsa.

6 Miliani Hadj, 2002, Une Littérature en sursis ? Le Champ littéraire de langue française en Algérie, Paris, L’Harmattan, coll. « Critiques littéraires », p. 50.

7 Comme le souligne Claire Bélet-Mazari, après s’être investis dans le secteur éditorial public de manière exagérée, ce qui a encouragé la médiocrité des publications, les pouvoirs publics s’en détournent aujourd’hui, laissant les petits éditeurs privés émergeants face à de réelles difficultés financières. En effet, il existe bien un fonds d’aide à la création, mais celui-ci est géré de manière opaque par une structure bureaucratique du ministère de la Communication et de la Culture. De plus, il n’existe en Algérie ni tradition de mécénat, ni tissu d’entrepreneurs privés tournés vers un investissement dans la production et la diffusion artistique. Néanmoins, elle se fait écho de ce qui pourrait paraître un nouvel engouement pour le livre, souligné par la création de l’Association des libraires algériens, en 2000, et la réouverture, la même année, du Salon international du livre d’Alger. On peut aussi souligner le rôle des revues Étoiles d’Encre et d’Algérie Littérature Action.

8 Christiane Chaulet-Achour, 1999, Noûn : algériennes dans l’écriture, Biarritz, Atlantica-Séguier.

9 Les entretiens qui servent de matériau à notre enquête ont été réalisés avec de romancières algériennes habitant en Algérie, publiant en France dans des maisons à compte d’éditeur ou à compte d’auteur, à Alger à compte d’éditeur, ou dans une grande ville que nous appellerons R*** à compte d’auteur. D’autres entretiens ont été menés également avec des romancières algériennes habitant en France et publiant en France à compte d’éditeur ou à compte d’auteur. L’anonymat des auteures est respecté.

10 Monique Gadant, 1995, Le Nationalisme algérien et les femmes, Paris, L’Harmattan, p. 271.

11 Les conditions même de l’échantillonnage, liées au possibilités d’édition énoncées précédemment, amènent à cette sélection : à R***, les femmes interrogées publient à compte d’auteur, chez un libraire-éditeur. Le coût de ces publications sélectionne d’emblée les femmes pouvant éditer… Le déplacement, symbolique ou géographique, a ainsi souvent un coût financier non négligeable.

12 Entretien réalisé par Pierre Mercklé dans le cadre du projet.

13 Ibid.

14 Pour référence, le salaire moyen d’un instituteur est de 150 euros par mois.

15 Il est intéressant de lire, en contraste, la description qui est faite de cet éditeur dans le quotidien national El Watan le 9 décembre 2004 : « Ces derniers mois D*** s’est fait un devoir de publier beaucoup d’auteurs algériens, tombés dans les filets de l’ingratitude et de l’oubli. L’édition féminine notamment dans sa version romanesque est en net essor, nous apprend le directeur de la maison d’édition. Des femmes de l’intérieur du pays qui n’exercent pas mais qui sont intégrées dans la vie active. Elles se comptent par dizaines et animent régulièrement des ventes-dédicaces dans un cadre superbement agencé pour les rencontres littéraires qui s’y déroulent régulièrement. »

16 Aucune n’émet la possibilité d’envoyer le manuscrit par la poste. Il est vrai que les anecdotes abondent de manuscrits perdus. Ainsi, Zineb Ali-Benali témoigne du trajet de la nouvelle Sombres Corridors de Nawal Djabali, Grand Prix de la Méditerranée en 2003 : après avoir été perdu par la poste deux fois, le manuscrit est amené par les parents venus spécialement en bus de Constantine (soit 900 km) : « On sera sûrement étonné en découvrant les difficultés qu’il leur faut surmonter pour en arriver là et devenir visibles […]. À travers l’histoire de son voyage pour devenir texte, on retrouve une histoire de résistance tenace et sans éclats, qui travaille non pas à une révolution, mais à une percée pour une petite chose précise » (Ali-Benali Zineb, 2004, « Quelles nouvelles des femmes de la Méditerranée ? Elles écrivent », in Christiane Veauty, Marguerite Rollinde, Mireille Azzoug (dir.), Les Femmes entre violences et stratégies de liberté. Maghreb et Europe du Sud, Éditions Bouchene, p. 189).

17 Claude Grignon et Jean-Claude Passeron, 1989, Le Savant et le Populaire, Paris, Seuil.

18 Analyse thématique qui est menée dans le projet.

Author

Ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée de Lettres et docteure en Sociologie. Elle est actuellement maître de conférences à l’ENS-LSH et dirige le projet international et interdisciplinaire FSP France-Maghreb, « Écrire sous/sans voile : femmes, Maghreb et écritures ». Elle est l’auteure de Et pourtant ils lisent (avec C. Baudelot et M. Cartier, Seuil, 1999), La Construction sociale du corps (Seuil, 2002) et À leur corps défendant : les femmes à l’épreuve du nouvel ordre moral (avec A. Simon, Seuil, 2006)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Terms of use: http://www.openedition.org/6540