Version classiqueVersion mobile

Nomadismes des romancières contemporaines de langue française

 | 
Audrey Lasserre
, 
Anne Simon

Women’s Land

Texte intégral

  • 1 Gilles Deleuze et Félix Guattari, 1980 [1976], « Introduction : Rhizome », in Capitalisme et Schiz (...)

« Écrire n’a rien à voir avec signifier, mais avec arpenter, cartographier, même des contrées à venir1. »

  • 2 Nous employons le féminin des termes « écrivain » et « auteur », puisque nous estimons que l’emplo (...)

1L’ouvrage que l’on va lire est issu d’un colloque international et pluridisciplinaire qui s’est tenu à l’université Sorbonne nouvelle-Paris 3 en janvier 2007. Sociologues, philosophes et critiques littéraires des États-Unis, de Grande-Bretagne et de France se sont joint(e)s à plusieurs écrivaines2 pour examiner la question des nomadismes d’un certain nombre de romancières contemporaines de langue française.

  • 3 Voir Christine Détrez et Anne Simon, 2006, À leur corps défendant : les femmes à l’épreuve du nouv (...)

2Cette réflexion a débouché sur un constat partagé qui, pour n’être pas alarmiste, n’en est pas moins préoccupant. En effet, on taxe encore fréquemment ces romancières d’intimisme, de clôture narrative sur la sphère du privé et du corporel, de focalisation sur l’affect, le familial ou le psychique. Héritière d’une culture éditoriale où la créatrice était reliée à l’épistolaire, à la romance et au foyer, de combats pour se trouver « une chambre à soi », voire d’une conception essentialisante de « l’écriture féminine », aujourd’hui remise en cause, l’analyse des productions contemporaines témoigne encore d’une histoire littéraire où le « tota mulier in utero3 » reste de mise. Pourtant, l’ouvrage présent voudrait le montrer, que ce soit d’un point de vue textuel, générique, social ou politique, cette réduction de la littérature contemporaine féminine à l’auto-enfermement ne rend pas compte d’un champ créatif beaucoup plus complexe. Déclassements par le haut ou le bas ; métissages identitaires et transgressions sociales ; traversées d’espaces démultipliés, qu’ils soient géographiques, corporels ou politiques ; attachement aux déplacements stylistiques et à la reformulation de genres diversifiés ; tentatives de reconfiguration d’un champ éditorial et critique encore nettement focalisé sur les productions masculines ou franco-françaises, sont autant de signes d’un nomadisme généralisé indiquant une volonté de décentrement des questionnements et des enjeux traditionnels. Pour mettre au jour ce déplacement permanent des problématiques, il importait de puiser directement à la source féconde de la création contemporaine : à la table ronde du colloque, qui a réuni des écrivaines aussi différentes et passionnantes que Maïssa Bey, Régine Detambel, Pierrette Fleutiaux ou Zahia Rahmani, a répondu en écho notre désir de placer cet ouvrage sous le signe de la production vive, sans laquelle l’activité critique n’aurait pas lieu d’être. Quatre écrivaines ont généreusement répondu à l’appel, fournissant des inédits sur leur conception personnelle du nomadisme littéraire qui inaugureront chaque partie de ce recueil : les échanges difficiles mais féconds entre deux langues, deux cultures, deux territoires (Vénus Khoury-Ghata), l’ubiquité autorisée par les paradoxes de la mémoire et de la temporalisation, par les transferts permanents entre réel et imaginaire (Annie Ernaux), l’arrachement à l’enracinement généalogique permettant la (re)naissance de soi (Régine Detambel), ou l’embarquement dans la « caravane des phrases » et le voyage au long cours sur l’océan de la page (Pierrette Fleutiaux), témoignent de façons (au sens de façonnage) multiples et de déterritorialisations diversifiées.

  • 4 Nouvel Observateur, 26 août 1999.
  • 5 Titre d’une série d’entretiens réalisés par France Inter lors de l’été 2001. Voir Audrey Lasserre, (...)
  • 6 Sur la différence de traitement médiatique entre écrivains et écrivaines, les secondes étant fréqu (...)
  • 7 Voir un autre article de Delphine Naudier, 2004 : « Annie Ernaux : un engagement littéraire et une (...)

3De fait, le pluriel liminaire associé au terme « nomadisme » vise à une première mise en garde : l’objectif de ce recueil n’est pas d’enfermer des romancières différentes les unes des autres dans « un » genre féminin les conduisant à une production univoque en son fond, mais, à partir d’un axe directeur central, de marquer la pluralité des trajectoires scripturales empruntées. On aurait aimé que le parti pris d’un ouvrage centré exclusivement sur la production féminine contemporaine n’aille pas de soi ; de fait, il ne correspond pas, pour les organisatrices du colloque comme pour l’ensemble des participant(e)s, à une prise de position essentialisante visant à regrouper les écrivaines sous l’angle de leur sexuation, mais à un constat politico-social qui n’en finit pas de durer, sous des formes plus ou moins larvées. Les récurrentes couvertures médiatiques sur les « nouvelles barbares4 » ou les « scandaleuses5 », buissons6 stéréotypés masquant une forêt constituée d’arbres divers ; le fait que quelques grands noms soient parvenus à se faire une place dans le champ institutionnel, parfois non sans ambivalence – qu’Assia Djebar soit femme et algérienne a pu jouer un rôle dans son élection à l’Académie française, sa double appartenance à une « minorité » académicienne permettant d’élire une seule personne pour le prix de deux… – ne doivent pas leurrer le public. Delphine Naudier comme Christine Détrez le marquent chacune dans la partie « Champs littéraires », l’écriture, la publication, la diffusion de la production féminine restent encore majoritairement sou mises à des modalités et des impératifs éditoriaux inégalitaires7. Les champs éditoriaux, qu’ils soient « franco-français » ou « périphériques », termes révélateurs, sont constitués de routes répertoriées, de points de passages obligés, de panneaux indicateurs, mais aussi de croisements, de traverses et de détours, d’oasis et de déserts… Dominique Combe relève ainsi, en revenant sur le parcours de l’écrivaine Régine Robin, que la catégorie complexe des « écritures migrantes », originaire du Québec, peine en France à s’imposer, et avec elle les dimensions plurielles des problématiques de l’exil et de l’altérité. Se fondant sur de nombreux entretiens menés in situ, Christine Détrez rappelle, quant à elle, qu’il n’est tout simplement pas évident, quand on est algérienne, de quitter la sphère du foyer pour celle de l’écriture, voire de traverser la Méditerranée, tant sur le plan concret que symbolique. À partir de l’exemple précis du roman policier revitalisé par Fred Vargas, Séverine Gaspari montre que l’entrée en littérature de l’écrivaine s’effectue dans un champ littéraire dévolu, en tout cas en France, au masculin, et que des transversales disciplinaires, entre science (histoire et archéozoologie en l’occurrence) et création, sont susceptibles de fluidifier les frontières du paysage académique. Il ne pouvait être question d’ignorer l’ensemble de cette cartographie éditoriale, pour des raisons de principe qui nous auraient plutôt portées à associer écrivains et écrivaines dans un même ouvrage. Comme l’exemplifie l’article final de Delphine Naudier, il était selon nous important, à l’intérieur de ce regroupement essentiellement arbitraire et socialement pertinent, de mettre en relief la diversité des productions assumées par des femmes afin de les sortir de leur « assignation à résidence », qu’elle soit « sexuée », identitaire ou nationale, et de rendre compte des stratégies que certaines déploient pour se défaire de ces marqueurs inhibiteurs.

4À partir de ce panorama socio-historique, il devenait possible, dans une seconde partie consacrée aux voix et à leurs dévoiements, d’opérer un travail de sonde sur les positionnements du ou des sujet(s) de l’écriture. Anne Simon montre comment le genre autobiographique se trouve déplacé et renouvelé par Annie Ernaux, grâce à une dialectique entre exposition de soi, dénégation et retrait qui conduit à une démultiplication des identités. La polyphonie et la question des voix narratives sont bien sûr au centre de cet examen du sujet écrivant. Analysant l’utilisation d’une voix narrative omnisciente et démiurgique dans les romans de Nancy Huston, Diana Holmes donne toute sa valeur au choix assumé du récit, d’une écriture transitive à visée universelle. Anne Mairesse, se penchant sur Anne Garréta et Lydie Salvayre, examine quant à elle les « traversées du genre » que mettent en œuvre ces romancières, pour faire saillir les fonctions, les objectifs mais aussi les valeurs sociales et symboliques d’un recours à un narrateur masculin ou inidentifiable quant au genre (gender). L’analyse de cet impact des stéréotypes sociaux et des modalités contemporaines d’exhibition du moi permet à Éliane DalMolin de clore cette partie, par un retour sur les échanges, tantôt féconds, tantôt aporétiques, entre téléréalité et écriture fictionnelle chez Annie Ernaux, Lydie Salvayre et Amélie Nothomb.

  • 8 Voir aussi Anne Simon, « Déterritorialisations de Marie Darrieussecq », in Space, Place and Landsc (...)

5La troisième partie, consacrée aux régressions et progressions (avancées symboliques mais aussi déplacements physiques) engendrées par le désir de transgression, s’attache plus spécifiquement à l’analyse du corps du sujet, qu’il soit narrant et/ou narré. Car il n’est pas toujours facile, ou permis, ou licite, de mouvoir ce corps qu’on souhaiterait nomade, d’appartenir à plusieurs champs, spatiaux ou symboliques, différents… Le déplacement peut être un luxe, et s’arracher au figement imposé par les normes d’ici ou d’ailleurs reste le premier mouvement à opérer, peut-être le plus difficile. Au-delà du corps, la transgression des catégories, qu’elles soient philosophiques, cognitives ou sociales, peut se révéler le point de départ, ou l’aboutissement, d’un geste créatif subversif. Comme en témoigne l’article d’Audrey Lasserre à propos des Prostituées philosophes de Leslie Kaplan, les pratiques littéraires transgressives sont les « outils » d’une pensée nomade, luttant de fait contre la réduction des possibles et l’altération de la circulation du sens au moyen d’une multiplicité (histoires singulières, détails, questionnements ouverts et incitatifs sans cesse revitalisés) irréductible et emblématique. Néanmoins Armelle Le Bras-Chopard montre, à propos de Catherine Millet, à quel point l’« échappée belle » contemporaine de la sexualité au féminin n’en finit pas de s’embourber dans les ornières des routes séculairement tracées par la culture occidentale. Quant au départ géographique et physique, il est loin d’être évident : en témoignent, au niveau thématique et structurel, les analyses de Shirley Jordan sur l’inhospitalité et l’enlisement dans l’œuvre de Marie NDiaye ou celles de Simon Kemp sur la notion de homeland chez Marie Darrieussecq. Chez Marie NDiaye, la fin de l’errance n’est qu’un vœu pieu, débouchant sur un scénario d’exclusion réitéré, sur un retour au foyer impossible ou invivable – immobilisme à grand pas qui n’est pas sans faire penser, mais de façon négative, à la définition deleuzienne du nomadisme. Chez Marie Darrieussecq de même, l’exploration du monde peut déboucher sur une fuite, le retour au pays natal sur un exil ; mais le dépaysement et l’arrachement à l’appartenance géographique n’en restent pas moins positifs8, permettant l’accès à une identité indépendante de tout ancrage paralysant.

  • 9 Charles Bonn, 2004, Migrations des identités et des textes entre l’Algérie et la France, dans les (...)
  • 10 Cf. Malika Mokkedem, 1997 [1990], Les Hommes qui marchent, Paris, Grasset et Fasquelle.

6Errances, fuites, course éperdues, stases mortifères : dans la dernière partie, Aline Bergé-Joonekindt analyse le perpétuel déséquilibre de l’apatride chez Zahia Rahmani. Elle montre cependant que, par-delà peurs et malheurs, le nomadisme choisi peut venir contrer l’exil subi, via une écriture qui arpente un impossible ici comme un impossible ailleurs, créant ce que Charles Bonn nomme une « parole déplacée », une parole « non-licite9 »… qui n’en finit pas moins par être écrite et publiée. Le nomadisme ne s’est donc pas perdu au long de notre parcours : les géo/graphies des romancières renvoient, pour reprendre la belle expression de Nicolas Bouvier, à un « usage du monde » particulier. Le nomade est un transhumant, pas un touriste : il ne se meut pas pour le simple plaisir du voyage et du dépaysement sans risque. Mireille Calle-Gruber le suggère, le nomade a un but, la fructification (du bétail, de lui-même), sa vie se trace d’un point de départ à un point d’arrivée, qui échangent leurs statuts sur le(s) chemin(s) du retour. Son corps va et vient, réinventant sans cesse son itinéraire en fonction des aléas climatiques, géographiques, politiques ou personnels rencontrés. L’analyse des Marches de sable d’Andrée Chedid le confirme, le nomadisme s’avère un parcours de longue haleine, un cheminement raisonné, un rythme permanent. Les écrivaines nomades, ces femmes qui marchent10 au fil de leur œuvre, ces femmes qui filent leur œuvre pour reprendre la formule d’André Benhaïm à propos d’Assia Djebar « interlope » et « vagabonde », ne dérogent pas à la règle de ce désenracinement, de ce fécond arrachement.

7De cet avant-propos aux derniers mots du volume, nous souhaitions avant tout placer les présentes contributions sous le signe d’une marche ouverte, menant vers ces « nouveaux départs » évoqués par Mireille Calle-Gruber, vers de nouveaux parcours encore inexplorés.

Notes

1 Gilles Deleuze et Félix Guattari, 1980 [1976], « Introduction : Rhizome », in Capitalisme et Schizophrénie 2 : Mille plateaux, Paris, Minuit, coll. « Critique », p. 9.

2 Nous employons le féminin des termes « écrivain » et « auteur », puisque nous estimons que l’emploi spécifique (« Marguerite Duras est un écrivain français ») comme générique (« L’auteur jouit d’un prestige social ») du masculin, supposé neutre, est une fiction. Pour le terme « auteur », un choix devait être fait entre « autrice » dont la suffixation est régulière, et « auteure », évitant l’euphonie. Nous avons décidé d’user de ce dernier terme. Toute dénomination étant une prise de position théorique, nous avons laissé les auteur(e)s user des termes qu’ils ou elles jugent adéquats à leur discours, que ce soit dans leurs contributions ou leurs notices. Sur ce sujet, voir Audrey LASSERRE, 2006, « La disparition : enquête sur la “féminisation” des termes auteur et écrivain », in Le Mot juste, Johan Faerber, Mathilde Barraband, Aurélien Pigeat (dir.), Paris, Presses Sorbonne nouvelle, p. 51-68 ; Marina Yaguello, 2002 [1978], Les Mots et les Femmes, Paris, Payot ; Claudie Bodino, 2001, Politique de la langue et différence sexuelle : la politisation du genre des noms de métier, Paris, L’Harmattan, p. 37-50.

3 Voir Christine Détrez et Anne Simon, 2006, À leur corps défendant : les femmes à l’épreuve du nouvel ordre moral, Paris, Seuil.

4 Nouvel Observateur, 26 août 1999.

5 Titre d’une série d’entretiens réalisés par France Inter lors de l’été 2001. Voir Audrey Lasserre, 2005, « Mauvais genre(s) : une nouvelle tendance littéraire pour une nouvelle génération de romancières (1985-2000) », in Premiers romans (1945-2003), Marie-Odile André et Johan Faerber (dir.), Paris, Presses Sorbonne nouvelle, p. 59-70.

6 Sur la différence de traitement médiatique entre écrivains et écrivaines, les secondes étant fréquemment envisagées non pas individuellement, mais sous un vocable commun aguicheur, voir Shirley Jordan, 2004, introduction de Contemporary French Women’s Writing : Women’s Visions, Women’s Voices, Women’s Lives, Amsterdam and New York, Peter Lang.

7 Voir un autre article de Delphine Naudier, 2004 : « Annie Ernaux : un engagement littéraire et une conscience féministe », in Annie Ernaux, une oeuvre de l’entre-deux, études réunies par Fabrice Thumerel, Arras, Artois Presses Université, p. 212. Analysant le cas des Armoires vides, la sociologue relève que « les éditions Flammarion refusent le manuscrit parce qu’il n’était pas une autobiographie entrant dans leur collection portant sur le vécu, le témoignage », thèmes naturellement (c’est-à-dire culturellement…) associés aux écrivaines.

8 Voir aussi Anne Simon, « Déterritorialisations de Marie Darrieussecq », in Space, Place and Landscape : Women and Environments in Contemporary French Culture, Marie- Claire Barnet et Shirley Jordan (éd.), numéro special de Dalhousie French Studies, à paraître en 2008.

9 Charles Bonn, 2004, Migrations des identités et des textes entre l’Algérie et la France, dans les littératures des deux rives, Paris, L’Harmattan, p. 12.

10 Cf. Malika Mokkedem, 1997 [1990], Les Hommes qui marchent, Paris, Grasset et Fasquelle.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search