Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le roman français au tournant du XXIe siècle

 | 
Marc Dambre
, 
Aline Mura-Brunel
, 
Bruno Blanckeman

Espaces, limites, bougés

Le Roman français d’aujourd’hui aux États-Unis : panorama d’une réception singulière

Sabine Loucif

Texte intégral

1L’université américaine est légendaire pour la possibilité qu’elle offre aux chercheurs de consacrer leurs travaux aux écrivains vivants, et même aux plus contemporains. De nombreux universitaires de formation française en poste aux États-Unis se délectent de la liberté donnée outre-Atlantique aux professeurs de littérature française de tourner le dos aux auteurs d’hier pour embrasser ceux d’aujourd’hui. En 1991, lors d’un colloque à la Sorbonne sur les relations franco-américaines, Serge Doubrovsky expliquait de la manière suivante sa décision de faire carrière aux États-Unis :

  • 1 Serge DOUBROVSKY, « Détour/Détournement », dans L’Amérique des Français., Christine FAURÉ et Tom B (...)

Ce qui rendait l’université américaine irrésistible, ce n’était pas seulement la facilité, mais la liberté. Dans les années cinquante-soixante, en France, pas question d’enseigner la littérature contemporaine, la culture en train de se faire : il fallait, pour avoir droit d’accès au pupitre magistral, qu’un auteur fût mort. Avec Corneille, j’étais tranquille. Mais j’aime aussi ce qui se trame de mon vivant : je me suis intéressé à Ionesco au tout début, avant qu’il ne soit dans la Pléiade, à Claude Simon avant qu’il n’ait son prix Nobel. J’ai écrit sur Sartre et Camus quand ils n’avaient encore aucun droit à une thèse en Sorbonne. Par un curieux paradoxe, et ce n’est pas le moindre de mes attachements à l’Amérique, j’ai pu là-bas suivre de près ce qui se passait en France, prendre part moi-même au mouvement de la pensée, m’y inscrire, fût-ce à distance1.

  • 2 Antoine COMPAGNON, « The Diminishing Canon of French Literature in America », Stanford French Revi (...)

2Non seulement les travaux des Français consacrés à la littérature contemporaine se multiplient de nos jours, ravissant ainsi à l’Amérique le monopole de la « liberté » décrite par Doubrovsky, mais certains universitaires français qui enseignent aux États-Unis, comme Antoine Compagnon, vont même jusqu’à affirmer que leurs collègues américains ne connaissent pas la littérature française, y compris pour sa part la plus récente2.

  • 3 Christine Angot, Pierre Bergounioux, Robert Bober, François Bon, Renaud Camus, Patrick Chamoiseau, (...)

3Qu’en est-il donc, en ce début du troisième millénaire, du statut des écrivains de langue française d’aujourd’hui au sein de l’université américaine ? Pour répondre à cette question, nous avons procédé à trois enquêtes différentes portant sur quarante-huit romanciers de notre époque3. Il s’est agi tout d’abord d’identifier les auteurs dont les romans sont disponibles aux États-Unis, en traduction anglaise, de rechercher ensuite les thèses de Doctorat américaines portant sur les auteurs considérés et enfin de procéder à un relevé systématique des articles de revues scientifiques portant sur ces auteurs et publiés aux États-Unis dans la bibliographie de la Modem Association of America (MLA).

  • 4 Notre bibliographie complète comprend trois sections : les romans disponibles en traduction améric (...)

4Le résultat des enquêtes menées est d’autant plus singulier qu’il ne confirme ni les dires de Doubrovsky, ni ceux de Compagnon. Si rien ne prouve que les universitaires américains se consacrent plus aux romanciers d’aujourd’hui que leurs collègues français, rien ne montre non plus qu’ils ne les connaissent pas. L’attention portée par les Américains aux auteurs d’aujourd’hui n’est pas le miroir de leur réception française. Au contraire, elle est fonction – doit-on vraiment s’en étonner ? – de critères propres au pays récepteur, les États-Unis. Que nos enquêtes se soient tournées vers les romans disponibles en traduction américaine, les thèses de Doctorat ou les articles publiés, il apparaît clairement que l’attention se cristallise sur quelques auteurs vedettes. Annie Ernaux, Hélène Cixous, Hervé Guibert, Patrick Chamoiseau, J. M. G. Le Clézio et Patrick Modiano bénéficient d’une renommée solide aux États-Unis alors que les autres auteurs de notre liste, qui font l’objet, pour certains, de quelques études ici et là, demeurent à peu près ignorés. Le lecteur curieux des résultats détaillés des enquêtes menées pourra se reporter à la bibliographie complète sur laquelle se fonde notre propos4. Car si l’état des lieux de la place accordée par les universitaires américains aux auteurs de langue française contemporains s’avère informatif, il captive l’attention surtout en ce qu’il permet de montrer que la réception de ces derniers s’effectue sous l’emprise de deux prismes : les débats culturels dominants aux États-Unis depuis le milieu des années 1980 d’une part et la nouvelle tectonique des disciplines universitaires qui les accompagne d’autre part.

Guerres culturelles et rectitude politique

  • 5 Allan BLOOM, The Closing of the American Mind, Simon and Chuster, 1987.

5Le débat sur le canon littéraire qui prit place pendant le dernier quart du vingtième siècle incarne sans doute l’exemple le plus éblouissant de la guerre des cultures qui marque la fin du vingtième siècle outre-Atlantique. Ce débat, qui opposa les partisans d’un programme traditionnel, tourné vers le passé et les adeptes d’un canon révisé et plus contemporain permet de mettre en avant les deux conceptions antagonistes de la littérature et de l’écrivain qui animent l’université américaine depuis le début des années 1980. En particulier, l’ouvrage du très conservateur Allan Bloom, The Closing of the American Mind5, dans lequel il s’insurge contre le manque de culture générale des étudiants américains d’aujourd’hui et propose de revaloriser l’enseignement des « grands classiques » de l’Occident, permet de saisir le climat idéologique dans lequel les universitaires américains sont amenés à choisir de consacrer leurs travaux à certains auteurs, y compris ceux de langue française, plutôt qu’à d’autres. À cet égard, la préface du livre, signée par Saul Bellow, écrivain célèbre et lauréat du prix Nobel de littérature, fait surgir les deux conceptions antagonistes de la littérature qui dominent au sein de l’université américaine de nos jours. Pour Bellow, il existe deux types d’écrivain : ceux dont les œuvres relèveraient d’une sphère de la création pure et universelle et les écrivains communautaires dont les écrits se réduiraient à leur valeur de témoignage d’une expérience individuelle.

6Le point de vue exprimé par Bellow légitime ainsi la position de Bloom et des partisans de la droite académique américaine : les écrivains véritables ne sont pas prisonniers de leur milieu d’origine ou du groupe ethnique ou religieux dont ils font partie. Il importe peu qu’ils soient hommes ou femmes. Leur littérature, en échappant à toute forme de déterminisme social et communautaire, relève du domaine de l’universel. L’opposition qui se dégage ici, entre l’écrivain communautaire d’une part et l’écrivain universel d’autre part, prend tout son sens quand elle est associée à la notion de rêve américain. La sacralisation de l’écrivain universel par les traditionalistes s’apparente en réalité à une conception libérale de la nation américaine. Un parallélisme frappant peut en effet être établi entre les propos de Saul Bellow et la conception universalisante de la citoyenneté d’Abraham Lincoln. En 1858, dans un discours fréquemment cité par la droite américaine d’aujourd’hui, Lincoln réaffirmait le principe d’égalité de la déclaration d’indépendance de la manière suivante :

  • 6 Abraham LINCOLN, Discours de 1858.

Il y a parmi nous, en plus de ces hommes liés par le sang à nos ancêtres, peut-être la moitié de notre peuple qui n’a pas de lien de sang avec eux. Ce sont les hommes venus d’Europe – Allemands, Irlandais, Français et Scandinaves-des hommes qui sont venus d’Europe eux-mêmes ou dont les ancêtres sont venus ici et se sont installés ici, devenant nos égaux en toutes choses. S’ils regardent en arrière à travers l’Histoire pour trouver leur lien par le sang avec cette période, ils trouvent qu’ils n’en ont pas, ils ne peuvent pas se transporter en arrière dans cette grande époque et se donner la possibilité de sentir qu’ils sont des nôtres. Mais quand ils relisent la vieille déclaration d’Indépendance, ils s’aperçoivent que les anciens disent que : « Nous considérons comme évident que tous les hommes sont créés égaux » et ils sentent que le sentiment moral enseigné ce jour-là est la preuve de leur relation avec ces hommes (les fondateurs des États-Unis), que c’est le père de tout principe moral en eux et qu’ils ont le droit de le clamer comme s’ils étaient le sang du sang, la chair de la chair de ces hommes qui ont écrit la déclaration d’indépendance, et ils le sont6.

  • 7 Pour une analyse plus approfondie des liens entre pratiques universitaires et débats culturels et (...)

7Si Bellow adopte le point de vue universaliste de Lincoln en refusant de prendre en compte l’origine réelle des écrivains, nombreux sont ceux qui considèrent que l’assimilation correspond à une perte d’identité. Le sentiment d’appartenir à une nation garante des valeurs universelles peut-il compenser cette perte d’identité ? Pour les conservateurs, la stabilité de la nation américaine est menacée dès lors que l’université diffuse des auteurs dont l’histoire personnelle ou les textes témoignent du caractère irréel de l’égalité des chances dans la société et dans l’histoire7.

8Dans le contexte idéologique que nous venons de présenter, l’attention portée par les universitaires américains aux romanciers français d’aujourd’hui se dissocie vigoureusement des conceptions universalistes du littéraire. En consacrant le plus grand nombre de leurs travaux à Annie Ernaux, Hélène Cixous, Hervé Guibert, Patrick Chamoiseau, JMG Le Clézio et Patrick Modiano, les chercheurs américains sélectionnent une série d’expériences individuelles et communautaires : celle des femmes (Ernaux, Cixous), celle des homosexuels (Guibert), celle des victimes de la colonisation et de l’impérialisme (Chamoiseau, Le Clézio) et celle enfin des victimes de l’Holocauste (Modiano). Les catégories qui se dégagent ici se trouvent largement confortées par notre bibliographie. Tout d’abord, la liste d’auteurs qui nous a servi de point de départ comprenait 48 auteurs, dont 11 femmes écrivains. La liste des œuvres traduites en américain, dans laquelle 7 auteurs sur 21 sont de sexe féminin et 30 ouvrages sur 72 au total Rirent écrits par des femmes, révèle à quel point le sexe des écrivains constitue un critère déterminant pour les maisons d’édition qui cherchent à satisfaire l’intérêt du public pour l’expérience féminine. Le corpus des thèses de Doctorat (PhD) va dans le même sens : 18 thèses portent sur des auteurs femmes (Cixous, Darrieussecq, Ernaux, Germain, Nothomb, Redonnet), 15 d’entre elles s’attachent à des écrivains qui traitent des identités coloniales et post-coloniales (Chamoiseau, Le Clézio), 8 considèrent la question de la mémoire de l’holocauste et de la deuxième guerre mondiale (Modiano, Bober, Rouaud), 5 analysent le thème de l’homosexualité et du SIDA (Guibert). Finalement, seules 5 thèses échappent aux catégories précédemment définies (Bon, Chevillard, Echenoz, Quignard, Toussaint et Volodine). Quant aux articles indexés dans la bibliographie de la MLA, environ 45 % d’entre eux portent sur des femmes écrivains. Sans surprise, les auteurs qui font l’objet du plus grand nombre d’articles – en ordre décroissant Annie Ernaux (21), J.M.G. Le Clézio (17), Hélène Cixous (16), Chamoiseau (10), Guibert (10), Modiano (10) – permettent de réaffirmer la vivacité des quelques domaines de spécialité mentionnés plus haut. « Cixous et l’autobiographie féministe », « la relation mère-fille chez Ernaux », « la congruence des mythes du nègre dans Texaco de Chamoiseau », « l’écriture, le temps et le SIDA chez Guibert » ou « Modiano : un juif français ? » constituent autant d’exemples significatifs des tendances de la recherche en littérature française d’aujourd’hui aux États-Unis. Il existe incontestablement des exceptions à la règle, mais l’analyse menée ici met nettement en avant l’intérêt des chercheurs pour une littérature qui aborde les questions identitaires et les autorise ainsi à affirmer haut et fort leur adhésion à l’idéologie politiquement correcte.

Les études culturelles : identités postmodernes

9L’hégémonie croissante aux États-Unis des études culturelles constitue un des fondements pertinents de l’intérêt restreint des chercheurs pour les romanciers français d’aujourd’hui qui ne peuvent aisément être associés aux groupes identitaires que nous venons de mettre en évidence. Si les acteurs de l’université américaine éprouvent des difficultés à s’accorder sur ce que sont exactement les études culturelles, tous tombent d’accord pour affirmer que les études culturelles se situent au croisement de plusieurs disciplines, notamment la littérature, l’histoire, la sociologie et l’anthropologie. On constate le rejet par de nombreux chercheurs américains des approches structuralistes du littéraire qui appréhendent le roman en tant qu’objet autonome et non pas comme miroir de la société. La résurrection de l’auteur comme témoin et porte-parole se manifeste très distinctement dans les tentatives de définition des études culturelles qui marquent la fin du vingtième siècle outre-Atlantique.

10Quand elles s’attachent à la littérature, les études culturelles appliquent à l’analyse littéraire les méthodes adoptées par les historiens. Si l’on reprend la conception de l’histoire du moderniste Leopold von Ranke, la tâche de l’historien, et par extension du spécialiste en études culturelles qui correspond à cette tendance, consisterait « à montrer ce qui se passa véritablement » en France et dans les pays francophones qui servent de cadre aux œuvres considérées. Or, les thèses de doctorat comme les articles publiés sur les romanciers de langue française d’aujourd’hui aux États-Unis ne témoignent pas clairement d’une volonté des chercheurs de confronter les événements historiques réels avec la fiction qui s’en nourrit. Il ne s’agit pas tant de prendre en compte l’écart entre les événements historiques et sociaux réels et la fiction que de « juger le passé et d’instruire le présent pour le bénéfice des temps à venir », une démarche que Ranke se défend d’adopter et qui correspond très exactement aux principes fondateurs du mouvement politiquement correct.

11La prédilection des universitaires américains pour les thèmes du féminin, de l’homosexualité, de l’Holocauste et de la francophonie s’apparente à une démarche critique postmoderne : le « New Historicism ». Il existe bien, en effet, un point commun entre les travaux de la nouvelle historiciste Nathalie Zemon Davis et les manières d’appréhender les romanciers de langue française contemporains. Dans son livre, Le Retour de Martin Guerre., l’auteur fait le portrait de la France rurale du seizième siècle à partir du point de vue de Martin, personnage de fiction. Les travaux des chercheurs américains semblent aspirer à « faire de la civilisation française » à partir des œuvres romanesques ou autofictionnelles. Et si l’interdisciplinarité de la démarche adoptée enrichit la critique littéraire des manières de faire d’autres domaines, comme l’histoire et la sociologie, la disparition des frontières entre les diverses spécialités s’accompagne aussi d’une négligence pour la littérarité.

12Une des implications des études culturelles postmodernistes appliquées à la littérature de langue française d’aujourd’hui apparaît dans la tendance des chercheurs à sélectionner en majorité les œuvres dans lesquelles l’identité culturelle et sociale des auteurs (ou des personnages ; on ne fait pas toujours bien la différence) s’exprime de façon explicite.

  • 8 Voir par exemple la thèse de Sandrine Bacholle qui aborde la question du renouvellement de l’ident (...)
  • 9 De manière générale, les écrits théoriques de Cixous sur le féminisme intéressent davantage que se (...)

13Ainsi, les thèses sur Annie Ernaux portent sur les thèmes de la classe sociale et de l’identité féminine8. Il en va de même pour Hélène Cixous, à cette différence près que ce sont ses œuvres les plus explicitement féministes ou celles qui parlent de l’Algérie qui retiennent l’attention des critiques, et non pas les autres romans, plus difficiles à réduire à une réflexion sur la condition féminine ou celle des colonisés9.

  • 10 Hervé Allet s’intéresse à la conquête coloniale dans Désert, Jean-Xavier Ridon aborde l’œuvre de L (...)

14Si le fait que l’on s’attache à Chamoiseau parce que ses romans contribuent à la définition de la crédité en tant que forme spécifique d’identité francophone ne surprend guère, on peut s’étonner que toutes les thèses sur les œuvres de Le Clézio soutenues entre 1980 et aujourd’hui se concentrent sur les thèmes de l’exotisme et de l’identité des colonisés10.

15Dans le cas d’Hervé Guibert, il suffit de lire le titre des thèses pour constater qu’elles capturent son œuvre comme celle d’un écrivain homosexuel et atteint du SIDA et non pas comme celle d’un auteur pour qui l’expérience du SIDA n’est qu’une expérience parmi d’autres. On considère que l’homosexualité et la maladie « font » l’œuvre plutôt que de se demander comment cette thématique s’inscrit dans une œuvre qui la dépasse.

  • 11 Bruno BLANCKEMAN, « Patrick Modiano : une mémoire empoisonnée », Encyclopédie sonore Audiosup.

16Enfin, les travaux sur Patrick Modiano portent la plupart du temps sur quatre romans, La Place de l’Étoile, La Ronde de Nuit, Les Boulevards de Ceinture et Livret de Famille, quatre œuvres extérieures à notre corpus puisque publiées avant 1980. Bruno Blanckeman11 identifie deux orientations littéraires dans l’œuvre de Modiano, une première placée sous le signe de l’excès, présente dans les premiers romans, et une seconde, placée sous le signe du défaut, présente dans Dora Bruder, Vestiaire de l’enfance et Du plus loin de l’oubli. Il affirme à propos de La Place de l’Étoile :

  • 12 B. BLANCKEMAN, « Patrick Modiano : une fiction en litige », Elseneur, n° 17, septembre 2001.

Modiano rédige un texte des extrêmes qui, sans représenter l’Holocauste, en laisse agir le traumatisme de façon éclatée et tournante. […] Une exécution de l’identité juive se met en scène et se donne en spectacle. […] Qu’est-ce qu’être juif ? Cette question Raphaël Schlemilovich ne cesse de la poser en rappelant les représentations culturelles, mais aussi les imageries idéologiques et surtout les clichés de société qui d’âge en âge tentèrent d’y répondre12.

17Si le traitement de la Shoah dans les premiers romans de Modiano se fonde sur une esthétique de l’explicite, ses œuvres plus récentes procèdent selon Blanckeman de manière différée :

Il est un mot derrière les mots, un narrateur derrière les narrateurs, un lieu derrière les lieux, une fiction derrière les fictions, un énoncé derrière les récits, une identité subjective derrière les psychologies de convention – un temps qui bloque derrière le temps qui passe (ibid).

  • 13 B. BLANCKEMAN, « Patrick Modiano : une mémoire empoisonnée », op. cit.
  • 14 Le phénomène est d’autant plus frappant que les romans récents de Modiano, Dora Brader et Du plus (...)

18La préférence américaine pour La Place de l’Étoile, La Ronde de Nuit, Les Boulevards de Ceinture et Livret de Famille et le peu d’attention porté aux romans de Modiano qui rendent compte de « la seconde vie de l’événement (la Shoah), de sa puissance d’imprégnation du temps, de sa dimension inaugurale à l’envers13 » confirme bien la propension de la critique américaine à se consacrer à l’explicite. Dès lors que Modiano invente des figures romanesques qui n’ont pas besoin de parler de la Shoah pour la mettre en scène, ses œuvres cessent d’être analysées14.

19Il faut bien, au terme de l’analyse menée ici, constater que les romanciers français d’aujourd’hui, du moins leurs œuvres qui datent d’après 1980, retiennent peu l’attention des chercheurs américains. À l’exception d’Annie Ernaux, qui bénéficie d’une large reconnaissance en tant que femme qui parle des femmes mais aussi pour l’importance du thème de la classe sociale dans son œuvre, même les romanciers les plus traités le sont pour une partie infime de leurs écrits.

20De plus, dans le domaine du français, les études culturelles consacrées à la culture de masse se développent rapidement, la multiplication de travaux sur le cinéma, sur le rap, sur la culture des banlieues, se faisant aux dépens d’études sur la littérature. Le programme du colloque annuel de « Études françaises des vingtième et vingt-et-unième siècles » (20th/21st Century French Studies) qui eut lieu en avril dernier est révélateur à cet égard : de nombreux ateliers portaient en effet sur des objets non textuels : « Performances multiculturelles », « Photographie », « Cinéma récent », « Histoire et cinéma français », « Banlieues », « Centre et périphérie dans la culture visuelle », « Le Jazz à Paris : Réception et influence du Jazz sur la culture française », etc. Mais si la culture populaire fait de l’ombre à la littérature française aux États-Unis, les travaux qui s’y intéressent témoignent aussi d’une flexibilité de l’université américaine, d’une ouverture, d’une liberté donnée aux chercheurs.

21En outre, et cela contredit l’opinion d’Antoine Compagnon selon laquelle les Américains ne connaissent pas la littérature française, il existe aux Etats-Unis de nombreux travaux sur des auteurs contemporains qui sont, en revanche, peu traités en France. Ceci apparaît nettement dans le cadre des thèses de Doctorat. Les études monographiques sont rares et la tendance dominante consiste à aborder plusieurs auteurs autour d’une thématique. La prise en compte des auteurs associés aux écrivains de notre liste dans les thèses est révélatrice : alors que les écrivains français ne font pas surgir un nombre significatif d’autres auteurs qui sont leurs contemporains, les écrivains originaires du monde francophone (ou ceux qui traitent de ce thème) prouvent l’intérêt clair des chercheurs américains pour de nombreux autres francophones : Édouard Glissant, Calixte Beyala, Rachid Mimouni, Maryse Condé, Gisèle Pineau, Aimé Césaire, Raphaël Confiant, Daniel Maximin, Joseph Zobel, Simone Schwarz-Bart, Marie Cardinal, Marie-Claire Biais, Mariama Bâ, Tahar Ben Jelloun, Farida Belgoul, Nina Bouraoui, Leïla Sebbar et d’autres, autant d’écrivains absents de la liste qui a servi de départ aux enquêtes menées ici, d’origine française.

22Il convient certes d’admettre que la démarche postmoderne et politiquement correcte qui frappe de son sceau de nombreux travaux américains sur le roman français et francophone d’aujourd’hui pose problème et ne rend pas justice aux écrivains, ni ceux qui sont ignorés, ni ceux dont les œuvres sont réduites à leur qualité de témoignage explicite. Mais il faut bien reconnaître aussi que les universitaires américains contribuent à la critique en se consacrant à des auteurs ou à des sujets non littéraires souvent ignorés par les Français. Mais, et le problème réside bien là, rares sont les universitaires français, plus rares encore que les Américains, qui lisent les travaux de leurs collègues de l’autre côté de l’Atlantique. Il est sans doute regrettable que la complexité du processus d’écriture en tant que réfraction du réel motive moins le choix des chercheurs américains de se concentrer sur quelques auteurs français, voire quelques romans, que la possibilité offerte par certaines œuvres de s’attacher à des sujets dans l’air du temps. Ces sujets dotent ceux qui les traitent d’une posture avantageuse au sein du milieu académique qui est le leur. Tout compte fait, la réception universitaire des romanciers français et francophones d’aujourd’hui aux États-Unis est fonction des profits que peuvent en tirer les chercheurs. S’agit-il bien là d’un phénomène exclusivement américain ?

Bibliographie

Bibliographie

Romans publiés en France à partir de 1980 et disponibles en traduction américaine en mars 2002

Bober, Robert ; Perec, Georges, Ellis Island, New York : New Press, 1995.

Chamoiseau, Patrick, Childhood, Lincoln : University of Nebraska Press, 1999.

— Chronicle of the Seven Sorrows, Lincoln : University of Nebraska Press, 1999.

— Creole Folktales, New York : New Press : Distributed by W.W. Norton, 1994.

— School Days, Lincoln : University of Nebraska Press, 1997.

— Seven Dreams of Elmira : A Tale of Martinique, Cambridge, Mass. : Zoland Books, 1999.

— Solibo Magnificent, New York : Pantheon Books, 1997.

— Texaco, New York : Pantheon Books, 1997.

Chevillard, Éric, On the Ceiling, Lincoln : University of Nebraska Press, 2000.

— The Crab Nebula, Lincoln : University of Nebraska Press, 1997.

Cixous, Hélène, Manna for the Mandelstams for the Mandelas, Minneapolis : University of Minnesota Press, 1994.

— The Book of Promethea, Lincoln : University of Nebraska Press, 1991.

— The First Days of the Year, Minneapolis : University of Minnesota Press, 1998.

Daeninckx, Didier, A Very Profitable War, London ; New York, NY : Serpent’s Tail, 1994.

— Murder in Memoriam, London : Serpent’s Tail, 1991.

Darrieussecq, Marie, My phantom Husband New York : The New Press, 1999.

— Pig Tales : A Novel of Lust and Transformation, New York : New Press, 1997.

— Undercurrents, New York : New Press, 2001.

Deville, Patrick ; Echenoz, Jean, S, Semaines de Suzanne, Cambridge : Brookline Books Inc, 1997.

Echenoz, Jean, Big Blondes, New York : The New Press, 1997.

— Cherokee, Boston : D.R. Godine, 1987.

— Double Jeopardy, Lincoln : University of Nebraska Press, 1993.

— I’m Gone, New York : New Press, 2001.

— Lac, Boston : D.R. Godine, 1995.

Ernaux, Annie, A Frozen Woman, New York : Four Walls Eight Windows, 1995.

— A Man’s Place, New York : Ballantine Books, 1993.

— A Woman’s Story, New York : Ballantine Books, 1992.

— Cleaned Out, Elmwood Park, IL, USA : Dalkey Archive Press, 1990.

— Exteriors, New York : Seven Stories Press, 1996.

— Happening, New York : Seven Stories Press, 2001.

— I Remain in Darkness, New York : Seven Stories Press, 1999.

— Shame, New York : Seven Stories Press, 1998.

— Simple Passion, New York : Four Walls Eight Windows, 1993.

Germain, Sylvie, Infinite Possibilities, Monroe : Dedalus Limited, 1998.

— Night of Amber, Boston, Mass. : D.R. Godine, 1999.

— The Book of Nights, Boston : D.R. Godine, 1993.

— The Book of Tobias, Monroe : Dedalus Limited, 2000.

— The Medusa Child, Sawtry, Cambs : Hippocrene Books, Inc, 1994.

— The Weeping Woman in the Streets of Prague, Monroe : Dedalus Limited, 1998.

Guibert, Hervé, Blindsight, New York : G. Braziller, 1996.

— Cytomegalovirus : A Hospitalization Diary, Lanham : University Press of America, 1996.

— Ghost Image, Los Angeles : Sun & Moon Press, 1996.

— My Parents, London ; New York, N.Y. : Serpent’s Tail, 1993.

— The Compassion Protocol, New York : G. Braziller, 1994.

— The Gangsters, London ; New York, NY : Serpent’s Tail, 1991.

— To the Friend Who Did Not Save my Life, New York : High Risk Books, 1994.

Houellebecq, Michel, The Elementary Particles, New York : Knopf, 2000.

— Whatever, New York, NY : Serpent’s Tail, 1998.

Le Clézio, J.-M. G., Onitsha, Lincoln : University of Nebraska Press, 1997.

— The Prospector, Boston : David R. Godine, 1993.

, Linda, Slander, Lincoln : University of Nebraska Press, 1996.

Modiano, Patrick, A Trace of Malice, Nuffield, Henley-on-Thames, Oxon : A. Ellis, 1988.

— Catherine Certitude, Boston : David R. Godine, Pub., 2000.

— Dora Bruder, Berkeley : University of California Press, 1999.

— Honeymoon, Boston : David R. Godine, 1995.

— Out of the Dark, Lincoln : University of Nebraska Press, 1998.

Nothomb, Amélie, Fear and Trembling, New York : St. Martin’s Press, 2001.

— Loving Sabotage, New York : New Directions, 2000.

Quignard, Pascal, All the World’s Mornings, St. Paul, MN : Graywolf Press, 1993.

Redonnet, Marie, Candy Story, Lincoln : University of Nebraska Press, 1995.

— Forever Valley, Lincoln : University of Nebraska Press, 1994.

— Hôtel Splendid Lincoln : University of Nebraska Press, 1994.

— Mobie-Diq, Oyster Bay, N.Y. : DM Pub., 1995.

— Nevermore, Lincoln : University of Nebraska Press, 1996.

— Rose Melie Rose, with the Story of The Triptych, Lincoln : University of Nebraska Press, 1994.

Rouaud, Jean, Fields of Glory, New York : Arcade Pub., 1992.

— Of Illustrious Men, New York : Arcade Publ., 1994.

— The World More or Less, New York : Arcade Pub., 1998.

Volodine, Antoine, Naming the Jungle, New York : New Press, 1995.

Winckler, Martin, The Case of Dr. Sachs, New York : Seven Stories Press, 2000.

Articles indexés dans la bibliographie de la MLA (Modem Language Association of America) sur les romanciers de langue française d’aujourd’hui

Pour chaque auteur considéré ici, nous avons exclu les articles qui portaient sur des œuvres publiées avant 1980. Nous avons procédé à une recherche du nom des auteurs dans le titre des articles afin d’éviter l’inclusion de travaux dans lesquels les auteurs seraient mentionnés sans que leur œuvre fasse l’objet d’une analyse à part entière.

Renaud Camus

Baetens, Jan, « The Revolution of an Anachronism : Radical Hypertextualism in a Text by Renaud Camus », Ebr : The Alt X Web Review, Chicago, Winter, 1998-1999, n° 8.

Buisine, Alain, « Renaud Camus : Pas vu, pas lu », French Forum, Nicholasville, KY., Sept. 1993, n° 18(3) : 355-65.

Force, Pierre (introd.) ; Jullien, Dominique (introd.) ; Rivers, Christopher (tr.), « Renaud Camus », Yale French Studies, New Haven, CT., 1988 ; supp. : 285-315.

Schehr, Lawrence R., « Renaud Camus’s Roman Columns », SubStance, Madison, WI, 1992, n° 21(1 (67)) : 111-27.

Vercier, Bruno ; Porter, Charles A. (tr.) ; Sarkonak, Ralph (tr.), « An Interview with Renaud Camus », Yale French Studies, New Haven, CT., 1996, n° 90 : 7-21.

Chamoiseau

Bernabé, Jean ; Chamoiseau, Patrick ; Confiant, Raphael ; Taleb-Kyar, Mohamed B. (tr.), « In Praise of Creoleness », Callaloo, Baltimore, MD., Fall 1990, n° 13(4) : 886-909.

Burton, Richard D. E., « Debrouya pa peche, or II y a toujours moyen de moyenner : Patterns of Opposition in the Fiction of Patrick Chamoiseau », Callaloo, Baltimore, MD., Spring 1993, n° 16(2), 466-81.

Du Rivage, Françoise, « L’Écriture de la folie dans trois romans de Patrick Chamoiseau », Romance Languages Annual, West Lafayette, IN., 1997 ; n° 9 : 53-57.

McCusker, Maeve, « De la problématique du territoire à la problématique du lieu : Un Entretien avec Patrick Chamoiseau », French Review, Santa Barbara, CA, Mar 2000, n° 73(4) : 724-33.

Ménager, Serge Dominique, « Topographie, texte et palimpseste : Texaco de Patrick Chamoiseau », The French Review, Carbondale, IL., oct. 1994, n° 68(1) : 61-68.

Nnadi, Joseph, « Mémoire d’Afrique, mémoire biblique : La Congruence des mythes du nègre dans Texaco de Patrick Chamoiseau », Études Francophones, Lafayette, LA, Spring 2000, n° 15(1) : 75-91.

Perret, Delphine, « La Parole du conteur créole : Solibo magnifique de Patrick Chamoiseau », The French Review, Carbondale, IL., April 1994, n° 67(5) : 824-39.

Rejouis, Rose-Myriam, « A Reader in the Room : Rose Myriam Rejouis Meets Patrick Chamoiseau », Callaloo : A Journal of African American and African Arts and Letters, Baltimore, MD, Spring 1999, n° 22(2) : 346-50.

Shelly, Sharon L., « Addressing Linguistic and Cultural Diversity with Patrick Chamoiseau’s Chemin d’école », French Review, Santa Barbara, CA., Oct 2001, n° 75(1) : 112-26.

Taylor, Lucien, « Créolité Bites : A Conversation with Patrick Chamoiseau, Raphael Confiant, and Jean Bernabé », Transition, 1998, n° 7(2 (74)) : 124-61.

Chevillard

Hippolyte, Jean-Louis, « Chevillard’s Aleatory World : Toward a French Postexotic Literature », Cincinnati Romance Review, Cincinnati, OH., 1996, n° 15 : 27-34.

Stump, Jordan, « The Ghosts of Éric Chevillard », French Review, Santa Barbara, CA., April 1998, n° 71(5) : 820-31.

Cixous

Aneja, Anu, « The Medusa’s Slip : Hélène Cixous and the Underpinnings of Écriture Féminine », Littérature, Storrs, CT., Dec. 1992, n° 4(1) : 17-27.

Bryden, Mary, « The Painted Text : Maria Chevska and Hélène Cixous », Word and Image, Philadelphia, PA., Oct-Dec 1994 ; n° 10(4) : 366-70.

Duren, Brian, « Cixous’ Exorbitant Texts », SubStance, 1981, n° 32 : 39-51.

Fisher, Claudine G., « Cixous’ North/South Feminist Dichotomy », Lit, New York, NY., 1991, n° 2(3) : 231-37.

Fisher, Claudine G., « Cixous ou des sourires et des hommes », Women in French Studies, Muncie, IN., July 1993, n° 1 : 37-43

Franke, Catherine-Anne (comp. & tr.) ; Chazal, Roger, « Interview with Hélène Cixous », Qui Parle, Berkeley, CA., Spring 1989, n° 3(1) : 152-179.

Franke, Catherine-Anne (pref. & tr.), « Dossier : Hélène Cixous », Qui Parle, Berkeley, CA., Spring 1989, n° 3(1) : 113-201.

Hanrahan, Mairéad, « Oublire : Cixous’s Poetics of Forgetting », Symposium, Syracuse, NY., Summer 2000, n° 54(2) : 77-89.

Kogan, Vivian, « “I Want Vulva” ! Cixous and the Poetics of the Body », L’Esprit Créateur, Lexington, KY, Summer 1985, n° 25(2) : 73-85.

Makward, Christiane P. ; Wilkinson, Sharon, « Lire vraiment Hélène Cixous : Sur deux extraits de Manne aux Mandelstams aux Mandelas », Études Francophones, Lafayette, LA., Spring 1996, n° 11(1) : 95-112.

Motard-Noar, Martine, « Manne ou Man : Où en est l’écriture d’Hélène Cixous ? », The French Review, Carbondale, IL., Dec. 1992, n° 66(2) : 286-94.

Plate, Liedeke, « “I Come from a Woman” : Writing, Gender, and Authorship in Hélène Cixous’s The Book of Promethea », Journal of Narrative Technique, Ypsilanti, ML, Spring 1996, n° 26(2) : 158-71.

Schipa, Mary-E., « Hélène Cixous : Sur la piste d’une autobiographie féministe », Romance Review, Chestnut Hill, MA., Spring 1995, n° 5(1) : 29-37.

Scott, H. Jill, « Loving the Other : Subjectivities of Proximity in Hélène Cixous’s Book of Promethean, World Literature Today. Norman, OK., Winter 1995, n° 69(1) : 29-34.

Weidemann, Barbara, « The Search for an Authentic Voice : Hélène Cixous and Marguerite Duras », Journal of Durassian Studies, Fall 1989, n° 1 : 99-114.

Zupancic, Metka, « Eurydice et Perséphone : Paradigmes revisités par Cixous et Chawaf », Women in French Studies, Muncie, IN., Fall 1995, n° 3 : 82-89.

Drevet

Reed, Gervais, « Rencontre avec Patrick Drevet », New Novel Review, Elmira, NY., Apr. 1994, n°1(2) : 62-78.

Echenoz

Cloonan, William, « Deep Down It’s Real Shallow : Jean Echenoz’s Lac and Postmodernity », Romance Notes, Chapel Hill, NC., Winter 1994, n° 35(2) : 171-77.

Jullien, Dominique (introd.) ; Polizzotti, Mark (tr.), « Jean Echenoz », Yale French Studies, New Haven, CT., 1988, supp. : 337-351.

Ernaux

Cottille-Foley, Nora-C., « Abortion and Contamination of the Social Order in Annie Ernaux’s Les Armoires vides », The French Review, Santa Barbara, CA. Apr. 1999, n° 72(5) : 886-96.

Day, Loraine, « Annie Ernaux and Courbet’s L’Origine du monde : The Maternal Body, Desire and Filial Identity in Je ne suis pas sortie de ma nuit and Passion simple », French Forum, Nicholasville, KY., May 2000, n° 25(2) : 205-26.

Fau, Christine, « Le Problème du langage chez Annie Ernaux », The French Review, Carbondale, IL., Feb. 1995, n° 68(3) : 501-12.

Garaud, Christian, « Écrire la différence sociale : Registres de vie et registres de langue dans La Place d’Annie Ernaux », French Forum, Nicholasville, KY., May 1994, n° 19(2) : 195-214.

IONESCU, Mariana, « Journal du dehors d’Annie Ernaux : “Je est un autre” », The French Review, Santa Barbara, CA., Apr. 2001, n° 74(5) : 934-43.

Johnson, Warren, « The Dialogic Self : Language and Identity in Annie Ernaux », Studies in Twentieth Century Literature, Manhattan, KS., Summer 1999, n° 23(2) : 297-314.

Kritzman, Lawrence D., « Ernaux’s Testimony of Shame », L’Esprit Créateur, Lexington, KY., Winter 1999, n° 39(4) : 139-49.

Lazar, Liliane, « A la recherche de la mère : Simone de Beauvoir et Annie Ernaux », Simone de Beauvoir Studies, Menlo Park, CA., 1999-2000, n° 16 : 123-34.

Mall, Laurence, « ‘Moins seule et factice’ : La Part autobiographique dans Une femme d’Annie Ernaux », The French Review, Carbondale, IL., Oct. 1995, n° 69(1) : 45-54.

Marrone, Claire, « Past, Present and Passion Tense in Annie Ernaux’s Passion simple », Women in French Studies, Muncie, IN., Fall 1994, n° 2 : 78-87.

Miller, Nancy K., « Memory Stains : Annie Ernaux’s Shame », A-B : Auto Biography Studies, Whitewater, WI., Summer 1999, n° 14(1) : 38-50.

Mines, Patricia, « Beyond Realism : Protest from Within in the Works of Annie Ernaux », Women in French Studies, Muncie, IN., 1999, n° 7 : 227-36.

Montfort, Catherine R., « ‘La Vieille Née’ : Simone de Beauvoir, Une mort très douce, and Annie Ernaux, Une femme », French Forum, Nicholasville, KY., Sept. 1996, n° 21(3) : 349-64.

Motte, Warren, « Annie Ernaux’s Understatement », The French Review, Carbondale, IL., Oct. 1995, n° 69(1) : 55-67.

Roche, Christian, « Trahison et littérature dans La Place d’Annie Ernaux », Women in French Studies, Muncie, IN., 1999, n° 7 : 133-41.

Tondeur, Claire-Lise, « Entretien avec Annie Ernaux », The French Review, Carbondale, IL., Oct. 1995, n° 69(1) : 37-44.

Tondeur, Claire-Lise, « Le Passé : Point focal du présent dans l’œuvre d’Annie Ernaux », Women in French Studies, Muncie, IN., Fall 1995, n° 3 : 123-37.

Tondeur, Claire-Lise, « L’Enfance chez Annie Ernaux (Des Armoires vides au Journal du dehors) », Cincinnati Romance Review, Cincinnati, OH., 1995, n° 14 : 157-63.

Tondeur, Claire-Lise, « Relation mère/fille chez Annie Ernaux », RLA : Romance Languages Annual, West Lafayette, IN., 1995, n° 7 : 173-79.

Tondeur, Claire-Lise, « Trajectoire sociale, honte et écriture (Annie Ernaux) », Cincinnati Romance Review, Cincinnati, OH., 1999, n° 18 : 171-78.

Warehime, Marja, « Paris and the Autobiography of a flaneur : Patrick Modiano and Annie Ernaux », French Forum, Nicholasville, KY., Jan. 2000, n° 25(1) : 97-113.

Germain

Berthet, Jocelyne, « Immensités : Pour une métaphysique du déchet chez Sylvie Germain », Iris, 2000, n° 19 : 93-102.

Boblet-Viart, Marie-Hélène, « From Epic Writing to Prophetic Speech : Le Livre des Nuits and Nuit d’Ambre », L’Esprit Créateur, Lexington, KY., Summer 2000, n° 40(2) : 86-96.

Montoro-Araque, Mercedes, « L’Esthétique du ‘corps-déchet’ de cette fin de siècle : Virginie Despentes et Sylvie Germain », Iris, 2000, n° 19 : 103-14.

Fisher, Claudine G., « Sylvie Germain, la faiseuse de mythes », Revue Francophone de Louisiane, Autumn 1992, n° 7(2) : 131-43.

Magill, Michèle M., « Entretien avec Sylvie Germain », The French Review, Santa Barbara, CA., Dec. 1999, n° 73(2) : 334-40.

Guibert

Bellour, Raymond, « H.G./F. », Grand Street, Denville, NJ., 1991, n° 10(3 (39)) : 79-80.

Boulé, Jean-Pierre, « Hervé Guibert : Création littéraire et roman faux », The French Review, Santa Barbara, CA., Feb. 2001, n° 74(3) : 527-36.

Boulé, Jean-Pierre, « ‘Tout ange est terrible’ (A propos des articles nécrologiques sur Hervé Guibert) », L’Esprit Créateur, Lexington, KY., fall 1997, n° 37(3) : 61-71.

Caron, David, « Playing Doctors : Refiguring the Doctor-Patient Relationship in Hervé Guibert’s AIDS Novels », Literature and Medicine, Chicago, IL., Fall 1995, n° 14(2) : 237-49.

Chambers, Ross, « The Suicide Experiment : Hervé Guibert’s AIDS Video, La Pudeur ou l’impudeur », L’Esprit Créateur, Lexington, KY., Fall 1997, n° 37(3) : 72-82.

Decarie, Isabelle, « L’Identité posthume dans Le Paradis d’Hervé Guibert », L’Esprit Créateur, Lexington, KY., Spring 2000, n° 40(1) : 100-10.

Orban, Clara, « Writing, Time, and AIDS in the Works of Hervé Guibert », Literature and Medicine, Chicago, IL., Spring 1999, n° 18(1) : 132-50.

Sarkonak, Ralph, « Traces and Shadows : Fragments of Hervé Guibert », Yale French Studies, New Haven, CT., 1996, n° 90 : 172-202.

Schehr, Lawrence R., « Hervé Guibert under Bureaucratic Quarantine », L’Esprit Créateur, Lexington, KY., Spring 1994, n° 34(1) : 73-82.

Wilkerson, Donna, « Hervé Guibert : Writing the Spectral Image », Studies in Twentieth Century Literature, Manhattan, KS., Summer 1995, n° 19(2) : 269-88.

Houellebecq

Abecassis, Jack I., « The Eclipse of Desire : L’Affaire Houellebecq », MLN, Baltimore, MD., Sept. 2000, n° 115(4) : 801-26.

Juliet

Mariette, Catherine, « Quand le regard du poète croise l’œil du peintre : Les Rencontres de Charles Juliet », Iris, 1996, n° 16 : 195-206.

Le Clézio

Anderson, Alison, « Translating J. M. G. Le Clézio », World Literature Today, Norman, OK., Autumn 1997, n° 71(4) : 695-702.

Beckett, Sandra L., « Crossing the Borders : The ‘Children’s Books’ of Michel Tournier and Jean-Marie Gustave Le Clézio », Lion and the Unicorn : A Critical Journal of Children’s Literature, Mankato, MN., Jan. 1998, n° 22(1) : 44-69.

Brown, John L., « A New Book of Flights : Immigration and Displacement in J. M. G. Le Clézio’s Poisson d’or », World Literature Today, Norman, OK., Autumn 1997, n° 71(4) : 731-34.

Dubor, Françoise (introd.) ; Dawson, Deidre (tr.) ; Pflanze, Katrine (tr.), « J. M. G. Le Clézio », Yale French Studies, New Haven, CT., 1988 ; supp. : 209-236.

Jollin, Sophie, « From the Renaudot Prize to the Puterbaugh Conference : The Reception of J. M. G. Le Clézio », World Literature Today, Norman, OK., Autumn 1997, n° 71(4) : 735-40.

Knapp, Bettina L., « J. M. G. Le Clézio’s Desert : The Myth of Transparency », World Literature Today, Norman, OK., Autumn 1997, n° 71(4) : 703-08.

Le Clézio, Marguerite, « Langage ou réalité : La Phénoménologie platonicienne de J.M.G. Le Clézio », The French Review, Carbondale, IL., Mar. 1981, n° 54(4) : 530-537.

Naturel, Mireille, « Ailleurs et altérité dans trois romans contemporains : L’Amant, Le Chercheur d’or, La Goutte d’or », Études Francophones, Lafayette, LA., Spring 1998, n° 13(1) : 29-42.

Ohlmann, Judith, « Discours de Le Clézio dans Onitsha : Aspects d’une écriture hétéroclite ou Onitsha : Un Récit à desseins invisibles et une écriture comme dessin », Tropos, East Lansing, MI., Spring 2000, n° 26 : 48-64.

Putnam, Walter, « J. M. G. Le Clézio and the Questions of Culture », World Literature Today, Norman, OK., Autumn 1997, n° 71(4) : 741-44.

Riggan, William (introd.) ; Schoolcraft, Ralph,-III (bibliography), « The Questing Fictions of J. M. G. Le Clézio », World Literature Today, Norman, OK., Autumn 1997, n° 71(4).

Siganos, André, « L’Insecte initiatique chez J. M. G. Le Clézio », Arquipelago, Jan. 1982, n° 4 : 7-22.

Smith, Stephen-L., « Le Clézio’s Search for Self in a World of Words », Modem Language Studies, Kingston, RI., 1980, n° 10(2) : 49-58.

Thibault, Bruno, « ‘Awaite Pawana’ : J. M. G. Le Clézio’s Vision of the Sacred », World Literature Today, Norman, OK., Autumn 1997, n° 71(4) : 723-29.

Thibault, Bruno, « Du stéréotype au mythe : L’Écriture du fait divers dans les nouvelles de J. M. G. Le Clézio », The French Review, Carbondale, IL., May 1995, n° 68(6) : 964-75.

Thibault, Bruno, « La Métaphore exotique : L’Écriture du processus d’individuation dans Le Chercheur d’or et La Quarantaine de J. M. G. Le Clézio », The French Review, Santa Barbara, CA., Apr. 2000, n° 73(5) : 845-61.

Thompson, William, « Voyage and Immobility in J. M. G. Le Clézio’s Desert and La Quarantaine », World Literature Today, Norman, OK., Autumn 1997, n° 71(4) : 709-16.

Modiano

Avni, Ora, « Patrick Modiano : A French Jew ? », Yale French Studies, New Haven, CT., 1994, n° 85 : 227-47.

Bertrand, Didier, « Patrick Modiano, d’hier et d’aujourd’hui », Romance Notes, Chapel Hill, NC, Winter 1997, n° 37(2) : 217-26.

Bridges, Victoria (introd.) ; Barbour, Sarah (tr.), « Patrick Modiano : Quartier perdu », Yale French Studies, New Haven, CT., 1988, supp. : 259-283.

Kaminskas, Jurate D., « Les Structures de l’échange dans Fleurs de ruine de Patrick Modiano », Romance Notes, Chapel Hill, NC., Spring 1993, n° 33(3) : 239-48.

Kaminskas, Jurate D., « Quête/enquête – à la recherche du genre : Voyage de noces de Patrick Modiano », The French Review, Carbondale, IL., May 1993, n° 66(6) : 932-40.

Naudin, Marie, « Le Paris de Patrick Modiano », Revue Francophone de Louisiane, Spring 1989, n° 4(1) : 24-29.

Prince, Gerald, « Re-Membering Modiano : Or, Something Happened », SubStance, Madison, WL, 1986, n° 15(1 (49)) : 35-43.

Telford, Kevin, « That Still, Silent I : Photographic Images as Text in the Novels of Patrick Modiano », RLA : Romance Languages Annual, West Lafayette, IN., 1998, n° 10(1) : 168-71.

Telford, Kevin, « Identity Is a Verb : Re-righting the Self in the Novels of Patrick Modiano », French Forum, Nicholasville, KY., Sept. 1994, n° 19(3) : 347-56.

Warehime, Marja, « Paris and the Autobiography of a flaneur : Patrick Modiano and Annie Ernaux », French Forum, Nicholasville, KY„ Jan. 2000, n° 25(1) : 97-113.

Ndiaye

Moudileno, Lydie, « Délits, détours et affabulation : L’Écriture de l’anathème dans En famille de Marie NDiaye », French Review, Santa Barbara, CA, Feb. 1998, n° 71(3) : 442-53.

Teko Agbo, K. Ambroise ; Mitsch, Ruthmarie H. (translator), « En famille or the Problematic of Alterity », Research in African Literatures, Columbus, OH., Summer 1995, n° 26(2) : 158-68.

Nothomb

Helm, Yolande, « Amélie Nothomb : “L’Enfant terrible” des Lettres belges de langue française », Études Francophones, Lafayette, LA, Spring 1996, n° 11(1) : 113-20.

Quignard

Charney, Hanna, « Les Silences de la voix : De Quignard à Des Forêts », L’Esprit Créateur, Lexington, KY., Fall 1994, n° 34(3) : 35-41.

Pautrot, Jean-Louis « De La Leçon de musique à La Haine de la musique : Pascal Quignard, le structuralisme et le postmoderne », French Forum, Nicholasville, KY., Sept. 1997, n° 22(3) : 343-58.

Redonnet

Criso, Rachael Α., « The Verbosity of Minimalism : Sarraute, Duras and Redonnet », Women in French Studies, Muncie, IN., July 1993, n° 1 : 21-26.

Mazza-Anthony, Elizabeth, « Border Crossings in Marie Redonnet’s Splendid (Seaside) Hotel », Studies in Twentieth Century Literature, Manhattan, KS., Summer 1996, n° 20(2) : 491-504.

Motte, Warren, « Redonnet’s Symmetries », French Forum, Nicholasville, KY„ May 1994, n° 19(2) : 215-28.

Stump, Jordan, « Separation and Permeability in Marie Redonnet’s Triptych », French Forum, Nicholasville, KY., Jan. 1995, n° 20(1) : 105-19.

Rouaud

Pilchowski, Sandrine Collomb, « Entretien avec Jean Rouaud », French Review, Santa Barbara, CA., Dec. 2001, n° 75(2) : 350-55.

Sallenave

Dawson, Deidre (introd. & tr.), « Danièle Sallenave : The Writer as Archaeologist », Yale French Studies, New Haven, CT., 1988, supp. : 237-257.

Thibault, Bruno, « Danièle Sallenave et le thème de la vie séparée dans les nouvelles d’Un printemps froid », French Forum, Nicholasville, KY., Jan. 1997, n° 22(1) : 75-91.

Thibault, Bruno, « Entretien avec Danièle Sallenave », French Review, Santa Barbara, CA., Dec. 2000, n° 74(2) : 346-55.

Thibault, Bruno, « La Chute du communisme et l’accélération de l’histoire dans Les Trois Minutes du diable de Danièle Sallenave », Symposium : A Quarterly Journal in Modem Literatures, Syracuse, NY., Summer 2000, n° 54(2) : 113-25.

Toussaint

Fauvel, Maryse, « Jean-Philippe Toussaint et la photographie : Exposer le roman », RLA : Romance Languages Annual, West Lafayette, IN., 1994, n° 6 : 38-42.

Fauvel, Maryse, « Narcissisme et esthétique de la disparition chez Jean-Philippe Toussaint », Romanic Review, New York, NY., Nov. 1998, n° 89(4) : 609-20.

Kluppelholz, Heinz, « Jean-Philippe Toussaint dans son bain », Études Francophones, Lafayette, LA., Spring 1998, n° 13(1) : 151-58.

Motte, Warren, « Toussaint’s Small World », Romanic Review, New York, NY., Nov. 1995, n° 86(4) : 747-60.

Volodine

Scanlan, Margaret, « Literature at the Margins : The Terrorist as the Novelist in Antoine Volodine’s Lisbonne, dernière marge », New Novel Review, Elmira, NY., Oct. 1995, n° 3(1) : 67-81.

Notes

1 Serge DOUBROVSKY, « Détour/Détournement », dans L’Amérique des Français., Christine FAURÉ et Tom BISHOP, Éd. François Bourin, 1992, p. 236-237.

2 Antoine COMPAGNON, « The Diminishing Canon of French Literature in America », Stanford French Review, Vol. 15, no. 1-2, 1991, p. 103-117.

3 Christine Angot, Pierre Bergounioux, Robert Bober, François Bon, Renaud Camus, Patrick Chamoiseau, Éric Chevillard, Hélène Cixous, Didier Daeninckx, Marie Darrieussecq, Régine Detambel, Conrad Detrez, Patrick Deville, Patrick Drevet, Jean Echenoz, Annie Ernaux, Christian Gailly, Sylvie Germain, Hervé Guibert, Éric Holder, Michel Houellebecq, Régis Jauffret, Charles Juliet, Philippe Le Guillou, J.M.G. Le Clézio, Linda Lê, Gérard Macé, Pierre Michon, Richard Millet, Patrick Modiano, Alain Nadaud, Marie NDiaye, Amélie Nothomb, Christian Oster, Hervé Prudon, Jean-Benoît Puech, Pascal Quignard, Vincent Ravalec, Jean Rouaud, Marie Redonnet, Danièle Sallenave, Eugène Savitzkaya, Jean-Jacques Schulh, Jacques Serena, Jean-Philippe Toussaint, Frédérick Tristan, Antoine Volodine, Martin Winckler.

4 Notre bibliographie complète comprend trois sections : les romans disponibles en traduction américaine, les articles indexés dans la bibliographie de la MLA et les thèses de Doctorat soutenues aux États-Unis. La section bibliographique consacrée aux thèses de Doctorat peut être consultée dans Sabine LOUCIF, « L’Université américaine et le roman français d’aujourd’hui : des esthétiques de l’identitaire », Études sur le roman du second demi-siècle, n° 1, mai 2002, p. 79-84. Les deux autres sections font suite à notre propos.

5 Allan BLOOM, The Closing of the American Mind, Simon and Chuster, 1987.

6 Abraham LINCOLN, Discours de 1858.

7 Pour une analyse plus approfondie des liens entre pratiques universitaires et débats culturels et politiques aux États-Unis, voir Sabine LOUCIF, A la Recherche du canon perdu : l’enseignement de la littérature française dans les universités américaines, Presses Universitaires du Nouveau Monde, 2001.

8 Voir par exemple la thèse de Sandrine Bacholle qui aborde la question du renouvellement de l’identité féminine chez Ernaux et celle de Michele Chossat pour qui les personnages féminins d’Ernaux, en prenant les bonnes décisions, deviennent des femmes fortes et indépendantes. Les thèses de Christine Fau et Odile Whittaker abordent plus spécifiquement la question de la classe sociale, en relation avec la condition féminine.

9 De manière générale, les écrits théoriques de Cixous sur le féminisme intéressent davantage que ses romans.

10 Hervé Allet s’intéresse à la conquête coloniale dans Désert, Jean-Xavier Ridon aborde l’œuvre de Le Clézio en tant que discours ethnologique et discours sur le voyage et Jean-Yves Solinga et Mary Vogl étudient les représentations du Maghreb.

11 Bruno BLANCKEMAN, « Patrick Modiano : une mémoire empoisonnée », Encyclopédie sonore Audiosup.

12 B. BLANCKEMAN, « Patrick Modiano : une fiction en litige », Elseneur, n° 17, septembre 2001.

13 B. BLANCKEMAN, « Patrick Modiano : une mémoire empoisonnée », op. cit.

14 Le phénomène est d’autant plus frappant que les romans récents de Modiano, Dora Brader et Du plus loin de l’oubli sont disponibles en traduction américaine.

Auteur

Université d’Hofstra (États-Unis)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540