Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Annie Ernaux

 | 
Pierre-Louis Fort
, 
Violaine Houdart-Merot

Féminin et féminisme : au-delà des évidences

Lorsque le sujet devient agent : écriture et engagement chez Annie Ernaux

Barbara Havercroft

Texte intégral

  • 1 Patricia Mann, 1994, Micro-Politics: Agency in a Postfeminist Era, Minneapolis, University of Minne (...)

1Depuis la fin des années 1980, la notion complexe d’engagement a fait couler beaucoup d’encre chez certaines théoriciennes et philosophes œuvrant principalement en Amérique du Nord. Des chercheures telles que Judith Butler (dont certains ouvrages ont enfin été traduits en français), Helga Druxes, Patricia Mann, Rita Felski, Susan Hekman et Shirley Neuman ont avancé de nouvelles conceptions de l’engagement, en se servant de termes comme « agentivité » (traduction française du terme anglais agency) ou « puissance d’agir », et en explorant ses dimensions sociales, éthiques, politiques et discursives. Dans le but de proposer une conception de l’agentivité apte à rendre compte de la possibilité d’agir dans la société occidentale actuelle, où le sujet semble plutôt pris dans un état de sujétion, emprisonné par les discours et les institutions qui le déterminent et l’entourent, ces théoriciennes se sont penchées sur le désir, le pouvoir et les moyens nécessaires pour faire advenir des changements sociaux. La conscience des injustices du patriarcat, encore très présentes, même aujourd’hui, doit mener aux actions. D’où la définition suivante du concept d’agentivité que suggère Patricia Mann : le terme « agentivité » « fait référence aux actions, jugées signifiantes, effectuées par un individu ou par un groupe, à l’intérieur d’un cadre social ou institutionnel particulier1. » Ainsi conçue, l’agentivité entraîne une interaction nécessaire entre le sujet féminin et la société, dans la mesure où ses actions sont susceptibles de provoquer des mutations sociales sur le plan des normes, des contraintes ou des limites.

  • 2 Shirley Neuman, 1993, « ReImagining Women : An Introduction », dans Shirley Neuman et Glennis Steph (...)
  • 3 Helga Druxes, 1996, Resisting Bodies: The Negotiation of Female Agency in Twentieth-Century Women’s (...)
  • 4 Rita Felski, 1989, Beyond Feminist Aesthetics: Feminist Literature and Social Change, Cambridge, Ma (...)

2Un élément important de ce débat récent sur l’agentivité est la relation étroite entre subjectivité et agentivité, un rapport qui est évident dans la définition qu’offre Shirley Neuman du dernier terme : d’après elle, l’agentivité serait « la capacité d’agir de façon autonome, d’influer sur la construction de sa propre subjectivité et sur sa place et sa représentation dans l’ordre social2. » L’agentivité est donc reliée à la subjectivité, tout en en étant distincte, ce qui se manifeste également dans la façon dont Helga Druxes décrit l’agentivité, à savoir comme le modus operandi du sujet3. Effectivement, on peut être sujet d’énonciation sans pour autant accéder au statut d’agent, sans que son discours effectue des changements sociaux ou politiques. Tel est le cas, par exemple, d’un sujet d’énonciation qui ne fait que réitérer des clichés et des stéréotypes afin de les perpétuer, de les propager davantage, sans ajouter une dimension critique, sans les questionner. Il s’avère donc que le langage occupe une place capitale dans le fonctionnement de l’agentivité, vu son rôle déterminant dans la transmission de l’idéologie et dans la construction de toute subjectivité. Rita Felski souligne ce rapport étroit entre langage et subjectivité au sein de toute théorie de l’agentivité, prétendant que ce rapport est nécessaire à une théorie « qui cherche à établir des liens entre des textes littéraires et une politique émancipatrice, en forgeant un lien entre la dimension sémantique du texte et des agents sociaux potentiels4. »

  • 5 Judith Butler, 1997, The Psychic Life of Power: Theories in Subjection, Stanford, Stanford Universi (...)
  • 6 Ibid., p. 11.
  • 7 Ibid., p. 11.
  • 8 Ibid., p. 12. Ma traduction.
  • 9 Judith Butler, 1990, Gender Trouble: Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge, (...)
  • 10 Judith Butler, 1997, Excitable Speech: A Politics of the Performative, New York, Routledge, p. 38. (...)

3Si la définition du terme « agentivité » de Shirley Neuman (citée ci-dessus) met en avant « la capacité d’agir de façon autonome » (je souligne), on peut néanmoins se demander dans quelle mesure le sujet possède cette liberté et cette autonomie requises pour agir. C’est justement sur ce point crucial concernant les actions soi-disant autonomes que les théories de Judith Butler sont pertinentes. D’après la philosophe américaine, le sujet est toujours et déjà pris dans un immense filet de discours préalables qui le fait paradoxalement exister. De plus, « aucun individu ne devient sujet sans d’abord être assujetti5 » sans être « un effet6 » de cette même sujétion qui le crée. Lors d’un renversement saisissant, le pouvoir qui influe sur le sujet, le rendant sujet à son contexte social et politique, s’avère précisément le pouvoir dont il se sert pour agir7. Butler formule la question ainsi : « Comment cela se fait-il alors que le pouvoir duquel le sujet dépend afin d’exister et que le sujet est forcé de répéter se retourne contre lui-même lors de cette réitération ? Comment penser la résistance en termes de réitération8 ? » Si le sujet est effectivement toujours assujetti, il n’en reste pas moins, selon Butler, qu’il peut répéter le même discours qui l’opprime pour le contrer, pour le resituer dans un contexte différent, ouvert à de nouvelles significations. Cette réitération discursive est au centre de la conception butlerienne de l’agentivité (de la puissance d’agir) puisque, d’après elle, la mise en question des normes et des lois du genre sexuel s’effectue dans le contexte performatif de la répétition : « toute signification résulte de la nécessité de répéter : l’agentivité est donc à situer dans la variation de cette répétition9. » Ainsi existe-t-il la possibilité d’une nouvelle signification provoquée par une répétition performative, par une variation du discours antérieur qui le place dans un nouveau contexte, qui le détourne. Il s’agit de la répétition d’une subordination, mais cette répétition sert un autre but, « dont l’avenir est partiellement ouvert10. »

4Qu’en est-il de l’analyse de l’agentivité dans le texte littéraire ? Etant donné que plusieurs théories de l’agentivité proviennent de la philosophie, de la sociologie ou de la théorie politique, comment examiner la manifestation et le déploiement de ce concept au sein de l’œuvre littéraire ? Notons d’abord que le texte littéraire, dans toute sa complexité, est un site par excellence d’agentivité au féminin, rempli de potentialités de toutes sortes, comme le constate Sherry Simon :

  • 11 Sherry Simon, 1991, « Présentation », dans Sherry Simon, Pierre L’Hérault, Robert Schwartzwald et A (...)

Il n’est pas étonnant que le texte littéraire, lieu privilégié de contestations des formes et des totalités, se montre fasciné par ces transformations [celles de l’identité et des grandes unités fondatrices de la culture], en fasse la problématisation et contribue […] à créer de nouvelles figures de l’espace culturel11.

5Si tout texte littéraire peut provoquer de tels changements, il n’est pas surprenant que la littérature au féminin constitue un lieu important d’agentivité, où les écrivaines peuvent raconter leur expérience, la critiquer ou la commenter, la reformuler ou la réinterpréter, tout en s’érigeant comme sujets et agents d’écriture. Les représentations littéraires constituent des lieux opportuns pour les auteures qui souhaitent contester les normes – en particulier, celles relatives au genre sexuel – qui régissent et déterminent leur vie. Comme nous le verrons, l’inscription de l’agentivité dans les textes d’Annie Ernaux va bien au-delà de la seule représentation des actions des personnages. En suivant les propos de Butler concernant la répétition et la variation qui sont, pour elle, au cœur de l’agentivité, j’avancerai que le discours utilisé pour (re)présenter le passé dans l’œuvre d’Annie Ernaux est lui-même susceptible de constituer une forme d’agentivité, critiquant les contraintes et les mentalités antérieures et actuelles et agissant sur les attitudes du lectorat et sur les normes sociales. En effet, certaines stratégies discursives d’ordre itératif – la citation, le cliché, le stéréotype, la métatextualité et l’intertextualité – permettent une répétition critique dans le contexte de l’ouvrage en question. La fonction de ces procédés textuels dépasse le seul but de faire revivre la vie d’antan ; leur emploi crée également une source notable d’agentivité discursive. Dans ce qui suit, j’examinerai deux formes de cette répétition discursive avec variation – le stéréotype et la citation – dans l’œuvre d’Annie Ernaux afin de montrer comment cette auteure opère ce renversement textuel décisif dont parle Butler, pour produire des textes véritablement engagés.

  • 12 Ruth Amossy, 1991, Les Idées reçues. Sémiologie du stéréotype, Paris, Nathan, p. 30.
  • 13 Ibid., p. 35.

6Que ce soit l’épouse bourgeoise emprisonnée dans son carcan de vie insatisfaisante dans La Femme gelée, la fille aux mœurs soi-disant légères tombée enceinte hors du mariage dans L’Événement, la femme amoureuse qui attend impatiemment l’appel et la visite de l’amant dans Passion simple, ou la femme rongée par la jalousie dans L’Occupation, l’œuvre d’Annie Ernaux érige habilement certains stéréotypes reconnaissables, ne serait-ce que pour les sonder et les rejeter par la suite. Le stéréotype doit son existence même à la répétition, car il « désigne les unités préfabriquées » provenant du déjà-dit et du déjà-pensé, « à travers lesquelles s’impose l’idéologie sous le masque de l’évidence12. » Dangereux, le stéréotype, constitué d’un schème ou d’une image de seconde main, « catégorise abusivement [et] simplifie outrageusement13», empêchant toute pensée critique. Répéter et dénoncer les stéréotypes, c’est révéler les fausses croyances qui leur servent de base, c’est faire un geste éthique, en particulier lorsqu’il s’agit de démythifier les schèmes collectifs figés relatifs au genre sexuel féminin.

7Cet emploi critique du stéréotype se trouve entre autres dans La Femme gelée, où l’image de l’épouse bourgeoise contente de son sort est démantelée avec soin, ce qui se manifeste dans le portrait que dessine la narratrice de Madame Desfontaines, la mère de son amie Brigitte. Représentante digne de la femme-ménagère, Madame Desfontaines, toujours enfermée dans la maison, obsédée par la propreté et par la préparation de la nourriture, ne se consacre qu’à ses tâches domestiques :

  • 14 Annie Ernaux, 1981, La Femme gelée, Paris, Gallimard, collection « Folio », p. 76.

Mme Desfontaines, toujours là, toupinant dans sa cuisine, petits lavages, petite couture minutieuse, et nous interdisant la salle à manger, vous allez salir. Univers menu, où à mes yeux on s’occupait de petites choses, récurer des boutons de porte, quelle farce […]. Univers ralenti, tellement silencieux pour moi qui vis du matin au soir dans un creuset de voix. Ce silence des cuisines l’après-midi. Vide, oppressant, pas celui de l’école, si plein quand les élèves travaillent, prêt à exploser en rires et en cris au-dehors. Un silence engourdissant. J’avais hâte de partir14.

8Cette représentation du stéréotype de la ménagère bourgeoise s’effectue par l’emploi habile de quelques oppositions binaires qui servent à mettre en évidence le sort de Madame Desfontaines et les aspirations et croyances de la jeune narratrice. L’espace privé et cloîtré de la sphère domestique s’oppose à celui, public et mouvementé, de l’école. Le silence « engourdissant » et la solitude de l’espace clos de la maison Desfontaines créent un grand contraste avec le « creuset de voix » et le contact avec autrui qui caractérisent la vie de la narratrice. Cette dernière ne se contente pas d’ailleurs de réitérer le stéréotype pour le dénoncer implicitement, mais ponctue le portrait de la femme bourgeoise de remarques personnelles ironiques qui énoncent sa critique ouvertement. Justement, l’emploi de l’expression « quelle farce », accompagnée d’une série d’adjectifs péjoratifs – le silence « vide » et « oppressant » ; l’univers « menu » et « ralenti » – exprime explicitement l’attitude négative de la narratrice envers cette image préfabriquée. Qui plus est, elle constate que la mère est en train de transmettre à sa fille ses propres habitudes et convictions ; Brigitte est en pleine formation bourgeoise, afin de perpétuer le même stéréotype qu’incarne sa mère. Notons que la narratrice emploie encore une autre stratégie itérative, celle de la citation des paroles de Madame Desfontaines (« vous allez salir ») pour critiquer davantage le stéréotype qu’elle évoque. Enfin, la narratrice saisit cette mise en discours du stéréotype pour s’en distancier, pour affirmer sa propre identité qui serait différente, croit-elle, de celle de Madame Desfontaines.

  • 15 FG, p. 181.
  • 16 FG, p. 124.
  • 17 FG, p. 129.
  • 18 FG, p. 130.

9Mais le stéréotype de l’épouse bourgeoise que représente Madame Desfontaines ne fait que préfigurer la répétition du même schème chez la narratrice. Suite à son mariage, la narratrice subit « [d]es années d’apprentissage15 », une formation qui la réduit au même stéréotype que celui qu’elle a désapprouvé auparavant chez Mme Desfontaines. Étouffant « [s]es craintes, [s]es pressentiments16 », elle « mim[e] les gestes des femmes mariées17 » pour finir par assumer son rôle de bonne épouse bourgeoise, bien différent de celui de son mari, qui juge que les tâches ménagères ne relèvent pas de sa responsabilité : « Midi et soir, je suis seule devant les casseroles18 ». Une fois le premier bébé arrivé, ces rôles stéréotypés bifurquent davantage, car c’est à la narratrice d’élever l’enfant, tout en s’occupant de la cuisine et de la maison :

  • 19 FG, p. 149-150.

[...] j’ai été seule dans le F 3 avec le Bicou en train de pleurer, la table de la cuisine encombrée par la vaisselle du petit déjeuner, le lit défait, le lavabo de la salle de bains noirci par la poussière du rasage. Papa va travailler, maman range la maison, berce bébé et elle prépare un bon repas. […] Quel silence à l’intérieur quand le Bicou cesse de chanter. […] Comment avais-je pu penser que c’était ça la plénitude19.

10Dans cet extrait, la narratrice érige le même stéréotype que celui incarné par Madame Desfontaines : la ménagère bourgeoise prise avec toutes les responsabilités domestiques. La lourdeur de ce fardeau est bien mise en relief par l’emploi de l’énumération qui précise toutes les tâches inaccomplies qui lui restent à faire. De plus, l’emploi de la troisième personne pour faire référence aux rôles différents des deux époux (« Papa va travailler, maman range la maison ») sert non seulement à accentuer l’attribution de ces derniers selon le genre sexuel, mais aussi à les généraliser. En effet, ce n’est pas uniquement la narratrice qui reste enfermée dans la maison pendant que son mari travaille à l’extérieur, mais c’est le sort de toutes les mamans, tandis que tous les papas sont dégagés du travail ménager. Autrement dit, l’emploi des substantifs « maman » et « papa » réduisent les personnages particuliers à des types et à leurs rôles respectifs. Si le silence et l’opposition entre l’espace privé et l’espace public refont surface dans cette deuxième représentation du stéréotype de la ménagère, il n’en reste pas moins que cette répétition s’effectue avec variation. Là où Madame Desfontaines semble ravie de son sort, la narratrice est par contre frustrée, fâchée et épuisée, dépourvue du temps nécessaire à réaliser ses buts personnels et professionnels. Ainsi, la répétition (pour une deuxième fois) avec variation de ce stéréotype permet à la narratrice de rendre sa critique de ce schème figé encore plus mordante, en même temps qu’elle souligne le contraste entre les deux personnages : l’épouse bourgeoise heureuse et celle qui a eu la prise de conscience de son sort et se révolte contre lui.

  • 20 Antoine Compagnon, 1979, La Seconde Main ou le travail de la citation, Paris, Seuil, p. 36.

11Autre stratégie d’ordre itératif, la citation foisonne dans les textes d’Annie Ernaux et témoigne éloquemment de l’agentivité de l’auteure. Souvent utilisées à des fins critiques, les citations chez Annie Ernaux proviennent de multiples sources : des membres de sa famille, des connaissances, des voix anonymes – le « on dit » des énoncés parfois clichés –, des chansons, des textes littéraires, des journaux, ainsi que des extraits tirés de son agenda, de son journal intime et de son carnet d’adresses. L’emploi que fait Annie Ernaux de la citation répond bien à la façon dont Antoine Compagnon la qualifie, à savoir de « puissance en acte, le pouvoir symbolique ou magique de la parole20. » Et cette description du fonctionnement de la citation rappelle justement l’expression choisie par la traductrice des textes de Judith Butler pour rendre le terme « agency » en français : la puissance d’agir. En effet, une des formes discursives de cette puissance d’agir chez Annie Ernaux, un des signes des plus évidents de son engagement, c’est bien cette puissance en acte que constitue la citation.

  • 21 Bruno Blanckeman (2013), « L’écrivain impliqué : écrire (dans) la Cité », in Bruno Blanckeman et Ba (...)
  • 22 Annie Ernaux, 2000, L’Événement, Paris, Gallimard, p. 96. Tout renvoi ultérieur à ce texte sera ind (...)
  • 23 Év, p. 99.
  • 24 Lors de ses commentaires sur la « transcription des paroles » dans ses textes, Annie Ernaux mention (...)

12Les exemples de ce procédé répétitif dans l’œuvre d’Annie Ernaux sont si nombreux qu’il est difficile d’en choisir seulement un ou deux pour les besoins de cette brève analyse. Cela dit, il existe deux citations percutantes dans cette œuvre qui sont particulièrement aptes à illustrer à quel point Annie Ernaux est une écrivaine « impliquée », pour emprunter l’expression de Bruno Blanckeman21. Une de ces citations, la phrase humiliante prononcée par l’interne lors de la nuit de l’avortement dans L’Événement, met en évidence des préjugés relatifs à la classe sociale et au genre sexuel. Cette seule et unique phrase, composée de six mots, réussit à performer toute une critique des normes, des attitudes et des comportements de l’époque (dont les vestiges existent toujours aujourd’hui chez certains). Face à la jeune protagoniste en pleine hémorragie à l’hôpital, le jeune médecin chargé du curetage de l’utérus lui hurle : « Je ne suis pas le plombier22 ! » Cette courte phrase injurieuse exprime tant son insensibilité envers sa patiente souffrante que son préjugé relatif à la classe ouvrière. Évoquer le métier du plombier, duquel l’interne s’éloigne avec véhémence, c’est également faire allusion à la classe sociale de cet ouvrier, classe que le chirurgien croit être celle de sa patiente. Sa tâche d’arrêter le flot de sang chez la jeune femme en hémorragie est ici comparée implicitement à celle de colmater une fuite d’eau, rappelant évidemment le travail habituel d’un plombier. Cette comparaison fait ressortir à la fois l’absence frappante d’empathie chez le médecin et son attitude misogyne envers sa patiente. Lorsque ce dernier découvre son erreur (s’être trompé de classe), il éprouve de la honte : il a « traité une étudiante de la fac des lettres comme une ouvrière du textile ou une vendeuse de Monoprix23 ». Il n’en demeure pas moins que cette fille « de la fac » est en pleine transition de classe, effectuant un passage de la classe ouvrière à la bourgeoisie par le biais de l’éducation. Le fait qu’elle ne soit pas encore membre à juste titre de la bourgeoisie souligne une fois de plus l’importance de la classe sociale en matière de traitement des avortées. En citant ces paroles blessantes de jadis, Annie Ernaux réussit à communiquer l’état affectif de la jeune narratrice souffrante à l’hôpital, à exprimer les attitudes misogynes et injustes du passé et à critiquer ces dernières de façon mordante. C’est dire que la citation de l’énoncé offensant du médecin, répété et resitué dans le contexte du récit autobiographique, lui permet d’agir sur lui et sur les mentalités désuètes qu’il véhicule24.

  • 25 Annie Ernaux, 1997, La Honte, Paris, Gallimard, p. 15.
  • 26 H, p. 15.
  • 27 H, p. 31.

13Mon deuxième exemple est tiré de La Honte, où l’auto-citation fonctionne précisément de la façon avancée par Butler, soit comme une manifestation de l’agentivité provoquée par la variation d’une répétition. Au début du récit, suite à la narration de « la scène » de la tentative de meurtre, Annie Ernaux décrit le comportement et le discours de son père relatifs à cet épisode effrayant : « [Mon père] répétait “pourquoi tu pleures, je ne t’ai rien fait à toi”. Je me rappelle une phrase que j’ai eue : “Tu vas me faire gagner malheur”25. » Dans une note de bas de page, l’auteure explique le sens de cette expression provenant de son patois normand : « devenir fou et malheureux pour toujours à la suite d’un effroi26 ». Citer ce dialogue entre père et fille, c’est non seulement invoquer le contexte original de la répétition paternelle – où le commentaire du père semble viser à le déculpabiliser ou du moins, l’excuser –, mais c’est aussi donner voix à la peine de la narratrice, à la fois au moment de l’énoncé et à celui du contexte présent de la narration de l’événement douloureux. Plutôt que de recourir au français standard pour produire une paraphrase de l’énoncé normand, l’auteure choisit d’employer la langue de son enfance en province, à laquelle se rattachent des connotations de ses origines ouvrières. Ce n’est pourtant pas la seule occurrence de cet énoncé normand, car l’auteure se sert justement de cette même expression, mise en italique, à deux moments ultérieurs dans La Honte. Lors de ces deux reprises citationnelles, l’emploi de l’expression normande devient lui-même l’objet d’une autre stratégie discursive, à savoir le discours métatextuel commentant l’usage de la citation et du patois : « Dire “il s’agit d’un traumatisme familial” ou “les dieux de l’enfance sont tombés ce jour-là” n’entame pas une scène que seule l’expression qui m’est venue alors pouvait rendre, gagner malheur27 ». Si Annie Ernaux cite ces deux clichés – mis entre guillemets pour accentuer leur caractère banal et préfabriqué –, précisant ainsi ce qu’elle aurait pu mobiliser comme stratégie discursive face à l’événement épouvantable, c’est uniquement pour les rejeter. Comme elle le signale, seul l’énoncé « gagner malheur » convient à représenter l’horreur qu’elle a ressentie en tant que témoin de « la scène » de 1952.

  • 28 H, p. 31.
  • 29 Sur la notion de palimpseste dans l’œuvre d’Annie Ernaux, voir Élise Hugueny-Léger, 2014, « Annie E (...)

14Encore faut-il remarquer que l’expression « gagner malheur » est citée de nouveau, lorsque la narratrice raconte ses recherches aux Archives de Rouen. Dans le but de découvrir les possibles lectures de ses parents au moment de « la scène » et de situer l’événement traumatique personnel dans le contexte d’événements historiques datant de juin 1952, elle consulte des articles du journal Paris-Normandie. Annie Ernaux l’avoue franchement, elle reporte cette activité de recherche redoutée depuis de nombreuses années, tant elle craignait la résurgence du trauma de « la scène » : « C’est une chose que je n’avais jamais osé faire […] jusqu’ici, comme si j’allais gagner malheur de nouveau en ouvrant le journal de juin28 ». Ainsi l’emploi de l’expression « gagner malheur » construit-il un palimpseste énonciatif complexe29, composé de la citation répétée, de la citation de la citation et du discours métatextuel commentant cette stratégie citationnelle, autant de couches textuelles superposées pour mettre en relief la tâche énonciative ardue que se donne Annie Ernaux en rédigeant ce récit : la recherche de mots susceptibles de dire ce qui ne se laisse pas dire, de représenter les effets néfastes et la charge affective de ce trauma d’antan.

  • 30 Pour une analyse de l’agentivité à l’œuvre dans « Je ne suis pas sortie de ma nuit », voir Barbara (...)

15Comme cette analyse le montre, Annie Ernaux se sert adroitement du stéréotype et de la citation pour représenter le passage de ses narratrices d’un état d’assujettissement à celui d’agent et ce, par le biais du même discours susceptible de les garder prisonnières de leur sujétion. Ce faisant, Annie Ernaux effectue ce renversement discursif, cette répétition avec variation qui est au cœur de la conception de l’agentivité chez Judith Butler. Ce n’est qu’un petit aperçu de la transformation du sujet en agent qu’on découvre partout dans cette œuvre riche. En fait, si on qualifie une œuvre d’engagée, d’impliquée ou bien, d’un lieu scriptural d’agentivité, il faut bien se demander comment cette écriture agit, comment elle accomplit certains actes, ainsi que la nature de ces derniers. Dans le cas d’Annie Ernaux, on pourrait dire que toute son œuvre consiste en un faire discursif mélioratif, en une écriture dotée d’une dimension performative qui se déploie sur le plan éthique. C’est une écriture qui agit, que ce soit pour sonder l’expérience du trauma et de la honte dans le texte éponyme, pour explorer les affres de sa lutte contre le cancer du sein dans L’Usage de la photo, pour faire le deuil de ses parents dans La Place, Une Femme et Je ne suis pas sortie de ma nuit30, pour formuler une critique féministe, jamais dogmatique, du patriarcat, entre autres dans L’Événement et La Femme gelée ou plus généralement, pour exposer partout les injustices et les enjeux importants relatifs à la classe sociale, à la sexualité et surtout à la condition féminine. De cette manière, les textes d’Annie Ernaux ne témoignent pas que d’un seul engagement individuel, mais sont dotés d’une portée nettement plus large, rejoignant la collectivité du lectorat par le biais de récits qui nous touchent tous, qui nous impliquent tous, qui nous parlent tous.

Notes

1 Patricia Mann, 1994, Micro-Politics: Agency in a Postfeminist Era, Minneapolis, University of Minnesota Press, p. 14. Ma traduction.

2 Shirley Neuman, 1993, « ReImagining Women : An Introduction », dans Shirley Neuman et Glennis Stephenson (éd), ReImagining Women: Representations of Women in Culture, Toronto, University of Toronto Press, p. 10. Ma traduction.

3 Helga Druxes, 1996, Resisting Bodies: The Negotiation of Female Agency in Twentieth-Century Women’s Fiction, Détroit, Wayne State University Press, p. 9.

4 Rita Felski, 1989, Beyond Feminist Aesthetics: Feminist Literature and Social Change, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, p. 153. Ma traduction.

5 Judith Butler, 1997, The Psychic Life of Power: Theories in Subjection, Stanford, Stanford University Press, p. 11. Ma traduction.

6 Ibid., p. 11.

7 Ibid., p. 11.

8 Ibid., p. 12. Ma traduction.

9 Judith Butler, 1990, Gender Trouble: Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge, p. 143. Ma traduction.

10 Judith Butler, 1997, Excitable Speech: A Politics of the Performative, New York, Routledge, p. 38. Ma traduction.

11 Sherry Simon, 1991, « Présentation », dans Sherry Simon, Pierre L’Hérault, Robert Schwartzwald et Alexis Nouss, Figures de l’identitaire au Québec, Montréal, XYZ éditeur, p. 9.

12 Ruth Amossy, 1991, Les Idées reçues. Sémiologie du stéréotype, Paris, Nathan, p. 30.

13 Ibid., p. 35.

14 Annie Ernaux, 1981, La Femme gelée, Paris, Gallimard, collection « Folio », p. 76.

15 FG, p. 181.

16 FG, p. 124.

17 FG, p. 129.

18 FG, p. 130.

19 FG, p. 149-150.

20 Antoine Compagnon, 1979, La Seconde Main ou le travail de la citation, Paris, Seuil, p. 36.

21 Bruno Blanckeman (2013), « L’écrivain impliqué : écrire (dans) la Cité », in Bruno Blanckeman et Barbara Havercroft (éds), Narrations d’un nouveau siècle : Romans et récits français (2001-2010), Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, p. 71-81.

22 Annie Ernaux, 2000, L’Événement, Paris, Gallimard, p. 96. Tout renvoi ultérieur à ce texte sera indiqué par la seule mention Év, suivie du numéro de la page.

23 Év, p. 99.

24 Lors de ses commentaires sur la « transcription des paroles » dans ses textes, Annie Ernaux mentionne cette même remarque du médecin, pour expliquer que les mots cités « sont lourds de significations », qu’ils « “ramassent” la couleur d’une scène, sa douleur, son étrangeté ou la violence sociale ». Voir Annie Ernaux, 2003, L’Écriture comme un couteau. Entretien avec Frédéric-Yves Jeannet, Paris, Éditions Stock, p. 130-131.

25 Annie Ernaux, 1997, La Honte, Paris, Gallimard, p. 15.

26 H, p. 15.

27 H, p. 31.

28 H, p. 31.

29 Sur la notion de palimpseste dans l’œuvre d’Annie Ernaux, voir Élise Hugueny-Léger, 2014, « Annie Ernaux : une écriture palimpseste ? Inscriptions, effacements et possibilités de réinvention dans son œuvre », dans Francine Best, Bruno Blanckeman et Francine Dugast-Portes (éd), Annie Ernaux : le temps et la mémoire, Paris, Stock, p. 51-68.

30 Pour une analyse de l’agentivité à l’œuvre dans « Je ne suis pas sortie de ma nuit », voir Barbara Havercroft (2001), « Auto/biographie et agentivité au féminin dans “Je ne suis pas sortie de ma nuit” d’Annie Ernaux », dans Lucie Lequin et Catherine Mavrikakis (éd), 2001, La francophonie sans frontière : une nouvelle cartographie de l’imaginaire au féminin, Paris, L’Harmattan, p. 517-535.

Auteur

Université de Toronto

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540