Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Autour de la guerre d’Espagne

 | 
Serge Salaün
, 
Carlos Serrano

A. Les stratégies politiques

La Casa del Pueblo de madrid en novembre-décembre 1936

Jean-Louis Guereña

Volltext

  • 1 Casa del Pueblo de Madrid, Memoria de la Junta Administrativa. Octubre de 1934 a Junio de 1936. Ma (...)
  • 2 Jean-Louis Guereña, "Les socialistes madrilènes et l'éducation au début du XXe siècle", Matériaux (...)
  • 3 Edmundo Dominguez, Cándido Pedrosa, Pedro San Juan, Angel Simon, Sebastian Gonzalez, Manuel Ronco, (...)
  • 4 Amaro Del Rosal, Historia de la U.G.T. de Espana 1901-1939. Madrid : Ediciones Grijalbo, 1977, I p (...)

1La réouverture des locaux de la Casa del Pueblo de Madrid le 17 février 1936, incidence directe des élections et de la victoire du Front populaire1, va redonner tout son dynamisme au formidable dispositif mis en place par les socialistes madrilènes au début du 20e siècle2, après deux années de fermeture et l'emprisonnement du Comité directeur à la suite de la grève du 8 septembre 1934 et la découverte d'armes lors de perquisitions dans les locaux de la rue Piamonte. Un Bureau intérimaire, élu le 1er novembre 1934, reste en fonction jusqu'en 19363, lorsque les événements vont placer Madrid au centre de l'actualité. La Casa del Pueblo et les organisations qu'elle abrite, en particulier celles liées à l'Union Générale des Travailleurs (U.G.T.) va assumer alors un rôle éminent, mobilisateur, avant et surtout après le soulèvement de juillet. Centre culturel et politique, la Casa del Pueblo est en prise directe sur les événements et rassemble tous les soirs une véritable "fourmilière humaine"4.

  • 5 Santos Juliá, La izquierda del PSOE (1935-1936). Madrid : Siglo XXI, 1977, p. 139-140.

2Le processus unitaire déclenché après 1934, avec l'intégration de la C.G.T.U. dans l'U.G.T. et le rapprochement P.S.O.E.-P.C.E.5 donne une autre dimension à l'U.G.T et concrètement à la Casa del Pueblo de Madrid, principalement à partir de novembre 1936, lorsque la résistance du peuple madrilène mettra en échec les projets des armées nationalistes de s'emparer de la ville.

Novembre 1936. La Commission exécutive de la "Casa del Pueblo"

  • 6 Julio Aróstegui, Jesús A. Martinez, La Junta de defensa de Madrid Noviembre 1936 Abril 1937. Madri (...)
  • 7 Comisión de defensa de la Casa del Pueblo de Madrid, réunion du 7-XI-1936.
  • 8 Comisión Ejecutiva, réunion du 10-XI-1936, et J. Aróstegui, J.A. Martinez, ouvr. cité, p. 76.

3Les faits sont bien connus. Devant la gravité de la situation due à l'avance des troupes nationalistes, le gouvernement décide d'évacuer la capitale pour s'installer à Valence. Ce qu'il fait le 6 novembre. Madrid reste alors sous le contrôle d'une Junte de Défense présidée par le Général Miaja6. Lors de ces journées décisives du début novembre 1936, "face à une désorganisation totale à la suite du départ des organismes étatiques", et à l'évacuation, avec le gouvernement, de la "presque totalité de nos organismes syndicaux nationaux", se met en place à la Casa del Pueblo une structure visant à répondre aux difficiles événements. Devant l'urgence, le 7 novembre, une "commission de défense de la Casa del Pueblo de Madrid" est mise sur pied, en liaison avec la Junta de Defensa de Madrid qui vient de se constituer. En font partie, Giordano Bruno Navarro, Vicente Huélamo Garcia, Luis Nieto de La Fuente (secrétaire), Pablo Yagüe Estebaranz, et José de La Fuente Jiménez (Président)7. Le seul point à Tordre du jour du 7 novembre, journée cruciale pour l'organisation de la Résistance, est le choix des représentants de la Casa del Pueblo à la Junta de Defensa de Madrid : Pablo Yagiie, titulaire, et Luis Nieto, suppléant, seront chargés de la question, primordiale dans une ville assiégée, du ravitaillement8.

4Établie en session permanente, "étant données les circonstances graves que traverse Madrid", pour répondre aux problèmes de l'heure, et surtout mobiliser les syndiqués, la "commission de défense" se transforme en "commission exécutive", passés les premiers dangers, le 10 novembre. La Commission exécutive, renforcée par Montera (nommé le 14 novembre) et Orueta (le 17), tiendra 13 réunions en novembre 1936, parfois conjointement avec la Junte administrative, et 6 seulement en décembre, alors que les directions des syndicats présents dans la Casa del Pueblo se réunissent trois fois en novembre-décembre 1936. Nous pouvons donc suivre régulièrement les activités de la Commission exécutive de la Casa del Pueblo, son rôle, ses tâches.

5La première question qui se pose est celle de la représentativité de cette Commission, face surtout à la Junte administrative élue en 1934. Lors de la réunion du 10 novembre, une longue discussion au sein de la Commission exécutive essaie d'en fixer les compétences. Pour Nieto et La Fuente, la commission fut désignée par les directions des syndicats de la Casa del Pueblo pour exercer des "fonctions directives en toute responsabilité". Huélamo confirme qu'il leur est nécessaire d'"assumer la responsabilité sur tout", car la commission administrative a été désavouée. Pour Bruno, la commission exécutive n'est qu'une commission de défense, et la représentation légale de la Casa del Pueblo demeure entre les mains de la Junte administrative.

  • 9 Comisión Ejecutiva, réunion du 14-XI-1936.
  • 10 Acta de la reunion de Juntas directivas, celebrado en el Salon grande de la Casa del Pueblo de Mad (...)
  • 11 Casa del Pueblo de Madrid. Boletin oficial de la Comisión Ejecutiva n° 1, décembre 1936, p. 1, art (...)

6Ces divergences dans la conception du rôle de la Commission exécutive vont se manifester très rapidement lors de l'élection du représentant de la Casa del Pueblo à l'Assemblée municipale que va élire la Junta de Defensa de Madrid9. A Bruno qui pense que ce sont les comités directeurs des syndicats qui doivent élire ces représentants, Nieto, Lafuente et Yagüe objectent que la Commission exécutive possède L'autorité suffisante pour ce faire, et les représentants de la Casa del Pueblo ont toujours été désignés par la Junte administrative". Lors de la réunion du 29 novembre des organes de direction des syndicats, la question des compétences de la commission exécutive revient encore en discussion. Pour le représentant des boulangers, "l'organisme qui a été ratifié à deux reprises par l'assemblée des organes de direction possède les pleins pouvoirs". La gestion de la commission exécutive est ainsi approuvée à l'unanimité10. Le Bulletin officiel de la commission exécutive de la Casa del Pueblo peut alors déclarer dans l'éditorial de son premier numéro que la commission exécutive "possède toute l'autorité et toutes les prérogatives accordées par les comités directeurs pour répondre aux nécessités du moment et du futur..."11. Par delà les divergences politiques et les conflits de pouvoir, c'est en fait tout la question de la nature de l'U.G.T qui est en jeu. Ce même article oppose le présent de l'organisation, dynamique et pleine d'activité, à un passé "d'hésitations et d'inactions".

7La commission exécutive de la Casa del Pueblo de Madrid ne fait que souligner la nouvelle conjoncture politique, particulièrement au sein de l'U.G.T où coexistent socialistes et communistes :

  • 12 Memoria 1936-1937, p. 5-6 et 15.

"Las dos tendencias marxistas hemos convivido en la Comisión ejecutiva durante este lapso de tiempo, manteniendo en todo momento nuestros puntos de vista y llegando siempre a las conclusiones que, al parecer, convenían a los intereses de los trabajadores, en relación con los graves instantes que se viven.12

8La même situation se produit au sein des syndicats, et la commission exécutive, dans son bilan, insiste sur l'"accord total qui a existé entre l'ensemble des syndicats et cette commission exécutive". A partir de 1936 en effet, la double affiliation U.G.T.-P.C.E. est relativement courante.

9A la Junte administrative de 1934, traditionnellement socialiste, succède ainsi une commission exécutive plus représentative de l'ensemble des forces réelles sur le terrain, dans l'ensemble "marxiste" : P.C.E. (Pablo Yague, secrétaire du syndicat des boulangers), et J.S.U. (Luis Nieto) à côté du P.S.O.E. (Giordano Bruno Navarro). En novembre 1937, la commission exécutive se compose "de trois communistes et de deux socialistes, puisque le Secrétaire s'est incorporé à l'armée".

  • 13 Acta de la reunion celebrada por la Junta administrativa, 13-VIII-1934.
  • 14 Acta de la reunion de Juntas directivas, 29-XI-1936.
  • 15 Memoria 1936-1937, p. 14.

10Qu'il semblait loin le temps où la vente de l'organe du P.C.E., Mundo Obrero, était interdite dans les locaux de la Casa del Pueblo13. Dès le mois de mars 1936, Mundo Obrero et Claridad, organe de la gauche du Parti Socialiste, disposent de boîtes à lettres dans les locaux de la Casa del Pueblo, à leur demande, "afin de retirer les convocations qui leur sont adressées". En novembre 1936, le Parti Communiste y dispose même d'un bureau. La concession de ce bureau par la commission exécutive, manifestation d'un état de fait, est inscrite à l'ordre du jour de la réunion des directions des syndicats du 29 novembre 1936. Et si personne ne s'y oppose - même dans la Junte administrative - la décision provoque de nouveau un conflit de compétences entre la commission exécutive et la junte administrative. Quant aux socialistes, ils font remarquer que le moment est mal choisi, tout en se félicitant que "se resserrent les liens entre les travailleurs"14. De même, un bureau est attribué à la Juventud Socialista Unificada (J.S.U.)15.

11La dynamique du processus unitaire s'était imposée. La Casa del Pueblo, qui n'était pas à l'origine un organisme de l'U.G.T, mais qui abritait un grand nombre d'organisations adhérant à l'U.G.T, était devenue la représentation de l'U.G.T à Madrid.

12Les nouveaux dirigeants de la Casa del Pueblo appuient sans réserve la Junta de Defensa de Madrid, "notre plus grand dirigeant politique d'aujourd'hui" :

  • 16 Manifeste de la commission exécutive de la Casa del Pueblo, Claridad, n° 201, 20-XI-1936, p. 3. Vo (...)

"La Junta de Defensa de Madrid, que encarna la principal arma que ha de conducirnos al triunfo, bajo la dirección del Gobierno del Frente Popular, merece toda la confianza del pueblo antifascista, y a la cual nos ofrecemos de manera incondicional'16.

La défense de Madrid. Le bataille de la "Casa del Pueblo"

  • 17 Claridad, n° 201, 20-XI-1936, p. 2. Ce même numéro signalait les étroites relations de Claridad av (...)

13La première mission de la Casa del Pueblo de Madrid, comme de l'ensemble des forces politiques et sociales qui soutiennent la Junta de Defensa est bien entendu la défense de la capitale, l'organisation de la résistance. La Casa del Pueblo contribue ainsi fortement à la mobilisation des Madrilènes, sur un plan pratique (organisation d'un bataillon, mobilisation des syndicats), et sur le terrain idéologique. Le Manifeste de la commission exécutive de la Casa del Pueblo du 20 novembre17 tente de galvaniser touts les énergies en rappelant les priorités essentielles de l'heure :

"Esta Comisión ejecutiva de la Casa del Pueblo, firme en su puesto, os alienta para proseguir en la lucha como hasta hoy, reforzando el sentido de disciplina para que ésta sea una disciplina de guerra y para reforzar la organización, ya que ambas armas son en estos instantes indispensables para la victoria".

  • 18 Casa del Pueblo de Madrid, n° 1, décembre 1936, p. 2 et 4.
  • 19 "En el primer aniversario de guerra contra el fascismo", Casa del Pueblo, Boletín oficial de la Co (...)
  • 20 Memoria 1936-1937, p. 8. Voir José de La Fuente, "Las milicias de la U.G.T. defienden la capital. (...)

14Pour la Casa del Pueblo, "la première mission des Syndicats de classe est de gagner la guerre", ce qui impose "une discipline de fer, une discipline de guerre"18. L'intervention de la Casa del Pueblo de Madrid dans l'organisation de la résistance ne date pas de novembre. Dès le 18 juillet 1936, "tous nos Syndicats mobilisaient leurs membres et leur remettaient des fusils"19. Plus tard, les syndicats organisent des bataillons de milices : Boulangers, Arts Graphiques, Constructions... La nouvelle commission exécutive, sensible aux consignes d'unité et de discipline pour une meilleure efficacité de la lutte, souhaite "dès le premier moment que les anciennes Milices soient encadrées dans une armée organisée, avec un commandement unique (...)"20.

  • 21 Commission exécutive de la Casa del Pueblo, réunion du 10-XI-1936, 10-1-1937 et février 1937.

15A la réunion du 10 novembre de la commission exécutive, Huélamo pose la question de la diversité des bataillons syndicaux et demande leur centralisation sous les auspices de la Casa del Pueblo, "comme bataillon de réserve avec une instruction et un commandement militaire". A cette époque, 15 000 syndiqués sont en période d'instruction. Le 15 novembre, la décision est prise de former un bataillon militarisé, tâche dont sont chargés La Fuente et Montero. Le 19, La Fuente informe ses camarades de la possiblité de former un bataillon de 840 hommes qui doit relever du Commandement des Milices et dont les frais seront pris en charge par le département de la Guerre de la Junta. Deux bataillons furent organisés et versés dans la 67e Brigade. Le premier est formé le 20 novembre21 :

"Este batallón, integrado por compañeros de las distintas organizaciones, que representa a la Casa del Pueblo, no tiene ropas de abrigo, no tiene calzado ; pero en cambio a moral y entusiasmo combativo no tenemos quien nos aventaje, y en el corto tiempo que lleva el Batallón actuando, ya ha tenido su gesta, y con la convicción de nuestras ideas, el Batallón de la Casa del Pueblo fue citado en el orden del día, fue el mejor parte de guerra, al hacer con sus pechos, parapetos que contuvieran el avance de las hordas facciosas".

  • 22 "Una visita al batallón de la Casa del Pueblo", Casa del Pueblo. Boletín oficial de la Comisión Ej (...)

16Par circulaire du 30 novembre, la commission exécutive de la Casa del Pueblo demande à chaque organisation une liste de "camarades ayant entre 20 et 35 ans, sans défaut physique et qui soient disposés à faire partie du Bataillon de Milices qu'organise la Casa del Pueblo", en faisant remarquer que "ce Bataillon dépendra exclusivement du Commandement Militaire des Milices, avec toutes ses conséquences". Intégré dans l'armée populaire, le bataillon participera à la défense de Madrid : combats de la Casa del Pueblo, du Pont des Français,22

  • 23 Memoria 1936-1937, p. 8, et A. Del Rosal, ouvr. cité, t. II, p. 494. La Casa del Pueblo participa (...)

17La Casa del Pueblo, à travers les organisations syndicales, est aussi présente dans la fortification de la ville, les services d'intendance ou de santé. "Chaque fois que les organismes militaires ont eu besoin d'hommes, ils ont toujours trouvé dans la Casa del Pueblo une mine inépuisable"23, signale avec fierté la commission exécutive dans son rapport de 1938.

  • 24 Commission exécutive de la Casa del Pueblo, réunions des 3 et 5-XI-1937. Le Bataillon demeura stat (...)
  • 25 Sur le Comité Popular de Abastos, voir J. Aróstegui et J.A. Martinez, ouvr. cité, p. 147-148. La C (...)

18Le quartier général du bataillon de la Casa del Pueblo était installé rue Alcalá, dans l'ancien Circulo de Bellas Artes. A la suite du soulèvement de juillet 1936, ce magnifique immeuble, comme d'autres bâtiments, avait été saisi et mis à disposition de la Casa del Pueblo et d'autres organisations24. Ses vastes locaux furent ainsi "utilisés par le Comité populaire de Ravitaillement25, par le Bataillon de la Casa del Pueblo, par la 67e Brigade mixte et quelque autre service" puis, plus tard, par l'organisation Haut-parleur du Front (Altavoz del Frente), qui présentait des pièces théâtrales, des conférences, éditait des brochures, projetait des films...

  • 26 Commission exécutive de la Casa del Pueblo, réunion du 19-XI-1936 : "La Fuente plantea la necesida (...)

19En mars 1937, dans le "projet d'utilisation de l'édifice 'Cercle des Beaux-Arts' [...] pour ses services", qu'elle soumet aux organisations madrilènes de l'U.G.T, la commission exécutive de la Casa del Pueblo entend faire de l'ancien Circulo le "Palais du Travail de Madrid", "en y installant une série de services qui servent de distraction aux syndiqués de l'U.G.T à Madrid, ainsi que d'autres qui aident tout spécialement à accomplir le travail de la commission exécutive". L'édifice de la rue Alcalá, qui offrait en outre l'avantage d'être plus à l'abri des bombardements que celui de la rue Piamonte, regroupe tous les services de la Casa del Pueblo dès novembre 3626.

Les syndicats et l'économie

20La participation de la Casa del Pueblo à la défense de Madrid n'est qu'une des tâches qu'assigne la commission exécutive aux syndiqués, et bien évidemment à ceux de l'U.G.T :

  • 27 Casa del Pueblo de Madrid. Boletín oficial de la Comisión Ejecutiva, n° 1, décembre 1936, p. 4, "D (...)

"Los trabajadores en los actuales momentos no tenemos nada más que dos deberes que cumplir : uno, el empunar un fusil para cortar el paso a la canalla fascista ; el otro, coger el pico, el torno, cada uno su herramienta profesional, disponiéndose a trabajar con el ahinco que hay que poner para la conquista de un mañana más justo, al igual que el conquistado por nuestros hermanos rusos"27.

21Le développement de la production, exigé par "le début de la constitution d'une nouvelle société, d'une nouvelle économie", fait ainsi partie des priorités. Même s'il s'agit de construire une nouvelle société, l'heure n'est pas pour la Casa del Pueblo, comme pour les communistes espagnols, à l'abolition de la propriété privée. Dès l'éditorial du premier numéro de son Bulletin, la commission exécutive signale également les dangers d'une collectivisation trop rapide, critique directe bien entendu du mouvement anarchiste :

  • 28 Idem.

"Hay un afán, una carrera para ver quién llega antes en socializar las industrias ; esto es injusto ; no es el momenta de abolir la propiedad privada, es el momenta de ganar la guerra al fascismo, de reconstruir nuestra economía a cambio de todos los sacrificios que sean precisos, y eso no lo conseguiremos si ahuyentamos, si lesionamos los intereses de los pequeños propietarios"28.

  • 29 "Para qué salimos", n° 1, décembre 1936, p. 1.

22L'autre erreur dans laquelle ne doit pas tomber le mouvement syndical, est représenté par la conception anarchiste qui revendique "la prépondérance des Syndicats dans la direction politique du pays". "Les Syndicats, bien orientés par les partis de classe", en bonne théorie socialiste, "sans sortir de l'orbite de leurs activités, peuvent et doivent, avec leur organisation et la connaissance qu'ils ont de leurs industries, être un élément impondérable pour la victoire totale sur le fascisme". La situation nouvelle que traverse l'Espagne donne bien sûr de nouvelles responsabilités aux syndicats qui doivent intervenir directement dans la vie économique, en organisant une économie de guerre, en développant la production de tout ce qui est nécessaire aux combattants, et en "normalisant la production de tous responsabilités aux syndicats qui doivent intervenir directement dans la vie économique, en organisant une économie de guerre, en développant la production de tout ce qui est nécessaire aux combattants, et en "normalisant la production de tous les articles nécessaires pour la population civile"29.

  • 30 Commission exécutive de la Casa del Pueblo, circulaire n° 2/1937, 10-1-1937, et Memoria 1936-1937, (...)

23La Casa del Pueblo élabore même en 1937 un "plan coordonné d'adaptation de l'industrie de Madrid aux nécessités de la guerre et du moment actuel"30.

24Le développement de la production, l'organisation d'une économie de guerre, dans un cadre nouveau, où interviennent directement les syndicats, passent également par les solutions apportées à trois problèmes intimement liés et qui affectent directement la capitale : ravitaillement, évacuation, transports.

  • 31 Casa del Pueblo. Boletin oficial de la Comisión Ejecutiva, n° 2, avril 1937. 6, "Sobre el abasteci (...)

25Le manque de vivres, propre à une ville assiégée qui a vu sa population croître avec l'afflux de réfugiés, est rendu encore plus aigu par la multiplicité des organismes s'occupant du ravitaillement, et l'insuffisance des moyens de transport nécessaires à l'évacuation des civils, pourtant nécessaire pour diminuer le problème du ravitaillement. Pour les dirigeants de la Casa del Pueblo, comme pour ceux de la Junta de Defensa de Madrid, où précisément les représentants de la Casa del Pueblo s'occupent du ravitaillement, il s'agit d'un des problèmes les plus importants et les plus difficiles à résoudre. Pour la commission exécutive de la Casa del Pueblo, les solutions consistent en une rationalisation absolue de l'Espagne républicaine, une politique d'importations par le gouvernement, la création d'un Ministère spécifique, qui dirige à l'échelon national toute la question du ravitaillement, et l'autorité absolue des organismes locaux, qui pourraient être les municipalités. Bien entendu, la commission exécutive appuie totalement la gestion de ses représentants au sein de la Junte de Défense31.

  • 32 Casa del Pueblo de Madrid, n° 1, décembre 1936, p. 3.

26Pour évacuer une partie de la population civile madrilène, la Casa del Pueblo organise diverses expéditions, malgré le manque persistant de moyens de transport32. Fin novembre 1936, une expédition est décidée pour Quintanar, dans la province de Tolède. Une deuxième expédition de 500 femmes et enfants a lieu en décembre pour la province de Cuenca, en autocar et en train.

  • 33 Commission exécutive de la Casa del Pueblo, réunions des 20, 24 et 27 novembre 1936, circulaire n° (...)
  • 34 Ada de la reunión de Juntas diredivas, 29-XI-1936.

27Face aux carences des autres organismes, la Casa del Pueblo met en place ses propres services d'évacuation33 bien que l'unanimité des syndicats ne soit pas totale34.

La question de l'unité

28La Casa del Pueblo de Madrid se trouve placée en novembre 1936 au centre du processus d'unification tant politique, en ce qui concerne les organisations "marxistes" (P.S.O.E.-P.C.E.) que syndical (rapports U.G.T.-C.N.T.) :

  • 35 Memoria 1936-1937, "Relaciones de unidad", p. 9.

"Ha sido preocupación constante procurar el acercamiento posible con las demâs organizaciones antifascistas, con objeto de buscar todo lo que nos pudiera unir, desechando las pequenas cosas que nos separan"35.

  • 36 Commission exécutive de la Casa del Pueblo, réunion du 23-XI-1936.

29Pour la commission exécutive, "l'unité politique et syndicale devient chaque jour plus nécessaire, puisque du bloc monolithique que forment les travailleurs dépend en grande partie le triomphe de notre cause". Dans ce cadre, la Casa del Pueblo participe à la création, fin novembre 36, du Comité de liaison entre les organisations syndicales et les partis de gauche (Parti Communiste, Agrupación Socialista Madrileña, Casa del Pueblo, J.S.U., Jeunesses Libertaires, Fédération de Groupes Anarchistes, Fédération locale des Syndicats Unifiés), destinés à "coordonner les efforts de tous et arriver à l'unification tant désirée du prolétariat"36. Le Manifeste publié le 28 novembre se place résolument dans le cadre de la défense de Madrid et de la situation de guerre :

  • 37 "Ha quedado constituido el Comité de Enlace de las organizaciones obreras de Madrid" Claridad, n° (...)

"Todos reclamamos una dirección unica. Plenamente identificados con esta aspiración, nuestra tarea principal sera que et Poder legítimo de Madrid, como es la Junta de Defensa, encuentre en nosotros, en esta gran fuerza que es el Comité de enlace, todo el apoyo necesario para llevar a la práctica las enormes tareas que ante sí tiene planteadas, tanto en el terreno militar como en el politico social"37.

  • 38 "Acta de la sesión celebrada el día 20 de Diciembre de 1936 por el Comité de la Agrupacion Sociali (...)

30Les relations n'étaient évidemment pas aussi harmonieuses, et le Comité de liaison n'eut qu'une existence éphémère. L'occupation de la Casa del Pueblo par les communistes par exemple n'était pas pour plaire aux socialistes. Les dirigeants de la Fédération madrilène du P.S.O.E. (Agrupacion Socialista Madrilena) protestent, lors d'une réunion en décembre 1936 de la "fraction marxiste du Front Populaire", de ce que les délégations de la Jeunesse Socialiste Unifiée et de la Casa del Pueblo soient composées uniquement de communistes, et que "les représentants de la Casa del Pueblo penchent vers les positions adoptées par les représentants du Parti Communiste"38.

  • 39 "Acta de la reunion celebrada por las Juntas directivas de la Casa del Pueblo convocada por la Jun (...)

31D'autre part, les rapports U.G.T.-C.N.T. se refroidissent considérablement à la suite de l'attentat contre Pablo Yagiie, représentant de la Casa del Pueblo auprès de la Junte de Défense de Madrid. Le président de la commission exécutive expose alors la "nécessité d'expliquer à l'U.G.T et au gouvernement" que la Casa del Pueblo n'est pas disposée à consentir que la C.N.T. se permette de faire ce qu'elle veut, et que "cela ne doit plus se reproduire"39.

  • 40 Id., réunions des 10, 15, 17 et 19 novembre, et 1er décembre 1936. Trois numéros furent publiés : (...)

32Devenue la structure madrilène de l'Union Générale des Travailleurs, la Casa del Pueblo occupe une place centrale dans le dispositif politique de la capitale. Les tâches du moment - la défense, le ravitaillement, l'évacuation - dans le cadre de la nouvelle conjoncture qui donne aux syndicats un rôle et un pouvoir accrus, occupent l'essentiel des activités de la nouvelle direction (commission exécutive) qui coexiste avec l'ancienne junte administrative. La structuration de ses services, la création d'un appareil de propagande, répondent à ces besoins : la publication d'un Bulletin, la mise en place d'une commission de propagande, l'installation d'une station de radio40, contribuent à dynamiser la Casa del Pueblo.

  • 41 Memoria 1936-1937, p. 5.

33En novembre 1936, "en ces moments d'hésitations et de confusions", les syndicats avaient confié à la commission exécutive le soin de "maintenir le moral de notre peuple extraordinaire et de mettre au service de la guerre, et donc, de la révolution populaire l'organisation ouvrière madrilène.41.

  • 42 Casa del Pueblo de Madrid. Boletín oficial de la Comisión Ejecutiva, n° 1, décembre 1936, p. 1, "P (...)

34En décembre 1936, alors que la défense de Madrid continue à mobiliser les énergies, les tâches que la commission exécutive assigne à la Casa del Pueblo sont toujours aussi nettes : "gagner la guerre, renforcer l'unité du prolétariat et consolider le Front populaire"42.

Anmerkungen

1 Casa del Pueblo de Madrid, Memoria de la Junta Administrativa. Octubre de 1934 a Junio de 1936. Madrid : Gráfica Socialista, 1936 (Memoria 1934-1936), p. 29, 38 et 51.

2 Jean-Louis Guereña, "Les socialistes madrilènes et l'éducation au début du XXe siècle", Matériaux pour l'Histoire de notre temps. Paris : B.D.I.C., n° 3-4, juillet-décembre 1985 p. 43-46, et "Les socialistes espagnols et la culture. La Casa del Pueblo de Madrid au début du XXe siècle", Peuple, mouvement ouvrier, culture dans l'Espagne contemporaine (XIXe-XXe siècles), Publications de l'Université de Paris VIII (Actes du Colloque des 28-30 janvier 1988).
Sociétés ouvrières (sections et fédérations syndicales, coopératives), organisations du Parti Socialiste et associations culturelles et éducatives (Association Artistico-Socialiste, Écoles laïques), trouvent leur place dans la Casa del Pueblo.

3 Edmundo Dominguez, Cándido Pedrosa, Pedro San Juan, Angel Simon, Sebastian Gonzalez, Manuel Ronco, Pedro Gutiérrez (Memoria 1934-1936, p. 6-7).

4 Amaro Del Rosal, Historia de la U.G.T. de Espana 1901-1939. Madrid : Ediciones Grijalbo, 1977, I p. 481 et II p. 494 et 500.

5 Santos Juliá, La izquierda del PSOE (1935-1936). Madrid : Siglo XXI, 1977, p. 139-140.

6 Julio Aróstegui, Jesús A. Martinez, La Junta de defensa de Madrid Noviembre 1936 Abril 1937. Madrid : Comunidad de Madrid, 1984, p. 53-86.

7 Comisión de defensa de la Casa del Pueblo de Madrid, réunion du 7-XI-1936.

8 Comisión Ejecutiva, réunion du 10-XI-1936, et J. Aróstegui, J.A. Martinez, ouvr. cité, p. 76.

9 Comisión Ejecutiva, réunion du 14-XI-1936.

10 Acta de la reunion de Juntas directivas, celebrado en el Salon grande de la Casa del Pueblo de Madrid, el día 29 de noviembre de 1936.

11 Casa del Pueblo de Madrid. Boletin oficial de la Comisión Ejecutiva n° 1, décembre 1936, p. 1, art. "Para qué salimos".

12 Memoria 1936-1937, p. 5-6 et 15.

13 Acta de la reunion celebrada por la Junta administrativa, 13-VIII-1934.

14 Acta de la reunion de Juntas directivas, 29-XI-1936.

15 Memoria 1936-1937, p. 14.

16 Manifeste de la commission exécutive de la Casa del Pueblo, Claridad, n° 201, 20-XI-1936, p. 3. Voir aussi l'intervention de Yagüe lors de la réunion des directions syndicales du 2-XII-1936 : "Hace una exposición de lo que ha representado la constitución de la Junta de Defensa, con lo que se ha conseguido elevar la moral de los habitantes de Madrid y encauzar algunos problemas, que debidos a los intereses que había creados, casi se puede asegurar no hubieran podido tener solución".

17 Claridad, n° 201, 20-XI-1936, p. 2. Ce même numéro signalait les étroites relations de Claridad avec l'U.G.T. ("Claridad y la UGT") : "[...] eran sobradamente conocidas por todos nuestras vinculaciones de orden ideológico y personal con los hombres y las tácticas de la Union General de Trabajadores [...]. Desde hoy Claridad se honra con el título de portavoz de los dos millones de trabajadores que integran el gran organismo proletario, médula y cerebro de la Revolución espanola". Le sous-titre de Claridad, jusqu'alors "quotidien du soir", devient "porte-parole de l'U.G.T." à partir du n° 203, 22-XI-1936.

18 Casa del Pueblo de Madrid, n° 1, décembre 1936, p. 2 et 4.

19 "En el primer aniversario de guerra contra el fascismo", Casa del Pueblo, Boletín oficial de la Comísión ejecutiva, n° 3, juillet 1937, p. 1.

20 Memoria 1936-1937, p. 8. Voir José de La Fuente, "Las milicias de la U.G.T. defienden la capital. Una noche en la máquina blindada de los ferroviarios" (Claridad, n° 199, 18-XI-1936, p. 2).

21 Commission exécutive de la Casa del Pueblo, réunion du 10-XI-1936, 10-1-1937 et février 1937.

22 "Una visita al batallón de la Casa del Pueblo", Casa del Pueblo. Boletín oficial de la Comisión Ejecutivva, n° 2, avril 1937, p. 4-5. Le commandant du bataillon, Cela, est un ancien ouvrier peintre (voir aussi réunion du 3-II-1937 de la commission exécutive). Au 10 janvier 1937, le bataillon avait déjà subi son baptême du feu : un mort et quatorze blessés (circulaire de la commission exécutive de la Casa del Pueblo, 10-1-1937).

23 Memoria 1936-1937, p. 8, et A. Del Rosal, ouvr. cité, t. II, p. 494. La Casa del Pueblo participa aussi aux tâches de déblaiement, en créant des brigadas de descombro "pour aider le corps des Pompiers et éviter de possibles épidémies" (Memoria 1936-1937, p. 9).

24 Commission exécutive de la Casa del Pueblo, réunions des 3 et 5-XI-1937. Le Bataillon demeura stationné à Madrid, malgré certaines démarches pour qu'il rejoigne Guadalajara, afin de ne pas laisser sans défense le Cercle des Beaux-Arts, le Couvent et la Casa del Pueblo.

25 Sur le Comité Popular de Abastos, voir J. Aróstegui et J.A. Martinez, ouvr. cité, p. 147-148. La Casa del Pueblo y était représentée.

26 Commission exécutive de la Casa del Pueblo, réunion du 19-XI-1936 : "La Fuente plantea la necesidad de que las Directivas en lugar de estar concentradas en la Casa, lo estén en Bellas Artes por las noches, ante la intensidad de los bombardeos sobre Madrid". Le 20 novembre 1936, la commission exécutive invite les organisations syndicales à évacuer de l'immeuble de la Casa del Pueblo leur documentation essentielle et leurs fonds et à ne pas s'y réunir la nuit.

27 Casa del Pueblo de Madrid. Boletín oficial de la Comisión Ejecutiva, n° 1, décembre 1936, p. 4, "Disciplina de guerra". Voir aussi "Los Sindicatos en la guerra", n° 2, avril 1937, p. 7, et "Formemos los grupos de choque de la producción", p. 4.

28 Idem.

29 "Para qué salimos", n° 1, décembre 1936, p. 1.

30 Commission exécutive de la Casa del Pueblo, circulaire n° 2/1937, 10-1-1937, et Memoria 1936-1937, p. 9.

31 Casa del Pueblo. Boletin oficial de la Comisión Ejecutiva, n° 2, avril 1937. 6, "Sobre el abastecimiento a Madrid" et Acta de la reunion de Juntas directivas, 2-XII936, et exposé de Yagüe.

32 Casa del Pueblo de Madrid, n° 1, décembre 1936, p. 3.

33 Commission exécutive de la Casa del Pueblo, réunions des 20, 24 et 27 novembre 1936, circulaire n° 3/1936, 30-XI-1936, "Instructions générales pour l'évacuation (Seconde expédition - Cuenca et sa province)" et réunion du 8-XII-1936 : "Se acuerda que Orueta dirija una Comisión para preparar las expediciones y organizar una estafeta, comunicando por la prensa y la radio el acuerdo".

34 Ada de la reunión de Juntas diredivas, 29-XI-1936.

35 Memoria 1936-1937, "Relaciones de unidad", p. 9.

36 Commission exécutive de la Casa del Pueblo, réunion du 23-XI-1936.

37 "Ha quedado constituido el Comité de Enlace de las organizaciones obreras de Madrid" Claridad, n° 209, 28-XI-1936, p. 3, et "Hacia el frente unico" Casa del Pueblo de Madrid. Boletín oficial de la Comisión Ejecutiva, n° 1, décembre 1936, p. 4.

38 "Acta de la sesión celebrada el día 20 de Diciembre de 1936 por el Comité de la Agrupacion Socialista Madrilena". Lors d'une série de discours prononcés à la Casa del Pueblo le 20 octobre 1937, Rafael Henche de la Plata peut encore affirmer : "Este acto organizado por la Casa del Pueblo de Madrid, tiene la significación de reanudar la inteligencia intima que existió siempre entre el partido socialista y la Union General de Trabajadores".

39 "Acta de la reunion celebrada por las Juntas directivas de la Casa del Pueblo convocada por la Junta administrativa para dar cuenta del atentado de que ha sido objeto el camarada Yagüe", 23-XI-1936, circulaire n° 1/1937, 7-I-1937, et Commission exécutive de la Casa del Pueblo, réunions du 29-XII-1936.

40 Id., réunions des 10, 15, 17 et 19 novembre, et 1er décembre 1936. Trois numéros furent publiés : n° 1, décembre 1936, 4 p. ; n° 2, avril 1937, 8 p. ; n° 3, juillet 1937, 16 p.
Voir : "Lo que debe ser la" Casa del Pueblo de Madrid. Boletín oficial de la Comisión Ejecutiva Boletin de la Casa del Pueblo", Casa del Pueblo, n° 2, avril 1937, p. 8 ; réunion du 29-XII-1936 et Memoria 1936-1937, p. 16.

41 Memoria 1936-1937, p. 5.

42 Casa del Pueblo de Madrid. Boletín oficial de la Comisión Ejecutiva, n° 1, décembre 1936, p. 1, "Para qué salimos".

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.