Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Autour de la guerre d’Espagne

 | 
Serge Salaün
, 
Carlos Serrano

A. Les stratégies politiques

Une miraculée : la Fédération Nationale de Paysans anarcho-syndicaliste : federación nacional de campesinos

Jacques Maurice

Texte intégral

  • 1 José Peirats, La C.N.T. en la revolución española. Paris : Ruedo Ibérico, 1971, 3 t., t. 2, p. 229
  • 2 César M. Lorenzo, Les anarchistes espagnols et le pouvoir (1868-1969). Paris : Le Seuil, 1969, p. (...)
  • 3 C. Lorenzo, ouv. cit., p. 281-282.

1Le 12 juin 1937 se constitue à Valence, alors capitale de la République, la Federación Nacional de Campesinos, F.N.C., que l'article 3 de ses statuts définit comme "l'organe syndical et économique" des paysans affiliés à la C.N.T1. La décision est prise au lendemain d'un Plenum national de la C.N.T., tenu le 3 juin, dont le programme, rendu public, "signifiait que les anarchistes étaient de nouveau désireux de participer au gouvernement... quinze jours après avoir refusé toute collaboration avec Negrin !"2. Loin d'être une initiative isolée, la création de la F.N.C. s'inscrit ainsi dans la réorientation stratégique à laquelle se livre l'ensemble des organisations libertaires, y compris la Fédération Anarchiste Ibérique, la F.A.I. qui, début juillet, change en effet de nature. Elle n'était jusque là qu'une "vague fédération de groupes affinitaires absolument autonomes". Elle se transforme en "une organisation fondée sur une stricte division territoriale", elle se dote de statuts. Bref, elle fait "un pas de géant vers sa transformation en parti politique"3.

  • 4 Ibid., p. 384.
  • 5 C. Lorenzo, ouv. cit., p. 287-288 et J. Peirats, ouv. cit., t. 3, chap. XXVII.

2Le caractère irréversible de cette évolution se trouve confirmé au cours des mois suivants. En septembre 1937, un Plenum national de la C.N.T. approuve, mais ne rend pas publique, une motion préconisant "une République socialiste démocratique et fédérale issue d'une consultation électorale où les libertaires interviendraient" : César Lorenzo4 y voit le rejet définitif du programme du congrès de Saragosse de mai 1936, c'est-à-dire l'abandon du projet de société connu sous le nom de "communisme libertaire". En janvier 1938, un Plénum national économique élargi prend une série de décisions qui vont toutes dans le sens d'une centralisation de l'économie, les délégués paysans y présentant un long rapport technique sur le "développement national agro-pastoral"5.

  • 6 Frank Mintz, L'autogestion dans l'Espagne révolutionnaire. Paris : Maspéro, 1976, p. 206.

3L'été suivant, Antonio Rosado, l'un des fondateurs de la F.N.C., publie une brochure d'"orientations" destinées aux syndicats et collectivités de paysans de la Régionale andalouse. Il juge, en effet, nécessaire de leur rappeler l'esprit qui avait présidé à la constitution de la F.N.C. ainsi que les "principes" auxquels ils avaient souscrit. Principe fondamental : la subordination de la collectivité au syndicat, son "créateur", et non sa "créature" comme on peut le lire dans l'édition française du livre de Mintz6. Le texte ne peut pourtant prêter à confusion :

  • 7 C.N.T.-A.I.T., Federación Regional de Campesinos de Andalucía Orientaciones. A Sindicatos y Colect (...)

"Que el Sindicato, creador de la Colectividad, tiene el deber de controlar a ésta, a los efectos de que no sean mistificados los principios revolucionarios que llegaron a crearla y darle vida. La Colectividad, pues, no puede ser un organismo independiente del Sindicato, sino algo que, nacido del mismo, se complementan entre sí y se deben en todo mutuamente."7

  • 8 Walther L. Bernecker, Colectividades y revolución social. El anarquismo en la guerra civil espanol (...)

4Sans être tout à fait ignorée, l'existence de la F.N.C. a moins retenu l'attention que les mille et une vicissitudes de la moindre collectivité locale. Ses statuts, reproduits par Peirats, ont juste fait l'objet d'un résumé littéral de Bernecker8. Sa vie intime, son activité ne sont analysées nulle part. Les rares historiens qui en parlent se contentent de la mentionner en passant. Les assemblées de la F.N.C., les décisions qu'elle y prend ne sont jamais mises en rapport avec les situations extrêmement diverses que connaissent les organisations régionales de paysans de la C.N.T. en Catalogne, au Levant, en Aragon, en Castille, en Andalousie. Bref, la F.N.C. intrigue tellement que sa création est interprétée de façon tendancieuse, au pire comme une manifestation d'autoritarisme de la direction de la C.N.T. (Mintz), au mieux comme le résultat de la pression des composantes du Front Populaire (Bernecker).

  • 9 Jacques Maurice, "Problemática de las colectividades agrarias en la Guerra Civil", Agricultura y S (...)
  • 10 Julián Casanova, Anarquismo y revolution de la sociedad rural aragonesa, 1936-1938. Madrid : Siglo (...)
  • 11 Jacques Maurice, Recherches sur l'anarchisme rural en Andalousie (1868-1936), Université de Franch (...)

5C'est pourquoi je me propose de reprendre la question dans l'optique où je m'étais placé dans un travail antérieur sur les collectivités agraires pendant la guerre civile9. Quoi qu'en ait dit, de façon feutrée, un contradicteur10, poser correctement un problème est contribuer grandement à le résoudre. Il s'agit de savoir, en l'occurrence, s'il y a ou non totale solution de continuité entre les réalisations "constructives" de l'anarchisme espagnol en matière agraire après le 18 juillet 1936 et ses projets ou tentatives antérieurs. Aussi l'objet de cette étude sera moins de reconstruire l'histoire de la F.N.C. pendant la guerre civile que d'en éclairer la genèse en retraçant de façon succincte les étapes antérieures - étudiées en détail dans ma thèse11 - de l'anarcho-syndicalisme paysan. Mais il me semble nécessaire, auparavant, d'analyser les statuts que se donne la F.N.C. en juin 1937 afin de préciser le rôle qui lui est assigné par la C.N.T. onze mois après le début de la guerre civile.

Un super-ministère de l'Agriculture

6Les 35 articles, répartis en 8 titres, qui composent les statuts de la F.N.C. peuvent être regroupés en trois ensembles : buts de la Fédération (art. 1-4), structures et règles de fonctionnement (art. 5-25), fonctions (art. 26-32) ; les trois derniers articles précisent la procédure à suivre en ce qui concerne les points litigieux et les cas non prévus.

7La vocation de la F.N.C. est le rassemblement, le regroupement organique de tous les adhérents paysans de la C.N.T., l'expression "paysans travailleurs de la terre" (art. 1) englobant les membres des collectivités et les exploitants individuels syndicalisés par la C.N.T. Or, la mission confiée à la C.N.T. de constituer un système d'économie agraire intégré, "articulé" (art. 4), inclut également la possibilité de rallier les membres des "organismes mixtes C.N.T.-U.G.T." qui, précisons-le, sont la règle dans les provinces andalouses de Cordoue et de Jaén. Ainsi, au détour d'une phrase, affirme-t-on la volonté de se renforcer aux dépens de l'organisation rivale, l'U.G.T., dont la Fédération des Travailleurs de la Terre regroupe militants et sympathisants des partis marxistes, socialistes et communistes.

8En conformité avec le mode d'organisation de l'anarchisme espagnol, la F.N.C. est l'émanation de régionales paysannes "librement structurées". Cependant, on ajoute aussitôt (art. 6) que cela suppose "nécessairement" l'existence de Syndicats ou de Sections de paysans, qui devront eux-mêmes se fédérer à l'échelon de la contrée : comarca, mode d'organisation traditionnel de l'anarchisme en milieu rural, antithétique du modèle de l'U.G.T., fondé sur la province. La direction, le secrétariat national, est composée sur la base de deux représentants par régionale. Son secrétaire est élu par un plénum ou un congrès national et tacitement reconduit chaque année. Il convient de souligner que les décisions de congrès ont un caractère obligatoire pour toutes les composantes et tous les adhérents de la F.N.C. (art. 14). La direction s'entourera, par ailleurs, de commissions spécialisées jouant le rôle de conseils. Dans cette perspective, il est prévu de nouer des liens avec deux organisations de la C.N.T. : l'Association Nationale des Techniciens, la Fédération Nationale des Syndicats de l'Enseignement. Les recettes proviendront d'une quote-part prélevée sur les cotisations des adhérents et ne pouvant dépasser le tiers, ainsi que des "excédents" des unités de production collectives et individuelles affiliées à la F.N.C.

9La "coordination économique" est présentée comme le moyen de constituer un système d'économie agraire propre à la C.N.T. Il ne s'agit plus seulement d'obtenir, en les rendant "obligatoires", les données statistiques indispensables à une planification de la production, vieille idée partagée avec les syndicalistes de l'U.G.T. Il s'agit bien d'une véritable politique dirigiste, tant en ce qui concerne l'organisation de la production (systèmes et techniques de culture) que la commercialisation des produits (notamment à l'exportation) ou encore que l'investissement (engrais, machines agricoles). A cet égard, la F.N.C. est l'intermédiaire obligé de toutes les unités de production tant pour l'achat que pour la vente (art. 26). La F.N.C. s'attribue également le droit de déplacer les paysans vers les zones où la main d'œuvre serait déficitaire (art. 28). Elle prévoit, enfin, des mesures conservatoires - en attendant que la C.N.T. les prenne - tant dans le domaine financier (Cajas de compensación, c'est-à-dire établissements de crédit) que dans celui des assurances contre les sinistres ou celui de la prévision sociale en faveur des exploitants individuels et de leurs familles : maladie, retraite, orphelinat (art. 31 et 32).

10Bref, la F.N.C. de 1937 est conçue comme un super-ministère de l'Agriculture de la C.N.T. plus que comme une organisation syndicale défendant l'intérêt de ses adhérents face aux patrons ou à l'État. La direction de la C.N.T., nous le verrons tout à l'heure, s'adaptait ainsi aux circonstances, prenait en compte les problèmes nouveaux, faisait preuve de réalisme. Mais elle renouait en même temps avec une partie de son histoire, celle des efforts tenaces déployés par quelques-uns de ses militants paysans pour organiser de façon autonome le prolétariat agricole, puis la petite paysannerie, sous l'égide du syndicalisme révolutionnaire.

Une longue histoire

11La structuration de l'anarcho-syndicalisme paysan passe par deux étapes. La première s'étend de 1913 à 1918, années pendant lesquelles la Fédération Nationale d'Ouvriers Agriculteurs - F.N.O.A. - tient régulièrement des congrès. La seconde étape commence en juin 1930 et s'achève provisoirement en juillet 1936 sans que la décision prise en juin 1931 par le congrès extraordinaire de la C.N.T. de créer une Fédération Nationale de Paysans ait reçu le moindre commencement d'exécution. Comment se caractérisent-elles l'une et l'autre ?

12La F.N.O.A. regroupe des organisations de paysans salariés de Catalogne, du Levant, des campagnes cordouanes et gaditanes. Son originalité c'est d'être idéologiquement très proche de la C.N.T., tout en restant organiquement indépendante de celle-ci jusqu'au moment - décembre 1918 - où elle finit par s'y laisser absorber sous la pression des anarchistes de Barcelone. Sa force réside dans la priorité donnée aux revendications : salaire minimum, abolition du travail à la tâche et du salaire nourri, réduction de la journée de travail ; dans sa tactique, aussi, qui combine grève et négociation pour obtenir des résultats tangibles. C'est à Jérez de la Frontera, et plus généralement en Basse Andalousie, que cette orientation est la mieux mise en œuvre. C'est là que s'affirment quelques dirigeants, parmi lesquels le viticulteur Sebastian Oliva qui sera rapporteur de la question agraire aux congrès extraordinaires de la C.N.T. de 1919 et 1931 ; c'est là enfin, qu'est publié l'organe de la F.N.O.A. ; "La Voix du Paysan", La Voz del Campesino.

13Toutefois, la F.N.O.A. est condamnée à disparaître en raison de sa faiblesse programmatique. En effet, le vieux mot d'ordre de "la terre à qui la travaille" est trop ambigu pour donner consistance à l'objectif vague de "socialisation de la terre". Ainsi, en décembre 1918, la F.N.O.A. vote-t-elle une résolution qui félicite les paysans russes d'avoir mis en œuvre ce mot d'ordre tout en regrettant qu'ils n'aient pas saisi "la valeur positive du partage" (c'est moi qui souligne).

14Au sortir de la dictature de Primo de Rivera, le souvenir du rôle joué par la F.N.O.A. dans la mobilisation du prolétariat agricole est encore si vivace que, dès le mois de juin 1930, les jérézans constituent, avec l'appui des dirigeants de la C.N.T., une "commission nationale de relations paysannes", chargée de préparer le congrès constituant d'une fédération rassemblant paysans parcellaires et paysans salariés. Ils feront reparaître bientôt La Voz del Campesino. Rappelons que, deux mois auparavant, en avril 1930, l'Union Générale des Travailleurs avait créé, avec dix ans de retard sur la C.G.T. française, sa fédération paysanne, la Federación Nacional de Trabajadores de la Tierra, dont la ligne reste, jusqu'en janvier 1934, très réformiste.

15Au congrès que tient la C.N.T. en juin 1931, les mêmes jérézans font adopter une plate-forme antilatifundiaire, qui prévoit que les grands domaines expropriés seraient remis en usufruit aux syndicats de paysans qui les administreraient et les exploiteraient "directement et collectivement". Ils font approuver également leur conception d'un syndicalisme paysan dont la fonction, essentiellement pédagogique, serait de faire progresser dans les masses l'idée qu'une agriculture collectivisée et autogérée était conforme à leurs intérêts : désormais, socialisation et collectivisation étaient synonymes. Toutefois, la place du paysan parcellaire dans le nouveau système de production continuait d'être éludée ; au mieux, on la supposait résolue.

16Or, à l'été 1932, les dirigeants jérézans doivent se démettre car ils ont accepté l'introduction de normes de rendement dans l'accord conclu avec le patronat local. Le projet de fédération nationale est alors abandonné et La Voz del Campesino cesse de paraître.

17En mars 1933, la Régionale andalouse décide de constituer sa propre fédération paysanne, en y intégrant les tenanciers : colonos, désormais organisés dans leurs propres sections au niveau local. Mais la résolution votée met en garde contre le démembrement des syndicats uniques : l'autonomie des "organisations nettement paysannes" ne doit pas "dégénérer en indépendance". Parmi les signataires on trouve deux hommes : Bartolomé Montilla, délégué de Castro del Rio (Cordoue), et Antonio Rosado, délégué de Morón de la Frontera (Séville) qui, après le 18 juillet 1936, deviennent respectivement secrétaire de la Régionale andalouse et secrétaire de sa fédération paysanne. Ce n'est pas seulement parce que leurs camarades jérézans ont été liquidés par les fascistes. C'est aussi parce que Rosado et ses amis incarnent une espèce de troisième voie entre le syndicalisme pragmatique des jérézans et la ligne insurrectionnelle des activistes.

18Cette interprétation se trouve confirmée par l'analyse que l'on peut faire rétrospectivement du congrès de Saragosse de mai 1936.

19Préparée conjointement par les délégations paysannes de Catalogne et d'Andalousie, la résolution sur le problème agraire se voulait empreinte de réalisme. Considérant la réforme agraire du Front Populaire comme un "fait accompli", elle proposait de l'infléchir dans un sens collectiviste. Il ne suffisait pas de remettre la terre aux paysans, il fallait - expliquait-on - leur donner les moyens de son "exploitation moderne". Aussi le vieux mot d'ordre de "la terre à qui la travaille" était-il abandonné, ce que, dans sa brochure de l'été 1938, Rosado justifierait par le refus de la démagogie :

  • 12 C.N.T.-F.A.I., Orientaciones, ouvr. cit., p. 16-17.

"El campo fue siempre propicio para la siembra de cualquier semilla, de cualquier tendencia, de todas las demagogias. Y unos por falta de reflexión, y otros por conseguir adeptos entre los campesinos, prometieron a éstos el oro y el moro ; la tierra y el cielo ; la Luna y el Sol... 'i La tierra para el campesino !', gritó todo Crista. Y el campesino soñó siempre con verse dueño de la tierra"12.

20Pour faire entrer dans les faits la solution collectiviste, les congressistes adoptaient un programme beaucoup plus détaillé et en même temps plus radical que la plate-forme antérieure, tout en réaffirmant le rôle déterminant des syndicats dans la création de "communautés de paysans". On soulignait, enfin, la nécessité d'une puissante organisation paysanne "de caractère révolutionnaire" ; mais aucune modalité concrète n'était indiquée : cette organisation se construirait dans l'action, autour des objectifs proposés aux paysans parcellaires et aux ouvriers agricoles. Défendue par les rapporteurs catalans, la résolution était attaquée de deux bords par plusieurs délégués andalous : les uns la jugeaient irréaliste, utopiste ; d'autres, au contraire, la trouvaient trop réformiste. Les avis étaient aussi partagés sur l'opportunité de créer une fédération paysanne.

21Au lendemain de Saragosse, la direction de la C.N.T., désormais installée à Madrid, ne se soucie guère de créer les conditions d'une révolution agraire. Son objectif est, avant tout, un rééquilibrage des forces révolutionnaires en milieu urbain aux dépens de l'U.G.T., renforcée par les communistes. Aurora Bosch et Julián Casanova ont souligné la faiblesse de l'anarcho-syndicalisme en milieu paysan au Levant et en Catalogne à la veille du soulèvement militaire. En Andalousie, où il jouissait d'une situation meilleure, c'est l'organisation paysanne de Morón de la Frontera, animée par Rosado, qui, avec l'appui du comité régional, prend le relais des jérézans. Un congrès intercomarcal est convoqué à Ronda (Malaga) pour le 10 juillet 1936 avec 17 points à l'ordre du jour. Le point 5 est formule ainsi :

" ¿Se ratifica el acuerdo del primer Congreso Nacional Extraordinario de 1931 de crear la Federación Nacional de Campesinos ?"

  • 13 Antonio Rosado, Tierra y libertad. Memorias de un campesino anarcosindicalista andaluz. Barcelona  (...)

22Ce congrès n'aura pas lieu : selon Rosado13. Casares Quiroga informe les organisateurs que le putsch des militaires est imminent et qu'il convient, en conséquence, de suspendre la tenue du congrès...

À problèmes nouveaux, solutions nouvelles

23Ce long retour en arrière nous permet d'aborder maintenant la troisième étape de cette histoire, celle qui s'ouvre avec la transformation d'un putsch manqué en guerre civile.

24Aujourd'hui, personne ne conteste plus sérieusement le fait que la collectivisation dans les campagnes fut une réponse contingente aux problèmes de l'heure : il fallait terminer la moisson, engranger les récoltes ; il fallait nourrir les miliciens, ravitailler les grands centres urbains ; il fallut remplacer au pied levé les propriétaires et administrateurs enfuis ou exécutés. D'où le caractère improvisé de cette collectivisation, d'où également la diversité de ses formes, qui découlait autant de la variété des structures de l'agriculture espagnole que des rapports de force politico-militaires établis localement et régionalement dans le feu de la résistance à la contre-révolution armée.

25Naturellement, la Federación Nacional de Campesinos n'était plus à l'ordre du jour du fait de l'atomisation du pouvoir qui caractérise les premiers mois de la guerre. Ce que mettent en évidence les assemblées tenues de fin août à fin septembre 1936 en Aragon, en Catalogne, au Levant c'est le souci des dirigeants anarchosyndicalistes de respecter petits propriétaires et petits exploitants : le leitmotiv des discussions, motions, articles était que la collectivisation devait, pour démontrer sa supériorité sur l'exploitation individuelle, s'imposer par l'exemple.

26Très vite, cependant, une autre préoccupation se fait jour. Dans les assemblées qui ont lieu en Catalogne (début janvier 1937), en Castille (début avril), on répète à l'envi que le syndicat doit exercer pleinement, dans les faits, sa fonction de contrôle sur la collectivité.

  • 14 Josep M. Bricall, Politico económica de la Generalitat (1936-1939). Barcelona : Península, 1970, p (...)

27Les anarcho-syndicalistes catalans sont les premiers à exprimer cette idée car ils sont dans une situation très particulière. En milieu urbain, notamment à Barcelone, la quasi-totalité des industries et des services sont sous le quasi-monopole de la C.N.T. Il n'en est pas de même dans les campagnes, où la Généralité a rendu obligatoire, le 27 août 1936, la syndicalisation des paysans au sein d'une fédération unique, la Fédération des Syndicats Agricoles de Catalogne : F.E.S.A.C.14. Cette fédération dans laquelle étaient représentées l'organisation des petits vignerons - Unió de Rabassaires - ainsi que les organisations paysannes de l'U.G.T. et de la C.N.T. devait remplir la fonction de centrale de distribution des produits agricoles. On comprend que les dirigeants catalans de la C.N.T. aient revendiqué la possibilité pour leurs collectivités agricoles de se démarquer d'une fédération qui tenait davantage de la coopérative de vente que d'une organisation de défense des producteurs.

28Ajoutons qu'en mars 1937 une préoccupation du même ordre s'exprime en Aragon, à un plénum de fédérations comarcales. Les dirigeants des collectivités s'insurgent alors contre la volonté du Conseil d'Aragon, dont la majorité est pourtant anarchiste, de contrôler le commerce, notamment les exportations. Dans un cas comme dans l'autre, ce qui est mis en cause c'est l'existence d'organes de pouvoir extérieurs à la centrale syndicale.

29Le problème des rapports entre syndicat et collectivité ne se pose pas tout à fait dans les mêmes termes au Levant et en Andalousie.

  • 15 Aurora Bosch Sánchez, Ugetistas y libertarios. Guerra civil y Revolución en el País Valenciano, 19 (...)

30Au Levant, quoi qu'en dise Aurora Bosch15, il existait depuis le début du siècle une tradition d'organisation de la petite paysannerie, concrétisée dans la tenue de plusieurs congrès régionaux. Mais, en mars 1937, les dirigeants anarcho-syndicalistes s'inquiètent de l'autonomie excessive de leurs organisations locales : celle-ci les met en position de faiblesse face à la vive concurrence de deux fédérations paysannes concurrentes, l'une animée par les socialistes, l'autre par les communistes.

  • 16 Luis Garrido Gonzalez, Colectividades agrarias en Andalucia : Jaén (1931-1939). Madrid : Siglo XXI (...)

31En Andalousie orientale, notamment dans les campagnes de Jaén, la situation se trouvait compliquée, au départ, par la forte proportion de collectivités mixtes U.G.T.-C.N.T.16. A en croire Rosado (p. 137), la direction régionale de la C.N.T. avait perçu très tôt la nécessité d'organiser ce qu'il appelle "développement, coordination et défense de l'économie agricole". Mais la voie était étroite. Il fallait, d'une part, éviter l'anarchie inhérente à des unités de production autarciques (et le récit de Rosado fourmille d'anecdotes se rapportant à cet aspect). Il fallait, d'autre part, éviter que la centralisation de l'économie, rendue nécessaire par la poursuite de la guerre, ne fût portée au seul crédit des marxistes. Mais cela n'était pas du goût des gardiens de l'orthodoxie. Ainsi, à un congrès de la F.A.I., tenu à Almeria, Rosado (p. 143) se fit-il taxer de "marxiste consommé" par l'un de ses camarades...

  • 17 A. Bosch, ouv. cit., p. 283-284.
  • 18 A. Bosch, ouv. cit., p. 263 et J. Casanova, ouv. cit., p. 295-296.

32En définitive, on a affaire, au printemps 1937, à une situation des plus complexes qui éclaire la résurrection de la F.N.C. et la mission qui lui est impartie de planifier l'économie agricole dans les zones dominées par la C.N.T. Situation qui éclaire aussi, autant que je puisse juger, son nouvel échec. En effet, son plénum du 20 octobre 193717 décide de créer une fédération nationale de collectivités, ce qui, selon moi, signifiait ceci : la F.N.C. renonçait à intégrer les exploitants individuels et à débaucher les membres non anarchistes des collectivités mixtes. Autre indice significatif : en décembre 1937, l'Aragon, où de nombreuses collectivités s'étaient reconstituées après la dissolution du Conseil par le gouvernement central, n'était toujours pas représenté à la F.N.C. Donne-t-elle par la suite signe de vie ? Seules des recherches complémentaires - dans la presse, dans les archives - permettraient de répondre à la question. Relevons, néanmoins, que les premiers mois de l'année 1938 sont marqués, d'après Bosch et Casanova18 qui s'accordent sur ce point, par une renaissance du fait syndical en milieu paysan. Était-ce parce que la collectivité avait épuisé ses vertus ? La question reste posée.

Un moindre mal

33C'est une ironie de l'histoire que les partisans les plus déterminés parmi les anarchistes d'une organisation autonome de la petite paysannerie et d'une agriculture autogérée aient été poussés par les circonstances à se faire les champions d'une politique agraire planifiée, centralisée, subordonnée à l'effort de guerre. Ils en étaient d'ailleurs parfaitement conscients comme le montre ce jugement porté a posteriori par Rosado sur les expériences collectivistes menées par l'anarcho-syndicalisme dans certaines contrées de l'Espagne républicaine :

  • 19 A. Rosado, ouv. cit., p. 151.

"Aquel ensayo de colectivismo de inspiración marxista representaba una novedad en los medios rurales de nuestra peninsula. No se debía a un proceso de madurez y capacitación de los hombres del agro, y sí de algo improvisado por las exigencias de la guerra, con las dificultades inherentes a un conflicto de tal magnitud"19.

  • 20 C.N.T.-F.A.I., Orientaciones, ouv. cit., p. 6-7.

34Dans son prologue à la brochure d'août 1938, Bartolomé Montilla20 surenchérissait. Notre devise reste : "De chacun selon ses forces et à chacun selon ses besoins". Notre objectif reste le communisme libertaire. Mais les circonstances nous ont obligés, poursuivait-il, à y renoncer provisoirement, à faire de nécessité vertu et à adopter le "système collectiviste" comme un moindre mal.

35On ne peut prendre, pour autant, leurs déclarations au pied de la lettre. Car, enfin, la création de la F.N.C. représentait la revanche des syndicalistes paysans, jusque là minoritaires, sur l'orientation "communaliste" des activistes et des masses qu'ils entraînaient derrière eux. Toutefois, cette initiative, déjà tardive, était hypothéquée au départ par la contradiction fondamentale dans laquelle se débattait la C.N.T. depuis le soulèvement militaire : ou bien, prendre le pouvoir toute seule et courir le risque d'être écrasée ; ou bien, partager le pouvoir et prendre le risque, calculé, de vérifier sa stratégie à l'épreuve de la vie. Faute d'avoir su choisir clairement entre l'un et l'autre terme de l'alternative, la C.N.T. laissa quelques-uns de ses meilleurs militants s'épuiser dans une entreprise impossible. Sans doute est-ce là la raison essentielle pour laquelle la Federacin National de Campesinos a été reléguée aux oubliettes...

Notes

1 José Peirats, La C.N.T. en la revolución española. Paris : Ruedo Ibérico, 1971, 3 t., t. 2, p. 229.

2 César M. Lorenzo, Les anarchistes espagnols et le pouvoir (1868-1969). Paris : Le Seuil, 1969, p. 280-281.

3 C. Lorenzo, ouv. cit., p. 281-282.

4 Ibid., p. 384.

5 C. Lorenzo, ouv. cit., p. 287-288 et J. Peirats, ouv. cit., t. 3, chap. XXVII.

6 Frank Mintz, L'autogestion dans l'Espagne révolutionnaire. Paris : Maspéro, 1976, p. 206.

7 C.N.T.-A.I.T., Federación Regional de Campesinos de Andalucía Orientaciones. A Sindicatos y Colectividades de Campesinos. Ubeda (Jaén), 10 Agosto 1938, p. 26-27.

8 Walther L. Bernecker, Colectividades y revolución social. El anarquismo en la guerra civil espanola, 1936-1939. Barcelona : Crítica, 1982, p. 129-130.

9 Jacques Maurice, "Problemática de las colectividades agrarias en la Guerra Civil", Agricultura y Sociedad, n° 7, abril-junio 1978.

10 Julián Casanova, Anarquismo y revolution de la sociedad rural aragonesa, 1936-1938. Madrid : Siglo XXI, 1985, p. 115.

11 Jacques Maurice, Recherches sur l'anarchisme rural en Andalousie (1868-1936), Université de Franche-Comté (Besançon), 1985, chap. 6 : "Les syndicalistes ou l'impossible fédération paysanne".

12 C.N.T.-F.A.I., Orientaciones, ouvr. cit., p. 16-17.

13 Antonio Rosado, Tierra y libertad. Memorias de un campesino anarcosindicalista andaluz. Barcelona : Crítica, 1979, p. 116-117.

14 Josep M. Bricall, Politico económica de la Generalitat (1936-1939). Barcelona : Península, 1970, p. 145-147.

15 Aurora Bosch Sánchez, Ugetistas y libertarios. Guerra civil y Revolución en el País Valenciano, 1936-1939. Valencia : Institución Alfonso el Magnánimo, 1983, p. 46.

16 Luis Garrido Gonzalez, Colectividades agrarias en Andalucia : Jaén (1931-1939). Madrid : Siglo XXI, 1979.

17 A. Bosch, ouv. cit., p. 283-284.

18 A. Bosch, ouv. cit., p. 263 et J. Casanova, ouv. cit., p. 295-296.

19 A. Rosado, ouv. cit., p. 151.

20 C.N.T.-F.A.I., Orientaciones, ouv. cit., p. 6-7.

Auteur

Université de Paris VIII

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540