Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rafaël Alberti et les avant-gardes

 | 
Serge Salaün
, 
Zoraida Carandell

III. L’exil

Rafael Alberti et Vicente Aleixandre : quelques coïncidences poétiques

Melissa Lecointre

Résumé

Las circunstancias alejaron a Alberti y a Aleixandre pese a las afinidades existentes entre los dos, como su relación con las vanguardias y el surrealismo. Durante los anos 50 y 60, cuando se estrechan las relaciones entre la España del interior y los exiliados, se dedican el uno al otro poemas en que celebran su amistad, recordando un pasado histórico y poético común. Este trabajo estudia las diferentes ocasiones en que los dos poetas reanudan el diálogo y se reencuentran poéticamente

Texte intégral

  • 1 L’idée de l’amitié entre les poètes des années 20 et 30 revient souvent lorsqu’il est question du v (...)
  • 2 Dámaso ALonso, « Una generación poética (1920-1936) », in Poetas españoles contemporáneos, Madrid, (...)
  • 3 José Moreno Villa, Vida en claro, autobiografía, México, Fondo de Cultura Económica, 1976, p. 147.

1Parmi les nombreuses étiquettes appliquées aux poètes espagnols des années 20 et 30, comme generation del 27, del 25, de la dictadura, de los nietos del 98, de la Revista de Octidente ou encore generation Guillén – Lorca, il y a celle de generation de la amistad qui voudrait non seulement que ces poètes forment un groupe homogène, mais encore qu’ils soient amis1. C’est Damaso Alonso qui est à l’origine de cette dernière appellation quand, en 1948, il écrit l’article : « Una generacion poética », dans lequel il précise : « Hay una fluencia de amistad que atraviesa de lado a lado la generacion, desde Salinas a Manolito Altolaguirre »2. Même si ces poètes n’entretenaient pas tous nécessairement des relations amicales, certains noms sont plus étroitement liés à d’autres, comme le souligne José Moreno Villa : « A veces se da en la literatura lo que en la torería, vienen por parejas los escritores : el companero de Bergamín fue Marichalar, como el de Salinas fue Guillén y el de Federico fue Alberti. También pueden constituir parejas, Cernuda con Aleixandre y Altolaguirre con Prados »3 Il ne s’agit pas ici de se demander si Alberti et Aleixandre étaient amis dans la vie réelle, mais de constater que s’il est vrai que le nom d’un poète en évoque souvent un autre, les noms d’Alberti et d’Aleixandre sont rarement associés. Dans La Arboleda perdida, Alberti lui-même trouve curieux que ce lien n’ait pas été davantage cité :

  • 4 Rafael Alberti, La Arboleda perdida, Libro quinto (1988-1996), Madrid, Alianza 1999, p. 187.

Poco se ha hablado de mi entranable amistad con Vicente Aleixandre. Y, sin embargo, yo conservo una abundante correspondencia suya y un purísimo recuerdo de nuestra juvenil y clara amistad. [...] Ignoro por qué se ha hablado tan poco de nuestra relación e, incluso, por que yo no lo he citado mas cuando, sin embargo, guardo intacto su recuerdo, y he cerrado con un poema dedicado a él mis Retornos de lo vivo lejano4.

  • 5 Peu d’études critiques confrontent les deux auteurs. Mis à part les ouvrages sur le surréalisme qui (...)
  • 6 « Ahí están Jiménez, los Machado / Aleixandre, Cernuda, Altolaguirre, Prados / andaluces por los cu (...)
  • 7 Alberti et Aleixandre ont écrit des poèmes qui rendent hommage à des figures du surréalisme françai (...)

2L’étonnement d’Alberti n’a rien de surprenant : il s’agit de deux poètes dont les nombreuses affinités auraient pu donner lieu à une étude particulièrement fertile5. Outre leur proximité sur les rayons des bibliothèques, ils ont également en commun leurs racines andalouses, la nostalgie de la ville de leur enfance qu’ils mythifient dans certains poèmes, Malaga, la ciudad del paraíso, pour Aleixandre, et Cadix, pour Alberti6. Il s’agit dans les deux cas de deux poètes par excellence et non de poètes-professeurs ou de critiques littéraires comme d’autres contemporains. Mais, ce qui les rapproche plus encore, c’est leur appartenance à l’avant-garde, plus particulièrement au surréalisme, terme avec lequel ils ont entretenu une relation ambiguë, refusant l’écriture automatique et l’influence du mouvement français7.

  • 8 Évoqué par Aleixandre dans José Luis Cano, Los Cuadernos de Velintonia, Barcelona, Seix Barral, 198 (...)

3Pourtant, leurs chemins bifurquent dans les années 30, quand le surréalisme d’Alberti aboutit à un engagement politique, alors que la poésie d’Aleixandre se maintient, en apparence, à l’écart des préoccupations du monde extérieur. Ces différences idéologiques font dire à Alberti – mais sans doute s’agit-il là d’une simple provocation – que l’un des rares poèmes écrits par Aleixandre pour la cause républicaine, la « Oda por los niños muertos en Madrid », valait plus que toute La destruction ο el amor8. Le choix d’Aleixandre de rester en Espagne après le conflit, alors que la plupart des poètes contemporains prenait le chemin de l’exil, les éloigne alors de façon concrète.

  • 9 Aleixandre a écrit davantage de textes sur Alberti dans le courant des années 60 et 70, mis à part (...)

4La relation Aleixandre-Alberti a certes jusqu’ici peu retenu l’attention de la critique littéraire. Ce sont davantage les deux poètes qui, eux-mêmes, construisent un lien dans divers écrits, un lien qui, paradoxalement, se resserre à la fin des années 50, une fois que l’exil les a éloignés9.

  • 10 Vicente Aleixandre, Los encuentros, Madrid, Guadarrama, 1958.
  • 11 À travers la correspondance entre Aleixandre et José Luis Cano, on peut dater la rédaction de ce te (...)
  • 12 Rafael Alberti, A la pintura : poema del color y de la línea, Madrid, Aguilar, 1968.

5En 1958, paraissent Los encuentros d’Aleixandre, livre constitué de portraits en prose de poètes et d’écrivains contemporains10. On y trouve le portrait d’Alberti, « Rafael Alberti pintor », qui évoque essentiellement la jeunesse du poète, lorsque celui-ci voulait se consacrer exclusivement à la peinture11. Ce texte fait figure de prologue de la première édition espagnole de A la pintura de 1968, comme si Aleixandre, qui jouissait en Espagne d’un immense prestige, devenait le garant du livre à un moment où la figure d’Alberti était encore perçue avec une certaine réticence par le régime franquiste12.

  • 13 Papeles de Son Armadans, vol XI, n° 32-33 (novembre-décembre 1958), p. 166-167.
  • 14 Rafael Alberti, Retornos de lo vivo lejano, in Obras completas, texte édité par Luis García Montero(...)

6Au cours de la même année, Alberti participe à l’hommage à Aleixandre et à Dámaso Alonso organisé par la revue Papeles de Son Armadans, pour leur soixantième anniversaire13. Il propose le poème « Retornos de Vicente Aleixandre » qu’il inclura, par la suite, à la fin du recueil Retornos de lo vivo lejano. Alberti célèbre l’avant-garde, en insérant à la fin du recueil des figures-clés françaises, allemandes et espagnoles. Placé immédiatement après les retornos de Paul Eluard et de Bertold Brecht, le poème consacré à Aleixandre vient occuper une place significative dans le recueil : il devient le dernier des retours14.

  • 15 Vicente Aleixandre, Retratos con nombre..., p. 21-22.
  • 16 Lettre sans date conservée à la Fundación Rafael Alberti, Puerto de Santa María.
  • 17 Lettre du 12 décembre 1968 conservée à la Fundación Rafael Alberti, Puerto de Santa María.
  • 18 Jorge Guillén, Homenaje. Reuníon de vidas, Milan, All’Insegna del Pesce d’Oro, 1967.

7À l’occasion d’un hommage rendu à Alberti, à Paris, au début des années 60, Aleixandre envoie un poème en vers : « Allende el mar (Rafael Alberti) », qui figurera dans son recueil, Retratos con nombre15. « Sé que se leyó lo que mandé, para estar juntos », écrit Aleixandre dans une lettre à Alberti. C’est dans le même état d’esprit qu’il propose à Alberti de participer à un projet d’édition : « Yo te animo a que te animes y nos veamos reunidos, una vez más, en nuestros cuarenta y pico anos de edad común »16. Quand la distance géographique les sépare, l’idée « d’être ensemble » réunis dans un même texte prend une tout autre valeur et vient se substituer à la relation directe. À propos de l’insertion du portrait « Rafael Alberti, pintor » comme prologue de A la pintura, Aleixandre écrit à Alberti : « Tu A la pintura viene en magna edición. ¡Qué maravilla ! Y estamos juntos », faisant encore allusion à la rencontre produite par les deux textes à l’intérieur du livre17. Il est curieux de constater que l’idée de se retrouver dans un même ouvrage revient souvent dans certains textes de poètes contemporains, à travers des titres comme Homenaje. Reunion de vidas, de Jorge Guillén18.

  • 19 Le rapprochement des deux textes a été évoqué par Gregorio Torres Nebrera. Voir Retornos de la vivo (...)
  • 20 Il est difficile de dater de façon précise ce poème, composé entre 1958 et 1966. Tout me fait croir (...)

8La confrontation de ces deux derniers poèmes, « Retornos de Vicente Aleixandre » et « Allende el mar (Rafael Alberti) » met en lumière un grand nombre de similitudes en ce qui concerne la forme, les champs sémantiques et les thèmes évoqués19. Peu d’années les séparent et les mêmes circonstances président à leur composition : celles de l’hommage, celles de la littérature commémorative20. Le poème d’Aleixandre pourrait être lu comme une réponse à celui d’Alberti. Du point de vue de la forme, la longueur des deux poèmes est presque identique. Celui d’Alberti compte trente-six vers et celui d’Aleixandre trente-cinq. Celui d’Alberti est exclusivement composé d’heptasyllabes et d’hendécasyllabes. Dans les trois premières strophes du poème d’Aleixandre on retrouve ces mêmes mètres différemment combinés, faisant ainsi écho au texte d’Alberti et s’inscrivant dans sa continuité. Bien qu’Aleixandre insère d’autres mètres, l’hendécasyllabe revient scander régulièrement son poème et c’est par ce mètre que s’achève chacun des deux textes.

  • 21 Rafael Alberti, La Arboleda perdida, Primero y segundo libros, (1902-1931), Madrid, Alianza, 1998, (...)

9D’autres parallélismes structurent les poèmes. L’idée « d’amitié » imprègne les deux textes. Le poème d’Alberti introduit d’emblée la notion d’amitié avec l’expression : « mi amigo », reprise au début de la troisième strophe. Celui d’Aleixandre répond à cette interpellation par « amigo contiguo », au début de sa dernière strophe. Les deux poètes évoquent, dans un premier temps, la jeunesse du poète commémoré. Alberti recompose l’image lointaine d’Aleixandre telle qu’elle figure dans sa mémoire, à partir d’un moment concret précisé dans les vers : « de aquellos otros ο de aquellas noches / en las que te encontraba, / alto, pulido y rubio ». Cette représentation correspond presque mot pour mot à celle qui apparaît dans ses mémoires : « Muchas imageries conservo, pero por sobre todas, se me levantarà siempre la de aquel Aleixandre alto, delgado, rubio »21. Aleixandre retrace les différentes étapes de la vie d’Alberti. La première mention qu’il fait de lui est une création purement littéraire. Il remonte jusqu’à son enfance, recréant l’univers maritime du jeune Alberti.

10Après l’évocation de la jeunesse particulière de chacun, on trouve dans le poème d’Alberti l’insertion de l’histoire espagnole à travers des images sombres de guerre et de mort :

Han pasado las cosas. Han caído
mares de oscuridad, negros telones.
Precipitadas nieblas en derrumbe
nos han ahogado hasta quedar algunas
sangres preciosas sepultadas [...].

11Aleixandre réutilise quasiment les mêmes images sombres où interviennent également les phénomènes naturels porteurs de catastrophes :

Después la luz ο sangre, el viento, el trueno,
los muertos. Rafael tu los miraste,
voz de los muertos, vida ο tierra espúrea,
y al fondo el mar. Bogar también fue muerte.

12D’autres ressemblances rapprochent les deux textes. Le poème d’Aleixandre se fait l’écho de plusieurs images évoquées dans celui d’Alberti. Celle du « niño feliz de espuma azul » est reprise dans le poème d’Aleixandre, par l’image du « nifio que pisa el resplandor sin miedo ». Au portrait lumineux que fait Alberti d’Aleixandre, « alto pulido y rubio », correspond celui de « rubio como las olas cuando el sol las empuja, / ο como las arenas ». Aleixandre réutilise les champs sémantiques de la voix, de la mort, de la mer, de la lumière, présents dans le poème d’Alberti. Le terme « luz », au milieu du dernier vers du poème d’Alberti, clôt également le texte d’Aleixandre, dans la même position centrale.

13Les similitudes formelles intensifient le désir des deux poètes d’établir un dialogue. Le texte d’Alberti commence par une interpellation : « ¿Dónde estas tu, mi amigo,/de dónde vienes tu ». La fin du poème d’Aleixandre répond précisément à cet appel et évoque la proximité recherchée par Alberti : « Y ahora, amigo contiguo, te oigo cerca ». L’oralité, présente dans les deux poèmes, renforce la vivacité du dialogue. Alberti s’adresse directement à Aleixandre en lui disant « Oyelas » puis « Pero mira ». Le début du poème d’Aleixandre est écrit à la troisième personne du singulier, mais adopte rapidement la deuxième personne et appelle le poète par son prénom, « Rafael, tú los miraste », donnant ainsi au texte un ton dialogique qui fait penser à un échange réel. Les deux poètes accordent une importance particulière à la voix. Le terme « voz » revient sans cesse dans le poème d’Aleixandre et le texte d’Alberti s’achève explicitement sur l’espoir d’un dialogue : « tu misma luz de hoy pueda hablarme ».

  • 22 Ramón Gomez de la Serna se souvient des liens créés au fil du temps par le fait d’avoir vécu les mê (...)

14Le portrait de jeunesse, l’évocation d’une trajectoire et d’un passé communs consacrent un lien et aboutissent à la proclamation de l’amitié et à de véritables retrouvailles qui ont lieu dans le texte. La présence du poète évoqué devient de plus en plus palpable dans le poème d’Aleixandre22. Les adjectifs possessifs de première et de deuxième personne renforcent ce rapprochement :

Que en estos días en que de todas partes
llegan hasta tu pecho pechos, voces,
brazos : verdad continua para levantarte
como sobre tu vida y proclamarte,
esté también mi voz entre ese coro
de tanta tierra, y tierra sea contigo.

15Dans ce passage, les expressions « tu pecho » et « tu vida » correspondent, en raison de leur position centrale dans le vers, au « mi voz » qui les évoque et les deux entités sont réunies dans le pronom « contigo » en fin de vers. Le contact entre la voix et le corps, présent dans l’énumération des termes « pecho, pechos, voces/brazos », lie dans l’espace des deux vers la voix et le corps des poètes, crée la rencontre.

16Celle-ci prend, par ailleurs, dans le poème d’Alberti, un caractère mythique et se produit dans une sphère atemporelle. C’est depuis un lieu éloigné qui ressemble à un abysse, « desde qué fondo / de los años me llegas », que résonne la voix d’Aleixandre dans le poème d’Alberti. Sa présence surgit dans un paysage qui n’est pas sans rappeler la poésie aleixandrine dans sa manière d’évoquer le monde naturel :

En este mediodía tan distante,
de sol subido en las mecidas cumbres
de los bosques, de pajaros, de cielos,
de estas involuntarias extensiones
que hace tiempo me habitan, tu me llegas,
nuevo otra vez, reverdecido y joven,
como si tantos años sucedidos
hubieran sido únicamente un día,
sólo un día sin sombras.

  • 23 Vicente Aleixandre, « Acaba », in Espadas como labios, texte édité par José Luis Cano, Madrid, Cáte (...)

17La figure d’Aleixandre se détache dans un paysage illimité, rappelant des séquences de Espadas como labios où Aleixandre écrivait « Soy esa elevación a lo alto »23 ou encore :

  • 24 Vicente Aleixandre, « Nacimiento ultimo », id., p. 55.

A mi paso he cantado porque he dominado el horizonte
Porque por encima de él —más lejos más porque yo soy altísimo
he visto el mar la mar los mares los no-limites
Soy alto como una juventud que no cesa24

18La présence sous-jacente des vers d’Aleixandre mêle les univers des deux auteurs. L’image du poète, son œuvre et son surgissement dans la mémoire d’Alberti se confondent et abolissent le fil du temps. Alberti recrée un lien avec l’auteur de Espadas como labios et construit un dialogue avec les œuvres aleixandrines. De toutes les étapes de sa production, il revendique particulièrement la poésie « cosmique-élémentaire » de jeunesse, c’est-à-dire, indirectement, la période surréaliste. Il parle de « verdor claro » pour caractériser cette époque. Dans le terme « claro », on peut lire l’évocation d’une poésie limpide, éloignée de tout hermétisme, et dans « verdor », la célébration de la jeunesse et de ses valeurs vitales. Ce dernier terme apparaît également dans le texte d’Aleixandre, au moment où il se réfère au jeune peintre : « pintor erecto que los verdes unta/en su propio verdor y traza a solas ». Curieusement, il occupe une même position centrale dans le vers 10 du poème d’Alberti et dans le vers 11 du poème d’Aleixandre, et souligne l’importance de l’élan vital dans chacun des deux univers. C’est précisément au moment où Alberti se remémore les événements historiques qu’apparaît le terme « vida » en fin de vers, terme qui signale la victoire de la vie et le triomphe d’une poésie exaltant la jubilation :

Sí han pasado,
han pasado las cosas. Pero mira:
siempre la muerte retrocede, siempre
sus yertas oleadas ceden paso
a esa doliente luz donde se abre,
niño feliz de espuma azul, la vida.

19Dans ce passage, par ailleurs, l’expression « doliente luz », suggère une lumière ternie, et rappelle le titre du recueil aleixandrin Sombra del paraíso, qui transparaît également dans le vers « solo un día sin sombras ». La mention de l’enfant, de l’écume et l’insistance sur le terme « vida », font penser à certains vers du poème de Sombra del paraíso, « Primavera en la tierra », qui célèbre la force vitale de l’éros à travers l’image d’un adolescent en osmose avec la sensualité du monde naturel :

  • 25 Vicente Aleixandre, Sombra del paraiso, Madrid, Adán, 1944, p. 75.

Los árboles, las espumas, las flores, los abismos,
como las rocas y aves y las aguas fugaces,
todo supo de vuestra presencia invisible
en el mundo que yo viví en los alegres días juveniles25.

20Sombra del paraíso, premier recueil d’Aleixandre d’après-guerre, publié en 1944, apparaît, ainsi, dans le poème d’Alberti comme une œuvre qui s’efforce d’exalter la vie dans un moment de détresse. On constate, à ce stade du poème d’Alberti, une rupture. L’hendécasyllabe est brisé par les points de suspension et le décalage dans l’alignement des vers. La deuxième partie du vers, « sí han pasado », reprend les termes du vers précédent, « Han pasado las cosas », et renoue le dialogue. C’est comme si, après l’évocation de la guerre, le dialogue entre les deux poètes devenait impossible, faisant apparaître la fracture créée entre l’Espagne de l’intérieur et celle de l’exil depuis la fin du conflit. Alberti demande à Aleixandre d’écouter les voix des morts. La rupture du dialogue souligne également leurs différents positionnements idéologiques et la mission divergente dont ils investissent leur poésie. Le poème d’Alberti montre le choix poétique d’Aleixandre de s’en tenir à une poésie imagée, de revendiquer la lumière dans un moment obscur comme moyen de résister et d’exprimer son malaise.

21Dans le poème d’Aleixandre, la voix d’Alberti se fait également entendre. Aleixandre retrace le parcours de l’artiste, de la peinture à la poésie. Pour évoquer l’enfant et l’adolescent adonné à la peinture, il utilise des images visuelles :

Fue primero aquel niño
rubio como las olas cuando el mar las empuja,
ο como las arenas
alla en el Puerto entre el rumor visible.

22La naissance du poète est décrite à l’aide d’images auditives où est mise en valeur la voix, comme symbole d’une poétique qui surgit et qui s’affirme : « ο fue voz : la garganta desnuda, el grito, el canto. / Un eco de la mar en tierra ». Le cri devient chant et finit par être poésie, faisant ici clairement référence à la première œuvre poétique d’Alberti, Marinero en tierra. Les vers : « Grímpolas / gallardetes. La juventud ardiendo entre las olas », reprennent le ton exalté du recueil albertien. Aleixandre retrace ensuite les différentes étapes du parcours poétique d’Alberti. Il rappelle la période avant-gardiste du recueil Sobre los ángeles dans les vers : « Fueron visiones, plumas de angel, vagos/nuncios. Mas no fue sueño ». Aleixandre rattache ces images surréalistes à une intention qui dépasse la dimension ludique et les lie à une forme d’engagement. Cet engagement, qui caractérise la poésie d’Alberti à partir des années 30, est alors immédiatement développé dans le même vers, à travers l’image de la voix qui répercute et fait retentir la voix du peuple :

[...] Te miré arrogándote
esa voz comunal que late a veces
en el pecho de un hombre.
Voz reunida, mas que martillo en yunque, bronce en vuelo,
ondas para los pechos semejantes.
Y al confín, la palabra.

23Le terme « palabra », relayé en fin de vers, signifiant l’aboutissement du parcours poétique tracé par Aleixandre, est alors dans le texte directement lié à l’engagement d’Alberti.

24L’exil et la dispersion des poètes espagnols après 1939 rendent certainement plus pressant le besoin de raviver des attaches et de recréer une idée de groupe. Coïncidant avec un moment où les liens entre l’Espagne de l’intérieur et celle de l’extérieur se resserrent, dans le courant des années 50, la tentative de rapprochement entre Alberti et Aleixandre construit un pont entre les deux Espagne. Les deux poètes tentent de tisser de nouveau des liens à travers leurs poétiques et de récupérer et d’inclure la voix de l’autre dans leur propre écriture.

  • 26 Voir à ce sujet Vicente Aleixandre, « Poesía, moral, público » 1950), in, Obras Completas, texte éd (...)
  • 27 Vicente Aleixandre, Historia del corazón, id., p. 718.

25On peut s’interroger sur les raisons profondes qui incitent Alberti et Aleixandre à se retrouver. Dans chacun des deux textes affleure une certaine idée de la poésie à laquelle les deux poètes demeurent attachés. À un moment où Aleixandre évolue dans ses recherches esthétiques et se fait, en Espagne, le porte-parole de la notion de communication, la « voz comunal » dont il parle, pour se référer à l’engagement d’Alberti, rappelle certains poèmes de son recueil Historia del corazón, paru en 1954, comme par exemple : « el poeta canta para todos », où il est également question de la voix du poète comme expression de la voix du peuple à travers des images très proches26 : « Y en la cumbre, con su grandeza, estan todos ya cantando. / Y es tu voz la que les expresa. Tu voz colectiva y alzada »27. En revendiquant plus particulièrement l’engagement d’Alberti, Aleixandre évoque sa nouvelle poétique et souligne ses nouveaux postulats esthétiques. Malgré sa volonté de rester en contact avec les poètes en exil, il désire mettre en évidence des points communs à un moment où il souhaite évacuer son image « hermétique ».

  • 28 Rafael Alberti, Entre el clavel y la espada, in Obras completas, texte édité par Luis García Monter (...)

26Alberti revendique davantage la période « cosmique-élémentaire » de jeunesse d’Aleixandre. C’est pour lui l’occasion de revenir de façon indirecte sur la poésie surréaliste qui apparaît dans son poème comme un langage imagé et sensoriel, où le caractère vital de l’homme est mis en valeur. Aleixandre incarne dans ce poème le retour d’une certaine esthétique. Après le passage par la poésie essentiellement engagée de la guerre, Alberti invoque une poésie qui, sans renoncer à exprimer l’humain, reste fondée sur la recherche esthétique et sur la dimension créatrice du langage. C’est ce qu’il avait recherché à la fin des années 30 quand il écrivait28 :

Después de este desorden impuesto, de esta prisa,
de esta urgente gramática necesaria en que vivo,
vuelva a mí toda virgen la palabra precisa,
virgen el verbo exacto con el justo adjetivo.

Que cuando califique de verde al monte, al prado,
repitiéndole al cielo su azul como a la mar,
mi corazón se sienta recién inaugurado
y mi lengua el inédito asombro de crear.

27Parler de l’autre revient finalement à parler de soi, aboutit à se retrouver soi-même dans la poésie de l’autre. Ecrits à l’occasion d’hommages, ces poèmes vont au-delà du simple témoignage de commémoration. De nouvelles coïncidences naissent de la récupération d’une tradition et d’un passé commun.

  • 29 Pour la dernière rencontre entre les deux poètes, voir Vicente Aleixandre, « Dos instantáneas de... (...)
  • 30 Voir Jorge Guillén : « Algunos poetas amigos », Papeles de Son Armadans, Palma de Mallorca, t. XI, (...)

28C’est essentiellement dans le texte, dans le désir de « estar juntos » maintes fois évoqué, que se situent les retrouvailles recherchées. Alberti revient en Espagne en 1977, mais les deux poètes ne se verront pas29. Leur rencontre reste essentiellement poétique et donne à l’expression generación de la amistad un sens qui excède le champ strictement affectif. Les deux poètes proclament leur amitié pour mieux mettre en lumière des affinités esthétiques. L’appellation generación de la amistad trouve ainsi, peut-être, une nouvelle signification à partir de 1939 : désigner les poètes espagnols des années 20 et 30 dans leur tentative de conserver un dialogue et de réparer la fracture provoquée par l’exil30.

  • 31 Voir à ce sujet Serge Salaün, « Les générations en question », in Mouvement, progrès, périodisation (...)

29Le régime franquiste a peut-être contribué à répandre l’appellation de « génération de 1927 » pour s’approprier la tradition littéraire et acquérir une légitimation31. La critique littéraire a répandu l’étiquette de generación de la amistad pour qualifier ces poètes. Mais ce sont les poètes eux-mêmes qui ont également alimenté ce mythe, comme pour sortir de l’isolement en essayant de retrouver, voire de réinventer, des coïncidences poétiques.

Notes

1 L’idée de l’amitié entre les poètes des années 20 et 30 revient souvent lorsqu’il est question du voyage à Séville pour l’hommage rendu à Góngora. Jorge Guillén, dans son poème « Unos amigos », se remémore l’événement : « Nos fuimos a Sevilla. / ¿Quié¿Quiénes ? Unos amigos / Por contactos casuales, / Un breve azar que resultó destino : / Relaciones felices / Entre quienes, aún mozos, / Se descubrieron gustos, preferencias. En su raíz comunes / Poesía », in Y otros poemas, Muchnik Editores, Buenos Aires, 1973, p. 477-478.

2 Dámaso ALonso, « Una generación poética (1920-1936) », in Poetas españoles contemporáneos, Madrid, Gredos, 1988, p. 167.

3 José Moreno Villa, Vida en claro, autobiografía, México, Fondo de Cultura Económica, 1976, p. 147.

4 Rafael Alberti, La Arboleda perdida, Libro quinto (1988-1996), Madrid, Alianza 1999, p. 187.

5 Peu d’études critiques confrontent les deux auteurs. Mis à part les ouvrages sur le surréalisme qui, en général, les mentionnent tous les deux, citons comme étude plus particulière celle de Derek Harris, « Spanish surrealism : the case of Vicente Aleixandre and Rafael Alberti », Forum for Modern Language Studies, St. Andrews, XVIII, n° 2 (1982), p. 159-171.

6 « Ahí están Jiménez, los Machado / Aleixandre, Cernuda, Altolaguirre, Prados / andaluces por los cuatro costados », Rafael Alberti, « Denuestos y alabanzas rimadas en mi honor », Fustigada luz, in Obras completas, texte édité par Luis García Montera, Madrid, Alianza, T. III, p. 528.

7 Alberti et Aleixandre ont écrit des poèmes qui rendent hommage à des figures du surréalisme français comme Paul Eluard. Voir Rafael Alberti, « Retornos de Paul Eluard », Retornos de lo vivo lejano, in Obras completas, texte édité par Luis Garcia Montera, Madrid, Alianza, 1988, T. II, p. 541-542 et Vicente Aleixandre, « Voz lejana », in Retratos con nombre, Barcelona, El Bardo, 1965, p. 71. Voir aussi le poème d’Aleixandre, « Funeral », écrit à l’occasion de la mort d’André Breton où il évoque les œuvres les plus représentatives du surréalisme espagnol : « Oh desvarío : tierra, tti en tu voz / Poetas. Si, Poeta en Nueva York. / También, corriendo fiel, un río, un amor. / Allá sobre los ángeles sonó / El trueno. No ; la luz. La destrucción », in Vicente Aleixandre, Poesías completas, texte édité par Alejandro Duque Amusco, Madrid, Visor, 2001, p. 1287. Ils ont tous les deux nié à diverses occasions l’influence du surréalisme sur leurs œuvres. Aleixandre dans son anthologie surréaliste écrivait : « no he creído en lo estrictamente onírico, la escritura automática, ni en la consiguiente abolition de la conciencia artística », Vicente Aleixandre, Poesía superrealista. Antologia, Barcelona, Seix Barral, 1971. Alberti écrit de même : « Algún tiempo después volvió a caer sobre unos cuantos poetas otro nuevo mote : el de surrealistas, aludiendo al movimiento capitaneado por André Breton y Louis Aragon. Nuevas confusiones. Los poetas acusados de ese delito sabíamos que en España —si entendíamos por surrealismo la exaltation de lo ilógico, lo monstruoso sexual, el sueno, el absurdo— existía ya desde mucho antes que los franceses trataran de definirlo y exponerlo en sus manifiestos », Rafael Alberti, « La poesía popular en la lírica española », Prosas encontradas, texte édité par Robert Marrast, Barcelona, Seix Barral, 2000, p. 93-94.

8 Évoqué par Aleixandre dans José Luis Cano, Los Cuadernos de Velintonia, Barcelona, Seix Barral, 1986, p. 259.

9 Aleixandre a écrit davantage de textes sur Alberti dans le courant des années 60 et 70, mis à part le texte de Los encuentros et le poème de Retratos con nombre, citons : « Dos lecturas de Rafael Alberti (1963) », Insula, Madrid, n° 198 (mai 1963), p. 1-2 ; « Dos instantáneas de Rafael Alberti », in Prosas recobradas, texte édité par Alejandro Duque Amusco, Barcelona, Plaza y Janés, 1987, p. 116-119 ; « A Rafael Alberti », in Obras completas, texte édité par Alejandro Duque Amusco Madrid, Visor, 2001, p. 1413. Il participe à l’hommage organisé par la revue Literal avec le poème « Viejo Campesino andaluz », Literal, n° 3 (août-septembre, 1968), p. 45-47.

10 Vicente Aleixandre, Los encuentros, Madrid, Guadarrama, 1958.

11 À travers la correspondance entre Aleixandre et José Luis Cano, on peut dater la rédaction de ce texte entre août 1956 et juillet 1957. Voir Vicente Aleixandre, Epistolario, Madrid, Alianza, 1986, p. 142.

12 Rafael Alberti, A la pintura : poema del color y de la línea, Madrid, Aguilar, 1968.

13 Papeles de Son Armadans, vol XI, n° 32-33 (novembre-décembre 1958), p. 166-167.

14 Rafael Alberti, Retornos de lo vivo lejano, in Obras completas, texte édité par Luis García Montero, Madrid, Aguilar, 1988, t. II, p. 542-543.

15 Vicente Aleixandre, Retratos con nombre..., p. 21-22.

16 Lettre sans date conservée à la Fundación Rafael Alberti, Puerto de Santa María.

17 Lettre du 12 décembre 1968 conservée à la Fundación Rafael Alberti, Puerto de Santa María.

18 Jorge Guillén, Homenaje. Reuníon de vidas, Milan, All’Insegna del Pesce d’Oro, 1967.

19 Le rapprochement des deux textes a été évoqué par Gregorio Torres Nebrera. Voir Retornos de la vivo lejano, Ora Marítima, texte édité par Gregorio Torres Nebrera, Madrid, Cátedra, 1999, p. 251-252.

20 Il est difficile de dater de façon précise ce poème, composé entre 1958 et 1966. Tout me fait croire qu’il s’agit d’un texte postérieur à celui d’Alberti. On sait par la correspondance avec José Luis Cano qu’Aleixandre commence à écrire le recueil Retratos con nombre en 1958 et le livre paraît en 1965, en incluant le poème dédié à Alberti. L’autographe de ce poème, précédé de la mention « Poema a Rafael Alberti en su homenaje », est conservé à la Fondation Rafael Alberti de Cadix. Il accompagne une lettre sans date dans laquelle Aleixandre dit avoir parlé à quelqu’un « que asistió a tu magno homenaje parisién ». Il ajoute « ¡Cuántas emociones, un océano ! Sé que se leyó lo que mandé ». Dans cette même lettre, Aleixandre propose à Alberti de participer à un livre de poèmes en hommage à Picasso pour son quatre-vingt-cinquième anniversaire préparé par le neveu d’Emilio Prados, livre qui paraît en 1966. Alberti s’est rendu à Paris à diverses occasions dans les années 60. Le 16 novembre 1961, il donne une conférence au Centre d’Études Hispaniques, rue Gay Lussac, avec Claude Couffon et Robert Marrast. Voir à ce sujet Carlos Edmundo De Ory, « Presencia de Rafael Alberti en Paris », Cuadernos Hispanoamericanos, n° 163-164 (juillet-août 1963). En juillet 1964, Alberti se rend encore à Paris pour la présentation de son recueil Qui a dit que nous étions morts ?, publié chez Editeurs Français Réunis. Voir à ce sujet, Claude Couffon, « Rafael Alberti et Jorge Guillén à Paris », Les Lettres françaises, Paris, n° 1036 (2-8 juillet 1964), p. 1 et 6.
Un hommage lui est rendu à Paris, le 8 juin 1966 à la Maison de la Mutualité : « Après les saluts de Marcel Bataillon, de Jean Cassou, du poète valencien Garcia Cervera, de l’écrivain guatémaltèque Miguel Angel Asturias, de Jean Marcennac, du dramaturge espagnol Alfonso Sastre, de Max Pol Fouchet, Rafael Alberti a remercié avec émotion les très nombreux amis écrivains français et espagnols présents ou représentés ce soir-là. Madeleine Braun et Francisco Olmos avaient donné lecture de la très longue liste d’écrivains français et espagnols qui avaient tenu à s’associer à cet hommage et présenté les messages parvenus de tous les coins du monde », in « Une soirée d’hommage », Esprit, n° 447-448 (juillet-août 1966), p. 187. L’hommage pour lequel Aleixandre envoie le poème pourrait bien avoir eu lieu à l’un de ces moments.

21 Rafael Alberti, La Arboleda perdida, Primero y segundo libros, (1902-1931), Madrid, Alianza, 1998, p. 181.

22 Ramón Gomez de la Serna se souvient des liens créés au fil du temps par le fait d’avoir vécu les mêmes événements : « Pudieron ser otros y no éstos, bien lo sé yo, los biografiados, pero el hecho es que son éstos y no otros y que de este conjunto quiero que se desprenda una anchurosa cordialidad, un tono confianzudo de amistad al vivir el mismo tiempo, los mismos hechos históricos, el mismo figón de la calle recóndita. Si he conseguido esto, he realizado ese ideal de promiscuidad literaria que se llama bohemia, vida y fosa común », in Ramon Gomez de la Serna, Retratos contemporáneos, Buenos Aires, Editorial Sudamérica, 1941, p. 9.

23 Vicente Aleixandre, « Acaba », in Espadas como labios, texte édité par José Luis Cano, Madrid, Cátedra, 1989, p. 76.

24 Vicente Aleixandre, « Nacimiento ultimo », id., p. 55.

25 Vicente Aleixandre, Sombra del paraiso, Madrid, Adán, 1944, p. 75.

26 Voir à ce sujet Vicente Aleixandre, « Poesía, moral, público » 1950), in, Obras Completas, texte édité par Carlos Bousoño, Madrid, Aguilar, 1968, p. 1570-1580, et «Poesía, comunicación » (1951), id., p. 1581-1583.

27 Vicente Aleixandre, Historia del corazón, id., p. 718.

28 Rafael Alberti, Entre el clavel y la espada, in Obras completas, texte édité par Luis García Montero, Madrid, Aguilar, 1988, t. II, p. 61.

29 Pour la dernière rencontre entre les deux poètes, voir Vicente Aleixandre, « Dos instantáneas de... » p. 119.

30 Voir Jorge Guillén : « Algunos poetas amigos », Papeles de Son Armadans, Palma de Mallorca, t. XI, n° XXXII-III (1958), p. 151-165, où malgré le titre de l’article paru au même moment que le texte d’Alberti, le poète évoque essentiellement les affinités esthétiques entre les poètes des années 20 et 30.

31 Voir à ce sujet Serge Salaün, « Les générations en question », in Mouvement, progrès, périodisation, Jacques Soubeyroux éd., Saint Étienne, Publications de l’Université de Saint Étienne, 1997, p. 163-176.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540