Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être espagnol

 | 
Jean-René Aymes
, 
Serge Salaün

II - Modèles européens - vs - modèles espagnols (XIXe-XXe siècles)

Les républicains fédéralistes espagnols : de Marianne à l’échec de la fédération européenne

Marie-Angèle Orobon

Texte intégral

  • 1 La publication du quotidien La Igualdad couvre la période du Sexenio (de novembre 1868 à décembre (...)

1Dans le cadre de la réflexion sur l’identité espagnole, le républicanisme fédéraliste présente la particularité d’être à la fois fermement ancré dans une tradition historique nationale et de s’inscrire dans les courants utopiques qui ont traversé le XIXe siècle européen. Après une incursion dans ses origines et fondements idéologiques, il s’agit ici de saisir l’impact sur cette formation politique d’un événement français qui est loin d’avoir laissé indifférente l’Espagne du Sexenio Revolucionario : la proclamation de la IIIe République en septembre 1870, à travers les échos et analyses contenus dans la presse fédéraliste qui connaît un grand essor à cette époque, notamment La Igualdad1. Nous nous appuierons, en partie, sur le message du comité directeur du Parti Républicain Fédéraliste, adressé à la France peu après la proclamation de la République. Ce sera le reflet des positions officielles du Parti qui cherche à concilier l’affirmation d’une identité nationale et l’intégration de modèles étrangers.

Aux origines : de Marianne à “la Fédérale”

  • 2 Demetrio CASTRO ALFIN affirme dans “Orígenes y primeras etapas del republicanismo en España” (El r (...)
  • 3 Demetrio CASTRO ALFÍN, Orígenes..., p. 35. Ajoutons qu’en 1873, dans un des hommages graphiques qu (...)

2Il n’est pas question ici de retracer l’histoire du républicanisme espagnol, mais plutôt de planter les quelques jalons indispensables à l’approche du républicanisme fédéraliste en Espagne au XIXe siècle2. À l’origine, l’idée républicaine, dans son acception la plus simple, est le refus de la monarchie et la défense de la souveraineté nationale. En ce sens, les débuts du républicanisme en Espagne sont indissociables de l’expérience de la Première République de 1792 en France, où courait depuis quelques décennies “toute une rhétorique de républicanisme classiciste inspiré de l’idéalisation de Rome et de Sparte”3.

  • 4 J.A. PIQUERAS ARENAS, “Detrás de la política. Repùblica y federación en el proceso revolucionario” (...)
  • 5 Id., p.59. Pour schématiser : 1840, c’est le renversement de la Régente Marie-Christine à laquelle (...)

3La genèse du républicanisme fédéraliste s’organise autour de scissions et de radicalisations liées aux expériences historiques de l’Espagne, radicalisations que José Antonio Piqueras schématise de la façon suivante : 1840 fait des progressistes des démocrates, 1854 fait des démocrates des républicains et 1868 fait des républicains des fédéralistes, sans qu’il y ait pour autant solution de continuité4. Ces trois dates -1840, 1854 et 1868- correspondent au démantèlement des juntes populaires par les nouveaux gouvernements dont l’accession au pouvoir avait été permise par le soulèvement populaire de ces mêmes juntes5.

  • 6 Voir Antonio ELORZA, “La primera democracia federal: organización e ideología”, Federalismo y refo (...)
  • 7 Nous suivons ici D. CASTRO ALFÍN, article cité, pp. 42-43.

4Dans l’histoire des républicains espagnols du XIXe siècle, faite essentiellement d’exils et de clandestinité, il faut éclairer plus particulièrement les années quarante. Jusqu’en 1840, en effet, le républicanisme espagnol ne représente qu’une tendance informelle, sans véritable enracinement populaire ; la propagande contrerévolutionnaire unit volontiers conspiration et républicanisme, qui sert alors d’épouvantail commode6. À partir de 1840, le républicanisme emprunte deux voies7 : la voie de l’insurrection et la voie de l’action politique institutionnelle. La première se manifeste principalement en Catalogne, la deuxième est nourrie des divisions du parti progressiste. Ces mêmes années quarante voient l’apparition de différents journaux républicains : La Revolución, El Huracán, El Cangrejo, El Peninsular, le célèbre La Guindilla de Wenceslao Ayguals de Izco et de “feuilles volantes” –comme El Republicano de Barcelone– qui attestent, en dépit de la vie éphémère de certaines publications, l’expansion de l’idée républicaine.

  • 8 Précisons brièvement que ce parti dont l’institutionnalisation fut possible grâce à la “condescend (...)
  • 9 “Primera fuerza política estable de que dispusieron los republicanos”, D. CASTRO ALFÍN, “Unidos en (...)
  • 10 Ce programme est reproduit par Miguel ARTOLA, Partidos y programas políticos (1808-1936), Madrid, (...)
  • 11 Id.,p.38.
  • 12 “No obstante, el radicalismo del documento del 6 de abril de 1849 era muy tibio; había en él pasaj (...)

5La création du Parti Démocrate au printemps 18498 est, sans doute, un moment cardinal dans la genèse du Parti Républicain Fédéraliste, car il s’agit de “la première force politique stable dont ont disposé les républicains”9 et aussi parce que la publication du Manifeste du Parti Démocrate ou “Programme de gouvernement de l’extrême gauche du Congrès”, du 6 avril 184910, exprime les principes de base défendus par les républicains. Le texte, divisé en trois parties –“Déclaration de droits”, “Exposition de principes politiques et administratifs” et “Programme pratique de Gouvernement”-, est articulé autour de la liberté et de l’égalité. Outre le suffrage universel et une série de droits (droit d’association, liberté de conscience, droit à l’instruction primaire gratuite), le manifeste revendique l’abolition de la conscription et le droit à une “égale participation à tous les avantages et droits politiques11”, ce qui ne peut que rencontrer une certaine adhésion populaire. Cependant, l’historien Demetrio Castro Alfín signale la “tiédeur” de ce document, qui considère la monarchie d’Isabelle II, la propriété, la famille comme “incontestables et non controversables” et le catholicisme comme seule religion de l’État, tout en reconnaissant la liberté de conscience12. Il apparaît, dès lors, qu’on ne peut identifier strictement le Parti Démocrate espagnol à l’idée républicaine, même si, au XIXe siècle, en raison du flou existant dans la désignation des catégories politiques, on appelle "démocrates" les républicains. Néanmoins, le Parti Démocrate, né du fractionnement du Parti Progressiste, a certainement représenté une étape importante du républicanisme qu’il faut, à présent, tenter de définir dans sa complexité.

  • 13 Sur les utopies socialistes en Espagne voir, Antonio ELORZA, El fourierismo en España, Madrid, Edi (...)

6Chercher à cerner le phénomène républicain dans l’Espagne du XIXe siècle, c’est approcher un vaste courant idéologique dans lequel confluent : l’aspiration à des droits politiques –nous avons ébauché ce premier point–, les utopies socialistes –saint-simonisme, fouriérisme13– et le fédéralisme. Le Gaditan Fernando Garrido y Tortosa (1821-1883) est, d’une part, l’introducteur en Espagne, à la suite de Joaquín Abreu, du fouriérisme et d’autre part

  • 14 “Garrido fue un precursor de la unidad de Europa, quizá el primero que en nuestro país preconizó l (...)

un précurseur de l’unité de l’Europe, peut-être le premier à avoir préconisé, dans notre pays, l’union des fédérations européennes. Cependant, sur ce point, Garrido ne faisait que suivre fidèlement Mazzini14.

7Par ailleurs, Fernando Garrido, dans ses écrits théoriques, associe le fédéralisme européen de Giuseppe Mazzini au fédéralisme propre à l’Espagne au XIXe siècle, que nous allons maintenant analyser.

  • 15 José María JOVER ZAMORA, Realidad y mito de la Primera República, Madrid, Espasa Calpe, 1991.
  • 16 “La propensión reiteradamente manifiesta, a lo largo de todo el siglo XIX, a los movimientos local (...)

8Pour José Maria Jover Zamora, qui a contribué précieusement à l’étude de la Première République de 187315, le fédéralisme espagnol s’inscrit dans la tradition historique de l’Espagne depuis le Moyen Âge jusqu’au XVIIIe siècle et trouve ses racines immédiates dans “la propension, manifeste à plusieurs reprises, tout au long du XIXe siècle, aux mouvements locaux et provinciaux cristallisés en juntes qui finissent par se fédérer en une junte centrale, organe d’un pouvoir révolutionnaire et nouveau”16.

9C’est pendant la décennie absolutiste (1823-1833) que prennent corps certaines expressions du fédéralisme espagnol sous la plume des Espagnols émigrés : José Canga Argüelles fait paraître en 1826, dans El Espanol Constitucional (publié à Londres), les Carias a un americano sobre las ventajas de los gobiernos republicanos federativos, où il exalte l’expérience des États américains indépendants, puis, en 1832, le Catalan Ramón Xaudaró y Fábregas publie à Limoges les Bases d’une Constitution politique qui se fonde sur un modèle de république libérale et bourgeoise et la division territoriale des anciennes provinces de la monarchie. Mais c’est un autre Catalan, Francisco Pi y Margall, qui est le théoricien du fédéralisme espagnol. C’est dans l’ouvrage de Pierre-Joseph Proudhon, Du principe fédératif (1863), que Pi y Margall trouve la théorie qu’il va appliquer à la situation espagnole :

  • 17 “En 1868 (verano) se publica la traducción de Pi y Margall de Du Principe fédératif. Esta traducci (...)

En 1868 est publiée la traduction de Pi y Margall de Du principe fédératif. Cette traduction ne faisait que justifier davantage l’instinct séparatiste qui, comme l’expliquait Pi y Margall, avait toujours conduit les provinces à s’organiser par elles-mêmes pendant les crises nationales. Ce livre devint immédiatement le manuel des révolutionnaires républicains locaux17.

  • 18 Pierre-Joseph PROUDHON, Du principe fédératif, Paris, Librairie internationale, 1868, p. 46.
  • 19 “La federación es un sistema por el cual los diversos grupos humanos, sin perder su autonomía en l (...)

10Le fédéralisme répond à un schéma d’organisation territoriale du pouvoir, articulé sur la base de la division des compétences entre le pouvoir central –appelé fédéral– et les pouvoirs locaux. La fédération, de par son étymologie –foedus, foederis signifie pacte, contrat–, est une “convention par laquelle un ou plusieurs chefs de famille, une ou plusieurs communes [...] s’obligent réciproquement”18, comme l’expose Proudhon, pour qui le système fédératif est l’antinomie de la hiérarchie ou centralisation administrative et gouvernementale. Pi y Margall, dans son ouvrage Las Nacionalidades (1876), véritable vertébration de la pensée fédéraliste espagnole, reprendra l’idée proudhonienne de la fédération qui est “un système par lequel divers groupes d’hommes, sans perdre leur autonomie dans ce qui leur est propre et particulier s’associent et se subordonnent à l’ensemble de ceux de leur espèce pour toutes les fins qui leur sont communes”19.

  • 20 Voir Miguel ARTOLA, La burguesía revolucionaria (1808-1874), Madrid, Alianza Editorial, 1973, p. 3 (...)
  • 21 Les partis unioniste et progressiste, de tendance libérale, s’étaient forgés et affirmés dans l’op (...)
  • 22 Pi y Margall est, alors, en exil à Paris. Il ne rentre en Espagne qu’en 1869.
  • 23 “Fue Salmerón quien se aferró al argumento federal ligando la justificación intelectual del federa (...)
  • 24 Lors de cette troisième réunion, tandis que la majorité penche pour la république, une minorité de (...)

11En septembre 1868, la victoire, à Alcolea, des troupes du général Serrano sur l’armée d’Isabelle II assure le triomphe de la révolution connue sous le nom de La Gloriosa. La coalition révolutionnaire réunit, en fait, des forces politiques et sociales discordantes, voire opposées : si, pour les militaires monarchistes, il s’agit d’implanter une monarchie constitutionnelle, les juntes révolutionnaires –où domine la tendance démocratique– aspirent à un changement politique et social plus radical20. Le 8 octobre 868, le premier gouvernement provisoire est constitué. Les différents ministères sont répartis entre progressistes et unionistes21. C’est l’exclusion des démocrates de toute participation à ce gouvernement qui entraîne, à l’initiative, entre autres, d’Orense, Figueras et Garrido22, une réunion au cirque Price de Madrid, le 11 octobre 1868. Les deux réunions suivantes, des 18 et 25 octobre, décident de l’orientation fédéraliste du nouveau parti. Dans son discours du 18 octobre 1868, Salmerón plaide pour le fédéralisme “en associant la justification intellectuelle de l’idée fédéraliste à son acceptation populaire”23 et, le 25 octobre, est fondé le Parti républicain fédéraliste et dissous le Parti démocrate24.

  • 25 “El federalismo tiene, en los meses que siguen a la revolución, un desarrollo fulminante (...) y l (...)
  • 26 Voir C.A.M. HENNESSY, La Republica federal en España..., p. 47.
  • 27 En ce qui concerne l’enracinement populaire du républicanisme fédéraliste, voir les seguidillas et(...)

12“Le fédéralisme connaît, dans les mois qui suivent la révolution, un développement foudroyant”, écrit Miguel Artola, qui ajoute que “les meetings où l’on proclamait la république fédérale étaient chose fréquente”25. Cette “république fédérale” dont Pi y Margall demande la proclamation dans une lettre ouverte adressée à La Federación de Bilbao, récemment créée, en septembre 186826, devient rapidement, dans son expression populaire, “la Fédérale”27, qui réunit en elle, non seulement les composantes politiques du mouvement fédéraliste, mais aussi, surtout, ses conséquences sociales :

  • 28 “Y es que en el seno de las clases populares hay un mito espontáneamente asumido [...] : “la feder (...)

C’est qu’il est au sein des classes populaires un mythe spontanément assumé [...] : “la Fédérale”, en tant que rayonnant espoir dans une Espagne décentralisée et égalitaire, sans pauvres ni riches, sans conscription ni impôts sur la consommation, dans laquelle régneraient la fraternité et la justice28.

  • 29 On peut lire dans l’ouvrage de TUÑÓN de LARA, VALDEÓN BARUQUE et DOMÍNGUEZ ORTIZ, que pour les pay (...)

13Cette “Fédérale” qui, à notre avis, est investie de la même charge symbolique que “la Sociale” pour les ouvriers français de la même époque, en ce sens que toutes deux sont porteuses d’aspirations sociales fortes29, trouve sa concrétisation dans les “pactes fédéraux” signés entre mai et juin 1869, dans lesquels les comités républicains prennent le relais des instances nationales du parti, rappelant en cela la dynamique du “bas vers le haut”, composante essentielle de l’idée fédéraliste. Ce “pactisme” de 1869, tout en canalisant un certain élan populaire, est une première expression pratique du fédéralisme et renoue avec les régions historiques de l’Espagne, en opposition au décret qui depuis 1833 organise territorialement le pays en 49 provinces, sur le modèle du centralisme napoléonien. Le premier pacte fédéral signé, le 18 mai 1869, celui de Tortosa, comprend les trois anciennes provinces de la Couronne d’Aragon : l’Aragon, la Catalogne et Valence, les Îles Baléares comprises ; le pacte de Cordoue comprend les royaumes méridionaux de la Couronne de Castille ; il en est de même pour les trois autres pactes (Valladolid, La Corogne, Eibar). Le “Pacte National” établi à Madrid le 30 juin à l’initiative de Pi y Margall échoue, en fait, dans son intention de maîtriser le nouveau mouvement qui tourne, en octobre 1869, en soulèvements insurrectionnels durement réprimés par le gouvernement.

  • 30 “Simples descentralizadores”. L’expression est de Miguel Ángel ESTEBAN NAVARRO (“De la esperanza a (...)
  • 31 “La trayectoria genética juntas locales-junta central-Cortes Constituyentes prefigura el modelo ul (...)
  • 32 Voir José Antonio PIQUERAS, “Detrás de la polética..., p. 20.
  • 33 “¿Qué era esto más que la formación de un Consejo Federal?”, cité par J.A. PIQUERAS, Id., p. 19.
  • 34 “La historia republicana se apropió sin dudarlo de 1808” Id., p. 19.
  • 35 “Cuando Garrido llegó a Valencia, el 22 de noviembre, encontrándose a Orense en su segunda visita, (...)

14Au cours de cette présentation, nous nous sommes attachée à éclairer les composantes politiques et sociales du fédéralisme espagnol qui indiquent la richesse et surtout la complexité d’un mouvement qui réunit de façon hétérogène, parmi ses leaders, “de simples décentralisateurs”30 qui n’accordent au républicanisme qu’une dimension sociale réduite, comme Emilio Castelar et Estanislao Figueras, d’autres aux positions sociales beaucoup plus radicales, comme Pi y Margall ou Francisco Garrido, d’autres proches du socialisme comme Ramón de Cala, d’autres, enfin, proches de l’internationalisme comme Fermín Salvochea ou Roberto Robert (il n’est pas rare, à l’époque, d’être membre du Parti Républicain Fédéraliste et de l’Internationale). Une autre caractéristique du mouvement fédéraliste espagnol est qu’il semble bien s’inscrire dans une tradition historique nationale. Comme José Maria Jover Zamora, Antonio Elorza31 et José Antonio Piqueras unissent directement juntismo et fédéralisme. Miguel Artola, en revanche, refuse les interprétations “fédéralisantes” des juntes de l’histoire espagnole du XIXème siècle32. Dans Las Nacionalidades, Pi y Margall voyait dans les juntes provinciales élisant deux représentants pour la junte centrale la “formation d’un conseil fédéral”33 et Piqueras écrit : “L’histoire républicaine s’est approprié 1808 sans hésiter”34. C’est, précisément, cette reconstruction historiciste que nous voulons souligner car elle caractérise le fédéralisme espagnol ainsi profondément ancré dans une identité nationale et légitimé par un passé national. À partir de novembre 1868, le Parti Républicain Fédéraliste adopte le drapeau aux trois couleurs : le rouge et le jaune qui, depuis Charles III, sont l’emblème de la nation espagnole, sont conservés ; en revanche, la deuxième bande rouge est remplacée par la couleur violette en hommage aux “comuneros” castillans du XVIe siècle qui se révoltèrent contre Charles Quint. L’étendard que se sont choisi les républicains espagnols et qui, pour une des premières fois, flotte à Valence le 22 novembre 186 835, unit la force de l’emblème tricolore français au symbole de la révolte du peuple espagnol contre l’autorité.

15Il reste que cet historicisme qui ancre le républicanisme fédéraliste à la fois dans une dynamique historique nationale et dans un vaste mouvement idéologique international ne saurait masquer la faiblesse de la doctrine du Parti. Finalement, Las Nacionalidades, expression du fédéralisme espagnol, ne paraît qu’en 1876. Il existe, avant cette date, une espèce de vide théorique que dénoncent certains républicains. Ainsi Morayta écrit :

  • 36 “Los oradores de Price no definieron la federal y, sin embargo, la frase cayó tan bien que a los q (...)

Les orateurs (du cirque) Price n’ont pas défini la fédérale et, cependant, la phrase a tellement plu qu’au bout de quinze jours les démocrates ne faisaient que manifester leur enthousiasme pour le mot [...]. Mais la collectivité, le parti en tant que parti [...], n’avait jamais pensé à la fédérale36.

  • 37 Miguel AYLLÓN ALTOLAGUIRRE, Proyecto de Constitución democrático-federal de la República Española,(...)
  • 38 “Sí, es popular, es verdaderamente popular el régimen federativo; pero se le quiere aun inconscien (...)

16En 1873, Miguel Ayllón Altolaguirre, lors de la rédaction du projet de constitution de la république espagnole, déplore que le Parti Républicain Fédéraliste repose sur un dogme fédéraliste supposé connu, sans qu’il y ait eu de déclaration de principes37 et Ayllón cite Pi y Margall : “Oui, le régime fédératif est populaire, vraiment populaire ; mais on l’aime encore inconsciemment, sans se rendre compte de son origine, ni même de sa nature, sans bien connaître ses conditions, ni même ses résultats”38.

17Il est loin d’être certain que ce fédéralisme populaire exalté par un des leaders du républicanisme espagnol recouvre exactement la même réalité que “la Fédérale” dans l’imaginaire collectif espagnol...

La proclamation de la IIIe république : 92 retrouvé

  • 39 “Tout à coup au commencement de juillet, il n'est que bruit de guerre. Un prince prussien, un Hohe (...)

18Bien que l’Espagne, en 1870, ne soit pas impliquée dans la guerre franco-prussienne, il ne fait pas de doute qu’elle ne se sent pas étrangère au conflit qui se déroule outre-Pyrénées et dont le détonateur -ou le prétexte- est la vacance du trône espagnol39 : ainsi les préparatifs de la guerre, puis les nouvelles des combats envahissent bientôt les colonnes des journaux espagnols de l’époque, toutes tendances confondues. D’autre part, ce conflit extérieur vient catalyser le conflit intérieur d’une Espagne où la Révolution de 1868 a débouché finalement sur le rétablissement de la monarchie, sous l’égide de la majorité libérale du gouvernement, une monarchie encore sans roi en juillet 1870. L’éclatement du conflit franco-prussien est l’occasion pour les républicains fédéralistes espagnols de dénoncer l’atonie et l’inaction du gouvernement. Enfin, les événements extérieurs —et c’est ce qui nous intéresse ici— entraînent, chez les fédéralistes espagnols, l’évolution de leur conception de la fédération européenne.

  • 40 “No queremos el triunfo de ninguno de los dos déspotas que se disputan la influencia y la dominaci (...)

19L’éclatement du conflit franco-prussien est, pour la presse fédéraliste, l’occasion de dénoncer la guerre, de condamner les absolutismes responsables des sanglants combats sur les bords du Rhin. Car ce sont bien les peuples qui, abusés par leurs souverains, sont les victimes de la guerre : en croyant défendre leurs droits, ils ne font que servir d’instruments à des intérêts mesquins. C’est le message de la presse républicaine espagnole de l'époque qui ne recherche “le triomphe d'aucun des deux despotes qui se disputent l'influence et la domination de l'Europe”40, mais qui veut que cette guerre soit une prise de conscience pour les peuples manipulés jusqu’à présent par l’exaltation patriotique.

  • 41 Victor HUGO, Choses vues (1870-1885), p. 82.

20“Hier après la bataille décisive perdue, Louis Bonaparte, fait prisonnier dans Sedan, a rendu son épée au roi de Prusse. Il y a un mois juste, le 2 août, à Sarrebruck, il jouait à la guerre”, écrit, laconiquement, Victor Hugo, le 3 septembre 1870, dans son journal41. La nouvelle du désastre de Sedan parvient à Paris le 3 septembre au soir ; le 4 septembre, la foule envahit le Palais Bourbon, réclamant la déchéance de l’Empire. La république est proclamée par Léon Gambetta à l’Hôtel de Ville et un "gouvernement de la défense nationale" est constitué. C'est la république de la "patrie en danger" : comme en 1792, la république doit être le salut de la France.

  • 42 El Imparcial est le seul quotidien à paraître habituellement le lundi ; la nouvelle de la proclama (...)
  • 43 “Ahora como en la fecha memorable de 1792 vuestro será el triunfo, no lo dudéis, porque la Victori (...)

21Dès que la nouvelle de la proclamation de la république parvient en Espagne, la presse républicaine s'enflamme d’enthousiasme : la république française fait la une de La Discusión et de La Igualdad le 6 septembre42. Le 7 septembre, La Discusión, El Pueblo, Gil Blas, La Igualdad, La República Ibérica, El Sufragio Universal, La República Federal, El Resumen adressent un message de solidarité aux républicains français, où le souvenir glorieux de 1792 est évoqué : “Désormais, comme en cette date mémorable de 1792, le triomphe sera vôtre, n'en doutez pas, parce que la victoire couronne toujours le grandiose effort d'un peuple qui lutte pour les droits sacro-saints de la liberté et de la patrie”43.

  • 44 La Igualdad du 13-IX-1870 publie des dépêches de La Corogne, Carthagène, Ávila, Tarragone, El Ferr (...)
  • 45 C.A.M. HENNESSY, La Republica federal en España..., p. 141.
  • 46 “En septembre, La Igualdad, pour la première et dernière fois, eut une diffusion beaucoup plus gra (...)

22Le 7 septembre aussi, est publiée la lettre du comité directeur du Parti Républicain Fédéraliste d'Espagne aux républicains français. Le texte, du 6 septembre, est signé par José Maria Orense, Francisco Pi y Margall, Estanislao Figueras, Emilio Castelar, Vicente Urgelles Barbera. À une grande manifestation de sympathie pour la France à Madrid le 8 septembre font suite d’autres manifestations en province, annoncées par des dépêches télégraphiques dans la presse républicaine. Ces différents télégrammes font toujours état de la grande affluence et de "l'ordre admirable" dans lequel s'est déroulée la manifestation44. La proclamation de la république en France, le large écho qui lui est donné dans la presse républicaine espagnole, voilà qui marque le début d'une “grande campagne nationale où les fédéralistes ont atteint le sommet de leur popularité”45. C'est au mois de septembre 1870 que La Igualdad connaît son apogée46.

23La Campana de Gracia du 11 septembre salue l'arrivée de la république en France par une caricature exceptionnelle sur double page intérieure :

  • 47 «Ja ho veuhem. Los aconteciments de Fransa hansengrescat tant qu’hem resolt aquesta setmana tirar (...)

Comme vous le voyez, les événements de France nous ont tellement enthousiasmés que nous avons décidé de mettre les petits plats dans les grands cette semaine. La gravure nous coûte les yeux de la tête, mais cela ne fait rien : Vive la République française !47.

24La proclamation de la IIIe république outre-Pyrénées monopolise donc les pages de la presse fédéraliste espagnole, suscite d’immédiates manifestations de solidarité populaire, sans doute quelque peu amplifiées par la propagande républicaine. Comme on l'a vu, cette république proclamée dans la guerre est assimilée à celle de 1792. La république est à peine une victoire sociale, c'est une victoire politique, pratiquement une victoire militaire : on souligne, généralement, l'héroïsme des républicains français, qui ne pourra que vaincre. Cette référence exaltée à 92 de la part des républicains fédéralistes espagnols reprend les assimilations faites par les républicains parisiens qui brandissent la république d’août 92 comme le flambeau propre à galvaniser le patriotisme français et à masquer les insuffisances idéologiques de cette république proclamée par vacance du pouvoir. Le rappel de 1792 souligne, certes, les liens réels qui unissent le républicanisme espagnol à la France, mais tendrait à montrer la dépendance des idéaux républicains espagnols, qui semblent résolument tournés vers le passé, comme l’indiquent les échos et analyses ultérieurs.

Des États-Unis d’Europe à l’exaltation de la latinité ou l’échec de la fédération européenne

  • 48 La Federación española, 9-IX-1870. Dans l’édition du 25-VIII-l870, Roque Barcía évoquait, déjà, l’ (...)
  • 49 C.A.M. HENNESSY, La Republica federal en España..., p. 96.
  • 50 “Y nuestra España, poseída de una tímida expectativa, cederá también al impulso avasallador de la (...)
  • 51 “Pensamiento de fundar la única forma política que puede sustituir el trabajo a la guerra, y el de (...)

25La république française proclamée annonce l’imminente incarnation des utopies républicaines. Parallèlement à la renaissance d’une union latine utopique48, on assiste à la résurgence de l'Union Ibérique –idéal qui connut son apogée dans le milieu du XIXe siècle49– sous la forme de la revendication d'une république ibérique. Ainsi La Discusión qui, au début du conflit franco-prussien, prévoyait : “Notre Espagne, possédée d’une timide espérance, cédera aussi à l'élan irrésistible de la France républicaine pour fonder la République Ibérique”50, peut prôner, deux mois plus tard, “la seule forme politique qui puisse substituer le travail à la guerre et le droit au privilège : la république fédérale ibérique dans l’Europe libre”51.

26Cette latinité et cet ibérisme apparaissent, pour l'instant, intimement liés à la réalisation des “États-Unis d'Europe”, réalisation qui conduira à son tour à la République Universelle. Le peuple français porte en lui, désormais, tous les espoirs républicains de fédération européenne :

  • 52 El Combate, 10-IX-1870.

Le peuple français, encouragé par ce qu’il doit à son passé, par ce que réclame de lui la gravité des circonstances qui mettent en danger son honneur et sa liberté, encouragé par l'avenir serein et heureux, qui l’attend grâce à l'expansion de la République, saura chasser de son territoire français le Prussien envahisseur et ménager, par son dévouement et son héroïsme, jamais démentis, l'union des états libres d'Europe.
Vive la République fédérale européenne !
Vive le peuple français !52

27Le message du comité directeur républicain entrevoit aussi l'avènement des États-Unis d'Europe :

  • 53 “Y los pueblos se apresurarán bien pronto a romper los antiguos tratados de la diplomacia monárqui (...)

Et les peuples se hâteront bientôt de rompre les anciens traités de la diplomatie monarchiste, pour les remplacer par les pactes mutuels sur lesquels s’édifieront les États-Unis de l'Europe libre, rivalisant par les luttes pacifiques de l'intelligence et du commerce avec les États Unis de l'Amérique libre53.

  • 54 La República democrática federal universal est de 1855 et le texte “La Federación Europea” de 1860

28Avec l’avènement de la République en France, l’utopie liée à la fédération européenne, que Fernando Garrido avait introduite en Espagne au milieu du XIXe siècle54, reprend une nouvelle vigueur et se concrétise dans la formation, à l’initiative du vieux républicain José Maria Orense, d'une “Légion espagnole” :

  • 55 La Federación Española, 24-IX-1870, "A los republicanos federales". José María Orense fait allusio (...)

Une légion espagnole peut aller partager la gloire et les dangers des Français (...). Les Italiens iront avec Garibaldi, et des Portugais, des Belges et d'autres de la race latine, formeront un noyau de défenseurs des États-Unis d'Europe, de cette grande idée proclamée, il y a vingt ans par Ledru-Rollin, Mazzini et Kossuth depuis Londres55.

  • 56 C.A.M. HENNESSY, La República federal (...), p. 141.
  • 57 Paul et Victor MARGUERITTE, L'histoire de la guerre de 1870-71 (ouvrage paru en 1914), p. 160.
  • 58 “Sur la légion espagnole, sur laquelle il existe peu d'information bibliographique, ce journal off (...)

29Bientôt se forme donc une “Légion espagnole”, sous le commandement du fils de José María Orense, Antonio56. Elle rejoint l'armée des Vosges de Garibaldi, qui a débarqué à Marseille, le 7 octobre. “Garibaldi, glorieux et vieilli, avait apporté à la République, qui n'osait refuser, le don de son épée : plutôt un embarras qu'une aide”57. Si les frères Margueritte ne sont pas tendres pour le vieux républicain italien, cette légion déclenche en Espagne l'enthousiasme des fédéralistes, si l'on en croit La Igualdad58, qui publiera quelques correspondances, depuis la France, des hommes de la légion espagnole.

  • 59 La Igualdad, 4-X-l 870 et 20-X-l870 respectivement. Ces deux télégrammes sont signés Tresserra.
  • 60 La Igualdad, 16-XI-l870.
  • 61 Id., l-X-1870. Lettre de Bordeaux du 29-IX-1870.
  • 62 Ibid. Si Tresserra s'est fait maintenant franc-tireur, on ne peut guère oublier qu'il est homme de (...)

30La “Légion espagnole” va occuper une partie des colonnes de La Igualdad, principalement aux mois d'octobre et de novembre, sous forme de lettres du front et parfois de télégrammes, ceux-ci visant à informer du départ de nouveaux volontaires : “Cent Espagnols partent aujourd'hui pour Bordeaux...”, télégramme de Bayonne du 2 octobre 1870, “Deux cents légionnaires espagnols rejoignent aujourd'hui Garibaldi. Je pars avec eux...” (télégramme de Bordeaux du 20 octobre 187059). Les lettres ont un caractère informatif sur les mouvements des troupes, les conditions de vie, les batailles livrées. Ceferino Tresserra (romancier et homme politique), le plus prolixe des correspondants, donne même quelques détails pittoresques sur la vie quotidienne, les chants des volontaires espagnols qui mêlent la Marseillaise (en espagnol “que j'ai arrangée du mieux que j'ai pu”), l'hymne de la Révolution et les chansons populaires andalouses60. Mais ces correspondances se trouvent surtout animées du souffle de l'idéal : “Depuis que j'ai l’usage de la raison je veux me consacrer au peuple : je conçois le peuple comme un ensemble d'hommes libres et dignes. Rois et peuple digne, rois et liberté, cela je ne le conçois pas”61, écrit Felipe Cancelo, officier qui est allé servir Garibaldi et la liberté. Ceferino Tresserra, pour qui “le moment est arrivé de troquer la plume pour la carabine, d'abandonner la tribune pour le campement”, considère qu'il n'existe pas de nationalité, qu'il n'existe qu'un étendard, celui de la république universelle, “la République n'a ni nationalité, ni race, ni couleur”62.

  • 63 9-IX-1870.

31Cependant, la formation même de cette “Légion espagnole” ayant pour mission d’aider la toute récente république française et de lutter pour l’idéal commun européen est, sans doute, déjà porteuse des distorsions qui vont affecter la conscience européenne des républicains espagnols. “La France est aujourd’hui un phare lumineux qui guide les peuples latins au port du salut”, lit-on dans La Federación Española63. L'idée de la France perçue comme le phare de l'Europe, comme le porte-étendard de la liberté laisse entrevoir assez les dérives qui menacent la conscience européenne des républicains fédéralistes espagnols. D'une Europe fédérée, telle qu'elle apparaissait dans l'idéal républicain, on s'achemine bien, la guerre progressant, vers la réalité d'une Europe atomisée.

  • 64 La Discusión, 18-XI-1871, correspondance depuis Bordeaux de Julián Ayardi. Victor Hugo écrivait da (...)
  • 65 La Igualdad, 13-IX-1870.

32La dualité politique de la guerre ne fait pas de doute pour la presse fédéraliste espagnole, qui va participer pleinement au regain de patriotisme français. Oubliée donc la critique de l'absolutisme qui conduit aux guerres, oublié l’antibellicisme des premiers temps ? Non –et c'est ce qui motive les francs-tireurs de la “Légion espagnole”–, car la guerre s'est muée en un combat idéologique : “C'est le combat de la liberté contre le despotisme ; c'est, en un mot, le soulèvement de la raison et de la justice contre la tradition et l'arbitraire64. Il s'agit de lutter contre Guillaume qui “rêve de rétablir le Saint Empire d'Occident”65 :

  • 66 La Federación Española, 30-IX-1870, article de Federico Carlos Beltrán.

Représentant de toutes les aberrations, de tous les despotismes de l'horrible réaction, de la barbarie, il conduit ses hordes en quête du suprême empire, en quête de la domination, et il prépare une nouvelle nuit lugubre, sanglante et ténébreuse, plus ténébreuse et plus horrible que la terrible nuit du moyen-âge66.

  • 67 El Pueblo, 9-IX-1870.
  • 68 Par exemple : La Igualdad, 13-IX-l879 et 20-IX-1870, La Federación Española, 28-X-1870.
  • 69 El Combate, 23-XI-1870.
  • 70 El Combate, 27-XI-1870.

33Le mot “hordes” et sa charge de sauvagerie, l'arrivée de cette nuit ténébreuse et lugubre indiquent bien la dérive qui va être celle de la presse républicaine vers la germanophobie, le manichéisme le plus radical. Le titre de l'éditorial de La Igualdad du 13 septembre 1870 est éclairant : “Le nouvel Attila”. “Guillaume I sera devant l'histoire le nouvel Attila”, lit-on ailleurs67. On reste confondu devant le déferlement de Vandales, l'avalanche de hordes sauvages du Nord qui envahissent les pages des quotidiens républicains68. C'est la lutte manichéenne du monde de l'erreur contre le monde de la vérité69. Bref, l'Allemagne mène une lutte satanique70.

  • 71 La Federación Española, 28-X-1870.
  • 72 La Igualdad, 6-IX-1870.

34En corrélation avec le manichéisme qui préside aux analyses de la presse républicaine, voici qu'on excite la haine “raciale”, même si Bruno de Guevara dans La Federación Española prédit la réconciliation de “la race latine et de la race germanique sous l'enseigne de la République Universelle”, à la fin d'octobre 187071. On perçoit à présent le conflit comme un affrontement de la “race latine” avec cette “demi-barbare race teutonne”72.

  • 73 El Combate, 20-XII-1870.
  • 74 La Federación Española, 9-IX-1870.
  • 75 (13-IX-1870).

35En liaison avec ces rivalités “raciales” réveillées, se met en place une nouvelle dichotomie : l'Europe du Nord opposée à celle du Sud qui recouvre la même réalité que l'Europe latine. Le Nord est assimilé au despotisme –“les colosses du Nord”73– “ce Nord d’où viennent les Guillaume, les Odoacre et les Attila”74. Ce sont, finalement, les mêmes binarités simplistes qui sont développées avec d'autres noms ; le quotidien La Igualdad oppose la sauvagerie du Nord au raffinement culturel du midi75. Cette nouvelle forme d'opposition apporte-t-elle des nuances ? Oui, car ce Nord aux frontières géographiques imprécises réactive la peur ancestrale des invasions nordiques, d'une part et, d'autre part, convertit le conflit franco-prussien en un affrontement de deux blocs, de deux cultures. On assiste bien de la part de la presse républicaine fédéraliste à la construction ou reconstruction de ce mythe du nord envahisseur –mythe qui s'enracine dans la réalité avec la Confédération des États allemands alliés à la Prusse et la prochaine proclamation de l’empire allemand– que l’on perçoit comme destructeur de la communauté culturelle latine :

  • 76 “El Norte dice: “el mundo latino se va y viene el mundo germánico” ¡No! No se va el mundo latino. (...)

Le Nord dit : “le monde latin s'en va et arrive le monde germanique. [...]”
— Non, race teutonne, le monde d'un Homère, d'un Virgile, d'un Dante, d'un Miguel Cervantès Saavedra ne s'en va pas ! [...]. Le monde latin ne s'en va pas !76.

36Lourd appel lyrique à la culture latine pour lutter contre l'hégémonie du Nord. Cette défense opiniâtre de la culture latine, l'appel à Virgile, Cervantès, l'appel nostalgique aux gloires passées est significative des craintes du Sud qui à la construction du Nord ne sait offrir que résistance.

37La stimulation de la solidarité internationale de la part des organes de presse républicains emprunte des chemins scabreux qui conduisent bien à l’échec de la grande fédération européenne, l’utopie qui a compté dans l’idéologie fédéraliste espagnole du XIXe siècle en tant que projection extérieure de la fédération rêvée pour l’Espagne. La place faite à la proclamation de la république en France, puis les dérives vers l’exaltation de la culture latine sont le signe du poids excessif des modèles sur la pensée fédéraliste officielle représentée par les organes de presse, pensée fédéraliste tributaire de la référence, non seulement à un passé national mythifié, mais aussi à une identité culturelle commune qui unit la France et l’Espagne. En outre, la disproportion entre la place occupée dans la presse par la “Légion espagnole” et, tout compte fait, sa faible importance (400 hommes) montre l’échec de la mobilisation du fédéralisme espagnol protéiforme autour d’une utopie forte, finalement dévoyée. Sans doute faut-il voir là un autre signe de la difficulté de la construction de l’identité nationale du fédéralisme espagnol.

Notes

1 La publication du quotidien La Igualdad couvre la période du Sexenio (de novembre 1868 à décembre 1874). De 1870 à 1873 son tirage le place en troisième position au sein de la presse nationale, après La Correspondencia de España et El Imparcial (voir Prensa y sociedad en España (1820-1936), Madrid, Edicusa, 1975, pp. 107-108). Pour Enrique GIMÉNEZ, La Igualdad est “uno de los órganos de opinión con mayor influencia y difusión durante el sexenio 1868-1874”, “El federalismo y la clase obrera: los planteamientos doctrinales del diario La Igualdad, Revista del Trabajo, 49-50, Madrid, 1975, p. 67.

2 Demetrio CASTRO ALFIN affirme dans “Orígenes y primeras etapas del republicanismo en España” (El republicanismo en España (1830-1977), Nigel TOWNSON (ed.), Madrid, Alianza Universidad, 1994) : “La historia del republicanismo en sus primeras fases es, hoy por hoy, casi un inventario de incertidumbres y oscuridades” et déplore qu’il n’existe pas d’étude monographique d’ensemble sur la question, en dehors de celle d’Antonio EIRAS ROEL, El Partido Demócrata Español - 1849-1868, de 1961. Parmi les études sur le républicanisme, citons, outre El republicanismo en España, le très précieux ouvrage de C.A.M. HENNESSY, La república federal en España, Madrid, Aguilar, 1966, de J.J. TRÍAS et A. ELORZA, Federalismo y reforma laboral (1840-1870), Madrid, ediciones Castilla, 1975, de A. de BLAS GUERRERO, Tradición republicana y nacionalismo español (18761930), Madrid, Tecnos, 1991, de J.A. PIQUERAS et M. CHUST (ed.), Repúblicas y republicanos en España, Madrid, Siglo Veintiuno, 1996.

3 Demetrio CASTRO ALFÍN, Orígenes..., p. 35. Ajoutons qu’en 1873, dans un des hommages graphiques que La Flaca, hebdomadaire républicain de Barcelone, rend à la République récemment proclamée, Marianne décerne les lauriers de la victoire à Estanislao Figueras (premier président de la république), près duquel est ouvert un livre où sont inscrits les noms de Jésus-Christ, Spartacus, Washington, Lincoln, Guillaume Tell. (La Flaca, 20-III-1873, n°57).

4 J.A. PIQUERAS ARENAS, “Detrás de la política. Repùblica y federación en el proceso revolucionario”, Repúblicas y republicanos en España, pp. 27-28.

5 Id., p.59. Pour schématiser : 1840, c’est le renversement de la Régente Marie-Christine à laquelle succède le général Espartero ; 1854 marque le début du Bienio progresista ; 1868, enfin, correspond à la Révolution de Septembre et au début du Sexenio revolucionario.

6 Voir Antonio ELORZA, “La primera democracia federal: organización e ideología”, Federalismo y reforma laboral..., p. 75.

7 Nous suivons ici D. CASTRO ALFÍN, article cité, pp. 42-43.

8 Précisons brièvement que ce parti dont l’institutionnalisation fut possible grâce à la “condescendance”, de Narváez est voué peu après à la clandestinité (Voir D. CASTRO ALFÍN, p. 64).

9 “Primera fuerza política estable de que dispusieron los republicanos”, D. CASTRO ALFÍN, “Unidos en la adversidad, unidos en la discordia: el Partido Demócrata, 1849-1868”, El republicanismo en España..., p. 59.

10 Ce programme est reproduit par Miguel ARTOLA, Partidos y programas políticos (1808-1936), Madrid, Aguilar, 1974, T.II, pp. 37 à 45.

11 Id.,p.38.

12 “No obstante, el radicalismo del documento del 6 de abril de 1849 era muy tibio; había en él pasajes en los que se consideraban “inconcusos y no controvertibles” la monarquía de Isabel II, la propiedad, la familia y el catolicismo como única religón del estado, sin que la preliminar proclamación de la libertad de conciencia hallara en el documento ningún reflejo concreto en medidas relativas a la libertad de cultos”, “Unidos en la adversidad, unidos en la discordia: el Partido Demócrata, 1849-1868”, p. 62.

13 Sur les utopies socialistes en Espagne voir, Antonio ELORZA, El fourierismo en España, Madrid, Ediciones de la Revista de Trabajo,1975 et Jorge MALUQUER de MOTES, El socialismo en España (1833-1868), Editorial Crítica, Barcelona, 1977.

14 “Garrido fue un precursor de la unidad de Europa, quizá el primero que en nuestro país preconizó la union de federaciones europeas. Sin embargo, en esto Garrido no hacía más que seguir fielmente a Mazzini”, Jorge MALUQUER de MOTES, introduction à l’ouvrage de Fernando GARRIDO: La Federación y el Socialismo, Barcelone, Labor, 1975, pp. 36-37.

15 José María JOVER ZAMORA, Realidad y mito de la Primera República, Madrid, Espasa Calpe, 1991.

16 “La propensión reiteradamente manifiesta, a lo largo de todo el siglo XIX, a los movimientos locales y provinciales que cristalizan en juntas y que acaban federándose en una junta central, órgano de un poder revolucionario y nuevo”, José María JOVER ZAMORA, “Federalismo en España : cara y cruz de una experiencia histórica”, in Nación y estado en la España liberal, Madrid, Noesis, 1994, p. 107.

17 “En 1868 (verano) se publica la traducción de Pi y Margall de Du Principe fédératif. Esta traducción no hacía sino justificar más el instinto separatista que, según Pi y Margall explicaba, siempre había conducido a las provincias a organizarse por sí mismas durante las crisis nacionales. El libro se convirtió en seguida en el manual de los revolucionarios republicanos locales”, C.A.M. HENNESSY, La república federal en España, p. 38.

18 Pierre-Joseph PROUDHON, Du principe fédératif, Paris, Librairie internationale, 1868, p. 46.

19 “La federación es un sistema por el cual los diversos grupos humanos, sin perder su autonomía en lo que les es particular y propio, se asocian y se subordinan al conjunto de los de su especie para todos los fines que les son comunes”, Francisco PI y MARGALL, Las Nacionalidades, Introduction et notes d’Antoni Jutglar, Madrid, Edicusa, 1973, p. 187.

20 Voir Miguel ARTOLA, La burguesía revolucionaria (1808-1874), Madrid, Alianza Editorial, 1973, p. 368.

21 Les partis unioniste et progressiste, de tendance libérale, s’étaient forgés et affirmés dans l’opposition à la régence de Marie-Christine, puis au régime d’Isabelle II. L’Union libérale était née durant l’étape progressiste (1854-1856) de la fusion, sous l’égide du général O’Donnell, de l’aile droite du progressisme et de l’aile gauche du parti modéré.

22 Pi y Margall est, alors, en exil à Paris. Il ne rentre en Espagne qu’en 1869.

23 “Fue Salmerón quien se aferró al argumento federal ligando la justificación intelectual del federalismo con su aceptación popular”, C.A.M. HENNESSY, La Republica federal en España, p. 49.

24 Lors de cette troisième réunion, tandis que la majorité penche pour la république, une minorité de démocrates rejoignent les rangs monarchistes.

25 “El federalismo tiene, en los meses que siguen a la revolución, un desarrollo fulminante (...) y los mítines en que se proclamaba la república federal eran suceso frecuente”, Miguel ARTOLA, Partidos y programas políticos, La Republica federal en España..., T.I, p. 286.

26 Voir C.A.M. HENNESSY, La Republica federal en España..., p. 47.

27 En ce qui concerne l’enracinement populaire du républicanisme fédéraliste, voir les seguidillas et copias républicaines citées par Josep TERMES dans son ouvrage, Barcelone, Crítica, 1977, pp. 53-55-410.

28 “Y es que en el seno de las clases populares hay un mito espontáneamente asumido [...] : “la federal”, como radiante esperanza en una España descentralizada e igualitaria, sin pobres ni ricos, sin quintas ni casetas de consumos, en la que reine la ffaternidad y la justicia”, José María JOVER ZAMORA, Federalismo en España..., p. 114.

29 On peut lire dans l’ouvrage de TUÑÓN de LARA, VALDEÓN BARUQUE et DOMÍNGUEZ ORTIZ, que pour les paysans d’Andalousie ou d’Extrémadoure, “fédéral” voulait dire à peu près la même chose que “social” (Historia de España, Madrid, Labor, 1991, p. 485). Quelques années plus tard, Emilia PARDO BAZÁN qui évoque l’Espagne du Sexenio, dans les pages de La Tribuna (1881), fait état de la force mobilisatrice de “la Fédérale” chez les classes populaires.

30 “Simples descentralizadores”. L’expression est de Miguel Ángel ESTEBAN NAVARRO (“De la esperanza a la frustration, 1868-1874”, El republicanismo en España (1830-1977)..., p. 101), que nous suivons ici dans l’idée de l’hétérogénéité du fédéralisme républicain.

31 “La trayectoria genética juntas locales-junta central-Cortes Constituyentes prefigura el modelo ulterior de articulación del poder, desde el municipio autónomo al poder federal, con el sistema de Estados federados como mediación.” Antonio ELORZA, La primera democracia federal..., p. 89.

32 Voir José Antonio PIQUERAS, “Detrás de la polética..., p. 20.

33 “¿Qué era esto más que la formación de un Consejo Federal?”, cité par J.A. PIQUERAS, Id., p. 19.

34 “La historia republicana se apropió sin dudarlo de 1808” Id., p. 19.

35 “Cuando Garrido llegó a Valencia, el 22 de noviembre, encontrándose a Orense en su segunda visita, los federales les reservaron un entusiástico recibimiento, completado con banderas con los colores rojo, amarillo y morado”, C.A.M. HENNESSY, La Republica federal..., p. 69.

36 “Los oradores de Price no definieron la federal y, sin embargo, la frase cayó tan bien que a los quince días los demócratas se excedían en manifestar su entusiasmo por la palabra... Pero la colectividad, el partido como partido..., nunca había pensado en la federal” (Los Constituyentes, pp. LXIII-LXIV), cité par Miguel ARTOLA, Partidos y programas políticos..., p. 286.

37 Miguel AYLLÓN ALTOLAGUIRRE, Proyecto de Constitución democrático-federal de la República Española, Madrid, Imprenta y fundición de M. Tello, 1873, p. 7.

38 “Sí, es popular, es verdaderamente popular el régimen federativo; pero se le quiere aun inconscientemente, sin darse cuenta de su origen, ni de su naturaleza, sin que se conozcan bien sus condiciones, ni aun sus mismos resultados”, cité par AYLLÓN ALTOLAGUIRRE, Id., p. 5.

39 “Tout à coup au commencement de juillet, il n'est que bruit de guerre. Un prince prussien, un Hohenzollern, est candidat au trône d'Espagne vacant depuis l'expulsion d'Isabelle, et cela constitue, paraît-il, une insulte à la France”, écrit Prosper-Olivier LISAGARAY dans son Histoire de la Commune de 1871 (1876). Alain PLESSIS (De la fête impériale au mur des fédérés, 1973) précise que, pour Bismarck, “ce conflit a sans doute été le moyen recherché d'achever et de cimenter l'unité allemande par une lutte commune contre "l'ennemi héréditaire”.

40 “No queremos el triunfo de ninguno de los dos déspotas que se disputan la influencia y la dominación de Europa”, La Igualdad, 23-VII-1870.

41 Victor HUGO, Choses vues (1870-1885), p. 82.

42 El Imparcial est le seul quotidien à paraître habituellement le lundi ; la nouvelle de la proclamation de la république en France éclate, donc, dans l'ensemble de la presse le mardi 6 septembre. La Ibería, cependant, consacre un supplément le lundi 5 septembre à la chute de l'Empire. C.A.M. HENNESSY (La República federal en España) signale un numéro extraordinaire de La Igualdad du 5 septembre, qui ne figurait pas dans la collection que nous avons consultée.

43 “Ahora como en la fecha memorable de 1792 vuestro será el triunfo, no lo dudéis, porque la Victoria corona siempre el grandioso esfuerzo de un pueblo que pelea por los fueros sacrosantos de la libertad y de la patria”, La Discusión, 7-IX-1870.

44 La Igualdad du 13-IX-1870 publie des dépêches de La Corogne, Carthagène, Ávila, Tarragone, El Ferrai, Castellón et Alicante où l'on signale 4000 manifestants.

45 C.A.M. HENNESSY, La Republica federal en España..., p. 141.

46 “En septembre, La Igualdad, pour la première et dernière fois, eut une diffusion beaucoup plus grande que tous les autres journaux de Madrid”, Ibid.

47 «Ja ho veuhem. Los aconteciments de Fransa hansengrescat tant qu’hem resolt aquesta setmana tirar la casa per la finestra. La lámina ens costa un ull de la cara, pero no hi fa res: ¡Viva la República francesa!”, La Campana de Gracia, 11-IX-1870.

48 La Federación española, 9-IX-1870. Dans l’édition du 25-VIII-l870, Roque Barcía évoquait, déjà, l’élan qui mènerait à la république en France et à la solidarité des peuples latins.

49 C.A.M. HENNESSY, La Republica federal en España..., p. 96.

50 “Y nuestra España, poseída de una tímida expectativa, cederá también al impulso avasallador de la Francia republicana para fundar la República Ibérica”, La Discusión, 21-VII-l 870.

51 “Pensamiento de fundar la única forma política que puede sustituir el trabajo a la guerra, y el derecho al privilegio: la República federal ibérica en la Europa libre», message adressé aux électeurs fédéralistes et signé, entre autres, par Emilio Castelar, Fernando Garrido, José María Orense et Francisco Pi y Margall. Id., 25-IX-1870.

52 El Combate, 10-IX-1870.

53 “Y los pueblos se apresurarán bien pronto a romper los antiguos tratados de la diplomacia monárquica, para sustituirlos por los mutuos pactos sobre que se levantarán los Estados Unidos de la Europa libre, rivalizando por las luchas pacificas de la inteligencia y del comercio con los Estados Unidos de la América libre”, La Discusión, 7-IX-1870. A travers cette rivalité pacifique avec les États-Unis d’Amérique, on retrouve bien cette admiration commune à tous les fédéralistes pour cette nation et pour la Suisse. Rappelons qu’au Congrès de la Paix et de la Liberté de 1867, sous la présidence de Garibaldi “fut examinée l'idée d'États-Unis d’Europe, prenant pour modèle la Suisse et les États-Unis d’Amérique...”, C.A.M. HENNESSY, La República federal..., p. 94.

54 La República democrática federal universal est de 1855 et le texte “La Federación Europea” de 1860.

55 La Federación Española, 24-IX-1870, "A los republicanos federales". José María Orense fait allusion au Comité révolutionnaire européen fondé à Londres par Ledru-Rollin pour la France, Juge pour l’Allemagne, Darasz pour la Pologne, Kossuth pour la Hongrie et Mazzini pour l’Italie. Cette “légion espagnole” est-elle une réplique de la “légion ibérique” formée par Fernando Garrido, réunissant des républicains espagnols et portugais, et qui devait marcher sur l'Italie pour la libérer des tyrans (en 1860-1861) ? L'existence de cette légion ibérique n'est connue que par une citation de Rodríguez Solís dans son histoire du parti républicain espagnol. (Voir J. Maluquer de Motes dans son introduction à La Federación y el socialismo, p. 21).

56 C.A.M. HENNESSY, La República federal (...), p. 141.

57 Paul et Victor MARGUERITTE, L'histoire de la guerre de 1870-71 (ouvrage paru en 1914), p. 160.

58 “Sur la légion espagnole, sur laquelle il existe peu d'information bibliographique, ce journal offre un bon apport documentaire”, Enrique GIMENEZ, El federalismo y la clase obrera (...), p. 77. La Solidaridad et La Federación Espanola publieront aussi des correspondances.

59 La Igualdad, 4-X-l 870 et 20-X-l870 respectivement. Ces deux télégrammes sont signés Tresserra.

60 La Igualdad, 16-XI-l870.

61 Id., l-X-1870. Lettre de Bordeaux du 29-IX-1870.

62 Ibid. Si Tresserra s'est fait maintenant franc-tireur, on ne peut guère oublier qu'il est homme de plume, à la lecture de ces métaphores : “Mais la France est combattue par un despote qui a commencé à lutter avec la ruse rampante du serpent et qui prétend, à présent, la détruire avec la sauvage férocité de la panthère”. Création littéraire, re-création de la réalité ?

63 9-IX-1870.

64 La Discusión, 18-XI-1871, correspondance depuis Bordeaux de Julián Ayardi. Victor Hugo écrivait dans sa lettre aux Allemands le 9-IX-1870 (lettre reproduite par La Igualdad le 14-IX-1870) : “Le même rayon fraternel, trait d'union sublime, traverse le cœur allemand et l’âme française” (Actes et paroles, œuvres complètes, Tome XV-XVI/1, p.1241). Puis quelques jours plus tard, dans son allocution aux Français, Victor Hugo disait (allocution du 17-IX-1870 reproduite par La Discusión, le 19-X-1870) : “Levez-vous ! Levez-vous ! Pas de trêve, pas de repos, pas de sommeil. Le despotisme attaque la liberté, l'Allemagne attente à la France. [...] Quant à l'Europe, que nous importe l'Europe !” (Id., p. 1244)

65 La Igualdad, 13-IX-1870.

66 La Federación Española, 30-IX-1870, article de Federico Carlos Beltrán.

67 El Pueblo, 9-IX-1870.

68 Par exemple : La Igualdad, 13-IX-l879 et 20-IX-1870, La Federación Española, 28-X-1870.

69 El Combate, 23-XI-1870.

70 El Combate, 27-XI-1870.

71 La Federación Española, 28-X-1870.

72 La Igualdad, 6-IX-1870.

73 El Combate, 20-XII-1870.

74 La Federación Española, 9-IX-1870.

75 (13-IX-1870).

76 “El Norte dice: “el mundo latino se va y viene el mundo germánico” ¡No! No se va el mundo latino. [...] ¡No, raza teutónica, no se va el mundo de un Homero, de un Virgilio, de un Dante, de un Miguel de Cervantes Saavedra!”, La Federación Española, 9-IX-1870.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540