Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Être espagnol

 | 
Jean-René Aymes
, 
Serge Salaün

I - De l’Ancien régime à la modernité

La petite-maîtrise sécessionniste : un péril en la demeure. La Nation comme continuité historique et personne morale (seconde moitié du XVIIIe siècle)

Frédéric Prot

Texte intégral

1Le souci du renouveau occupe les esprits éclairés de l’Espagne du XVIIIe siècle. Une foi inspirée les anime dans l’entreprise réformatrice. Une grande tâche s’apparentant à une mission historique s’impose à la conscience morale de ces hommes et femmes de bonne volonté : la restauration de l’Espagne.

2Une société a toujours une idée d’elle-même en vertu de laquelle elle interprète sa réalité et oriente son devenir. Deux questions taraudent les réformateurs : qu’est l’Espagne et que doit-elle être ?

3Alain Touraine isole trois principes cardinaux dans la promotion du concept de patrie : principe d’identité, principe d’opposition et principe de totalité. Un curieux personnage, dont l’une des moindres particularités est l’ubiquité et la longévité au long de ce siècle de profondes transformations, va être promu instrument pédagogique et satirique pour la transmission de la pensée éclairée. Cette figure comique aimante les pointes acides de quatre générations de penseurs réformateurs. A la manière d’un corps chimique étranger, ce personnage entre en réaction avec la substance du programme restaurateur des Lumières. Il suscite un ensemble de phénomènes d’attirance et de répulsion. La cristallisation des passions de l’époque, qui se joue en lui, est pour nous l’occasion rare d’entreprendre le portrait de cette Espagne d’entre deux temps. Par cette figure, concentré de réactifs sur lesquels les programmes de diverses natures propres aux Lumières réformatrices viennent s’altérer, se contrefaire et s’éprouver, nous assistons à la révélation de l’identité nationale culturelle.

4Le nom même de ce pittoresque personnage nous installe au cœur de cette obsédante question de l’identité nationale : “petimetre”, issu linguistiquement et culturellement du petit-maître français. Il nous faut donc nous mesurer à un fait de civilisation d’une ampleur tentaculaire, dans lequel le problème majeur de la renaissance de l’Espagne, examiné à travers la censure de ce personnage, doit être compris sous deux angles : celui de la culture proprement nationale et celui de l’inscription du pays dans l’espace européen du concert des nations. Systématiquement assimilé à un phénomène de dégénérescence et de corruption de l’être national, le petit-maître apparaît comme un monstre historique dans la mesure où, dans un premier temps, il dénature et voue aux gémonies le passé de l’Espagne et où, dans un deuxième, il interdit la résurrection au présent et la projection dans l’avenir de la nation. Du moins le prétend-on.

5Dès les années 1720, ses traits caricaturaux sont fixés pour le reste du siècle. Il sera une figure repoussoir d’une redoutable efficacité, au point qu’aujourd’hui il est extrêmement délicat de révéler sa véritable identité historique.

6Le petit-maître est un poisson d’“entre deux eaux” qui résiste à l’analyse. La figure de ce jeune homme élégant, présomptueux et sot, ami des modes et des belles manières affectées, est un type récurrent dans l’histoire sociale et littéraire de l’Europe. Songeons au précieux du XVIIe siècle, à l’Incroyable de Thermidor, au dandy mortifère du XIXe siècle, etc. Les couleurs, dont on l’affuble à l’époque pour censurer en lui tous les vices de la décadence et par contrecoup exalter un programme de restauration nationale, sont aussi chamarrées et désunies que celles de son accoutrement provocateur. S’il est une chose du moins certaine et répétée inlassablement, c’est bien la configuration en lui d’un espace étranger à la culture nationale.

7La connaissance que nous avons de lui est encore trop largement lacunaire pour qu’on le réduise au commode statut de victime ingénue, de bouc émissaire. Les esprits éclairés (hommes de lettres comme Jovellanos, Cadalso, Moratín, Iriarte ou Ramón de la Cruz, artistes comme Goya ou Paret y Alcázar, publicistes tels que Clavijo y Fajardo ou Beatríz Cienfuegos, prédicateurs comme Antonio de Tavira, Bocanegra, et penseurs divers tels que Eijoecente, Rojo de Flores, Sempere y Guarinos, Capmany, Zamácola ou Zeballos) l’ont tout à la fois brocardé et exalté en en faisant un danger réel pour la préservation et l’épanouissement de l’être national. La critique amère ou comique le porte au pinacle de l’infamie en faisant de lui un "péril en la demeure", un loup dans la bergerie, sournois, car apparemment inoffensif tant il grotesque. Est-ce là une menace hyperbolique et oratoire ou un avatar réel et historique de l’être national, violemment attaqué ?

  • 1 Le mot espagnol “petimetría” ne connaît aucun équivalent dans la langue française. Afin de ne pas (...)

8En préambule à l’examen des implications de la "petite-maîtrise"1 dans la pensée historiographique de l’idée de nation, de culture nationale, de patrie —et il ne s’agit pas d’une liste de synonymes—, il est utile de brosser un portrait panoramique de ce personnage tel qu’il est dépeint par ses contemporains. La prudence est de mise puisque nous interrogeons non pas le "référent" mais la "représentation" issue de celui-ci, et donc, par définition, travaillée et orientée idéologiquement.

  • 2 Daniel ROCHE, La Culture des apparences, une histoire du vêtement - XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, F (...)
  • 3 Ibid, p. 26.

9La "petite-maîtrise" se partage entre roture et noblesse. Pour la première, elle est fraude et imposture ; déchéance, pour la seconde. Le petit-maître roturier veut s’élever indûment dans la hiérarchie sociale, sans que le mérite justifie cette promotion, ni que la vertu morale accompagne cette ascension. Il s’agit d’un désordre des hiérarchies, d’un brouillage des signes distinctifs, traduit par le vêtement et “la culture des apparences”2. La "petite-maîtrise" est un signe extérieur de richesse. A ce titre, elle revendique chez le roturier une promotion sociale tout à la fois militante et aliénée à la culture aristocratique. Elle s’apparente à un "raid de transgression"3.

10Si le petit-maître roturier n’a à répondre d’aucun engagement le précédant dans l’Histoire, puisqu’il appartient à une classe neuve —la proto-bourgeoisie dont l’histoire représente un des principaux chantiers de recherche sur l’Espagne du XVIIIe siècle—, en mal d’identité culturelle et de reconnaissance, il n’en va pas de même pour le petit-maître noble qui voit dénoncé son engagement contractuel avec le Roi, avec l’Espagne et avec l’Histoire.

11La "petite-maîtrise" aristocratique est un oxymore car le premier terme dégrade et corrompt le deuxième. Les deux notions sont irréconciliables. La légitimité de l’état aristocratique est donc sévèrement mise en jeu. Or, à l’époque, la critique anti-nobiliaire gronde. La corruption d’un des représentants du corps gangrène l’organisme tout entier. Que l’aristocratie —garante de la stabilité politique— défaille et l’injustice se répand et avec elle la sédition.

12La noblesse déchue sera celle qui aura séparé les idées de vertu et de devoir du pouvoir et de la fortune. La "petite-maîtrise", comme expression aboutie de la jouissance passive et parasite des biens, est absolument étrangère à la morale aristocratique puisque dans le plaisir l’individu se prend pour fin. Elle est donc sécession par rapport au reste de la société et dénonciation de la responsabilité morale vis-à-vis de la communauté et de l’Histoire —le XVIIIe siècle insiste sur le principe selon lequel la conformité des parties au tout est la condition de la justice, de l’harmonie et du progrès. Si, pour le roturier, ce retranchement est condamnable au nom de ces principes d’éthique sociale d’essence platonicienne, pour le noble, s’ajoute l’idée de trahison et de démission des devoirs.

13La transgression des barrières sociales par le petit-maître marque en vérité l’inadaptation des vieilles structures d’Ancien Régime. Insensiblement, l’Espagne est en train de passer d’une société d’ordres à une société de classes. Le petit-maître enregistre cette transformation historique. La "petite-maîtrise" apparaît à la date d’aujourd’hui comme la preuve historique de l’émergence d’une nouvelle classe d’individus désorientés culturellement et en contradiction avec le principe de leur émergence sociale et politique.

14Le débat autour du luxe est trop connu de tous pour qu’il soit utile d’insister sur les polémiques que déclenche notre personnage par ses dépenses ruineuses, plus enrichissantes pour la France et l’Angleterre que pour la jeune industrie espagnole. La mode est une des premières expressions de la naissance d’une société de consommation de type pré-capitaliste. La "petite-maîtrise" s’inscrit dans cette crise des structures socioéconomiques, sur ce tissu économique encore très fragile, bien qu’en extension.

15Ce que révèle en général la "petite-maîtrise" est un défaut moral qu’Argan, théoricien de l’art de la Renaissance et de l’âge classique, peut nous aider à théoriser comme l’absence de “domination virile de la passion et d’élévation du sentiment à la vertu morale”. Platon lie bien dans La République le désordre social au dérèglement des mœurs. La "petite-maîtrise" est une pierre d’achoppement dans la mesure où son égoïsme fait barrage au processus de civilisation.

16L’idéal éclairé est une juste harmonisation entre sphère privée et sphère publique, garante de la prospérité et du bonheur de l’homme et de la communauté. Il faut restaurer la conformité de l’intérêt privé et de la vertu publique —le libéralisme économique ne sera viable qu’à la condition que la loi des passions et des désirs soit orientée vers l’amour de la communauté, vers le bien commun.

17Les esprits éclairés ont maille à partir avec notre personnage car celui-ci se jette sur leurs brisées et falsifie leur message : il passe outre le primat du perfectionnement moral. L’interprétation qu’il développe de l’Histoire, de la civilisation et du progrès souffre d’un déficit éthique qui conduit à une immoralité ou à un amoralisme. D’amant des Lumières, il en est devenu le libertin débauché et s’est épanoui dans l’adultère.

18Le désir de réforme de l’Espagne et l’amour pour l’idée de civilisation, pour la modernité, contribuent à installer une manière de communion entre la pensée qui anime le petit-maître et celle qui fonde les Lumières mêmes. Cependant, si l’orientation vers une culmination de la culture est identique, les voies pour y parvenir sont tout à fait opposées puisque le petit-maître aspire à un travail d’artificialisation et de sophistication de l’existence, aux dépens de la nature. L’homme doit, selon lui, devenir un être de pure culture, débarrassé de toute référence à une nature spontanée et libre. Or la Nature est au XVIIIe siècle en matière de morale comme en architecture source de vérité, de bonté et de beauté. La morale première s’y donne à lire. La promotion paroxystique de l’artistique et du culturel se fait aux dépens du perfectionnement moral.

  • 4 Se reporter à Vladimir JANKÉLÉVITCH, Le Je-ne-sais-quoi et le Presque-rien, tome I, La Manière et (...)

19En tout, le petit-maître traduit une artificialisation de l’inscription au temps et aux hommes, un atomisme, une fragmentation de la totalité. Il se fourvoie dans la perception qu’il a du procès de civilisation. D’une part, la fragmentation globale de l’idée de progrès en un faisceau de paramètres sans connexion (luxe, culture, belles manières, esprit fort, libertinage, etc.) manifeste une inquiétante incapacité à envisager le tout sans coupure d’un point de vue moral (pour illustration, nous pouvons songer à la gravure de Goya, issue des Caprichos, et intitulée “Ni así la distingue”). D’autre part, le choix d’investir son être dans le paraître, l’artifice au lieu de l’inscrire dans un perfectionnement moral conduit à une grave dissociation de l’esthétique et de l’éthique et contredit la philosophie des Lumières qui est une pensée de la substance (l’architecture de la seconde moitié du XVIIIe siècle, dite “néo-classique”, s’en fait la traduction artistique). C’est parce qu’il y a déficit au niveau de l’éthique que la fragmentation est toxique. Les relations de sociabilité vont à leur tour refléter ce travail d’artificialisation de la vie. Ce que le petit-maître ne versera pas en sentiments et en vertus morales, il le tournera en règles artificielles, en devoirs et en cérémonies compassées. Une fois encore, l’esthétique prend le pas sur l’éthique, l’expression et la prolifération sur l’impression et la concentration4.

20Ce bref panorama nous permet à présent de mesurer le danger —feint ou non— que représentait la "petite-maîtrise" pour l’actualisation, la réalisation historique de l’essence de l’être espagnol. Le concept de nation, avec les implications de la "petite-maîtrise" dans l’élaboration idéologique, politique, morale, sociale et culturelle de cette idée nouvelle, sera ici entendu d’abord dans sa détermination historique : la nation dans le sens d’un déploiement, orienté dans le temps, d’une essence qui tend incessamment à sa manifestation. L’idée cadalsienne de "continuité historique" représentera un guide dans cet examen sommaire. Le petit-maître est présenté comme un monstre historique, échappant à la légalité morale de l’Histoire.

I. Le petit-maître en contradicteur de l’idée de Nation comme continuité historique et actualisation de l’être national

  • 5 Se reporter au livre d’Ignacio HENARES CUELLAR, La Teoría de las artes plásticas en España en la s (...)

21Les réformateurs des Beaux-Arts5, à l’issue de leur réflexion sur les époques artistiques qui s’étaient succédé en Espagne, ont abouti à une vision cyclique de l’Histoire : aux moments de décadence succèdent les moments d’apogée, auxquels succèdent à leur tour les moments de décadence et ainsi de suite. La découverte de L’historicité" n’implique pas un retour aux normes de la pureté, mais une vision différenciée de l’Histoire, qui devient la grande “nouvelle science”. Giambattista Vico (1668-1744) théorise cette nouvelle perspective contrastive dans son ouvrage Principii di una scienza nova d’intorno alla comune natura delle nazioni (1725). Il promeut une méthode comparative pour étudier la formation, le développement et la décadence des nations. Ces dernières passent par trois phases : l’âge des dieux, l’âge des héros et enfin l’âge des hommes. Cette vision cyclique est la célèbre théorie des “corsi e ricorsi”. L’Espagne du XVIIIe siècle préoccupe les esprits éclairés. Cadalso écrit dans ses Cartas marruecas :

  • 6 CADALSO, Cartas Marruecas, ed. Joaquín Arce, “Carta XLIV”, Madrid, Cátedra, 1993, p. 190.

Se me figura Espana desde fin de 1600 como una casa grande que ha sido magnífica y sólida pero que por el decurso de los siglos se va cayendo y cogiendo debajo a sus habitantes6.

22Feijóo, le moine bénédictin, s’exclame : “¡Gotosa está España!”. Vico théorise une vision historique qui implique la compréhension de quelque phénomène que ce soit à partir d’une conjoncture, d’un espace, d’un milieu culturel et politique : il introduit l’idée de contingence et de réseau de causes premières et de causes secondes. L’historiographie doit être totale car tout se lie intimement. Il faut reconnaître ce principe d’une connexion des faits entre eux dans une chaîne temporelle.

  • 7 Juan SEMPERE y GUARINOS, Historia del lujo y de las leyes suntuarias de España, Madrid, 1788, 2 to (...)

23La passion réformatrice se répand dès le début du siècle. Bientôt, les intellectuels entreprennent, chacun dans sa discipline, un travail à caractère historique. Tous les champs de la vie humaine sont embrassés : les arts avec Antonio Ponz (Viaje de España), le théâtre avec Moratín, les lois avec Sempere y Guarinos7, la langue avec Gregorio Mayáns, la poésie avec Sarmiento. Le but commun est la quête presque religieuse du sens exact de l’Histoire nationale : la quête de l’être espagnol. La satire de la "petite-maîtrise" s’inscrit dans ce contexte intellectuel.

24L’utilité est la nouvelle valeur célébrée unanimement par l’intelligentsia éclairée : elle consacre la discipline historique “instrument critique spéculatif”. L’intérêt des travaux qui voient le jour est de mettre en lumière la légalité du mouvement historique et le travail de la raison qui ordonnent les faits dans le temps vers un centre commun. Le présent est envisagé en fonction de cette loi naturelle, inscrite dans l’essence même de l’Espagne. Les déviations par rapport à cette loi sont immédiatement sanctionnées : la "petite-maîtrise" est une de ces illégalités.

25La nation contient en elle-même son propre moteur, son propre principe historique (“la loi de son devenir”), sa propre fin à actualiser, contre laquelle vient s’inscrire le fait de civilisation qui nous occupe. Le caractère pittoresque et “costumbrista” du phénomène est tout à fait mis de côté dans ce mode de réflexion : il laisse place à une inquiétude parfois violente au sujet de l’intégrité de l’être national. L’examen de l’Histoire permettra de retrouver le fil perdu et la nation pourra élaguer du corps de l’arbre les rejets parasites et menaçants :

  • 8 José Antonio MARAVALL, “Mentalidad burguesa e idea de la Historia en el siglo XVIII”, Revista de O (...)

En la cuestión de seguir ο de apartarse de un modelo antiguo, como en la de aceptar ο rechazar una influencia extranjera, cuenta el criterio de qué resultará más adecuado para enderezar la marcha presente de un pueblo. En la medida en que se trata de un saber que representa [...] la imagen de una nación (Masdeu), tendremos en la Historia la información de lo que hay que rectificar8.

  • 9 BAE, tome LXIII, p. 442.

26Dans cette perspective, ignorer l’Histoire c’est condamner son jugement à la cécité et hypothéquer criminellement l’entreprise réformatrice. Ainsi Sempere y Guarinos déclare-t-il dans le prologue de son Historia del lujo que les maux occasionnés par l’ignorance sont sans commune mesure avec ceux qui découlent des lois elles-mêmes. Les leçons qui sont tirées de l’Histoire permettent le bonheur. Le Comte de Noroña peut alors s’exclamer au moment de l’ouverture, à Jerez de la Frontera, d’une “Société des Amis du Pays pour apprendre l’Histoire de l’Espagne” : "Sí, la Espana camina / a su dicha con paso agigantado"9.

  • 10 Cité par Manuel FERNÁNDEZ ÁLVAREZ, Evolución del pensamiento histórico en los tiempos modernos, Ma (...)
  • 11 Discurso sobre el modo de escribir y mejorar la Historia de España, in Obras, Madrid, 1843, p. 89.
  • 12 Forner cité par MARAVALL, “Mentalidad...”, p. 273.

27Le Père Flórez écrit que l’Histoire “intenta apartar al hombre de lo malo y moverlo a lo bueno, con el hecho mismo de ponerle a la vista el éxito infeliz de los que no lo fueron”10. Et Forner, quant à lui, pose l’Histoire comme un “sistema de unidad que debe encaminar todas las líneas al centro común”11. Cette orientation est la loi du devenir à laquelle doit se conformer la nation dans sa totalité. On aboutit donc à l’idée d’une confirmation par cristallisation, minéralisation progressive de l’être espagnol, au fil des siècles. Forner peut écrire : “Vemos en los tiempos pasados los orígenes de lo que hoy somos”12.

28La connaissance du passé doit permettre de féconder un présent corrompu, abâtardi puisqu’il est issu des amours monstrueuses entre une partie de la nation espagnole et la culture française ou simplement décadente. Le petit-maître s’inscrit en faux contre l’historicisme éclairé puisqu’au lieu de concevoir le passé comme un moment historique dont le souffle doit inspirer l’époque actuelle, il choisit de s’en affranchir purement et agressivement. En lui interdisant de se survivre dans le présent (dans le cadre d’une pensée non pas nostalgique et archaïsante mais progressiste et dialectique —le “dépassement dans la conservation” chez Hegel), le petit-maître peut donc apparaître comme un monstre historique.

  • 13 Antonio de CAPMANY y MONTPALAU, Centinela contra franceses, édition avec introduction, notes et ap (...)
  • 14 Juan Antonio ZAMÁCOLA, alias “don Preciso”, Elementos de la ciencia contradanzaria, para que los c (...)
  • 15 EIJOCENTE, El Libro del Agrado, impreso por la virtud en la imprenta del gusto a la moda y al aire (...)

29Cette idée d’une dégénérescence d’ordre biologique est significative. Pour certains penseurs (Capmany13, Zamácola14, Eijoecente15), la "petite-maîtrise" a pu représenter une maladie qui corrompait le corps social et moral de la nation. En effet, la loi rationnelle qui anime la dynamique historique est aussi une sorte de code génétique assurant la transmission de génération en génération des caractères de la race. Le fait de civilisation qui nous intéresse se déclinera alors sous l’angle de l’épidémie (cf. la syphilis ou le “mal gálico”, “mal francés”) ou de l’abâtardissement. Dans ses Elementos (pp. 10-11), Zamácola retrouve le fil perdu de l’histoire du peuple “currutaco”, le chaînon manquant entre l’espèce humaine et l’espèce simiesque. Dans son Libro de moda en feria, il nous présente la variété des espèces “currutacas” et décrit les ramifications de la famille en n’hésitant pas à fonder la notion de “currutaquería in specie”. L’idée de l’altérité physique peut atteindre celle plus grave de dégénérescence génétique de la race espagnole :

  • 16 Juan Antonio ZAMÁCOLA, op. cit., p. VII.

La especie humana degenera tan visiblemente en Madrid que a la tercera generación los nietos de españoles robustos, membrudos y procerosos forman una especie de chuchumecos raquíticos, contrahechos y afiligranados, que parecen manequines ο muñecos modelados por algún aprendiz16.

  • 17 CAPMANY y MONTPALAU, op. cit., p. 135.

30La sévérité espagnole efféminée est présentée par Capmany comme une grave atteinte à l’intégrité de la race. Cet argument permet au Catalan, au moment d’enflammer les patriotes, en 1808, contre l’envahisseur napoléonien, de garantir la cohésion nationale au point de vue tant de la culture que de l’Histoire et de la pureté ethnique. Il parle de “hombrecillos que no parecen hombres ni mujeres”17. Il écrit :

  • 18 Ibid, p. 116.

Se ha afeminado aquella severidad española, llevando por otra senda sus costumbres, con un género de aversión al orden de vida de sus padres, (...) hoy, digo, no queda otro recurso para hacernos respetables y fuertes sino inspirar al pueblo confianza y a las gentes del buen tono vergüenza de su degradación18.

  • 19 CADALSO, Cartas marruecas.

31Cadalso est convaincu que le principe de continuité historique doit animer la société. Etrangère à lui, par conséquent, toute pensée qui tendrait à faire sécession du passé. L’auteur des Cartas marruecas recueille l’héritage du passé et s’engage à poursuivre le travail d’accomplissement de l’Histoire qui le précède dans le temps et qui se poursuivra après sa mort. La fracture au sein de cette transmission dans le temps des caractères singuliers de la nation est honnie et redoutée. Le chant Spartiate, dont le vieil officier des Cartas... se fait le messager, exprime selon Cadalso l’idée même de cette continuité de l’Histoire : “Son lo que fuimos y serán lo que somos”19.

  • 20 Don Antonio de TAVIRA, Oración fúnebre al Duque de Osuna, Madrid, 1787, p. XXXI.

32Le luxe provoque une déviation dans le cours légal de l’Histoire du pays : ses sectateurs se retranchent de la communauté et du passé, en affichant un train et un style de vie en tout point étrangers à la tradition. Le docteur don Antonio de Tavira, à l’occasion du sermon funèbre prononcé à la mémoire du duc d’Osuna, constate avec douleur ce hiatus dans le tissu historique — on attirera l’attention sur l’emploi d’un “nous” à valeur suprahistorique, fondateur de l’idée de transmission : “Hace ya tiempo que dexamos de ser lo que fuimos”20.

33Les satiristes ont bien soin de montrer que celui qui s’abandonne au luxe se dessaisit de lui-même, ne s’appartient plus et fait sécession. La "petite-maîtrise" est donc la manifestation d’une complète aliénation. Le luxe est un fait étranger à la culture nationale. Avec lui les valeurs qui charpentent la société et la noblesse, modèle de chaque citoyen, disparaissent :

  • 21 Ibid. C’est nous qui soulignons.

Perdiéronse junto con la templanza y la modestia, el decoro, la gravedad y circunspección, y en suma, pervitiéronse y estragáronse todas nuestras antiguas costumbres, con especialidad en todo lo que toca a las delicias, a la profanidad y lascivia, a la floxedad y al regalo. Así se acabaron ya entre nosotros aquellos espíritus generosos, aquella invencible fortaleza, aquel constante sufrimiento, (...), aquel vigor de los ánimos, tan propio de la Nación española21.

34Et le prêtre poursuit ses regrets en incriminant implicitement la "petite-maîtrise", accusée d’interdire tout retour à un âge mythique (“edad feliz”) où la morale et la vertu triomphaient :

  • 22 Ibid.

En lugar de estas han sucedido costumbres afeminadas e indignas; y con ellas, ¿que mucho, si la gloria de nuestra Patria, comprada y adquirida a tanta costa por nuestros padres, parece haberse desaparecido ya de nuestros ojos?22

35On remarquera dans ce texte de 1787 l’équivalence idéologique et affective posée entre les notions de patrie et de nation. Nous reviendrons ultérieurement sur cette confusion dans les définitions.

36Capmany, dans sa Centinela contra franceses, après avoir inculpé la population “currutaca” et “de buen tono”, recommande aux hommes de lettres, de concert avec Jovellanos, de consacrer leur talent à la glorification des valeurs espagnoles et de l’accomplissement de ces valeurs dans l’Histoire au travers d’exploits individuels. Le culte des héros est primordial dans le cadre d’une pédagogie ambitieuse, du perfectionnement moral du peuple. Ce que l’héroïsme communique, ce n’est pas un répertoire d’actions à imiter mais un esprit exemplaire. De la même façon qu’il est pénétré par l’ordre politique et son déterminisme, traduits dans l’urbanisme et l’architecture de l’époque, le peuple est inspiré et éduqué par le théâtre, les tableaux, les sculptures, etc.

  • 23 Diego de VILLANUEVA, Colección de Papeles crïticos sobre todas las partes de arquitectura, Valenci (...)
  • 24 Ibid : “Carta escrita a Don N. sobre una pessada representación que ha permitido imprimir, hecha a (...)

37Or le petit-maître manifeste, parfois avec ostentation, un mépris, ou du moins une indifférence, pour la res historica. Diego de Villanueva —demi-frère du célèbre architecte don Juan, auteur du musée du Prado, de l’Observatoire astronomique, des casinos de l’Escorial, etc.—, dans sa Colección de Papeles críticos23, fustige les artistes rococo de Madrid, dont les petits-maîtres sont les clients attitrés, au nom de l’absence de l’Histoire dans leur programme décoratif. Avec ironie, il donne la parole à un supposé professeur “de moda” : "Hemos suprimido en todas nuestras decoraciones las plazas capaces de contener grandes quadros de Historia. [No pintamos] más que quadritos de moda y camafeos"24.

  • 25 El Oráculo de los nuevos Philósofos: M. Voltayre, impugnado y descubierto en sus errores por sus m (...)

38Le Correo de Murcia, dans son numéro du mardi 28 octobre 1794, présente un rondeau condamnant l’ignorance du petit-maître noble : “Jamás se entretuvieron con la Historia / Ni averiguar quisieron si Pompeyo / Fue más digno que César de memoria”. Le Père Rodríguez Morzo, se rapportant aux partisans de la philosophie moderne, aux “frivoles esprits forts” souvent compromis avec la "petite-maîtrise", écrit : “Asoman tedio a la venerable Antiqüedad, desprecio de los mayores, y juran solamente incensar en los Altares de la novedad”25. Le dramaturge madrilène, don Ramón de la Cruz, que l’on se plaît à qualifier de porte-parole des idées éclairées dans le théâtre populaire (ce jugement doit être nuancé), dénonce dans son Hospital de la moda l’oubli de l’Histoire chez les fanatiques de la mode : “Que el olvidar los abuelos / y entrar en las modas es / la perdición de los pueblos”. Cadalso nous présente dans ses Cartas marruecas un jeune homme présomptueux et élégant, tirant vanité de son ignorance de la personne de Ferdinand le Catholique. Cette figure exemplaire ne se réduit pas à un moyen pédagogique d’éducation du peuple. Les héros sont autant de pôles qui attirent les consciences et garantissent l’unité de la nation. Ces esprits tutélaires sont des censeurs qui interrogent le présent. En imposant la notion d’historicité, ils exaltent celle de devoir. Le citoyen éclairé et moral doit répondre de ses actes devant ces Pères de la patrie (honorés comme le fut Pelayo par l’édification, par Ventura Rodríguez à Covadonga, d’une églisemausolée). L’homme vit dans la conscience de sa dimension radicalement historique. C’est dire ses égards envers la culture de ses aïeux, envers la société de ses contemporains et enfin envers celle des générations futures. Le tout historique est embrassé et c’est là la seule condition pour l’accomplissement de l’être national. Car la philosophie des Lumières célèbre l’avènement de l’homme prométhéen qui fait de l’avenir la dimension primordiale de son action civilisatrice, de sa volonté pratique. Or le petit-maître méprise cette obligation morale, qui associe les sphères privée et publique de l’éthique. Capmany joint la corruption des mœurs à l’oubli de la culture héréditaire et à l’oblitération illégale du passé :

  • 26 CAPMANY, op. cit., p. 116.

Parece que [mis compatriotas] han olvidado la nobleza de su origen, la grandeza de su tierra y la gloria de sus antiguas hazañas, desde que han perdido sus costumbres, sus usos, sus modales, su traje, su idioma, y hasta sus preocupaciones, que alguna vez son de grande auxilio para vencer a sus enemigos, ο a lo menos para no ser vencidos de ellos26.

39Deux idées se détachent alors : la préoccupation de l’origine et de l’accomplissement déployé dans le temps de la singularité culturelle et spirituelle de la nation ; et enfin, la menace d’un assujettissement et d’une aliénation dérivée de cette suspension du principe de continuité historique.

  • 27 CAPMANY, op. cit., p. 135. Afin d’expliciter sa méthode pour faire fuir l’imposture —l’être inauth (...)

40L’unité historique est le fondement de l’idée de nation et de patrie. Sans elle, “l’union des volontés, des lois, des coutumes et de la langue” ne peut aboutir. Capmany parle même de “maladie politique” pour qualifier cette rupture. L’ordonnance apte à venir à bout de cette pathologie repose sur un certain retour à la tradition et au particularisme : "Tratemos de hacer todo lo contrario de lo que hacíamos, desnudándonos con un santo coraje de todos los hábitos que nos había introducido el pestífero ejemplo de los que eran y han sido siempre nuestros enemigos"27.

  • 28 Il s’agit là de la définition de l’adjectif “atacado”, que cite F. ÉTIENVRE dans son introduction (...)
  • 29 En remarque annexe, citons le cas de Francisco Alvarado, plus connu sous le pseudonyme de “Filósof (...)

41La figure de l’“español rancio” est emblématique de cette pensée. Le Diccionario de Autoridades décrit celui-ci comme “[una persona] muy observante y amiga de las ceremonias y usos antiguos y que no admite ni gusta de las modas y libertades nuevamente introducidas”28. Le retour à cette figure, recommandé par Capmany et par d’autres penseurs qui le précédèrent comme Torres Villarroel, génère évidemment une autre forme d’extrémisme : l’adulation aveugle du passé et le rejet systématique de toute nouveauté. Le problème se posant en ces termes, la figure du petit-maître se prête à la cristallisation de toutes les incriminations lancées contre ce qui contredit la tradition et fait irruption dans le tissu historique, culturel et politique de l’Espagne. Les pensées propres au Siècle des Lumières, telles que le libertinage, la philosophie des Lumières, la foi dans un progrès quelque peu émancipé du Dieu chrétien (l’esprit fort), la pensée politique assiégeant l’Ancien Régime pour son perfectionnement (despotisme éclairé) ou sa disparition (jacobinisme révolutionnaire) seront uniformément disqualifiées par le recours au terme péjoratif de “modernidad”. Toutes les confisions sont alors permises et le petit-maître devient le parangon de l'"ennemi intérieur", qui configure à lui seul un espace de l’altérité et de l’extérieur, au sein même de la nation, puis de la patrie29.

  • 30 Heidegger fera de cette notion un élément essentiel de la façon que l’homme a d’être au monde : le (...)

42Les idées de progrès et de civilisation impliquent l’historicité de l’existence de l’homme et de la nation. Or la perception que le petit-maître a du temps représente une pierre d’achoppement. L’activité de la connaissance se déploie dans le temps et la temporalité peut sembler à certains égards le mode d’être du sujet agissant30. Par historicité, il faut entendre l’inscription d’une personne morale dans le tissu de l’Histoire. Le mode d’investissement du temps présent reflète donc la manière générale que l’individu a choisie pour la satisfaction de ses aspirations. C’est pourquoi il faut attacher une grande importance à ces très nombreuses accusations, adressées au petit-maître, toutes relatives à l’idée de temps perdu et gâché.

  • 31 Jean STAROBINSKI, L’Invention de la liberté (1700-1789), Genève, Editions d’Art Albert Skira, 1994 (...)
  • 32 Ibid, p. 95.

43La fête correspond bien à la société rococo : “La fête est la dépense par excellence d’une vie de dépense”31. Par son rythme haché, elle traduit bien la double perception du temps qu’ont les mondains : d’une part, une suite inquiète d’instants très rapprochés, de plaisirs presque enchaînés ; et d’autre part, la nécessité d’organiser ce temps afin de ne pas se laisser emporter par son flot. La fête est l’occasion où le mondain s’abandonne au temps. Elle ménage un comble de variété, un perpétuel triomphe de la surprise, un “simulacre de l’inépuisable, avec dans le fond la prémonition de l’épuisement et de l’ennui”. Oublier alors le temps, c’est se défaire de sa dimension la plus essentielle, se perdre et perdre avec soi la communauté entière, dont on est un membre constituant. Le mondain demeure “hors des appels de l’histoire”32. Ce temps éparpillé et non investi par les valeurs d’utilité et de perfectionnement moral n’a, bien sûr, rien à voir avec la promotion du concept d’Histoire orienté vers l’accomplissement de l’essence de la nation. Cette “absence de tout but”, l’investissement exclusif de l’instant fugace, l’incapacité à envisager le passé ou le futur met le petit-maître au ban de la prochaine société qui célébrera l’avènement de la volonté.

  • 33 José CLAVIJO y FAJARDO, El Pensador, tome II, 1762, cité par CORREA CALDERÓN, Los Costumbristas es (...)
  • 34 Madrid, Imprenta Real, 1794.

44Notre personnage, en ne déployant son activité que dans le présent, favorise la suspension du temps historique. Avec lui, le présent, contre l’idée de progrès, n’est pas un moment en devenir, mais un moment improbable, détaché de tout, qui naît à lui même et qui disparaît comme il est apparu. Clavijo y Fajardo emploie judicieusement le mot “letargo”33 pour qualifier cette perversion de la loi du devenir historique. Le petit-maître ne sort pas de sa détermination pour se projeter dans le futur, qui reviendrait pour le mondain à mettre en péril le bonheur déjà précaire qui l’occupe : ce serait favoriser l’inquiétude de la conscience. Rojo de Flores, dans son Invectiva contra el lujo34, reprochera aux sectateurs du luxe de perdre une “précieuse partie du temps” et, partant, de ne point penser à de “grandes et magnifiques choses”. Ces derniers trahissent la vertu sociale de l’utilité :

  • 35 CLAVIJO y FAJARDO, op. cit.. C’est nous qui soulignons.

No vemos generalmente sino hombres sin humanidad, patricios sin patria y ciudadanos que, nacidos para una vida activa, casi desfallecen en la ociosidad, a quienes las diversiones y el adorno sirven de única ocupación: que tienen sus caprichos por norma, y por ley su voluntad35.

  • 36 Se reporter à la magistrale thèse de Robert MAUZI, L’Idée du bonheur dans la littérature et la pen (...)

45En France, des moralistes comme Croisset ou Mésenguy36 ne reprochent pas aux mondains leurs seules extravagances et turpitudes : ils déplorent surtout l’immense péché d’indifférence ou d’omission que sont leur attitude et leur manière d’entendre la vie. Si leur condition les oblige à vivre dans le temps, leur grande faute est de le gaspiller dans une vie molle et absurde, que rien n’élève.

46Quelle peut-être la signification de cet abandon du petit-maître au seul présent ? Pourquoi ce mode d’investissement du temps fut-il disqualifié ? En quoi notre personnage accusait de fait son retrait de l’organisme social, de la nation ?

  • 37 Jean STAROBINSKI, L’Invention de la liberté (1700-1789), ed. cit., p. 85.

47La perspective adoptée depuis le début de cet exposé envisage l’idée de nation dans son mode de déploiement orienté et d’actualisation de son essence dans le temps de l’Histoire. Nous pensons que la perception du temps par le petit-maître représente le désir de faire coïncider l’apparition du monde et sa propre apparition. Cette nouvelle “idée du bonheur”, pour reprendre le titre de la thèse de Robert Mauzi, témoigne d’une réponse originale apportée au problème de l’articulation de l’existence de l’homme sur un temps qui a commencé avant lui. Les implications de la "petite maîtrise"37, dans l’élaboration du concept historique de nation et la condamnation morale, philosophique sans exagération, sont donc à chercher du côté de la promotion de cette "nouvelle idée du bonheur" qui entre en réaction avec les notions de progrès, de civilisation et d’actualisation de l’essence de la substance nationale.

48Le libertinage, la mondanité, et en général toutes les formes de bonheur élaborées au XVIIIe siècle, sont des réponses apportées au problème de l’inscription de l’homme dans l’espace et dans le temps. La prégnance de l’enjeu de la conscience historique a été sommairement décrite dans les pages qui précèdent. Cet instrument permet de distinguer parmi les membres de la communauté les bons des mauvais citoyens. Il s’agit maintenant de considérer la perception du temps par le petit-maître, non pas du point de vue négatif de l’absence ou du rejet au regard de la philosophie éclairée, mais en relevant en elle un certain caractère militant.

  • 38 Michel FOUCAULT Les Mots et les Choses, Paris, Gallimard, coll. Tel 1966 p. 341.

L’homme ne se découvre que lié à une historicité déjà faite. Il n’est jamais contemporain de cette origine qui à travers le temps des choses s’esquisse en se dérobant : quand il essaie de se définir comme être vivant, il ne découvre son propre commencement que sur fond d’une vie qui elle-même a débuté avant lui. C’est toujours sur un fond de déjà commencé que l’homme peut penser ce qui vaut pour lui comme origine38.

  • 39 EIJOCENTE, op. cit., p. 54.

49L’originaire en l’homme n’annonce pas le temps de sa naissance, ni le noyau le plus ancien de son expérience ; il le lie à ce qui n’a pas le même temps que lui. L’une des tâches de l’historien est de retrouver le mode sur lequel se constitue la “possibilité du temps” : et c’est la permanence du passé dans le présent, qui a tant préoccupé Cadalso. Alors que, pour l’auteur des Cartas marruecas, l’origine est ce qui doit revenir, le retour de ce qui a toujours déjà commencé, non pas au nom d’une nostalgie passéiste, mais parce que l’être de la nation est inscrit dans la loi de son devenir et que l’Espagne doit persévérer dans son être historique, pour le petit-maître, l’origine n’est autre que lui-même, sa naissance à lui-même au monde et la civilisation dont il se fait l’incarnation ponctuelle, singulière et autonome : “Se mira como el primer objeto de pasmo, y un centro donde todo debe acabar”39.

50En écho, citons à nouveau la définition de l’Histoire par Forner : “...aquel sistema de unidad que debe encaminar todas las líneas al centro común” (Discurso sobre el modo..., p. 89). Il y a donc déplacement du centre, de la nation vers l’individu...

  • 40 MARAVALL, “Mentalidad burguesa...”.

51Il est possible d’avancer une explication d’ordre socio-économique, relative à l’origine parfois roturière de la "petite-maîtrise" : cet affranchissement à l’égard du passé peut en effet signifier la volonté chez le petit-maître issu de la classe moyenne de revendiquer son autonomie par rapport à l’Histoire puisque, contrairement au noble qui hérite d’une longue lignée, le bourgeois s’est réalisé seul. La "petite-maîtrise" est souvent un signe extérieur de richesse, un raid de transgression dont les implications sont profondes. Nous renvoyons le lecteur à l’article éclairant de José Antonio Maravall40. Le bourgeois coïncide avec sa propre apparition au monde. Il n’a à répondre de ses actes que devant lui-même, devant la société, devant sa famille, et devant Dieu.

52En faisant sécession du passé, le petit-maître entreprend la réforme de la société espagnole ex nihilo. Don Ramón de la Cruz fait tenir ce discours à l’un des personnages de son “sainete” El Petimetre : don Zoilo —le nom est significatif. Celui-ci, de retour d’un voyage de près de dix ans à travers les grandes capitales européennes, déclare que le bon goût a pris pied en Espagne, terre de barbarie et d’ignorance. Il estime que la civilisation va enfin permettre à la nation de reléguer au rayon des vieilles affaires son triste passé. En somme, de la disparition de tout ce qui témoigne dans le présent d’une survivance du passé, don Zoilo se félicite.

53Une importante distinction sépare le projet de civilisation promu par l’esprit éclairé et celui promu par le petit-maître. Nous circonscrirons l’examen de ce problème à l’interprétation de l’Histoire proposée par chacun des deux camps. Partons du constat que ce qui relie les deux projets est l’aspiration commune à une réforme de la société.

  • 41 Tome IV, 1763. C’est nous qui soulignons.

54Le petit-maître, qui se fait le chantre du bon goût, manifeste dans la satire un discernement indigent. En effet, son affranchissement du passé n’est pas le fruit d’un examen méthodique et critique comme l’exige le type de l’honnête homme, mais l’expression d’un rejet a priori. Tout ce qui le précède dans le temps mérite son mépris. Ainsi le petit-maître de la “tonadilla” intitulée El Pedante déclare-t-il : “¡O ignorancia española,/ qué extendida te ves!”; “¡Triste España! Si yo falto,/ quién te podrá ilustrar?”. Clavijo y Fajardo propose dans El Pensador un article intitulé “Más sobre los cortejos”, dans lequel un petit-maître déclare : “Para este fin he empezado ya a tomar un nuevo régimen de vida. Me voy civilizando (como dicen los cortejicultos) y dejando las ridículas vejeces de mis costumbres antiguas41.

55Cadalso condamne d’emblée toute forme de critique s’apparentant à une annulation radicale. Pour lui, faire table rase est la pire des méthodes de perfectionnement d’une culture. Le petit-maître, sanctionnant tout ce qui est espagnol, est donc un dangereux extrémiste. Les racines d’un peuple sont ancrées dans l’histoire et on ne change pas celle-ci par un coup de la volonté, en l’occurrence dépourvue de tout souci moral :

  • 42 Carias marruecas, p. 121. C’est nous qui soulignons.

Querer que una nación se quede con sus propias virtudes, y se despoje de sus defectos propios para adquirir en su lugar las virtudes de las extrañas, es fingir otra república como la de Platón. Cada nación es como cada hombre, que tiene sus buenas y malas propiedades peculiares a su alma y cuerpo, es muy justo trabajar en disminuir éstas y aumentar aquéllas, pero es imposible aniquilar lo que es parte de su constitutión42.

56Une thèse à laquelle se rallie Capmany. Les détracteurs du programme des Lumières auront recours à la figure du petit-maître pour, à la faveur d’amalgames souvent caricaturaux, exclure de la communauté nationale les réformateurs espagnols, en affinité avec la pensée française, donc corrompus et traîtres de surcroît. L’espace nous manque pour développer ce principe d’opposition, issue de l’Espagne réactionnaire, traditionaliste. Menacée par cette mise au ban de la nation, une partie des réformateurs éclairés doivent veiller sur deux fronts et lutter contre deux sectarismes : le rejet systématique du passé et l’amour immodéré du passé, tous deux caractérisés par un abandon de l’esprit critique. Lorsque l’“español rancio” ne jure que par le XVIIe siècle, sa nostalgie ne naît pas d’une admiration positive du passé mais, à l’inverse, d’un rejet du présent, d’une volonté de fuir une époque qui paraît dégradée. Pour lui, le passé est immaculé ; pour le petit-maître, il n’est que tares et barbarie. La prudence doit cependant prévaloir : nous nous situons dans l’ordre de la "représentation" et non pas du "référent".

57La rédactrice de La Pensadora gaditana, Beatriz Cienfuegos, dont l’esprit de mesure fut alors célébré unanimement, déclare que l’amour naturel pour la patrie ne doit pas faire oublier ses défauts qu’il importe de corriger. L’Histoire permet à la nation d’accéder à la conscience d’elle-même. Maravall s’exprimant sur la pensée historiciste de Cadalso écrit donc :

  • 43 J.A. MARAVALL, “De la ilustración al romanticismo: el pensamiento político de Cadalso”, Mélanges à (...)

La Historia no es tanto el conocimiento de la naturaleza humana genérica, como el de un proceso individualizador en el que se funda el ser de cada pueblo. [...] La historia es un proceso de creación de lo singular, de lo propio, a través del cual se individualiza cada pueblo. [...] Un conocimiento de esa naturaleza no se puede conseguir más que desde dentro, participando del ser mismo de la nación43.

58Dans cette perspective, le petit-maître représente un danger authentique puisqu’il écarte l’Espagne de sa réalisation historique. Sans l’apparition de cette nouvelle pensée de l’Histoire et la promotion du concept de communauté-nation, la critique de la "petite-maîtrise" n’aurait sans doute jamais dépassé le cadre du “costumbrismo”.

59Nous avons jusqu’ici envisagé la nation dans l’idée de l’accomplissement persévérant d’un être toujours en devenir, auquel participe une communauté politique, singulière et dont l’origine est commune. Or la loi historique qui préside à cette actualisation est d’ordre éthique. La nation est une personne morale, que la "petite-maîtrise" vient dénoncer...

II. La "petite-maîtrise" et l’idée de Nation comme personne morale

60Parler de “personne morale” pour qualifier la nation se justifie à divers titres. La définition en est la suivante : “Groupement titulaire d’un patrimoine collectif et d’une certaine capacité juridique, mais n’ayant pas d’existence corporelle”. La notion de “patrimoine” est suffisamment claire dans son étymologie pour qu’il soit utile d’insister sur sa pertinence. Quant à la “capacité juridique”, l’exposé précédent a insisté sur le primat de la loi du devenir historique de la nation. Ce que certains Espagnols contestent au petit-maître, c’est bien sa prétention à imposer un nouveau cadre juridique, une nouvelle constitution.

  • 44 Jean HYPPOLITE, Introduction à la philosophie de l’histoire de Hegel, Paris, Editions du Seuil, co (...)

61Au XVIIIe siècle, le contenu des valeurs s’est en partie modifié : il ne prend plus appui sur le seul individu, mais sur la collectivité. Le critère d’utilité publique est revendiqué par la propagande monarchique. Le concept de “politesse” doit se transcender dans celui de “police”. La morale n’est plus l’affaire de l’homme solitaire, face à sa conscience, mais du citoyen responsable devant l’Histoire et devant la communauté : "Hegel se souvient de Montesquieu pour qui le principe de la république était la vertu, non au sens d’une moralité individualiste, mais d’une moralité civique"44.

62L’idéal partagé par nombre de réformateurs espagnols était cette harmonie entre la sphère privée et la sphère publique, entre l’individu et sa Cité. Le petit-maître, une nouvelle fois, contredisait ce projet politique.

  • 45 JOVELLANOS, Tratado Theórico-Práctico de enseñanza, B.A.E., tome 46, p. 251.

63Le problème des mœurs, et en particulier l’oubli grave des règles de la vie sociale, préoccupait Jovellanos. Le citoyen avait des droits, mais aussi des devoirs. La mission des Lumières était de réformer la société afin d’éveiller en elle la conscience civique. L’individu doit recevoir un apprentissage moral, car un homme vertueux agit conformément à la raison, à la justice et au bien. Jovellanos en vient à parler de science des mœurs : "Importa ciertamente mucho ilustrar [el espíritu de los jóvenes] pero importa mucho más rectificar su corazón. Tal es el objeto de la ética ο ciencia de las costumbres"45.

  • 46 DUCLOS, Considérations sur les mœurs de ce siècle (1750), dans ses Œuvres complètes, Paris, 1820.

64Le recours au terme de science induit donc l’existence d’une vérité morale qui ne demande qu’à s’accomplir. Le concept de loi qui dérive de toute science se retrouve dans la notion de "police". En France, Duclos46 avait établi que, chez le peuple policé, les mœurs anticipaient sur la promulgation des lois. Jovellanos, en établissant une synonymie entre science et morale, pose ce fait que la morale précède la loi, puisque l’objet de la science précède l’exposition des lois qui le régissent. Il existe donc bien une morale naturelle. Il revient au réformateur de révéler la légalité des mœurs. C’est dans cette perspective qu’il faut entendre la critique morale de la "petite-maîtrise".

  • 47 HEGEL, Article sur le droit naturel, éd. Lasson, VII, p. 371.

65La pensée réformatrice s’organise en particulier autour du couple conceptuel individu / communauté-nation. La philosophie hégélienne issue du XVIIIe siècle peut représenter un appui pour cet examen des implications de la "petite-maîtrise" sur la nation-personne morale. Un des axes de cette pensée est l’incarnation physique par le peuple de la morale. L’éthique n’est pas une table de lois abstraites, mais une réalité pratique, c’est-à-dire qui se manifeste par l’action : “Le positif de l’ordre éthique réside en ceci que la totalité éthique absolue n’est pas autre chose qu’un peuple”47.

  • 48 J. HYPPOLITE, op. cit., p. 21.

66Hegel distingue deux qualités de moralité : l’une désincarnée, l’autre non. Il crée alors un couple conceptuel : “Moralität” et “Sittlichkeit”, que Jean Hyppolite propose de traduire par “Moralité” et “Monde éthique”. L’adjectif “éthique” se justifie par sa racine grecque, ethos (coutume, usage), qui trouve selon Hegel son équivalent dans “Sitte”. L’intérêt de cette distinction est de poser le fait que le peuple, en incarnant l’éthique, incarne aussi l’apaisement de la conscience nationale inquiète. En effet, deux questions la déchirent toujours : “Que suis-je ?” et “Que dois-je être ?”. Puisque l’éthique n’est pas autre chose que les coutumes du peuple, la moralité cesse d’être un idéal inaccessible : "L’individu n’a pas seulement dans cet esprit sa destination, on peut dire encore qu’il l’a atteinte, elle n’est pas au-delà de lui puisqu’elle est présente dans les mœurs et dans la vie totale de son peuple"48.

  • 49 Semanario erudito y curioso de Salamanca, n° 73, 12 juin 1794.

67La question du devoir-être se résout dans la conformité avec l’esprit du peuple. Or, le petit-maître est précisément celui qui n’est pas en accord avec les coutumes, avec le “monde éthique”. Il recherche même systématiquement ce qui pourra le distinguer du peuple espagnol : "Un petimetre es un animal diferente de los hombres, se precia de pensar al revés de los otros, de vestirse, de hablar, de andar, de toser, y de escupir de un modo contrario al de los demás"49.

  • 50 CADALSO, Los Eruditos a la violeta ο Curso Completo de todas las ciencias, dividido en siete lecci (...)
  • 51 JOVELLANOS, Introducción a un discurso sobre el estudio de la Economía civil, B.A.E., tome LXXXVII (...)

68Cadalso —en conformité avec l’idée que l’Antiquité incarne l’Âge d’Or de l’harmonie entre l’individu et les lois morales de sa Cité— blâme avec force le petit-maître qui entreprend de “caminar con paso gigantesco al templo de la singularidad, deidad no conocida de los Romanos”50. La moralité est au contraire la conformité des mœurs privées et des mœurs publiques. Dans le monde moderne, l’individu se pose pour soi lorsqu’au contraire, dans le monde antique, la vie privée et la vie publique ne s’opposaient pas vraiment. L’articulation des deux sphères garantissait le bonheur. Pour Jovellanos, celui-ci ne peut se concevoir en dehors du respect de la loi éthique : “No hay especie de verdadera felicidad individual sobre la tierra que no derive de las ideas y sentimientos morales del hombre”51.

69Lorsque Hegel pose l’idée de peuple, il n’appelle pas à l’imitation des mœurs du cordonnier ou du conseiller municipal. De même qu’il convient de distinguer entre “pueblo” et “vulgo”, “plebe”, “nación”, “patria” et “España”, le contenu du mot peuple est lié à la réalité éthique d’une nation qui choisit l’Histoire comme dimension pour le déploiement de son être en propre. Le monde éthique, tel que le pense Hegel, est donc une réalité pratique et morale qui se réalise depuis des siècles et se poursuit encore. Plutôt que de participer au travail de caractérisation de l’être national, de l’“esprit du peuple”, le petit-maître se répand dans une forme parallèle de spécificité. Don Fausto, dans la pièce d’Iriarte El Señorito mimado, rappelle gravement que “nadie ha de / singularizarse”. Pour des raisons morales, l’oncle du petit-maître don Mariano refuse à celui-ci le mariage avec sa promise, non seulement en qualité de tuteur et de parent, mais aussi par devoir envers la société, dans laquelle le jeune homme devra être bon père, bon époux et bon maître. Comme le déclare don Eugenio dans La Señorita malcriada, du même auteur, “en este mundo/somos de todos”.

70Le petit-maître traduit l’abandon de l’individu à la loi de ses désirs et de ses caprices. Si cet égoïsme fut condamné dès le début au nom d’une morale judéo-chrétienne, ce vice reçoit une tout autre valeur avec la promotion de l’idée de nation-communauté.

  • 52 J. HYPPOLITE, op. cit., p. 36.

71La cité grecque apparaît comme le modèle de la cité heureuse parce que l’individu y vit en parfaite harmonie avec le tout auquel il participe : "Le citoyen antique était libre parce que précisément il n’opposait pas sa vie privée à sa vie publique ; il appartenait à la cité, mais la cité n’était pas, comme l’Etat, une puissance étrangère qui le contraignait"52.

72Cette transcendance de l’individu dans le corps politique fait défaut au petit-maître et le condamne au malheur, car toujours la réalité éthique du peuple-nation vient contredire ses désirs, ses mœurs. Sa frustration naît de cette sécession. La “tonadilla” intitulée Vida del petimetre (fin XVIIIe siècle) décrit la fin misérable du personnage : “Cargado de trampas / por fin ha de dar, / ο bien en la cárcel / ο en el hospital”. La conclusion se présente sous la forme d’une apologie insistante de l’harmonie et de la vertu : “Pues que la armonía / todo acorde lo tiene, / a todos les conviene / armonía observar, para qué así se logre / vivir dulce paz”. L’esprit d’un peuple s’oppose effectivement à toute conception fragmentée. Un peuple n’est pas le rassemblement d’individus atomisés : il est une organisation, un organisme —Hegel insistera fortement sur ce point— qui préexiste à ses membres. La communauté est cette totalité harmonieuse qui révèle la conformité des parties au tout. Se retrancher de la société en adoptant, pour se singulariser une mode, un code de civilité, une langue, des références culturelles en contraste (parfois violent et provocateur) avec l’esprit de la nation —le génie, diront les Romantiques—, c’est (se) faire violence en (s’) interdisant le bonheur. Une nation est une affaire de correspondances.

  • 53 Ibid, p. 37.

73L’individualisme est une aberration historique et un gâchis humain. La disparition du lien vivant entre le citoyen et sa cité provoque la multiplication de limites et de vexations. La liberté est aliénée. L’individu ne vit que dans son illusion : "A la place de cette intégration à une vie qui était celle de la cité, l’individu se retourne sur lui-même et se soucie de sa propre jouissance. C’est le goût de la propriété privée qui traduit pour Hegel cette transformation"53.

74La "petite-maîtrise" traduit donc la disparition de la liberté avec le surgissement du seul intérêt privé. Hegel insiste sur le caractère de cette humanité déchirée, incapable de sacrifier sa vie pour défendre la communauté. Le goût de la sécurité et de la paix individuelle est devenu trop général :

  • 54 Hegel cité par HYPPOLITE, p. 39. C’est nous qui soulignons.

Nous ne prenons plus d’intérêt à l’Etat puisque nous ne sommes plus vraiment actifs en lui. [...] Nous espérons seulement qu’il se maintiendra pour nous assurer notre pain quotidien ou le superflu auquel nous sommes habitués. Nous nous éloignons de toute guerre parce qu’elle est contraire au souhait général —le besoin d’une jouissance calme et monotone54.

  • 55 Elementos de la ciencia contradanzaria, p. 96.

75Zamácola oppose en l’occurrence les “Espagnols de l’ancien temps” aux élégants décadents du nouveau temps : “Aquellos hombres se sacrificaban ciegamente por la patria, y los Currutacos desprecian estas vagatelas”55.

  • 56 HYPPOLITE, op. cit., p. 99.

76La figure de don Zoilo dans le sainete de don Ramón de la Cruz illustre bien chez le petit-maître la réduction du bon goût et de l’idée de civilisation à l’ostentation de la fortune. A ce propos, Hegel, s’interrogeant sur les causes de la décadence des nations et de la délitescence du lien vivant entre l’individu et sa cité, distingue deux catégories d’hommes : ceux qui sont libres et ceux qui ne le sont pas. Les premiers coïncident avec l’image d’une “aristocratie militaire et politique” dont la liberté procède du fait qu’“elle pense le tout et s’élève au-dessus de la particularité des besoins naturels”56. Les seconds forment “une bourgeoisie active pour la formation des richesses et commerçante qui s’enferme dans la vie privée, cherche seulement la sécurité de la possession et n’atteint le tout, l’universel que d’une façon abstraite”. En ce sens, le petit-maître travaille à une pétrification de la dynamique de l’Histoire par sa crainte d’une dissolution de sa fortune, de son bonheur. La guerre est honnie. Don Zoilo, si attaché à son confort, ne déclare-t-il pas : “Somos gente de paz”.

  • 57 Ibid, p. 93.

77Cet enlisement dans le confort contredit l’esprit du peuple forgé à l’occasion d’affrontements, de révolutions et de guerres. La guerre, en démentant quelque forme d’individualisme que ce soit, est salutaire car elle est injonction d’Histoire. A l’encontre des projets de paix perpétuelle propres au XVIIIe siècle, Hegel qui assiste aux guerres de la Révolution voit dans la guerre un moment décisif : “La guerre qui “met en jeu la vie du tout” est une condition de la "santé éthique des peuples"”57.

  • 58 Cf. “... los españoles de nuevo cuño, entes nulos hoy para la patria, prefiriendo yo ésta que llam (...)

78Capmany qualifie les petits-maîtres d’“êtres aujourd’hui nuls à la patrie”. Il oppose la férocité espagnole à la “mollesse” et à la “frivolité philosophique” que les Français ont “inoculées” à la nation58. Il célèbre la guerre à entreprendre en l’assimilant à une nouvelle croisade —il s’agit d’une actualisation du principe d’opposition destinée à affirmer le principe d’unité. Celle-ci se partage en deux offensives : l’une extérieure qui aura pour fin de défaire l’envahisseur français, et l’autre intérieure, qui secouera la société des élégants “de bon ton”, aux mœurs dépravées :

  • 59 Ibid, p. 89.

Con esta guerra terrible, pero saludable, instrumento para nuestra eterna prosperidad, no nos inocularán más [los franceses] el impío filosofismo y la corrupción de costumbres de sus venenosos libros que tanto daño han hecho en la juventud, transformando a hombres y mujeres en arrendajos de su lenguaje, ideas y fingida moralidad teatral59.

  • 60 HEGEL, La Phénoménologie de l’Esprit, Aubier, éditions Montaigne, tome II, Paris, 1941, p. 23.
  • 61 Se reporter à Javier HERRERO, op. cit.

79Par la guerre, écrit Hegel, qui est “cette dissolution de la forme de la subsistance”, “l’esprit réprime l’engloutissement dans l’être-là naturel loin de l’être éthique”60. Zeballos61, disciple de Nonotte, avait lui aussi dénoncé dans sa Falsa Filosofía cette dissolution de la nation du fait de la décadence des mœurs, de l’idée perfide de cosmopolitisme, exaltée par la communauté des philosophes éclairés :

  • 62 ZEBALLOS, La Falsa Filosofía, 6 tomes, Madrid, 1775-1776, ici tome IV, p. 337. C’est nous qui soul (...)

Sonando todo a felicidad de los pueblos, a danzas que duran hasta el día, a la gloria de las naciones, a incensarse y arengarse unos a otros con frases de estampilla; entre tanto, las naciones resabidas están en aquel punto de disolución y delicadeza en que se rompieron y sumergieron los antiguos imperios, a causa de la afeminación, de la ociosidad, del gusto por una torpe paz, de la envidia62.

  • 63 Ibid, tome V, p. 201.

80Car le petit-maître se réclame, ou du moins est-il représenté ainsi, de la grande idée de citoyenneté au monde. Mais on sait à quoi doivent se réduire pour lui cette harmonie des nations et ce moment historique de civilisation. Le cosmopolitisme éclairé est donc disqualifié par ses excès caricaturaux. Cette idée chez Zeballos s’apparente à une grave dissolution de l’idée de nation et de patrie au profit d’une vaine utopie, dont le petit-maître est l’un des (prétendus ?) artisans : "El estado presente de los hombres harâ conocer a cualquiera que use de una mediana reflexión que no es necesario inspirar el amor a la tranquilidad, contraria a la profesión de la guerra"63.

  • 64 Cf. “El espíritu charlatán y filosófico, unido a una vida afeminada, envilece las aimas, concentra (...)
  • 65 CADALSO, Cartas marruecas, p. 241.

81Pour le jeune Hegel, la liberté n’est pas le libre arbitre égoïste du petit-maître, brocardé par Zeballos64. Loin de ce “moi haïssable”, elle est au contraire correspondance entre intérêt privé et intérêt public. L’idée de patrie était pour le citoyen antique la chose la plus élevée. Ainsi Cadalso estime-t-il que le jeune homme, à la fin de ses études, après avoir accompli son voyage de formation, doit s’offrir à la patrie : “No basta ser buenos para sí y para otros pocos, es preciso serlo ο procurar serlo para el total de la nación”65.

82Le périodique El Gabinete de lectura définit en 1787 la bonne éducation comme la “formation du Citoyen utile et vertueux”. La vertu d’utilité, articulée sur l’idée de contrat, est devenue un instrument d’intégration à la communauté nationale.

  • 66 “Discurso sobre el comercio”, Semanario Erudito, tome XVI, p. 159.
  • 67 Tome III, p. 106.

83La déclinaison de la nation comme “personne morale” a été posée précédemment. La critique de la "petite-maîtrise" s’inscrit en effet dans un contexte de promotion d’une société de type contractuel. Juan Antonio de los Heros parle d’“associés”66 pour se référer aux membres de la communauté politique et Jovellanos de “coassocié”, de “concitoyens” et de “compatriotes” (Memoria sobre la educación pública, B.A.E., tome XLVII, p. 256). Et Beatriz Cienfuegos, dans sa Pensadora gaditana, écrit : “La sociedad bien ordenada es una compañia de racionales que viven según las más rigurosas leyes de toda equidad y justicia”67.

84L’Espagne dans le dernier tiers du XVIIIe siècle est désignée sous divers concepts, au contenu idéologique et politique pourtant distinct : nation, peuple, communauté, compagnie et patrie. Si une confusion a pu autoriser le passage de l’une à l’autre de ces notions, progressivement une prégnance du mot “patrie” se donne à lire. Maravall distingue bien dans l’histoire des modes d’expression du sentiment national un premier moment lié à l’époque rationaliste des Lumières et un second où l’on préfère s’attacher à une vision décisivement historiciste et organique de la réalité humaine et sociale.

85La "petite-maîtrise", à chacun de ces moments historiques du développement d’un peuple, a reçu une interprétation particulière. Au début du siècle, liée à l’avènement de la dynastie étrangère des Bourbons, elle affronta d’abord la culture espagnole ; la fierté du pays, devenu à l’issue de la Guerre de Succession un satellite politique de la France, fut blessée par cette forme d’aliénation. Outre cette motivation nationaliste de nature politique, le mode de vie de ce nouveau personnage était étrange et outré. Le petit-maître représenta sans doute une cible pratique pour fustiger la dénaturation de l’être national par l’imitation des mœurs mondaines et affectées prétendument policées. L’idée de civilisation se trouvait réduite à cette caricature, à cet assujettissement, en fait contraire à l’esprit du véritable cosmopolitisme. Tel est du moins le sens de la satire du personnage. Il s’agit, répétons-le, d’un comique de représentation qu’il faut distinguer du référent historique.

86La France incarnait la civilisation. Les nations européennes tournaient vers elle leur regard. Sa culture philosophique, littéraire et mondaine devint l’objet d’une vaste entreprise de travestissement plus ou moins heureuse. La satire de la "petite-maîtrise" se fixa toujours sur la question des mœurs. Mais cette stabilité de l’objet ne signifie pas l’élaboration d’un stéréotype minéralisé et jamais renouvelé, car la notion de mœurs évolua dans sa signification politique, historique et éthique. Devenue un fait de civilisation, si l’on en croit la satire —mais il est difficile d’apprécier son amplitude réelle—, la "petite-maîtrise" rencontre aussi l’esprit des Lumières, animé par une foi sincère dans le progrès et la civilisation. Le petit-maître est alors examiné du point de vue de l’utilité, de l’économie, de l’éducation, de la loi morale, de la loi du devenir historique, de l’ordre et du bonheur. Enfin, et sans que la transition soit vraiment franche, la sensibilité nationaliste, si virulente dans le premier tiers du XVIIIe siècle, en veille depuis lors, retrouve son ardeur dans les dernières décennies du siècle. Le petit-maître est honni parce qu’il est un mauvais patriote. Il est devenu toxique à l’essence même de l’Espagne, de la mère patrie. Dans les années 1760-1770, son obéissance à la loi des désirs portait préjudice au progrès moral, économique et politique de la nation. A présent, son individualisme s’apparente à un acte caractérisé de félonie et de trahison. Beatriz Cienfuegos, dans sa Pensadora gaditana, exprime son amertume devant ces jeunes Espagnols, “eruditos de salon”, qui, après avoir accompli leur voyage en Europe, reviennent au pays, le mépris aux lèvres, et assimilent leur patrie à une terre d’ignorance et de barbarie :

  • 68 Tome III, p. 112.

Pero otros muchos que parece no han nacido sino es para insultar, y motejar a la misma que los fomenta, abriga y premia sin méritos son los que se hacen acreedores del odio, y merecedores de que los arroje la patria de su regazo como hijos desconocidos, crueles y desleales68.

87La promotion du concept de patrie est le fruit de ce travail de la conscience nationale sur elle-même et de son effort d’inscription dans le monde moderne des Lumières. Par un jeu de miroirs, le petit-maître, compromis dans un processus de cristallisation, a pu s’ériger en figure “esperpéntica” de l’être national.

Notes

1 Le mot espagnol “petimetría” ne connaît aucun équivalent dans la langue française. Afin de ne pas alourdir l’expression par l’emploi de périphrases, nous proposons le néologisme "petite-maîtrise", qui apparaîtra entre guillemets.

2 Daniel ROCHE, La Culture des apparences, une histoire du vêtement - XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Fayard, col. Points Histoire, Paris, 1989.

3 Ibid, p. 26.

4 Se reporter à Vladimir JANKÉLÉVITCH, Le Je-ne-sais-quoi et le Presque-rien, tome I, La Manière et l’Occasion, Paris, Editions du Seuil, col. Points, 1980.

5 Se reporter au livre d’Ignacio HENARES CUELLAR, La Teoría de las artes plásticas en España en la segunda mitad del siglo XVIII, Granada, Universidad de Granada, 1977.

6 CADALSO, Cartas Marruecas, ed. Joaquín Arce, “Carta XLIV”, Madrid, Cátedra, 1993, p. 190.

7 Juan SEMPERE y GUARINOS, Historia del lujo y de las leyes suntuarias de España, Madrid, 1788, 2 tomes.

8 José Antonio MARAVALL, “Mentalidad burguesa e idea de la Historia en el siglo XVIII”, Revista de Occidente, n° 107, février 1972, tome XXXVI pp 250-286, p. 282.

9 BAE, tome LXIII, p. 442.

10 Cité par Manuel FERNÁNDEZ ÁLVAREZ, Evolución del pensamiento histórico en los tiempos modernos, Madrid, Editora Nacional, 1974, p. 31.

11 Discurso sobre el modo de escribir y mejorar la Historia de España, in Obras, Madrid, 1843, p. 89.

12 Forner cité par MARAVALL, “Mentalidad...”, p. 273.

13 Antonio de CAPMANY y MONTPALAU, Centinela contra franceses, édition avec introduction, notes et appendices documentaires par Françoise ÉTIENVRE, Londres, Tamesis Book limited, 1988.

14 Juan Antonio ZAMÁCOLA, alias “don Preciso”, Elementos de la ciencia contradanzaria, para que los currutacos, pirracas y madamitas del nuevo cuño puedan aprender por principios a baylar las contradanzas por sí solos, ο con las sillas de sus casas. Su autor : Don Preciso, Madrid, Imprenta de don Jospeh García, 1795.

15 EIJOCENTE, El Libro del Agrado, impreso por la virtud en la imprenta del gusto a la moda y al aire del presente siglo. (Obra para toda clase de personas particularmente para los senoritos de ambos sexos, petimetres y petimetras), Madrid, 1785.

16 Juan Antonio ZAMÁCOLA, op. cit., p. VII.

17 CAPMANY y MONTPALAU, op. cit., p. 135.

18 Ibid, p. 116.

19 CADALSO, Cartas marruecas.

20 Don Antonio de TAVIRA, Oración fúnebre al Duque de Osuna, Madrid, 1787, p. XXXI.

21 Ibid. C’est nous qui soulignons.

22 Ibid.

23 Diego de VILLANUEVA, Colección de Papeles crïticos sobre todas las partes de arquitectura, Valencia, 1766.

24 Ibid : “Carta escrita a Don N. sobre una pessada representación que ha permitido imprimir, hecha a diferentes Professores de las bellas Artes, por una Sociedad de Arquitectos, que aunque ellos no son de la Academia, no por esso dejan de ser de un mérito, y representación conocida”, p. 55.

25 El Oráculo de los nuevos Philósofos: M. Voltayre, impugnado y descubierto en sus errores por sus mesmas Obras en dos tomos, escritos en Francés por un Anónymo, y traducidos al Espanol por el R.P. Fr. Pedro Rodríguez Morzo, Madrid, 1769, p. III. Référence est faite à ce livre dans l’ouvrage de Javier HERRERO, Los Orígenes del pensamiento reaccionario espanol, Madrid, Cuadernos para el Diálogo, 1971.

26 CAPMANY, op. cit., p. 116.

27 CAPMANY, op. cit., p. 135. Afin d’expliciter sa méthode pour faire fuir l’imposture —l’être inauthentique—, Capmany aborde la question des diversions propres à la patrie, qu’il s’agisse de danses, de chants ou de courses de taureaux : “Y como he mirado siempre esta diversion pública como nacida y criada en España, solo ejercitada por espanoles e inimitable en reinos extranos, habia escrito una apología de ella contra los espanoles de nuevo cuño” (op. cit., p. 117)

28 Il s’agit là de la définition de l’adjectif “atacado”, que cite F. ÉTIENVRE dans son introduction à la Centinela...

29 En remarque annexe, citons le cas de Francisco Alvarado, plus connu sous le pseudonyme de “Filósofo rancio”. Sa suspicion à l’égard de tout ce qui est nouveau ou moderne l’amènera à qualifier les jeunes libéraux de Cadix de “petimetres”, de “mozalbetes” et de “botaratas”. Le n° 3 du périodique libéral El Duende recueille avec ironie ces accusations. Dans sa quatrième lettre, le “Filósofo rancio” écrit : “La poca edad de unos, la mucha presunción de otros, la propension a la moda, la malísima elección de libros eran en mi concepto todos los pecados de nuestros filósofos”. Dans sa quatorzième lettre : “Las ideas liberales nos han constituido jueces de vivos y de muertos; de manera que es una bendición de Dios oir a un mozito sin pelo de barba y con sola instrucción de un café, y de un librito de faltriquera, meterse por esos adentros derribando barbaries, supersticiones, despotismos y otras cosas, y luego formando una república tan flamante como los abanicos franceses” (cités par Maria Cruz SEOANE, El Primer lenguaje constitucional español (Las Cortes de Cádiz), Madrid, Editorial Moneda y Crédita, 1968, pp. 189-192.

30 Heidegger fera de cette notion un élément essentiel de la façon que l’homme a d’être au monde : le “Dasein”.

31 Jean STAROBINSKI, L’Invention de la liberté (1700-1789), Genève, Editions d’Art Albert Skira, 1994, p. 85.

32 Ibid, p. 95.

33 José CLAVIJO y FAJARDO, El Pensador, tome II, 1762, cité par CORREA CALDERÓN, Los Costumbristas espanoles de los siglos XVII a XX, Madrid, Aguilar, 1950, p. 491.

34 Madrid, Imprenta Real, 1794.

35 CLAVIJO y FAJARDO, op. cit.. C’est nous qui soulignons.

36 Se reporter à la magistrale thèse de Robert MAUZI, L’Idée du bonheur dans la littérature et la pensée françaises au XVIIIème siècle, Paris, Armand Colin, 1960.

37 Jean STAROBINSKI, L’Invention de la liberté (1700-1789), ed. cit., p. 85.

38 Michel FOUCAULT Les Mots et les Choses, Paris, Gallimard, coll. Tel 1966 p. 341.

39 EIJOCENTE, op. cit., p. 54.

40 MARAVALL, “Mentalidad burguesa...”.

41 Tome IV, 1763. C’est nous qui soulignons.

42 Carias marruecas, p. 121. C’est nous qui soulignons.

43 J.A. MARAVALL, “De la ilustración al romanticismo: el pensamiento político de Cadalso”, Mélanges à la mémoire de Jean Sarrailh, tome II, 1966, pp. 81-96, ici p. 83.

44 Jean HYPPOLITE, Introduction à la philosophie de l’histoire de Hegel, Paris, Editions du Seuil, col. Points Philosophie, 1983, p. 35.

45 JOVELLANOS, Tratado Theórico-Práctico de enseñanza, B.A.E., tome 46, p. 251.

46 DUCLOS, Considérations sur les mœurs de ce siècle (1750), dans ses Œuvres complètes, Paris, 1820.

47 HEGEL, Article sur le droit naturel, éd. Lasson, VII, p. 371.

48 J. HYPPOLITE, op. cit., p. 21.

49 Semanario erudito y curioso de Salamanca, n° 73, 12 juin 1794.

50 CADALSO, Los Eruditos a la violeta ο Curso Completo de todas las ciencias, dividido en siete lecciones para los siete días de la semana, con el Suplemento de este, compuesto por don Joseph Vasquez, quien lo publica en obsequio de los que pretenden saber mucho, estudiando poco, Madrid, por don Isidoro de Hernández Pacheco, 1781, p. 52.

51 JOVELLANOS, Introducción a un discurso sobre el estudio de la Economía civil, B.A.E., tome LXXXVII, p. 11.

52 J. HYPPOLITE, op. cit., p. 36.

53 Ibid, p. 37.

54 Hegel cité par HYPPOLITE, p. 39. C’est nous qui soulignons.

55 Elementos de la ciencia contradanzaria, p. 96.

56 HYPPOLITE, op. cit., p. 99.

57 Ibid, p. 93.

58 Cf. “... los españoles de nuevo cuño, entes nulos hoy para la patria, prefiriendo yo ésta que llaman fiereza española, que nos puede hacer temibles a la molicie y frivolidad filosófica del día, que nos ha hecho despreciables a los ojos de los mismos que nos la han inoculado” (Centinela..., p. 117).

59 Ibid, p. 89.

60 HEGEL, La Phénoménologie de l’Esprit, Aubier, éditions Montaigne, tome II, Paris, 1941, p. 23.

61 Se reporter à Javier HERRERO, op. cit.

62 ZEBALLOS, La Falsa Filosofía, 6 tomes, Madrid, 1775-1776, ici tome IV, p. 337. C’est nous qui soulignons.

63 Ibid, tome V, p. 201.

64 Cf. “El espíritu charlatán y filosófico, unido a una vida afeminada, envilece las aimas, concentra todas las pasiones en la bajeza del interés personal, en la abyección del yo humano, y arruina así, sin estrépito, los verdaderos fundamentos de la sociedad” (Nonotte, Diccionario antifilosófico, traduit du français par RODRÍGUEZ MORZO, tome I, p. 279, sans doute imprimé dans le dernier tiers du siècle).

65 CADALSO, Cartas marruecas, p. 241.

66 “Discurso sobre el comercio”, Semanario Erudito, tome XVI, p. 159.

67 Tome III, p. 106.

68 Tome III, p. 112.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540