Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le mot juste

 | 
Johan Faerber
, 
Mathilde Barraband
, 
Aurélien Pigeat

À demi-mot ou le mot juste comme chuchotement de la langue

Introduction

Johan Faerber

Texto completo

« L’unité du mot ne garantit pas l’unité de la chose. »
Nietzsche, Humain, trop humain

1On n’écrit jamais tout à fait. Inlassablement, sans terme aucun, on n’écrit jamais que pour n’avoir plus à écrire mais, hélas, irréversiblement, sans que l’on puisse savoir jusqu’à quand, on n’arrête jamais d’écrire parce qu’on n’est finalement jamais parvenu à véritablement le faire. De fait, le mot juste le sait mieux que quiconque : la langue n’est qu’un continuel euphémisme, son atténuation malheureuse, sa tragique, irréconciliable sinon inexpiable possibilité à se faire entendre par laquelle au moment où elle croit Dire, elle s’efface comme d’elle-même devant elle-même, recule devant ce qu’en vérité, elle ne dit pas, ne parvient pas à dire. Terriblement en deçà, la langue a beau s’articuler, mettre les mots en mouvement, s’acharner à proférer, elle ne peut atteindre cette voix pleine qu’elle maintient indéfiniment à son propre horizon. Ainsi, le mot juste qui semble ne jamais parvenir à lui-même, ne vit que du désir de trouver cette Paix qu’évoque Hölderlin, cette Paix où, hors des tensions dialectiques de la Fin, pourrait être enfin écouté et entendu un hymne du « Plain-Chant », là où toute plénitude serait achevée et accomplie dans le langage. Mais le mot n’est jamais le mot, défie sa propre identité, échappe à sa propre totalité car il est comme toujours, au moment de sa profération, arrêté au milieu de ce qu’il dit, coupé en deux, comme si, en vérité, tel que l’avançait encore Hölderlin, il était divisé par une césure, une coupure arythmique au milieu de laquelle il s’enfonce et s’effondre, retourne au silence au milieu de ce qu’il dit.

2En ce sens, doutant en permanence de lui, de ses capacités et renonçant sans autre forme de procès à la promesse de son unité, le mot qui se rêve juste comprend au moment où il cherche à parler que personne ne saurait parler autrement qu’à demi-mot, dans un mezzo voce par lequel, divisés et coupés à leur moitié, les mots sont toujours dans toute phrase à mi-chemin d’eux-mêmes. Dès lors, le bruissement de la langue imaginé par Barthes doit céder la place à un perpétuel chuchotement à voix basse qui peut être perçu, entendu mais, comme dans une brume où cependant rien n’arrive distinctement à l’oreille, où le mot oscille entre ce qu’il dit et ce qu’il ne dit pas et, se scindant, en vient à tourner autour de ce qu’il voudrait dire sans l’atteindre. Si bien qu’à terme, la langue est ce qui ne saurait aller jusqu’à l’affirmation : la Parole et l’écriture y défient, effectivement, toute possibilité d’assertion et se défendent de toute possibilité de déclaration tant elles ont comme le souffle coupé, pourrait-on dire, avant de parvenir au bout d’elles-mêmes. Lorsqu’il paraît sur le point de prononcer un mot, ce mot même se brise, ne peut s’affirmer et, au contraire, s’infirme de lui-même dans cette brisure. Au lieu d’évoquer, la langue n’ouvre qu’à sa révocation, sa puissance Négative, celle qui oblige à susurrer lorsqu’il faut renoncer à la voix haute et forte, celle qui n’obéit, comme le dit Jacques Rancière, qu’à la puissance répétée et obstinée de la Défection, de ce qui échappe aux mots dans les mots mêmes, et les renvoient à leur part non silencieuse mais muette, indicible.

3Car, dans l’écriture, ce qui se délie, se délite immanquablement dans le manque si bien qu’en définitive, une œuvre n’est jamais pleinement une œuvre mais, bien plutôt, une œuvre qui ne manque jamais de se défaire dans son accomplissement, de se décréer au lieu de se créer, de s’effondrer dans son élaboration même, ce qui ne compromet pas son élaboration mais en désigne sans retour ni compromis le véritable processus : la défaisance. Plus encore que l’œuvre absente qu’évoque Giorgio Agamben, ne laissant rien en blanc et n’étant pas non plus neutre et blanche, l’œuvre qui se défait y est une œuvre à blanc qui s’écrit sans s’écrire, renonce à s’écrire dans l’écriture même, n’y parvient pas sans disparaître, infirme l’affirmation sans désespérer de pouvoir affirmer. Ce que l’œuvre expose relève de son inaccomplissement en tant qu’il ne peut être que le seul accomplissement possible et conduit, en conséquence, à révéler que toute parole ne cesse d’affirmer, à sa moitié, son indicible, indicible qui n’est jamais le contraire de la parole mais ce qui permet, dans sa défection et sa part défectueuse, de vouloir l’accomplir.

4Se dessine alors un ultime paradoxe dans cette quête du mot juste tendu dialectiquement entre le terme et la Fin. En vérité, loin de ne pas pouvoir connaître l’achèvement, la langue ne cesse sans discontinuer de mettre fin à elle-même chaque fois qu’il est question de s’avancer dans la Parole, ne cesse de disparaître à chaque instant, de s’effondrer et de s’interrompre définitivement. Le mot juste sera le mot sauvé du désastre, quand la langue a fait naufrage, a échoué sur le bord des lèvres, sur les lignes des livres, le mot sauvé de justesse.

5Dans cette nouvelle dialectisation où écrire revient un peu toujours à effacer et effacer revient un peu toujours à écrire, trois dernières propositions laissent apercevoir combien le désœuvrement et le renoncement fournissent les dynamiques de l’écriture même.

6Portant son attention sur l’œuvre de Nathalie Sarraute dont on sait combien elle tient le langage en respect et en suspect, Aurélien Pigeat indique combien toute analyse qui s’affronte à cette écriture qui n’écrit pas, converse à propos de ce qu’on entend pas, s’expose à ce qu’il nomme le piège de « l’attrape-chercheur », c’est-à-dire la tentation de mimer l’œuvre dans ses apories langagières. En effet, soulignant que la quête de tout mot juste se révèle aporétique pour Sarraute, le chercheur se confronte à un paradoxe selon lequel il se doit d’expliciter ce que l’œuvre se refuse délibérément à expliciter, c’est-à-dire trouver l’impossible mot juste, ce qui ne se fixe pas, ne cesse de se dédire sans pouvoir se déduire. Seul, en fait, une réflexion sur la Référence et sur l’Art peut permettre de reprendre ces questions à partir de ces mêmes questions que l’œuvre s’adresse, à partir de ce point où elle s’accomplit au moment précis où elle s’anéantit dans le langage. Le mot juste, tant pour l’auteur que pour le chercheur, est redécouvert dans ce qu’il a de précaire, de fragile, d’éphémère, défauts de présence qui se trouvent être ses seules qualités. Aussi difficile cela soit-il à admettre, l’absence est sa seule présence possible.

7Se concentrant, quant à elle, sur les œuvres de Pascal Quignard et, en particulier, sur Le Nom sur le bout de la langue, Maïté Snauwaert dévoile que pour l’auteur des Petits traités, le nom ne naît jamais à lui-même dans une évidence selon laquelle il resterait à le prononcer. Au contraire, le mot semble être le Reste qui, dans chaque phrase, ne paraît pas pouvoir se dire, ne pas pouvoir s’articuler et s’avancer distinctement dans un texte. La langue est l’organe toujours rentré à l’intérieur de lui-même ; elle n’est pas naturelle à l’homme, ne lui est pas acquise : à peine entend-t-on ce qu’il dit et ce qu’il a à dire. Cette langue ne parviendrait en fait à nous, depuis nous-mêmes, non dans un mutisme mais un assourdissement qui n’a rien à voir avec l’espace mais avec le Temps. La langue porte en elle un souvenir, celui du moment où le langage pouvait s’entendre pour se passer de mots : l’enfance ou l’infans, quand, sur le point de parler, l’enfant ne dit pas mais fait comprendre qu’il a quelque chose qui va s’articuler sur le bout de la langue, promontoire du Texte.

8Alors, il ne reste plus qu’à regarder du côté de Richard Millet pour finir de comprendre, ainsi qu’invite à le faire ici Sylvie Loignon, qu’écrire revient immanquablement à écraser la parole en soi, à l’humilier, à faire preuve à son égard d’humilité parce qu’elle ne s’impose pas à celui qui parle. Paradoxalement, l’écriture ne vit que de la décréation, ce moment où elle se défait devant sa Puissance, ne parle que du moment où elle n’arrive pas à dire et inscrit l’indicible dans son horizon sans parvenir à l’atteindre. Le mot juste a encore à voir ici avec le temps, ce moment où il sera sauvé, saura s’écrire à temps avant la disparition, saura se dire, bon an mal an, comme il le peut avant l’anéantissement. Et l’écriture s’affirme alors comme un acte d’amour par lequel pour se faire entendre, elle doit murmurer depuis ses défaillances au creux de l’oreille de chacun.

9Ainsi, la langue du mot juste se fait-elle toujours prendre en défaut.

Autor

Docteur de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3 dans laquelle il enseigne en qualité de chargé de cours, Johan Faerber s’attache essentiellement dans ses travaux à l’esthétique baroque du Nouveau Roman et à sa résonance dans la littérature contemporaine. Il a ainsi pu s’intéresser à des auteurs tels que Tanguy Viel, Arno Bertina ou Jean Echenoz à l’occasion d’articles parus dans Les Cahiers de l’Herne, Europe, La Revue des Lettres Modernes, Le CRIN, La Licorne ou Inculte notamment. Dans cette même perspective, il vient de faire paraître (en codirection avec Marie-Odile André) Premiers romans 1945-2003 (Presses Sorbonne Nouvelle) et deux ouvrages aux éditions Hatier, l’un portant sur Roberto Zucco de Bernard-Marie Koltès et l’autre sur Lambeaux de Charles Juliet. Il est directeur de la série « Le « Nouveau Roman » en questions » aux éditions Minard

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540