Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juan Bautista Alberdi et l’indépendance argentine

 | 
Diana Quattrochi-Woisson

Commentaires

En quoi les reflexions historiques d’Alberdi nous interpellent-elles encore aujourd’hui ?

Jean Piel

Texte intégral

1Selon nos critères contemporains, pouvons-nous considérer que Juan Bautista Alberdi fut un bon historien-sociologue de la société argentine de son temps ? Bon nombre d’articles réunis dans cet ouvrage, loin des conventions commémoratives d’usage prisonnières du « devoir de révérence » envers les commémorés, permettent de commencer à répondre à la question sans faux-fuyants.

2Peut-être qu’Alberdi n’a pas pu échapper au départ à la tentation d’une histoire narrative, héroïsante et édifiante, exaltant les hauts faits des grands hommes qui surent prendre les risques de diriger un peuple en armes luttant pour répudier le joug impérial espagnol. Mais son originalité fut de se préoccuper très précocement de faire fructifier cet héritage en essayant de donner un sens à une histoire régionale sud-américaine. Comme le montre bien l’article d’Eduardo Rinesi, notre auteur – en cela bien représentatif des intellectuels argentins de la génération de 1837 – reste d’abord prisonnier de son admiration pour les pères fondateurs d’une nation qui n’existait pas encore en 1810 (et dont l’existence restait toujours problématique en 1837). Pour trouver un sens à une histoire jusqu’alors remplie du bruit et de la fureur des batailles, Alberdi proposa à la communauté argentine de se consolider institutionnellement et socialement en nation moderne dans un monde qui avait beaucoup évolué depuis 1810. Dans ces conditions, il ne suffisait plus, selon lui, de revendiquer, comme le faisait son contemporain Sarmiento, une identité argentine – c’est-à-dire de la constater et de la caractériser, fût-ce avec talent – mais de la construire et de l’imposer dans le concert des nations et des nationalismes issus de la chute des anciens régimes des deux côtés de l’Atlantique. D’aucuns diraient qu’il ne se contentait pas d’interpréter sa portion du monde, mais qu’il voulait la transformer – et, pour cela, s’attaquer aux handicaps démographiques et économiques qui bloquaient la modernisation du pays. D’où son évolution, chaque fois plus résolue, d’une vision historique « romantique » vers une histoire prenant en compte les conditions institutionnelles et matérielles d’une nation moderne. Ce que des marxistes appelleraient le nécessaire « développement des forces productives », ce que Rinesi appelle plus prudemment la conversion d’Alberdi au « catéchisme laïc et séculier des industriels. »

3Au plan idéologico-politique, cela nous engendrerait donc un Alberdi partisan d’un « autoritarisme progressiste » (selon l’historien Tulio Halperín Donghi) ou d’un « républicanisme autoritaire » (selon José Luis Romero) – en tout cas partisan de « formes hautement concentrées de pouvoir », seules capables selon lui de moderniser le pays. D’où un Alberdi moins idéaliste qu’un Michelet et plus historien qu’un Sarmiento ou un Alexandre Dumas, mais moins cyniquement réaliste qu’un Bismarck ou un Morny. Qui aurait commencé à rêver une Argentine avec Jean-Jacques Rousseau, puis se serait éveillé avec Thomas Hobbes selon Eduardo Rinesi et la jolie formule emprunté à Waldo Ansaldide. Ce qui signifierait que, quelque difficiles qu’aient été ses relations avec les hommes de pouvoir de son temps (d’abord avec Juan Manuel de Rosas, puis avec Bartolomé Mitre et Domingo Faustino Sarmiento), sa réflexion s’exerça non contre le pouvoir, mais sur le pouvoir et qu’il découvrit, plus tôt et mieux qu’eux, la nécessité où était désormais son pays de résoudre ses problèmes non par la force des armes, mais par la reconnaissance de ce que Saint-Just avait appelé ailleurs la « force des choses. »

4Pour comprendre l’idée qu’Alberdi se faisait de cette « force des choses », Patricia Funes – et c’est son mérite – nous amène dans certains de ses ouvrages particulièrement éclairants. Et nous trouvons alors, non pas cet « ensemble de déterminations historiques générales » qu’il aurait trouvé chez Montesquieu, mais des exemples contemporains très concrets, étudiés à travers un genre littéraire naguère si décrié : celui des biographies (dont on redécouvre aujourd’hui qu’il pourrait bien être après tout élevé à la dignité de cette « micro-histoire » si à la mode). Sous le prétexte des études biographiques qu’il consacre à l’homme d’Etat chilien Bulnes et à l’entrepreneur-aventurier nord-américain Wheelwright, il est clair qu’Alberdi définit un programme pour l’Argentine. Il propose en exemple l’avance chilienne dans la voie d’une institutionnalisation stabilisée et les contributions de M. Wheelwright dans la voie du désenclavement et de la modernisation technique de l’Amérique du Sud. Au Facundo mythique créé par Sarmiento, il oppose ainsi d’autres héros, mais très réels et concrets ceux-là – donc, possibles et autrement plus féconds pour l’avenir. Livrant le fond de son désaccord avec le dilemme qui, selon Sarmiento, serait celui de l’Argentine, civilisation ou barbarie, Alberdi explicitait catégoriquement sa position en affirmant qu’« il ne peut y avoir de barbarie là où il y a du travail. »

5Arrivé à ce point de son évolution intellectuelle, il est évident qu’il a dépassé son romantisme historique de jeunesse et qu’il a adopté définitivement des critères beaucoup plus réalistes et matériels pour juger des évolutions historiques continuant de se dérouler sous ses yeux. S’est-il converti pour autant à une histoire matérialiste critique conséquente ? C’est une autre affaire ! Car – et, en cela, il fut bien un intellectuel du siècle du libéralisme triomphant dans la périphérie latino-américaine du marché capitaliste en expansion – on ne peut pas dire que l’homme ait été sans contradictions et sans illusions sur son époque, et qu’il ait été par la suite d’une totale et intransigeante conscience autocritique à propos de ces illusions et contradictions. Ce qui devrait nous prémunir contre toute tentation de raviver à son sujet on ne sait quel culte posthume à sa personnalité qui, de surcroît, ne serait jamais devenue telle sans le climat de débats intellectuels de son temps. Grâce soit donc rendue aux communications qui, dans le colloque d’abord, et dans cet ouvrage ensuite nous rappelle l’importance de ces débats dans la formation de la pensée historique d’Alberdi.

6Je sais gré en particulier à Carlos Altamirano de nous avoir évoqué avec quelle roublardise Juan Bautista Alberdi sut, dans ses polémiques avec Sarmiento, ne pas se départir d’une mansuétude toute professorale en réponse aux excès de plume de son adversaire, qui lui prêtait pourtant ainsi le flanc. Sans doute Alberdi, à cette occasion, posait-il dans la figure qu’il rêvait de laisser à la postérité. Mais, lucide et réaliste là encore, n’avait-il pas pressenti ce qui pointait d’arrivisme opportuniste chez cet ancien compagnon de la génération de 1837. Avait-il tort ?

7Plus graves et plus fondamentales, car reposant, elles, sur de vraies questions de principe, furent les polémiques suscitées autour de ses attitudes et ses pensées après sa mort – et qui ne semblent pas tout à fait éteintes aujourd’hui, comme nous l’a rappelé Eduardo Jozami. De quoi ne l’a-t-on pas accusé de son vivant et après sa mort ! Sa fuite en Europe lors du siège de Montevideo par les troupes de ses adversaires politiques en 1840 ; sa fuite devant les responsabilités lors de la chute du dictateur Juan Manuel de Rosas en 1852 et, surtout, sa dénonciation de la guerre poursuivie de 1865 à 1870 contre le Paraguay par Mitre et Sarmiento, ses anciens compagnons de jeunesse devenus depuis présidents d’une République argentine très agressivement expansionniste. De là à l’accuser d’avoir trahi la patrie, c’est le pas que n’hésitèrent pas à franchir plus tard des historiens révisionnistes comme Julio Irazusta, relayés comme il se devait par toute une droite conservatrice empressée à confondre dans l’opinion publique argentine libéralisme politique et nationalisme agressif. Ce qui eut pour effet paradoxal de rejeter la défense de la mémoire d’Alberdi dans le camp de la gauche argentine – il est vrai peu au clair sur la question, comme l’a prouvé son apparente ignorance de l’idée de « défaitisme révolutionnaire » lors de la guerre des Malouines en 1982.

8Alors, au terme de ces commentaires, la question à nouveau se pose : en quoi les réflexions historiques d’Alberdi nous interpellentelles encore aujourd’hui ? Cet auteur reste-t-il pour nous un maître qui a renouvelé la méthode historique en analysant le cas du Rio de La Plata, ou son rôle s’est-il limité à (brillamment) appliquer à son case study argentin des visions et des méthodes historiques élaborées ailleurs ? Ce que j’ai entendu et lu m’incline à pencher pour la seconde hypothèse. Et m’induit aussi à penser que, confronté à la spécificité de sa société une génération après son Indépendance, il sut mieux que la plupart de ses contemporains abandonner les postures historiques folkloristes, essentialistes, identitaires, et discerner les enjeux historiques auxquels son pays allait être confronté. À cette fin, il ne pouvait se contenter de la boîte à outils conceptuels que lui avait légué l’histoire romantique du début du XIXe siècle. Il alla donc chercher d’autres outils du côté de la sociologie et de l’économie politique. Quoi de plus logique ?

9N’exagérons pas toutefois, et prenons garde aux anachronismes faciles et récupérateurs. Ne faisons pas d’Alberdi un précurseur méconnu de l’école des Annales. Encore moins, sous le prétexte de son évolution d’une histoire encore romantique vers une histoire plus concrètement réaliste, un théoricien du matérialisme historique. En effet – autoritariste ou pas, Juan Bautista Alberdi reste d’abord un libéral. Sa vision lucide des conditions matérielles nécessaires à la progression de son pays s’est alimentée à la pensée d’Adam Smith et de J.-B. Say, pas à celle de Marx et Engels – ses contemporains pourtant. Pouvait-il en être autrement, d’ailleurs, dans ce Rio de La Plata qui, aussi bien en 1837, en 1852 qu’en 1870, en est encore à rechercher son unité et sa territorialité nationales et, surtout, son insertion optimale dans le marché mondial capitaliste ? Si, donc, Alberdi garde quelque actualité pour nous, c’est moins parce qu’il nous aurait légué des leçons de méthode historique que parce qu’il a excellé à formuler des problématiques historiques pertinentes. Cela n’en fait pas, stricto sensu, un grand historien académiquement patentable, mais un vrai patriote et un vrai intellectuel doté d’une conscience historique supérieure à celle de la plupart de ses détracteurs (et de ses historiens, peut-être ?). Ce qui reste exemplaire chez lui, ce n’est pas sa méthode, c’est son éthique historienne : celle d’une discipline historique responsable qui, selon la formule de Jean Chesneaux, « entend les sommations du présent. »

10De ce point de vue, nous sommes-nous posé toutes les bonnes questions concernant Alberdi ? Ou, comme nous y induisaient les règles du genre, ne nous sommes-nous pas trop contentés de superposer nos gloses et commentaires à propos de son œuvre prolixe et quelquefois contradictoire en nous contentant d’y mettre de l’ordre par un découpage thématique ? Nous sommes-nous beaucoup risqués par contre (comme il l’aurait fait, sans doute, s’il avait été parmi nous) à avancer nos propres appréciations sur tout cela ? En particulier sur la question de la radicalité réelle de sa conversion à une histoire que Rinesi qualifie de matérialiste ? Cela aurait mérité pourtant de mieux savoir à partir de quelles informations et sources il prétendit, dans sa maturité, rompre avec son « romantisme » de jeunesse. Car enfin, l’ouvrier immigrant laborieux, compétent et discipliné dont il rêvait pour régénérer la société argentine était-il moins mythifié que le gaucho de Sarmiento ? Que savait-il réellement de la condition ouvrière en Angleterre, de la crise agraire dans l’Europe méridionale ? Nous le savons bien aujourd’hui : l’immigration telle qu’elle fut en Argentine ne fut pas celle dont il avait rêvé ! Bref, à partir de quoi constitua-t-il sa vision du monde de son temps : à partir d’enquêtes ou seulement à partir de ses lectures de Smith via Jean-Baptiste Say ? Et sur un autre plan : en quoi la France issue des journées révolutionnaires de 1848 et du 18 Brumaire de Louis Napoléon Bonaparte continua-t-elle à correspondre à l’idée qu’il avait voulu s’en faire lorsqu’il l’appelait à la rescousse contre la dictature de Rosas ? Quels écrits a-t-il laissés là-dessus avant de mourir en exil dans sa dernière résidence à Neuilly ?

11Autrement dit, la seconde question que je pose est la suivante : jusqu’à quel point la conversion d’Alberdi à une histoire matérialiste a-t-elle relevé d’un réalisme historique conséquent avec lui-même, c’est-à-dire aussi rigoureusement documenté que possible dans les conditions d’alors ? Faute de quoi peut subsister un doute : et si cette « conversion » n’avait été pour finir qu’un simple changement de credo (idéologique), pas vraiment un dépassement épistémologique ? Certes, nous ne pouvons pas épuiser ces questions. Mais, au moins, nous devons nous les poser. Car si les études alberdiennes sont déjà très abondantes, de toute évidence leur champ de recherche n’est pas forclos. Il est donc très bienvenu l’effort, qui a guidé le colloque « Au carrefour de deux bicentenaires » et a inspiré le présent ouvrage, de ne pas nous limiter à des exégèses de l’œuvre de Juan Bautista Alberdi mais de confronter sa pensée – ce que lui-même prétendit faire dans sa maturité – à l’Argentine et au monde réels de son temps… et du nôtre.

Auteur

Docteur d’État en Histoire, professeur émérite d’histoire de l’Amérique latine à l’Université Paris Diderot - Paris 7, auteur notamment de Capitalisme agraire au Pérou (1975), Histoire comparée des développements dans le monde jusqu’en 1850 (1989), Identidades nacionales y Estado moderno centro-americano (1995), El Capitalismo agrario en el Perú (1995), El departamento del Quiche bajo la dictadura liberal de 1880 a 1920 (1996), Entre Comunidad y Nación : la historia de Guatemala revisitada desde lo local y lo regional (1999), Encuentros históricos con Jean Piel, sobre historia e historiadores (2000)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr