Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juan Bautista Alberdi et l’indépendance argentine

 | 
Diana Quattrochi-Woisson

Commentaires

Alberdi et la naissance d’une figure d’autorité

Didier Musiedlak

Texte intégral

1L’ensemble d’articles de cet ouvrage met en relief la richesse de la figure d’autorité qu’a incarnée et incarne Alberdi pour l’histoire de l’Argentine. Plus particulièrement celui d’Horacio Tarcus permet d’en saisir les contours au sein de l’histoire éditoriale et celui d’Elida Lois pose la question de la naissance de cette figure sur un mode plus élargi, en se situant par rapport à l’ensemble du corpus des archives d’Alberdi aujourd’hui mis à jour.

2On est ainsi en présence de deux échelles de perception : la première, relative à l’histoire éditoriale, renvoie en définitive à l’élaboration d’une mémoire publique que ponctueraient les publications. Cette première dimension met en évidence la toute-puissance de cette mémoire publique, au point qu’on peut se poser la question de savoir si cette dernière, devenue mémoire nationale, n’est pas parvenue à oblitérer la dimension personnelle de l’intellectuel Alberdi au profit de son combat en faveur de la construction d’une Argentine moderne. La seconde préoccupation, qui est exposée principalement dans la deuxième communication, tend précisément à nous introduire dans « l’atelier d’écriture » d’Alberdi pour s’intéresser à son mode d’expression politique. Il s’agit en somme de poser la question de sa complexité à travers l’intrication du public et du privé.

  • 1 Le Travail de l’œuvre : Machiavel, Paris, Gallimard, « Tel », 1970.

3Alberdi incarne incontestablement une figure d’autorité dont le maniement n’est pas sans poser de réelles difficultés. La première tient à l’œuvre elle-même et nous interroge sur son statut. L’examen attentif des différentes éditions des œuvres d’Alberdi jusqu’en 1920, et également bien après, tout comme le projet en cours mis en lumière par Elida Lois, démontrent que l’œuvre continue de développer des « effets de présence » ou des rémanences pour l’Argentine d’aujourd’hui. Il y a bel et bien une forme de continuité. On assiste par conséquent pour Alberdi à un processus que Claude Lefort1 avait déjà mis en lumière dans l’étude qu’il avait consacrée au travail de l’œuvre concernant Le Prince de Machiavel. Les deux contributions montrent en réalité que l’œuvre d’Alberdi a apporté des réponses au moment de la formation nationale de l’Argentine, mais que l’œuvre en elle-même reste étonnamment moderne et conserve sa puissance de séduction. L’œuvre ne s’épuise pas dans le texte lui-même : elle vit une seconde fois au gré des relations qui s’établissent entre le texte, ses lecteurs et ses interprètes. La temporalité joue sur ce point un rôle décisif. C’est elle qui infléchit son sens et sa portée. Le statut de l’œuvre est toujours tributaire de l’interprète, qui inscrit lui-même son travail dans une période particulière. En substance, l’œuvre d’Alberdi, une fois créée, a continué d’être en perpétuel devenir. Elle a fait l’objet d’un processus d’appropriation contradictoire, alimenté par l’adhésion et le rejet, dans un but qui était celui de la fondation politique de l’Argentine moderne.

4Il y a en conséquence une étroite corrélation à établir entre les mécanismes d’appropriation de l’œuvre et le contexte politique. Les premières compilations (1856, 1858) interviennent dans le contexte de l’application de la Constitution de la république d’Argentine en 1853. Il s’agit bel et bien avec ses ouvrages comme Bases y puntos de partida para la organización política de la República Argentina (1852), Elementos de derecho público provincial (1853), ou Sistema económico y rentístico (1853), d’utiliser sa contribution de droit public pour la mettre au service d’un projet de fondation politique de nature fédérale et libérale. L’œuvre d’Alberdi se retrouve ainsi érigée en objet symbolique au service de la cause nationale. On voit également comment la perception de cette œuvre se modifie dès lors que le contexte politique se transforme, en particulier au début des années 1860 lorsqu’on assiste à l’inverse à une entreprise de dépréciation d’Alberdi comme corps symbolique de l’Argentine. La question de la publication des œuvres complètes, qui intervient dans les années 1880, est liée en revanche au contexte politique des années 1870 à l’extension de la légitimité d’Alberdi qui s’accroît avec le succès du projet fédéraliste et le choix de Buenos Aires comme capitale à partir de 1880. Un des premiers messages du gouvernement en octobre 1880 est de procéder à la publication de ses œuvres complètes. Mais dans le même temps, tout ceci ne se fait pas sans débats contradictoires car derrière la figure d’Alberdi se profile l’identité même de l’Argentine. Le destin des Écrits posthumes entre 1895 et 1901 puis des Œuvres choisies (1920) montre que l’œuvre est toujours interprétée par rapport aux conflits du temps et aux positionnements idéologiques et politiques. L’étude de la publication des œuvres permet de souligner que le travail effectué sur l’œuvre est aussi l’effet de la pratique d’hommes politiques qui sont aussi des intellectuels, comme Joaquin Gonzales (1863-1923), libéral réformiste à la fois écrivain, journaliste, professeur d’université et acteur de la vie politique en tant que gouverneur. L’œuvre d’Alberdi est ainsi prise en charge sur le plan chronologique par les intellectuels qui sont partie prenante dans un processus éditorial sans cesse redimensionné.

5Cette imbrication de l’œuvre d’Alberdi dans les luttes du temps présent a eu pour effet de produire une forte instrumentalisation, une mise en conformité, au moyen d’une forme de codification d’une pensée qui fut pourtant sans cesse en mouvement. C’est pour cette raison que l’œuvre d’Alberdi peut être de nouveau interrogée, comme cela a été souligné, non pas en vue de prétendre à une forme de révélation de la vraie pensée d’Alberdi, mais afin de restituer son mouvement et ses hésitations pour mieux comprendre la genèse « du processus d’écriture ».

6Parmi les apports soulignés apparaît également en creux la question du statut de l’intellectuel argentin en politique, en particulier quand il est en exil. Est-il représentatif ? Alberdi a passé plus de trente ans en Europe et, au total, plus de quarante ans à l’étranger. Une première réflexion s’impose : l’exil d’Alberdi démontre-t-il qu’il y avait en quelque sorte une forme d’impossibilité à penser une action politique et la modernité à l’intérieur du pays ? Il situe en définitive toujours son action sur le terrain intellectuel et non en tant qu’acteur politique, ce qui le différencie de Sarmiento, qui avait connu l’exil mais qui se considérait comme un acteur politique puisqu’il avait été à l’origine de la chute de Rosas et avait ensuite assumé le pouvoir.

7En allant plus loin, si on veut saisir ainsi la singularité de l’œuvre d’Alberdi, son originalité en tant qu’intellectuel et la formation même de son identité, il convient d’interroger son œuvre en restituant les grilles de lecture qui ont été élaborées par lui-même pendant plus de quarante ans au moyen d’autres conceptions du monde, en provenance d’Europe mais pas exclusivement. La dimension occupée par Herder ou Tocqueville serait sans doute riche d’enseignements. Rappelons également pour mémoire que c’est depuis son exil au Chili en juin 1852 qu’Alberdi élabore le modèle de Constitution de la Confédération argentine. Pour restituer cet ensemble, il faut en conséquence repartir du texte initial mais aussi du vécu, qui souvent a été réinterprété, remodelé pour mieux entrer dans le cadre des luttes politiques déjà évoquées. Il en est ainsi de ses écrits posthumes qui n’étaient pas destinés à être publiés. Il est également important de prendre en considération tout ce qui a alimenté la genèse de la pensée d’Alberdi, que ce soient les correspondances, les rencontres ou ses lectures, tout ce qui forme la trame nécessaire à la gestation de son projet national. Ce n’est, en effet, qu’au prix de cet effort qu’il sera possible de faire sortir Alberdi d’une mémoire nationale trop normée et de faire apparaître ses propres tensions idéologiques. Ceci permettra sans doute d’éclairer sous un nouveau jour la question d’une écriture politique qui a été élaborée à partir de l’exil, mais qui a montré, dans le cas d’Alberdi, qu’il y avait une impuissance à élaborer une action politique à l’intérieur de ce même exil. Mais c’est sans doute en raison de cette prise de distance vis-à-vis de l’Argentine forgée par l’exil que le regard d’Alberdi a pu s’exercer avec autant d’acuité pour saisir comment il était possible d’imaginer le destin futur de l’Argentine en prenant en compte les exigences de la modernité politique.

Notes

1 Le Travail de l’œuvre : Machiavel, Paris, Gallimard, « Tel », 1970.

Auteur

Docteur d’État en Histoire, ancien membre de l’École française de Rome, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Paris Ouest- Nanterre - La Défense, chercheur à l’Institut des Sciences sociales du politique Ses travaux posent la question des frontières du politique à l’échelle internationale en essayant de dégager les dynamiques originales des processus de politisation. Il travaille actuellement à une histoire du terrorisme. Auteur notamment de Les totalitarismes : fascisme et nazisme (1996), Lo stato fascista et la sua classe politica (2003), Parlamentaires en chemise noire, Italie, 1922-1943 (2007), Mussolini (2009), Les expériences corporatives dans l’aire latine (2009)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr