Version classiqueVersion mobile

Juan Bautista Alberdi et l’indépendance argentine

 | 
Diana Quattrochi-Woisson

Commentaires

La « leçon » française, la double peur des masses et de la dictature ?

Francis Demier

Texte intégral

1L’ensemble des communications du colloque et des textes ici réunis invite un historien français à s’interroger sur ce qu’on pourrait appeler, chez Alberdi, la « leçon française ». Mais une lecture très prudente s’impose sur ce point car on ne dispose, de la part d’Alberdi, que de jugements assez généraux sur le rôle qu’a pu jouer, dans son itinéraire la France, son histoire, sa vie politique, ses formes de développement, mais aussi les contradictions qu’elle a rencontrées sur le chemin de la modernité.

2Comment interpréter la manifestation un peu grandiloquente d’affection manifestée par Alberdi à l’égard de notre pays ?

« Le jour où nous ne fûmes plus des colons, notre parenté avec l’Espagne s’acheva : depuis la République, nous sommes les enfants de la France. Nous avons remplacé l’autorité espagnole par l’autorité française le jour où nous avons remplacé l’esclavage par la liberté. Nous devons à l’Espagne les chaînes, et à la France les libertés. »

3Elle éclaire, certes, un ensemble d’analyses progressistes d’Alberdi sur la question des libertés et de l’unité nationale, voire même sur le sens général du progrès, et rien ne permet de mettre en doute cet engagement.

4Toutefois, on est fort embarrassé pour saisir et analyser une prise de position explicite sur la société française et surtout sur les tournants politiques majeurs que la France a connus alors même qu’Alberdi était au contact des réalités françaises. Les références à des auteurs, à de grands courants culturels français ne sont pas rares, mais Alberdi n’a eu nullement l’intention de se faire historien ou observateur d’une société et d’une vie politique française qu’il a eues pourtant sous les yeux pendant de longues années. Le contraste est grand si l’on pense à une période légèrement antérieure au séjour d’Alberdi, par exemple au regard porté par un Heine sur la politique et l’identité de la France. On ne saurait en vouloir à Alberdi, qui a occupé tour à tour une position officielle puis une posture d’exilé politique. Sa discrétion en particulier sur l’identité profonde du Second Empire qui pose la question des liens entre pouvoir autoritaire et libéralisme économique, liens négligés par toute l’école libérale du premier XIXe siècle, imprégnée de références anglaises, conduit même Eduardo Rinesi à faire du 18 Brumaire de Marx une sorte de sas d’entrée dans la pensée d’Alberdi. Il faudrait donc disposer de beaucoup d’informations supplémentaires, de sources françaises peut-être, pour reconstituer l’itinéraire idéologique d’Alberdi dans une société française à la fois si proche et si lointaine de l’Argentine.

5Cette difficulté ne saurait négliger toutefois la possibilité d’utiliser l’immense œuvre publiée d’Alberdi, pour tenter de voir ce qu’a pu être cette « leçon française » dans sa réflexion, et les articles de cet ouvrage nous apportent de nombreuses pistes. Nous pouvons ainsi constater que l’influence française, souvent mise en valeur, n’est guère séparable d’une culture européenne d’Alberdi dans laquelle les références à l’Angleterre, « l’hyper-puissance » du moment – comment l’oublier ? – et l’Allemagne, prestigieuse sur le plan intellectuel, pondèrent probablement la référence française. L’éclectisme extraordinaire de cet itinérant est, à l’égard de l’Europe, à la fois intellectuel et géographique.

6Alberdi, par ailleurs (mais est-il conscient du parallélisme entre sa démarche et le débat politique français ?) s’est posé un problème qui domine la construction de la République de 1789 jusqu’à la période où, diton, « la République entre au port », dans les années 1880. Ce problème est celui de l’ajustement si complexe de la liberté individuelle, promesse incontournable d’une France nouvelle qui se définit contre le privilège, et d’une forme de pouvoir dont l’autorité assure la stabilité d’une société qui ne peut être réduite à une poussière d’individus et lui apporte aussi unité et égalité sur toutes les composantes de son territoire.

7Un élément nous semble important sur ce point, c’est la difficulté, bien sûr, de reporter sur l’Argentine l’idée d’unité nationale française forgée dans le feu du jacobinisme. Le débat entre Paris et la province est peu utile à Alberdi pour démêler la question du conflit entre Buenos Aires et le reste du pays. Le modèle des États-Unis semble l’avoir alors inspiré assez logiquement et plus nettement. Par ailleurs, la réflexion d’Alberdi s’éloigne assez vite de ce qui constitue un socle essentiel de la citoyenneté française et de la formation de la nation, le suffrage universel. Celui-ci demeure, en France, la clef de la quête de la stabilité institutionnelle. Promis dès la Révolution, c’est son absence qui est à la racine du cycle des révolutions de 1789 à 1848. Son rétablissement, après qu’il a été amputé par le parti de l’ordre, est une des forces du Second Empire. Alberdi, lui, reste attaché à une conception censitaire du droit de suffrage qui réserve le pouvoir politique aux propriétaires éclairés et marque ses distances à l’égard des masses. Tout en affichant son hostilité aux hiérarchies traditionnelles héritées du colonialisme, il a pour souci de trouver la formule d’un pouvoir républicain fort qui rappelle la monarchie tout en faisant oublier le roi.

8Si l’on cherche ainsi ce qui, pour Alberdi, aurait pu être dans le fil de l’histoire du premier XIXe siècle une référence convaincante, on trouve alors plusieurs cas de figures. La monarchie de Louis-Philippe en est un. Un système censitaire, le drapeau tricolore, un monarque qui n’a pas abandonné les prérogatives de son autorité. Quand La Fayette, face au peuple rassemblé devant l’Hôtel de Ville, en juillet 1830, voulut faire accepter la monarchie des Orléans au peuple de Paris en révolution, il prononça la fameuse phrase « ce sera la meilleure des républiques. »

9Liberté et autorité sont ce qui semble émerger aussi de la constitution de la deuxième République, en 1848, et qui paraît répondre aux vœux d’Alberdi. Cette Constitution de novembre 1848 est guidée par deux principes dominant la pensée d’Alberdi : un régime parlementaire qui défend les libertés, un président de la République, élu au suffrage universel d’où il tire une forte légitimité face à la Chambre, mais réduit à un mandat et dans l’impossibilité de dissoudre l’assemblée. Un régime inspiré d’une double peur : celle des masses et celle de la dictature, mais un régime qui échoue et dont les contradictions font le lit du coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte. Que penser alors du sentiment profond qu’éprouve Alberdi à l’égard du nouveau régime impérial ? Que penser de ses amitiés avec les journalistes républicains, opposés au régime impérial dont nous parle Diana Quattrocchi-Woisson ? Dans son raisonnement, Eduardo Zimmermann nous conduit à établir des liens entre l’idéal d’Alberdi et l’Empire libéral d’après 1860. Soit, mais le bonapartisme perd alors une partie de son identité sous la poussée d’un libéralisme qui tente de répondre à la revendication démocratique mais aussi aux aspirations décentralisatrices des notables. Les succès du bonapartisme, c’est-à-dire la modernisation de la France opérée au pas de course et qui permet la mise en place du traité de 1860, sont le fruit d’une décision prise en haut, de manière autoritaire, contre les pouvoirs intermédiaires et avec une légitimité qui est celle du suffrage universel à l’égard duquel Alberdi semble timide.

10Si l’on cherche, en fait, à identifier ce qui rapproche le plus Alberdi d’un courant important de la pensée française, c’est probablement sur le terrain de la pensée économique qu’on pourrait le trouver et c’est là que sa réflexion tire la plus grande cohérence d’une référence française. Les nombreuses allusions à Jean-Baptiste Say montrent l’importance, dans la culture d’Alberdi, de la pensée de celui qui, en France, a popularisé et permis l’assimilation de la pensée de Smith. Mais en fait, au-delà, c’est tout un courant productiviste français du premier XIXe qui a pu faire réfléchir Alberdi. Il a un père chez Say, mais en fait il puise aussi ses références chez Saint-Simon, les deux courants libéraux et saint-simoniens, en dépit de leur opposition sur les formes du pouvoir, se sont du reste souvent rencontrés comme dans la revue Le Producteur.

11Les idées qui sont débattues dans ce courant rejoignent les préoccupations d’Alberdi. D’abord l’idée que la révolution politique ne constitue qu’une première étape dans la construction d’une société moderne qui doit être bâtie sur une révolution économique. Elle seule pourra rompre avec le sous-développement, qui est le socle de la réaction et la source des échecs de la révolution. Cette révolution économique ne pourra se faire que par une extension du marché sans limites de frontières. Cette extension imposera aux nations des liens économiques tels qu’ils écarteront de manière définitive les conflits qui sont le legs d’un passé militaire et aristocratique. Dès 1814, c’est la réflexion de Saint- Simon, auteur alors d’un projet de fédération européenne qui mettrait fin aux guerres napoléoniennes, première étape d’un courant qui mène à Michel Chevalier, au traité de 1860, à l’Europe de Cobden et à la création d’une Europe du libre-échange qui se veut Europe de la paix et de la modernité. En écho se profilent bien des problèmes de l’Argentine, de son impératif de développement ouvert sur l’Atlantique à ses conflits militaires condamnés par Alberdi. Ce courant trouve son expression la plus claire dans le Journal des Économistes, qui connaît à l’époque où Alberdi est en France une grande notoriété et qui est très ouvert sur l’Amérique latine. Il est partagé comme Alberdi, face au second Empire, libre -échangiste certes, mais attentatoire aux libertés individuelles.

12Au-delà Alberdi a-t-il retenu des leçons de la crise profonde qui, de la guerre de 1870 à la Commune, à une république dominée par ses ennemis monarchistes, conduit avant la mort d’Alberdi à la « république opportuniste » de Ferry et Gambetta ? Une république devenue conservatrice ne devait pas être en contradiction avec ses idées, et son intérêt pour le libéralisme modéré de Laboulaye va dans ce sens. Un autre élément le rapproche des « républicains opportunistes » et l’oppose par contre aux républicains du second Empire, l’intérêt profond qu’il accorde à la société rurale, aux paysans. Gambetta, en 1876, en avait fait le nouveau pilier de la République, Alberdi prend soin de ne pas séparer son schéma de développement économique de l’Argentine d’une défense de la paysannerie face à la société de Buenos Aires. L’idée républicaine d’un nouveau consensus social, né des progrès de l’éducation et opposé alors au problème de la lutte des classes, est au cœur de la pensée d’Alberdi. Voilà encore un élément important qui rapproche le fil rouge de la construction en France d’une société moderne et la réflexion d’Alberdi sur le modèle politique propre à assurer le progrès en Argentine.

Auteur

Docteur d’État en histoire. Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Paris Ouest - Nanterre-La Défense, Vice-président de l’Institut Français d’Histoire Sociale, chercheur à l’Institut des Sciences sociales du politique. Parmi ses publications : La France du XIXe siècle (2000), Louis Blanc, un socialiste en République (2006), Les maux et les soins. Médecins et maladies dans les hôpitaux parisiens du XIXe siècle (2007), L’impossible retour du passé, la France de la Restauration, Gallimard (2011)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search