Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juan Bautista Alberdi et l’indépendance argentine

 | 
Diana Quattrochi-Woisson

Autour du droit international : la diplomatie, l’intégration, le pacifisme

Un mondialiste avant l’heure ? Alberdi et sa conception moderne de la diplomatie et du droit international

Diana Quattrocchi-Woisson

Texte intégral

1J’aborderai dans cet article quelques moments significatifs de la « période européenne » de Juan Bautista Alberdi. Il s’agit d’une époque peu étudiée, qui concerne d’abord son rôle de diplomate averti et efficace, dans un contexte historique peu favorable (1855 - 1862), puis son activité d’ambassadeur d’une conscience sud-américaine aiguë, sans titres officiels ni lettres de créances, pendant la guerre dite de la « Triple Alliance » (1865-1870). Pour finir, je présenterai une caractérisation et une interprétation de sa vision géopolitique particulière, très en avance sur son temps.

Un diplomate averti et efficace dans un contexte historique peu favorable (1855 –1862)

  • 1 Auparavant, en 1852, immédiatement après la bataille de Caseros, Alberdi avait été nommé par le gé (...)
  • 2 Lors de ce voyage initiatique, habituel chez les élites latino-américaines, il visite Gênes, Turin (...)
  • 3 Juan María Gutiérrez (1809-1878), le meilleur ami d’Alberdi et son plus fidèle complice intellectu (...)

2Juan Bautista Alberdi exerça en Europe, depuis Paris, la fonction d’« envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire de la Confédération argentine » pendant sept ans1, de 1855 à 1862. Il connaissait déjà la France, et avait probablement émis le souhait d’y exercer ses fonctions diplomatiques. Ce n’était pas son premier séjour en Europe, il en avait déjà visité quelques grandes villes2 en 1843 avec son ami Juan María Gutiérrez3.

  • 4 Cf. « Memoria en que el Ministro de la Confederación Argentina en las Cortes de Inglaterra, Franci (...)
  • 5 Par courrier du 14 avril 1862, le ministre des Affaires étrangères Eduardo Costa informe Alberdi q (...)

3Comme à son habitude, Alberdi laissa un témoignage précis de l’exercice de ses fonctions grâce à ses nombreux écrits. Régulièrement, il envoyait à son gouvernement des compte rendus minutieux, et fut encore plus explicite dans le bilan général de son activité diplomatique lorsqu’il renonça à son poste, à la fin du mandat constitutionnel du général Justo José de Urquiza4. Sa démission, en 1860, ne fut pas acceptée par le nouveau président Derqui, et il resta à son poste jusqu’à ce que le président Mitre l’en destitue5. Il est difficile d’imaginer pires circonstances historiques que celles où Juan Bautista Alberdi dut exercer son rôle d’Ambassadeur. En effet, la séparation de la province de Buenos Aires de la Confédération argentine, son refus de reconnaître la Constitution de 1853 et sa politique de diplomatie parallèle à celle du président Urquiza eurent des conséquences graves, qu’Alberdi sut décrire avec des formules frappantes qu’il maniait avec talent :

  • 6 Memoria en que el Ministro de la Confederación Argentina… in Obras completas, tome VI, op. cit., p (...)

« L’objectif de la diplomatie que j’ai eu l’honneur de servir n’a pas seulement été d’entretenir des relations d’amitié avec les cours européennes, mais aussi d’affirmer face à elles notre souveraineté nationale jusqu’alors inconnue, afin d’obtenir, pour ainsi dire une deuxième fois, la reconnaissance de la nationalité argentine de la part des gouvernements européens. Ma situation ne fut pas celle d’un diplomate qui représente un pays dont personne ne discute la légitimité. Nous fûmes partout accueillis avec résistance. À côté de la lettre de créance de mon gouvernement, se trouvait toujours une contre-lettre de créance, c’est-à-dire une lettre de discrédit envoyée par le gouvernement de Buenos Aires.6 »

4Cependant, le premier bilan de cette mission réalisée dans de si mauvaises conditions, n’est pas entièrement négatif :

  • 7 En effet, Alberdi obtient que la plupart des représentants des gouvernements européens quittent Bu (...)

« Etant donné que la victoire n’est pas mon objectif personnel, je n’ai pas à cacher que la République a totalement triomphé dans les affaires dont m’a chargé le gouvernement. La présence de tout le corps diplomatique étranger à Paraná est le témoignage concret de la victoire de notre diplomatie argentine.7 »

5Un des points importants de la tâche qui lui fut confiée était de « signer un traité avec l’Espagne où soient reconnues de façon satisfaisante l’indépendance et la nationalité argentines devant la reine d’Espagne ». En effet, en 1855, l’ancienne métropole avait déjà reconnu l’indépendance de presque toutes les nationalités de l’Amérique espagnole à l’exception de l’Argentine.

6Pour faire connaître la situation argentine en France, en Angleterre, en Italie et négocier avec la couronne espagnole, Alberdi ne dispose d’autres documents que de ses propres écrits. Il le souligne dans son mémoire afin de justifier la réédition en France de son livre Bases ainsi que d’autres écrits, financée par l’État argentin. Depuis ses plus jeunes années, Alberdi a fait preuve d’un attachement particulier à ses œuvres et à leur publication. Toutefois il semble gêné par l’utilisation de fonds publics pour la réédition de ses ouvrages, et il ressent le besoin de se justifier. Plus qu’une manifestation de fausse modestie, il faut y voir une conscience peu commune pour l’époque, celle de la nécessité d’une séparation entre la vie publique et la vie privée. Sur ce point également, Alberdi fait preuve d’une remarquable avance sur son temps.

7Alberdi nous a laissé de nombreux témoignages sur les conditions difficiles dans lesquelles il dut effectuer sa mission. En particulier, il a expérimenté combien il était malaisé d’expliquer les affaires latino-américaines en Europe. Nous savons à quel point cela est vrai encore aujourd’hui, même avec la révolution des télécommunications. Le diagnostic d’Alberdi parle d’une difficulté récurrente – structurelle ? – qui est en soi un chapitre à part entière des relations internationales. S’étant souvent heurté à l’impossibilité de faire comprendre aux observateurs européens la situation politique argentine, il caractérisa la réception des guerres civiles latino-américaines, et plus particulièrement celles, très complexes, des Provinces « Désunies » du Río de la Plata par une métaphore qui trouve encore tout son sens, l’incurable obscurité des questions argentines en Europe.

  • 8 De la integridad nacional de la República Argentina bajo todos sus sistemas de gobierno, Valparaís (...)

8Et pourtant, Alberdi, en diplomate averti et consciencieux, nommé en 1854 par le président Urquiza pour exercer les fonctions de ministre plénipotentiaire en Europe, prit le temps, non seulement de régler ses affaires courantes au Chili et de préparer son déménagement, mais aussi de rédiger une œuvre destinée à expliquer la situation argentine. Ce livre8, écrit en six mois, fut publié d’abord au Chili et réédité ensuite en France avec le soutien du gouvernement argentin :

« Avant de quitter l’Amérique, il m’a fallu étudier pendant six mois pour résoudre grâce à notre histoire, et à l’aide des documents et des principes de notre droit traditionnel argentin, la problématique de l’intégrité interne et externe de notre patrie dans un livre auquel j’ai donné naissance avant d’entreprendre mon voyage et dont le gouvernement argentin a imprimé trois mille exemplaires. »

9Il entama alors un long voyage avant de parvenir à destination. Sans lettres de créance auprès des autorités des États-Unis, il décide cependant d’y faire escale, parvient à être présenté au gouvernement de Washington, et obtient plusieurs entretiens avec le président Pierce, le ministre des Affaires étrangères et l’ambassadeur d’Angleterre à Washington. Il passe ensuite par l’Angleterre, où il obtient, avec l’aide indirecte des États-Unis, une audience auprès de Sa Majesté britannique et la garantie qu’elle nommera son représentant auprès du gouvernement de Paraná. Ce voyage minutieusement préparé, est le fruit d’une stratégie intellectuelle et diplomatique habile. Elle découle d’une vision lucide et créative concernant les possibilités de l’Argentine réelle sur la scène internationale, c’est-à-dire de sa capacité à exister et à se faire une place parmi les grands de ce monde :

« Comme j’avais été reconnu agent diplomatique de la Confédération argentine par le gouvernement anglais, il était difficile pour la France de ne pas m’accepter aussi, quels que fussent les doutes que les rapports du ministre français à Buenos Aires et de l’agent de Buenos Aires à Paris pouvaient avoir donné au gouvernement français sur l’importance et la légitimité de la Confédération une fois amputée de Buenos Aires. Le comte Walewski, ministre des Affaires étrangères de l’empereur Napoléon III, reçut mes lettres de créance lors d’une audience accordée douze jours après ma demande, et quelques jours plus tard, je fus présenté au souverain lui-même. »

10Alberdi prend le parti de défendre l’intégrité de la République argentine, non seulement en obtenant la reconnaissance du gouvernement légitime de Paraná, mais aussi en faisant comprendre que la province turbulente et séparatiste faisait partie de la nation argentine, sans en être l’unique représentante :

  • 9 Juan Bautista Alberdi, Mémorandum adressé au Gouvernement de S. M. L’Empereur des Français par le (...)

« Habituée, pendant ses luttes passées avec la République argentine, à ressentir la résistance de Buenos Aires, la France a pu croire que c’était là que se concentrait la puissance du pays tout entier. Habituée aussi à voir dans cette même province l’apparence d’une civilisation avancée, ainsi qu’une population européenne nombreuse et plus riche que dans toutes les autres provinces, la France a pu croire également qu’aussitôt affranchie de la tyrannie de Rosas, Buenos Aires serait plus favorable aux intérêts européens ; il n’en était cependant rien. Cette double erreur, renforcée par ailleurs par l’incurable obscurité des questions argentines en Europe (c’est nous qui soulignons), n’en a pas moins entraîné la France à prêter indirectement son soutien à une séparation dont l’unique but est précisément de la frustrer, elle, et toutes les autres nations, de la liberté du commerce et de la navigation.9 »

11Le rôle qu’Alberdi assigne à l’Europe et en particulier à la France dans sa vision géopolitique, est à la fois idéaliste et pragmatique. Les invocations péremptoires à la civilisation et au progrès que les nations les plus avancées, comme l’Angleterre et la France, apporteront à l’Amérique sous-développée, sont toujours fondées sur les intérêts concrets du commerce et du libre-échange. L’ensemble des textes dans lesquels Alberdi évoque le droit international comme la clé de voûte de toute politique nationale souveraine nous semble d’une grande cohérence intellectuelle. Nous cherchons à souligner ici cette dimension propre à la pensée alberdienne : sa conception moderne du droit international et de la diplomatie. Nous voulons également mettre en exergue qu’il ne s’agit pas seulement d’une conception théorique, mais qu’elle est alimentée par une pratique concrète de l’exercice de la diplomatie pendant les sept ans de sa représentation officielle, et continuée ensuite, sans autres lettres de créances que sa conscience publique et son autorité intellectuelle, durant les années de la guerre contre le Paraguay.

12Peu de temps après son arrivée en Europe, Alberdi obtient une concession diplomatique de l’empire français : le déplacement du représentant M. Le Moyne, accrédité à Buenos Aires et favorable à la position séparatiste de cette province, qui reçoit l’ordre de retourner en France. Le nouveau délégué français, M. Lefebvre de Bécourt, est nommé ministre plénipotentiaire auprès des autorités de Paraná, siège provisoire du gouvernement constitutionnel du général Urquiza. Alberdi lui-même aurait suggéré ce nom à l’empereur. On peut cependant considérer qu’il ne s’agit que d’un triomphe partiel. M. Lefebvre de Bécourt ne cessera de se plaindre des conditions de vie difficiles dans la ville de Paraná (capitale provisoire de la Confédération argentine), tandis que, de retour à Paris, l’ancien représentant, M. Le Moyne, œuvrera inlassablement aux côtés de Mariano Balcarce, exerçant à la cour un véritable lobby en faveur de la province de Buenos Aires. Bien qu’Alberdi, respectueux du droit et de ses formes, obtienne une loi du gouvernement de Paraná afin de pouvoir protester formellement, il ne parvient pas à neutraliser le prestige grandissant du consul nommé par Buenos Aires à Paris – qui est aussi le gendre du général San Martín. À long terme, le travail de sape de Mariano Balcarce, tout d’abord agent confidentiel puis chargé d’affaires de Buenos Aires, réussit à contrer les efforts d’Alberdi, à porter atteinte à sa conception de la représentation et à sa tentative de professionnaliser la diplomatie argentine, de l’éloigner du décorum et du faste pour la rendre plus efficiente.

13Et en effet, Alberdi ne concevait pas la diplomatie telle que la pratiquaient à l’époque les pays latino-américains, c’est-à-dire comme un exercice mondain destiné à obtenir une certaine influence à la cour ou dans les lieux de pouvoir. Son objectif était de travailler l’opinion publique française et européenne, de faire connaître la réalité argentine, d’instruire l’opinion, comme on disait à l’époque. Pour ce faire, il pouvait s’appuyer sur sa propre expérience réussie : le travail militant dans la presse des émigrés anti-rosistes au Chili et à Montevideo. Or, M. Balcarce et M. Le Moyne ne sont pas les seuls à interférer dans ses plans : la présence de 16 000 citoyens français à Buenos Aires constitue aussi une entrave à l’exercice de sa diplomatie « alternative ». La province d’Entre Rios ne compte pas une immigration française aussi importante.

  • 10 Parmi eux, M. Théodore Mannequin, à qui l’on doit la notice nécrologique publiée dans le Journal d (...)

14Pour obtenir les résultats espérés, Alberdi s’adonne également à une patiente restructuration de tous les consulats d’Argentine en Europe, parfois en recrutant les anciens fonctionnaires de l’époque de Rosas. Il engage des personnalités françaises, généralement de jeunes intellectuels bilingues, pour le travail dans les principales légations ainsi que pour sa campagne de presse10. Avec sa manière toujours scrupuleuse d’accomplir sa mission, il fait part aux différents ministres des Affaires étrangères et au président Urquiza lui-même des subventions qu’il attribue, par contrat, à plusieurs journalistes français afin d’obtenir une publicité favorable au gouvernement de Paraná dans les principaux journaux de France et d’Europe. Conscient qu’il s’agit là d’une tâche qu’il ne peut réaliser seul, il travaille en étroite relation avec les autres représentants diplomatiques hispano-américains :

  • 11 En réalité il s’agit du journal L’Étendard, l’écriture d’Alberdi était difficile à déchiffrer et c (...)
  • 12 Lettre d’Alberdi datée du 7 février 1858, adressée à « Monsieur le ministre des Affaires étrangère (...)

« J’ai signé un contrat avec un journal de Paris nommé l’Estafette11 afin que ses colonnes soient à notre disposition en échange d’une subvention de 20 000 francs par an, à payer chaque trimestre à Paraná. Le cargo qui arrive transporte une copie conforme du contrat. Cette subvention se réduira à mesure que les autres ministres de l’Amérique résidant à Paris prendront part au soutien officiel donné à ce quotidien, dont les membres vont se mettre au service de l’Amérique, en chargeant des écrivains de premier ordre de sa rédaction.12 »

15De toutes les missions dont le ministre plénipotentiaire Juan Bautista Alberdi fut chargé, celle qui lui tint le plus à cœur était d’obtenir la reconnaissance de l’indépendance argentine par l’Espagne, l’ancienne métropole ayant déjà reconnu celle d’autres pays de son ancien empire. La reconnaissance de l’indépendance argentine apparaissait comme une condition nécessaire, sans laquelle la Confédération argentine ne pouvait s’affirmer internationnalement.

  • 13 Historia General de las Relaciones Exteriores de la República Argentina, 14 volumes, Grupo Editor (...)
  • 14 Nous parlons de première défaite parce que nous ne pensons pas que son exil anti-rosiste ait été l (...)

16En 1857, Alberdi embarqua à Marseille en direction de l’Espagne où il obtint rapidement un succès diplomatique incontestable : le traité par lequel l’Espagne reconnaissait l’indépendance et la souveraineté argentines, signé le 29 avril 1857. Cependant, les autorités de la Confédération argentine refusèrent ce traité : cela met en évidence la différence abyssale entre la conception des affaires étrangères du diplomate chevronné et celle du gouvernement qu’il représentait. Cet épisode est qualifié dans le principal – en réalité le seul – manuel encyclopédique, Histoire générale des relations extérieures de la République argentine, dirigé par Carlos Escudé et Andrés Cisneros13, comme la « grande erreur politique d’Alberdi ». Nous ne partageons pas cet avis : il ne s’agit pas d’une erreur politique, mais de sa première défaite politique14 et la différence n’est pas uniquement sémantique. Il est nécessaire de rappeler les circonstances historiques de la signature de ce traité : l’Argentine était la seule ex-colonie à n’avoir pas encore été reconnue comme nation indépendante par la couronne espagnole. Il s’agissait d’une anomalie et d’un handicap auxquels le ministre plénipotentiaire Juan Bautista Alberdi se devait de mettre fin. Le traité, comprenant seulement onze articles, commençait ainsi :

« Sa Majesté catholique reconnaît comme nation libre, souveraine et indépendante la République ou Confédération argentine composée de toutes les provinces mentionnées dans sa Constitution fédérale en vigueur et des territoires supplémentaires qui lui appartiennent légitimement ou lui appartiendront à l’avenir ; et au moyen des facultés en son pouvoir à travers le décret du royaume du 4 décembre 1836, elle renonce de façon absolue et éternelle, elle et ses successeurs, à la souveraineté, aux droits et aux actions qui lui correspondaient sur les territoires de la république ci-dessus évoquée. »

17Les deux articles qui entraînèrent le refus du gouvernement de Paraná étaient le n° 4 relatif à la reconnaissance de la dette contractée par la République argentine et le n° 7 relatif aux enfants d’Espagnols nés sur le territoire argentin : ils auraient la nationalité de leurs parents jusqu’à la majorité, âge auquel ils auraient le droit de choisir entre la nationalité espagnole ou l’argentine.

18Le refus du gouvernement de Paraná d’adopter le traité est un sérieux revers pour les conceptions diplomatiques d’Alberdi mais aussi pour son rôle concret de diplomate et de négociateur. Il s’ensuivit une tentative obstinée de sa part de sauver l’essentiel du traité, la reconnaissance de l’indépendance argentine, moyennant une campagne acharnée et un travail d’élucidation (nombreuses lettres et rapports destinés à convaincre ses compatriotes et les dirigeants du pays du bien-fondé de ses actions). Pendant deux longues années, Alberdi concentra ses efforts sur la résolution de ce problème, et parvint finalement à négocier un nouveau traité avec l’Espagne en août 1859. Il obtint l’accord de l’ancienne métropole pour l’antidater du 9 juillet, en l’honneur de la date de la déclaration d’Indépendance argentine lors du congrès de Tucumán en 1816. Il ne s’agissait pas d’un quelconque fétichisme envers le calendrier patriotique, mais de l’importance fondamentale qu’il attribuait à cette datation historique de rupture avec l’ordre colonial :

  • 15 « Carta a su Excelencia el Señor Doctor D. Luis José de la Peña, Ministro de Relaciones Exteriores (...)

« Ce traité met fin à la guerre d’Indépendance et parachève la révolution de Mai de 1810. Les rois d’Espagne cèdent et transmettent par ce biais leurs anciens droits sur le sol argentin au gouvernement de la Confédération […] Notre gouvernement argentin, qui jusqu’à présent a été un pouvoir fondé sur la victoire et sur le droit naturel, obtient de plus par ce traité l’autorité et la ratification du droit traditionnel, et sa légitimité en est ainsi formalisée et aussi bien établie que celle des gouvernements américains des États-Unis, du Brésil, du Chili, du Venezuela, de l’Équateur, du Mexique, etc., qui prirent soin d’obtenir cette reconnaissance à travers le même genre de traité, auprès de leurs anciennes métropoles. Les conditions selon lesquelles l’Espagne renonce en faveur du gouvernement de la Confédération argentine à ses anciens droits et privilèges sur le territoire argentin sont les mêmes que dans tous les traités signés jusqu’à présent avec les autres républiques de l’Amérique hispanique […] Et j’ai accepté que la dette reconnue de la Confédération soit celle du Trésor de nos provinces à la date du 25 mai 1810, moment où les autorités espagnoles quittèrent le territoire […] Nous avons obtenu beaucoup en faisant figurer dans le traité cette date importante de notre histoire. Cette date est accompagnée dans le traité d’une autre date tout aussi importante, celle du 9 juillet. Ceci a pour conséquence que la République argentine est reconnue comme le plus ancien des nouveaux États de l’Amérique méridionale : aucun autre traité ne considère l’année 1810 comme le point de départ d’un territoire libéré des autorités espagnoles. Ainsi l’Espagne elle-même nous reconnaît l’initiative de cette gloire américaine.15 »

19Quant à l’article le plus polémique du traité de 1857, le n° 7, relatif à la nationalité des enfants de parents espagnols nés en Argentine, et des enfants de parents argentins nés en Espagne, Alberdi considère que les souhaits du gouvernement argentin ont été satisfaits par la référence explicite à sa loi de citoyenneté du 7 octobre 1857. Sauvegarder et laisser sur pied les institutions respectives des deux pays en cette matière était tout ce que pouvaient faire dans un traité deux gouvernements qui n’avaient ni la faculté d’annuler, ni celle d’imposer leurs lois fondamentales sur le territoire de l’autre. Ce compromis laissait aux travaux ultérieurs de la diplomatie le soin d’établir progressivement une jurisprudence.

20Or, le traité de 1859 avec l’Espagne ne fut pas non plus adopté par l’Argentine. C’est Mariano Balcarce, l’ambassadeur nommé par Mitre, suite à la destitution d’Alberdi, qui eut finalement l’honneur d’obtenir l’adoption du traité par les deux parties, n’ayant qu’à négocier une nouvelle modification mineure de l’article n° 7. Finalement, le traité définitif du 21 septembre 1863, adopté par les deux parties le 27 juin 1866, fait mention du traité précédent signé le 9 juillet 1859 par Alberdi, mais souligne que le rétablissement de l’unité argentine avec la réincorporation de la province de Buenos Aires rend nécessaire la modification de l’article n° 7. Les deux pays s’accordent pour déterminer la nationalité des Espagnols et des Argentins, respectant les dispositions établies par la Constitution et les lois de chacun. En fait, il s’agit de la même solution proposée en 1859 par le traité qu’Alberdi avait signé. La difficulté n’était pas d’ordre diplomatique, mais relevait de la politique intérieure argentine.

21Alberdi fit pour la première fois l’expérience amère de l’échec. Il comprit que son mandat diplomatique serait sans cesse entravé par son propre gouvernement. Il faut préciser que, pendant les sept années de son exercice en France, il eut comme interlocuteur six ministres argentins des Affaires étrangères, soit presque un par an. Alberdi constata avec amertume que la politique factieuse argentine n’avait pas pris fin avec la chute de Rosas : au sein du gouvernement d’Urquiza, où il comptait de nombreux amis, se trouvaient aussi quelques féroces ennemis, qui craignaient tout particulièrement son prestige et voyaient en lui un candidat potentiel à la présidence ou à la vice-présidence de la Confédération argentine. L’un de ses ennemis était le vice-président de la Confédération argentine, Salvador María del Carril (1798-1883) :

  • 16 Extrait de la lettre d’Alberdi au président de la Confédération argentine, capitaine général don J (...)

« M. del Carril a condamné mon voyage en Espagne avant d’en connaître le résultat […] Lorsque j’ai prévenu depuis Madrid que l’indépendance argentine avait été reconnue, tout le monde m’a complimenté depuis Paraná, sauf lui : on n’y connaissait pas encore les termes du traité. Un journal qui le soutient à Buenos Aires, El Orden, m’a insulté au lieu de me complimenter pour avoir obtenu cette reconnaissance. La condamnation tacite de M. del Carril est devenue publique, comme on pouvait s’y attendre, depuis qu’il est au fait du traité. Les raisons invoquées pour son refus me le confirment pleinement, il s’agit d’un tissu de mensonges et de prétexte puérils16. »

22Alberdi revendiqua le traité de 1859 avec des arguments intellectuels solides, mais son échec politique – et non pas son erreur politique – était désormais inéluctable. Son action fut guidée par le besoin d’obtenir la reconnaissance de l’indépendance argentine, avec pour corollaire la légitimité du Président constitutionnel de la Confédération argentine. Sa vision des relations internationales et de la diplomatie était pragmatique, et même s’il était sensible aux signes de reconnaissance symboliques – les dates par exemple –, il considèrait que l’art premier de la diplomatie était de savoir saisir les circonstances historiques pour faire avancer une cause. Pour lui, le « tact politique » était plus important que les déclarations grandiloquentes, ce qui l’amenait à soulever l’éternelle question des fins et des moyens. Il faisait ainsi remarquer que, sans pragmatisme ni sens de l’opportunité, la capitulation des vice-rois espagnols en 1810 n’aurait même pas eu lieu :

  • 17 Lettre d’Alberdi à Luis José de la Peña, ministre des Affaires étrangères de la Confédération arge (...)

« Tout comme une loi, un traité vaut moins par les mots de son texte que par sa jurisprudence ou son application pratique. Le talent et la science de son interprétation et de son application, voilà l’essentiel […] En nous arrêtant à des détails d’intérêt secondaire et subalterne, nous donnons la preuve que nous avons oublié le tact politique des hommes de 1810, qui acceptaient les actes les plus condamnables, car ils savaient y voir les moyens nécessaires d’arriver plus facilement à une grande fin politique. Si une telle stratégie n’avait pas été utilisée, le traité du 25 mai 1810 dans lequel il est juré une adhésion éternelle à Ferdinand VII aurait-il jamais été signé ? Les capitulations avec Elío et Vigodet auraientelles été signées ?17 »

23Quant aux objections à l’article n° 7 du traité, relatif à la nationalité, il est difficile de ne pas donner raison aux arguments d’Alberdi. Chacune des pages qu’il écrivit sur les avantages et les inconvénients d’adopter soit le modèle de nationalité imposée soit le modèle de nationalité optionnelle est remplie de bon sens et de lucidité. En expliquant que la question de la citoyenneté fut toujours pour Buenos Aires un simple problème de recrutement militaire, il soulignait un aspect qui avait déjà suscité un bon nombre de conflits entre le général Rosas et les nations étrangères. Alberdi dénonça le fait que Buenos Aires préfèra la loi qui lui fournissait des citoyens soldats à celle qui lui aurait fourni des colons. Au lieu d’une loi de citoyenneté conçue pour obtenir des bras pour la guerre, il en réclamait une capable de fournir des bras pour l’industrie. En se référant à la Constitution de 1853, dont il se sentait manifestement le père, il soulignait que, même réformée en 1857, elle était conçue pour attirer l’immigration européenne. Dans ces analyses il y a aussi des affirmations clairvoyantes concernant l’avenir de l’Argentine comme terre d’immigration :

  • 18 Obras completas, tome VI, p. 255.

« Il est possible qu’à la première guerre continentale qui éclate en Europe (tant que continue celle qui déchire les États-Unis), les émigrations européennes se multiplient au Plata et donnent à ce pays six millions d’habitants en huit ou dix ans. Cette éventualité vous effraie-t-elle ? Vous ne pourrez cependant l’éviter. La Constitution appelle les étrangers et ne veut pas limiter leur entrée. Le droit à la citoyenneté attire quand il permet d’obtenir honneur et protection partout dans le monde, mais il repousse quand il constitue une obligation, un devoir sans compensation équivalente.18 »

24On sait que le jus soli s’est finalement imposé dans l’histoire argentine, et que l’arrivée massive d’étrangers prédite par Alberdi s’en accommoda avec quelques tensions et contradictions jusqu’à aujourd’hui. Ce thème sensible mériterait un développement et une réflexion qui nous éloigneraient trop de notre propos sur l’exercice diplomatique d’Alberdi. Nous voulons néanmoins souligner qu’encore aujourd’hui, sa vision de la nationalité et de la citoyenneté nous interpelle, comme sur beaucoup d’autres thèmes : son œuvre touche à des thèmes fondamentaux de la vie collective qui sont loin d’être passés de mode, et encore moins résolus.

25Bien évidemment, en luttant pour obtenir la citoyenneté ou la naturalisation facultative, Alberdi était cohérent avec sa pensée libérale. Il déclara par ailleurs que les lois fixant la nationalité en fonction du lieu de naissance étaient médiévales, qui ne correspondaient pas à la modernité et aux lois en vigueur dans la plupart des pays civilisés. Dans une lettre au général Urquiza du 7 décembre 1857, Alberdi analysait et dénonçait les raisons de la campagne menée contre le traité et contre lui-même, et lui demandait son appui politique pour la ratification du traité avec l’Espagne. Il menaçait de ne plus soutenir le gouvernement si sa demande n’était pas acceptée. Mais la situation ne fit que se dégrader dans la Confédération argentine pour devenir chaotique : le gouvernement de Paraná, dont les finances faiblissaient, n’arrivait pas à imposer ses choix d’union nationale face à la riche et séparatiste province de Buenos Aires. Le pouvoir d’Alberdi en tant que ministre plénipotentiaire déclinait simultanément. La conception moderne d’Alberdi du droit international et de la diplomatie entrait en conflit avec la dure réalité politique : la situation interne du pays et du gouvernement qui lui donna son mandat.

26Malgré ses analyses intellectuelles solides et bien documentées sur ce point et sur d’autres, et malgré ses talents de négociateur, de diplomate averti et efficace, le contexte historique dépréciait et freinait son travail de représentation. La politique internationale de l’Argentine ne se situait pas dans les nobles hauteurs des principes juridiques, mais se définissait dans les méandres et les manœuvres des luttes internes qui déterminèrent le destin politique d’Alberdi. Quant à sa mission diplomatique, il n’a commis aucune erreur politique ni de jugement. Il avait compris les besoins et les priorités de l’Argentine au niveau international, mais il avait peut-être sous-estimé le caractère factieux des disputes politiques internes. À partir des aléas rencontrés lors du traité avec l’Espagne, les événements se précipitent sans qu’Alberdi ne parvienne à faire accepter sa démission. On lui propose à deux occasions le ministère des Finances de la Confédération argentine, qu’il refuse à chaque fois.

  • 19 Alberdi répond par une lettre datée de Paris, le 24 mai 1862 : « Très rapidement M. le ministre, j (...)
  • 20 Et toujours dans la même lettre, datée du 24 mai 1862 : « Je devais abandonner mon poste ? J’ai to (...)
  • 21 Juan Bautista Alberdi, Escritos póstumos, Correspondencia Diplomática, tome XIV, op. cit. p. 382 à (...)
  • 22 Manuel Balcarce (1807-1885), époux de Mercedes Escalada de San Martín, la fille unique du Libertad (...)

27Finalement, en 1862, il fut destitué et remplacé par l’ambassadeur nommé par son grand rival devenu président, Bartolomé Mitre. Nous savons que, pendant les deux dernières années de sa mission en France, la Confédération argentine avait cessé de lui payer son salaire. Or, toutes les lettres de cette époque indiquent son attachement à la légalité. Lorsqu’il reçut le courrier du 14 avril 1862 dans lequel « par ordre du nouveau gouvernement national lui est remise une lettre de démission pour Sa Majesté l’empereur des Français », il réagit avec tout le formalisme et le principe de légalité que les circonstances exigeaient19. Il expliqua la difficulté qui fut la sienne, en tant que diplomate, devant une situation particulière : la chute du gouvernement qui le nomma. Il considérait que son devoir était de rester à son poste, car il prit connaissance de l’existence du nouveau gouvernement argentin précisément par la lettre le destituant20. En faisant une référence plus que pertinente à la notion de continuité de l’État, Alberdi se sortit avec beaucoup de dignité de cette sombre affaire, et, chose importante pour la compréhension historique de ces événements, il fit établir, devant notaire, un inventaire des « archives de la délégation argentine en France21 » relatif à toutes les années de son exercice diplomatique, qu’il remit dans les mains de son successeur Manuel Balcarce22.

28À partir de ce moment-là, Alberdi, choisit de rester en France, et de se consacrer de nouveau à ses activités privées. Les circonstances historiques en décideront autrement.

L’Ambassadeur sans titres officiels ni lettres de créance d’une conscience sud-américaine, (1865-1870)

  • 23 Brochure intitulée Palabras de un ausente en que explica a sus amigos del Plata los motivos de su (...)

« Comme je ne m’étais pas occupé de la politique de mon pays pour en être un employé, et que je n’avais pas été employé parce que je m’en étais occupé, je n’ai pas considéré qu’être libéré de mes obligations soit une raison de m’abstenir d’intervenir dans les grands débats internationaux de mon pays, et j’ai pensé au contraire pouvoir reprendre à mon compte ces paroles d’un Romain : Je n’ai jamais été autant occupé par mon pays que quand j’ai cessé d’être son employé.23 »

  • 24 Les deux versions ont été digitalisées par Google. La version française fut publiée par E. Dentu, (...)
  • 25 Juan Bautista Alberdi, Los intereses argentinos en la Guerra del Paraguay con el Brasil, juillet 1 (...)

29La guerre de la Triple Alliance le poussa à reprendre les activités politiques et diplomatiques. Cette fois-ci, comme il le dit lui-même, elles devenaient son occupation principale, même s’il ne possèdait plus aucun titre officiel pour le faire. Sa première intervention dans le conflit fut ambiguë, car il publia une brochure anonyme, qui parut en français à Paris et en espagnol à Montévidéo en 1865 : Les Dissensions des républiques de la Plata et les machinations du Brésil24. Il n’était pas difficile de reconnaître l’écriture d’Alberdi dans cette brochure anonyme : le style, les idées, les obsessions, tout renvoyait à l’auteur de Bases. Les journaux de Buenos Aires furent les premiers à s’en apercevoir, en particulier la presse qui soutenait le président Bartolomé Mitre. Quatre mois plus tard, en juillet 1865, Alberdi publia une missive25, envoyée en Argentine à plusieurs personnalités, en vue d’éclaircir ce qui avait pu prêter à confusion : le caractère anonyme de la brochure.

  • 26 Juan Bautista Alberdi, Obras completas, tome. VI, op. cit., p. 357 - 358.

« Plusieurs de mes amis connaissaient déjà mes opinions en faveur du Paraguay dans la guerre que lui font le Brésil et les instruments du Brésil. Il s’agit simplement de l’application logique de mes idées à ce que l’on peut appeler une nouvelle dimension de la vieille question qui oppose les provinces argentines et Buenos Aires. Je n’ai ici rien exprimé de nouveau, car le sort du Paraguay fut toujours parallèle dans ces questions au sort des provinces argentines. La contradiction entre les intérêts locaux de Buenos Aires et ceux du Paraguay n’est pas un hasard récent, elle est aussi âgée que la révolution de ces pays contre l’Espagne, elle est exactement identique à celle qui a toujours opposé Buenos Aires et les provinces littorales pour les mêmes raisons : la libre circulation et la relation commerciale directe avec le monde entier que l’on se dispute toujours là-bas, car c’est la principale source de richesses, la rente publique et le Trésor public […] Mes idées étaient publiques, et je me suis abstenu de leur donner mon nom pour ne pas contrarier mes amis, qui ne partageaient pas mon avis sur la question du Paraguay [...] Que la brochure évoquée soit écrite par moi ou non est une question sans importance, étant donné que toutes les idées qu’elle contient m’appartiennent. Le problème n’est pas la brochure : ce sont des idées que l’on me connaissait bien avant que la brochure soit imprimée... J’adhère à ces idées depuis de nombreuses années26 ».

30Sa position pendant le conflit, la publication de la brochure anonyme et la diffusion de ces lettres lui valurent une accusation de traîtrise de la part de Mitre puis de Sarmiento, ses deux adversaires intellectuels et politiques, devenus successivement présidents de l’Argentine. Ce à quoi Alberdi répondit de façon simple, mais catégorique : s’allier avec l’étranger ne signifiait pas trahir sa patrie.

« Engagé depuis l’enfance dans les combats libéraux de mon pays, j’ai compris le patriotisme comme le comprend notre Constitution, né de l’alliance victorieuse avec l’étranger contre le pouvoir de nature monarchique de Rosas, qui accusait de traîtrise les auteurs de cette alliance. »

31Il est vrai que toute la tradition libérale argentine prétendit que contre un gouvernement dictatorial, il était légitime de faire appel à une aide étrangère. Cette tradition historique, qui trouvait son fondement dans la lutte anti-rosiste (les opposants à Rosas avaient reçu à différentes reprises le soutien de la France, de l’Angleterre ou du Brésil) n’était pas nécessairement au désavantage d’Alberdi dans ce débat. Une longue pratique politique argentine fera ultérieurement honneur à cette tradition, en particulier lors de la dernière dictature militaire (1976-1983), quand les militants des droits de l’homme en appellent à toutes les instances internationales étrangères pour dénoncer et affaiblir le gouvernement des généraux. Toutefois, il ne faudrait pas sous-estimer ou relativiser le terrible poids de cette accusation de trahison, de vendu à la solde de l’étranger, qui poursuivra Alberdi même après sa mort.

  • 27 Dans cette bibliographie immense, un des travaux les plus stimulants vient d’être réalisé dans une (...)

32La guerre de la Triple Alliance concerna les quatre pays qui forment aujourd’hui le Mercosur. Elle fut la plus cruelle et la plus dévastatrice de toutes les guerres qui eurent lieu sur le territoire sud-américain. Considérée à juste titre comme une des premières guerres totales modernes, elle eut des conséquences terrifiantes. Le Paraguay perdit 40 % de son territoire et deux tiers de sa population, dont 80 % de ses hommes en âge de porter les armes, c’est-à-dire de dix ans et plus. Ces pertes furent si grandes que le Paraguay fut considéré après la guerre comme un pays de femmes. La bibliographie sur la guerre de la Triple Alliance est très vaste en raison des différentes perspectives nationales des pays impliqués dans le conflit : le Paraguay, le Brésil, l’Argentine et l’Uruguay, mais aussi l’Angleterre et les États-Unis (qui tentèrent d’agir en médiateur à deux occasions). Beaucoup de recherches restent pourtant encore à faire, et cet épisode sanglant, constitutif des pays du bassin du Plata, mérite encore l’attention des nouvelles générations qui s’engagent dans le domaine historiographique27.

  • 28 « Voici une tendance constante chez Alberdi : celle de lever le voile sur une vie politique dont l (...)

33Alberdi ne se limita pas à être un observateur engagé et un analyste lucide de ce conflit sanglant contre la république du Paraguay. Il fut le premier propagandiste qui sut dénoncer en Europe les raisons fondamentales de cette guerre. « Lever le voile28 » des apparences, s’éloigner des prétextes puérils des uns et des autres, dénoncer le caractère de guerre civile de ce conflit, expliquer les raisons géopolitiques qui l’ont motivé, n’était à la portée d’aucun spécialiste européen. Alberdi réussit à le faire et parvint à convaincre, en exerçant une influence notoire sur de nombreux intellectuels d’Amérique latine et d’Europe dont les trajectoires politiques n’étaient pas nécessairement convergentes.

  • 29 Nous renvoyons tout particulièrement aux trois numéros de la revue Hérodote, fondée par Yves Lacos (...)
  • 30 Dans les archives Alberdi de la Fondation Furt sont encore conservées trois lettres de Fuseo Reclu (...)

34Au fur et à mesure de la rédaction de ces ouvrages, à la chaleur du débat engendré dans un cercle d’intellectuels, français et latino-américains, regroupés autour de cette opposition à la guerre contre le Paraguay, la vision d’Alberdi se radicalise. L’un de ses camarades de propagande antimilitariste fut même le jeune Elisée Reclus, le géographe anarchiste, défenseur de la Commune de Paris, prisonnier puis exilé, dont l’œuvre fait actuellement l’objet de nombreuses recherches29. La relation entre Alberdi et Reclus naquit grâce à l’un des frère de celui-ci30, qui traduisit en français plusieurs articles d’Alberdi.

  • 31 Juan Carlos Gómez et Bartolomé Mitre, Cartas polémicas sobre la Guerra al Paraguay, Buenos Aires, (...)
  • 32 Elisée Reclus publie quatre articles sur la guerre du Paraguay dans La Revue de Deux Mondes entre (...)

35La guerre du Paraguay fut également très critiquée en Argentine et plusieurs journalistes et intellectuels la dénoncèrent (José Hernández, l’auteur du Martín Fierro, le poète Guido y Spano, et même Juan Carlos Gómez31). Mais la dénonciation qu’en fait Alberdi possède un caractère particulier : elle est à contre-courant de l’opinion publique européenne, qui a facilement pris parti contre un pays inconnu et peu apprécié par les paladins de la civilisation, qui se sont rapidement prononcés en faveur du Brésil, de l’Argentine et de l’Uruguay. Alberdi se servait de son expérience dans le domaine de la presse militante antirosiste pour provoquer un retournement important et obtenir l’adhésion des sensibilités politiques les plus contestataires de la pensée française. Le cas du géographe anarchiste Elisée Reclus32 n’est pas isolé : autour des réunions de la Société de géographie de Paris, ces débats s’amplifient, avec un écho particulier auprès des intellectuels contestataires et des républicains.

  • 33 La publication de Epistolario inédito, 1864-1883, Juan Bautista Alberdi – Gregorio Benites, grâce (...)
  • 34 Notamment la collaboration de jeunes journalistes brillants et inquiets, s’opposant à la restricti (...)

36Pendant cette période, Alberdi se lie d’amitié avec un jeune Paraguayen chargé de la représentation de son pays en France33, Gregorio Benites, qui recommanda à Alberdi les services de Fuseo Reclus pour la traduction. En réalité, Gregorio Benites, plus jeune et moins expérimenté qu’Alberdi, prit appui sur le prestige de son maître argentin et sur le réseau social qu’il avait su constituer pendant les sept années de sa vie diplomatique officielle34. Dans les six œuvres qu’Alberdi écrivit et publia à Paris pendant le conflit, une structure interprétative se déploie, d’une rigueur argumentative et d’une cohérence qui en feront une des interprétations les plus populaires parmi toutes celles qui tentèrent de mettre à nu le caractère réactionnaire et rétrograde de la cause de la Triple Alliance.

37Dans Disensiones de las Repúblicas del Plata y las maquinaciones del Brasil, Alberdi met en place une explication historique raisonnée et plausible des besoins d’expansion du Brésil, « une dispute qui, sous d’autres appellations et prétextes, compte déjà plusieurs siècles » :

« Le problème brésilien n’est pas la forme du gouvernement, ni la race, ni la nationalité, il ne s’agit pas d’un problème politique et encore moins de personnes, il s’agit d’un problème de sécurité et de subsistance. Le Brésil a besoin de sortir de la zone torride dans laquelle se trouve la quasi-totalité de son territoire. Et pour chercher des territoires plus tempérés, il ne peut se diriger que vers le sud. Bien que le Brésil dispose de sept millions d’habitants, c’est un pays relativement désert. Le Brésil doit cette nouvelle vague de famine à la soif de bénéfices de ses grands propriétaires terriens [...] Au lieu de consacrer une partie de la terre à la culture de céréales et de bétail, ils destinent l’ensemble des terres à la production de sucre, de tabac, de café et de thé, ce qui les enrichit sur le dos du peuple travailleur qui meurt de faim [...] Cette culture du luxe pour certains, et de la ruine pour la majorité rend le Brésil tributaire de l’Uruguay, son grenier et magasin de vivres. »

38En juillet de l’année 1865, dans la brochure Los intereses Argentinos en la guerra del Paraguay con el Brasil, carta dirigida por J.B. Alberdi a sus amigos y compatriotas, Alberdi affirme :

« Mes idées favorables au Paraguay n’étaient que l’application logique de mes idées déjà connues sur ce que l’on peut appeler un nouvel aspect de la vieille problématique qui éloigne les provinces argentines de Buenos Aires. »

39En février 1866, Alberdi publie La crisis de 1866 y los efectos de la guerra de los aliados en el orden económico y político de las Repúblicas del Plata, et en avril de la même année, il fait connaître le Tratado de la Alianza contra el Paraguay avec une note critique où il démontre par des arguments imparables que l’objectif des alliés est de se partager le territoire du Paraguay. Cette réflexion se poursuit dans Las dos guerras del Plata y su filiación, publié en 1867. La série prend fin avec son œuvre la plus radicale, El Imperio del Brasil ante la democracia en América, publiée en 1869. Il est très intéressant de souligner que la version française, que l’on attribue généralement à Elisée Reclus (alors que ce n’est en réalité que l’œuvre d’Alberdi traduite en français par son frère Fuseo Reclus), possède un titre où s’affiche une vision plus radicale encore que la version en espagnol au titre plus neutre (Reconstruction territoriale et dynastique de l’empire du Brésil et déclin des républiques américaines).

  • 35 Dans la valise diplomatique réquisitionnée par les autorités argentines se trouvait une lettre dan (...)

40Nous ne nous attarderons pas sur les accusations formulées à l’encontre d’Alberdi pendant ces années, le dénonçant comme un traître vendu à la solde de l’étranger, et nous n’aborderons pas non plus les détails de l’incident de la valise diplomatique envoyée par la légation du Paraguay en France au président Solano López qui ne parvint jamais à son destinataire et fut réquisitionnée par les autorités de Buenos Aires. C’est un épisode historique connu35, et la correspondance publiée entre Alberdi et Benites rend justice à Alberdi en rétablissant la vérité. Nous souhaitons en revanche souligner la haine posthume de Sarmiento lorsqu’il publia la lettre « prouvant » la trahison d’Alberdi, deux ans après la mort de son ancien rival, dans le journal El Censor de Buenos Aires en 1886. En effet, Sarmiento revint à la charge en exhumant cette célèbre et anodine lettre pour s’opposer au projet de loi visant à la publication des Obras completas d’Alberdi que le gouvernement de Roca adressait pour la deuxième fois au parlement. Cet acte sans grandeur met en évidence le caractère envenimé et factieux de la vie politique argentine, aspect qui ne cessera de croître au rythme des nouveaux événements politiques du XXe siècle.

41Il nous semble intéressant de souligner les arguments forts d’Alberdi pendant cette époque et de mettre en relief le fait qu’il s’agissait d’un des moments-clés de sa pensée politique. Quand les rapports avec le gouvernement de son pays ne sont plus officiels, ses analyses se font plus libres, plus larges, et s’éloignent davantage du seul intérêt national de l’Argentine. Nous savons que le dépassement des nationalismes et l’émergence d’une conscience sud-américaine, dont Alberdi se fit le porte-parole à cette époque-là en dénonçant la guerre contre le Paraguay, ne l’emportèrent guère, ni en 1870, ni plus tard. Son échec politique n’amoindrit pas la valeur de la proposition, au point que ces idées dessinent encore un programme d’intégration régionale souhaitable et souhaitée, et que dans le cadre de la nouvelle configuration des pays latino-américains, en ce moment important de débats autour du bicentenaire des indépendances, beaucoup de propositions d’Alberdi restent d’actualité.

  • 36 Pour une compréhension du « révisionnisme historique » en Argentine, nous renvoyons à notre livre (...)

42Le triomphe des idées d’Alberdi se fera plus tard, sur le terrain particulièrement sinueux de l’historiographie argentine. Un secteur du courant révisionniste argentin36 adoptera le regard alberdien dans l’interprétation de la guerre du Paraguay et des soulèvements des derniers caudillos de la montonera argentine (Chacho Peñaloza et Felipe Varela). Le fait que le deuxième gouvernement de Perón rende en 1954 les trophées de la guerre du Paraguay au président du Paraguay, le dictateur Stroesner, fut un moment intense de réactivation du débat politique et historique. Sans avoir pu l’imaginer, Alberdi devint populaire non seulement dans les secteurs éclairés de la gauche argentine (pour son pacifisme et son livre El crimen de la guerra), mais aussi chez les plus rudimentaires sympathisants du général Perón.

Un géopoliticien fin et lucide ou un apologiste naïf de la mondialisation ?

  • 37 Juan Bautista Alberdi, El crimen de la guerra, publié pour la première fois en 1895, en tant que d (...)

43Alberdi se sentait-il à l’étroit dans sa patrie ? Ou plutôt la petite patrie argentine était-elle devenue étroite pour ses convictions et pour ses ambitions ? Bien que le concept économie monde n’apparaît jamais sous sa plume, Alberdi développe celui d’un peuple monde dans le texte qu’il destinait au concours organisé en 1869 par la Ligue internationale et permanente de la paix, dont le siège se trouvait à Paris. Le prix de cinq mille francs devait être décerné, en 1870, au meilleur ouvrage sur le thème « Le crime de la guerre dénoncé à l’humanité ». Ironie du destin, ce concours fut finalement suspendu par la guerre elle-même. Ironie du destin encore, le manuscrit inachevé d’Alberdi, El crimen de la guerra, publié à titre posthume connut un succès considérable37.

  • 38 Juan Bautista Alberdi, El crimen de la guerra, Edición crítico-genética y estudio preliminar de El (...)

44Tous les efforts intellectuels pour s’opposer à la guerre amènent Alberdi à concevoir un monde d’interdépendances économiques, qui permettrait alors l’essor d’un peuple monde, ayant inéluctablement besoin d’un droit international ou d’un code de civilité : « Une société des nations qui n’est pas encore constituée, mais en formation, et qui est le sens ultime de la vie sociale et collective dont le premier degré est la famille et le dernier l’humanité »38. Probablement, toujours selon son manuscrit inachevé, cette internationalisation inéluctable passera par des phases d’unité régionale, voire continentale. Avant que le monde n’arrive à former une seule et vaste association, il serait naturel qu’il s’organise en autant de grandes sections unitaires, comme les continents :

  • 39 Ibid., p. 213 et p. 245-246.

« L’idée du monde-uni ou de peuple-monde devrait été précédée par l’idée de l’Union européenne ou des États Unis de l’Europe, et de l’autre côté de l’océan Atlantique de l’Union américaine.39 »

45Ce qui est certain pour Alberdi, c’est que la mondialisation constitue la destinée logique de la démocratie moderne :

  • 40 Ibid., p. 180-181.

« La grande étape de la démocratie moderne est la démocratie internationale, l’avènement du monde au gouvernement du monde, la souveraineté du peuple-monde comme garantie de la souveraineté nationale […] L’idée de la patrie n’exclut pas celle du peuple-monde, celle du genre humain formant une seule société supérieure et complémentaire des autres.40 »

46Pour établir la paix entre les nations, le remède principal serait la plus complète liberté de commerce. Le credo libéral d’Alberdi va jusqu’à expliquer qu’il est pervers de solliciter la protection de l’État pour éviter la concurrence commerciale ou industrielle. Ses idées avancées sur la justice internationale, avec sa proposition de création d’une Cour internationale d’arbitrage pour les conflits entre États, s’accompagnent d’une foi inébranlable dans les vertus du libre-échange.

47Sans tomber dans l’anachronisme, étant donné que nous parlons du XIXe siècle, nous pouvons dire que la vision alberdienne de la citoyenneté, des relations économiques et des relations internationales est celle d’un propagandiste convaincu des bénéfices de la mondialisation. Plus encore, on peut voir en Alberdi non seulement le précurseur du pacifisme sud-américain, mais aussi celui d’une mondialisation asymétrique et inéluctable. Si le progrès peut, parfois, engendrer aussi la barbarie (voir ses commentaires horrifiés sur la Commune de Paris ou sur les effets néfastes d’une immigration non épurée qui conduit en Argentine les éléments les plus retardés de l’Europe), la conviction matérialiste des bienfaits du progrès et de la civilisation, uniques ressorts sur lesquels s’appuyer pour vaincre le retard de ce que l’on appellerait aujourd’hui les pays émergents, ne fut jamais remise en question sous la plume d’Alberdi.

  • 41 « La machine à vapeur n’a pas seulement supprimé la terre en tant qu’espace, mais aussi la mer. Co (...)

48Au contraire, il observait avec satisfaction l’accomplissement de son programme et de ses « prophéties » et gardait confiance dans la validité et la pertinence de ses analyses géopolitiques. En relisant Alberdi aujourd’hui, plus d’un siècle et demi après, ses arguments continuent d’exercer un pouvoir de séduction, même si nous ne partageons pas toutes ses analyses. Son écriture est lucide et parfois captivante. Ses théories sur le déterminisme géographique et ses analyses sur le besoin de faire intervenir la volonté politique des acteurs pour corriger les inconvénients d’une situation objective donnée font de lui un penseur moderne et un précurseur de la géopolitique. En même temps, Alberdi est un homme de son temps, avec les limitations de son époque, sur bon nombre de thèmes. Il ne peut imaginer d’autre voie de développement pour les pays sud-américains que celle qui proviendrait des échanges avec l’Europe et les pays que nous appelons aujourd’hui développés. Dans sa conviction absolue concernant les bienfaits du progrès, Alberdi n’imagine pas une seconde que la mondialisation puisse comporter des tensions, des conflits, des guerres encore plus atroces que celles qu’il a connues, voire même des désastres écologiques. Il se voit comme un citoyen éclairé de ce peuple-monde qu’il invoque, il peut imaginer les progrès technologiques à venir au point de penser que la révolution des transports ne se limitera pas à la terre et à la mer et d’évoquer presque les bienfaits du transport aérien41.

49Si nous pouvons vérifier aujourd’hui le caractère précurseur de beaucoup de ses idées et propositions, il est légitime de souligner également les limites de sa pensée, voire même ses contradictions ou ses insuffisances. Nous n’avons pas relu Alberdi pour faire son apologie, mais pour mieux comprendre, à partir de l’un des penseurs les plus lucides de l’intelligentsia argentine, les difficultés parfois insolubles d’un processus historique aussi complexe que celui de l’avènement des nations indépendantes en Amérique latine.

Notes

1 Auparavant, en 1852, immédiatement après la bataille de Caseros, Alberdi avait été nommé par le général Urquiza « Chargé d’affaires » au Chili, pays où il résidait depuis 1844.

2 Lors de ce voyage initiatique, habituel chez les élites latino-américaines, il visite Gênes, Turin, Genève, Paris et Le Havre (juin-décembre 1843). Alberdi prit le train pour la première fois en France, afin de rendre visite au général San Martín dans sa résidence en banlieue parisienne.

3 Juan María Gutiérrez (1809-1878), le meilleur ami d’Alberdi et son plus fidèle complice intellectuel, ministre des Affaires étrangères du président Urquiza et membre de l’assemblée constituante qui adopta la Constitution de 1853. Probablement, la nomination diplomatique d’Alberdi fut proposée par son ami Gutiérrez et acceptée de bon gré par le général Urquiza, à cause de la solide réputation intellectuelle dont l’auteur des Bases jouissait déjà.

4 Cf. « Memoria en que el Ministro de la Confederación Argentina en las Cortes de Inglaterra, Francia y España da cuenta a su gobierno de los trabajos de su misión, desde 1855 hasta 1860, con ocasión de la renuncia que hace a todos sus empleos », publiée à Paris le 1er février 1860 et réimprimée dans le tome VI de ses Obras completas, Imprenta La Tribuna Nacional, Buenos Aires, 1886, p. 5 à 151.

5 Par courrier du 14 avril 1862, le ministre des Affaires étrangères Eduardo Costa informe Alberdi que « par ordre du nouveau gouvernement national et par les décrets mettant fin aux missions des agents diplomatiques accrédités par le gouvernement antérieur, on lui remet une lettre de démission pour être présentée à Sa Majesté l’empereur des Français ».

6 Memoria en que el Ministro de la Confederación Argentina… in Obras completas, tome VI, op. cit., p. 7.

7 En effet, Alberdi obtient que la plupart des représentants des gouvernements européens quittent Buenos Aires et s’installent à Paraná, siège du nouveau pouvoir exécutif après la sécession de la province portègne.

8 De la integridad nacional de la República Argentina bajo todos sus sistemas de gobierno, Valparaíso, 1855, œuvre réimprimée en France en 1856 et incorporée dans le volume II de l’Organización de la Confederación Argentina.

9 Juan Bautista Alberdi, Mémorandum adressé au Gouvernement de S. M. L’Empereur des Français par le Chargé d’affaires de la Confédération Argentine, le 30 novembre 1855, publié dans le tome VI de ses Obras completas, op. cit., p. 52.

10 Parmi eux, M. Théodore Mannequin, à qui l’on doit la notice nécrologique publiée dans le Journal de la Société des économistes de Paris, après la mort d’Alberdi.

11 En réalité il s’agit du journal L’Étendard, l’écriture d’Alberdi était difficile à déchiffrer et ceux qui ont publié ses Escritos póstumos ont souvent commis ce type d’erreur, surtout lorsque les noms transcrits avaient été écrits par Alberdi directement en français.

12 Lettre d’Alberdi datée du 7 février 1858, adressée à « Monsieur le ministre des Affaires étrangères au Parana », in Escritos póstumos. « Correspondencia diplomática », vol. XIV, Universidad Nacional de Quilmes, 2002, p. 36. Première édition Buenos Aires, 1900.

13 Historia General de las Relaciones Exteriores de la República Argentina, 14 volumes, Grupo Editor Latinoamericano, Galerna, 2000. Réalisée et publiée sous le parrainage du CARI (Conseil argentin des Affaires étrangères), et publié intégralement sur Internet : www.argentina.rree

14 Nous parlons de première défaite parce que nous ne pensons pas que son exil anti-rosiste ait été le résultat d’une « défaite ». S’il est vrai qu’Alberdi eut d’abord l’illusion de pouvoir être entendu par le gouverneur Juan Manuel de Rosas (c’est ce que suggère la dédicace de son Fragmento preliminar al estudio del Derecho), son travail au sein de la communauté argentine exilée en Uruguay (puis au Chili) ressemble plus à une ascension intellectuelle et politique qu’à une défaite.

15 « Carta a su Excelencia el Señor Doctor D. Luis José de la Peña, Ministro de Relaciones Exteriores de la Confederación Argentina », Paris, 7 août 1859, in Juan Bautista Alberdi, Obras completas, tome VI, op. cit., p. 110 à 115.

16 Extrait de la lettre d’Alberdi au président de la Confédération argentine, capitaine général don Justo José de Urquiza, datée du 7 décembre 1857 à Paris et publiée dans Escritos póstumos. Correspondancia diplomática, Universidad Nacional de Quilmes, 2002, vol. XIV, p. 250.

17 Lettre d’Alberdi à Luis José de la Peña, ministre des Affaires étrangères de la Confédération argentine, du 17 août 1859, in Escritos póstumos, Correspondancia diplomática, op. cit., p. 122.

18 Obras completas, tome VI, p. 255.

19 Alberdi répond par une lettre datée de Paris, le 24 mai 1862 : « Très rapidement M. le ministre, je remettrai ce document entre les main du souverain à qui il s’adresse », ajoutant : « Mes idées fort connues concernant la question qui divise notre pays, rendaient incompatible le maintien de mon poste une fois tombé, par la force des armes, le gouvernement qui m’avait confié la mission. » Lettre d’Alberdi au ministre des Affaires étrangères de Mitre, in Escritos póstumos, Memorias y Documentos, tome XV, Universidad Nacional de Quilmes, 2002, p. 89-90.

20 Et toujours dans la même lettre, datée du 24 mai 1862 : « Je devais abandonner mon poste ? J’ai toujours eu conscience de mon statut diplomatique. Malgré la chute du gouvernement de Paraná, j’ai représenté la République argentine, pas une personne ou un gouvernement. Durant les sept ans de ma mission j’ai servi les intérêts de la nation argentine, et son indépendance. Si ma lettre de démission n’a pas précédé votre lettre de destitution c’est parce que la première nouvelle que j’ai de l’existence du nouveau gouvernement c’est précisément la lettre en question », in Escritos póstumos, op. cit., p. 87-89.

21 Juan Bautista Alberdi, Escritos póstumos, Correspondencia Diplomática, tome XIV, op. cit. p. 382 à 386, détail des documents des « archives de l’ancienne légation argentine en Europe de 1854 à 1862 » remis le 20 octobre 1863 à son successeur.

22 Manuel Balcarce (1807-1885), époux de Mercedes Escalada de San Martín, la fille unique du Libertador San Martín, décédé à Boulogne-sur-Mer en 1850.

23 Brochure intitulée Palabras de un ausente en que explica a sus amigos del Plata los motivos de su alejamiento, publiée à Paris en 1874, imprimée chez Pablo Dupont et rééditée dans Obras completas, tome 7, p. 136 - 175.

24 Les deux versions ont été digitalisées par Google. La version française fut publiée par E. Dentu, Libraire Éditeur, Palais-Royal, 15-19 Galerie d’Orléans, la version espagnole, avec le même titre, par Imprenta Tipográfica a Vapor, Calle de las Cámaras 41, Montévidéo. La version espagnole fut rééditée in Juan Bautista Alberdi, Obras completas, tome VI, p. 309 à 356, et datée de Paris, le 1er mars 1865.

25 Juan Bautista Alberdi, Los intereses argentinos en la Guerra del Paraguay con el Brasil, juillet 1865, in Obras completas, tome VI, p. 357 à 360.

26 Juan Bautista Alberdi, Obras completas, tome. VI, op. cit., p. 357 - 358.

27 Dans cette bibliographie immense, un des travaux les plus stimulants vient d’être réalisé dans une université française : la thèse de doctorat de Luc Capdevila, Une guerre totale. Paraguay 1864-1870, Presses universitaires de Rennes, 2007. Cette étude analyse la guerre et la mémoire traumatisante de celle-ci dans la société paraguayenne, et offre de plus une source inédite : la correspondance des consuls de France qui suivirent le conflit depuis Asunción.

28 « Voici une tendance constante chez Alberdi : celle de lever le voile sur une vie politique dont le bruit et la férocité dominent la scène nationale pour découvrir sous un autre angle à la fois la ténacité des conflits et leur absurdité radicale. » Tulio Halperín Donghi, Proyecto y construcción de una Nación (1846-1880), Biblioteca del Pensamiento Argentino, Ariel Historia, 1995, p. 64.

29 Nous renvoyons tout particulièrement aux trois numéros de la revue Hérodote, fondée par Yves Lacoste à Paris : N° 2 « Elisée Reclus, Géographe, Anarchiste », 1976, N° 22 « Elisée Reclus, un géographe libertaire », 1981, et N° 117 « Elisée Reclus », 2005 ainsi qu’aux ouvrages de Joël Cournuault, Elisée Reclus, étonnant géographe, Fanlac, Périgueux, 1999 et Jean-Didier Vincent, Elisée Reclus, géographe, anarchiste, écologiste, Paris, Robert Laffont, 2010.

30 Dans les archives Alberdi de la Fondation Furt sont encore conservées trois lettres de Fuseo Reclus adressées à Alberdi, dans lesquelles il est question de son travail de traduction ; il évoque également le fait que son frère Elisée Reclus a publié dans La Revue Moderne un commentaire élogieux de l’ouvrage d’Alberdi Las disensiones de la Répública del Plata y las maquinaciones del Brasil et qu’il en a envoyé plusieurs copies à des philosophes et des historiens français. Nous n’avons pas trouvé d’autres informations sur ce frère moins connu de la famille Reclus, composée de 14 enfants.

31 Juan Carlos Gómez et Bartolomé Mitre, Cartas polémicas sobre la Guerra al Paraguay, Buenos Aires, Editorial Guarania, 1940.

32 Elisée Reclus publie quatre articles sur la guerre du Paraguay dans La Revue de Deux Mondes entre 1865 et 1869, en plus de l’article déjà cité dans La Revue Moderne. Deux d’entre eux peuvent se consulter facilement car ils ont été digitalisés par Google. Il faut préciser que l’on attribue à Elisée Reclus un texte d’Alberdi dont il fut seulement un commentateur (son frère Fuseo en fut le traducteur) : Projet de reconstruction territoriale et dynastique de l’Empire du Brésil aux Dépens des Républiques Américaines, Paris, Imprimerie A.G. Rochette, 72-80 boulevard Montparnasse, 1869.

33 La publication de Epistolario inédito, 1864-1883, Juan Bautista Alberdi – Gregorio Benites, grâce à un effort commun de l’Academia Paraguaya de la Historia, de l’Universidad Nacional de General San Martín et des archives Alberdi de la Fundación Biblioteca y Archivo Jorge Furt, dans une édition critique d’Elida Lois et de Lucila Pagliai, 3 volumes, Asunción- San Martín, 2006, continue de donner de nouveaux éclairages sur cette période.

34 Notamment la collaboration de jeunes journalistes brillants et inquiets, s’opposant à la restriction de la liberté de la presse sous le second Empire, tels Charles Expilly ou Théodore Mannequin.

35 Dans la valise diplomatique réquisitionnée par les autorités argentines se trouvait une lettre dans laquelle l’ambassadeur Benites expliquait au président Solano López, le soutien qu’Alberdi apportait à la cause paraguayenne. Cf. l’article « Alberdi » de Liliana Brezzo in Epistolario inédito, Juan Bautista Alberdi–Gregorio Benites, op.cit., p. 37-42.

36 Pour une compréhension du « révisionnisme historique » en Argentine, nous renvoyons à notre livre Un nationalisme de déracinés. L’Argentine pays malade de sa mémoire, Paris, Éditions du CNRS, 1992.

37 Juan Bautista Alberdi, El crimen de la guerra, publié pour la première fois en 1895, en tant que deuxième volume de Escritos póstumos. L’ouvrage fut ensuite traduit en anglais, sur la recommandation de Thomas Bathy, secretaire de l’Association de droit international, qui signe le prologue et les commentaires : Juan Bautista Alberdi, The crime of war, London-Toronto, I.M. Dent, 1913. Il s’agit de l’un des écrits d’Alberdi qui fut le plus réédité. L’édition la plus soignée et la plus fidèle est celle de la ville de Buenos Aires, en 1934, Juan Bautista Alberdi, El crimen de la guerra. Homenaje del Honorable Concejo Deliberante en el cincuentenario del fallecimiento de Juan Bautista Alberdi, avec plusieurs reproductions fac-similaires du manuscrit. Le dernier effort revient à la belle édition critique et génétique d’Elida Lois, Unsam edita, Série Archivo Alberdi, 2007.

38 Juan Bautista Alberdi, El crimen de la guerra, Edición crítico-genética y estudio preliminar de Elida Lois, UNSAM edita, Serie Archivo Alberdi, 2007, p. 253.

39 Ibid., p. 213 et p. 245-246.

40 Ibid., p. 180-181.

41 « La machine à vapeur n’a pas seulement supprimé la terre en tant qu’espace, mais aussi la mer. Comme l’oiseau, l’homme s’est émancipé de la terre et de l’eau pour traverser l’espace avec des ailes d’air », Juan Bautista Alberdi, El crimen de la guerra, edición crítico-genética a cargo de Elida Lois, Unsam edita, serie Archivo Alberdi, p. 246.

Auteur

Docteur en Histoire, habilitée à la direction de recherches, Université Paris Diderot - Paris 7. Chercheur au Centre National de la Recherche Scientifique à l’Institut des Sciences sociales du politique (UMR 7220). Présidente de l’Observatoire de l’Argentine contemporaine. Membre de l’Institut des Amériques. Parmi ses publications : Un nationalisme de déracinés. L’Argentine pays malade de sa mémoire (1992), Los males de la memoria. Historia y política en Argentina (1995 et 1998), Cuando opinar es actuar. Revistas argentinas del siglo XX (1999), Argentine. Enjeux et racines d’une société en crise (2003), L’Argentine après la débâcle. Itinéraire d’une recomposition inédite (2007), Histoire politique de l’Argentine contemporaine 1890-2001. Un long et extrême vingtième siècle sud-Américain (2009)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr