Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juan Bautista Alberdi et l’indépendance argentine

 | 
Diana Quattrochi-Woisson

Querelles intellectuelles, débats historiographiques, interprétations politiques

Juan Bautista Alberdi. Historien de la révolution de mai

Eduardo Rinesi

Texte intégral

1Le nom et les écrits de Juan Bautista Alberdi sont réapparus dernièrement au sein des débats publics argentins. La double commémoration du bicentenaire de la révolution de Mai et de la naissance de l’écrivain contribue à cette réactualisation. Elle est aussi le cadre du colloque qui donne naissance à ce livre, et nous invite à revisiter les vieux textes pour les remettre en mémoire et en perspective. Mais cet exercice de révision et de relecture se fait toujours à partir d’un présent, présent qui justifie et qui réclame cet examen des documents du passé, des mots dits ou écrits il y a longtemps, qui ne peuvent nous revenir qu’à partir des questions que nous leur posons aujourd’hui, et qui sont celles de notre présent, celles que nous inspirent nos problèmes et nos défis actuels. Il en est toujours ainsi, et c’est la raison pour laquelle nous ne lisons les auteurs du passé qu’avec partialité : nos lectures sont guidées par la recherche de réponses à nos interrogations actuelles, et elles inspirent les luttes de notre temps.

  • 1 Ne serait-ce que comme échantillon de cette pensée amplement répandue aujourd’hui dans certains se (...)

2Ainsi, nous avons pu lire récemment plusieurs évocations de l’œuvre d’Alberdi, récupérée comme devise et comme emblème d’un républicanisme qui tend aujourd’hui à resurgir en Argentine, probablement diminué par rapport à ses propres possibilités philosophiques et théoriques et dépourvu d’une volonté plus décidée à examiner ses sources et son histoire. Ce retour à Alberdi, sous la forme d’une simple exhortation républicaine, s’insurge contre une représentation du présent politique latino-américain perçu comme un amalgame dangereux de personnalisme autoritaire et de démocratisme plébéien, aussi impétueux que peu soigneux des bonnes manières qui devraient régner, selon ces auteurs, dans la vie des institutions1. Nous ne devrions rien avoir à reprocher à cette lecture parfaitement envisageable (comme elles le sont toutes d’une manière ou d’une autre) et certainement justifiée par de nombreux passages de l’œuvre d’Alberdi, si vaste et si diverse, mais il ne faudrait pas que cela nous empêche de remarquer à quel point l’hégémonie des approches de ce type peut faire écran à d’autres possibilités de lecture. Ainsi, les textes d’Alberdi sur la révolution de Mai 1810 sont particulièrement intéressants pour élargir notre regard sur sa pensée et aussi pour diversifier les utilisations possibles, les traitements et les mises à profit d’une œuvre dont la complexité et les tensions ont souvent été soulignées.

Romantisme ou matérialisme ?

  • 2 Oscar Terán, Préface à Alberdi, Juan B., Política y sociedad en Argentina (textes choisis), Biblio (...)

3Pour commencer par un hommage à un historien des idées argentines décédé il y a maintenant trois ans, signalons avec Oscar Terán la combinaison, dans la pensée d’Alberdi, de l’historicisme romantique et de la philosophie des Lumières. L’historicisme romantique l’invitait à chercher l’esprit des lois au cœur d’un peuple ayant forgé son indépendance à travers le courage de ses grands hommes et de ses héros militaires, mais ayant encore – comme qui dirait à la manière de Hegel – à conquérir la philosophie correspondant à ses desseins. Tandis que la philosophie des Lumières l’appelait à croire dans les lois objectives de l’histoire et dans la capacité de la raison à les révéler, plutôt qu’en des esprits, des cœurs et des héroïsmes. Toutefois, au vu de l’orientation matérialiste que prenait la pensée d’Alberdi, il semblait faire plus confiance à la force concrète des choses qu’au pouvoir abstrait des idées2.

  • 3 Juan Bautista Alberdi, Fragmento preliminar al estudio del derecho, Hachette, Buenos Aires, 1955.
  • 4 Juan Bautista Alberdi, Cartas Quillotanas, in Sarmiento, Domingo F. et Alberdi, Juan B., Las Cient (...)
  • 5 AJuan Bautista Alberdi, Grandes y pequeños hombres del Plata, Punto de Encuentro, Buenos Aires, 20 (...)
  • 6 Juan Bautista Alberdi, Del gobierno en Sud-América, volume XIII des Obras selectas classées, révis (...)

4Il reste à ajouter que cette combinaison entre romantisme et matérialisme semble prendre différentes proportions tout au long de la vie et de l’œuvre d’Alberdi. Au cours des années il glisse du premier de ces pôles (résolument dominant dans le Fragmento preliminar al estudio del derecho, de 1837)3 au second, où l’on trouve la véritable originalité d’Alberdi, justement contre le romantisme de son rival Sarmiento, dans les Cartas Quillotanas de 18534. Enfin, ce matérialisme s’exprime dans toute son ampleur dans Grandes y pequeños hombres del Plata5 et dans Del gobierno en Sud-América6, tous deux écrits en 1864. Dans ce dernier texte, particulièrement intéressant pour vérifier le sens général de l’itinéraire d’Alberdi au fil des années, il nous présente lui-même comme un progrès personnel et une conquête intellectuelle son évolution d’une vision de l’histoire, et surtout de la révolution, fondée sur l’héroïsme des hommes, vers une compréhension de ce processus alimentée par l’étude des principes, des intérêts et des forces l’ayant engendré et nourri. Dans Grandes y pequeños hombres del Plata, nous le voyons se moquer de l’histoire des exploits militaires produite par une historiographie galante, épique et complaisante, et identifier comme véritables causes de la révolution les intérêts et l’action des forces économiques européennes. De la force des armes, donc, à la force des choses.

5On retrouve de même les critiques d’Alberdi contre la logique de conquête militaire qui poussa Buenos Aires, libérée du pouvoir de l’Espagne, à vouloir immédiatement remplacer ce modèle par sa propre autorité militaire sur les provinces. Sous prétexte d’étendre la révolution, elle y envoya de véritables expéditions d’occupation, de conquête et de soumission :

  • 7 Juan Bautista Alberdi, Grandes y pequeños…, p. 75.

« … Le peuple de Buenos Aires a décrété une expédition dans les provinces pour protéger leur liberté […] Protéger la liberté des provinces voulait dire imposer l’autorité de la Junte locale de Buenos Aires, par l’épée […] C’était la conquête, comme la nommait Belgrano.7 »

6Conquête qui, en outre, comme c’était prévisible, échoua :

  • 8 Ibid., p. 76.

« Ni Montevideo, ni le Paraguay, ni le Haut Pérou, ainsi protégés dans leur liberté, ne sont aujourd’hui des provinces argentines.8 »

7Car les populations de l’ancienne vice-royauté, qui avaient lutté aux côtés de Buenos Aires pour secouer le joug colonial de l’Espagne, vinrent immédiatement lutter contre elle pour obtenir leur véritable indépendance face à la nouvelle forme de domination que la capitale leur imposait :

  • 9 Ibid., p. 86.

« De là vient l’attitude des provinces, de résistance et d’hostilité double, contre l’Espagne et contre Buenos Aires. Contre les conquistadors anciens et contre les nouveaux.9 »

  • 10 Surtout, mais pas exclusivement, in El crimen de la guerra, Tor, Buenos Aires, 1947.

8Et c’est ainsi que Buenos Aires, par convoitise et par maladresse, perdit le Haut Pérou, la Bande Orientale et le Paraguay contre lequel, non contente de ses expéditions initiales, elle ferait plus tard la guerre menée par Mitre, et qu’Alberdi, comme on le sait, condamnera avec fermeté.10

De l’importance historique des « grands hommes »

9Nous allons aborder dans cet article les conclusions qu’Alberdi déduit, tout au long de son œuvre, des deux ou trois principes généraux qui, comme nous l’avons vu rapidement jusqu’ici, organisent aussi bien son regard sur le passé révolutionnaire et les guerres civiles argentines ultérieures, que son approche des défis qui attendent l’Argentine des décennies suivantes : d’un côté, le déplacement de son enthousiasme pour les armes vers une revendication de l’industrie et du travail ; d’un autre, son détachement progressif d’une compréhension de l’histoire s’organisant autour de ses grands personnages. Il est aisé de constater un réalisme croissant dans sa façon de penser le pouvoir, et une confiance plus grande envers la capacité civilisatrice des forces de l’économie et de la production. Ses travaux s’orientent ainsi vers une vision de l’histoire intégralement matérialiste.

  • 11 Voir, par exemple, Jorge E. Dotti, La emancipación sudamericana en el pensamiento de Juan Bautista (...)
  • 12 Karl Marx, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, Gallimard, Coll. Folio Histoire n°108.

10Comme son contemporain Marx dans ses célèbres analyses de la Révolution française et de sa dérive ultérieure, le matérialiste Alberdi (qui présente de nombreux points communs avec lui)11 comprend que le glamour des héros équestres et le brio des exploits militaires doivent être considérés comme appartenant à des périodes probablement nécessaires, mais dans tous les cas destinées à être immédiatement dépassées par les forces mêmes qui durent y recourir pour renverser l’empire du passé et fonder un monde nouveau. Quand cela finit par arriver, écrivait Marx, les héros descendent de leurs chevaux et prennent leur place dans les bureaux des entreprises et des banques, en même temps que la société bourgeoise, « avec la sobriété de son sens pratique », trouve ses véritables interprètes et porte-parole chez les Jean-Baptiste Say et les Benjamin Constant, et ses nouveaux leaders politiques chez les prosaïques dirigeants de la monarchie restaurée12. De l’histoire romantique des luttes on passe donc au catéchisme laïc, profane – et éventuellement autoritaire – des industriels. L’évolution d’Alberdi du romantisme de sa jeunesse au matérialisme de sa maturité (de l’éloge du guerrier à celui de l’homme politique, puis de celui-ci à celui de l’homo economicus, comme l’écrit ici même Patricia Funes) semble accompagner exactement ce mouvement.

  • 13 Karl Marx, in Prologue à Contribution à la Critique de l’économie politique (écrit en 1859), in Œu (...)

11Une fois cela établi, il faut bien introduire quelques nuances. En premier lieu (et nous reprenons ici le commentaire de Jean Piel), parce que Marx pensait au type de rapport possible entre l’histoire (idéologique, fantasmagorique, illusoire) des grands exploits militaires et la l’histoire véritable et effective du développement des forces productives se frayant un chemin par-dessous (mais aussi à travers et grâce à) ces « illusions nécessaires » que les hommes se forgeaient. Or, ces « forces productives » étaient bien là, dans le sol français, sur lequel elles cherchaient à se déployer et à progresser, et tentaient de se frayer un chemin, au milieu des difficultés que supposait pour ce progrès l’ensemble des restrictions que leur imposaient les rapports sociaux de production (ou comme dit le droit, les rapports de propriété13) de la vieille société qu’il fallait démolir. En revanche, dans la nouvelle Argentine où le jeune Alberdi commençait son parcours intellectuel, ces forces productives n’étaient pas là, ne gisaient pas dans l’attente de leur heure, ni à la recherche d’une libération d’un joug oppresseur. Autrement dit, les « phrases romaines » (l’illusion que l’on n’est pas en train de faire une étroite révolution de classe au service de la bourgeoisie, mais une grande révolution républicaine au service de l’humanité) avaient été nécessaires dans la France analysée par Marx dans le Dix-huit brumaire pour que la politique française donne naissance à une société qui était déjà en gestation en son sein et qui n’avait seulement besoin que de la force de ses illusions pour pouvoir apparaître enfin à la surface.

  • 14 Voir Jorge E. Dotti, op. cit., p. 40 et 50-53.

12En Argentine, en revanche, il n’arrivait rien de semblable. Certes, Alberdi croyait de moins en moins dans les héros militaires et de plus en plus dans les forces productives, mais ces forces productives n’étaient pas celles de la société européenne. Celle-ci existait effectivement déjà dans sa forme capitaliste développée et mûre et l’intervention de ses héros militaires avait permis de faire un grand saut en avant pour qu’elle prenne une forme pleinement accomplie. En résumé, si chez Marx la primauté des forces productives sur les mythologies militaires permet d’expliquer la place de l’économie dans le développement général de la société, chez Alberdi cette même primauté permet d’expliquer la place de l’Europe, de l’Europe capitaliste, avancée, industrielle, de la France et de l’Angleterre donc, dans le développement de la société américaine14.

13Pour les mêmes raisons, quand Marx oppose les héros militaires aux banquiers et aux industriels, il place clairement ces deux derniers dans la catégorie des antihéros. Le monde des exploits militaires, pour Marx, est un monde héroïque, poétique, élevé, supérieur, peu importe qu’il soit aussi idéologique, imaginaire, illusoire, et peu importe qu’il y ait quelque fausseté, quelque affectation et même quelque prétention dans cette supériorité poétique des batailles et des héros. Le monde des entreprises et des banques est en revanche, chez Marx, limité, pédestre, vulgaire et prosaïque, pas pour Alberdi. Pour lui, le monde de l’économie, des entreprises, du développement des forces productives, de l’impulsion vers la modernisation du pays est aussi un monde héroïque et plein de poésie ; peut-être parce que le pays avait besoin d’être radicalement modernisé, même réinventé, au travers du déploiement de forces productives qui n’existaient pas encore et qui devaient servir de moteur à son développement.

  • 15 Je me permets de faire une nouvelle fois référence au travail de Patricia Funes, et en particulier (...)

14Nous pourrions dire que la façon dont Alberdi présente la gloire des luttes militaires imprègne sa façon d’évoquer la tâche, elle aussi glorieuse, des héros civils, chargés de faire entrer l’Argentine dans l’histoire de la modernité capitaliste. C’est pourquoi la figure du « héros » ne disparaît pas complètement lors du passage du pays épique des batailles au pays moderne des chemins de fer : elle ne disparaît pas, elle se transforme. Et nous passons alors de l’éloge du militaire à l’éloge de l’entrepreneur, du pionnier15.

15Ainsi, il reste une trace de la vision héroïque de la guerre du jeune Alberdi dans la représentation matérialiste de l’Alberdi de la maturité : l’idée que ce sont toujours « des grands hommes », des grands entrepreneurs, des grands visionnaires, qui ouvrent la voie. Mais reprenons l’idée d’un déplacement de l’importance centrale de l’espace de la guerre, vers l’importance du terrain de l’économie, du rôle principal du héros militaire vers celui de l’homme d’affaires. Nous insistons sur ces questions pour souligner cette dimension évolutive, ce sens de mutation progressive de la pensée d’Alberdi. Cette transformation aura encore l’occasion de s’exprimer dans un troisième et dernier champ, que nous n’avons pas encore pris en compte.

Du régime politique le plus approprié

16En effet, cette même évolution, ce même cheminement de la pensée d’Alberdi concernant la façon la plus pertinente de penser l’histoire en général, et l’histoire de la révolution de l’Indépendance en particulier, est à la base de la transformation parallèle de ses idées sur le régime politique le plus adapté pour l’Argentine postrévolutionnaire, pour l’Argentine indépendante et souveraine. En effet, ses idées sur le « bon gouvernement » se modifient peu à peu au cours de sa vie, depuis la défense des bienfaits de la république fédérative à une perspective – qu’Alberdi développe déjà clairement dans Del gobierno en Sud-América – de revendication, sinon des mérites intrinsèques, au moins de la nécessité – comme il le dit lui-même – de la monarchie.

  • 16 Tulio Halperín Donghi, Proyecto y construcción de una nación, Ariel, Buenos Aries, 1995.
  • 17 José Luis Romero, Las ideas políticas en Argentina, FCE, Buenos Aires, 1996.

17Elle n’est pas sympathique, bien sûr, cette « dérive » monarchiste de la pensée d’Alberdi, mais nous la considérons néanmoins comme l’expression d’un réalisme politique qui est l’un de ses plus grands mérites et l’une des raisons de l’intérêt qu’éveille encore aujourd’hui sa pensée. Cette approche d’Alberdi fut qualifiée d’« autoritarisme progressiste » par Tulio Halperín Donghi16, et de « républicanisme autoritaire » par José Luis Romero17. Ces deux appellations relativement tortueuses cherchent à souligner aussi bien la ferveur avec laquelle Alberdi souscrivait aux valeurs de la modernité philosophique et politique, que sa compréhension des difficultés à l’imposer par l’application désincarnée de maximes et d’idéaux, et ce sans le concours d’un pouvoir fort et centralisé.

  • 18 Waldo Ansaldi, « Soñar con Rousseau y despertar con Hobbes », in Ansaldi, Waldo et Moreno, José Lu (...)

18Le titre provocateur d’un travail de Waldo Ansaldi, « Rêver de Rousseau et se réveiller avec Hobbes »18, qui exprime de manière très vivante et imagée le sens général d’un itinéraire qui est l’évolution à la fois des sentiments, des espoirs et des programmes des personnalités les plus importantes du cycle politique qui commence au Rio de la Plata en 1810. En effet, les intellectuels les plus sagaces de cette période, attentifs au plus au point – comme l’était Alberdi – à l’évolution des débats français et allemands de la première moitié du XIXe siècle, ont essayé de rendre compte de ces développements et de ces changements. Rêver de Rousseau et se réveiller avec Hobbes, ou peut-être (justement parce que c’est ce que nous apprennent les débats français et allemands) rêver de Rousseau sans ignorer – tout en ayant ce rêve comme horizon – que la possibilité même de continuer à avancer vers cet objectif implique comme condition préalable un monde organisé par le principe hobbesien de l’autorité. Ou bien, accepter comme raisonnable et bon le principe hobbesien de l’autorité sans pour autant cesser d’aspirer à ce que les idéaux rousseauistes de la réalisation communautaire donnent sa forme à l’organisation sociale. Il me paraît possible de soutenir que la première est la solution kantienne et que la seconde est la solution hégélienne.

19Alberdi semble naviguer entre deux eaux, entre la vocation autonomiste propre au républicanisme classique qui inspirait l’auteur du Contrat Social, et l’affirmation du principe moderne de l’autorité du « Dieu mortel » qui avait inspiré un siècle auparavant l’auteur du Léviathan : entre la critique du despotisme et le rejet du démocratisme que partageaient tout autant l’auteur de Qu’est-ce que les Lumières ? que celui de Principes de la philosophie du droit. Alberdi « évolue » du républicanisme au monarchisme, et il est possible que cette idée d’une évolution (idée que, comme nous l’avons vu, lui-même soutenait pour expliquer la transformation de ses positions) soit plus ou moins adaptée.

  • 19 Marcos Mayer, « Estudio preliminar », Las Ciento y Una. Cartas Quillotanas, Domingo F. Sarmiento / (...)

20Mais il semble prudent de ne pas la confondre avec une autre idée, à peine différente, qui n’exprimerait pas correctement le sens de ce changement de point de vue au cours de sa vie. En effet, en raison de tout ce que nous venons d’énoncer, il ne nous parait pas prudent d’affirmer que l’œuvre d’Alberdi décrit tout simplement une trajectoire qui l’amène de la centralité des grands hommes à l’importance des procédures et des règles (« des sujets aux institutions », comme le suggère Marcos Mayer19). Les choses sont en réalité plus complexes. Il ne semble pas non plus raisonnable de suggérer qu’à l’inverse, Alberdi glisse tout au long de sa vie et de son œuvre, d’une conception « anti-personnaliste » du pouvoir à l’idée de l’utilité d’un pouvoir fort et concentré entre les mains d’un homme. Non, cette idée d’un pouvoir fort et personnel, d’un pouvoir concentré dans les mains d’un seul « grand homme », pour ainsi dire, est une constante dans la pensée de notre auteur. La seule différence étant que, dans ses œuvres de jeunesse (dans le Fragmento preliminar), ce « grand homme » avait la mission de capter, et même d’incarner, comme nous l’avons déjà dit, l’« esprit du peuple », sa volonté générale, l’âme de la res publica qu’il devait diriger. En revanche, dans ses œuvres tardives, ce « grand homme », aussi indifférent à la voix du « peuple romantique » qu’aux formes de cette « république », semble être chargé de favoriser le développement des forces de production.

  • 20 Comme disait Ezequiel Martínez Estrada, qui le comparait avantageusement à son cher Sarmiento. Cf. (...)

21La pensée politique d’Alberdi est donc une pensée sur le pouvoir et non une pensée contre le pouvoir. Elle n’est évidemment pas une pensée formulée depuis le pouvoir, ni en faveur du pouvoir, celui-ci ne l’ayant jamais particulièrement séduit20. Mais c’est tout de même une pensée sur le caractère indispensable d’un pouvoir doté d’une structure correcte et « adaptée ». Adaptée à quoi ? Principalement au développement des forces matérielles de production, de l’industrie et du commerce, à la « force des choses » qui est, comme le découvre peu à peu Alberdi, celle qui fait bouger le monde. C’est cette « force des choses » qui explique et justifie la révolution de Mai et tout le cycle de l’Indépendance, et c’est dans cette première direction que l’Alberdi que nous appelons « matérialiste » met ses théories à l’épreuve. Un pouvoir adapté aux dispositions objectives – ou, pour ainsi dire, « structurelles » – du pays, à ses déterminations géographiques et historiques, à ses institutions et à sa culture. C’est parce qu’il fait face à cet ensemble de déterminations que le pouvoir ne peut rien fonder ex novo, et qu’il échoue nécessairement à cette tâche, et c’est dans cette seconde perspective que l’Alberdi « disciple de Montesquieu » souligne les erreurs révolutionnaires de ceux qu’il appelle les « libéraux en frac noir », qui voulurent changer le monde par la seule force des armes ou – comme on peut le lire dans les écrits posthumes – avec une poignée d’arguments logiques. Contre cette naïveté, Alberdi nous invite à comprendre l’importance des leaderships personnels et en particulier la place des caudillos.

  • 21 Ainsi que l’a montré et analysé de façon exemplaire, dans un livre récent, Elvira Narvaja de Arnou (...)

22Tous ces sujets sont aujourd’hui d’actualité, tout particulièrement en Argentine et dans plusieurs pays de l’Amérique latine, après le cycle de la transition démocratique des années 1980 et de la reconversion néolibérale des années 1990. En effet, une part non négligeable des discussions de théorie politique concerne la république et les institutions républicaines, et tout particulièrement le rapport entre ces institutions et les traditions populaires ou « populistes », ainsi que la place que chacune réserve aux leaderships. Ce débat est directement lié aux interprétations concernant l’héritage du cycle indépendantiste de pays comme le Venezuela, dont le président – qui dispose, de plus, d’une rhétorique oratoire parmi les plus intéressantes de la période actuelle – insiste pour inscrire son propre leadership dans la continuité de l’action, de la pensée et de l’œuvre du héros-fondateur de cette nation, Simón Bolívar21. Mais ce débat est tout aussi pertinent en Argentine, où la question du populisme en général et du péronisme en particulier resurgit régulièrement. Ces discussions se sont traditionnellement imposées au sujet de l’interprétation du cycle de la révolution et de l’Indépendance et forment aujourd’hui un domaine de recherche extrêmement intéressant pour des études pluridisciplinaires qui convoquent aussi bien les philosophes, les historiens et les chercheurs en sciences humaines et sociales. Dans ces études, le nom et l’œuvre de Juan Bautista Alberdi doivent sans aucun doute avoir une place d’honneur.

Notes

1 Ne serait-ce que comme échantillon de cette pensée amplement répandue aujourd’hui dans certains secteurs de la réflexion politique et parce qu’il s’agit d’un auteur qui est un connaisseur avéré de l’œuvre de Juan B. Alberdi, je ne citerai ici que Natalio Botana, Poder y hegemonía, Emecé, Buenos Aires, 2006. Du même auteur voir aussi son ouvrage incontournable : La tradición republicana. Alberdi, Sarmiento y las ideas políticas de su tiempo, Sudamericana, Buenos Aires, 1997.

2 Oscar Terán, Préface à Alberdi, Juan B., Política y sociedad en Argentina (textes choisis), Biblioteca Ayacucho, Caracas, 2005. Du même auteur, Alberdi póstumo, Puntosur, Buenos Aires, 1988.

3 Juan Bautista Alberdi, Fragmento preliminar al estudio del derecho, Hachette, Buenos Aires, 1955.

4 Juan Bautista Alberdi, Cartas Quillotanas, in Sarmiento, Domingo F. et Alberdi, Juan B., Las Ciento y Una / Cartas Quillotanas, Losada, Buenos Aires, 2005.

5 AJuan Bautista Alberdi, Grandes y pequeños hombres del Plata, Punto de Encuentro, Buenos Aires, 2007. (première édition Escritos póstumos, tome V, 1897).

6 Juan Bautista Alberdi, Del gobierno en Sud-América, volume XIII des Obras selectas classées, révisées et précédées d’une introduction de Joaquín V. González, La Facultad, Buenos Aires, 1920.

7 Juan Bautista Alberdi, Grandes y pequeños…, p. 75.

8 Ibid., p. 76.

9 Ibid., p. 86.

10 Surtout, mais pas exclusivement, in El crimen de la guerra, Tor, Buenos Aires, 1947.

11 Voir, par exemple, Jorge E. Dotti, La emancipación sudamericana en el pensamiento de Juan Bautista Alberdi in Las vetas del texto. Una lectura filosófica d’Alberdi, los positivistas, Juan B. Justo, Puntosur, Buenos Aires, 1990, en particulier p. 20-35.

12 Karl Marx, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, Gallimard, Coll. Folio Histoire n°108.

13 Karl Marx, in Prologue à Contribution à la Critique de l’économie politique (écrit en 1859), in Œuvres, vol. 1, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque de la Pléiade.

14 Voir Jorge E. Dotti, op. cit., p. 40 et 50-53.

15 Je me permets de faire une nouvelle fois référence au travail de Patricia Funes, et en particulier à ses considérations sur l’écrit d’Alberdi au sujet de Wheellwright Je vous renvoie encore à Dotti, op. cit., p. 44-46.

16 Tulio Halperín Donghi, Proyecto y construcción de una nación, Ariel, Buenos Aries, 1995.

17 José Luis Romero, Las ideas políticas en Argentina, FCE, Buenos Aires, 1996.

18 Waldo Ansaldi, « Soñar con Rousseau y despertar con Hobbes », in Ansaldi, Waldo et Moreno, José Luis, Estado y sociedad en el pensamiento nacional. Antología conceptual para el análisis comparado, Buenos Aires, Cántaro, 1996.

19 Marcos Mayer, « Estudio preliminar », Las Ciento y Una. Cartas Quillotanas, Domingo F. Sarmiento / Juan Bautista Alberdi, Buenos Aires, Editorial Losada, 2005, p. 13.

20 Comme disait Ezequiel Martínez Estrada, qui le comparait avantageusement à son cher Sarmiento. Cf. Ezequiel Martínez Estrada, Sarmiento, Sudamericana, Buenos Aires, 1969.

21 Ainsi que l’a montré et analysé de façon exemplaire, dans un livre récent, Elvira Narvaja de Arnoux, El discurso latinoamericanista de Hugo Chávez, Biblos, Buenos Aires, 2009.

Auteur

Docteur en Philosophie de l’Universidade de Sao Paulo. Professeur et Recteur de l’Universidad Nacional de General Sarmiento, parmi ses publications Seducidos y abandonados : carisma y traición en la transición democrática (1993), Ciudades, teatros y balcones. Un ensayo sobre la representación política (1994), El último tribuno, variaciones sobre Lisandro de la Torre (2002), Política y tragedia. Hamlet, entre Hobbes y Maquiavelo (2005), Tiempo y Política. El Problema de la Historia en Montesquieu. (2007), En el nombre de Dios. Razón natural y revolución burguesa en la obra de John Locke (2009), Las máscaras de Jano. Sobre el drama de la historia (2009)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr