Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juan Bautista Alberdi et l’indépendance argentine

 | 
Diana Quattrochi-Woisson

Querelles intellectuelles, débats historiographiques, interprétations politiques

Querelles historiographiques autour de Juan Bautista Alberdi

Eduardo Jozami

Texte intégral

1Les grands personnages de l’histoire argentine du XIXe siècle, et en particulier ceux de la période dite de l’« organisation nationale », ont été au centre de fortes controverses aussi bien dans les travaux historiographiques que dans les débats culturels et politiques. Juan Bautista Alberdi, penseur et propagandiste né en 1810 à Tucumán, ne fait pas exception car – bien qu’il ait vécu à l’étranger la plus grande partie de sa vie – il fut un des acteurs majeurs de la politique argentine depuis le milieu des années 1830 jusqu’à sa mort en 1884.

  • 1 Voir Diana Quattrocchi-Woisson, Un nationalisme de déracinés. Argentine, pays malade de sa mémoire(...)

2Cependant, il suffit d’observer de près les débats autour de la figure d’Alberdi pour remarquer qu’ils ne s’inscrivent pas dans la même logique que les discussions autour des deux autres grandes figures du libéralisme argentin, Domingo Faustino Sarmiento et Bartolomé Mitre. Au-delà des différences ayant pu les opposer dans certaines circonstances, les deux ex-présidents sont considérés par les auteurs de la tradition libérale comme les constructeurs de la nation, et sont vivement critiqués par les défenseurs du rôle de Juan Manuel de Rosas et des caudillos fédéraux, qui s’inscrivent plus ou moins dans le courant du révisionnisme historique. Bien que l’on ne puisse pas réduire toute la production historiographique à ce schéma excessivement simplifié, les discussions qui, dépassant le domaine de l’histoire, ont intéressé un secteur important de l’opinion publique se sont organisées pendant la majeure partie du XXe siècle autour de cette différence1.

  • 2 Voir « Alberdi en 1838. Un trascendental cambio de opción práctica », in Julio Irazusta, Ensayos H (...)

3Dans le cas d’Alberdi, aussi bien les éloges que les mises en question proviennent au contraire des courants de pensée les plus variés. Ainsi, les défenseurs d’un libéralisme à outrance reprennent les principes libre- échangistes qui ont orienté les propositions alberdiennes en matière économique. Tandis que les nationalistes qui condamnent la guerre entreprise par les présidents Mitre et Sarmiento contre le Paraguay mettent en avant la vigoureuse dénonciation d’Alberdi contre la guerre de la Triple Alianza. Cependant, d’autres historiens du même courant révisionniste dénoncent, au contraire, le soutien d’Alberdi à l’intervention française en 1838, affirment qu’il fut l’acte le plus important de sa vie politique et considèrent inadmissible son alliance avec une puissance étrangère. « Alberdi fut l’Argentin qui eut le plus d’influence sur le destin de son pays », déclare l’historien révisionniste Julio Irazusta, mais influence néfaste parce qu’il légitimait l’alliance avec un pouvoir étranger pour résoudre un problème interne à l’Argentine. L’auteur des Bases, souligne Irazusta, n’était pas seulement favorable au blocus du port de Buenos Aires, il a de plus pris en charge la négociation avec les Français et la tâche de convaincre les dirigeants du parti unitaire, réticents dans un premier temps, à accepter l’intervention étrangère2.

4Si ses prises de position contradictoires peuvent expliquer des jugements aussi divergents sur son rôle historique, les nombreuses polémiques dans lesquelles il s’engagea – avec Sarmiento, Mitre et Vélez Sársfield – ont aussi influencé sa postérité. La confrontation avec Mitre au sujet de la guerre contre le Paraguay est sans aucun doute celle qui, de ce point de vue, laissa le plus de traces.

  • 3 Ramón J. Cárcano, Urquiza y Alberdi, intimidades de una política, Buenos Aires, Librería La Facult (...)

5Toutefois, bien des années avant cette guerre, immédiatement après la bataille de Pavón, tandis que le grand ami d’Alberdi, Juan María Gutiérrez, ex-ministre d’Urquiza, est reçu sans rancœur à Buenos Aires où il deviendra recteur de l’université, et que les principales figures des deux camps restent aux postes qu’ils occupaient, « Alberdi est le seul qui semble vaincu et puni »3.

6Les détracteurs de Mitre l’accusent d’avoir refusé pendant son mandat de payer à Alberdi ses appointements d’ambassadeur du gouvernement de la Confédération argentine en France. Les députés de la fraction mitriste se seraient aussi opposés à la publication des textes d’Alberdi et l’auraient empêché de redevenir ambassadeur. Plus révélateur encore, une dure condamnation publiée de nombreuses années après la mort du penseur de Tucumán dans La Nación montre à quel point ces disputes ne semblaient pas s’être apaisées.

  • 4 Pour réfuter l’accusation de La Nación, la « Biblioteca Alberdi » de Tucumán convoqua l’historien (...)

7À l’occasion du vote d’une ordonnance municipale qui donnait le nom de Juan Bautista Alberdi à une rue de la ville de Buenos Aires, le journal fondé par Bartolomé Mitre critiqua sévèrement l’attitude des conseillers municipaux socialistes, promoteurs de la mesure, en les accusant d’avoir donné « un prix à la trahison ». Selon La Nación Alberdi avait entretenu des rapports privilégiés avec certains dirigeants du Paraguay pendant la guerre de la Triple Alliance. À l’appui de cette supposée trahison, la publication d’une lettre dans laquelle le président du Paraguay, Francisco Solano López, signalant à son représentant à Paris : « la relation avec le docteur Alberdi est également utile à qui fera servir nos intérêts. » Si cette prise de position du journal La Nación n’eut pas de réelles répercussions, c’est non seulement parce que l’opposition d’Alberdi à la guerre était connue de tous, mais aussi parce que l’opinion publique argentine n’a au fond jamais accepté que son gouvernement participe à la guerre contre le Paraguay4.

  • 5 « Tous les principes politiques, toutes les institutions, toutes les causes argentines furent défe (...)
  • 6 Paul Groussac, op.cit., p. 342.

8Paul Groussac considère en revanche qu’on ne peut accuser Alberdi de traîtrise ou d’apostasie, étant donné qu’ « il ne s’engagea sérieusement dans aucun parti et n’eut jamais de foi profonde en rien ». Groussac, qui ne dissimule pas son animosité envers l’auteur des Bases, ne se prive pas de signaler son instabilité mentale, dont « le symptôme serait cette vanité énorme, hypertrophiée par son succès facile et l’habitude de l’improvisation », il le considère de plus comme « un auteur capable de faire passer des emprunts pour des inventions propres, pratiquant méthodiquement le plagiat clandestin ». Ces attaques semblent surprenantes – bien que la médisance et l’ironie soient caractéristiques des essais historiques et des critiques littéraires de Groussac –, mais plus intéressante est sa façon d’énumérer les contradictions d’Alberdi, comme le feront par la suite de nombreux écrivains. Pour le critique français, c’est le mépris de l’exactitude qui amène Alberdi à défendre les opinions les plus contradictoires : « en raison de ses propres velléités, il fut successivement ami et adversaire de ses plus illustres contemporains5. » Groussac ne considère pas nécessaire de fournir une explication plus approfondie des apparentes contradictions d’Alberdi qui, selon lui, sont dues à l’« incurable déséquilibre d’un tel esprit »6.

Accords et désaccords avec l’élite lettrée Réussites intellectuelles et échecs politiques

9La trajectoire d’Alberdi est marquée par des accords et des désaccords avec les secteurs lettrés et dirigeants dont il était pourtant un des représentants. Bien qu’il soit le principal instigateur de la Constitution de 1853, la position dominante de la province de Buenos Aires après la bataille de Pavón entraîne son exclusion de tout poste de pouvoir. La situation est encore plus paradoxale en 1880, quand c’est le programme alberdien qui semble l’emporter avec le triomphe de Roca. Le gouvernement de Roca ne parviendra cependant pas à imposer la nomination diplomatique de celui que les mitristes appelaient « le vieil ennemi de Buenos Aires ». Alberdi se voit obligé de retourner en France pour mourir comme il avait presque toujours vécu, loin de son pays.

10Expliquer les échecs politiques de celui qui a exercé une influence si grande sur la pensée et la formation institutionnelle de son pays par sa personnalité, comme le fait Groussac avec passion, est insuffisant. L’alternance des victoires et des défaites politiques d’Alberdi connaîtra un épisode dramatique en 1880, quand la fédéralisation de Buenos Aires, qu’il avait réclamé tant de fois, est finalement approuvée. Élu député national dans sa province natale, il n’assiste pas à la session du congrès national qui se tenait à Belgrano et reste à Buenos Aires, craignant l’hostilité des tejedoristes et des mitristes, ou peut-être trop fatigué pour une nouvelle joute politique. Cet événement rappelle inévitablement les quolibets que Sarmiento lui lança quand il abandonna la ville de Montevideo assiégée par les fédéraux. Un an plus tard, il publiera son œuvre La República Argentina consolidada en 1880 con la ciudad de Buenos Aires por capital, dans laquelle il célèbre la nouvelle étape qui commence. Son absence lors des journées décisives de mai ne lui sera pas reprochée par Roca et ses hommes, à ce moment-là, tout le monde savait que les batailles, militaires ou politiques, n’étaient pas le fort d’Alberdi.

  • 7 Oscar Terán, Introduction à Alberdi póstumo, Buenos Aires, 1988, p. 83.
  • 8 Luis Alberto Murray, Pro y Contra de Alberdi, Buenos Aires, Editorial Coyoacán, 1960.
  • 9 Voir Carlos Pereyra, El pensamiento político de Alberdi, Madrid, Editorial América, s. d. Pereyra (...)

11Oscar Terán fait une troublante énumération des positions contradictoires d’Alberdi7 et aboutit à l’idée que plusieurs personnages coexistent chez lui. Pour l’écrivain révisionniste Luis Alberto Murray, Alberdi, « revenu de ses inqualifiables attitudes de jeunesse », commence avec les Bases une nouvelle étape dans laquelle il défend l’intérêt général des Argentins contre celui de Buenos Aires. Le titre du livre de Murray, Pro y Contra de Alberdi, semble indiquer que la vie du penseur forme un clair-obscur impossible à résumer dans un jugement univoque. Cependant, la soif de revendication finit par l’emporter pour Murray. À la différence d’Irazusta, pour qui l’alliance d’Alberdi avec l’étranger en 1839 est si grave qu’elle entache toute sa trajectoire, Murray considère qu’avec sa position contre la Triple Alliance, Alberdi se fait le « procureur lointain mais précis et implacable du crime de la guerre du Paraguay » et « marque un chemin d’émancipation latino-américaine »8. Murray suit en cela le Mexicain Carlos Pereyra, auteur qui apporta une contribution importante au courant révisionniste et qui donne sa revanche à Alberdi. Il le considère fondamentalement comme un législateur, le comparant à Alexander Hamilton, mais considère l’homme de Tucumán comme « un Hamilton forgé à l’école de la persécution », et estime que sa capacité dialectique et son mordant n’ont aucun équivalent en Amérique9.

  • 10 Peregrinación de Luz del Dia o Viaje y Aventuras de la Verdad en el Nuevo Mundo. Le texte est daté (...)

12Un autre historien révisionniste qui eut une grande influence dans de vastes secteurs sociaux, José María Rosa, va plus loin que Murray et Pereyra, car il affirme qu’à l’époque où il affronte le Buenos Aires de Mitre et dénonce la guerre contre le Paraguay, l’auteur de Bases « revient du libéralisme ». Rosa – comme le feront d’autres révisionnistes – se permet par conséquent de parler d’un autre Alberdi, qui se distingue clairement du premier. C’est dans la préface d’un livre d’Alberdi postérieur de quelques années à la fin de la guerre paraguayenne que l’écrivain nationaliste avance cette thèse10. Cependant, la lecture des textes de la dernière époque d’Alberdi ne confirme pas cet abandon supposé du libéralisme.

  • 11 Malgré l’opinion de García Mérou, pour qui Alberdi cache et déguise ses référencesclés, de façon q (...)

13Luz del Día, lumière du jour, nom que prend la Vérité dans le texte qu’Alberdi publie en France en 1874, entreprend un voyage en Amérique du Sud. Elle comprend alors la réalité du nouvel ordre politique où prédominent trois personnages : Basile (Mitre), Tartuffe (Sarmiento) et Gil Blas (Adolfo Alsina). Quand Luz del Día, désabusée, repart pour l’Europe, Figaro (Alberdi)11 lui transmet quelques vérités à ramener dans le Vieux Monde pour que son voyage ne soit pas totalement inutile. Le fait que l’Amérique ait quelque chose à apprendre à l’Europe marque un changement au sein de la pensée d’Alberdi. De plus, le rejet de l’ordre politique des pays sud-américains évoqué par Figaro ne s’étend pas à leur Constitution sociale :

« En Amérique du Sud, la politique et la société sont deux mondes différents, et si différents qu’ils semblent ne pas être les deux moitiés d’un même tout. Tandis que dans l’un, tout est scandale et désordre, l’autre est régi par l’ordre le plus normal et le plus régulier. »

  • 12 Peu après, dans l’appendice de l’édition des Bases de 1973, Alberdi montrera une vision moins opti (...)

14Cette analyse contraste avec d’autres textes d’Alberdi dans lesquels il met l’accent sur le retard de l’Amérique espagnole, mais la différence est à relativiser, car cette « Amérique sociale et moderne [...] qui est la garantie de régénération et d’amélioration progressive de l’Amérique politique » est en grande partie le produit de tout ce qui provient de l’Europe : hommes, capitaux, industries, éléments qui restent étrangers au milieu de la politique12.

  • 13 Peregrinación de Luz del día, p. 227.

15Deux affirmations du discours de Figaro mettent en évidence le fait qu’Alberdi professe toujours le libéralisme économique. Selon lui, l’absence d’une marine marchande propre et d’une industrie manufacturière en Amérique du Sud est une chance. « Grâce à cela, l’Amérique précédemment espagnole est une annexe industrielle de l’Europe plus cultivée, sans pour autant cesser d’être indépendante.13 »

De l’historicisme aux Lumières : rupture ou continuité ?

  • 14 Dans le travail cité, Irazusta en arrive à soutenir qu’il faut faire une nette différence entre le (...)

16Un certain consensus existe pour considérer qu’Alberdi fut libéral jusqu’à la fin de ses jours, mais certains ont affirmé que sa rencontre avec le libéralisme économique d’Adam Smith, qu’il découvre à travers l’œuvre du Français Jean-Baptiste Say, représente le véritable tournant dans sa pensée. L’abandon de la conception philosophique historiciste au profit de celle des Lumières expliquerait, pour certains auteurs, pourquoi Alberdi se sépare de Rosas et s’allie avec les Français. Il paraît difficile d’expliquer un tournant politique si brusque14 par un changement d’opinion philosophique, mais c’est pourtant autour de la contradiction entre moment historiciste et moment des Lumières que tourne souvent l’idée des « deux Alberdi ».

17Au début de l’année 1837, Alberdi publie Fragmento preliminar al estudio del derecho sous l’influence d’un historicisme romantique très différent de la philosophie des Lumières qui guidait les hommes de la révolution de Mai. Le groupe de Rivadavia – correspondant avec Bentham – s’était placé dans le sillage de l’utilitarisme et s’inspirait de l’Idéologie de Destutt de Tracy. Selon leurs théories, la raison doit agir sur l’histoire, depuis l’extérieur, pour garantir le progrès de la société. Les philosophes des Lumières associaient le passé aux préjugés et à l’erreur et ne faisaient confiance qu’à la force de la raison pour corriger une tradition menant irrémédiablement au despotisme. Pour les doctrines historicistes, au contraire, la raison est une force immanente qui se développe de l’intérieur du processus historique. La philosophie de Hegel, qu’Alberdi découvre à travers Victor Cousin, est la synthèse la plus élaborée de la pensée des Lumières et de l’historicisme : l’histoire obéit à une rationalité, mais ce processus s’explique par le déploiement de l’esprit absolu qui se confond avec la marche de l’histoire elle-même.

  • 15 « Comme nous sommes encore sous la tutelle intellectuelle de l’Europe, nous laisserons voir par no (...)

18Ce processus a des lois universelles, mais chaque nation doit trouver celles de son propre développement historique car, signale Alberdi, « Dieu ne se répète pas dans la création des nations ». La référence à la nation est significative car c’est la génération de 1837 qui introduit – par le biais de l’historicisme – la question nationale dans la pensée argentine. Mais l’aspect curieux de cette historicisme alberdien est qu’il soutient que les pays américains n’ont pas d’histoire, étant donné qu’il ne faut rien conserver ou presque de la période coloniale. Cette position explique que l’affirmation du principe national puisse correspondre à un européisme déclaré15 : c’est de l’Europe, et en particulier de la France, que proviennent les idées et c’est là que l’on puisera l’inspiration nécessaire à la construction de la nation. Car seules les formes sont nationales, les principes étant universaux.

  • 16 Toutes les références de ce paragraphe appartiennent au Fragmento Preliminar, op. cit., p. 53, 62 (...)

19Comment la génération de 1837 se distingue-t-elle des unitaires rivadaviens alors que les deux groupes veulent construire le pays autour des idées universelles de la pensée européenne de l’époque ? D’une part, les hommes de 37 mettront en question l’utilitarisme de Bentham duquel s’inspire Rivadavia. Alberdi reproche à Bentham d’avoir remplacé le droit – « qui, comme la religion, est indestructible » – par l’utilité. L’utilité, ajoute-t-il, n’est pas une fin mais un moyen d’arriver au bien. De plus, considérer l’intérêt égoïste comme l’unique motivation de la conduite humaine, c’est oublier la passion et le sentiment d’obligation. La loi morale constitutive de l’humanité est, selon Alberdi, subordonnée aux conditions de l’espace et du temps. Et c’est en cela que l’historicisme qu’Alberdi emprunte à Lerminier a un profil très différent de la philosophie des Lumières qui avait ébloui la génération unitaire16.

20Pour ne pas exagérer ces différences, rappelons une fois de plus que, pour Alberdi, les principes généraux sont universels et que si chaque pays doit chercher sa propre philosophie, c’est dans la pensée française qu’il en trouvera les contours. La critique de Bentham nous montre un Alberdi très différent de celui qui, plus tard, célébrera l’intérêt comme motif suffisant du développement social, dans la ligne d’Adam Smith, et qui, dans un des textes de ses écrits posthumes, en arrive à affirmer que « les égoïstes sont mieux placés que les patriotes pour sauver les destins sociaux de la République argentine ». À partir des années 1850, la pensée d’Alberdi s’imprégnera d’économie. Celle-ci prend la place que la philosophie et le droit occupaient dans le Fragmento preliminar. Par endroits, un économisme élémentaire peut nous faire regretter ses écrits de jeunesse dans ce qu’ils proposaient d’ouverture et d’appel à l’imagination sociale.

  • 17 Jorge Dotti, « La emancipación sudamericana en el pensamiento de Juan Bautista Alberdi », in Las v (...)
  • 18 La rupture entre le moment historiciste et l’économisme alberdien ultérieur s’accentue dans l’œuvr (...)

21Ce virage vers la primauté de l’économique ne peut pourtant être considéré comme incompatible avec son écrit de jeunesse. Il est vrai que, dans son texte de 1837, Alberdi affirme la priorité du bien sur l’intérêt, qu’il ne considère que comme un moyen d’atteindre celui-là. Mais Adam Smith, qui, avant son grand livre d’économie, avait écrit le Traité des sentiments moraux, n’aurait pas rejeté l’idée selon laquelle la recherche de l’utilité n’est qu’un chemin pour atteindre le bien moral. D’autre part, comme l’a souligné Jorge Dotti17, un fil conducteur relie l’historicisme et le moment où s’accentue l’influence de Smith : l’idée de progrès. Commune aux penseurs des Lumières, aux doctrines historicistes, et postulée dans l’ordre économique que décrit La Richesse des nations, elle traverse toute l’œuvre d’Alberdi18.

  • 19 « La metafísica de Alberdi », Archivos de la Universidad de Buenos Aires, vol. IX, juin - septembr (...)

22Il faut en outre signaler les quelques objections qu’Alberdi adresse à l’historicisme. Savigny accorde à l’aspect historique la priorité absolue sur le versant rationnel, ce qui donne à sa philosophie un ton conservateur, et selon Coriolano Alberini, Lerminier fait de même, bien que ce soit moins marqué que chez son maître allemand19.

  • 20 Bernardo Canal Feijóo, op. cit., p. 555.
  • 21 Il y avait sans aucun doute un fort ressentiment personnel dans la polémique avec Vélez Sársfield, (...)

23Alberdi veut, quant à lui, construire un ordre nouveau, il a donc besoin d’une volonté législative autonome, ce qui l’amène à privilégier la composante rationnelle. Au moment de la polémique qui l’oppose à Vélez Sársfield au sujet du projet de code civil de celui-ci, il fit preuve de ce que Bernardo Canal Feijóo appelle une « orthodoxie historiciste inopinée »20, car il ne s’était jamais véritablement opposé à la codification, même à l’époque où l’influence de Savigny était plus importante. Certains ont prétendu que la vigueur de la critique était due aux affrontements passés, plus qu’aux raisons philosophiques21.

  • 22 Fermín Chávez, Historicismo e iluminismo en la Cultura Argentina, Buenos Aires, Centro Editor de A (...)

24Coriolano Alberini résout de cette façon la contradiction entre philosophie des Lumières et historicisme dans la pensée d’Alberdi : la première correspond aux fins et le second aux moyens. L’historicisme serait donc le moment particulier à travers lequel se réaliseraient les principes universels. Fermín Chávez ira plus loin, et fera par là preuve d’une certaine affinité avec les affirmations d’Irazusta. Il accentue la profonde contradiction entre les moments historicistes et les moments éclairés d’Alberdi. Selon lui, les premiers le rapprochent du pays et de son peuple, tandis que les seconds le submergent dans les abstractions des Lumières22. Cependant, il nous semble difficile d’expliquer des décisions conjoncturelles par des changements de paradigme philosophique. Certaines thèses du Fragmento Preliminar, d’une indéniable originalité, ne seront pas toujours reprises dans les textes ultérieurs d’Alberdi, mais il est vrai aussi que ce texte esquisse déjà des idées qui permettront ensuite de justifier le tournant anti-Rosas et le soutien au blocus français. Nous essaierons de le démontrer en analysant les deux aspects les plus originaux du texte : le portrait de Rosas et l’idée de peuple.

Sur les peuples et la légitimité de leurs dirigeants : la pensée romantique

  • 23 « Rousseau n’est pas moins à craindre que Machiavel : l’un pour avoir fait la théorie du despotism (...)

25Les hommes de 1837 avaient découvert une nouvelle génération de penseurs français qui prônaient un libéralisme modéré, très éloigné des aspects les plus radicaux de la pensée du XVIIIe siècle, comme la position antireligieuse de Voltaire ou le démocratisme de la volonté générale de Rousseau23. Le séjour en France d’Echeverría sera fondamental pour approfondir la diffusion de ces penseurs dans le Río de la Plata. L’auteur d’El Matadero fut l’introducteur de la nouvelle pensée française, ce qui explique probablement son rôle de leader incontesté de sa génération.

  • 24 Les citations sont extraites du Fragmento preliminar, op. cit., p. 22.

26L’analyse que fait Alberdi de la conjoncture politique argentine dans la seconde moitié des années 1830 s’explique en bonne partie par la présence simultanée de la pensée historiciste et des théories françaises au sein des débats de l’époque. La popularité d’un gouvernement, soutient l’auteur du Fragmento preliminar, est la preuve la plus tangible de sa légitimité, personne ne peut donc songer à mener une révolution contre un pouvoir établi par le peuple. Par souci de cohérence avec cette doctrine, il doit admettre que la légitimité du gouvernement de Juan Manuel de Rosas démontre qu’il interprète spontanément les lois et la philosophie du développement national. Son rejet constant de toutes les théories exotiques est à lui seul une raison suffisante, affirme Alberdi en cherchant à s’attirer les faveurs du pouvoir, pour attribuer à Rosas « une forte intuition de ces vérités »24.

  • 25 « La República argentina, a 35 años de su Revolución de Mayo », in Juan Bautista Alberdi, Política (...)

27Le Fragmento preliminar propose donc une division des tâches où Rosas gouverne en suivant son intuition, pendant que la nouvelle génération étudie les arts, la philosophie, l’industrie, la sociabilité, « pour trouver la loi et la forme nationale du développement ». Cette proposition annonce déjà le conflit à venir, dans la mesure où il est évident que le gouverneur de Buenos Aires n’acceptera jamais de suivre les conseils intellectuels de la nouvelle génération. Un texte écrit par Alberdi25 dix ans plus tard, en 1847, établit un rapport entre ces louanges à Rosas et les paroles de l’écrivain engagé dans l’opposition au gouvernement de Buenos Aires. Il tente d’y justifier son alliance avec les nations étrangères, mais affirme parallèlement que Rosas a obtenu l’unité nationale que réclamaient les unitaires, que son nom est amplement connu de par le monde et qu’il ne peut être considéré comme un simple tyran.

28Rosas est peut-être un homme extraordinaire, mais il n’est pas un grand homme : il lui faut encore accomplir la grande tâche. Ses titres et prestiges n’ont qu’une valeur relative tant que la Constitution qui organise la nation ne sera pas établie. Le gouvernant intuitif, porté aux nues en 1837, n’a pas répondu aux attentes de la nouvelle génération, mais Alberdi lui réserve toujours le même traitement. Rosas serait d’ailleurs le mieux placé pour réaliser la tâche constitutionnelle, bien qu’il ne semble pas avoir l’intention de le faire.

29Le texte de 1847 ne contient certes pas la profusion de citations du jeune Alberdi, ébloui dix ans plus tôt par les autorités européennes, mais la comparaison entre les deux écrits montre qu’il n’y a pas eu de changement significatif dans son analyse. On ne peut, par conséquent, expliquer la rupture soudaine avec Rosas par un profond changement philosophique. Nous pourrions nous risquer à dire que cette rupture fut plutôt conjoncturelle. Alberdi et ses compagnons de génération pensaient qu’il était impossible de lutter contre la France et que le gouverneur de Buenos Aires rejetterait l’alliance qu’ils lui avaient proposée. Cependant, au-delà du changement de discours, rien ne permet d’affirmer qu’une modification fondamentale de la pensée de l’auteur ait eu lieu. Dans sa description de la relation de la jeune génération avec Rosas, le Fragmento Preliminar contenait déjà la possibilité de la rupture.

  • 26 « La República », op.cit., p. 53.

30Si l’on veut expliquer les contradictions alberdiennes par une oscillation entre philosophie des Lumières et historicisme, on pourrait, au-delà du soutien ou de la rupture avec Rosas, la chercher au contraire dans la façon dont le Fragmento définit le peuple comme un sujet. Les textes plus tardifs mettent l’accent sur l’incapacité, pour ceux qui n’ont ni instruction, ni position sociale déterminée, à exercer le gouvernement. De ce point de vue, il est frappant de comparer les deux textes. Dans le traité de jeunesse, Alberdi affirme que Rosas « est un représentant qui s’appuie sur la bonne foi, sur le cœur du peuple. Et par peuple, nous n’entendons pas uniquement ici la classe intellectuelle, la classe propriétaire, mais aussi l’universalité, la majorité, la multitude, la plèbe. » Dans La República Argentina, 37 años después de la Revolución de Mayo, il cherche à justifier la nécessité de l’alliance avec les Français et les Britanniques, et signale que le recours aux étrangers était motivé par l’idée selon laquelle il s’agissait du seul moyen d’empêcher que ne l’emporte la « multitude ignorante et prolétaire », qui, sous prétexte de souveraineté, mènerait toujours au despotisme militaire d’un seul homme »26.

  • 27 Juan Bautista Alberdi, Bases y puntos de partida para la organización política de la República Arg (...)
  • 28 En particulier les textes qui ont été publiés sous le titre Grandes y Pequeños hombres del Plata.

31Dans les Bases, Alberdi soutient que le peuple n’est pas préparé à un système républicain, en conséquence de quoi on devra « élever les peuples à la hauteur de la forme de gouvernement que nous a imposée la nécessité ». Devant cette incapacité du peuple – qu’aucune norme ne confirme expressément –, il ne reste plus qu’à établir la construction de la « république possible » jusqu’à ce que soient réunies les conditions pour la « république véritable »27. On pourrait croire à un changement significatif de la pensée d’Alberdi dans le sens de l’exclusion du peuple comme sujet de souveraineté. En effet, dans beaucoup de ses écrits à partir des années 50, l’accent n’est plus mis sur le peuple mais sur l’individu. Cependant, une lecture plus attentive du Fragmento preliminar montre que les avertissements contre la participation populaire y sont clairement exprimés. La démocratie est la fin et non le début du chemin, par conséquent elle ne pourra qu’être imparfaite jusqu’à ce que le peuple soit correctement éduqué. Pour finir, signalons que dans la polémique avec Sarmiento publiée sous le nom de Cartas Quillotanas, et les divers textes sur la guerre du Paraguay dans Escritos póstumos28, Alberdi critique ceux qui associent barbarie et zones rurales et refusent toute représentativité aux caudillos, ce qui n’est pas sans rappeler certaines opinions du Fragmento preliminar.

32Même si l’on constate dans l’œuvre d’Alberdi un fléchissement du regard historiciste et une accentuation du discours économique, cela ne suffit pas à distinguer deux Alberdi. Le Fragmento preliminar est probablement le texte le plus représentatif de cette génération partagée entre européisme et affirmation d’un prétendu principe national, mais il n’en reste pas moins cohérent – comme nous l’avons vu – avec la solution de la république de participation restreinte. De la même façon, la plaidoirie alberdienne contre la guerre du Paraguay est une des condamnations les plus radicales de la politique libérale menée par Mitre, mais on peut difficilement en conclure qu’Alberdi s’éloigne du libéralisme, étant donné qu’il continue à militer pour la pleine ouverture des marchés et à mettre l’accent sur les avantages de la libre réception du capital étranger.

  • 29 On tarda trente ans avant de construire le monument qu’une loi nationale prévoyait d’ériger sur un (...)

33Alberdi fut au cœur des destins politiques de son pays pendant cinquante ans, ce qui explique pourquoi on retrouve son nom dans de nombreuses querelles et pourquoi il fut traité de façon impitoyable par ses adversaires, dans certains cas, même, jusqu’après sa mort29. Deux cents ans après sa naissance, nous pourrions porter sur lui un regard un peu plus impartial. Dans l’œuvre que nous avons déjà évoquée, Coriolano Alberini qualifie d’aimable le tournant conservateur du libéralisme de Juan Bautista Alberdi. Il n’a peut-être pas tort, car on chercherait vainement dans les actes d’Alberdi les faits de sang qui entachent l’image d’autres grandes figures du courant libéral. La trajectoire du grand absent de la politique argentine est entourée d’un certain halo romantique. Si Alberdi a suscité les interprétations les plus diverses et continue à inspirer adhésions et rancœurs, c’est tout simplement parce qu’il fut et continue à être au centre de tous les grands débats qui ébranlent la société argentine.

Notes

1 Voir Diana Quattrocchi-Woisson, Un nationalisme de déracinés. Argentine, pays malade de sa mémoire, Editions du CNRS, Paris, 1992 et Los males de la memoria. Historia y Política en la Argentina, Buenos Aires, Emecé, 1995.

2 Voir « Alberdi en 1838. Un trascendental cambio de opción práctica », in Julio Irazusta, Ensayos Históricos, Buenos Aires, EUDEBA, 1968. L’article date de 1939.

3 Ramón J. Cárcano, Urquiza y Alberdi, intimidades de una política, Buenos Aires, Librería La Facultad, 1938.

4 Pour réfuter l’accusation de La Nación, la « Biblioteca Alberdi » de Tucumán convoqua l’historien Adolfo S. Carranza, qui s’attacha à minimiser sa portée. Bien que le travail de Carranza fasse un peu trop de place aux éloges publics d’autres « éminences », y compris de Mitre lui-même, il ne laisse aucun doute quant à l’inconsistance de l’attaque. Voir Adolfo S. Carranza, ¿Alberdi fue traidor ?, Tucumán, Talleres Gráficos Penitenciaría, 1920.

5 « Tous les principes politiques, toutes les institutions, toutes les causes argentines furent défendues et attaquées par lui. » Paul Groussac, « Las Bases de Alberdi », in Estudios de Historia Argentina, Buenos Aires, Jesús Menéndez, 1918, p. 289. Citations précédentes aux pages 317 et 291.

6 Paul Groussac, op.cit., p. 342.

7 Oscar Terán, Introduction à Alberdi póstumo, Buenos Aires, 1988, p. 83.

8 Luis Alberto Murray, Pro y Contra de Alberdi, Buenos Aires, Editorial Coyoacán, 1960.

9 Voir Carlos Pereyra, El pensamiento político de Alberdi, Madrid, Editorial América, s. d. Pereyra participa à l’expérience de la maison d’édition América que dirigeait le Colombien Rufino Blanco Fombona. Il est aussi l’auteur de Rosas y Thiers, une analyse du conflit du blocus français du Río de la Plata. Sur l’importance de la maison d’édition América et son influence sur le révisionnisme historique argentin, voir Diana Quatrocchi Woisson, Los males de la memoria, op. cit., p. 82 et suiv. L’auteure considère l’initiative dirigée par Blanco Fombona comme la première expérience de « contre-histoire » à l’échelle hispano-américaine.

10 Peregrinación de Luz del Dia o Viaje y Aventuras de la Verdad en el Nuevo Mundo. Le texte est daté « Londres 1871 ». La préface de José María Rosa est comprise dans l’édition de Choele Choel, Buenos Aires, s. d.

11 Malgré l’opinion de García Mérou, pour qui Alberdi cache et déguise ses référencesclés, de façon qu’il soit impossible de reconnaître ses personnages, le texte ne laisse aucun doute quant à l’intention de l’auteur de faire clairement allusion à certains de ses contemporains. Canal Feijóo diffère quelque peu de Rosa quant à l’identification des personnages. Ainsi Tartuffe pourrait aussi être Vélez Sársfield, et Gil Blas Mariano Balcarce ou Héctor Varela, des personnages tous opposés à Alberdi. Voir Martín García Mérou, Alberdi. Ensayo crítico, Buenos Aires, La Cultura Argentina, 1916, et Bernardo Canal Feijóo, Constitución y Revolución, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 1955.

12 Peu après, dans l’appendice de l’édition des Bases de 1973, Alberdi montrera une vision moins optimiste des conséquences d’une immigration qui, loin d’amener la population des régions les plus avancées d’Europe, apporta des contingents des zones les plus arriérées de la Méditerranée. Cette déception, semblable à celle de Sarmiento, ne l’amena pas à modifier les propositions du texte qui servit de base à la Constitution.

13 Peregrinación de Luz del día, p. 227.

14 Dans le travail cité, Irazusta en arrive à soutenir qu’il faut faire une nette différence entre le Salon littéraire et l’Association de Mai, créée peu après par les mêmes membres de la génération de 1837, et que l’on a tendance à considérer comme les différents degrés de développement d’une même politique : « Je soutiens que le premier fut une tentative de collaboration avec Rosas et la seconde un changement soudain pour le combattre » Julio Irazusta, op. cit., p. 114.

15 « Comme nous sommes encore sous la tutelle intellectuelle de l’Europe, nous laisserons voir par nos fréquentes citations que nous sommes autorisés par l’Europe elle-même à penser comme nous le faisons », Fragmento Preliminar al estudio del derecho, Buenos Aires, Ciudad Argentina, 1998, p. 52.

16 Toutes les références de ce paragraphe appartiennent au Fragmento Preliminar, op. cit., p. 53, 62 et 67.

17 Jorge Dotti, « La emancipación sudamericana en el pensamiento de Juan Bautista Alberdi », in Las vetas del texto, Buenos Aires, Puntosur, 1990, p. 48.

18 La rupture entre le moment historiciste et l’économisme alberdien ultérieur s’accentue dans l’œuvre de José Pablo Feinman, qui parle d’un passage de l’idéalisme objectif hégélien au matérialisme historique. Cependant, Feinmann relativise les conséquences de ce passage idéologique, dans la mesure où ces deux courants philosophiques coïncident dans leur regard sur les pays de la périphérie.

19 « La metafísica de Alberdi », Archivos de la Universidad de Buenos Aires, vol. IX, juin - septembre 1934.

20 Bernardo Canal Feijóo, op. cit., p. 555.

21 Il y avait sans aucun doute un fort ressentiment personnel dans la polémique avec Vélez Sársfield, mais Canal Feijóo ne nie pas l’importance des critiques d’Alberdi au sujet de la position subordonnée de la femme dans le code civil et de l’influence marquée du projet du Brésilien Freitas, qui l’amène à craindre que l’on prenne pour modèle le code d’un pays esclavagiste.

22 Fermín Chávez, Historicismo e iluminismo en la Cultura Argentina, Buenos Aires, Centro Editor de América Latina, 1982.

23 « Rousseau n’est pas moins à craindre que Machiavel : l’un pour avoir fait la théorie du despotisme des rois, l’autre la théorie du despotisme des peuples », Fragmento preliminar, op. cit., p. 108.

24 Les citations sont extraites du Fragmento preliminar, op. cit., p. 22.

25 « La República argentina, a 35 años de su Revolución de Mayo », in Juan Bautista Alberdi, Política y Sociedad en Argentina, Oscar Terán, dir., Biblioteca Ayacucho, Caracas, 2005.

26 « La República », op.cit., p. 53.

27 Juan Bautista Alberdi, Bases y puntos de partida para la organización política de la República Argentina, Buenos Aires, Losada, p. 86 et suiv.

28 En particulier les textes qui ont été publiés sous le titre Grandes y Pequeños hombres del Plata.

29 On tarda trente ans avant de construire le monument qu’une loi nationale prévoyait d’ériger sur une place de la ville de Buenos Aires. Du transfert de ses restes depuis la France jusqu’à la publication officielle de ses œuvres, tout fut sujet à controverses. Voir Jorge M. Mayer, Alberdi y su tiempo, Buenos Aires, Academia de Derecho y Ciencias Sociales, 1973, p. 1141 et suiv. Les résistances à tous les hommages à Alberdi, selon le témoignage répété de David Peña, venaient principalement du journal La Nación, fondé par Bartolomé Mitre.

Auteur

Avocat, historien, journaliste. Directeur du Centro Cultural Haroldo Conti et Professeur à l’Universidad Nacional de Tres de Febrero, auteur de nombreux travaux d’histoire politique et intellectuelle dont notamment Rodolfo Walsh. La palabra y la acción (2006) et Dilemas del peronismo. Ideología, historia política y kirchnerismo (2009)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr