Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juan Bautista Alberdi et l’indépendance argentine

 | 
Diana Quattrochi-Woisson

Querelles intellectuelles, débats historiographiques, interprétations politiques

Alberdi Polémiste

Carlos Altamirano

Texte intégral

  • 1 Juan Bautista Alberdi, Autobiografía, Buenos Aires, Editorial Jackson, 1945, p. 60.

1Au moment de rédiger ses notes autobiographiques, Alberdi sépare sa vie en deux parties. Il appelle privée sa vie en Argentine, et publique celle qui commence à l’âge de 28 ans, quand il part à Montevideo, en 1838. Il écrit alors : « La partie de ma vie qui vient de commencer est celle que je pourrais appeler publique. Voilà pourquoi : la vie de l’écrivain qui, depuis une résidence étrangère quelconque, vit plongé par ses écrits dans la vie politique et militante de son pays ne peut être appelée privée.1 »

2Que l’on pense en effet aux œuvres qu’il publia de son vivant ou à celles rassemblées dans ses écrits posthumes, la plupart des textes ne peuvent être envisagés en dehors de la controverse dans laquelle ils sont engagés. Sa prose se déploie rarement avec calme. Il n’aurait pas pu en être autrement pour celui qui mit, dès sa jeunesse, sa plume et son talent au service des combats civils de sa patrie. Comme pour de nombreux pays de l’Amérique hispanique, la guerre d’indépendance et la désarticulation politique et sociale engendrée par la révolution plongèrent l’Argentine dans une longue crise, ponctuée de guerres sanglantes. Trouver l’issue de ce labyrinthe représente pour Alberdi et pour sa génération un problème fondamental.

Alberdi et la nouvelle génération

  • 2 Félix Weinberg, Esteban Echeverría. Ideólogo de la segunda revolución, Buenos Aires, Taurus, 2006, (...)

3Ses premiers pas dans le débat civique ne datent pas de son départ de Buenos Aires pour Montevideo, ils eurent lieu bien avant. En 1837, il prononce un des discours d’inauguration des réunions du Salon littéraire. Créé par le libraire Marcos Sastre dans le but d’instaurer à Buenos Aires un lieu de sociabilité intellectuelle, le Salon trouvera ses principaux animateurs parmi les jeunes universitaires2. Quoique de courte durée, cette association révèle le changement qui s’opérait alors au sein des élites lettrées de cette génération. Alberdi et ses compagnons, Esteban Echeverría et Juan María Gutiérrez, nourris des mêmes lectures et inquiétudes idéologiques, en étaient les guides. Son premier livre important est publié la même année : Fragmento preliminar al estudio del derecho, une œuvre de philosophie juridique entremêlée de philosophie de l’histoire. Sa préface sera amplement citée pour évoquer la pensée alberdienne de cette période. Son discours au Salon littéraire comme son livre reflètent l’influence de la philosophie de Juillet, c’est-à-dire des doctrines à la mode après la révolution française de 1830. Dans ces textes, les noms de Theodor Jouffroy et d’Eugène Lerminier croisent ceux de Giambattista Vico et de Karl von Savigny. Les discours d’Alberdi, de Juan María Gutiérrez et d’Esteban Echeverría, montrent que le romantisme et la critique historiciste des Lumières avaient fait leur entrée au sein de la petite communauté intellectuelle de Buenos Aires. Ce nouveau discours surgissait au cœur du débat entre la jeune génération intellectuelle et ses aînés.

4L’Argentine était alors divisée en deux factions irréconciliables, qui alternaient au pouvoir : les unitarios, qui connurent leur moment de gloire sous le gouvernement éclairé de Bernardino Rivadavia ; et les federales, qui avaient renversé les premiers, et derrière lesquels s’alignaient les caudillos provinciaux, suivis de leur base populaire, rurale et urbaine. Depuis 1835, Juan Manuel de Rosas, le plus puissant des caudillos, gouvernait la province de Buenos Aires d’une main de fer. Il exerçait le rôle de première autorité de la Confédération argentine, dont l’unité reposait sur un réseau de pactes et d’engagements avec les chefs locaux. Les membres les plus éminents de l’élite gouvernante unitaire, libérale et anti-Rosas, s’étaient exilés à Montevideo, capitale de la Bande orientale.

  • 3 Tulio Halperin Donghi, Prologue à Proyecto y construcción de una nación, Caracas, Biblioteca Ayacu (...)
  • 4 Juan Bautista Alberdi, Préface à Fragmento preliminar al estudio del derecho, Buenos Aires, Biblos (...)
  • 5 Juan Bautista Alberdi, «Doble armonía del objeto de esta institución, con una exigencia de nuestro (...)

5C’est dans ce contexte que se pose le défi à relever pour la jeune génération d’intellectuels. Ils partent du principe que, loin d’être passagère, la domination de Rosas est une réalité destinée à durer3. Comment les porte-parole de la nouvelle génération définirent-ils les termes de la querelle ? Ils ne remettent pas en question l’importance du travail accompli par la génération précédente, et lui reconnaissent en effet le mérite incontesté d’avoir conquis l’indépendance de la nation, entendue comme fait matériel et militaire. Leurs aînés avaient cependant été incapables de trouver la formule politique nécessaire pour organiser le pays après l’Indépendance. Un libéralisme de contrefaçon, détaché de la réalité américaine, les avait égarés. Aussi fallait-il rompre avec l’habitude de plagier idées et institutions, et conquérir enfin une pensée propre (« une philosophie pour parvenir à une nationalité », dit Alberdi). L’étape des armes révolue, l’heure était à une intelligence qui leur serait propre. En d’autres termes, l’émancipation politique devait être parachevée par l’émancipation de la pensée. C’est en étudiant les besoins, les coutumes et les traditions du pays que l’on pourrait donner une forme américaine aux principes généraux de l’humanité. « La liberté, écrit Alberdi, est une lente mise au monde de la civilisation.4 » C’était une étape de longue haleine, son achèvement prendrait du temps et il serait pacifique (il fallait semer pour les générations futures). Mais qui donnerait forme à la nouvelle intelligence ? Nous « qui en sommes au début de notre vie – répond Alberdi dans le Salon littéraire – sommes chargés de la conquête des voies d’une civilisation propre et nationale »5.

6La critique visait la vieille élite rivadavienne. La nouvelle génération voyait dans le libéralisme abstrait et arrogant de leurs aînés la cause du triomphe des caudillos rustiques et de leurs suites plébéiennes. Alberdi fut le plus radical quant à la valeur représentative du gouvernement de Rosas. On ne comprend pas véritablement la signification du pouvoir de Rosas, dira-t-il, si on l’entend uniquement comme un fait de force. « Nous avons demandé […] à la philosophie – déclare-t-il dans la préface du Fragmento preliminar – une explication à la puissance extraordinaire du pouvoir actuel : nous l’avons trouvée dans son caractère hautement représentatif. » Puis il poursuit, après avoir cité Lerminier :

  • 6 Alberdi, Préface à Fragmento preliminar al estudio del derecho, op. cit., p. 136.

« Les gouvernements ne sont jamais que l’œuvre et le fruit des sociétés : ils reflètent aussi le caractère du peuple qui les enfante. S’ils en arrivent à dégénérer, la moindre révolution les renverse ; si une révolution est impossible, le pouvoir n’est pas bâtard ; c’est un fils légitime du peuple, il ne tombera pas.6 »

  • 7 Alberdi, Autobiografía, op. cit., p. 52.

7Le raisonnement – de filiation historiciste, comme toute la préface du Fragmento preliminar… – confère une légitimité au pouvoir de Rosas, scandaleux pour un jeune libéral. Des années plus tard, dans ses notes autobiographiques, Alberdi justifiera ces passages comme des concessions faites au « chef redouté de notre démocratie fédérale ». Ceux qui ont lu dans ces lignes une offre de collaboration au caudillo ne semblent pas s’être trompés7.

8Mais la tentation de séduire Rosas dura peu. Un an après les premiers manifestes évoquant un travail préliminaire et lent, le noyau actif de la nouvelle génération se réunissait dans une loge secrète, la Jeune Argentine, inspirée de celles qui proliféraient en Europe sous les noms de Jeune France, Jeune Italie et Jeune Europe. Ils n’abandonnèrent tout d’abord pas l’idée selon laquelle il fallait avancer lentement vers la préparation de la « régénération » de la société argentine, et ce, même si Rosas n’était déjà plus perçu comme un allié ou un agent pratique de l’œuvre idéologique des jeunes. Le credo sur lequel ils prêtèrent serment, le Dogme socialiste d’Echeverría, ne faisait pas allusion à une action imminente. Alberdi rédigea le quinzième et dernier précepte. Après avoir rappelé les antécédents unitaires et fédéraux du pays, il déclarait que les membres de la jeune association refusaient la loyauté politique aux factions dont l’affrontement déchirait la nation ; ils s’imposaient, en revanche, le devoir de lutter pour la synthèse des principes unitaire et fédéraux dans une organisation future de l’Argentine.

9L’idée que la « régénération » de la société nationale s’accomplirait au terme d’un long travail de prêche et de recrutement se détériora très rapidement quand surgit le conflit qui opposa le gouvernement de Buenos Aires à celui de la France, dont la flotte avait bloqué le port argentin. Ce conflit, « la question française », qui s’ajoutait à d’autres menaces sur le front extérieur (Bolivie et Bande Orientale), mettait en difficulté le gouvernement de Rosas et semblait le conduire à une impasse. Durant les derniers mois de 1838, les membres de la Jeune Argentine virent dans la nouvelle situation la possibilité d’abréger la marche vers la civilisation. Comme le rappellera Alberdi de nombreuses années plus tard :

« La jeunesse interrompit immédiatement la révolution intelligente, et se consacra à la révolution armée : elle abandonna les idées et choisit l’action ; ce chemin lui sembla préférable, car c’était le plus court. »

  • 8 Alberdi, Escritos póstumos, Bernal, Universidad Nacional de Quilmes, 2002, tome XV, p. 214.
  • 9 Ibid., p. 215.

10Le pays ne disposait pas des forces nécessaires au succès de l’entreprise militaire, et il était « indispensable pour faire tourner la roue de la révolution d’adopter un axe étranger »8. La France devait être cet axe. En novembre de cette année, Alberdi se rendit à Montevideo « avec des vues révolutionnaires contre Rosas »9.

  • 10 Ibid., p. 214

11Dans la capitale uruguayenne, son activité politique prendra deux voies : les conciliabules pour préparer un soulèvement armé contre Rosas, et la campagne d’agitation dans El Nacional et La Revista del Plata. La presse fut sa machine de guerre et il y révélera ses dons pour la propagande révolutionnaire et la polémique. Il prêche contre Rosas – qu’il représente dorénavant sous les traits du tyran opprimant son peuple – et en faveur de la coalition avec les Français pour renverser le caudillo. Il parvient ainsi à vaincre les résistances des exilés, rebutés par l’idée de marcher contre la patrie en alliance avec l’étranger. Jour après jour, la plume d’Alberdi s’applique à démontrer que Rosas, l’ennemi de la France, était aussi l’ennemi des principes de la révolution argentine de Mai ; que la nationalité était un précepte sacré mais pas absolu ; que l’on ne trahissait pas la patrie quand on était fidèle à la civilisation et qu’aucune nation européenne n’avait plus de titres que la France pour garantir l’implantation d’un ordre de liberté. Plus tard, en évoquant cette campagne, Alberdi dira que la jeunesse « épousa l’idée selon laquelle la question française était une chance pour la révolution »10.

12Les réticences des exilés anti-Rosas de Montevideo cédèrent aux arguments d’Alberdi, mais à la condition que les unitaires prennent la direction des opérations. À la fin février 1840, un général de cette filiation, Juan Lavalle, pénétrait en territoire argentin pour mener une guerre contre Rosas. Il était à la tête d’une armée qui comptait sur des forces conspiratrices à plusieurs endroits de l’intérieur du pays. Cependant, le caudillo de Buenos Aires sut gérer les ressources dont il disposait, résista au siège français et, avec l’aide de caudillos alliés, finit par vaincre ses ennemis. À la fin 1842, un des chefs militaires de la coalition de Rosas organisait le siège de Montevideo. L’année suivante, Alberdi quitta la capitale de la république Orientale, toujours en guerre civile, et partit pour l’Europe (à l’heure de la controverse, Sarmiento lui rappellera avec malveillance cet abandon de la ville assiégée).

La doctrine de la greffe

  • 11 Fermín Chávez, «Alberdi y los liberales», in Civilización y barbarie. El liberalismo y el mayismo (...)

13Selon l’historien révisionniste Fermín Chávez, 80 % de l’œuvre d’Alberdi est anti-Mitre et anti-Sarmiento. Il affirme même que « son œuvre entière est polémique »11.

14Nous pourrions ajouter au jugement de Chávez qu’aucune des polémiques dans lesquelles Alberdi se trouva engagé au long de sa trajectoire n’est aussi célèbre que la querelle qui l’opposa à Domingo F. Sarmiento ; de par le prestige de l’adversaire – l’autre grand nom de la « province flottante » de l’Argentine exilée – et par l’habileté polémique d’Alberdi qui, dans ce combat rhétorique, brilla comme jamais elle ne l’avait fait auparavant ni ne le fera par la suite. L’affrontement des deux personnages montrait que la chute de Rosas n’impliquait pas la fin des discordes, mais plutôt leur prolongation. La scission se produisait maintenant entre ceux qui parlaient un même langage idéologique et plaidaient pour les mêmes instruments civilisateurs dans un pays qu’ils jugeaient sous-développé, désert et barbare. Concentrons ainsi nos regards sur les Cartas quillotanas, classique de la littérature politique argentine du XIXe siècle.

15Évoquons brièvement le contexte idéologique et politique de la polémique. Durant la décennie de 1840, le noyau le plus talentueux de la génération de 1837 s’installa au Chili. Sous le gouvernement conservateur de Manuel Bulnes (1841-1851), le Chili était entré dans une phase de libéralisation politique, économique et institutionnelle, qui en avait fait le refuge de beaucoup d’exilés hispano-américains. Comme l’écrit Ana María Stuven :

  • 12 Ana María Stuven, « El exilio de la intelectualidad argentina : polémica y construcción de la esfe (...)

« Les Colombiens, les Péruviens, les Equatoriens, mais surtout les Argentins, trouvèrent au Chili la place qui leur était déniée dans leur propre pays, ce qui était enfin un motif de fierté pour les Chiliens12. »

  • 13 Ibid. p. 414.

16Sarmiento s’y trouvait déjà et s’était fait un nom dans la presse chilienne. Alberdi, « qui possédait le prestige intellectuel suffisant pour que El Mercurio parle de son arrivée comme d’un événement culturel et annonce la publication de ses impressions sur un récent voyage en Italie, en Suisse et en France », débarqua en 184413. Juan María Gutiérrez, Vicente F. López, Félix Frías, Mariano Fragueiro et Bartolomé Mitre faisaient eux aussi partie de ce milieu d’intellectuels émigrés. Malgré leur orientation libérale, la plupart de ces Argentins (Mitre ne figurait pas parmi eux) se sentaient plus proches du gouvernement conservateur que des libéraux chiliens, qui militaient dans l’opposition. D’ailleurs, Sarmiento s’était forgé au Chili une réputation d’écrivain public sous la protection de Luis Mont, première figure du parti majoritaire, avec qui il collabora pendant plusieurs années. Cette position mettait non seulement en évidence la prudence à laquelle obligeait la condition d’exilé face à la vie publique du pays donneur d’asile, mais elle reflétait surtout la valeur acquise à leurs yeux par le principe d’autorité. C’était une des leçons qu’ils tiraient de l’expérience argentine, mais aussi de l’ordre chilien. « Le sentiment d’autorité est dans tous les cœurs », observe Sarmiento dans le Facundo, en décrivant la situation de l’Argentine quand Rosas s’éloignera du pouvoir. Pour Alberdi aussi, le caudillo a œuvré, malgré lui, comme instrument de la Providence :

  • 14 Juan B. Alberdi, La República Argentina treinta y siete años después de su Revolución de Mayo, in (...)

« Le pouvoir suppose comme base d’une existence stable, l’habitude de l’obéissance. Cette habitude a pris racine dans les deux partis. À l’intérieur du pays, Rosas a enseigné à ses partisans à obéir ; et ses ennemis absents, n’ayant pas le droit de gouverner, ont passé leur vie à obéir, et d’une façon ou d’une autre, tous deux sont arrivés à la même fin.14 »

17Autrement dit, Rosas avait réussi ce que Rivadavia n’avait pas pu faire : unifier le pays sous une autorité centrale à laquelle les habitants jurent obéissance. Ce n’est pas la justesse des observations faites sur la situation argentine dans la seconde moitié de la décennie 1840 qui m’intéresse ici, mais l’importance donnée, dans le diagnostic, à l’autorité et à l’obéissance. Les exilés argentins étaient d’avis que pour les peuples trop turbulents, indisciplinés, sans habitudes de travail et enclins au désordre de l’Amérique du Sud, l’heure de l’autogouvernement et de la république démocratique n’avait pas encore sonné. C’est là la leçon qu’ils tiraient de l’expérience argentine et aussi, par contraste, de l’expérience chilienne. La révolution française de 1848 ne fera que renforcer cette position conservatrice de la « moitié la plus cultivée de la République argentine », comme Alberdi appelle les proscrits.

18Certes, l’élite libérale n’abandonne pas l’objectif de « régénérer » la patrie et de l’engager sur la route du progrès. Mais, au Chili, elle reformule ses idées et conçoit des moyens plus puissants de rendre possible, avec le temps et le changement des habitudes, l’avènement d’une république véritable. La civilisation n’adviendra pas par le long travail de prêche et de recrutement de prosélytes, comme le pensait la loge juvénile de 1838 ; elle ne s’imposera pas non plus par une rapide révolution armée qui destituerait le caudillo de Buenos Aires. Il fallait transformer les coutumes et mettre fin au désert, obstacle à la civilisation et aux progrès.

  • 15 Juan B. Alberdi, « La acción de la Europa en América. Notas de un español americano », in Autobiog (...)

« La population actuelle est une branche greffée de la péninsule espagnole – écrit Alberdi en 1845. Pour que le verger soit complet, plantons à ses côtés d’autres arbres en provenance d’autres pays, qui donneront d’autres fruits, plus savoureux et plus variés.15 »

19Pour faire naître l’habitude de l’ordre et la disposition à l’industrie, une nouvelle greffe européenne s’imposait. « La plante de la civilisation », écrit Alberdi, est « comme la vigne, qui prend et se répand en grappe ». Sarmiento s’exprimait de la même façon dans le Facundo :

  • 16 Sarmiento, Facundo, Buenos Aires, Ediciones Culturales Argentinas, 1962, p. 276.

« le principal facteur d’ordre et de moralisation dont dispose aujourd’hui la République argentine, c’est l’immigration européenne, qui d’elle-même et en dépit de l’absence de sécurité qu’offre la région du Plata, s’accroît jour après jour16 ».

  • 17 Ibid., p. 277.

20Avec un programme adapté, un nouveau gouvernement pourrait multiplier en quelques années la population argentine « d’habitants actifs, moraux et industrieux »17. Il ne s’agissait pas là d’une utopie, les États-Unis en donnaient un exemple concret.

21Il y avait consensus sur la nécessité d’ouvrir le pays aux habitants d’Europe, à ses capitaux et à ses travailleurs, ainsi que sur le langage à adopter : la langue prosaïque de l’industrie, de la libre navigation des fleuves et du commerce international. On s’accordait aussi sur les conditions nécessaires à ce programme, à savoir : un climat de paix et d’ordre, et la garantie des libertés civiles contre l’arbitraire du gouvernement. Comment parvenir à cette situation ? Exilé à Montevideo, Esteban Echeverría fera observer à ses anciens camarades de la Jeune Argentine que le remède ne viendrait ni des armées unitaires, ni de l’alliance avec l’étranger.

  • 18 Lettre de Esteban Echeverría, in Archivo del Doctor Juan María Gutiérrez. Epistolario, Buenos Aire (...)

« Il ne faut pas se faire d’illusions, on ne peut compter sur aucun élément étranger pour renverser Rosas – écrit-il à Gutiérrez le 1er novembre 1846 –. La révolution doit venir du pays lui-même et doit être menée par les caudillos qui ont grandi sous son aile. Dans le cas contraire, nous n’aurons pas de patrie. Nous verrons ce que feront Urquiza et Madariaga.18 »

  • 19 Voir Alberto Palcos, Historia de Echeverría, Buenos Aires, Emecé, 1960, Annexe, p. 247-250.

22À ce moment-là, Echeverría avait déjà envoyé un exemplaire du Dogme socialiste aux deux caudillos et leur avait écrit en les incitant à œuvrer contre le « despotisme barbare » et en faveur de la fraternité et de la pacification du pays19.

23À partir de 1848, les émigrés se tournent vers le général et caudillo fédéral Justo José de Urquiza. Gouverneur de la province d’Entre Rios, riche propriétaire terrien et entrepreneur prospère, Urquiza était l’allié le plus puissant de Rosas. Bien que le régime de la confédération de Rosas semblât être au comble de sa gloire et de son pouvoir, une rumeur insistante qui circulait parmi les exilés, laissait entendre qu’un conflit d’intérêts opposait les deux caudillos. Sous le régime d’Urquiza, Entre Rios était devenue plus forte et plus prospère. Il avait en outre compris les dégâts que représentait la politique douanière de Buenos Aires pour sa province, qui aurait pu bénéficier de la liberté de commerce et de la libre circulation sur les fleuves. La rumeur ajoutait qu’Urquiza nourrissait le projet de normaliser institutionnellement le pays, une fois résolu le conflit avec la Grande-Bretagne et la France. Bien que le gouverneur d’Entre Rios œuvrât prudemment, les signes de rupture étaient de plus en plus visibles : c’était une bonne nouvelle pour les immigrés.

24Le 1er mai 1851, la rupture avec Rosas devint explicite. Quand Urquiza commence à préparer une armée avec l’appui des forces brésiliennes et uruguayennes pour affronter le puissant gouverneur de Buenos Aires, plusieurs émigrés pénètrent en territoire argentin pour rejoindre la Grande Armée et prendre part au renversement de Rosas. Sarmiento se trouvait parmi eux. Une seule bataille suffit à mettre fin à la confédération de Rosas, la bataille de Monte Caseros, le 3 février 1852. Dans Campaña en el Ejército Grande Aliado de Sud América, Sarmiento fera le récit des préparatifs de cette opération militaire, de sa participation – accessoire, aussi bien lors des préambules que de l’assaut final – et de sa prise de distance politique d’avec Urquiza. Dans l’édition chilienne de cette œuvre, l’auteur ajouta une dédicace à Alberdi qui déclencha la polémique.

Lettrés et caudillos

25La dédicace de Sarmiento contenait une attaque non dissimulée à son destinataire. Il reprochait à Alberdi de n’avoir pas respecté l’accord de non-intervention « pendant cette période de transition passagère » de la politique du Rio de la Plata. Cet accord avait été le fruit de « trois jours de conférences ». Le livre qu’il lui dédiait montrait en détail ce qu’il lui avait déjà expliqué oralement de façon générale. Alberdi parlait de politique pratique pour justifier des faits intolérables, sans connaître la réalité pratique dont il parlait. C’était là la deuxième accusation de Sarmiento contre son adversaire : Alberdi, qui avait adopté une position semi-officielle (c’est-à-dire, proche d’Urquiza) était absent du théâtre des événements, à différence de ceux qui, comme lui, avaient été présents et savaient de quoi ils parlaient :

« j’ai vu de mes propres yeux égorger le dernier homme qui a souffert cette peine, inventée et appliquée avec une horrible profusion par les caudillos. »

26À ce moment-là, seule Buenos Aires était libérée des caudillos, mais les provinces ne tardèrent pas à se défaire de leurs chefs. Sarmiento ira plus loin en accusant Alberdi de ne pas avoir été physiquement engagé dans la lutte :

« Je lui parle de presse et de guerre parce que les mots lancés dans la première prennent la forme de balles dans la seconde, et sur le champ de bataille ceux qui les reçoivent ne sont pas ceux qui les ont écrits. »

27Il lui rappelait ensuite son départ de Montevideo, en 1842, alors que la ville était assiégée. Après avoir évoqué d’autres désaccords passés, Sarmiento exprimait, en conclusion, sa confiance dans le fait qu’une fois l’éphémère épisode d’Urquiza terminé, leur amitié se renouerait.

28L’existence de divergences n’était évidemment pas une surprise pour Alberdi. Après le retour de Sarmiento au Chili, ils avaient entretenu, pendant un certain temps, une relation épistolaire fréquente et cordiale, l’un à Santiago, l’autre à Valparaíso. Quand Alberdi publia la deuxième édition des Bases, Sarmiento lui écrivit une lettre qui célébrait l’écrit avec enthousiasme :

  • 20 Lettre de Sarmiento à Alberdi, in Juan B. Alberdi, Obras completas, vol. IV, p. 135.

« Votre Constitution est un monument. Vous dites qu’il s’agit de la réalisation des idées dont je me suis fait l’apôtre. Certes, mais c’est vous le législateur du bon sens sous la forme de la science.20 »

  • 21 Voir la lettre à Félix Frías du 15/7/1852 in Juan B. Alberdi, Cartas inéditas a Juan María Gutiérr (...)
  • 22 Voir Jorge Mayer, Alberdi y su tiempo, Buenos Aires, Eudeba, 1963, p. 437-443.
  • 23 Ibid., p. 268.

29Alberdi semblait croire qu’il avait suffisamment d’ascendant sur Sarmiento pour empêcher que la dispute n’atteigne de trop grandes proportions, et que si ce dernier critiquait Urquiza, c’était surtout le reflet de l’amour-propre blessé d’un homme qui pensait n’avoir pas été traité par le caudillo avec la considération méritée21. Mais ni le cours des événements ayant lieu en Argentine, où l’on assistait à une nouvelle fracture suite à la rébellion de la province de Buenos Aires, ni les jugements opposés des deux hommes sur le conflit du Plata ne permettaient l’abstention et la condescendance. La polémique commença dans la presse chilienne. Alberdi répondit aux attaques de Sarmiento par quelques articles anonymes22. Elle se prolongea jusqu’en novembre, date de parution de Campaña en el Ejército Grande, où l’on pouvait lire la fameuse dédicace à Alberdi. « Sarmiento m’a dédicacé une œuvre basse et folle […] les insultes qu’il m’adresse m’ont décidé, non pas à lui en renvoyer, mais plutôt à l’étudier lui, avec respect et dignité, dans ses œuvres passées et présentes, dans ses tendances », écrit Alberdi à Félix Frías, à qui il promet d’envoyer bientôt ce travail, « dans lequel je vais détruire en lui l’obstacle à l’ordre et non le soldat utile »23.

  • 24 Juan B. Alberdi, Cartas sobre la prensa y la política militante de la República Argentina, Buenos (...)

30L’écrit parut au Chili, en mars 1853, sous le titre Cartas sobre la prensa y la política militante de la República Argentina, mieux connue sous le nom de Cartas quillotanas, en référence à Quillota, la localité où résidait Alberdi. Il s’agissait de quatre lettres adressées à Sarmiento dans lesquelles il démolissait habilement son rival. Avec l’attitude d’un homme de science, exposant un corps dans son ensemble avant de l’examiner dans le détail, Alberdi transcrit au début du texte la dédicace de son adversaire. Le lecteur – ce tiers toujours supposé dans toute polémique – est le témoin auquel il présente, comme un échantillon, le texte de Sarmiento, afin qu’il puisse être renseigné sur la nature de l’attaque qui motivait sa brochure. Sans la parution de cette dédicace offensante, Alberdi n’aurait probablement pas lu Campaña en el Ejército Grande. Il mentionne presque avec dédain qu’il manque de temps pour « des lectures rétrospectives de ce genre, [et qu’il n’aurait] même pas pris la peine de répondre »24.

  • 25 Dans son livre sur les doctrines de l’époque romantique, Paul Bénichou caractérise très bien cette (...)

31Il établit à plusieurs reprises ses propres règles de débat. « N’attendez pas de moi autre chose qu’une critique haute, digne, respectueuse – lui dit-il dans la première lettre. Votre personne ne m’inspire guère que du respect. Je vais vous étudier dans vos écrits publics. » (p. 12) Dans une autre lettre : « l’intérêt de cette étude n’est ni personnel ni passionné. » (p. 28) Il ne s’abaissera donc pas, comme son adversaire, sur le terrain des insultes et des offenses. Il se contentera de le considérer comme un objet à examiner, rétablissant les faits dans leur contexte. Le principe de ne s’attacher qu’à la réalité positive, à l’heure de juger des comportements, des faits historiques et des coutumes sociales, n’était pas qu’une caractéristique alberdienne. Elle faisait partie de ce que nous pourrions appeler l’épistémologie de l’époque25. Nous pouvons également trouver chez Sarmiento de nombreux passages articulés avec ce type d’argumentation, présupposant la hauteur du propos et l’autorité de celui qui sait. Mais aucun membre de la génération de 1837 n’emploiera avec plus d’efficacité et de conviction qu’Alberdi le discours qui énonce à la fois la loi inscrite dans le réel et la norme pour agir en accord avec cette vérité objective. C’est avec cette rhétorique qu’il écrit ses textes doctrinaires et ses textes polémiques.

32Une fois son attitude définie, Alberdi adopte un langage impassible et examine son adversaire sans autre intérêt, comme il le déclare à plusieurs reprises, que l’ordre et la pacification de la République argentine. Qui est Sarmiento ? Et que représente-t-il ? Un journaliste dont la culture ne dépasse pas celle que lui fournit sa profession. Formé au travail de l’écriture à l’époque de la presse de combat, il a prêté ses services à la lutte contre Rosas. L’adversaire a ses mérites et Alberdi ne va pas les nier : « pendant dix ans vous avez été le soldat de la presse ; un écrivain de guerre, de combat. Entre vos mains la plume fut une épée et non pas une torche. » (p. 14) Mais avec la chute de Rosas la situation a changé, c’est l’heure de la paix et de l’organisation, la plume doit être une torche, et non plus une épée. C’est ce que Sarmiento ne comprend pas : il retombe dans les mêmes erreurs de la guerre journalistique, cette fois-ci contre Urquiza, le nouveau nom du pouvoir des caudillos. Il démontre ainsi qu’il est figé dans le passé. Comme d’autres hommes de la presse militante, c’est tout ce qu’il sait faire. Or, la nouvelle situation exige de construire, avec des compétences que l’on n’acquiert pas en rédigeant des journaux. Autrement dit, il est nécessaire d’avoir fait des études. « En politique, en législation, en administration, on ne peut construire sans maîtriser ces sciences – car ce sont bien des sciences », dit Alberdi en sermonnant son adversaire (p. 16). Et il ajoute pour conclure : « La presse de combat, qui n’a ni étudié ces choses, ni eu besoin de le faire pendant les époques de tyrannie, se retrouve dépourvue face à ces devoirs. Ses fiers serviteurs doivent céder les postes où ils excellaient quand il s’agissait d’attaquer et de détruire, et leur amour-propre commence à en souffrir. » (p. 16) En visant les titres intellectuels de Sarmiento, un autodidacte particulièrement sensible sur ce point, Alberdi savait où il frappait.

33Tout au long de son pamphlet, Alberdi défend la thèse selon laquelle il fallait organiser la république avec les éléments disponibles. Prétendre, au contraire, comme Sarmiento, ne compter que sur les « bons éléments » revenait à conspirer contre cette organisation : « Toute exclusion implique la division et l’anarchie. Diriez-vous qu’avec les mauvais il est impossible d’atteindre une liberté parfaite ? Sachez qu’il n’y a pas d’autre solution que d’atteindre une liberté imparfaite, et dans la mesure de ce qui est possible pour le pays tel qu’il est, et non pas tel qu’il n’est pas. » (p. 18) S’opposer au possible, bien qu’il soit imparfait, c’était œuvrer comme un « mauvais gaucho de la presse ». La presse sud-américaine, écrit Alberdi, « a ses caudillos, ses mauvais gauchos, comme tous les secteurs de la vie publique. Et ce n’est pas parce qu’ils sont les rivaux des caudillos armés de sabre, que les caudillos armés de plume ne sont pas des caudillos ». Sarmiento se croyait l’adversaire de la barbarie mais en incarnait, en réalité, une des tendances engendrées par le désert et l’absence de civilisation.

34Par ailleurs, d’où venait son hostilité contre Urquiza ? Du ressentiment de la vanité blessée. Le récit de Sarmiento dans Campaña en el Ejército Grande, lui en donnait la preuve. Dans quel but celui-ci avait-il voyagé à la rencontre d’Urquiza ? Dans le but de le guider, de « conseiller » le caudillo. Mais le chef d’Entre Rios, observe Alberdi, n’avait pas fait attention à lui. Or, demande-t-il à son adversaire, « quelles lumières, quels conseils vouliez-vous faire entendre ? Il s’agissait d’affaires militaires, vous parliez avec un soldat ; il était question de guerre et non de politique ; vous alliez voir une armée, non un congrès, vous n’êtes pas militaire, vous ne pouviez offrir de lumières, de conseils stratégiques, les vôtres sont uniquement adaptés devant les assemblées délibérantes ou le gouvernement civil. » (p. 41) Sarmiento semblait une nouvelle fois prétendre obtenir reconnaissance et autorité dans un art qu’il ne maîtrisait pas. Comment pouvait-il comparer son combat journalistique contre Rosas à l’œuvre du chef militaire qui avait organisé la bataille qui mit fin à la tyrannie ?

35La guerre était finie, mais Sarmiento continuait à faire la guerre. « Vous, qui parliez tant de colonisation, d’immigration, de chemin de fer, d’éducation populaire, d’industrie, de commerce, de navigation intérieure, lui rappelle Alberdi, vous n’avez pas écrit un seul mot sur ces sujets depuis la chute du tyran. L’ensemble de vos derniers écrits sont de simple politique personnelle. » Qu’était sa Campaña, si ce n’est « un pamphlet politique contre le général en chef de l’armée libératrice, destiné à miner son crédit, provoquer des désaffections et détruire son autorité » ? (p. 69) Sarmiento enseignait à désobéir, quand il était nécessaire de se soumettre et de favoriser l’ordre pour laisser place à l’organisation institutionnelle. L’organisation politique ne serait pas irréprochable dès le premier jour, mais comment espérer que les choses fussent autrement avec les antécédents de la vie coloniale, les habitudes anarchiques que la république avait introduites et le manque de pratique constitutionnelle du pays ?

  • 26 NdT : pípiolo signifie novice, c’est ainsi qu’on appelait le parti libéral chilien.
  • 27 Domingo F. Sarmiento, Recuerdos de provincia, Buenos Aires, Editorial Jackson, 1944, p. 296-297.
  • 28 Alberdi, Cartas sobre la prensa y la política militante de la República Argentina, op. cit., p. 79

36Au Chili, Sarmiento avait pourtant prêté ses services de propagandiste au parti de l’ordre des conservateurs, après avoir refusé de collaborer avec les libéraux – observe Alberdi, qui s’appuie alors sur un autre écrit de son rival : Recuerdos de provincia. Sarmiento y racontait qu’après avoir délibéré pendant huit jours et avoir examiné la situation des partis chiliens, il arriva à la conclusion que le parti libéral n’était pas en mesure de triompher : « C’était une tradition et non un fait. » Une autre raison le poussait en outre à refuser de défendre les positions du parti pípiolo26, ajoutait Sarmiento. La propagande de Rosas accusait les exilés d’être des perturbateurs, des séditieux et des anarchistes, et les Argentins ne voulaient pas alimenter cette campagne en se rangeant du côté des opposants au gouvernement du pays qui les accueillait27. Alberdi rassemble ses affirmations et commente ironiquement qu’il ne lui reproche pas d’avoir adopté le parti de l’ordre, mais qu’il eût préféré qu’il le fasse pour « des motifs plus élevés »28. Par contre, il regrettait que Sarmiento, ami de l’autorité au Chili, ne soit pas logique avec lui-même au moment d’intervenir dans la politique argentine après la chute de Rosas.

  • 29 Ibid., p. 79.

37Sarmiento n’était pas logique non plus avec la thèse exposée dans son œuvre la plus célèbre, Facundo, livre « plus opportun aujourd’hui, dit Alberdi, qu’à l’époque de sa publication »29. Il signale d’abord que l’auteur ne respecte pas la version originale, car il supprime dans la nouvelle édition l’introduction et les deux derniers chapitres, afin de plaire à ses amis actuels, les unitaires. Alberdi se sert ensuite des arguments du Facundo pour les retourner contre leur auteur. Le Facundo ne raconte pas seulement une histoire du caudillisme, interprète Alberdi, mais aussi l’histoire de l’échec d’un parti opposé aux caudillos, le parti unitaire. Sarmiento critiquait les vieux libéraux pour avoir essayé d’appliquer des doctrines de livres et de penseurs d’Europe dans un milieu étranger à la réalité européenne. C’était la critique formulée contre la culture unitaire par la nouvelle génération, qui se considérait aussi différente des fédéraux que des unitaires. En interprétant les tendances qui s’étaient affrontées dans les guerres civiles du pays, Sarmiento faisait du caudillo Facundo Quiroga une expression authentique de la société argentine, ce qui aux yeux d’Alberdi était exagéré. Mais, dépouillée de son caractère excessif, cette vision ne manquait pas de vérité : « Si l’on supprime l’exagération de l’auteur de Facundo, il restera une vérité historique que d’autres avant lui avaient déjà signalée, à savoir que le caudillaje et son système sont des fruits naturels de l’arbre du désert et du passé colonial. » (p. 82) Ainsi, en citant et en paraphrasant longuement son adversaire, Alberdi tire habilement de ce qu’il appelle la doctrine du Facundo un fondement pour ses propres positions. Que dit cette doctrine ? Que « le caudillaje est un mal, mais que ce mal est un fait bien enraciné, profond et normal ; qu’il est nécessaire de le combattre progressivement, dans ses causes profondes, et pas seulement dans ses conséquences isolées. »

38Alberdi dégage une leçon du Facundo : la lutte contre le caudillisme a manqué de « bon sens », qualité que l’on trouve dans la « réalité immédiate et palpitante » plus que dans les livres. « Ainsi le gaucho argentin, le propriétaire terrien, le négociant, sont plus aptes à la politique pratique que nos bons élèves, spécialistes de Quinet et de Michelet, qui connaissent tout excepté l’Amérique du Sud. » Sarmiento agissait en opposition à ce qu’il avait si bien compris dans son livre. Il s’alliait maintenant aux unitaires pour combattre l’autorité d’Urquiza, qui avait surgi des événements historiques avec toute la force et la logique des faits. L’auteur du Facundo invoquait des vices de forme contre l’Accord de San Nicolás, établi pour organiser constitutionnellement le pays, « parce qu’il n’était pas conforme aux règles constitutionnelles de Benjamin Constant, parce que la discussion et la délibération les plus libres n’avaient pas précédé son approbation ». Quant au général Urquiza, ce qui comptait – nous dit Alberdi – n’était pas son caractère personnel, mais ce qu’il mettait en œuvre dans l’exercice de son pouvoir : liberté de navigation sur les fleuves, convocation à l’Assemblée constituante. Bref, si l’on voulait un ordre républicain en Argentine, il fallait faire avec la réalité effective, avec les faits.

39Après avoir rappelé quelques vérités du Facundo pour les retourner contre son auteur, Alberdi revient sur ce qui, selon lui, était faux dans la doctrine de Sarmiento : le fait d’expliquer les guerres civiles du pays par la lutte entre la ville et la campagne, perçues comme pôles de principes opposés ; celui de la civilisation, représentée par les villes, et celui de la barbarie et du retard, situé dans la campagne. « Vous situez dans les champs le Moyen Âge et l’ancien régime espagnol, et dans les villes le XIXe siècle et le régime moderne. » Mais le choc de ces deux sociétés n’était pas le fondement des guerres civiles, réplique Alberdi. Avant la révolution, observe-t-il, l’ordre et l’esprit colonial s’imposaient aussi bien dans les villes que dans les campagnes :

« Puis, à son tour, la révolution, c’est-à-dire, le XIXe siècle européen, envahit tout notre sol, villes et campagnes comprises. Les armées qui conquirent l’indépendance provenaient des deux côtés. [Mais c’est des campagnes que] surgit le pouvoir qui expulsa l’Espagne, réfugiée à la fin du colonialisme dans les villes ; et c’est des campagnes que surgira l’autorité américaine qui la remplacera, parce que l’Amérique du Sud est définie par ses campagnes : – le désert y est la règle, le peuplement l’exception. »

40Comme corollaire politique de son interprétation, Alberdi avançait une thèse en faveur de son alliance avec Urquiza :

« La politique qui ne saura pas s’appuyer sur nos campagnes pour résoudre le problème de notre organisation et de notre progrès sera aveugle, car elle ignorera le seul levier qui fait bouger ce monde dépeuplé. L’anarchie ne vient pas de la campagne : elle a été fille de la révolution, qui a divisé campagnes et villes. »

41Adopter l’interprétation erronée de Sarmiento impliquait de continuer à alimenter la discorde.

42On pourrait dire que cette dernière remarque d’Alberdi achevait son travail de liquidation. Sarmiento sentit les estocades et réagit avec un pamphlet, Las Ciento y Una, où il développa une longue invective. Alberdi voulait démolir sa réputation, discréditer ses titres, le réduire à néant, soutient Sarmiento, qui répondra en attaquant son adversaire sur tous les plans. Les deux œuvres ne pourraient être plus contrastées : le discours contrôlé des Cartas quillotanas, d’un côté, dans lesquelles l’auteur se penche sur l’obstacle à la république que représente son adversaire dans le but de « l’examiner » ; et la réplique précipitée de Sarmiento, de l’autre, qui ne cherche qu’à insulter et à blesser. Alberdi répondit cette même année (1853) avec Complicidad de la prensa en las guerras civiles de la República Argentina, rédigé sur le même ton que les lettres et dans lequel il reprend en partie les arguments que nous avons commentés. Sarmiento ne répondit plus, mais leur dispute se poursuivit. Ils s’affronteraient une dernière fois au sujet de la Constitution approuvée à Santa Fe en 1853, Constitution inspirée des Bases d’Alberdi. Sarmiento défendrait alors le point de vue de Buenos Aires, séparée de la Confédération argentine. Mais l’examen de ce chapitre de la polémique entre ceux qui étaient devenus deux adversaires tenaces exigerait une autre analyse. Disons simplement que la brochure qu’Alberdi publia en 1874 sous le titre Palabras de un ausente est probablement le dernier fruit de cette longue inimitié. La plupart des arguments de cet écrit nous sont connus depuis les Cartas quillotanas, mais cette fois-ci il raisonne moins avec des faits qu’avec des principes. Son adversaire, jadis camarade d’exil au Chili, est devenu maintenant président de la République argentine, tandis qu’Alberdi, quant à lui, se sent obligé d’expliquer que sa longue absence n’est pas synonyme d’un manque d’amour envers sa patrie.

Notes

1 Juan Bautista Alberdi, Autobiografía, Buenos Aires, Editorial Jackson, 1945, p. 60.

2 Félix Weinberg, Esteban Echeverría. Ideólogo de la segunda revolución, Buenos Aires, Taurus, 2006, p. 96.

3 Tulio Halperin Donghi, Prologue à Proyecto y construcción de una nación, Caracas, Biblioteca Ayacucho, 1980, p. XIV.

4 Juan Bautista Alberdi, Préface à Fragmento preliminar al estudio del derecho, Buenos Aires, Biblos, 1984, p. 130.

5 Juan Bautista Alberdi, «Doble armonía del objeto de esta institución, con una exigencia de nuestro desarrollo social; y de esta exigencia con otra general del espíritu humano», in El Salón Literario, Buenos Aires, Hachette, 1977, p. 131.

6 Alberdi, Préface à Fragmento preliminar al estudio del derecho, op. cit., p. 136.

7 Alberdi, Autobiografía, op. cit., p. 52.

8 Alberdi, Escritos póstumos, Bernal, Universidad Nacional de Quilmes, 2002, tome XV, p. 214.

9 Ibid., p. 215.

10 Ibid., p. 214

11 Fermín Chávez, «Alberdi y los liberales», in Civilización y barbarie. El liberalismo y el mayismo en la historia y en la cultura argentina, Buenos Aires, Trafac, 1956, p. 39.

12 Ana María Stuven, « El exilio de la intelectualidad argentina : polémica y construcción de la esfera pública chilena (1840-1850) », in Carlos Altamirano (dir.), Historia de los intelectuales en América Latina, vol. I : La ciudad letrada, de la conquista al modernismo, Buenos Aires, Katz, 2008, p. 413.

13 Ibid. p. 414.

14 Juan B. Alberdi, La República Argentina treinta y siete años después de su Revolución de Mayo, in Autobiografía, op. cit., p. 158.

15 Juan B. Alberdi, « La acción de la Europa en América. Notas de un español americano », in Autobiografía, op. cit., p. 131.

16 Sarmiento, Facundo, Buenos Aires, Ediciones Culturales Argentinas, 1962, p. 276.

17 Ibid., p. 277.

18 Lettre de Esteban Echeverría, in Archivo del Doctor Juan María Gutiérrez. Epistolario, Buenos Aires, Biblioteca del Congreso de la Nación, 1981, vol. II, p. 74.

19 Voir Alberto Palcos, Historia de Echeverría, Buenos Aires, Emecé, 1960, Annexe, p. 247-250.

20 Lettre de Sarmiento à Alberdi, in Juan B. Alberdi, Obras completas, vol. IV, p. 135.

21 Voir la lettre à Félix Frías du 15/7/1852 in Juan B. Alberdi, Cartas inéditas a Juan María Gutiérrez y a Félix Frías, recueil et introduction de Jorge M. Mayer et Ernesto A. Martínez, Buenos Aires, Editorial Luz del Día, 1953, p. 257.

22 Voir Jorge Mayer, Alberdi y su tiempo, Buenos Aires, Eudeba, 1963, p. 437-443.

23 Ibid., p. 268.

24 Juan B. Alberdi, Cartas sobre la prensa y la política militante de la República Argentina, Buenos Aires, Ediciones Estrada, 1945, p. 9 (désormais, toute citation de cette œuvre renvoie aux pages de cette édition).

25 Dans son livre sur les doctrines de l’époque romantique, Paul Bénichou caractérise très bien cette forme de réfutation pour éviter la diatribe, El tiempo de los profetas, México, FCE, 1984.

26 NdT : pípiolo signifie novice, c’est ainsi qu’on appelait le parti libéral chilien.

27 Domingo F. Sarmiento, Recuerdos de provincia, Buenos Aires, Editorial Jackson, 1944, p. 296-297.

28 Alberdi, Cartas sobre la prensa y la política militante de la República Argentina, op. cit., p. 79.

29 Ibid., p. 79.

Auteur

Chercheur au CONICET, Consejo Nacional de Investigaciones Científicas y Técnicas d’Argentine. Professeur émérite de l’Universidad Nacional de Quilmes, spécialiste d’histoire intellectuelle argentine et latino-américaine, auteur notamment de Bajo el signo de las masas 1943-1973 (2001), Peronismo y cultura de izquierda (2001), Historia de los intelectuales en América Latina, 2 vol. (2008-2010)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr