Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juan Bautista Alberdi et l’indépendance argentine

 | 
Diana Quattrochi-Woisson

La fiction au service d’une quête philosophique sur la liberté et la tyrannie

Le chemin incertain d’une nation. Étude sur Peregrinación de Luz del Día de Juan Bautista Alberdi

Axel Gasquet

Texte intégral

1Depuis sa jeunesse, alors qu’il fréquentait encore les pupitres du Colegio de Ciencias Morales à Buenos Aires, Alberdi savait que son destin ne serait ni littéraire ni philosophique. Son avidité intellectuelle fut toujours sous l’emprise des nouvelles disciplines sociales : l’économie politique, la sociologie, l’histoire politique et juridique, la psychologie, la pensée politique classique et moderne. Son ami Juan María Gutiérrez essaya en vain de le convaincre de ses dons littéraires. Sa très vaste production contient cependant quelques œuvres dramatiques de jeunesse et plusieurs tentatives poétiques : La Revolución de Mayo (1839), El Gigante Amapolas (1841), El Edén (1843) et Tobías o la cárcel a la vela (1844).

  • 1 Sur la couverture de l’édition originale, l’œuvre est qualifiée de « conte ». La dénomination de « (...)
  • 2 Cf. Élida Lois, « Estudio preliminar » a J. B. Alberdi, Peregrinación de Luz del Día, San Martín, (...)
  • 3 La missive avec la résolution officielle de l’Académie date du 30 décembre 1873. Alberdi reçoit la (...)

2Vingt-six ans séparent ces premières tentatives de son roman allégorique1, Peregrinación de Luz del Día ó Viajes y Aventuras de la Verdad en el Nuevo Mundo. Ce roman, le seul qu’il ait écrit, commencé en 1870 et corrigé à Londres en février 18712, est publié à Sceaux en France, en 1874, par l’éditeur argentin Carlos Casavalle. L’œuvre n’est pas signée mais Alberdi y laisse un indice reconnaissable avec le paraphe « A**, membre correspondant de l’Academia Española ». En effet, il fut choisi comme membre correspondant étranger de l’Académie royale espagnole lors de la session du 11 décembre 1872, ainsi que Juan María Gutiérrez et Vicente Fidel López, ses compatriotes3.

3Malgré la distance qui les sépare, ce roman de la maturité a plusieurs points communs avec les premières tentatives de jeunesse. Premièrement, toutes ces compositions ont un fil conducteur historique qui constitue le contrepoint littéraire de l’œuvre théorique. Le cheminement américain décrit de Luz del Día nous donne une leçon amère : la Vérité n’est pas parvenue à s’enraciner dans le Nouveau Monde, où règnent le mensonge funeste, l’hypocrisie généralisée et la maxime « fais ce que je dis mais pas ce que je fais » :

  • 4 J. B. Alberdi, Peregrinación de Luz del Día, 1874, p. 105.

« Le monde est ici ordonné de façon telle que même pour dire la vérité, il est nécessaire de mentir ; pour être considéré comme un homme bon, il faut faire des méchancetés, et le seul moyen de sauver son honneur est de devenir un coquin »4.

4Le continent américain est devenu un territoire de perdition, l’optimisme des années de jeunesse n’est plus. Avec le temps, l’enthousiasme originel de la génération de 1837 s’est transformé en un désenchantement des plus profonds, résultat non seulement de l’empreinte laissée par la dictature de Rosas, mais aussi du misérable devenir du libéralisme favorisé par Mitre et Sarmiento. Pour Alberdi, le premier – qui incarnait exclusivement les intérêts de la ville de Buenos Aires – plongea la nation dans une guerre fratricide contre le Paraguay ; et le second assit les bases du nouvel État sur des prémisses trompeuses.

5Un second élément relie sa production de jeunesse à celle de la maturité : le souci constant de la vérité, qui constitue un des vecteurs fondamentaux de sa pensée. Un abîme spirituel sépare Alberdi de ses contemporains, cette différence est vitale pour comprendre l’actualité de sa pensée : il fut un intellectuel qui réfléchit sur la réalité politique de son pays, sans pour autant parvenir à être un homme d’action. Cette prise de position, qui le condamna à l’ostracisme et à la marginalité pendant des décennies, accentue rétrospectivement la pénétration critique de son regard d’expatrié. Bien qu’il appartienne au même horizon intellectuel que ses contemporains, ceux-ci adhèrent sans réserve aux idées de leur époque alors qu’Alberdi explore les limites du système et fournit quelques éléments critiques. Il faut souligner que la recherche de la vérité ne se réduisait pas chez Alberdi à « sa vérité ». Ces deux termes n’étaient pas équivalents. En admettant que le philosophe explore les chemins d’accès à la vérité, la réflexion alberdienne part toujours de prémisses philosophiques conformes aux paramètres modernes et éclairés de la raison, de la justice et de l’équité. Ses contemporains partent, en revanche, de prémisses politiques qui supposent l’existence d’un monde peu vertueux, et utilisent des critères machiavéliques pour s’y insérer. Tandis qu’eux s’accommodent d’une réalité contradictoire et incohérente, réalisant des compromis politiques et idéologiques faustiens, l’intellectuel exilé, tel un moraliste indigné, recherche la clarté de la vérité historique. Les épigraphes de El Gigante Amapolas mettent en évidence avec éloquence l’obsession tenace d’Alberdi pour la vérité :

  • 5 J. B. Alberdi, Obras completas, t. II, Buenos Aires, La Tribuna Nacional, 1886, p. 105.

« qu’on me pende si je dis quelque chose qui ne soit au fond que pure vérité […] fatigué de faire des concessions stériles aux hommes publics, aujourd’hui je veux les faire à la vérité, qui est aussi princesse du monde et qui aime les hommages »5.

6Conformément aux règles de la fiction allégorique, une trame intertextuelle dense parcourt les pages de Peregrinación de Luz del Día. Notre objectif sera de révéler certaines correspondances entre le registre narratif fictionnel et la réalité politique, en examinant leurs multiples interprétations possibles. Le florilège de personnages allégoriques est éloquent : Basile et Figaro (inspirés des personnages homonymes du Barbier de Séville de Beaumarchais), Tartuffe (inspiré du personnage homonyme de Molière dans son œuvre Tartuffe ou l’imposteur), Gil Blas (inspiré de l’œuvre picaresque L’Histoire de Gil Blas de Santillane de Lesage), Don Pelayo (inspiré de la figure homonyme du premier monarque d’Asturies), le Cid (inspiré du légendaire héros de la Reconquista, Rodrigo Díaz de Vivar, et de l’œuvre anonyme Cantar de Mio Cid) et Don Quichotte (inspiré de l’œuvre de Cervantès). Derrière chacun de ces personnages, on devine des figures historiques locales.

  • 6 J. B. Alberdi avait fréquenté dans ses lectures des auteurs européens – notamment français – et co (...)

7Bien qu’Alberdi admît que « par manque de culture, il n’avait [dans sa jeunesse] ni le tact ni le sens de la beauté littéraire », et aussi que « la poésie, les ballades et la chronique, dont [la] littérature était si fertile, n’étaient pas [ses] objets d’étude privilégiés », son travail d’essayiste ne fut jamais étranger à la sensibilité littéraire ni à la réflexion philosophique. Nous pouvons en trouver de nombreux témoignages dans ses écrits de jeunesse publiés dès 1838 dans La Moda et El Iniciador, où il officie comme critique littéraire. Alberdi fut un lecteur vorace des auteurs romantiques européens, ainsi que des œuvres de ses confrères, en particulier de son contemporain ibérique José de Larra, qu’il considérait comme son frère de plume et qui lui inspira son pseudonyme Figarillo. Il avait une bonne connaissance des classiques6. Il est indispensable de garder cela à l’esprit pour entreprendre une interprétation sociocritique de Peregrinación de Luz del Día.

Morphologie et synthèse

8Cette œuvre est inspirée par la réalité politique argentine depuis l’indépendance, et en particulier depuis la défaite de Rosas en 1852, c’est-à-dire par l’étape de la reconstruction libérale et des luttes fratricides entre la Confédération argentine et l’État de Buenos Aires. La réunification de la nation en 1862 signifie la mise en place d’un modèle d’État libéral dirigé de façon hégémonique par le porteño Bartolomé Mitre, en contradiction totale avec les attentes fédéralistes d’Alberdi. Ce récit allégorique est composé de nombreux thèmes essentiels : l’organisation institutionnelle du pays qui n’avait pas encore trouvé dans Buenos Aires sa capitale fédérale, la problématique de l’immigration sélective et le projet éducatif moderne correspondant, etc. L’œuvre est indirectement traversée par un autre événement important : la guerre contre le Paraguay (1865-1870) menée par la Triple Alliance et à laquelle participe l’Argentine, sous le commandement de Mitre. La guerre mit en question le modèle libéral de modernisation. Alberdi ne cacha pas son opposition farouche à cette guerre : il fut alors mis totalement à l’écart par le gouvernement de Mitre, puis par celui de Sarmiento. Pour s’être opposé à cette entreprise aventureuse et désastreuse sur le plan humain, économique et politique, Alberdi fut calomnié pendant de longues années et fut même accusé d’être à la solde de la légation paraguayenne.

  • 7 L’inscription de l’œuvre dans le genre du « conte » ou du « roman » est un des paradoxes formels d (...)
  • 8 Cf. Bernardo Canal Feijóo, Constitución y revolución, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 19 (...)
  • 9 Juan Bautista Alberdi, Epistolario 1855-1881, op. cit., p. 712. Lettre datée du 14 juin 1875 à St (...)

9Alberdi rédige Peregrinación en 1870, une fois la guerre contre le Paraguay terminée, après la guerre franco-prussienne, et peu avant la Commune de Paris. L’œuvre est composée de trois parties de respectivement 48, 32 et 27 chapitres7. Il s’agit d’un récit satirique suffisamment abstrait pour ne faire allusion à aucune situation politique concrète des années précédentes, bien que ses personnages archétypiques puissent être remplacés par ceux de la politique argentine de l’époque. Canal Feijóo crut reconnaître – en se trompant parfois – Sarmiento ou Vélez Sársfield derrière le Tartuffe ; derrière Don Quichotte ou Basile, la silhouette du général Mitre ; dans la figure de Gil Blas, Mariano Balcarce ou Héctor Varela ; et en Don Pelayo et le Cid, la longue liste des caudillos argentins8. Alberdi déclare dans une lettre à son ami Francisco Javier Villanueva : « Ça n’est qu’un simple livre de littérature à tendance sociale, humoristique dans la forme mais sérieux dans le fond. Je l’ai écrit il y a cinq ans. Personne ne peut y déceler d’allusion à la situation présente9 », bien que la valeur de ce conte satirique soit universelle, au point que « toute personne lisant ce livre le croit applicable à son propre pays » reconnaît l’auteur :

  • 10 Lettre à Villanueva du 1er janvier 1876, Alberdi, ibid., p. 720.

« les écrits satiriques ont le malheur de s’appliquer aux personnes du monde entier, car les vices et les défauts humains ne vivent pas dans l’air. Un Espagnol m’a dit que cinquante personnes se seraient senties visées, si mon livre était paru à Madrid. Un Allemand pense que ce livre aura plus d’influence en Amérique du Sud que tous mes livres sérieux. Monsieur Courcelle-Seneuil le croit aussi. Il n’est pas connu ici, parce que toute l’édition en espagnol est partie à Buenos Aires, et j’ai promis à Monsieur Casavalle de ne pas en faire d’autre pour l’instant, par respect pour sa qualité d’éditeur »10.

  • 11 Ibid. p. 711. Lettre du 14 juin 1875.
  • 12 Ibid. p. 713. Lettre du 7 octobre 1875.

10L’œuvre se veut cependant, par le biais de la fiction, une critique mordante de la réalité de son pays. Alberdi déclare d’ailleurs en 1875 que son livre anonyme mais « reconnaissable » déclenchera la colère des habitants de Buenos Aires11. Quelques mois plus tard, il doit pourtant reconnaitre : « J’ai reçu des articles et des lettres extrêmement flatteurs venant de Buenos Aires. C’est le sort de tout livre humoristique12. » Ses personnages sont emblématiques de la littérature européenne, en particulier de la littérature française et ibérique, ils exploitent dans un cadre sud-américain les archétypes universaux de Tartuffe, Basile, Gil Blas de Santillana, Don Quichotte, Figaro, le Mio Cid et Don Pelayo. Parmi eux, masquée derrière les habits de Luz del Día afin d’éviter la diffamation et la confrontation ouverte avec ses puissants détracteurs, la « Vérité » promène sa triste figure.

  • 13 Cf. René Lefebvre, Paris en Amérique, Paris, G. Charpentier et Cie Éditeurs, 1863, p. 1.

11Fatiguée de vivre en Europe, Luz del Día arrive en Amérique : elle s’embarque incognito à Bordeaux à destination de l’Amérique du Sud, croyant qu’il n’y a pas de véritable différence entre les deux Amériques. La naïve Luz del Día avait lu un livre assez répandu à cette époque, Paris en Amérique, une œuvre au ton humoristique écrite par René Lefebvre et traduite par Lucio V. Mansilla et Domingo Fidel Sarmiento en 1864. L’écrivain français avertit le lecteur du ton de son projet : « Les paradoxes de la veille sont les vérités du lendemain13. » Elle quitte le vieux continent comme le font les émigrés, dans l’espoir de trouver dans le Nouveau Monde un milieu plus propice au développement moral de la vérité.

12L’œuvre est composée de trois parties clairement distinguées par différents nœuds narratifs. La première décrit les multiples rencontres entre Luz del Día et Tartuffe. D’abord scandalisée, elle finit par écouter le récit des manipulations et des intrigues secrètes de Tartuffe, puis il lui présente sa cohorte d’amis machiavéliques : Basile et Gil Blas. Luz del Día est profondément déçue de retrouver ces personnages néfastes en Amérique. L’un après l’autre, Basile et Gil Blas lui racontent leurs machinations dans les affaires politiques des nouveaux États sud-américains. Outrée par un tel cynisme, elle doit faire face à l’évidence : les affaires publiques sont gérées au bénéfice d’une minorité de manipulateurs. Elle décide alors de se rendre à la bibliothèque, espérant y trouver des personnes intéressées par l’étude de la science et de la vérité. Une nouvelle déception l’y attend, et après plusieurs expériences rocambolesques, elle finit en prison – elle y fera la connaissance de deux autres prisonnières de renom, la Justice et la Liberté – pour fabrication de fausse monnaie. Elle finit par tenter de repérer dans la foule des citoyens les anciennes figures traditionnelles de l’hispanité vertueuse : Don Quichotte – et son fidèle serviteur Sancho Pança –, le Cid et Figaro. Elle pense que si ces derniers sont présents en Amérique, alors tout n’est pas perdu, son œuvre trouvera peut-être une base solide pour rétablir une fois pour toutes les forces de la Vérité face à l’empire du Mensonge.

  • 14 Alberdi commence à rédiger les brouillons de ce livre posthume à la fin de l’année 1869. Cf. Juan (...)

13Dans la deuxième partie, Figaro l’aide dans sa mission et lui propose une conférence publique au forum des citoyens. Abattue par les événements survenus depuis son arrivée en Amérique, Luz del Día accepte à contre-cœur, à condition que Figaro lui fournisse des informations précises sur la réalité politique et sociale du pays. Il accepte, et l’aide en outre à retrouver les vieilles silhouettes des chevaliers ibériques qui cheminent sur les sentiers américains sous des apparences différentes. La seconde partie de l’œuvre est essentiellement centrée sur la rencontre avec Don Quichotte et avec le Cid. L’auteur y décrit le projet utopique échafaudé par Don Quichotte dans les terres américaines : la Quichottanie, ou la république cynique qu’il pense avoir fondée en Patagonie, uniquement à l’aide de son secrétaire galicien (remplaçant de Sancho), et un village intégralement composé de citoyens-moutons. Cette entreprise n’est pas vraiment la projection utopique de vertus idéales, c’est avant tout le programme dystopique d’une démocratie libérale pervertie jusqu’à l’os, empire des mensonges et des manipulations les plus veules. Dans cette deuxième partie Alberdi expose les défauts principaux du programme politique des libéraux de la ville de Buenos Aires et de leurs acolytes. On y retrouve les aspects fondamentaux de sa critique du modèle de civilisation que proposaient pour l’Argentine Mitre et Sarmiento. Ces thèses étaient célèbres depuis Bases y puntos de partida para la organización política de la República Argentina (1852) et seront reprises dans l’écrit posthume El crimen de la guerra (1895)14. Pour Alberdi, la civilisation n’avance pas à travers un système législatif ex machina, et encore moins par des décrets et institutions vides et artificiels. Elle progresse grâce à une véritable éducation civique transmise par l’exemple de migrants entreprenants et aux convictions morales solides. Seule une politique d’immigration sélective privilégiant les colons anglo-saxons ou du Nord de l’Europe pourra le garantir.

14La Quichottanie est la synthèse dystopique de tout ce qu’Alberdi critique chez les libéraux de la génération de 1880, au pouvoir pendant son exil. S’il y a quelque chose qu’Alberdi abhorre plus encore que la tyrannie, c’est l’oppression exercée par une minorité de libéraux qui, ayant supprimé la liberté, monopolisent le pouvoir au nom et au bénéfice d’un nombre réduit d’individus.

15Dans la troisième partie, Luz del Día, décidée à retourner en Europe, accepte de faire la conférence publique que lui avait demandée Figaro. L’assemblée est fournie mais méfiante. Le public est curieux de voir la Vérité en personne, mais peu désireux de suivre ses préceptes. Luz del Día explique à l’auditoire que la liberté n’est pas seulement une idée abstraite ; au contraire, il s’agit d’un fait pratique et concret, aussi nécessaire que manger et boire. Elle explique que la liberté est la seule voie possible vers la vie civilisée. Une fois l’indépendance américaine obtenue par l’épée, le plus important reste encore à faire, déclare-t-elle : renforcer la liberté civile par l’exercice juste et mesuré du pouvoir, en inculquant de nouvelles habitudes de gouvernement et en enseignant aux nouveaux citoyens les éléments nécessaires à l’exercice de leur propre liberté.

  • 15 Alberdi, Peregrinación de Luz del Día ó viaje y aventuras de la Verdad en el Nuevo Mundo, Buenos A (...)

« Soixante fois les gouvernements par eux-mêmes érigés ont été renversés – proclame Luz del Día –, ils étaient tous la preuve de l’absence de liberté dans le pays. Les libertadores ont succédé aux libertadores, mais la liberté intérieure, c’est-à-dire le gouvernement du pays par le pays n’existe pas encore en Amérique du Sud […]. Ainsi la tyrannie ne se trouve pas réellement dans le tyran. La tyrannie tout comme la liberté se trouve dans le mode d’être du peuple lui-même. La tyrannie est la cause, le tyran est l’effet ; et de la même façon que Washington est l’effet de la liberté de son pays, le caudillo en Amérique du Sud est l’effet de l’absence de liberté de son pays ; c’est-à-dire de l’incapacité de son pays à se gouverner lui-même.15 »

16La conférence se solde par un silence profond de l’assistance, certains bâillent même d’incrédulité devant de telles affirmations. Luz del Día comprend que, pour l’Amérique du Sud, l’heure de la vérité n’a pas encore sonné. Avant son départ, Figaro l’invite à porter un regard un peu plus indulgent sur la perversion de la démocratie et sur toutes ces pratiques liberticides : selon lui « en Amérique, la vérité a besoin d’obscurité pour y voir clair ». De plus, la beauté physique et naturelle du sous-continent peut être appréciée sans ambages. Luz del Día le remercie du conseil, mais soutient que la vérité, aussi bien morale et politique que physique et naturelle, est une.

  • 16 Ibid., p. 291.

« La vérité est une, comme la nature ; et le pays où l’on risque sa tête en parlant et en prouvant à un faux apôtre de la liberté que c’est un liberticide, le pays qui ne se croit libéral que pour avoir tué la liberté sans la connaître, sera un pays où les découvreurs de la vérité physique et naturelle connaîtront le même sort que Galilée, Colomb, Lavoisier, ou Bonpland.16 »

17Il ne faut pas comprendre dans cette citation qu’Alberdi se fait une idée ontologique, anhistorique et immanente de la vérité. Bien au contraire, son unicité, comme de celle de sa nature même, est à géométrie variable et il la conçoit avec un critère historiciste.

  • 17 Cité par Martín García Mérou, « Estudio crítico », in Juan Bautista Alberdi, Peregrinación de Luz (...)

18L’auteur multiplie les propositions et les formules à l’emporte-pièce avec une habileté magistrale, et la réflexion qui s’en dégage, pour être amène et satirique, n’en est pas moins profonde. Alberdi élabore cette œuvre avec la minutie d’un orfèvre et bien qu’elle soit le produit du contexte politique national et international, rien n’y est affirmé avec précipitation. Certains des chapitres contiennent des pages de sciences politiques mémorables, où dominent le découragement et le désarroi. José Manuel Estrada, résumant l’œuvre pour La Revista del Río de la Plata, conclut : « Luz del Día avance des vérités, mais elle n’est pas la Vérité17. » De nombreuses formules contiennent le fruit de sa longue expérience personnelle au service de la cause patriotique. Sans prétendre épuiser la richesse des thèmes abordés, nous insisterons sur les deux éléments les plus déterminants : son concept moderne de l’acte de civilisation comme acte de barbarie et la question de l’immigration et de l’éducation.

« Le monde est civilisé dans le détail et sauvage dans son ensemble »

19Il s’agit probablement de l’élément politique le plus original développé par le penseur originaire de Tucuman à son époque. En effet, Alberdi se distingue de la vision binaire de Sarmiento, prédominante dans le débat local, mais aussi des théories positivistes européennes les plus pointues. Celles-ci admettaient communément que la civilisation (entendons la civilisation occidentale) exclut par définition tout élément de barbarie. Ces deux termes étaient perçus comme opposés et antithétiques, et non comme les éléments complémentaires d’une même entreprise coloniale. Cela supposait que là où la civilisation avançait, la barbarie reculait, et inversement. Alberdi plaide de façon inconditionnelle la cause de la civilisation (sa confiance dans le progrès ne va pas au-delà d’une vision binaire), cependant il se distingue en affirmant que civilisation et barbarie sont les deux faces d’une même pièce et sont donc indissociables : tout acte civilisé comporte d’importants vestiges de barbarie, et surtout toute civilisation crée sa propre barbarie. De la même façon toute culture barbare contient une certaine dose de civilisation. Dans l’historiographie politique occidentale, Alberdi explore les limites de la vision binaire civilisation-barbarie et tire des conclusions qui dépassent – dans un autre contexte historique – les thèses sur la philosophie de l’histoire de Walter Benjamin. Nous illustrerons cette innovation avec plusieurs exemples tirés de l’œuvre qui nous occupe et de El crimen de la guerra. Nous verrons qu’Alberdi avait confiance dans la civilisation blanche, mais, sans naïveté, en connaissait les limites.

20Dans ses plans chimériques pour peupler la Quichottanie, l’hidalgo de la Manche prétend intégrer les masses indigènes, ce qui le pousse à développer les termes de cette convergence culturelle. Dans la deuxième partie, au chapitre 17 intitulé « Les Indiens sauvages et leur conversion », il élabore des hypothèses sur le patriotisme de ces derniers :

  • 18 Juan Bautista Alberdi, Peregrinación de Luz del Día, 1874, p. 174 et 176.

« Soyons juste. Qu’est-ce que notre civilisation si ce n’est une barbarie régularisée ? Et qu’est-ce que la barbarie si ce n’est la matière première de notre civilisation ? Civilisé ou barbare, l’homme vit du vol : toute la différence réside dans la forme du pillage. […] Le roi le plus civilisé d’Europe est un Calfucurá pour le souverain d’à côté, puisqu’il ne vit ni sous la même loi ni sous la même autorité. Nous donnons à cet état des choses le nom de droit des gens, or c’est précisément la branche du droit qui mériterait le plus de s’appeler le droit des animaux18. »

21L’auteur avance dès le début de l’œuvre (chapitre 15, partie I) l’essentiel de son hypothèse politique : la barbarie la plus sophistiquée provient d’Europe.

  • 19 Ibid., p. 29.

« Bien que l’Europe soit ce qu’il y a de plus civilisé sur terre, tout ce qui est européen n’est pas pour autant civilisé. L’Europe abrite dans ses entrailles, sous la splendeur de ses capitales les plus brillantes, des milliers de sauvages et de brigands de la pire espèce, pires que les pires indigènes d’Amérique, les Pampas sont à Paris, la Patagonie à Londres. Pour n’employer qu’un argument ad hominem connu de tous : Tartuffe, Gil Blas, Guzmán de Alfarache, Don Juan Tenorio, sont-ils des émigrés venus de Chine ou d’Australie ? Ou ne sont-ils pas les habitants que l’Amérique doit à l’Europe la plus civilisée ?19 »

22Alberdi abandonne par la suite ce ton moraliste et adopte dans sa critique un regard lucide qui met en relief les défauts du projet de civilisation qu’il défend et en souligne les éléments contradictoires. Mais plus encore que le chapelet d’exemples des vénalités des gouvernements, pour Alberdi l’acte de barbarie civilisée par excellence est la guerre. Les brouillons posthumes publiés dans El crimen de la guerra ne constituent pas seulement un ambitieux traité pacifiste général ; ils ont de plus la densité historique d’un témoignage sur les ravages de la guerre de 1870 dans laquelle s’affrontaient deux nations parmi les plus avancées, la France et la Prusse, et éclairent son opposition acharnée à la guerre du Paraguay. Il constate avec chagrin que :

  • 20 Juan Bautista Alberdi, « Apuntes sobre la guerra », in El crimen de la guerra, Escritos póstumos, (...)

« Quand la France, le pays de Voltaire, est en conflit avec l’Allemagne, le pays de Kant, que font-ils ? Comment procèdent-ils pour régler le différend ? Ils font la même chose que font les Indiens de la Pampa : ils s’arment chacun d’un bâton, et celui qui tue ou écrase l’adversaire est celui qui a raison. Leur force physique est leur droit et leur justice ; tant qu’il en sera ainsi, le monde sera civilisé dans le détail et sauvage dans son ensemble20. »

23Cette analyse rapproche l’auteur d’une sensibilité historiographique spécifique au XXe siècle. Ses concepts étaient insolites à son époque, et personne ou presque n’était capable de tirer les conséquences politiques pratiques de tels états d’âme. Un abîme séparait Alberdi et Sarmiento – pour reprendre une opposition locale classique –, sur tous les plans possibles. Au binarisme rigoureux de Sarmiento, Alberdi opposait une vision dialectique classique (c’est-à-dire excluant tout terme finaliste de synthèse hégélienne), qui, jugée a posteriori, s’avère prémonitoire. L’auditoire de son époque n’était que peu, voire pas du tout, prêt à accepter une réflexion de cet ordre.

Immigration et éducation

24Dans les Bases, Alberdi lance une formule appelée à devenir célèbre et qui changerait définitivement la composition sociale de l’Argentine moderne. « Gouverner, c’est peupler », disait sa maxime. Don Quichotte considère lui aussi que peupler sa république dystopique de Quichottanie est fondamental. Derrière l’hidalgo cervantin, on devine ici Sarmiento et son volontarisme gouvernemental. Le gouvernement imaginaire de la république éthérée pense que la venue de masses de sauvages, natifs ou étrangers, est la seule option viable pour doter d’un peuple ce territoire désert et incommensurable. Ces « sauvages » seront intégrés à la nation en qualité de « citoyens-moutons », et leur rôle civique sera essentiellement celui d’être passifs, ainsi que le sont les immigrés libres capables d’exercer leur liberté de « ne pas parler ne pas écrire, ne pas lire et ne rien faire autrement que par l’intermédiaire du gouvernement. » Ces candidats à la nouvelle citoyenneté doivent provenir des « sauvages natifs » et des « sauvages européens ». Don Quichotte est interpellé par son secrétaire et assistant sur ce dernier point :

  • 21 Juan Bautista Alberdi, Peregrinación de Luz del Día, op. cit., p. 171-172.

« – Mais y a-t-il des sauvages en Europe ?, demanda l’Espagnol.
– Cent fois plus que dans la Patagonie, la Pampa et la Terre de Feu réunies, répondit Don Quichotte. La partie la plus civilisée d’Europe contient des millions d’hommes qui ne savent pas plus lire ou écrire qu’un mouton ou un sauvage de la Pampa. Londres elle-même et Paris sont pleines de sauvages lettrés qui, pour savoir lire et écrire, n’en sont pas moins sauvages que les Pehuenches.21 »

25Avec une ironie satirique, ces citations mettent en évidence l’opinion d’Alberdi au sujet du modèle migratoire que Mitre et Sarmiento ont mis en place. Il avait déjà établi dans les Bases les critères essentiels du projet migratoire. Celui-ci répondait à deux nécessités : a) il devait peupler la nation, conçue comme un territoire consolidé et institutionnellement unifié, afin de constituer la force vitale d’une nouvelle économie productive (et non pas uniquement rentière) ; b) l’immigration sélective – de préférence anglo-saxonne et issue du nord de l’Europe – devait être le principal vecteur d’éducation d’une jeune nation qui en avait un besoin urgent.

26Pour Alberdi, donner une base juridique à la nation était une étape nécessaire, indispensable, mais en aucun cas suffisante en elle-même. La loi consuétudinaire, c’est-à-dire la loi non-écrite mais inscrite dans les habitudes culturelles et morales d’un peuple, avait pour lui une importance déterminante, primordiale. Les coutumes des habitants constituaient une limite infranchissable pour la législation. Il était indispensable d’éduquer les citoyens, étant donné que l’exercice de leur liberté, et ainsi la meilleure garantie contre la tyrannie, avait son fondement dans l’éducation des individus, qui, dans une république démocratique, étaient les seuls garants du bon exercice du pouvoir.

  • 22 Juan Bautista Alberdi, Bases y puntos de partida…, op. cit., chap. IV, p. 54.

27Déjà, dans le chapitre IX des Bases, Alberdi avait énoncé la différence élémentaire (souvent oubliée par les hommes politiques) entre éducation et instruction. Depuis l’indépendance, les hommes politiques avaient eu tendance à les confondre. L’éducation permanente et authentique, que Rousseau désignait sous le concept d’« éducation des choses », vise l’éducation spontanée des choses, « l’éducation qui se fait par l’exemple d’une vie plus civilisée que la nôtre »22. Cette éducation par l’émulation, qui se fera grâce à l’intégration de peuples étrangers dans la population native, ne suppose pas l’absence d’instruction, mais au contraire la complète. Alberdi affirme :

  • 23 Ibid. p. 55.

« Je ne prétends pas que l’instruction primaire doive être abandonnée mais plutôt que c’est un moyen inefficace d’amélioration en comparaison d’autres moyens qui ont été oubliés23. »

28D’ailleurs, selon Alberdi tout peuple étranger ne serait pas nécessairement capable de donner un exemple positif et d’encourager l’émulation. L’immigration à encourager est celle des peuples saxons et du Nord de l’Europe. Dans le schéma alberdien, l’immigration était « sélective » et restrictive, et non pas ouverte et illimitée.

  • 24 Ibid. p. 57.

29L’immigration spontanément attirée par un système de protection juridique de qualité et la garantie concrète des libertés individuelles et sociales était préférable, selon Alberdi, aux actions officielles que l’Argentine menait au moyen de ses représentations diplomatiques à l’étranger. En plus de la protection civique et juridique, le gouvernement devait fournir des terres aux nouveaux colons. L’immigration non sélective, massive et indiscriminée d’hommes provenant du Sud de l’Europe et d’autres latitudes, que le gouvernement imaginait être la seule solution pour trouver la nombreuse main-d’œuvre urbaine nécessaire à la construction du pays, était une erreur pour Alberdi. Il était nécessaire de viser l’immigration la plus instruite possible, ayant de réelles possibilités d’enrichissement dans le pays, et de lui offrir des garanties de protection et de liberté totales dans les domaines économique, civique, juridique, religieux, etc. L’immigration ne devait pas être une entreprise précipitée et massive ; elle devait au contraire être calculée, planifiée et réduite aux meilleurs individus et aux plus préparés. Alberdi critique la campagne d’instruction réalisée par Rivadavia et par d’autres après lui : celle-ci avait le défaut majeur de ne former qu’aux disciplines abstraites et philosophiques (comme autrefois la théologie), et manquait d’une orientation scientifico-technique adéquate, nécessaire pour instaurer et renforcer une économie productive et industrialiste. La nation souffrait de posséder des docteurs et des avocats par milliers, mais peu d’ingénieurs et de scientifiques. « Pour que l’instruction soit féconde – prêche Alberdi – elle doit se concentrer sur les sciences et les arts appliqués, sur les choses pratiques, les langues vivantes et les connaissances d’utilité matérielle immédiate.24 »

30En bref, immigration et éducation étaient les deux composantes d’un même processus, les deux aspects indissociables d’un projet de pays moderne. Elles constituaient les vecteurs fondamentaux de la réflexion qui guida l’action politique et la plume d’Alberdi : la construction d’un authentique État de droit dans lequel les individus puissent prospérer librement, à l’abri du pillage politique et économique interne, et du fléau de la guerre civile et internationale. Il s’agissait d’appliquer un authentique programme libéral global, cohérent avec les valeurs du libéralisme politique – et pas seulement du libéralisme économique –, ce qui supposait combattre d’autres tendances à l’intérieur du même horizon idéologique. Alberdi n’avait confiance dans aucun désordre révolutionnaire, seul le libéralisme trouvait grâce à ses yeux et, en ce sens, il fut un homme qui appartenait à l’horizon politique et spirituel de son époque. Cependant, confronté à l’économisme libéral, il explore les limites politiques et juridiques de ce modèle, ce qui l’amène à adopter des positions atypiques à l’intérieur du schéma libéral sud-américain dominé par l’opportunisme.

Conclusion

  • 25 Martín García Mérou, op. cit., p. 21.
  • 26 Alberdi affirme : « L’expression guerre juste représente un contresens sauvage ; cela revient à di (...)
  • 27 Luis Thonis, Estado y ficción en Juan Bautista Alberdi, Buenos Aires, Paradiso, 2001, p. 10.

31Lors de sa conférence publique, Luz del Día déploie un discours moraliste. Elle insiste sur les tâches à accomplir en Amérique du Sud pour achever la conquête de la liberté. Une fois obtenue l’émancipation par l’épée, il reste à instaurer et à pérenniser la liberté interne de(s) la nation(s). Comme le dit García Mérou, « l’Amérique n’a pas trouvé le chemin de la liberté intérieure, parce qu’elle a voulu l’obtenir au moyen de l’épée, et celle-ci n’instruit ni n’éduque au gouvernement de soi »25. Nous rencontrons ici une fois de plus le thème de la guerre. Non plus de la guerre au-delà des frontières, mais de la guerre interne, de la guerre civile et des luttes intestines (de haute et de basse intensité, mais permanentes), qui constituent pour Alberdi un moyen inefficace de résoudre les différends politiques constants. La paix, quand elle existe pendant de brèves périodes, est une paix gagnée par l’épée, où l’un des deux camps n’obtient qu’une victoire partielle en faisant taire les oppositions. La guerre ne résout jamais les problèmes, elle ne fait que les repousser sine die jusqu’au jour où les conflits refont surface. Le plaidoyer alberdien contre la guerre est constitutif de sa pensée politique. Guerre et civilisation sont des contraires ; l’expression guerre juste est un oxymore26. En effet, la guerre ne permet pas d’éduquer les citoyens de souche et n’attire pas les meilleurs immigrants. Guerre, immigration et éducation, sont des aspects inséparables du modèle politique d’Alberdi, sans leur résolution sereine, la conquête et la garantie des libertés civiles resteront selon lui impossible. Jusqu’à ce que cette fragile équation soit résolue institutionnellement, le citoyen est destiné à être un « citoyen-mouton », incapable de se gouverner lui-même en société. Les oligarchies ne gouvernent pas de façon despotique parce qu’elles sont majoritaires, mais précisément parce qu’elles sont minoritaires. Les destins de la nation sont dans les mains de quelques Tartuffe, Basile, Gil Blas, etc. Tant que les citoyens n’auront pas accès à une véritable éducation, indispensable au gouvernement démocratique (c’est-à-dire au gouvernement de soi), leur représentation politique sera l’objet de manipulations constantes, et le « mal banalisé jusqu’à devenir imperceptible » deviendra la norme politique la plus inébranlable. Comme l’affirme Luis Thonis, Peregrinación de Luz del Día « semble prouver que dans l’exercice du gouvernement, les meilleurs sont les pires »27. Mais cet ouvrage conforte aussi l’idée que les livres fondateurs de la littérature argentine sont hors norme et ne peuvent pas être inscrits aisément dans un genre littéraire ou un canon quelconque. Au contraire, ces textes ont comme qualité essentielle le débordement de tout genre établi et la puissance originelle de constituer à eux seuls un modèle unique qui les situe en dehors du canon littéraire – et ceci malgré les efforts déployés par la critique pour les incorporer au corpus national en qualité de modèles fondateurs ou de paradigmes du genre. Thonis nous rappelle encore une fois que « dans la littérature argentine il n’y pas de canons : il y a des livres dangereux, qui représentent un défi permanent pour la pensée ». Peregrinación est un de ceux-là.

  • 28 Juan Bautista Alberdi, Escritos póstumos, t. XV, Memorias y documentos, Buenos Aires, Imprenta Alb (...)

32Trente ans après ses articles satiriques et littéraires pour La Moda, signés Figarillo, Alberdi reprend son bâton de pèlerin avec un style tout aussi sardonique, mais maintenant teinté de nihilisme. Les longues années d’expatriation ont eu raison du ton optimiste de l’époque de l’opposition à Rosas. Dans ses Écrits posthumes, Alberdi parle de la « province flottante de l’expatriation28 », et affirme que ce n’est pas une entité territoriale évanescente et fantasmatique, mais bien une province physique réelle, peuplée de véritables habitants et dont l’existence est vitale pour la nation. L’histoire ne démentira pas son pressentiment sur ce point. Comme nous l’avons signalé, la ligne directrice de la pensée d’Alberdi fut la construction d’un État de droit démocratique ; la tragédie de sa vie, comme en témoignent ses écrits, fut l’impossibilité de l’édifier.

33Ce roman d’Alberdi doit être interprété comme la dernière grande tentative d’un homme isolé et expatrié, piégé par les circonstances politiques – le libéralisme autoritaire de Mitre –, par l’histoire – le projet de civilisation de Sarmiento –, et par l’éthique. Dans Peregrinación, il exprime son impuissance à changer le cours des choses. Si, en 1870, il décide d’écrire ce texte sur les ruines morales de la nation argentine, c’est parce que les institutions du pouvoir sont sclérosées et qu’il juge que seule la bombe morale de « la Vérité » peut secouer la nation. Ce pouvoir était à la fois pervers, pétrifié et fantasmatique, comme un château de cartes. La pièce allégorique assume l’impuissance qui lui donne naissance : Alberdi savait que la plume (aussi incisive et virulente soit-elle) ne remplace jamais l’action politique.

34Dans le combat pour la liberté intérieure de la nation, Alberdi donne un rôle déterminant à la liberté de la presse. Il fait sienne la maxime de Bentham, « obéir scrupuleusement, critiquer librement ». Il affirme que « détenir une liberté politique et ne pas détenir de liberté artistique, philosophique, industrielle, c’est avoir les mains libres et la tête enchaînée ». Nous avons vu qu’au moment de publier son roman, Alberdi commit une erreur de calcul : il pensait que sa réception serait négative, quand en réalité il reçut des éloges encourageants. Ceci lui ouvrira les portes du retour tant désiré en 1879 quand il est élu député de Tucuman, après 41 ans d’expatriation. Son séjour en Argentine sera bref, il retourne définitivement en France en août 1881, et y meurt le 19 juin 1884.

35En septembre 1873, Alberdi écrit à Spa, en Belgique, Ma vie privée, qui a entièrement lieu dans la République argentine. Il y établit un bilan de sa vie et de son œuvre, et conclut que :

  • 29 Juan Bautista Alberdi, « Mi vida privada, que se pasa toda en la República Argentina », in Mi vida (...)

« Si mes écrits ont eu un quelconque succès, ils l’ont dû à la liberté avec laquelle je les ai pensés, rédigés et publiés, grâce à la sécurité que m’a donnée le fait de vivre à l’étranger. C’est la grande leçon que l’on peut tirer de ma vie : il ne peut y avoir de science ni de littérature sans une complète liberté, c’est-à-dire sans la sécurité de ne pas être poursuivi, en raison d’opinions contraires au gouvernement et aux préoccupations qui règnent dans le pays29. »

36Peregrinación termine sur une note pessimiste inévitable. Les conditions du développement de la Vérité ne sont pas atteintes en Amérique du Sud. Une promesse ténue se dessine au loin : la vérité (la lumière de la raison) prospérera un jour dans la région. Pour la faire éclater une chose est nécessaire : une éducation authentique, qui fera sauter les verrous du monopole du pouvoir. Sans elle, le peuple est condamné à subir la tyrannie exercée en son nom.

  • 30 Juan Bautista Alberdi, Peregrinación de Luz del Día, 1874, op. cit., p. 255-256.

« L’ignorance du peuple quant au gouvernement de soi-même – dit Luz del Día –, est une mine de pouvoir pour les gouvernants malhonnêtes, qui grâce à cette ignorance sont les négriers de leurs compatriotes. C’est en vertu de cette ignorance que le peuple croit qu’il choisit ce que ses gouvernants lui disent de choisir ; il croit qu’il pense par lui-même ce que ses gouvernants lui disent de penser ; il croit qu’il fait par lui-même tout ce qu’il fait et la vérité est qu’il ne fait rien d’autre que ce que le gouvernement lui fait faire. Il croit posséder, mais en réalité il est possédé ; il imagine qu’il est souverain et maître de lui-même, mais en réalité il est le vassal servile de ses gouvernants. Parce que son nom et son pouvoir sont invoqués dans les actes de ses gouvernants, un tel peuple se considère protégé contre le despotisme, et il ne s’aperçoit pas qu’il est opprimé parce qu’il l’est avec sa propre souveraineté, et en son nom propre ; sa tyrannie est indestructible, précisément parce qu’il est tyrannisé par son propre pouvoir ou sa propre liberté. C’est uniquement dans ce sens burlesque que l’on peut dire qu’un peuple doté d’une telle ignorance se gouverne lui-même et qu’il est libre. Et il n’existe aucune autre façon d’être libre pour un peuple qui ne possède ni intelligence ni éducation, ni l’habitude de se gouverner lui-même ; ce en quoi consiste toute la liberté politique30. »

37Luz del Día est probablement une sorte d’alter ego de son auteur – comme le sont d’autres hétéronymes présents dans le texte –, cependant ce n’est pas ici l’essayiste politique qui s’exprime mais le romancier. Nous pouvons en tirer la maxime suivante : la fiction littéraire énonce souvent des vérités plus durables que l’essai politique. Le rapport entre littérature et politique est étroit et conflictuel, la première pouvant prendre en charge un imaginaire plus vaste que la seconde. Le retour de Luz del Día en Europe annonce le retour d’Alberdi en France après ses deux années passées en Argentine. Pendant son séjour, il assiste à un changement institutionnel fondamental pour lequel il avait lutté une grande partie de sa vie : la fédéralisation de la ville de Buenos Aires. Il savait qu’il s’agissait d’un progrès majeur dans la réorganisation de la nation.

  • 31 Frederic Jameson, Documentos de cultura, documentos de barbarie. La narrativa como acto socialment (...)

38Ce pas de géant fait sur le plan institutionnel par la République argentine est sans doute une victoire politique due en grande partie à Alberdi, la dernière grande bataille qu’il remporte. Il s’était battu pour la fédéralisation de la ville de Buenos Aires depuis son engagement aux côtés de la Confédération argentine, après la chute de Rosas. Cette fédéralisation supposait la redistribution équitable parmi les provinces de la rente douanière du grand port maritime de la nation. Après avoir incarné la vérité depuis sa longue expatriation, les idées d’Alberdi rejoignent dans ce fait majeur les besoins rationnels de la nation. Décidément loin du monde des idées justes mais abstraites, contre tous les fantasmes de la représentation immatérielle du pouvoir politique, Frédéric Jameson nous rappelle ce rapprochement fondamental dans ces termes : « L’Histoire est donc l’expérience du Nécessaire, et c’est là la seule chose qui puisse empêcher sa thématisation ou sa chosification comme simple objet de représentation ou comme code souverain. […] Nous pouvons être sûrs que ces nécessités aliénantes ne nous oublieront pas, quand bien même nous préférerions ne pas en tenir compte.31 »

Notes

1 Sur la couverture de l’édition originale, l’œuvre est qualifiée de « conte ». La dénomination de « roman », que nous reprenons, est de José Manuel Estrada.

2 Cf. Élida Lois, « Estudio preliminar » a J. B. Alberdi, Peregrinación de Luz del Día, San Martín, UNSAM Edita, 2010. Nous citerons l’édition originale de 1874.

3 La missive avec la résolution officielle de l’Académie date du 30 décembre 1873. Alberdi reçoit la notification avec beaucoup de retard, car elle est envoyée à Buenos Aires, puis réexpédiée à Paris. Alberdi en fut informé lors de son séjour à Londres, et reçut la lettre à son retour à Paris en mai 1874. Il accepte ce titre avec reconnaissance. Cf. Juan Bautista Alberdi, « Carta a Villanueva del 16 de abril de 1874 », Epistolario 1855-1881, édición de Alfonso Bulnes.Santiago de Chile, Editorial Andrés Bello, 1967, p. 695.

4 J. B. Alberdi, Peregrinación de Luz del Día, 1874, p. 105.

5 J. B. Alberdi, Obras completas, t. II, Buenos Aires, La Tribuna Nacional, 1886, p. 105.

6 J. B. Alberdi avait fréquenté dans ses lectures des auteurs européens – notamment français – et connaissait les classiques de la littérature espagnole (Mio Cid, Cervantes, Calderón, Lope, etc.) et d’autres écrivains du XVIIIe, comme Jovellanos, et du XIXe siècle, comme Martínez de la Rosa, Zorrilla, Espronceda.

7 L’inscription de l’œuvre dans le genre du « conte » ou du « roman » est un des paradoxes formels de l’œuvre d’Alberdi. Celle-ci est sans aucun doute beaucoup plus qu’un conte, sans être pour autant un roman, ni par son style ni par son contenu.

8 Cf. Bernardo Canal Feijóo, Constitución y revolución, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 1955, et Alberdi y la proyección sistemática del espíritu de Mayo, Buenos Aires, Losada, 1961.

9 Juan Bautista Alberdi, Epistolario 1855-1881, op. cit., p. 712. Lettre datée du 14 juin 1875 à St André de Fontenay.

10 Lettre à Villanueva du 1er janvier 1876, Alberdi, ibid., p. 720.

11 Ibid. p. 711. Lettre du 14 juin 1875.

12 Ibid. p. 713. Lettre du 7 octobre 1875.

13 Cf. René Lefebvre, Paris en Amérique, Paris, G. Charpentier et Cie Éditeurs, 1863, p. 1.

14 Alberdi commence à rédiger les brouillons de ce livre posthume à la fin de l’année 1869. Cf. Juan Bautista Alberdi, El crimen de la guerra, San Martín, UNSAM Edita, serie « Archivo Alberdi » 2007. Édition critico-génétique et étude préliminaire d’Élida Lois.

15 Alberdi, Peregrinación de Luz del Día ó viaje y aventuras de la Verdad en el Nuevo Mundo, Buenos Aires, Carlos Casavalle Editor, [1874], p. 234-235.

16 Ibid., p. 291.

17 Cité par Martín García Mérou, « Estudio crítico », in Juan Bautista Alberdi, Peregrinación de Luz del Día ó viaje y aventuras de la Verdad en el Nuevo Mundo, Buenos Aires, La Cultura Argentina, 1916, p. 22.

18 Juan Bautista Alberdi, Peregrinación de Luz del Día, 1874, p. 174 et 176.

19 Ibid., p. 29.

20 Juan Bautista Alberdi, « Apuntes sobre la guerra », in El crimen de la guerra, Escritos póstumos, Buenos Aires, Imprenta Monkès, 1895, tome II, p. 238-239.

21 Juan Bautista Alberdi, Peregrinación de Luz del Día, op. cit., p. 171-172.

22 Juan Bautista Alberdi, Bases y puntos de partida…, op. cit., chap. IV, p. 54.

23 Ibid. p. 55.

24 Ibid. p. 57.

25 Martín García Mérou, op. cit., p. 21.

26 Alberdi affirme : « L’expression guerre juste représente un contresens sauvage ; cela revient à dire crime juste, crime saint, crime légal. Il ne peut y avoir de guerre juste, parce qu’il n’y pas de guerre judicieuse. […] Guerre civilisée est un barbarisme équivalent à celui de barbarie civilisée. » Cf. Juan Bautista Alberdi, El crimen de la guerra, San Martín, UNSAM Edita, 2007, p. 235.

27 Luis Thonis, Estado y ficción en Juan Bautista Alberdi, Buenos Aires, Paradiso, 2001, p. 10.

28 Juan Bautista Alberdi, Escritos póstumos, t. XV, Memorias y documentos, Buenos Aires, Imprenta Alberdi, 1901, p. 307.

29 Juan Bautista Alberdi, « Mi vida privada, que se pasa toda en la República Argentina », in Mi vida privada y otros textos, Buenos Aires, Fondo Nacional de las Artes, col. Autobiografías nº 2, 1998, p. 54. Préface de Miguel Espejo.

30 Juan Bautista Alberdi, Peregrinación de Luz del Día, 1874, op. cit., p. 255-256.

31 Frederic Jameson, Documentos de cultura, documentos de barbarie. La narrativa como acto socialmente simbólico, Madrid, Éd. Visor, coll. Literatura y debate crítico, 1989, p. 82.

Auteur

Professeur de Littérature et Civilisation Latino-américaines à l’Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand. Docteur ès lettres par l’Université de Paris X Nanterre. Spécialiste d’histoire littéraire et intellectuelle argentine et comparée. Parmi ses ouvrages : L’Orient au Sud, l’orientalisme littéraire argentin d’Esteban Echeverría à Roberto Arlt (2010), La heredad del silencio, escritores franceses heterodoxos (2008), Écrivains multilingues et écritures métisses (2007), Los escritores argentinos de Paris (2007), Lingua Franca (2004) et La literatura expatriada, conversaciones con escritores argentinos de París (2004). Éditeur scientifique en français d’Écrits satiriques et de critique littéraire 1837-1838 de Juan Bautista Alberdi (2006)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr