Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juan Bautista Alberdi et l’indépendance argentine

 | 
Diana Quattrochi-Woisson

La portée de ses écrits économiques

L’origine de la richesse selon Alberdi. Conditions pour parvenir à l’ordre et au progrès

Andrea Reguera

Texte intégral

  • 1 Pour sa biographie, nous suivons Jorge M. Mayer, Alberdi y su tiempo, Buenos Aires, EUDEBA,1963.

1Juan Bautista Alberdi, l’un des intellectuels les plus renommés de l’Argentine, nous a légué une pensée prolifique et variée. Sa formation est également diverse. Après son cursus au Collège des sciences morales de la ville de Buenos Aires – grâce à une bourse obtenue après être devenu orphelin à un très jeune âge –, il commença des études de droit à l’université de Buenos Aires. Il les poursuivit à Córdoba puis à Montevideo en 1840, où il s’exila volontairement en raison de son désaccord avec la politique de Juan Manuel de Rosas. Il obtint finalement un doctorat en jurisprudence à l’université du Chili1.

  • 2 Selon Alberdi, le Salón Literario était condamné à disparaître car c’était un espace public. Ses m (...)
  • 3 Pour l’ensemble des citations de cette œuvre, nous utilisons ici la version rééditée en 1916 : Jua (...)
  • 4 Pour une analyse de l’œuvre d’Alberdi : Oscar Terán, 2004, Las palabras ausentes. Para leer los Es (...)

2Le climat d’effervescence politique du Buenos Aires postrévolutionnaire l’amena très tôt à côtoyer le Salon littéraire fondé par Marcos Sastre et Esteban Echeverría, ce qui lui valut d’être considéré comme membre de la « génération de 18372 ». Depuis son premier ouvrage d’envergure de cette même année, Fragmento preliminar al estudio del Derecho, il s’attaque aux problèmes de la construction nationale argentine et à partir du droit, de l’histoire, de la politique ou de l’économie, il tente toujours d’y apporter des solutions. Les questions économiques jalonnent presque tous ses écrits, mais nous examinerons ici particulièrement les Estudios económicos3, qui correspondent au premier tome des seize volumes de ses Escritos póstumos4, publiés en 1895, onze ans après sa mort à Paris en 1884.

Interprétation économique des phénomènes politiques

  • 5 Alberdi lui-même, à la page 191 des Estudios económicos, précise que ce n’est pas la première fois (...)
  • 6 Alberdi, ibid., p. 193.
  • 7 Il fait ici référence aux deux emprunts obtenus par Bartolomé Mitre, en 1857 et en 1868 et par Dom (...)

3Les Estudios económicos, écrits en 1876, sont composés de neuf chapitres, d’une introduction et d’un épilogue. L’ensemble des chapitres abordent le thème de la crise, thème qui n’est pas étranger à Alberdi, étant donné les turbulences dans lesquelles commence la décennie de 1870, aussi bien en Europe qu’en Amérique du Sud5. Selon lui, l’histoire contemporaine du Rio de la Plata peut être définie comme une série de crises, ou une crise chronique interrompue par des intervalles de stabilité exceptionnels, sans pour autant parvenir à instaurer une logique de progrès relatif, matériel et spontané. « Les guerres et les emprunts à l’étranger sont les raisons de notre faillite », dit Alberdi en citant l’œuvre du président Avellaneda, Memoria de Hacienda, présentée au Congrès en 18766. Mais ce ne sont là que les causes immédiates. Il faut, selon Alberdi, découvrir les causes de ces causes. C’est-à-dire les causes des guerres et des emprunts7 à l’origine de cette crise.

4Alors que la guerre franco-prussienne éclatait en Europe, que le peuple manifestait son mécontentement à Paris, mettait fin au gouvernement monarchique de Napoléon III et proclamait la République, deux morts importantes eurent lieu dans les provinces du Plata : celle du président du Paraguay, Francisco Solano López, sur le champ de bataille, ce qui mit fin à la guerre de la Triple Alliance, et celle de Justo José de Urquiza, dont l’assassinat ne mit pas fin à l’opposition fondamentale entre les intérêts nationaux du fédéralisme et l’autonomie de la province de Buenos Aires.

  • 8 Sur la crise de 1873 et son impact dans les pays d’Amérique latine, Carlos Marichal, Historia de l (...)

5Toujours au cœur de polémiques politiques intenses, Alberdi était sincèrement touché par la guerre et ses conséquences. Une fois les armées démantelées, il ne restait que pauvreté et désolation, d’un côté de l’océan comme de l’autre. La France, au moment où elle voyait se constituer et échouer la Commune de Paris sous le drapeau de l’Internationale, perdait l’Alsace et la Lorraine et devait payer une indemnisation de guerre conséquente. Elle demanda pour cela un prêt à Londres, qui canalisa un flux massif de capitaux vers les économies d’Europe centrale et fut à l’origine d’une spéculation importante qui déstabilisa les marchés financiers. Nous pouvons ainsi affirmer que la crise de 1873 fut une crise financière et commerciale, qui prit naissance avec le krach boursier de Vienne et s’étendit jusqu’en Allemagne, en France et en Angleterre, avant d’affecter les échanges commerciaux avec l’Amérique8. Cette crise se répercute sur l’Argentine au début des années 1876, quand les valeurs de la laine et du cuir chutèrent précipitamment. L’exportation cessa et le commerce fut paralysé. Les commerçants situés autour de la place de Mayo firent faillite et durent fermer. La situation empira, engendrant panique, désespoir et déstabilisation.

  • 9 Mayer, Alberdi…, op. cit., p. 825-826.

6Alberdi, témoin et victime de la première récession, devenue entretemps dépression économique, écrivait de Paris à ses nombreux amis du Plata, en critiquant l’utilisation abusive des crédits hypothécaires et dénonçant la menace qu’ils constituaient pour la stabilité de la propriété immobilière, fondement de tout ordre social. Beaucoup de ces lettres furent ensuite publiées dans différents journaux, La Libertad, El Nacional, La Nación, La Tribuna, et aussi dans quelques brochures, comme De los abusos y víctimas del crédito público sudamericano, publiées dans El Siglo de Montevideo et El Diario et La Libertad de Buenos Aires9. Il y décrivait les procédures irrégulières de ce type d’opérations financières entre banquiers européens, intermédiaires commerciaux et gouvernements sud-américains, dont la société entière payait ensuite les excès.

7Selon Alberdi, il était indispensable d’étudier de façon systématique la nature, les causes et le développement des crises afin de s’en protéger et d’en éviter les effets les plus néfastes, aussi bien d’un côté de l’océan que de l’autre. Il expliquait cela par le fait que la science, ayant à peu de choses près supprimé toutes les distances, avait favorisé l’échange et le commerce entre pays, et la richesse était par là devenue un phénomène international, tout comme les crises qu’elle engendrait.

  • 10 Estudios económicos, p. 70.
  • 11 Ibid., p. 62.

8Il fut en cela disciple d’Adam Smith, le « professeur de Glasgow » – comme il l’appelle à maintes occasions – qui, en étudiant cet aspect de la philosophie morale, définit l’économie politique moderne comme la science des richesses. Alberdi affirme alors que « le mal est dans l’ignorance de l’origine morale de la richesse et de la cause morale de la pauvreté »10. Comprendre cela implique de comprendre le destin et le sens de la vie sociale de l’homme dans ce monde : son bonheur et son bien-être. Les crises sont un mal moderne, un symptôme du progrès et la condition inéluctable de la prospérité industrielle. Elles naissent de la panique et du scepticisme, bien plus que de la destruction du capital effectif et se soignent par la reprise de la confiance, c’est-à-dire de la créance et du crédit. Et, soutient Alberdi11, dans un pays où ce qui permet la circulation des objets – l’instrument d’échange, la marchandise contre laquelle s’échangent toutes les marchandises, la monnaie – est issu de la dette publique, est une monnaie politique, une monnaie en papier émise par le gouvernement, la politique et la situation économique doivent être inséparables et solidaires aussi bien dans leur orientation que dans leurs choix.

9Selon lui, le processus avait commençé avec l’élan déclenché par les nouvelles populations et l’accroissement de la production ; ceci fut suivi d’une augmentation parallèle des emprunts officiels et des prêts particuliers. On fit alors appel à l’émission de papier monnaie, les prix, les valeurs et les salaires augmentaient et la cote de l’or baissait. Tout cela attirait une population ayant choisi le chemin de l’émigration et qui arrivait au Plata avec l’idée de faire fortune facilement. La réalité montrait cependant très vite son vrai visage. Dès la plus petite fluctuation du système, les richesses fondées sur la spéculation s’écroulaient de façon retentissante. Une base solide était indispensable pour engendrer des revenus durables. Et il fallait pour cela former de la main-d’œuvre.

  • 12 Ibid., p. 324.

« Multiplier le bétail, cultiver les champs, travailler les mines, exploiter les ressources végétales et minérales du sol […] De cette façon, le plus petit propriétaire terrien, le simple agriculteur, l’humble gaucho qui surveille le bétail, rendent à la richesse, à la population, à la civilisation européiste du pays, des services plus importants et plus directs que tous nos hommes de lettres, poètes, rhéteurs et orateurs les plus colorés et les plus prétentieux.12 »

10Alberdi voyait dans la mauvaise politique, dans le gaspillage de l’argent public à des fins électorales, dans la bureaucratie excessive et parasitaire autant de fardeaux entravant l’accès au monde du travail, productif et commercial. Ce n’était ni dans le lancement d’une nouvelle révolution, qui n’aurait pour conséquence que le simple remplacement d’un gouvernement par un autre, ni dans la demande de nouveaux emprunts, qui ne faisait qu’augmenter la dette externe, que résidait la solution à ce problème. Il fallait résoudre un problème de fond et éliminer les obstacles qui paralysaient la politique et l’économie. Il était indispensable de garantir la liberté du travail, l’impartialité de la justice et la sécurité des personnes et des biens, rôle que seul pouvait jouer un gouvernement ayant une politique d’ordre et de progrès.

11Dans la mesure où le gouvernement utilise le crédit comme instrument d’influence et de prosélytisme, la crise économique est aussi une crise politique. Dans ces conditions, affirme Alberdi, l’organisation de la république du Plata dans son ensemble en est réduite à des intérêts économiques. Tous ses problèmes politiques deviennent alors économiques. Son histoire, ses guerres civiles, ses partis politiques n’ont eu d’autre objectif que les intérêts relatifs au commerce et à la navigation des fleuves, à ses rentes douanières, à ses ports commerciaux et à son crédit public, aussi bien en ce qui concerne les emprunts internationaux que la dette interne.

12Dans Estudios económicos, il expose dès les premières pages le besoin impérieux de développer les forces économiques et culturelles du pays, véritables fondements de la richesse des nations. Il affirme alors :

  • 13 Ibid., p. 43.

« L’Amérique du Sud est dotée d’un sol riche habité par des peuples pauvres, à l’inverse de l’Europe, dotée d’un sol pauvre mais habitée, en majorité, par des peuples riches. L’étude des causes qui font la pauvreté des Sud-Américains et la richesse des Européens constitue les deux aspects essentiels de l’économie politique, qui, selon Adam Smith, n’est pas seulement la science de la richesse, mais aussi celle de la pauvreté : deux entités opposées dont les causes naturelles sont corrélatives, tout comme la santé et la maladie dans le corps humain.13 »

  • 14 Cette analogie du corps social et du corps humain, Alberdi la reprend de son créateur, François Qu (...)
  • 15 Juan Bautista Alberdi, Estudios económicos, p. 43.

13Alberdi fait clairement appel à l’analogie du corps humain pour étudier le corps social et compare, pour l’analyser, la réalité sud-américaine avec celle de l’Europe14. De même que le médecin est le spécialiste de la santé et examine la maladie pour la soigner, le spécialiste en économie politique examine les causes de la pauvreté pour y remédier et les causes de la richesse pour la développer et l’entretenir. Selon Alberdi « la pauvreté, est un fait séculaire, héréditaire, codifié et incarné dans des usages qui habitent et régissent la vie actuelle, bien qu’ils soient condamnés à mort15 ». Mais ce qui inquiète le plus Alberdi, c’est l’ignorance des gouvernements locaux au moment d’appréhender cette réalité économique, en prenant pour de la richesse ce qui n’est qu’un outil pour la produire : les vastes étendues de terres fertiles de la Pampa.

14Son expérience de l’anarchie et de l’instabilité politique dans son pays, de l’exil pendant la majeure partie de sa vie, des réalités d’autres sociétés, l’amènent à dénoncer le militarisme des pays latino-américains. La paix aussi bien intérieure qu’extérieure est la condition sine qua non à la création de richesses. En tant que bon représentant du libéralisme, il juge nécessaire d’asseoir des principes favorisant l’ordre et le progrès dans le but d’établir les fondements de l’organisation nationale. Le mal à soigner, selon Alberdi,

  • 16 Ibid., p. 49.

« […] n’est pas celui de l’oppression étrangère, mais celui de la pauvreté, du dépeuplement, du retard et de la misère. Les ennemis actuels de l’Amérique sont abrités en son sein ; ce sont ses déserts sans routes, ses fleuves voués à l’esclavage et inexplorés, sa côte dépeuplée par le venin des restrictions mesquines, l’anarchie de ses douanes et tarifs, l’absence de crédits, c’est-à-dire la richesse artificielle et spéculative, comme seul moyen de produire de la richesse positive et réelle.16 »

  • 17 Juan Bautista Alberdi, Cartas sobre la prensa y la política militante en la República Argentina, o (...)

15Pour établir ce diagnostic, Alberdi se fonde sur le savoir et l’expérience. Sa pensée reprend les courants idéologiques qui parcourent les XVIIIe et XIXe siècles, l’encyclopédisme, le romantisme, le socialisme, le positivisme comtien et l’évolutionnisme, et débouche sur un amalgame éclectique lui permettant d’autant plus de réaffirmer sa conviction libérale. Alberdi lui-même dit à Sarmiento, dans les Cartas Quillotanas : « […] En reprenant à mon compte le bon sens général de cette époque, je crois avoir pioché un peu partout, et je m’en flatte, car je n’ai pas réussi à me séparer de tous, mais plutôt à m’en faire l’écho. Je crois par contre n’avoir copié personne autant que moi-même.17 »

  • 18 Mayer, Alberdi…, op. cit., p. 95.

16En tout état de cause, il rappelle lui-même que sa formation ne se réduit pas à celle qu’il a obtenue à l’université, en suivant les doctrines de Condillac et de John Locke, mais qu’il a effectué ses propres lectures d’auteurs comme Jean-Jacques Rousseau, Jeremy Bentham, Benjamin Constant, Alexis de Tocqueville, Montesquieu, Adam Smith, Jean-Baptiste Say, Destutt de Tracy, Victor Hugo, Alexandre Dumas, Chateaubriand, Byron, Kant et tant d’autres18. Ainsi, le droit philosophique ne fut pas son seul centre d’intérêt, les matières politiques et économiques lui permirent de faire non seulement un diagnostic juste de la réalité argentine, mais aussi de proposer des alternatives pour la dépasser.

  • 19 Introduction de José Ingenieros, « Las doctrinas sociológicas de Alberdi », in Alberdi, Estudios e (...)

17Plutôt que d’invoquer de manière doctrinaire et philosophique les libertés et les droits qui protègeraient le peuple avec le temps, il en définit ainsi les besoins et les devoirs. Ceci le distingue de ses prédécesseurs et de la plupart de ses contemporains. Selon José Ingenieros19, les déceptions, l’âge, les voyages lui avaient appris à distinguer la patrie réelle du pays des rêves. Cette patrie réelle exigeait l’élaboration d’un plan réel pour progresser et éviter les contradictions engendrées par l’invocation et l’application de modèles étrangers – en l’occurrence du modèle européen et du modèle américain – à des sociétés aux caractéristiques socio-économiques et politiques absolument différentes.

18Ainsi, au premier paragraphe des Estudios económicos, au moment d’analyser les caractéristiques économiques de l’Amérique coloniale, il commence en affirmant 

  • 20 Alberdi, ibid., p. 101.

« L’Amérique espagnole est pauvre depuis son origine et en raison de son origine, qu’elle doit à une nation elle-même pauvre quand elle la découvrit et la conquit, à cause d’une “guerre sainte” de huit siècles, durant lesquels elle oublia ou apprit à ignorer le travail, qui est la seule source de richesse, de la même façon que son absence est la seule cause de la pauvreté.20 »

19En Amérique, la seule source de richesse était l’exploitation du travail de la main d’œuvre indigène ou esclave, Alberdi propose un changement de perspective pour l’Amérique indépendante. La civilisation argentine devait désormais s’inscrire dans la ligne de la civilisation européenne (et en particulier les civilisations française et britannique). Dans ces conditions, l’ouverture du pays permettant l’arrivée d’hommes, d’idées et de capitaux de la vieille Europe était primordiale. Et il en fut ainsi. Un mouvement d’expansion commerciale important eut lieu tout au long du XIXe siècle, caractérisé par une succession d’épisodes d’expansion du capital, sous la forme d’échanges de marchandises, d’investissements directs ou de prêts internationaux, et d’épisodes de restriction du capital en raison des crises, ce qui provoquait une diminution importante des échanges commerciaux, une paralysie de l’investissement, une chute des rentes douanières, une insolvabilité et une cessation de paiement de la dette extérieure. Une certaine oscillation s’établit alors et détermina non seulement l’histoire nationale, mais aussi la mondialisation d’un système qui mettait en évidence l’interdépendance des parties.

  • 21 La Representación de los Hacendados est un rapport économique de 1794, décrivant la situation des (...)

20Ayant vécu plus longtemps à l’étranger que dans son propre pays, Alberdi avait un regard perçant sur les choses et il comprit très bien les forces et les faiblesses du modèle qui commençait à s’établir. Il concentra ses observations sur la persistance à long terme du modèle colonial et sur la façon dont la révolution impliqua un revirement économique plus pour les pays étrangers que pour l’Argentine elle-même. Selon Alberdi, le grand retournement allait se produire après 1852, lors de la chute du régime antieuropéen de Juan Manuel de Rosas, qui incarnait, selon lui, la restauration réactionnaire contre tout type de libre-échange, précédemment évoqué dans Representación de los Hacendados21.

  • 22 Lorsque Buenos Aires n’accepte pas l’accord de San Nicolás de los Arroyos et se sépare de la Confé (...)

21La Constitution argentine de 1853, écrit Alberdi dans l’introduction aux Estudios económicos, est le manifeste de la révolution libérale contre le régime économique dominant à Buenos Aires sous le gouvernement de Rosas jusqu’en 1852. Bien qu’elle déclenche, ainsi que la rébellion autonome de Buenos Aires du 11 septembre 1852 et la réforme constitutionnelle de 186022, d’intenses mouvements réactionnaires, elle triomphe avec le soutien de la Confédération argentine aux mains du vainqueur de Monte Caseros, le général Urquiza, et impose l’établissement d’un ordre d’intérêt national. Cette étape fut suivie de la défaite d’Urquiza face à Bartolomé Mitre lors de la bataille de Pavón, celui-ci instaure un mouvement d’organisation nationale, suivi par les présidences de Domingo F. Sarmiento et de Nicolas Avellaneda. Selon Alberdi, après la crise de 1873, le pays dans son ensemble subira une nouvelle fois le retard (coloniale et rosiste) qu’impliquent la fermeture des frontières, la concentration des rentes de douane dans le port de Buenos Aires et l’absence de stimulation des activités non agricoles.

22Comme toutes les crises, cette crise économique engendre un appauvrissement général en paralysant le commerce et le travail industriel, en faisant baisser les importations et les exportations, en amoindrissant les entrées de la douane, en réduisant le crédit et en diminuant les réserves du Trésor. Cela donne lieu à une baisse des fonds publics, une diminution de tous les prix, l’argent vient à manquer, les salaires baissent, les travailleurs repartent en Europe, la population diminue. C’est alors que surviennent les faillites, les procès, les scandales, l’abandon progressif des traditions, les pestes, la révolution ou la guerre.

23Alberdi réduit la problématique des transformations politiques des Provinces Unies du Rio de la Plata aux luttes et aux tensions relatives au contrôle économique de la douane de Buenos Aires. Le contrôle du mouvement douanier signifiait le monopole des taxes d’importations et d’exportations de produits constituant le Trésor national. C’est-à-dire le crédit public garanti par les revenus de la douane ; la Banque de la Province de Buenos Aires, qui utilise le crédit que la nation lui garantit ; et la position géographique, qui place le port, et par conséquent, la douane, le crédit et la banque, sous contrôle du gouvernement de Buenos Aires. C’est pourquoi il devient urgent d’établir une capitale du pays qui soit le siège du gouvernement national. La solution à ce problème résidait dans la fédéralisation de la ville de Buenos Aires, qui eut lieu en 1880 lors de la création de la ville de La Plata, désignée capitale de la province de Buenos Aires.

24Selon Alberdi :

  • 23 Alberdi, Estudios económicos, op. cit. p. 189.

« […] La division politique entre fédéraux et unitaires, entre Buenos Aires et les provinces, qui a défini la vie moderne de ce pays, n’est qu’une simple problématique douanière, dans laquelle ses habitants profitent du produit de cette contribution, que toutes les provinces payent au port de Buenos Aires, et que pour des raisons géographiques Buenos Aires prétend s’approprier en vertu du système fédéral, entendu comme un système de séparation et d’autonomie locale, vis-à-vis de cette entrée fiscale, sans le partager avec les autres.23 »

  • 24 Adam Smith, 1776, An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations, Londres, W. Stra (...)

25L’influence du libéralisme sur la pensée d’Alberdi et son adhésion à cette doctrine sont ici très clairs. Alberdi préconise de plus la morale du travail, berceau de la civilisation. Il cite tout particulièrement Adam Smith, dans La richesse des nations24, et il affirme :

  • 25 Alberdi, Estudios económicos, op. cit. p. 66.

« La richesse publique d’un pays et son pouvoir, dans la mesure où le pouvoir peut dépendre de la richesse, doivent toujours être établis en vertu de la valeur de son revenu annuel, qui est en dernier ressort la source de tous les impôts. Ainsi l’objectif principal de l’économie politique est d’augmenter la richesse et le pouvoir du pays.25 »

26Le revenu annuel dont parle Smith, affirme Alberdi, est le produit du travail et de la terre, du sol et de l’homme, de la nature et de l’industrie. En suivant ce raisonnement, Alberdi affirme que le travail humain est à l’origine de la richesse, qualité morale et vertu de l’homme civilisé. Le sol n’étant qu’un simple instrument de richesse entre les mains de l’homme, qui en est le producteur direct, à travers le travail et l’épargne qu’il engendre et accumule. C’est pourquoi les idées économiques sont, avant tout, des idées morales, déterminant la conduite des hommes et des sociétés. Parler de richesse, c’est aussi parler de pauvreté. En Amérique, la pauvreté a deux causes naturelles : l’absence de travail, en raison de l’oisiveté ou autres causes accidentelles, et la dilapidation des produits du travail en raison du vice ou de l’erreur. La richesse se construit par la constance du travail et de l’épargne, tandis que la pauvreté réside dans les habitudes corrompues de l’oisiveté et de la dépense. C’est de là que provient la nécessité de remplacer la morale espagnole, qui renie le travail, par une autre morale qui le place au fondement du respect et de la dignité des individus et des nations.

Le rôle central attribué à l’apport migratoire

27Alberdi propose pour cela d’attirer et d’installer ici la population européenne, à même de s’adapter aux conditions physiques et naturelles du sol sud-américain pour le travailler avec intelligence, bon sens et énergie. Il postule que gouverner, c’est peupler, dans le sens où « peupler, c’est instruire, éduquer, inculquer une morale, améliorer la race, civiliser, enrichir, fortifier et affirmer la liberté du pays », lui donner l’intelligence et l’habitude du gouvernement de soi ainsi que les moyens d’exercer cette autonomie. Mais pour civiliser au moyen de la population, il est nécessaire que les populations soient civilisées. Pour éduquer à la liberté et à l’industrie il est nécessaire de peupler le pays avec les populations européennes les plus avancées en termes de liberté et d’industrie. C’est de là que surgit la conclusion concernant la sélection des masses migratoires, sérieusement condamnée des années plus tard. La préférence d’Alberdi allait aux « races anglo-saxonnes », dans lesquelles il percevait les éléments équilibrés permettant de corriger les « défauts » du mélange primitif arabo-hispano-indigène.

28Pour Alberdi, la civilisation argentine s’inscrit dans la lignée de l’Europe, c’est de là qu’elle provient et de là qu’elle continuera à venir.

  • 26 Ibid., p. 14-15.

« Nous sommes des Européens adaptés à l’Amérique et non des indigènes menacés par le contact avec l’Europe. En Amérique, tout ce que nous appelons civilisation provient de l’Europe : les costumes que nous portons, la langue que nous parlons, les livres que nous lisons, l’école, la religion, les codes, les idées, les industries, le commerce.26 »

29La réalité argentine présentait de sérieux problèmes fondamentaux, qu’il était impératif de résoudre, y compris le problème de la population, de l’immigration, de l’éducation, de l’industrie et du commerce, considérés comme des forces économiques et culturelles essentielles au développement national.

30La Constitution argentine de 1853 contient les idées et les fondements d’un système de droit intégral des gens, afin de doter la République d’une population européenne, affirme Alberdi, experte en production de richesses et versée dans une vie d’ordre et d’économie, ainsi que de capitaux provenant des pays étrangers. Elle établit une politique extérieure pour enrichir le pays par le biais de la paix, du commerce libre, du travail immigré. Or, la crise renverse ces droits, provoque des guerres qui rendent impossible le travail et corrompent l’immigration, l’égarent ou la chassent du pays ; elle favorise les monopoles et les protections hostiles à l’Europe riche et civilisée que la Constitution invitait à attirer par des lois et des traités internationaux établis dans cette perspective.

  • 27 Mayer, Alberdi …, op. cit., p. 165.

31Alberdi en arrive à percevoir ainsi, par le pouvoir créateur du libre-échange, l’existence d’une double Europe. Les avancées du progrès, comme la vapeur appliquée à la navigation et l’électricité à la poste télégraphique, ont réussi à harmoniser les deux mondes, en renforçant leur existence civilisée. Pour Alberdi, cet ordre civilisé reposait fondamentalement sur la conservation de la tradition de la révolution de Mai. Si, lors de la première étape, celle-ci avait eu pour objet de libérer le pays du joug espagnol, la seconde étape aurait pour objectif la construction d’un gouvernement libre et stable, fondé sur les principes républicains. C’étaient les principes de liberté face à l’état d’égalité, face au gouvernement partisan des factions ; et de légalité face à l’arbitraire des caciques. Une fois garantie la sauvegarde de la tradition de Mai, il devenait possible de penser le progrès. Tâche immense, dit Mayer,27 dont l’objectif était d’anéantir le tréfonds barbare des masses dispersées dans le désert, de faire disparaître la misère et l’ignorance dans lesquelles elles se débattaient et d’élever leur niveau moral et matériel au moyen des nouveaux instruments mécaniques et des méthodes didactiques que leur offrait l’Europe moderne. Progresser équivaut alors à devenir civilisé et, selon Alberdi, à organiser le pays selon un ordre démocratique.

  • 28 Alberdi, Estudios económicos, p. 374.

32Un des signes de prospérité les plus importants d’un pays est l’augmentation du nombre de ses habitants. Non seulement par le biais de l’augmentation naturelle de sa population mais aussi par celui d’un apport migratoire important. La Constitution de 1853 créait les conditions nécessaires pour attirer et pour installer en Argentine les travailleurs étrangers, considérés par Alberdi comme la base de la prospérité28. Le travail intelligent du travailleur anglais, allemand, français, italien, belge, et même espagnol, dit-il, est source de richesse. La richesse migre ainsi à travers le travailleur européen, amenant selon Alberdi, une autre richesse morale : l’éducation que pourra en tirer le travailleur indigène pour qui elle représentera un exemple. Il faut ajouter à cela les conditions physico-naturelles du Rio de la Plata, les mêmes que celles de l’Europe quant au climat, au sol, à la flore, à la faune, et à l’hydrographie, mais dotées, au sud du continent américain, d’avantages particuliers, qui en font un lieu privilégié en termes de fertilité et de capacités productives. La nature, l’échelle, la variété des produits du travail feront de cette région une des plus riches du monde. Sans nul doute, un bon gouvernement ferait de l’Argentine un autre États-Unis, et les pires gouvernements du monde ne pourraient l’empêcher de devenir le pays le plus riche de l’Amérique du Sud, Brésil compris. La croissance des besoins de l’Europe en matières premières produites sur le sol argentin, comme la laine, le cuir, la viande et la graisse, etc. justifie l’espoir d’Alberdi.

  • 29 Ibid., p. 378.

33Avec l’arrivée des populations européennes, leurs habitudes et leurs coutumes, l’épargne et le bon sens dans les dépenses et les économies migrent aussi, ce qui, pour Alberdi, représente la seconde cause naturelle de richesse. Sous cet angle, il serait facile pour l’auteur des Estudios Económicos de démontrer, par une série de comparaisons, que l’avenir de la République argentine, pour ce qui est de sa richesse et de son progrès, peut compter sur des bases plus solides que d’autres pays, comme le Mexique, le Pérou, le Brésil ou la Turquie29. Par exemple, Alberdi considère que toute comparaison avec la Turquie serait absurde, car pour ce qui est de la langue, du gouvernement, des coutumes, des us et des institutions, tout y est asiatique et antieuropéen. Comme l’Amérique du Sud est construite en fonction du modèle européen, elle ne doit rien modifier, mais seulement corriger certains détails, alors que dans le cas de la Turquie, il serait nécessaire pour l’enrichir de la transformer intégralement.

L’origine de la richesse dans la pensée du Rio de la Plata avant Alberdi

34D’un point de vue historique, en dénonçant le désert inculte et dépeuplé et en affirmant que la terre n’est pas une richesse en soi mais qu’elle ne le devient que grâce au travail et aux capitaux européens que l’on y investit, Alberdi fait preuve d’originalité non seulement vis-à-vis de ses œuvres antérieures, mais aussi de celles des autres auteurs ayant écrit sur l’origine de la richesse et des maux et remèdes dans la réalité argentine du XIXe siècle.

  • 30 Sur ce sujet, voir José Carlos Chiaramonte, La crítica ilustrada de la realidad. Economía y socied (...)

35Les premiers documents permettant de constater la circulation de nouvelles idées libérales au sein du vice-royaume du Rio de la Plata sont la Representación de los Labradores (1793) et la Representación de los Hacendados (1794), qui expriment leurs inquiétudes vis-à-vis de certains problèmes économiques et sociaux30. Tous deux soulignent le potentiel économique des campagnes du Rio de la Plata :

« les terrains les plus fertiles au monde, capables d’alimenter non seulement l’Espagne mais aussi une grande partie de l’Europe ».

36On y remarque quelques principes inspirés des doctrines physiocrates, comme par exemple l’insistance à proclamer l’agriculture comme mère de toutes les richesses afin d’infirmer le vieux concept mercantiliste selon lequel la richesse d’un pays consistait dans la quantité de métaux précieux dont il pouvait disposer. Ce changement d’orientation aurait pour résultat l’adoption d’une série de mesures visant à garantir la liberté de commerce des grains. Le commerce stimulerait la culture. Cet argument ne considère pas seulement que l’agriculture est à l’origine de la richesse de tous les pays, il tend aussi, fondamentalement, à assurer la liberté totale du commerce des grains.

37Pour la première fois, les nouvelles doctrines qui circulaient au sein de la colonie sont utilisées de façon conséquente pour l’étude et la formulation de problèmes économiques et sociaux. La Representación de los hacendados possède les mêmes caractéristiques que Representación de los Labradores, mais celui-ci s’applique, avec un style conceptuel plus rudimentaire, à l’élevage et à l’industrie de la salaison de viande. Il insiste sur la nécessité d’éliminer les obstacles de la production agricole qui, avec le commerce, est la seule capable de garantir la richesse d’un pays. Grâce au commerce, il est possible d’attirer les métaux dont le pays ne dispose pas.

  • 31 Félix de Azara, Memoria sobre el estado rural del Río de la Plata y otros informes, Buenos Aires, (...)

38Nous pouvons constater la présence d’idées similaires dans l’œuvre de Félix de Azara, Memoria sobre el estado rural del Río de la Plata y otros informes (1801)31. Son auteur est un personnage important de la période coloniale, chargé par le roi d’Espagne de diriger les tâches de délimitation des frontières avec les colonies portugaises. Cet écrit est une source importante pour comprendre la situation économique et sociale de la campagne du Rio de la Plata au début du XIXe siècle, mais il constitue également la première formulation du problème principal du système agraire argentin : celui de son régime de propriété. L’auteur observe une diminution scandaleuse du bétail sauvage et affirme qu’une solution efficace aurait été l’ouverture du commerce du Rio de la Plata et la distribution des terres aux particuliers. La campagne aurait pu, de cette façon, se peupler très rapidement.

  • 32 Juan H. Vieytes, Antecedentes económicos de la Revolución de Mayo, Buenos Aires, Raigal, 1956.
  • 33 Juan Manuel Belgrano, Escritos económicos, Buenos Aires, Raigal, 1954.

39Sans solution évidente, le problème agricole continue, après 1810, à être au centre des préoccupations des criollos. Juan Hipólito Vieytes et Manuel Belgrano participent à la destruction de la croyance selon laquelle la richesse d’un pays réside dans la possession de métaux précieux, ce que supposait de façon idéologique le mercantilisme. Aussi bien dans le Semanario de Agricultura, Industria y Comercio (1802) de Vieytes32 que dans le Correo de Comercio de Belgrano33, l’agriculture et l’industrie sont désignées comme les sources de richesse de toutes les sociétés. Mais pour cela il fallait, en premier lieu, résoudre le problème de la main-d’œuvre et la problématique de la propriété de la terre.

40Manuel Belgrano représente l’étape à partir de laquelle s’établit la primauté du libéralisme des physiocrates, tout d’abord, puis du libéralisme individualiste et libre-échangiste d’Adam Smith, par la suite. Dans les colonnes du Correo, il analyse la réalité et insiste sur l’importance de distribuer la terre aux agriculteurs. Il considère que l’absence de propriété est la cause principale de la misère des paysans, et constitue une source de malaise pour l’État. Le pays ne progressera pas tant que les paysans ne seront pas propriétaires des terres qu’ils cultivent. Belgrano suppose que la société coloniale se dirige vers un développement de type capitaliste, dans le style européen. C’est-à-dire que les colonies américaines, en vertu des richesses naturelles et des éléments capitalistiques dont elles disposent, devraient atteindre, à l’avenir, le même degré de progrès capitaliste que les puissances européennes. Les différences seraient, selon lui, dues à un retard circonstanciel, pouvant être dépassé à plus ou moins long terme grâce à l’application des principes par lesquels les Européens éclairés promouvaient le progrès de leurs pays. Il était simplement nécessaire de comprendre les différents degrés de développement, les particularités propres au temps et au lieu pour ne pas agir par répétition mécanique. Cette façon d’envisager le futur du pays est profondément imprégnée de l’idée de progrès, une des idées fondamentales du XVIIIe siècle et de la pensée optimiste, engendrée par la conscience des possibilités qu’impliquent les richesses naturelles du pays.

  • 34 Domingo F. Sarmiento, Viajes por Europa, Africa y América, 1845-1847, Madrid, FCE, 1993.

41Domingo F. Sarmiento, un des penseurs les plus importants de l’histoire argentine, pense au contraire que le modèle de société idéal est celui des États-Unis (malgré certaines anomalies et contradictions, comme l’esclavage) et non celui de l’Europe. En 1849 il publie au Chili Viajes por Europa, Africa y América, où, sous la forme de lettres adressées à des amis, il offre un florilège d’observations, de réminiscences, d’impressions et d’anecdotes de voyage34.

42Deux thèmes primordiaux émergent de l’affrontement entre la théorie et la pratique : les thèmes de l’ordre et du progrès. Sous l’influence, d’une part, du libéralisme, qui tend à renforcer l’État national, et de l’autre de l’idée moderne de liberté, inspirée par la vertu civique du citoyen consacré à la chose publique, Sarmiento perçoit une tension entre les droits individuels et l’ordre spontané qui dérive de ceux-ci et la volonté de créer un citoyen éclairé à travers l’éducation publique. Les États-Unis incarnaient à ses yeux le principe républicain et fédéral (décentralisé) et une société ouverte. Les immigrants et les capitaux y convergeaient et jouissaient de tous les droits. Les principes et la réalité, incompatibles en apparence selon la théorie politique de Sarmiento, s’y conjuguaient : un espace sans bornes, une population nombreuse, une égalité sociale et une liberté économique, un marché immense, une infinité de centres publics d’initiative, de contrôle et de décentralisation fédérale, des libertés politiques et une éducation. Même si le fléau de l’esclavage, encore présent, portait une ombre à ce tableau.

  • 35 Domingo F. Sarmiento, Facundo o Civilización y Barbarie en las pampas argentinas, Santiago, Impren (...)
  • 36 Tulio Halperín Donghi, Una nación para el desierto argentino, Buenos Aires, CEAL, 1982.

43Chez Sarmiento, ce dialogue entre une république libérale, basée sur la liberté individuelle, et une république d’humanisme civique, qu’incarne la vision rédemptrice de l’éducation, trouve ses limites dans la réalité latino-américaine de la fragmentation régionale, de la guerre et du caudillisme. Il se bat pour une république de citoyens au sein de laquelle règnerait un pouvoir constitutionnel garant de la liberté politique, de l’égalité juridique et de la distribution des terres en parcelles agricoles. La liberté est, à ses yeux, fondamentale car elle fonde l’ordre politique. C’est ce qu’il exprime dans son œuvre principale, Facundo35, essai et exposé de ses propres idées, tableau de coutumes dont les personnages principaux sont la ville et la campagne, la civilisation et la barbarie, incarnés par Juan Manuel de Rosas et Facundo Quiroga. Avec Rosas, la barbarie campe dans la ville et fait émerger un nouvel ordre social : la tyrannie urbaine. Pour Sarmiento, dit Tulio Halperín Donghi36, la barbarie n’est pas seulement l’ignorance de ce que sait l’homme civilisé, c’est aussi un savoir que l’homme civilisé ignore. Pour Sarmiento, les piliers de l’ordre moderne étaient l’éducation, la science et le travail.

  • 37 Alberdi, Estudios económicos, p. 90.

44Alberdi et Sarmiento font partie de la génération ayant forgé les idées fondamentales de l’organisation institutionnelle d’un pays. Dans la suite de la tradition des hommes de Mai et après l’échec de l’unitarisme, l’exil, la vision de l’anarchie et le caudillisme, tout convergeait vers la définition de certains principes encourageant l’ordre et le progrès et établissant ainsi les bases de l’organisation nationale. La pensée d’Alberdi se distingue au sein de la tradition intellectuelle argentine, car selon lui la terre ne représente pas une source de richesse. Il ne suffit pas d’avoir « un sol vaste comme le monde et un crédit large comme le sol », dit Alberdi37, pour détenir des richesses. Car si le territoire est vaste mais peu peuplé, cela ne permet pas de produire en fonction du potentiel et de la capacité de ces sols. Pour parvenir à cela, les nouveaux gouvernements devraient encourager le développement du commerce international et de l’industrie agricole et rurale, en bannissant toutes les lois artificielles de protection et de prohibition établies par les Espagnols pendant la période coloniale. L’industrie rurale consistait dans l’agriculture, la culture et l’exploitation du sol, l’élevage de bétail, la chasse, la pêche, les mines. Elle produit fondamentalement des matières premières. Celles-ci peuvent être échangées avec les sociétés disposant de peu de territoire, comme les pays européens, contre des biens manufacturés, à la production desquelles se consacre la majorité de la population.

  • 38 Ibid., p. 114.
  • 39 Il propose aussi qu’au lieu de les vendre à des acheteurs qui, selon lui, n’existent pas, il faudr (...)

45Pour Adam Smith, que cite Alberdi38, l’abondance des terres dont disposent les colonies américaines, aussi bien celles du Nord que celles du Sud, ainsi que leur accessibilité, leur fertilité et leur climat favorable sont des avantages suffisants pour contrecarrer les abus des gouvernements civils. Cette observation acquiert une valeur de vérité au moment où les États obtiennent leur indépendance. Bien que les nouvelles conditions politiques ne modifient pas leurs caractéristiques économiques, les terres publiques sans gouvernement et sans sécurité sont des terres sans valeur. C’est pourquoi Alberdi propose la vente de ces terres, afin de les peupler et de les rendre productives39, la famille et la propriété étant, selon lui, au fondement de tout ordre social.

Dernières considérations

  • 40 Introduction de José Ingenieros, « Las doctrinas sociológicas de Alberdi », in Alberdi, Estudios e (...)

46L’œuvre d’Alberdi est très vaste. Homme engagé, sa pensée est encore, sous plusieurs aspects, actuelle et contemporaine au point qu’il est légitime de se demander s’il est possible de parler d’un modèle alberdien. La validité d’un modèle réside dans sa puissance explicative et Alberdi a su comprendre la spécificité de la réalité historique américaine. Selon José Ingenieros, son œuvre est un programme de politique économique et de science appliquée à l’art de gouverner les nations40.

47D’une part, Alberdi offre une remarquable description de la façon dont s’établissent les fondements économiques d’un pays et son intégration au système mondial et, en fonction de cela, le degré de développement de ses forces productives. Une Argentine agro-exportatrice, qui place ses produits sur le marché international, est clairement en phase d’émergence. C’est pourquoi il situe son analyse plus sur le plan de l’échange et de la consommation que sur celui de la production. L’épargne à l’origine du capital, c’est-à-dire de l’accumulation de richesses, produits du travail, est comprise dans la façon de consommer. Selon Alberdi, la consommation est la partie la plus importante de la science des richesses, étant donné qu’il s’agit de la façon de dépenser le capital pour le reproduire et le multiplier.

  • 41 Tulio Halperín Donghi, Una nación…, op. cit., p. 40.
  • 42 Alberdi, Estudios económicos, p. 196.

48D’autre part, la charpente institutionnelle proposée dans Bases, dit Halperin Donghi,41 cherche à doter la république d’un cadre juridique, défini à travers un système de normes, pour parvenir à attirer des capitaux et des travailleurs européens. Le capital et le travail européen sont les instruments qui permettraient à l’Argentine de dépasser le retard colonial et d’engendrer un changement considérable. Établir une Constitution, affirme Alberdi42, n’implique pas seulement sa rédaction. « mettre en place une Constitution » est une expression vide de sens si cela ne signifie pas aussi construire une nation, c’est-à-dire l’incarner dans les coutumes vivantes d’un pays.

49Mélange d’évaluation pertinente et de vision prémonitoire, les postulats réalistes et pragmatiques d’Alberdi font appel de façon simple, claire et cohérente aux modèles et aux exemples venus d’Europe et des États-Unis, même si l’auteur sait pertinemment que le Río de la Plata n’est ni la France ni l’Angleterre ni le puissant pays du Nord. Alberdi sut comprendre la particularité de la réalité argentine et regretta profondément l’incapacité de ses dirigeants à résoudre les problèmes politiques, à dépasser les différences régionales et à doter les forces sociales du pays des instruments nécessaires au développement des forces économiques capables d’engendrer une identité propre.

Notes

1 Pour sa biographie, nous suivons Jorge M. Mayer, Alberdi y su tiempo, Buenos Aires, EUDEBA,1963.

2 Selon Alberdi, le Salón Literario était condamné à disparaître car c’était un espace public. Ses membres décidèrent alors d’en faire une association, la Asociación de Mayo ou Logia Secreta, appelée la Joven Generación Argentina, à l’image de celles qui étaient apparues en Europe, La Jeune Italie, La Jeune Allemagne ou La Jeune France, qui prolongeaient la lutte des partis libéraux contre la Restauration et où l’on discutait ardemment des problèmes politiques. Cette fraternité de pensée et d’action s’est cristallisé dans le Dogma Socialista de la Asociación de Mayo, écrit par Esteban Echeverría. Pour plus d’informations, voir Escritos póstumos de Juan Bautista Alberdi. Ensayos sobre la sociedad, los hombres y las cosas de Sudamérica, 1895-1901, Buenos Aires, Imprenta Europea, t. XV, p. 297 ; Mayer, op. cit., p. 110-174 ; Félix Weinberg, El Salón Literario de 1837, Buenos Aires, Hachette, 1977.

3 Pour l’ensemble des citations de cette œuvre, nous utilisons ici la version rééditée en 1916 : Juan Bautista Alberdi, Estudios Económicos. Interpretación económica de la historia política Argentina y Sud-americana, Buenos Aires, La Cultura Argentina.

4 Pour une analyse de l’œuvre d’Alberdi : Oscar Terán, 2004, Las palabras ausentes. Para leer los Escritos póstumos de Alberdi, Buenos Aires, FCE.

5 Alberdi lui-même, à la page 191 des Estudios económicos, précise que ce n’est pas la première fois qu’il écrit sur les crises de la République argentine. Un de ses écrits porte le titre « La crisis argentina de 1860 », un autre écrit sur la crise fut publié en 1861. Plus tard il en publia un autre sous le titre de « La crisis argentina de 1866 » et un dernier « La crisis permanente de la República Argentina ». Cette étude est l’équivalent d’un cinquième chapitre de cette série. Alberdi, Estudios económicos, op.cit., p. 191.

6 Alberdi, ibid., p. 193.

7 Il fait ici référence aux deux emprunts obtenus par Bartolomé Mitre, en 1857 et en 1868 et par Domingo F. Sarmiento en 1870 et 1873. ibid., p. 194-195.

8 Sur la crise de 1873 et son impact dans les pays d’Amérique latine, Carlos Marichal, Historia de la deuda externa de América Latina, Madrid, Alianza Editorial, 1988. Et aussi Miron Burguin, Aspectos económicos del federalismo argentino, Buenos Aires, Hachette, 1960 (1re édition en anglais, 1949) et Roberto Cortés Conde, Dinero, deuda y crisis. Evolución fiscal y monetaria en la Argentina, Buenos Aires, Sudamericana, 1989.

9 Mayer, Alberdi…, op. cit., p. 825-826.

10 Estudios económicos, p. 70.

11 Ibid., p. 62.

12 Ibid., p. 324.

13 Ibid., p. 43.

14 Cette analogie du corps social et du corps humain, Alberdi la reprend de son créateur, François Quesnay, à qui Adam Smith dédie son œuvre La Richesse des nations. Plus tard cette analogie sera reprise par Herbert Spencer et ses disciples.

15 Juan Bautista Alberdi, Estudios económicos, p. 43.

16 Ibid., p. 49.

17 Juan Bautista Alberdi, Cartas sobre la prensa y la política militante en la República Argentina, o Cartas Quillotanas (Polémica con Domingo F. Sarmiento), Buenos Aires, La Cultura Argentina, 1916.

18 Mayer, Alberdi…, op. cit., p. 95.

19 Introduction de José Ingenieros, « Las doctrinas sociológicas de Alberdi », in Alberdi, Estudios económicos, op. cit., p. 7-40.

20 Alberdi, ibid., p. 101.

21 La Representación de los Hacendados est un rapport économique de 1794, décrivant la situation des propriétaires terriens dans le vice-royaume du Rio de la Plata à la fin du XVIIIe siècle et demandant la liberté de commerce.

22 Lorsque Buenos Aires n’accepte pas l’accord de San Nicolás de los Arroyos et se sépare de la Confédération, Alberdi écrit depuis le Chili l’œuvre Sistema Económico y Rentístico de la Confederación Argentina, según la Constitución de 1853, Elementos de Derecho Público Provincial Argentino et les Cartas Quillotanas, déjà citées.

23 Alberdi, Estudios económicos, op. cit. p. 189.

24 Adam Smith, 1776, An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations, Londres, W. Strahan & T. Cadell.

25 Alberdi, Estudios económicos, op. cit. p. 66.

26 Ibid., p. 14-15.

27 Mayer, Alberdi …, op. cit., p. 165.

28 Alberdi, Estudios económicos, p. 374.

29 Ibid., p. 378.

30 Sur ce sujet, voir José Carlos Chiaramonte, La crítica ilustrada de la realidad. Economía y sociedad en el pensamiento argentino e iberoamericano del siglo XVIII, Buenos Aires, CELA, 1982.et La Ilustración en el Río de la Plata. Cultura eclesiástica y cultura laica durante el Virreinato, Buenos Aires, Sudamericana, 2007.

31 Félix de Azara, Memoria sobre el estado rural del Río de la Plata y otros informes, Buenos Aires, Bajel, 1943, (1re édition espagnole 1847).

32 Juan H. Vieytes, Antecedentes económicos de la Revolución de Mayo, Buenos Aires, Raigal, 1956.

33 Juan Manuel Belgrano, Escritos económicos, Buenos Aires, Raigal, 1954.

34 Domingo F. Sarmiento, Viajes por Europa, Africa y América, 1845-1847, Madrid, FCE, 1993.

35 Domingo F. Sarmiento, Facundo o Civilización y Barbarie en las pampas argentinas, Santiago, Imprenta del Progreso, 1845.

36 Tulio Halperín Donghi, Una nación para el desierto argentino, Buenos Aires, CEAL, 1982.

37 Alberdi, Estudios económicos, p. 90.

38 Ibid., p. 114.

39 Il propose aussi qu’au lieu de les vendre à des acheteurs qui, selon lui, n’existent pas, il faudrait les attribuer à des créanciers étrangers pour le paiement de la dette publique. Ce serait la meilleure manière de peupler ces terres, désertes et stériles, avec des colonies d’immigrants européens (Ibid., p. 341).

40 Introduction de José Ingenieros, « Las doctrinas sociológicas de Alberdi », in Alberdi, Estudios económicos, op. cit., p. 35.

41 Tulio Halperín Donghi, Una nación…, op. cit., p. 40.

42 Alberdi, Estudios económicos, p. 196.

Auteur

UNCPBA, Universidad Nacional del Centro de la Provincia de Buenos Aires. Docteur en Histoire et Civilisations de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales de Paris, chercheur au CONICET. Professeur d’Histoire de l’Amérique Latine et directrice du Centre d’Études Sociales de l’Amérique Latine à l’Universidad de Tandil. Auteur notamment de Patrón de Estancias. Ramón Santamarina : una biografía de fortuna y poder en la pampa (2006), Los rostros de la modernidad. Vías de transición al capitalismo. Europa y América Latina, siglos XIXXX (2006), Miradas, relatos y representaciones sobre la problemática del viaje y los viajeros (2010)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr