Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juan Bautista Alberdi et l’indépendance argentine

 | 
Diana Quattrochi-Woisson

La portée de ses écrits économiques

Le système économique et financier de la Confédération Argentine en clé alberdienne

Noemí M. Girbal-Blacha

Texte intégral

Une proposition d’organisation pour la nation

  • 1 José Carlos Chiaramonte, « La cuestión regional en el proceso de gestación del Estado nacional arg (...)

1La construction de la nation est, en Amérique latine et particulièrement en Argentine, l’idée structurante du XIXe siècle. C’est une entreprise difficile, qui ne devint possible qu’après de longues luttes internes ayant permis d’obtenir l’indépendance. Le territoire qui, au siècle précédent, était devenu la vice-royauté du Rio de la Plata, était maintenant le théâtre d’un changement de système politique, économique et administratif fondé sur le régime de la région-province1, désarticulant ainsi à partir de la fin des années 1810 le régime d’intendances imposé pendant la colonisation espagnole.

  • 2 Manuel Antonio Garretón, « Redefinición de gobernabilidad y cambio político », in Síntesis 22, jui (...)

2L’organisation territoriale était un objet de tensions entre les intérêts des particuliers et ceux de la société dans son ensemble2. Cela explique aussi la lutte entre les unitaires, qui défendaient presque uniquement les intérêts du port et de la douane de Buenos Aires, et les fédéraux, qui représentaient les besoins de l’intérieur du pays et notamment la défense de la libre navigation des fleuves pour les régions du littoral. Cet ordre spatial et administratif devint rapidement le défi politique et économique des Provinces Unies du Rio de la Plata jusqu’au milieu du XIXe siècle moment où la Confédération argentine recommença à faire face au pouvoir de Buenos Aires et où les propriétaires terriens et les commerçants formèrent une bourgeoisie de plus en plus puissante.

3L’événement fondamental de l’organisation nationale fut le projet de Constitution nationale rédigé par le libéral Juan Bautista Alberdi et adopté en 1853, malgré le refus de Buenos Aires et de sa province, qui souhaitait conserver les droits dérivés de la douane de Buenos Aires et le leadership qu’elle exerçait dans l’organisation politique à l’époque pré-constitutionnelle.

  • 3 La Gaceta, Tucumán, vendredi 11 juin 2010. http://www.lagaceta.com.ar/nota/349961/Información_Gene (...)

4Alberdi, né le 29 août 1810 au cœur du Nord-Ouest de l’Argentine, Tucumán, quelques mois après la révolution de Mai, ne peut se comprendre que dans sa temporalité, nous dit la philologue Elida Lois3. Toutefois, ses idées, sa pensée, ses réflexions sont encore des références obligées au moment où l’on cherche à comprendre la construction nationale argentine et à en tirer des conclusions, à travers le miroir du Bicentenaire.

  • 4 Félix A. Chaparro, El liberalismo en la Constitución del 53, Rosario, Rosario Editora, 1953.
  • 5 NdT : Système économique et des finances publiques de la Confédération argentine.
  • 6 Juan Bautista Alberdi, El Sistema Económico y Rentístico de la Confederación Argentina según su Co (...)

5L’économie et son système financier et « rentier » sont toujours cristallisés dans une décision politique4. L’organisation nationale n’est possible que si la systématisation de la rente est prévue par la Constitution. C’est une prémisse que Juan Bautista Alberdi comprend avec lucidité, quand il décide, l’année même où la Constitution est adoptée, de rédiger le Sistema Económico y Rentístico de la Confederación Argentina5 en complément de la Ley Fundamental de la Nación6. C’est pourquoi à l’occasion du bicentenaire de la révolution du 25 mai 1810 et de la naissance de notre auteur, il nous semble intéressant d’exposer les fondements qui soutiennent cette œuvre d’Alberdi – très peu analysée dans l’historiographie argentine –, et de le faire à la lumière de la Charte constitutionnelle, pour mieux en comprendre les domaines d’application. C’est le but de cette étude historique.

L’homme de l’institutionnalité

  • 7 Bernardino Rivadavia, fut un libéral militant qui, durant la décennie de 1820, lutta – d’abord com (...)

6Bien qu’il soit né à Tucumán, Juan Bautista Alberdi fait ses études au Collège de sciences morales de Buenos Aires grâce une bourse décernée par Rivadavia7. Il y fait très vite la connaissance d’autres jeunes intellectuels, comme Esteban Echeverría et Juan María Gutiérrez, qui furent ses compagnons d’exil, en raison de leur opposition à Juan Manuel de Rosas, alors gouverneur de Buenos Aires. En août 1835, il fonde avec eux et avec Marcos Sastre, le « Salón Literario », au centre de la diffusion des idées du romantisme européen. Deux ans plus tard, ils créent l’Association de la jeune génération argentine, en s’inspirant des associations européennes de l’époque, où s’expriment les opposants du caudillo, propriétaire terrien et gouverneur de Buenos Aires, Juan Manuel de Rosas. C’est précisément à cause de ces différences idéologiques avec le gouverneur de la province qu’Alberdi s’exile -en 1838 à Montevideo (Uruguay) avec ses compagnons de la « Génération de 1837 ».

7À partir de 1839, toutes ses œuvres et toutes ses apparitions dans la presse sont les instruments de diffusion de ses idées polémiques. Il affronte à distance le mandataire de Buenos Aires, qui dispose alors des facultés extraordinaires, de l’ensemble du pouvoir politique et de la représentation de la Confédération argentine à l’étranger.

8Ses premiers pas en tant qu’intellectuel engagé, il les fait dans son livre, Fragmento Preliminar al Estudio del Derecho, publié en 1837, dans lequel il analyse les problèmes de la situation nationale et leurs solutions possibles, ainsi que dans les pamphlets politiques qui suivirent, dans lesquels il critique à nouveau « le style » de gouvernement de son adversaire idéologique, Juan Manuel de Rosas. Après un voyage en Europe avec Juan María Gutiérrez, où il aura l’occasion de s’entretenir avec le général José de San Martín, le libertador tant admiré, Alberdi s’installe au Chili vers la fin de l’année 1843. Il y vivra pendant 12 ans en exerçant la profession de jurisconsulte, et se faisant remarquer par ses écrits historiques, politiques et légistes.

  • 8 Une œuvre qui, corrigée et augmentée, sera publiée en 1858 à Besançon (France).

9C’est en 1852 qu’il publie, à Valparaiso, son œuvre de politique juridique principale : Bases para la organización política de la Confederación Argentina8. Il fait preuve d’un grand intérêt pour l’organisation nationale de son pays et en remet un exemplaire au caudillo de Entre Rios, vainqueur de Caseros, le général Justo José de Urquiza. L’œuvre aura immédiatement un impact important et restera dans l’histoire comme l’inspiratrice de la Constitution argentine de 1853. Il y affirme qu’en Amérique, la politique constitutionnelle et le mode de gouvernement doivent, avant tout, avoir des objectifs économiques ; et, en faisant allusion à l’étendue du territoire austral et au manque de population, il souligne la nécessité de l’arrivée d’une immigration, qu’il souhaite qualifiée. Pour Alberdi, « gouverner, c’est peupler ». Raison pour laquelle la Constitution de 1853 se devait, selon lui, d’être libérale.

10Cette œuvre fut rapidement suivie par deux autres écrits publiés en 1853 : Elementos del Derecho Público Provincial Argentino et celle que nous allons analyser : El Sistema Económico y Rentístico de la Confederación Argentina.

  • 9 Oscar Terán, Historia de las ideas en la Argentina. Diez lecciones iniciales, 1810-1980, Buenos Ai (...)

11Le style polémique de Juan Bautista Alberdi pour faire connaitre ses idées fut toujours coloré et puissant. Cela l’amena à plusieurs reprises à débattre avec Domingo Faustino Sarmiento, lui aussi exilé et polémiste chevronné, qui sut également affronter avec sa plume le caudillo de Buenos Aires, Juan Manuel de Rosas. Leur échange d’idées sera publié par Alberdi sous le nom de Cartas Quillotanas et Sarmiento répliquera avec Las Ciento y Una. Les combats idéologiques et politiques qui s’expriment dans ces œuvres ont pour objet l’organisation nationale. Les deux personnages, au tempérament contestataire, sont à la fois des intellectuels et des hommes d’action, et ils s’emploient avec application à critiquer la réalité sociale argentine. Ils avancent tous deux avec lucidité qu’il est nécessaire d’installer « un ordre qui mette l’Argentine sur le chemin du progrès politique et économique9 » bien que le programme de Sarmiento s’inspire de la démocratie agraire des États-Unis.

12Juan Bautista Alberdi vivra par la suite pendant vingt cinq ans en France, et continuera à polémiquer sur la politique interne et internationale de l’Argentine. Il embarqua à Buenos Aires, après avoir été nommé Chargé d’affaires de la Confédération argentine par le gouvernement de Parana (Entre Rios) le 15 avril 1855. Sa mission dura jusqu’au triomphe de Bartolomé Mitre lors de la bataille de Pavón en 1861, ce qui entraîna la fin de ses fonctions officielles. Une fois de plus, la politique décida du destin d’Alberdi. Il choisit malgré tout de rester à Paris. Et bien qu’il fût endetté, il était de plus en plus déterminé à défendre ses idées et continua à écrire et à publier. Il rédigea, entre autres, l’œuvre Peregrinación de luz del día o viaje y aventuras de la verdad en el Nuevo Mundo, dans laquelle il adopta un nouveau genre littéraire pour combattre ses ennemis politiques de toujours et traduisit sa pensée critique à travers l’humour sans concession de la satire. Las palabras de un ausente couronne ce développement intellectuel et donne naissance à des pamphlets transcendant le temps et les personnages à qui ils sont adressés. Ceux-ci sont tous rassemblés dans ses Obras completas – publiées sous l’égide du gouvernement argentin – et nous montrent qu’il avait souvent recours à ce genre pour exposer aussi bien ses critiques que ses propositions. Plus tard, 16 volumes édités par Manuel Alberdi et Francisco Cruz s’ajouteront aux œuvres publiées du vivant de l’auteur, sous le nom de Escritos póstumos. Parmi les plus importants de ses écrits, on peut citer El crimen de la guerra, Del Gobierno en Sud América et Estudios económicos, qui devinrent rapidement de véritables archives de l’histoire argentine entre 1830 et 1880.

13Élu député national dans sa province natale en 1878, il revint à Buenos Aires, mais se sentait étranger dans son propre pays. Pendant la guerre du Paraguay, ses dures critiques lui avaient valu la condamnation de Bartolomé Mitre, ce qui le poussa finalement à repartir en France le 3 août 1881. Il émigra dans une grande solitude et mourut suite à un accident vasculaire cérébral à Neuilly-sur-Seine, le 19 juin 1884, à l’âge de 73 ans. Au-delà des contretemps et des exils successifs du constitutionnaliste de Tucumán, sa pensée, présente dans chacun de ses écrits de sciences économiques et politiques, devint une référence incontournable quand l’État National prit sa forme définitive vers 1880. Les principes qu’il avait défendus pendant un demi-siècle furent appliqués et les institutions qu’il avait élaborées devinrent celles de l’État argentin.

La pensée économique du mentor de la Constitution argentine

  • 10 Juan Bautista Alberdi, Estudios económicos, in Escritos póstumos, tome 1, Buenos Aires, Editorial (...)
  • 11 Ibid., p. 134, 137 et 146.

14En 1895, onze ans après la mort de Juan Bautista Alberdi, son fils Manuel entreprit la deuxième édition des Escritos póstumos de son père. Les Estudios económicos faisaient partie du premier volume de cette édition. Il s’agit d’un abrégé des réflexions alberdiennes sur ce sujet : ses réflexions sur les crises économiques en Amérique du Sud, leur nature et leurs causes, ou encore sa théorie sur la crise de la pauvreté dans laquelle il dénonce l’« État qui dépense et vit des biens d’autrui, c’est-à-dire, de l’emprunt »10. Alberdi aborde la question de la crise en Argentine au chapitre 5, il l’associe aux erreurs de spéculation et aux « maladies commerciales » et la compare aux « épidémies de pauvreté nationale »11.

  • 12 Ibid., p. 308.
  • 13 Ibid., p. 408-414.
  • 14 Ibid., p. 432 et 437.
  • 15 Ibid., p. 441.

15Au-delà des critiques envers les banques d’État et le recours abusif au crédit, qu’il considère comme le noyau de la crise – illustré par celle que subissait l’Argentine en 1876 –, Alberdi dénonce les effets moraux qui en découlent : les « maladies sociales des périodes d’opulence »12. Pour Alberdi, les crises elles-mêmes indiquent leurs propres remèdes : travail, éducation, institutionnalité, épargne, paiement des dettes publiques ; et alimentent ce qu’il appelle les « bases de l’espoir »13. Une reconstruction nécessairement basée sur un passé prospère, qui selon Alberdi a commencé en 1852 avec la chute de Juan Manuel de Rosas, et sur une « qualité morale », car « les crises ne s’improvisent pas »14, elles sont le « résultat logique et prévisible »15 de l’ignorance de l’esprit de la Constitution de 1853.

  • 16 Oscar Terán, 2008, Historia de las ideas..., op. cit., p. 92.
  • 17 Ibid., p. 92.
  • 18 Ibid., p. 94.

16La trajectoire de Juan Bautista Alberdi est l’objet d’étude idéal pour analyser les traits caractéristiques de la pensée libérale et pour comprendre sa complexité dans l’Argentine du XIXe siècle. Sa proposition naît du mélange d’idées romantiques et d’idées libérales dont débattaient les hommes de la génération de 37. Il comprit très tôt que « les lois ne doivent pas être imposées sans dialogue avec les coutumes locales »16. C’est dans Fragmento Preliminar al Estudio del Derecho que l’on trouve les positions idéologiques du jeune Alberdi selon qui, contrairement à l’Europe, l’Argentine a mené « une révolution sans pensée ni théorie »17. L’époque est donc propice à l’action des intellectuels, parmi lesquels il trouve une place légitime. Sur la loi et l’éducation, Alberdi espère construire une nation moderne qui puisse faire des principes constitutionnels une réalité concrète. Le modèle cosmopolite et le localisme romantique s’articulent chez lui dans une affirmation : « l’Amérique met en acte ce que l’Europe pense.18 »

  • 19 Ibid., p. 94-95.

17L’exil de Juan B. Alberdi au Chili va modifier sa philosophie politique. Les deux œuvres qu’il y écrit, en particulier les Bases, proposent de fonder une nation moderne. Civilisation et construction du pouvoir sur le territoire sont les thèmes qu’il y déploie de façon raisonnée, adoptant la « théorie de la greffe migratoire » associée à l’immigré anglo-saxon, considérant que celui-ci apporterait la culture et la civilisation que le romantisme a fait tant désirer pour l’Argentine19. Alberdi parie ainsi sur la liberté anglaise et sur la culture française pour moderniser la nation argentine, en plaçant au centre de la scène la société civile en tant qu’expression des intérêts privés.

  • 20 Ibid., p. 96.

18Progressiste sur le plan économique et social mais conservateur sur le plan politique, Alberdi soutient avec persistance ses principes pour construire un pouvoir légitime. Les révolutions françaises de 1830 et de 1848 lui ont montré le chemin à suivre pour restaurer l’ordre et empêcher une « dictature de la majorité20 », une préoccupation qui donnera sa consistance à l’œuvre des libéraux français du XIXe siècle, comme Alexis de Tocqueville et Benjamin Constant. À cette époque, la construction de la citoyenneté devient la problématique centrale des discussions de philosophie politique, et Juan Bautista Alberdi apparaît sur ce terrain comme un gradualiste dans la construction de l’ordre politique : protégeant les garanties publiques sans oublier les garanties individuelles pour qu’elles conduisent finalement à une démocratie classique.

19Dans cette construction échelonnée, Alberdi distingue trois étapes : une étape économique, une étape sociale et finalement une étape politique. Il recommande que, tant que l’étape de la formation culturelle n’est pas encore achevée, la liberté politique des citoyens ne soit pas en relation avec la liberté économique. C’est « la République possible », qu’il évoque dans Bases, et qu’il conçoit comme une étape préliminaire à « la République véritable », qui adviendra grâce à l’éducation des masses. Alberdi parie sur une république oligarchique, où les dirigeants détiennent le pouvoir économique et garantissent aux habitants de la nation argentine les libertés civiles, sans que ceux-ci aient accès à la participation politique. L’économie a donc pour lui un rôle privilégié.

  • 21 Ibid., p. 99-100.
  • 22 Natalio Botana : « Las lecciones de Alberdi, válidas en el Bicentenario », in Clarín, Buenos Aires (...)

20Adam Smith avait élaboré une économie politique, ce qui signifiait que l’économie n’était subordonnée à aucune autre science qu’à elle-même. L’autonomie du marché existe avant que ne surgisse le besoin d’intervention de l’État, c’est pourquoi Alberdi propose une « république de l’intérêt »21, que Smith disait dirigée par « la main invisible » de l’économie, car le concept de marché lui permet de penser une économie indépendante des aléas de la politique. Pour Juan Bautista Alberdi, l’économie devient le domaine des droits universels, alors que la politique correspond aux droits restreints. Son esprit de synthèse « conjuguait la forme républicaine de gouvernement et les bases matérielles du développement de l’économie et de la société civile »22.

21Dans Sistema Económico y Rentístico de la Confederación Argentina, les libertés sont associées à l’économie et non à l’exercice de la démocratie. Pour Alberdi, la nation se construit depuis l’État et depuis le marché, car c’est en leur sein que les individus déploient leurs pratiques économiques d’échange et de production, et répondent ainsi à leurs intérêts privés, satisfaits en retour par le marché. Le nationalisme alberdien est constitutionnaliste, étant donné que ce sont les lois fondamentales qui régulent les droits naturels et universels. Il faut préciser que la Constitution d’Alberdi a toujours été orientée vers le changement social, qui – de la même façon que la république – n’est possible que s’il est accompagné d’une économie prospère.

  • 23 Ibid.

22Les conditions fondamentales que Juan Bautista Alberdi postule pour un « bon gouvernement » sont au nombre de quatre : une Constitution républicaine et représentative ; un pacte fiscal capable de structurer le système productif et d’attirer l’immigration ; un accord qui garantisse la stabilité monétaire pour attirer l’investissement public et privé ; et, enfin, un pacte fédéral, permettant la redistribution équitable des revenus entre la nation et les provinces. À l’heure de dresser le bilan historique de sa pensée politique économique, il ne faut pas oublier qu’« Alberdi n’abandonna jamais l’idée d’améliorer la Constitution dans le sens du changement économique et social, sur la base des enseignements de l’ancien régime colonial et des guerres civiles postérieures à l’Indépendance »23.

  • 24 Préface de Martín García Mérou à Juan Bautista Alberdi, Sistema Económico y Rentístico de la Confe (...)

23« Le dépeuplement et la pauvreté, avec leur cortège de maux, étaient pour lui les ennemis les plus puissants du progrès de l’Amérique », dira Martín García Mérou24 en référence à la proposition alberdienne : « gouverner, c’est peupler. » Le peuplement était, pour l’auteur de la Constitution de la nation argentine, synonyme de travail, de production, de rentes, de crédit et de capital. La résolution des problèmes politiques du continent sud-américain dépendait, par conséquent, de la résolution de ses problèmes économiques.

  • 25 Juan Bautista Alberdi, Sistema Económico y Rentístico…, op.cit., p. 19.
  • 26 Ibid., p. 21.
  • 27 Ibid., p. 8.

24Dans Sistema Económico y Rentístico de la Confederación Argentina, l’auteur déclare que son intention n’est pas d’écrire un livre d’économie politique mais un livre de politique économique, en évitant de se plonger dans la doctrine et la théorie économiques, bien qu’il y retrace rapidement les contributions des différentes écoles. Il évoque d’abord le mercantilisme, associé à Colbert qu’il rejette, la physiocratie de Quesnay, et ce qu’il appelle « l’école industrielle »25, dont il souligne la confluence idéologique avec les idées d’Adam Smith, qu’il appelle, pour son engagement en faveur de la liberté, « le Homère de la véritable économie »26. Seules les idées libérales trouvent grâce à ses yeux, et la Constitution de la nation argentine adhère explicitement à celles-ci, ce qui fait d’elle « l’expression d’une révolution de liberté, la consécration de l’évolution sociale de l’Amérique.27 »

  • 28 Ibid., p. 9.

25Cette œuvre intellectuelle complémentaire de la Constitution nationale explique sans ambiguïté que « le pire ennemi de la richesse du pays a été la richesse du fisc28 ». Selon lui, les intérêts publics sont supérieurs aux intérêts fiscaux, ce qui est expressément stipulé dans l’article 14 de la Ley Fundamental de la Nación, qui résume toutes les libertés nécessaires au développement du pays, entendu lui-même comme synonyme de l’augmentation de la production agricole, commerciale et industrielle.

26C’est un livre doté d’une vision à long terme, un traité d’observation pratique et d’expérimentation philosophique, « fidèle expression de l’économie réelle », qu’il publie en s’appuyant sur les plus grands représentants de l’économie, mais essentiellement destiné aux hommes qui doivent faire du travail leur mode de vie, dans la dignité et la conformité à la loi.

  • 29 Ibid., p. 17 et 19.

27La Constitution fédérale argentine, comme « expression d’une révolution de liberté » en tant que « révolution sociale », « contient un système complet de politique économique, en tant qu’elle garantit, par des dispositions finales, la libre action du travail, du capital et de la terre, comme principaux agents de la production29 » mais aussi de la distribution de la richesse et des produits publics. La proposition explicite est d’échapper à la pauvreté, au désert et au retard.

  • 30 Ibid., p. 19.

28En ce sens, la liberté économique – qu’Alberdi distingue ici de la liberté politique, ce pourquoi il considère indispensable d’avoir une éducation qui instruise « à la gestion de la chose publique » – fait partie de « la tradition politique de la révolution de Mai 1810 » ; c’est un des buts essentiels de la lutte contre le système colonial. La liberté économique correspond, selon Alberdi, à la liberté civile, c’est-à-dire à celle qui touche tous les habitants du pays. Alberdi reconnaît à Mariano Moreno le mérite d’avoir écrit « le programme de notre régénération économique » au nom des propriétaires terriens de Buenos Aires et pour défendre la liberté de commerce avec l’Angleterre30.

29Le Sistema Económico y Rentístico de la Confederación Argentina est en somme l’application pratique du droit organique stipulé dans la Constitution nationale. Pour l’étudier, l’auteur divise cette œuvre en trois parties. Dans la première, il examine les dispositions constitutionnelles liées à la production de la richesse. Dans la seconde, il expose et étudie celles qui équilibrent la distribution de la richesse. Enfin, il analyse les dispositions liées à l’établissement, à la gestion et à l’utilisation des fonds du Trésor public, qu’il appelle « les produits publics ».

30Selon Alberdi, la Constitution exige du droit civil les réformes économiques suivantes : des droits et des garanties de protection de la production, la clarification des effets de la liberté, de l’égalité, de la sécurité et de la propriété sur la situation industrielle, ainsi que la limitation des dangers, des obstacles et des lois auxquels sont soumis les facteurs productifs.

  • 31 Ibid., p. 92-93.

31Dans la seconde partie, il n’analyse pas seulement la question des salaires, les moyens légaux d’amélioration de l’organisation du travail, le capital et les taux d’intérêt, la rente de la terre et les questions de peuplement de l’Argentine, mais aussi et surtout les conditions de travail et l’« origine légale de l’oisiveté31 », qui dérivent selon lui de l’influence du climat des États hispano-américains. En Amérique du Sud, les coutumes et les lois péninsulaires dissuadent la vocation industrielle, chaque fois qu’il est possible d’importer d’Espagne, ce que l’on ne peut pas produire ici. Dans les provinces argentines, l’oisiveté est le principal ennemi de la distribution des richesses, elle entraîne la misère et l’ignorance. Alberdi affirme que tant qu’il n’existera pas de lois pénalisant le vagabondage, les tyrans et la guerre civile seront les conséquences logiques de la réalité sud-américaine. Il propose que la législation encourage l’organisation du travail, de façon à effacer les conséquences néfastes des lois coloniales.

  • 32 Ibid., p. 127.

32Dans la troisième partie de cette œuvre, Alberdi aborde l’établissement et l’utilisation du Trésor public, c’est-à-dire qu’il précise l’application des deux premières parties du livre. Faire grandir les rentes de l’État en augmentant celles des particuliers est pour lui l’objectif principal. « L’ensemble des règles et des garanties forme ce que l’on appelle le système rentier, le plan du Trésor ou le système des finances de la Constitution argentine32 ». Cette étude nous apprend avant tout que le système du trésor et le système rentier de la Ley Fundamental de la Nación n’est autre chose que l’ensemble des dépenses publiques, lorsqu’elles respectent les garanties économiques constitutionnelles.

  • 33 Ibid., p. 131.

33Alberdi considère en même temps contraire à la Constitution tout ce qui restreint ou altère la liberté d’investissement et l’usage de la propriété ; il laisse « à la morale et à la religion » la restriction des « dépenses stériles par le conseil et l’admonition » ; refusant que la loi s’occupe de ce problème. Juan Bautista Alberdi sait que, dans ces matières, les lois ne peuvent atteindre leur objectif que par l’éducation et les exemples « de sobriété et de modération venant des hommes du pouvoir »33. D’où sa référence explicite à l’article 4 de la Constitution : il y est indiqué que le Trésor public est destiné à pourvoir aux dépenses du gouvernement de la république, et qu’il sera composé : de valeurs capitales ou de bien nationaux (terres fiscales, édifices publics), des rentes des valeurs capitales données en location ou en emphytéose à des particuliers, du produit des contributions directes et indirectes décidées par le Parlement et, enfin, des prêts et des valeurs obtenues à crédit par le gouvernement fédéral.

  • 34 Ibid., p. 141.
  • 35 Ibid., p. 146.
  • 36 Ibid., p. 148.

34Pour Juan Bautista Alberdi, « ce ne sont pas les ressources qui manquent à la confédération, mais un système administratif qui sache tenir compte des ressources infinies dont elle dispose, les organiser, les collecter et les circonscrire dans un domaine commun et national »34. Une stratégie qui, selon notre constitutionnaliste, le gouvernement de Buenos Aires a très bien su mettre à son profit, car il a découvert que « l’impôt est possible quand il y a de la matière imposable »35. Comme l’explique Alberdi, le libre commerce et la douane du port sont un bastion en matière de rente et « toute la politique argentine tourne autour de cet impôt depuis la révolution jusqu’à aujourd’hui »36, ajoute-t-il en 1853.

35D’autre part, en garantissant la libre navigation des fleuves pour le commerce étranger, la Constitution nationale, a étendu ce bénéfice à la Confédération, ainsi que l’explique l’article 26. Il ne peut y avoir de rente publique qu’à condition qu’il y ait des rentes et des capitaux privés. Après la recette douanière, l’usage de la terre est l’exemple le plus explicite en la matière.

  • 37 Ibid., p. 245.
  • 38 Ibid., p. 246.

36Le crédit public se nourrit de ces sources légitimes, lorsque l’on en fait un usage correct et conforme aux objectifs constitutionnels d’autorité et d’ordre, aussi bien au niveau de l’obtention de recettes et de l’utilisation des fonds publics. La hiérarchie des fonctionnaires est par conséquent très importante, étant donné que consolider la nation est une question de justesse et non seulement de temps. Pour Juan Bautista Alberdi, « toute la politique argentine actuelle, tout le système de sa Constitution générale moderne, n’est qu’un problème de sens et d’objectif, et non pas de résultats immédiats »37. C’est la liberté économique essentiellement civile qui doit être accessible à tous, à travers la Constitution et avec la « capacité toujours complexe d’intervenir dans la gestion de la vie politique ou collective de l’État »38.

  • 39 Ibid., p. 251.
  • 40 Ibid., p. 251.

37Dans cette perspective, Alberdi propose que la « Constitution économique, dont le système est exposé dans ce livre, régisse toute la République argentine, excepté Buenos Aires39 ». Une proposition amplement justifiée par le constitutionnaliste et qu’il attribue à l’égoïsme des habitants de la ville de Buenos Aires, inflexibles à l’heure de distribuer une partie de leurs rentes et de leur pouvoir. C’est que « pour Buenos Aires, faire respecter fidèlement la Constitution fédérale signifierait contrarier sa Constitution provinciale, qui résume trente ans de lois, car celle-ci ordonne de garder ce que l’autre exige de rendre »40. Alberdi estime, dans ce plaidoyer résolu, que cet ordre national est une chance réelle pour la province la plus riche du pays.

  • 41 Juan Bautista Alberdi, Escritos póstumos. Memorias y documentos, Buenos Aires, Editorial Universid (...)

38En résumé, Juan Bautista Alberdi traverse une étape complexe de l’organisation nationale de la Confédération argentine, une période de fortes tensions entre les habitants de la ville de Buenos Aires et les provinciaux. Face au gouverneur de Buenos Aires et propriétaire terrien Juan Manuel de Rosas, il dut choisir l’exil, ce qui marqua le début du déracinement de son action politique et idéologique. Lors de son premier voyage en Europe, en octobre 1843, un Alberdi malade, fiévreux, épuisé et nostalgique, déclare se sentir « plein d’ennui et de tristesse à Paris », loin de ses amis. « Comme l’Amérique est belle ! Comme elle est consolatrice ! Comme elle est douce ! Je m’en rends compte maintenant », écrit-il avec détresse et désolation41.

39Au-delà de son œuvre constitutionnelle, et en étant à la fois si loin et si près de sa terre natale, Alberdi fut un grand économiste, capable d’analyser les crises les plus complexes, de comprendre les fluctuations dans ce qu’elles ont de cyclique, et d’en identifier les causes les plus profondes. Avec des arguments empruntés à Adam Smith, il affirma dans ses écrits économiques que les mauvais gouvernements sont les véritables causes de la pauvreté et des crises dans des territoires étendus comme ceux de l’Amérique du Sud. « La guerre et la faiblesse du pouvoir national au profit des pouvoirs provinciaux n’en sont que les conséquences logiques. Il nous faut refaire à l’envers le chemin qui nous a amenés à la pauvreté, si l’on veut reprendre celui de la prospérité », dit solennellement Alberdi.

40La victoire provinciale du caudillo de Entre Rios, Justo José de Urquiza, en 1852, et dix ans plus tard le triomphe de Bartolomé Mitre à la tête de Buenos Aires, sont les événements qui ouvrent la voie à une sortie constitutionnelle où l’œuvre et la pensée de Juan Bautista Alberdi auront un rôle central. Mais les intérêts de la ville portuaire de Buenos Aires finiront par imposer un gouvernement économique libre-échangiste dans un sens dévoyé par rapport aux préconisations alberdiennes.

  • 42 Juan Bautista Alberdi, Sistema Económico y Rentístico…, op.cit., 1921, p. 257.

41Alberdi espérait qu’on dépasserait le cadre des discussions théoriques que, loin de rester de simples déclarations, ses postulats permettaient d’obtenir la liberté de commerce et d’industrie, le peuplement du territoire par des étrangers, et que la paix intérieure encouragerait la libre navigation des fleuves. Cela revenait à retourner contre Buenos Aires son monopole de la navigation et du commerce, effectué au moyen de la rétention des « éléments matériels du pouvoir exécutif »42, en lui montrant qu’elle ne pourrait pas continuer à l’imposer sans l’organisation du gouvernement national. Pour Alberdi, idées et révolutions s’engendrent les unes les autres. L’intégrité de la République argentine, qui équivaut à la résolution de « la question argentine », ne pourra se faire en tournant le dos aux nations étrangères. Elles doivent reconnaître l’intégrité politique et territoriale de la République Argentine, c’est-à-dire donner chair à l’« honneur national » que doit être l’exercice de la fonction publique, compris comme exercice constant et pratique de l’honnêteté. Cet aspect de la conception alberdienne ne doit pas être oublié au moment d’analyser ses propositions politiques et fiscales.

42Selon Alberdi, le système économique et rentier de la Confédération argentine consiste à mener à bien une lecture pratique de la Constitution et du gouvernement républicain, représentatif et fédéral ; transformer la théorie en pratique et diagnostiquer les problèmes d’une société comme l’Argentine du milieu du XIXe siècle, où le suffrage universel, secret et obligatoire n’existait pas encore. Proposer des solutions signifie concrétiser la Constitution dans ses applications politiques. « Les grandes entreprises sont faites pour les hommes de courage », soutenait le général José de San Martín. Dans ce sens, l’auteur de notre Constitution semble accomplir la sienne, qui est celle de la nation argentine, en tenant compte des causes qui retardaient l’organisation nationale et en attaquant les maux causés par ces retards. C’est pourquoi sa pensée économique et financière est toujours d’actualité ; il connaissait l’importance des consensus et savait à quel point ces questions étaient cruciales dans la réalité quotidienne de la société.

Notes

1 José Carlos Chiaramonte, « La cuestión regional en el proceso de gestación del Estado nacional argentino. Algunos problemas de interpretación », in Waldo Ansaldi et José Luis Moreno (dir.), Estado y sociedad en el pensamiento nacional, Buenos Aires, Editorial Cántaro, 1989, p. 159-204.

2 Manuel Antonio Garretón, « Redefinición de gobernabilidad y cambio político », in Síntesis 22, juillet-décembre 1994, p. 53-60.

3 La Gaceta, Tucumán, vendredi 11 juin 2010. http://www.lagaceta.com.ar/nota/349961/Información_General/Releer_Alberdi_luz_sus_manuscritos.html

4 Félix A. Chaparro, El liberalismo en la Constitución del 53, Rosario, Rosario Editora, 1953.

5 NdT : Système économique et des finances publiques de la Confédération argentine.

6 Juan Bautista Alberdi, El Sistema Económico y Rentístico de la Confederación Argentina según su Constitución de 1853, introduction de Martín García Mérou, Buenos Aires, Administración General Vaccaro, 1921.

7 Bernardino Rivadavia, fut un libéral militant qui, durant la décennie de 1820, lutta – d’abord comme ministre de l’Administration du gouverneur de Buenos Aires, Martín Rodríguez, et ensuite comme président – pour imposer Buenos Aire scomme capitale fédérale et y installer la présidence de la nation. Soucieux de la société, de l’éducation, de l’économie, de la politique et de l’ordre institutionnel, il lutta personnellement pour que ses objectifs deviennent réalité, face à l’opposition acharnée de l’intérieur du pays, qui souhaitait une Constitution fédérale.

8 Une œuvre qui, corrigée et augmentée, sera publiée en 1858 à Besançon (France).

9 Oscar Terán, Historia de las ideas en la Argentina. Diez lecciones iniciales, 1810-1980, Buenos Aires, Siglo XXI,, 2008, p. 61.

10 Juan Bautista Alberdi, Estudios económicos, in Escritos póstumos, tome 1, Buenos Aires, Editorial de la Universidad Nacional de Quilmes, 2002, p. 53.

11 Ibid., p. 134, 137 et 146.

12 Ibid., p. 308.

13 Ibid., p. 408-414.

14 Ibid., p. 432 et 437.

15 Ibid., p. 441.

16 Oscar Terán, 2008, Historia de las ideas..., op. cit., p. 92.

17 Ibid., p. 92.

18 Ibid., p. 94.

19 Ibid., p. 94-95.

20 Ibid., p. 96.

21 Ibid., p. 99-100.

22 Natalio Botana : « Las lecciones de Alberdi, válidas en el Bicentenario », in Clarín, Buenos Aires, dimanche 11 avril 2010, p. 30.

23 Ibid.

24 Préface de Martín García Mérou à Juan Bautista Alberdi, Sistema Económico y Rentístico de la Confederación Argentina, según su constitución de 1853, Buenos Aires, Administración General Vaccaro, La Cultura Argentina, 1921, p. 7.

25 Juan Bautista Alberdi, Sistema Económico y Rentístico…, op.cit., p. 19.

26 Ibid., p. 21.

27 Ibid., p. 8.

28 Ibid., p. 9.

29 Ibid., p. 17 et 19.

30 Ibid., p. 19.

31 Ibid., p. 92-93.

32 Ibid., p. 127.

33 Ibid., p. 131.

34 Ibid., p. 141.

35 Ibid., p. 146.

36 Ibid., p. 148.

37 Ibid., p. 245.

38 Ibid., p. 246.

39 Ibid., p. 251.

40 Ibid., p. 251.

41 Juan Bautista Alberdi, Escritos póstumos. Memorias y documentos, Buenos Aires, Editorial Universidad Nacional de Quilmes, 2002, tome XV, p. 407-408.

42 Juan Bautista Alberdi, Sistema Económico y Rentístico…, op.cit., 1921, p. 257.

Auteur

Docteur en Histoire de l’Universidad Nacional de la Plata, Chercheur du CONICET, Professeur d’Histoire Argentine et Directrice du CEAR, Centro de Estudios de la Argentina Rural à l’Universidad Nacional de Quilmes, Docteur Honoris Causa de l’Université de Pau et Pays de l’Adour, Membre de la Academia Nacional de la Historia d’Argentine. Auteur notamment de Estado, chacareros y terratenientes (1988), Historia del Banco de la Provincia de Buenos Aires (1993), Cuando opinar es actuar. Revistas argentinas del siglo XX (1999), Mitos, paradojas y realidades en la Argentina peronista (2003)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr