Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Juan Bautista Alberdi et l’indépendance argentine

 | 
Diana Quattrochi-Woisson

Présentation et introduction

Diana Quattrocchi-Woisson

Texte intégral

1Le présent ouvrage est issu des travaux du colloque international Au carrefour de deux bicentenaires, 1810 – 2010, Juan Bautista Alberdi et la construction intellectuelle de l’indépendance argentine, organisé par l’Institut des Sciences Sociales du Politique, unité mixte de recherche du CNRS, qui s’est déroulé à Nanterre et à Paris du 23 au 25 juin 2010, sous ma responsabilité scientifique. Cet événement fut possible grâce à la synergie d’institutions universitaires et scientifiques désireuses de renforcer une coopération franco-argentine déjà ancienne, mais souhaitant se renouveler.

2À l’occasion d’une double commémoration, le bicentenaire de l’indépendance argentine et le bicentenaire de la naissance de Juan Bautista Alberdi, ce partenariat a mobilisé les deux institutions nationales de la recherche scientifique, le CNRS de France et le CONICET d’Argentine, quatre universités, l’Université de Paris III - Sorbonne Nouvelle, l’Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense, l’Universidad Nacional de Quilmes et l’Universidad de General Sarmiento, ainsi que quatre ministères : ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (DREIC), ministère de la Culture et la Communication (Délégation générale à la langue française), Ministerio de Relaciones Exteriores Comercio Internacional y Culto et Ministerio de Educación de la Nación Argentina (Secretaría de Políticas Universitarias). Nous avons pu compter également sur le soutien d’autres importantes institutions : la Maison de l’Amérique latine, la Région Île-de-France, l’Institut des Amériques, l’Observatoire de l’Argentine Contemporaine et l’Ambassade de la République Argentine en France. Nous remercions toutes et chacune des institutions mentionnées ; sans leur soutien déterminé, la réalisation de ce colloque d’envergure internationale n’aurait pas pu avoir lieu.

3Nous remercions également les Presses Sorbonne Nouvelle et la maison d’édition Editorial de la Universidad Nacional de Quilmes d’avoir accueilli cet ouvrage en coédition bilingue et la « Commission Exécutive du Bicentenaire » du ministère des Relations Extérieures de la République Argentine d’avoir soutenu le travail de traduction réalisé par Mme Carolina Freda et M. Stéphane Verley.

***

4Une fois les institutions qui ont rendu possible ce travail collectif remerciées, il nous faut expliquer l’objet scientifique de cet ouvrage. Pourquoi Alberdi ? Pourquoi l’Argentine ? Pourquoi 2010 ? À l’origine, une date importante, il y a deux cents ans : l’année 1810. Sans sous-estimer l’importance d’autres événements précurseurs, il est aisé de constater que la révolte des colonies de l’Empire espagnol se concentra dans cette année singulière, s’accompagnant des phénomènes inhérents à tout processus révolutionnaire : contagion et simultanéité.

5Dans la capitale de ce qui était alors la Vice-royauté du Río de la Plata, la destitution du Vice-roi et la création d’une Junte de Gouvernement indépendant, sans retour au pouvoir des autorités coloniales, fut un moment fondateur et de répercussion continentale. Bien que la guerre d’Indépendance dura plusieurs années encore (bataille finale en 1824), et que l’Indépendance des « Provinces Unies du Río de la Plata » ne se déclara formellement que le 9 juillet 1816, la « Révolution du 25 mai 1810 » à Buenos Aires ouvrit un processus inéluctable et joua un rôle catalyseur des mouvements d’Indépendance en Amérique du Sud.

  • 1 Il s’agit des huit volumes de ses œuvres complètes rééditées par le gouvernement argentin juste ap (...)

6C’est également en 1810, le 29 août, que naquit à Tucumán, au nord de l’Argentine, Juan Bautista Alberdi. Il nous légua une production intellectuelle considérable : ses écrits, recueillis en vingt-quatre volumes1, furent l’objet de nombreuses rééditions. Il vécut plus de 25 ans en France, à partir de 1855, où il fut le représentant en Europe de la « Confédération Argentine », avec la mission d’obtenir la reconnaissance de son indépendance par la couronne espagnole. En effet, toute l’œuvre d’Alberdi est centrée sur la problématique de l’indépendance et de la construction nationale. Il en était lui-même conscient :

« J’ai consacré toute ma vie à un seul objet, le même qu’a visé la révolution américaine, à savoir la constitution d’un gouvernement national, indépendant et libre ».

  • 2 En 1889, par initiative des autorités argentines, son corps fut exhumé du cimetière de Neuilly-sur (...)

7Avocat et polémiste redoutable, Juan Bautista Alberdi fut historien, sociologue, économiste, philosophe, journaliste, romancier, dramaturge, musicien, diplomate et rédacteur de l’ouvrage à la base de la Constitution argentine de 1853. En tant qu’intellectuel engagé, il dénonça vigoureusement la Guerre de la Triple Alliance (1865-1870) contre le Paraguay et mena une campagne antimilitariste en Europe. Il est l’auteur d’un texte fondateur du pacifisme sud-américain : El crimen de la guerra. Accusé par le gouvernement argentin de l’époque de « traître à la patrie », il fut un défenseur lucide de l’intégration régionale sud-américaine, au-delà des chauvinismes et des particularismes nationaux. Il décéda le 19 juin 1884 en France, dans une clinique de Neuilly-sur-Seine, sans avoir obtenu la reconnaissance tant souhaitée de son pays natal2.

  • 3 Cf. Dominique Quentin Mauroy, La formation de la pensée philosophique et politique de Juan Bautist (...)

8La vie et l’œuvre d’Alberdi n’ont pas fait l’objet d’études approfondies en France : une seule thèse de doctorat lui a été consacrée, et elle est restée inédite3. En 1911, l’historien et homme politique français Jean Jaurès, en visite en Argentine, lui avait rendu un hommage public :

  • 4 Diana Quattrocchi-Woisson, « Jaurès, Alberdi et l’historiographie argentine », in Jaurès, l’Amériq (...)

« La valeur scientifique et intellectuelle des écrits de Juan Bautista Alberdi m’ont fait une profonde impression. Si l’on se donne la peine d’étudier l’histoire de l’Argentine, l’histoire de Buenos Aires et des provinces, on retrouve un drame classique d’une impressionnante beauté. La tâche d’organiser un peuple et une nouvelle nation après la rupture du lien colonial avec l’Espagne, au milieu de l’antagonisme des villes et des campagnes, était difficile et héroïque. La réalisation de ce vaste programme fut possible grâce aux œuvres intellectuelles appartenant au trésor commun de l’esprit humain. Les écrits de Juan Bautista Alberdi peuvent côtoyer sans pâlir ceux de Tocqueville, Laboulaye, et même Montesquieu »4.

  • 5 Dont les classiques et incontournables Jorge Mayer, Alberdi y su tiempo, Buenos Aires, Eudeba, 196 (...)
  • 6 Nous avons étudié l’origine et les conséquences de ces clivages, Cf. Diana Quattrocchi- Woisson, U (...)
  • 7 Juan Bautista Alberdi, Escritos póstumos, Colección « La idelogía argentina » sous la direction d’ (...)
  • 8 Oscar Terán, Alberdi póstumo, Buenos Aires, Puntosur, 1988, Escritos de Juan Bautista Alberdi. El (...)

9En Argentine, l’œuvre d’Alberdi n’a pas fait l’objet d’une lecture collective ou d’une analyse pluridisciplinaire comme celle que nous proposons ici. Les travaux sont nombreux5, et souvent marqués par des prises de position qui font écho aux grands clivages de l’historiographie nationale6. Le dernier effort d’envergure pour étudier et interpréter Alberdi fut celui du regretté Oscar Terán (1938-2008), qui prit le risque d’entreprendre une tâche colossale, avec le soutien de l’Université Nationale de Quilmes : la réédition des seize volumes d’Escritos póstumos7 et la publication d’une relecture critique de cet ensemble, qui requit plus de 15 ans de travail intense et probablement épuisant8.

10Au carrefour de deux bicentenaires, nous revenons à la pensée et à l’écriture d’Alberdi, avec une approche comparatiste nouvelle, grâce aux outils que nous offrent les différentes disciplines des sciences humaines et sociales. Le droit, l’histoire, la sociologie, les sciences politiques, l’économie, la géographie, la critique littéraire et la philosophie nous donnent ainsi la possibilité d’interroger autrement les indépendances latino-américaines, de mieux comprendre les difficultés de la construction nationale après la rupture du lien colonial, et de saisir l’importance des efforts intellectuels qui ont rendu possible une si vaste entreprise.

11Pour aborder ces questions, nous avons établi une grille de lecture et sollicité l’analyse de spécialistes confirmés qui ont accepté d’ajuster leurs contributions à la problématique générale du colloque et de sa publication. Nous les remercions vivement et nous espérons que ce dialogue pluridisciplinaire entre collègues travaillant en France et en Argentine puisse trouver de nouvelles occasions de se poursuivre, pour contribuer à une meilleure compréhension de la société argentine et de l’histoire latino-américaine.

***

12Le présent ouvrage est divisé en six grandes parties thématiques. Dans la première, trois juristes renommés, Jean-Michel Blanquer, Juan Vicente Sola et Eugenio Raúl Zaffaroni analysent les écrits d’Alberdi relatifs à la construction constitutionnelle et aux principes de codification, tout particulièrement son célèbre ouvrage Bases y puntos de partida para la organización política de la República Argentina de 1852. Ils nous montrent les tensions internes de sa pensée, sa volonté de concilier le principe de liberté et d’autorité et sa difficulté à dépasser les paradigmes intellectuels de son époque. Ils nous font part également des aspects les plus créatifs de sa pensée juridique et de sa philosophie politique, particulièrement son exigence de concilier la théorie et la pratique.

13La deuxième partie est consacrée à la vision économique d’Alberdi. Andrea Reguera et Noemí Girbal étudient deux textes fondamentaux pour comprendre la portée et les limites de sa pensée et de ses propositions. Noemí Girbal s’intéresse à Sistema Económico y Rentístico de la Confederación Argentina, écrit et publié en 1853, en tant que programme économique complémentaire de son projet de constitution républicaine. Andrea Reguera met l’accent sur l’interprétation économique des phénomènes politiques, où Alberdi excelle, analysant en particulier Estudios económicos, rédigé en 1876 mais publié après sa mort, en 1895, dans le premier volume de ses Escritos póstumos. Dans cette œuvre de maturité, Alberdi perçoit très clairement que les guerres et les emprunts à l’étranger conduisent à la faillite. Les deux auteures nous expliquent les convictions libérales d’Alberdi, sa croyance en l’autonomie du marché, ses considérations sur le besoin de combattre le dépeuplement et la pauvreté, « les grands ennemis du progrès en Amérique ». Ses propositions économiques sont pondérées et mises en perspective. Il en est ainsi du succès paradoxal de son idée sur la « greffe migratoire », et de sa célèbre phrase, « gouverner, c’est peupler », à l’origine d’une politique migratoire active qui changera de fond en comble le visage humain de l’Argentine.

14Dans la troisième partie, Nora Parola-Leconte et Axel Gasquet abordent deux textes littéraires d’Alberdi, une pièce de théâtre écrite en 1841, El gigante Amapolas, et une allégorie romancée publié en 1874, Peregrinación de Luz del Día o Aventuras de la Verdad en el Nuevo Mundo. Si la quête philosophique qui a accompagné ces textes était prévisible, leur valeur littéraire intrinsèque et leur étonnante modernité méritaient que l’on s’y attarde, car Alberdi fut avant tout un grand écrivain.

15Dans la quatrième partie, les contributions d’Elida Lois et de Horacio Tarcus nous guident dans le labyrinthe d’encre et de papier constitué par les archives, les éditions et rééditions d’Alberdi. Les aléas de ses archives privées, avec sa correspondance inédite – un fonds de plus de sept mille lettres signées par des personnalités de l’époque –, ainsi que la publication de ses œuvres complètes ou de ses manuscrits inédits, tout cet univers alberdien constitué de milliers et de milliers de pages, font ici l’objet de reconstitutions minutieuses qui nous permettent de mieux comprendre la postérité de son œuvre, un enjeux de taille qui n’est pas seulement éditorial, mais aussi intellectuel et politique.

16La cinquième partie nous introduit dans le vaste champ de sa pensée politique, historique et philosophique. Carlos Altamirano nous rappelle les qualités de fin polémiste d’Alberdi, et analyse particulièrement son débat avec Sarmiento, quand tous les deux étaient exilés politiques au Chili, en 1852-1853. Eduardo Jozami réfléchit aux débats et aux interprétations que suscite Alberdi, nous éclaire sur les diverses appropriations dont son œuvre a fait l’objet et nous explique pourquoi elle continue encore aujourd’hui d’inspirer adhésions et oppositions diverses. Patricia Funes étudie sa conception de l’histoire et du travail historique à partir de deux études biographiques qu’il a consacrées au président chilien Manuel Bulnes, en 1846, et à l’entrepreneur américain William Wheelwright, en 1876. Eduardo Rinesi revient sur plusieurs aspects de la philosophie politique et historique d’Alberdi pour en souligner l’évolution, du romantisme de sa jeunesse au matérialisme de sa maturité. Eduardo Zimmermann opère une relecture de l’ensemble de son œuvre pour y déceler la part de libéralisme et de conservatisme. Son analyse nous permet de mieux comprendre l’éclectisme d’Alberdi, voire même son éternel « dilemme » : la tension constante entre la défense des libertés individuelles et l’impératif de construction d’un pouvoir politique capable d’exercer une autorité ferme sur le vaste territoire argentin.

17La sixième partie aborde la pensée internationale et géopolitique d’Alberdi. Rut Diamint étudie son américanisme, son pacifisme et ses idées encore mal connues sur l’intégration régionale, pour les confronter à la situation actuelle de l’Amérique du Sud. Ma contribution aborde la période européenne d’Alberdi : son exercice de diplomate averti en France, ses triomphes et ses défaites ainsi que sa prise de position et sa campagne de dénonciation publique contre la Guerre de la « Triple Alliance » que l’Argentine, l’Uruguay et le Brésil ont livrée au Paraguay.

18La septième et dernière partie de cet ouvrage est composée de commentaires pluridisciplinaires relatifs aux six grands thèmes précédents. Ils sont destinés à ouvrir un dialogue avec les différentes contributions, reprenant en partie le fructueux débat qui eut lieu lors du colloque international de juin 2010. Ainsi, Daniel Borrillo nous invite à repenser les apports juridiques de la pensée alberdienne à la lumière de la démocratie moderne. Albert Broder souligne la tension entre la renommée d’Alberdi en Argentine et l’absence de retentissement international de son œuvre, en dehors des cercles spécialisés. Il nous propose de mieux cerner les nuances qu’Alberdi apporte à la notion de libre-échange et à la pensée économique dominante de son époque, et de mettre en valeur l’influence du modèle alberdien sur le climat de réception des immigrés en Argentine. Francis Demier réfléchit à l’inflexion que la « leçon française » du XIXe siècle peut avoir suscitée chez Alberdi, ainsi qu’à la « double peur » qui ponctue aussi bien en France qu’en Argentine la longue et difficile construction républicaine. Didier Musiedlak nous ramène à la notion de « figure d’autorité » et voit dans l’immense production alberdienne une œuvre intellectuelle incontournable, faisant l’objet d’appropriations contradictoires, et par là même en perpétuel devenir. Jean Piel s’interroge sur l’actualité des réflexions historiques d’Alberdi et sur sa capacité à saisir les enjeux économiques et politiques de son temps. Les commentaires de Sébastien Velut nous rappellent l’importance qu’Alberdi accordait aux questions territoriales et l’attention aiguë avec laquelle il suivait les problèmes frontaliers, nous invitant à le concevoir davantage comme un écrivain géopolitique, même si ce concept n’était pas encore d’usage au XIXe siècle.

19Au vu de la richesse et de la pluralité des travaux réunis dans ce livre, tirer des conclusions générales serait, sinon impossible, du moins réducteur. C’est pourquoi nous préférons conclure sur une réflexion autour du titre même de cet ouvrage, La force de la pensée et de l’écriture dans la destinée d’une nation, revenant ainsi sur quelques thèmes majeurs qu’il nous semble utile de souligner. Juan Bautista Alberdi fut un acteur engagé, un témoin lucide, un observateur intelligent et un fin analyste de la longue et difficile marche vers l’indépendance argentine. Dans le contexte commémoratif du bicentenaire des indépendances latino-américaines, il nous reste à espérer que les lecteurs trouveront dans les pages qui suivent des pistes nouvelles pour appréhender l’originalité du processus de construction nationale en Amérique latine et des efforts intellectuels qui l’ont rendue possible.

Notes

1 Il s’agit des huit volumes de ses œuvres complètes rééditées par le gouvernement argentin juste après sa mort, Obras completas, Buenos Aires, La Tribuna Nacional, 1886-1887, et des seize volumes contentant ses écrits inédits, ayant pour titre Escritos póstumos, publiés par son fils, Manuel Alberdi, entre 1895 et 1901 et réédités un siècle plus tard, en 2002, par l’Universidad Nacional de Quilmes, sous la direction d’Oscar Terán.

2 En 1889, par initiative des autorités argentines, son corps fut exhumé du cimetière de Neuilly-sur-Seine et transféré en Argentine. Alberdi reçoit alors un hommage officiel et posthume, trouvant un lieu de repos, non définitif, au cimetière de la Recoleta à Buenos Aires. C’est en 1902 qu’un imposant mausolée y fut inauguré, couronné d’une grande statue le représentant débout, un livre sous le bras.

3 Cf. Dominique Quentin Mauroy, La formation de la pensée philosophique et politique de Juan Bautista Alberdi : étude sur l’influence française au Río de la Plata aux alentours de 1800. Thèse sous la direction de Paul Mérimée, Université de Toulouse, 1973, deux volumes.

4 Diana Quattrocchi-Woisson, « Jaurès, Alberdi et l’historiographie argentine », in Jaurès, l’Amérique latine et la Latinité, Cahiers Trimestriels de la Société d’Etudes Jaurésiennes, janvier-mars 1996, n° 139, p. 85-101.

5 Dont les classiques et incontournables Jorge Mayer, Alberdi y su tiempo, Buenos Aires, Eudeba, 1963 et Natalio Botana, La tradición republicana. Alberdi, Sarmiento y las ideas políticas de su tiempo, Buenos Aires, Sudamericana, 1997.

6 Nous avons étudié l’origine et les conséquences de ces clivages, Cf. Diana Quattrocchi- Woisson, Un nationalisme de déracinés. L’Argentine pays malade de sa mémoire, Editions du CNRS, Paris, 1992. Préface de K. Pomian.

7 Juan Bautista Alberdi, Escritos póstumos, Colección « La idelogía argentina » sous la direction d’Oscar Terán, Universidad Nacional de Quilmes, Bernal, 2002, 16 vol.

8 Oscar Terán, Alberdi póstumo, Buenos Aires, Puntosur, 1988, Escritos de Juan Bautista Alberdi. El redactor de la Ley, Universidad Nacional de Quilmes, 1996, Las palabras ausentes : para leer los Escritos póstumos de Alberdi, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 2004.

Auteur

Docteur en Histoire, habilitée à la direction de recherches, Université Paris Diderot - Paris 7. Chercheur au Centre National de la Recherche Scientifique à l’Institut des Sciences sociales du politique (UMR 7220). Présidente de l’Observatoire de l’Argentine contemporaine. Membre de l’Institut des Amériques. Parmi ses publications : Un nationalisme de déracinés. L’Argentine pays malade de sa mémoire (1992), Los males de la memoria. Historia y política en Argentina (1995 et 1998), Cuando opinar es actuar. Revistas argentinas del siglo XX (1999), Argentine. Enjeux et racines d’une société en crise (2003), L’Argentine après la débâcle. Itinéraire d’une recomposition inédite (2007), Histoire politique de l’Argentine contemporaine 1890-2001. Un long et extrême vingtième siècle sud-Américain (2009)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr