Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écrire le travail au XXIe siècle : quelles implications politiques ?

 | 
Aurélie Adler
, 
Maryline Heck

Introduction

Aurélie Adler et Maryline Heck

Texte intégral

  • 1 Initiales, n° 25, « Écrire le travail », mars 2011. URL : http://www.initiales.org/Dossier-thematiq (...)
  • 2 Sylvie Servoise (éd.), 2011, Raison publique, n° 15, « Le Travail sans fin. Discours et représentat (...)
  • 3 Stéphane Bikialo, Jean-Paul Engélibert (éds), 2012, Dire le travail. Fiction et témoignage depuis 1 (...)
  • 4 José Domingues de Almeida (éd.), 2012, Intercâmbio : Revue d’Etudes françaises, 2e série, vol. 5.
  • 5 Corinne Grenouillet, 2014, Usines en textes, écritures au travail : témoigner du travail au tournan (...)
  • 6 Aurore Labadie, 2015, Le Roman d’entreprise français depuis les années 1980, thèse de doctorat sout (...)
  • 7 Sonya Florey, 2013, L’Engagement littéraire à l’ère néo-libérale, Lille, Presses Universitaires du (...)
  • 8 Bérénice Hamidi-Kim et Armelle Talbot (éds), 2010, Théâtre/Public, n° 196, « L’Usine en pièces. Du (...)
  • 9 Ce volume est en effet issu de deux journées d’études qui se sont tenues à l’université de Tours le (...)

1Les dernières années ont été marquées par l’essor des publications portant sur les rapports entre littérature contemporaine et monde du travail. Le phénomène date de la deuxième décennie du xxie siècle, marquée en 2011 par la parution du dossier Initiales intitulé « Écrire le travail1 » et par le numéro de la revue Raison publique consacré au « Travail sans fin2 ». En 2012, Stéphane Bikialo et Jean-Paul Engélibert dirigent un volume de La Licorne intitulé Dire le travail3 tandis que l’Institut des études françaises de l’université de Porto fait paraître un numéro de la revue Intercâmbio consacré à l’articulation entre la littérature française et le monde du travail depuis les années 19804. À ces ouvrages collectifs, il convient d’ajouter les travaux de certains chercheurs : Corinne Grenouillet a récemment élaboré la cartographie testimoniale et autobiographique des écritures ouvrières au présent5, Aurore Labadie a étudié la naissance et la prolifération du « roman d’entreprise6 », tandis que Sonya Florey interroge les formes contemporaines de l’engagement à l’ère néo-libérale7– sans toutefois s’intéresser spécifiquement au travail. Ces recherches ne se limitent pas au domaine de la prose : le groupe « Théâtre(s) politique(s) » de l’Université Paris-Ouest a élaboré un programme de recherche portant sur la figuration du monde du travail au théâtre, qui a donné lieu à la publication d’un numéro spécial de la revue Théâtre/Public8. Le champ des écritures du travail commençant ainsi à être assez précisément cartographié, il paraît légitime de questionner la nécessité de ce volume9 :
pourquoi rouvrir à nouveau le dossier déjà volumineux des relations entre littérature et travail aujourd’hui ?

  • 10 Sur ces essais et ces figures de la fin refusée dans les romans contemporains (Volodine, Guyotat, R (...)
  • 11 Pour reprendre la formule qui sert de titre au livre de Francis Fukuyama, 1992, La Fin de l’histoir (...)
  • 12 F. Cusset, 2006, La Décennie. Le grand cauchemar des années 1980, Paris, La Découverte.
  • 13 Paul Ariès, 2007, Le Mésusage : essai sur l’hypercapitalisme, Lyon, Parangon-VS.
  • 14 Cette économie virtuelle, fondée sur les promesses de bonheur fournies par les crédits des banques (...)

2Plusieurs raisons peuvent être avancées. La première est celle de la périodisation. Les travaux que nous venons d’énumérer prennent tous pour point de départ les années 1980, tandis que nous entendons interroger la spécificité des écritures du travail au xxie siècle. Un tel découpage pourra paraître arbitraire : qu’est-ce qui nous permet d’avancer une singularité de notre époque par rapport aux dernières décennies du xxsiècle ? Absence de recul, risque de myopie : les maux qui menacent la démarche du chercheur en littérature contemporaine sont connus. La « découpe » des siècles pose elle-même question : quand commence exactement le xxie siècle ? Dans L’Âge des extrêmes. Histoire du court xxe siècle, Éric Hobsbawm propose de délimiter le xxe siècle à partir de deux tournants majeurs : la Grande Guerre en 1914 et la fin de la guerre froide en 1991. D’inspiration marxiste, l’ouvrage laisse transparaître la mélancolie de l’historien dressant le double constat d’un effondrement de l’utopie socialiste et d’un triomphe du grand récit libéral. Cette clôture du siècle, contre laquelle buttent les essais philosophiques et les nombreux récits du « dénouement10 » des années 1990, devient pour les penseurs conservateurs une « fin de l’histoire11 ». Naturalisée, l’idéologie libérale triomphante marginalise les formes de critique sociale ou politique au cours de la décennie des années 80. Qualifiant cette période de « grand cauchemar », l’historien François Cusset met en évidence les ressorts du libéralisme qui fait de la crise le principe même de sa survivance12. Le xxie siècle trouverait ainsi son origine entre deux crises : la crise de 1986, qui révèle aux Français la longueur inédite d’un marasme économique et d’un chômage d’une durée indéfinie, la crise des subprimes qui commence en 2007 et dont rien ne laisse présager l’issue. Le retentissement mondial de la seconde crise marque l’entrée dans une ère où la globalisation des échanges financiers rend toujours plus précaires et fragiles les économies nationales désormais dépendantes d’agences de notation ultra-libérales. L’essor d’Internet constitue un autre marqueur confirmant la « bascule », pour reprendre un terme cher à François Bon, d’un siècle à l’autre. Gagnant de plus en plus de foyers en France dans la seconde moitié des années 90, Internet renforce l’accélération et la globalisation caractéristiques de l’hypercapitalisme13 par la virtualisation de l’information. L’ère de la dématérialisation doit aussi être saisie, en ce qui nous concerne, sur le plan économique : de l’industrie fordiste aux nouvelles technologies, de l’économie réelle à l’économie virtuelle, c’est une véritable refonte du monde du travail qui s’opère au tournant du millénaire14.

  • 15 Voir sur ce point Michel Collomb (éd.), 2005, L’Empreinte du social dans le roman depuis 1980, Mont (...)
  • 16 Paul Aron, 2011, « La représentation du travail dans la littérature du xxe siècle », Initiales, op. (...)
  • 17 Le genre théâtral ferait à cet égard figure de précurseur, puisqu’émerge dès les années soixante-di (...)
  • 18 Voir notamment les travaux des sociologues du travail (André Gorz, Alain Touraine, Georges Friedman (...)
  • 19 Dominique Viart, 2011, « Écrire le travail : vers une sociologisation du roman contemporain ? », Le (...)
  • 20 D. Viart, 2006, « “Fictions critiques” : la littérature contemporaine et la question du politique » (...)

3Mais ces bouleversements socio-économiques ne justifient pas à eux seuls la périodisation choisie. C’est aussi au regard de l’histoire littéraire récente que l’on peut apprécier la singularité des narrations contemporaines. La littérature des années 1980, marquée à la fois par un certain retour au social15 et par une exigence esthétique et formelle héritière de l’ère du soupçon, témoigne d’une nouvelle approche littéraire du monde du travail. Paul Aron remarque ainsi que c’est « au moment où les formes traditionnelles de l’emploi salarié subissent un bouleversement profond que la littérature commence à s’y intéresser directement16 ». S’il faut se méfier des causalités hâtives, force est néanmoins d’admettre que les publications autour du travail augmentent à partir des années 1980, à une époque où le langage pour dire l’emploi salarié se trouve réorienté par la tertiarisation croissante17 – mutation que les sociologues du travail et des organisations s’attachent alors également à penser18. Dominique Viart a montré comment la parution en 1982 de Sortie d’usine de François Bon et de L’Excès-l’usine de Leslie Kaplan s’inscrivait contre la doxa formaliste des années 1950-1970 « qui, pour avoir dénoncé les illusions du réalisme romanesque, soutenait qu’il ne saurait y avoir d’autre travail en littérature que le travail de l’écriture19 » – tout en prenant acte des bouleversements esthétiques que cette période formaliste a, semble-t-il irrémédiablement, introduits dans la sphère romanesque. Ce retour au travail n’entraîne donc pas pour autant la restauration des formes désormais périmées de la littérature prolétarienne ou de l’engagement sartrien. Les écrivains qui commencent à publier dans les années 1980 entendent se garder à la fois des prétentions naturalistes et du surplomb de l’écrivain engagé. Dominique Viart voit dans ces écritures du travail autant de « fictions critiques20 », adoptant la forme de l’enquête et du questionnement reporté sur l’usage de la langue elle-même. Ces fictions critiques sont toujours à l’ordre du jour en ce début de millénaire, mais l’on peut néanmoins relever un infléchissement thématique et éditorial depuis les années 1990.

  • 21 Voir François Hartog, 2012 [2003], Régimes d’historicité, Paris, Seuil, « Points ».

4Au cours des dernières décennies du xxsiècle, tenaillées par les discours apocalyptiques, nombre des écrivains qui s’intéressent au travail arpentent les lieux de la fin d’une idéologie marxiste, guidée par la promesse de l’égalité. L’usine est le lieu de cette disparition, un lieu dont il faut sortir, à la manière de Bon ou de Kaplan, pour pouvoir l’écrire. Ces témoignages d’un monde menacé aujourd’hui par une époque « présentiste » (Hartog)21 occupent toujours une bonne partie de la production littéraire dans la première décennie du xxie siècle : d’Aurélie Filipetti à Gérard Mordillat, de Pierre Bergounioux à Martine Sonnet, la littérature française contemporaine prend la mesure d’un effacement des cadres anciens dans lesquels se définissait une certaine solidarité des travailleurs. Si les écrivains d’aujourd’hui poursuivent cette investigation archéologique d’un passé rural ou ouvrier, ils prennent également acte des effets du libéralisme sur le travail. La création d’un prix du « Roman d’entreprise » en 2009 renseigne sur cet infléchissement thématique et éditorial. La tertiarisation des emplois, l’infiltration du discours managérial à tous les niveaux de la vie, et l’appauvrissement de l’expérience humaine qui en résultent attirent l’attention croissante des écrivains.

  • 22 Camille de Toledo, « Le xxie siècle, l’écrivain et ses métamorphoses », colloque de Lille sur « Les (...)

5« De quel côté êtes-vous de l’Apocalypse, cette question, je crois, pourrait nous servir de ligne de partage, dans une cartographie littéraire du xxie siècle22 », déclarait Camille de Toledo lors d’un colloque sur les fins de la littérature. Nous pouvons nous interroger à notre tour : les écritures contemporaines du travail se situent-elles dans le deuil d’un avant, dans le présent d’une fin supposée ou déjà dans l’après ? Au début du millénaire, ces écritures semblent suivre une double voie : d’une part l’enquête rétrospective, témoin d’une disparition (Martine Sonnet, François Bon, Thierry Beinstingel, Marie-Hélène Lafon, Jean-Loup Trassard) ; d’autre part l’exploration romanesque d’un libéralisme qui apparaît toujours plus hégémonique et irréversible (Nicole Caligaris, Jérôme Mauche, Mathieu Larnaudie, Élisabeth Filhol, Jean-Charles Massera, Lydie Salvayre).

  • 23 Sur ce point, voir C. Brun et A. Schaffner (éds), 2015, Des écritures engagées aux écritures impliq (...)
  • 24 Voir notamment Le Degré zéro de l’écriture et Essais critiques, in Roland Barthes, 2002, Œuvres com (...)
  • 25 Voir D. Viart, 2006, « “Fictions critiques” : la littérature contemporaine et la question du politi (...)

6Plus encore que le contexte des mutations du travail aujourd’hui, ce qui fait la singularité de ce volume, c’est l’interrogation portée sur la dimension politique de ces écritures, question qui n’avait jusqu’ici été abordée que de manière latérale, voire implicite dans les travaux consacrés à la littérature du travail. Les écritures du travail sont-elles des écritures politiques ? Répondre à cette question suppose tout d’abord de définir ce que l’on entend par « politique ». La conception héritée du paradigme sartrien, qui mettait l’œuvre littéraire au service d’une parole à vocation militante, orientée vers l’action, paraît aujourd’hui inadéquate ou du moins résiduelle ; elle n’est plus à même de décrire la singularité des positions adoptées dans les œuvres contemporaines23. À tout prendre, celles-ci se situeraient plutôt dans le sillage de Barthes, prônant contre Sartre une autonomie du littéraire, qui trouverait sa vocation éthique et politique dans le travail de la forme24. Il en va donc d’une redéfinition de la posture de l’écrivain, qui ne saurait aujourd’hui s’autoriser d’une position en surplomb. À ce titre, Dominique Viart comme Bruno Blanckeman proposent de parler d’auteur « impliqué25 », s’attachant à distinguer nettement cette notion de l’engagement sartrien. Telle qu’elle se voit définie, l’implication relève d’une responsabilité politique mais aussi éthique, marquée par le doute et l’interrogation portés sur le geste même de l’écrivain, plutôt que par des postures affirmatives.

  • 26 Voir Jacques Rancière, 2007, Politique de la littérature, Galilée, « La philosophie en effet ».
  • 27 J. Rancière, 2008, Le Spectateur émancipé, Paris, La Fabrique éditions, p. 72.
  • 28 Voir Jean-François Hamel, « Qu’est-ce qu’une politique de la littérature ? Éléments pour une histoi (...)

7C’est une politique propre à la littérature qu’il s’agirait dès lors de penser, une « politique de la littérature », pour reprendre l’expression de Jacques Rancière26. Pour le philosophe, cette politique réside dans la capacité de la littérature à opérer une reconfiguration du sensible : parce qu’elle modifie nos modes de représentation du réel, elle a la faculté de défaire les assignations des corps et des places, de faire voir l’inaperçu et entendre l’inaudible. Sa dimension politique réside donc dans sa capacité herméneutique, et non dans sa défense d’une cause ou d'un parti. La politique de la littérature inventerait de nouvelles possibilités du vivre ensemble qui tiendraient moins du dévoilement et de l’éveil des consciences défendus par l’intellectuel engagé que de l’attention à des formes d’articulation et de subjectivation différentes du commun27. Jean-François Hamel reprend à Rancière son expression, pour signifier lui aussi qu’il ne s’agit pas de réduire le spectre de la réflexion aux prises de position publiques de l’écrivain, ni à la thématique politique des textes, mais d’envisager à chaque fois un « système de représentations, plus ou moins largement partagé, élaboré par les acteurs du champ littéraire, qui, en réponse à un impératif de justification, contribue à établir la grandeur de la littérature dans le monde social. » Toute politique de la littérature répond ainsi, à sa manière, « aux deux questions qui ont reçu de Sartre une formulation définitive : qu’est-ce que la littérature? et que peut la littérature? », dans une perspective éthique et politique ; ces réponses, aussi variées voire contradictoires soient-elles, s’organisent autour des notions fondamentales d’auteur, de lecteur, de langage et de réalité28. C’est donc, dans une perspective inspirée par Bourdieu, en termes de champ et de stratégies de positionnement au sein d’un champ, que se pose aussi la question de la « politique de la littérature ».

8Ainsi, un premier ensemble d’articles, regroupés sous le titre « Écritures du travail et politique de la littérature : ambivalences et limites d’un rapprochement », interroge la pertinence du paradigme politique pour saisir la portée critique de certaines œuvres contemporaines. Olivier Penot-Lacassagne retrace tout d’abord la généalogie de la critique littéraire du travail, interrogeant l’héritage de ces avant-gardes très politisées qu’ont été le surréalisme et le situationnisme. Étendue aux loisirs par le biais de la consommation, l’aliénation qui a vidé le travail de sa signification demeure une question d’actualité, mais c’est peut-être davantage du côté de la philosophie – celle d’un Bernard Stiegler – qu’il faut aujourd’hui chercher l’écho des préoccupations des avant-gardes du xxe siècle. La littérature sur le travail, elle, semble interroger sa portée politique, la transformer en horizon plus fantasmé qu’effectif. C’est ce que montre Pascal Mougin lorsqu’il s’attache à déterminer les effets de La Centrale d’Élisabeth Filhol à partir de la réception du livre. Si le critère pragmatique semble conduire à l’impasse faute de recul, la capacité de dissensus de la fiction pose elle-même question. Pascal Mougin émet l’hypothèse que toute critique virulente des conditions de travail « offre une catharsis provisoire : elle n’a d’autre fonction que de rendre plus supportable la réalité dont elle fantasme l’abolition ». En exposant les maux dont souffrent les employés aujourd’hui, la fiction permettrait au lecteur de se donner bonne conscience à peu de frais. C’est dès lors l’ambivalence de notre questionnement et de notre positionnement d’universitaires que met en évidence P. Mougin : en sondant la portée politique des écritures du travail, ne cherchons-nous pas à compenser nos désirs d’indépendance, d’indocilité – désirs frustrés par les mutations de l’institution universitaire aujourd’hui ? Ces ambivalences, liées à la complexité de la question politique, expliquent sans doute l’ambiguïté qui affecte l’engagement dans le texte d’É. Filhol, tel que l’analyse Anne Roche en s’intéressant plus particulièrement à la neutralité déroutante du narrateur de La Centrale. Les contradictions qui surgissent à la lecture de ce roman disent peut-être plus largement l’inconfort de l’écrivain contemporain, « travailleur comme les autres », aussi fragilisé ou aliéné que les autres, comme le suggère la mise en scène de la figure auctoriale dans les textes de François Bon et de Lydie Salvayre étudiés par Sylvie Servoise. Placé à la même échelle que l’employé ordinaire, l’écrivain serait menacé de disparaître socialement, voire économiquement, ses qualités (créativité, etc.) étant celles-là mêmes que prônent aujourd’hui le néo-libéralisme. Cette ambivalence qui pèse sur le statut de l’écrivain ratifierait-elle son assentiment aux conditions du travail actuel ? C’est en tout cas le recul d’une critique politique qu’observe Corinne Grenouillet lorsqu’elle analyse le vaste corpus des écritures du travail collectées par les éditions du Seuil dans le cadre du projet Raconter la vie. Revenant sur les polémiques qui ont accueilli le projet lancé par Pierre Rosanvallon, C. Grenouillet montre que les témoignages, rassemblés majoritairement sur le site, déçoivent dans le détail des faits l’intention politique affichée.

9Si la dimension politique des œuvres contemporaines pose question, il semble qu’un désir de s’impliquer et de mettre en crise les valeurs associées au travail subsiste, mais qu’il s’énonce moins sur le plan des intentions (plus ou moins assumées) et des effets (difficilement calculables) que sur le plan de la forme. Ce qui fait politique tiendrait plus à l’agencement poétique du texte qu’à un discours partisan. Les contributions réunies dans la seconde partie de ce volume (« Implications et distanciations des écritures du travail : nommer des sujets, inquiéter la novlangue ») en témoignent, suivant deux modalités distinctes. Selon une première tendance déjà observée dans les contributions d’Anne Roche, de Sylvie Servoise ou de Corinne Grenouillet, certains textes contemporains (fictions ou témoignages) accordent une place renouvelée à des sujets menacés de disparition du point de vue historiographique ou relégués dans l’espace géographique et social. Laurent Demanze montre ainsi combien l’évocation du monde ouvrier dans Atelier 62 de Martine Sonnet œuvre, par le biais de l’enquête documentaire, à la constitution d’un corps collectif devenu lieu de mémoire vive. Fabien Gris interroge quant à lui la relative invisibilité du monde paysan dans la littérature française contemporaine. Cette discrétion est emblématique d’une certaine façon de faire politique en littérature : à la rhétorique de la harangue militante, les écritures de la ruralité (Marie-Hélène Lafon, Jean-Loup Trassard, Thierry Beinstingel…) préfèrent la « poétique du détail et du sensible », de la métonymie et de la métaphore suggestives. La dimension politique est alors affaire de lecture indicielle. A contrario, une seconde tendance des œuvres contemporaines consiste à amplifier les signes du discours économique dominant en reproduisant jusqu’à l’outrance et la saturation des formules ayant déjà pris valeur incantatoire dans notre vie ordinaire. Analysant les textes de Nicole Caligaris et de Thierry Beinstingel, Aurore Labadie montre que la puissance de la littérature tient à son travail de sape effectué sur la langue managériale ; minés par la fiction littéraire, les impératifs qui assujettissent l’employé dysfonctionnent. C’est ce que montre encore Jean-Paul Engélibert à partir d’une fiction de Mathieu Larnaudie qui détourne la novlangue pour en dégager – en exorciser ? – le pouvoir fascisant.

  • 29 Selon la formule d’Yves Citton reprise par Pascal Mougin à la fin de son article.

10Enfin, l’originalité de ce volume tient à l’importance accordée aux entretiens. Il nous a semblé qu’un tel sujet appelait plus qu’un autre à ce que les écrivains soient amenés à se prononcer directement sur leur projet et leur rapport à l’implication. Nous avons choisi de solliciter essentiellement des auteurs ayant fait l’objet d’une communication lors des journées d’études que nous avons organisées, de manière à ce qu’ils puissent réagir aux hypothèses avancées à leur sujet : Martine Sonnet, Thierry Beinstingel, Nicole Caligaris, Mathieu Larnaudie, mais aussi Jérôme Mauche. Ces entretiens font moins entendre ce don quichottisme « sympathique29 » qui caractériserait ceux qui prétendent se livrer à une critique du discours économique qu’une confiance malgré tout dans la puissance des mots et des livres à toucher des lecteurs. Il s’agit peut-être moins de faire acte de dissidence ou de remettre en cause les valeurs de l’entreprise que d’ouvrir des espaces neufs dans un langage usé, comme le rappelle Thierry Beinstingel. C’est à une politique « dans la forme » qu’en appelle également Mathieu Larnaudie. Quant aux effets réels de ces écritures du travail, Nicole Caligaris ne s’illusionne pas : « On ne sait pas », déclare-t-elle. Cette réponse aussi modeste qu’incertaine, que d’aucuns jugeront insatisfaisante ou peut-être encore trop optimiste, dit l’inconfort qui guette aujourd’hui celle ou celui qui entend écrire sur le travail. La dimension politique de ces écritures doit s’entendre dans cette réserve sceptique et cette porosité ambivalente qui caractérisent les fictions et les récits du travail aujourd’hui.

Notes

1 Initiales, n° 25, « Écrire le travail », mars 2011. URL : http://www.initiales.org/Dossier-thematique-no-25-Ecrire-le.html Consulté le 2 janvier 2015.

2 Sylvie Servoise (éd.), 2011, Raison publique, n° 15, « Le Travail sans fin. Discours et représentations à l’œuvre », automne 2011.

3 Stéphane Bikialo, Jean-Paul Engélibert (éds), 2012, Dire le travail. Fiction et témoignage depuis 1980, La Licorne, n° 103.

4 José Domingues de Almeida (éd.), 2012, Intercâmbio : Revue d’Etudes françaises, 2e série, vol. 5.

5 Corinne Grenouillet, 2014, Usines en textes, écritures au travail : témoigner du travail au tournant du xxie siècle, Paris, Classiques Garnier. Voir également Corinne Grenouillet et Catherine Vuillermot-Febvet, 2015, La Langue du management et de l’économie à l’ère néolibérale : formes sociales et littéraires, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg.

6 Aurore Labadie, 2015, Le Roman d’entreprise français depuis les années 1980, thèse de doctorat soutenue le 2 décembre 2015 à l’université Paris 3, sous la direction de Bruno Blanckeman.

7 Sonya Florey, 2013, L’Engagement littéraire à l’ère néo-libérale, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, « Perspectives ».

8 Bérénice Hamidi-Kim et Armelle Talbot (éds), 2010, Théâtre/Public, n° 196, « L’Usine en pièces. Du travail ouvrier au travail théâtral ».

9 Ce volume est en effet issu de deux journées d’études qui se sont tenues à l’université de Tours le 3 octobre 2014 et à l’université de Paris 3 le 10 octobre 2014, que nous avons organisées avec la collaboration de Bruno Blanckeman, que nous remercions très vivement pour son soutien.

10 Sur ces essais et ces figures de la fin refusée dans les romans contemporains (Volodine, Guyotat, Rolin), voir Lionel Ruffel, 2005, Le Dénouement, Lagrasse, Verdier, « Chaoïd ».

11 Pour reprendre la formule qui sert de titre au livre de Francis Fukuyama, 1992, La Fin de l’histoire et le dernier homme, Paris, Flammarion.

12 F. Cusset, 2006, La Décennie. Le grand cauchemar des années 1980, Paris, La Découverte.

13 Paul Ariès, 2007, Le Mésusage : essai sur l’hypercapitalisme, Lyon, Parangon-VS.

14 Cette économie virtuelle, fondée sur les promesses de bonheur fournies par les crédits des banques et les garanties des assurances, rompt avec l’économie des biens matériels caractéristique de la modernité. L’économie virtuelle a étendu son empire à partir des années 1990 et s’est considérablement accrue avec les progrès d’Internet, comme le rappelle Adrian Mihalache, 2006, « Promesses et périls de la nouvelle économie », Hermès, 2/2006, n° 45, p. 69-75.

15 Voir sur ce point Michel Collomb (éd.), 2005, L’Empreinte du social dans le roman depuis 1980, Montpellier, Publications de l’Université Montpellier III.

16 Paul Aron, 2011, « La représentation du travail dans la littérature du xxe siècle », Initiales, op. cit., p. 7.

17 Le genre théâtral ferait à cet égard figure de précurseur, puisqu’émerge dès les années soixante-dix un « théâtre du quotidien » qui donne une place décisive au monde du travail, tout particulièrement à celui de l’entreprise. Ses représentants les plus illustres sont Michel Vinaver (La Demande d’emploi, Les Travaux et les jours, À la renverse), Michel Deutsch et Jean-Paul Wenzel. L’intérêt des dramaturges pour le monde du travail se poursuit au-delà, avec par exemple le travail de Daniel Besnehard (Clair d’usine, 1983) ou de Daniel Besse (Les Directeurs, 2001).

18 Voir notamment les travaux des sociologues du travail (André Gorz, Alain Touraine, Georges Friedmann, Claude Dubar) et des organisations (Michel Crozier, Michel Lallement, Renaud Sainsaulieu), dont certains sont cités dans cet ouvrage.

19 Dominique Viart, 2011, « Écrire le travail : vers une sociologisation du roman contemporain ? », Le Travail sans fin, op. cit., p. 15

20 D. Viart, 2006, « “Fictions critiques” : la littérature contemporaine et la question du politique », in Jean Kaempfer, Sonya Florey, Jérôme Meizoz (éds), 2006, Formes de l’engagement littéraire (XVe-XXe siècles), Lausanne, Antipodes, « Littérature, culture, société ».

21 Voir François Hartog, 2012 [2003], Régimes d’historicité, Paris, Seuil, « Points ».

22 Camille de Toledo, « Le xxie siècle, l’écrivain et ses métamorphoses », colloque de Lille sur « Les fins de la littérature », repris sur remue.net : http://remue.net/spip.php?article6936. Consulté le 4  janvier 2015.

23 Sur ce point, voir C. Brun et A. Schaffner (éds), 2015, Des écritures engagées aux écritures impliquées. Littérature française (xxe-xxi siècle), Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, « Écritures ». Il faut toutefois souligner, avec Jean-François Hamel, que cette conception repose sur une appréhension réductrice de l’œuvre de Sartre, dont les réflexions sur les rapports de la littérature au politique ne se sont pas limitées aux thèses de Qu’est-ce que la littérature ?, qui sont quasi invariablement et exclusivement citées par les commentateurs. Hamel souligne bien que la pensée sartrienne du politique ne cesse d’évoluer, Questions de méthode constituant à ce titre un tournant dans sa production, puisque Sartre y réévalue la place du lecteur, à l’écart des thèses défendues dans Qu’est-ce que la littérature ? : « Questions de méthode procède à une complète réinvention de la notion d’engagement en attribuant l’action politique de la littérature non seulement à l’écrivain, mais à ses lecteurs, mettant en lumière “cet événement neuf et collectif qu’est la transformation d’un livre par la lecture” ». Voir Jean-François Hamel, « Qu’est-ce qu’une politique de la littérature? Éléments pour une histoire culturelle des théories de l’engagement », in Laurence Côté-Fournier, Elyse Guay, Jean-François Hamel, 2014, Politiques de la littérature. Une traversée du xxe siècle français, Montréal, Presses de l’Université du Québec, « Figura ». Disponible en ligne : http://www.fabula.org/atelier.php?Politique_de_la_litt. (consulté le 19 mai 2016).

24 Voir notamment Le Degré zéro de l’écriture et Essais critiques, in Roland Barthes, 2002, Œuvres complètes, respectivement t. 1 et 2, Paris, Seuil. On peut consulter sur cette question l’article d’Alexandre Gefen, 2005, « Responsabilités de la forme », in Emmanuel Bouju (dir.), 2005, L’Engagement littéraire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, « interférences ».

25 Voir D. Viart, 2006, « “Fictions critiques” : la littérature contemporaine et la question du politique », art. cit., p. 198 ; Bruno Blanckeman, 2012, « L’écrivain impliqué : écrire (dans) la cité », in Bruno Blanckeman, Barbara Havercroft (éds) 2012, Narrations d’un nouveau siècle, Romans et récits français (2001-2010), Presses de la Sorbonne-Nouvelle.

26 Voir Jacques Rancière, 2007, Politique de la littérature, Galilée, « La philosophie en effet ».

27 J. Rancière, 2008, Le Spectateur émancipé, Paris, La Fabrique éditions, p. 72.

28 Voir Jean-François Hamel, « Qu’est-ce qu’une politique de la littérature ? Éléments pour une histoire culturelle des théories de l’engagement », art. cit.

29 Selon la formule d’Yves Citton reprise par Pascal Mougin à la fin de son article.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540