Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’aspect sémantique à la structure de l’évènement

 | 
Éric Corre

Introduction

Texte intégral

1. Histoire d’une convergence entre le verbe anglais et le verbe russe

  • 1 Voir la mise au point terminologique dans la nomenclature.
  • 2 Idem.
  • 3 L’École de Léningrad –Maslov (1948Bondarko, Isačenko, dans les années 1960.
  • 4 Les travaux de Sigrell (1908), sur le verbe polonais avaient été décisifs. Sigrell utilisait égal (...)

1Le projet initial de ce livre semblait tout tracé : dans une première partie, je traiterais de l’aspect sémantique-« situationnel » (abrégé en AsS1) (Smith 1991), puis, naturellement, j’en viendrais à examiner l’aspect grammatical ou aspect « point de vue2 » (abrégé en AsPdV), avec l’a priori considérable que les questions liées au premier domaine seraient vite réglées – il suffisait de récapituler, et éventuellement de raffiner, les classes aspectuelles de Vendler-Dowty – et que l’essentiel de la démonstration allait porter sur le second domaine, le seul qui soit entièrement digne d’une réflexion linguistique ambitieuse. Mon propre cadre linguistique largement énonciativiste m’engageait à procéder ainsi : la métaopération d’H. Adamczewski (1976, 1982), synthèse théorique de la psycho-mécanique du langage de Guillaume, de la TOPE de Culioli et des travaux antérieurs des Praguois (dont Mathesius) sur rhème/thème, n’avait rien à dire sur l’AsS, mais avait mis au jour des propriétés jusque-là insoupçonnées pour les marqueurs de l’AsPdV en anglais (be V-ing, have V-en, l’objet initial de ma réflexion linguistique) et de l’imperfectif en russe et en polonais, crucialement analysés comme non aspectuels, un peu dans l’esprit de Weinrich (1973). L’AsS m’intéressait encore moins, mais ne laissait pas de m’intriguer : la littérature anglo-saxonne consacrée à ces deux composants de l’aspect, essentiellement Comrie (1980), Smith (1991), suggérait l’idée qu’il fallait en effet considérer ces deux domaines à part mais que, dans les faits, les notions invoquées dans le second, l’AsPdV, servaient de révélateur des propriétés du premier, l’AsS. Ceci était quelque peu contradictoire avec la position affichée d’un traitement séparé des deux domaines. Dans le même esprit, une longue fréquentation de la langue russe, le prototype même de la langue aspectuelle, ainsi que des travaux classiques sur l’aspectologie3, m’avaient incliné à penser que là aussi il était indispensable de séparer les modes d’action ou Aktionsarten4 et l’aspect grammatical. Dans le même temps, comme pour l’anglais, certains travaux d’éminents russisants américains (et de quelques auteurs russes, dont Padučeva) comme Timberlake, Flier, Brecht (1985) faisaient eux aussi inter-agir les deux composants : -l’AsPdV, réalisé par l’opposition grammaticale perfectif/imperfectif, n’existait que pour révéler les propriétés des différentes classes de verbes répertoriées dans l’AsS.

2Les oppositions classiques illustrées par les phrases suivantes livraient des résultats non ambigus et semblaient accréditer l’idée de l’existence d’un niveau sémantique aspectuel indépendant, mais cela paraissait trop simple :

1)

He broke the glass *for an hour / in an hour.

2) 

He jogged for an hour / *in an hour.

3) 

On pisal I pismo v tjačenie dvux časov : Il a écrit la lettre pendant deux heures.

4) 

On napisal P pismo za dva časa : Il a écrit la lettre en deux heures.

3Des paires minimales de l’anglais et du russe il semblait raisonnable de conclure que la notion explicative centrale qui autorisait le classement des verbes dans telle ou telle classe sémantique était la télicité ou son absence. Cependant, certains VPs, sous l’influence de certains marqueurs, semblaient échapper à ce critère discriminant :

5)

He baked the cake for an hour.

6)

He baked the cake in an hour.

7)

He was baking the cake.

4Si l’adverbial in an hour permet de conclure à l’existence effective d’un gâteau cuit en fin de processus, for an hour et be V-ing n’autorisent pas à se prononcer définitivement sur l’existence ou non du gâteau en fin de parcours. L’indécision est plus nette en russe : dans les phrases suivantes, qu’on ait le verbe imperfectif simple (stroil) ou son correspondant perfectif préverbé (postroil), la télicité ne livre pas non plus des résultats nets ; il n’y a même aucun doute possible : le verbe imperfectif implique bel et bien l’existence de la maison.

8) 

Etot dom postroili P za šestmesjacev : Cette maison a été construite en six mois.

9) 

– A kto ego stroil I ? : Et qui l’a construite ?

5Outre le caractère finalement peu fiable de la télicité comme principe explicatif, je voyais là une entorse au principe affiché de non-empiètement du domaine de l’AsS sur l’AsPdV : pourquoi le réaffirmer si dans les faits les notions et les principes utilisés dans l’un sont systématiquement utilisés pour révéler la nature de l’autre ? J’ai toujours vu là un paradoxe insurmontable. Une seule solution s’imposait alors : pour démontrer, comme j’en avais (et en ai toujours) l’intime conviction, que l’AsPdV met en jeu des paramètres fondamentalement différents de ceux qui informent l’AsS, je devais d’abord étudier en détail le second afin qu’émerge sa spécificité.

  • 5 Les dates ici sont cruciales.
  • 6 Voir la mise au point terminologique, p. 11-12.
  • 7 Respectivement, event structure et event composition.

6Et je me suis rendu compte, une fois immergé dans la littérature la plus récente5 qui traite de l’AsS, que, sans tout renier des travaux des auteurs cités, les linguistes anglicistes et russisants des deux dernières décennies avaient assez radicalement changé de focalisation. Pour l’anglais, le terme « aspect sémantique ou aspect lexical6 » n’est plus utilisé, il est remplacé par le terme « structure événementielle » ou « composition événementielle »7. Une analyse simple des deux vocables qui figurent dans ces expressions révèle la portée du changement : le verbe n’est plus seulement considéré comme un condensé de relations temporelles et aspectuelles, mais dénote un « événement », et la pertinence de la mise au jour de ses propriétés intrinsèques sera désormais évaluée à l’aune de la structure ou des principes compositionnels, c’est-à-dire de la syntaxe, qu’il condense. Cette optique renouvelée mêle les intuitions géniales de Vendler (1957) et y intègre la réflexion engagée dès l’époque de la sémantique générative sur les rôles thématiques du verbe (Fillmore 1968, 1970). Le verbe anglais, qui se présente la plupart du temps comme un item monomorphématique simple, devient digne d’intérêt en soi. Nous avons un petit scénario parfois extrêmement complexe que l’analyse linguistique enrichit à l’aide de prédicats primitifs (de type ACT CAUSE BECOME <STATE>) pour faire émerger sa composition. Les vrais problèmes ne sont plus seulement ceux qu’illustraient les phrases précédentes, mais les suivants :

10)

He hated his girlfriend.

11)

She wiped the table.

12)

She broke the table.

13)

*He hated his girlfriend dead.

14)

She swept the leaves off the sidewalk.

15)

She swept the floor clean.

16)

She swept the leaves into a pile.

17)

*She broke the crumbs off the table.

18)

She broke the eggs into a bowl.

7Pourquoi hate se voit-il refuser tout enrichissement syntaxique? Pourquoi le verbe break est-il limité dans le choix de ses alternances argumentales, et pas les verbes wipe ou sweep ? La télicité ne suffit évidemment pas : dans les deux dernières phrases, break est autant télique dans un cas que dans l’autre, pourtant la première est illicite mais pas la seconde.

  • 8 Aspektual′nost′ en russe.

8Pour le russe, le même changement radical d’emphase s’est produit ces dix dernières années. Les domaines de l’AsS (plus connu sous le nom de « modes d’action », en russe) et de l’AsPdV, même s’ils ont longtemps été séparés par principe, constituaient les deux pôles d’une catégorie plus vaste, que Bondarko (1971) et d’autres appelaient l’« aspectualité8 » et dont ils décrivaient ainsi les enjeux :

L’aspect verbal dans la langue russe contemporaine est une catégorie grammaticale qui est le centre morphologique de la catégorie de l’aspectualité et qui est en interaction avec les autres éléments de cette catégorie, principalement avec les modes d’action. (Bondarko 1971 : 75, traduction de J.  Fontaine 1983 : 40).

  • 9 La tradition slavistique française a forgé ce terme de « préverbe » (et de « préverbation » pour (...)

9Au cours des années 1990, sous l’impulsion de chercheurs russes comme Zaliznjak (1995), Krongauz (1998), puis, en France, sous celle de Paillard (1991, 1993, 1995), qui a constitué une équipe de chercheurs comprenant des linguistes russes (Dobrušina, Mellina 2001), un changement net s’est opéré. Ce changement s’annonçait déjà dans les travaux de l’école américaine cognitiviste sur les préfixes verbaux ou préverbes9 du russe, avec Janda, Flier, Russell (1985). Le préverbe a longtemps été presque exclusivement considéré du point de vue de l’aspectologie en tant que mode privilégié de perfectivation d’un verbe, mais est à présent de plus en plus souvent étudié pour lui-même du point de vue de ses propriétés combinatoires avec la base verbale à laquelle il s’adjoint. Le verbe préverbé est maintenant reconnu pour ce qu’il est, à savoir le mode privilégié de formation de nouvelles entités lexicales et non le véhicule exclusif de la constitution de la catégorie de l’aspectologie. Il s’agissait de mettre au point une « grammaire sémantique » (Krongauz 1998) des préverbes combinés aux verbes, de rendre compte de la formidable polysémie des quelque vingt préverbes actifs du russe qui peuvent, en principe, se combiner avec n’importe quelle base verbale. Dans les exemples russes 4) et 8), un tel tournant épistémologique fait qu’il n’est plus possible de ne voir dans les préverbes na- et po- que les simples exposants d’une perfectivation conçue comme la télicisation d’une base verbale atélique. Il faut à présent expliquer pourquoi na- et po- (et tous les autres préverbes du russe) interviennent à égalité dans les trois domaines que sont l’aspect grammatical (dans les phrases précédentes), l’Aktionsart / les propriétés qualitatives et quantitatives du procès (19, 20), et la constitution de nouvelles unités lexicales (21, 22) :

19) 

On nakupil knig :

Il a acheté un grand nombre de livres.

Il na-a-acheté livresGÉN

20) 

On pokuril časok :

Il a fumé une petite heure.

Il po-a-fumé petite-heure

21) 

On podal emu ruku :

Il lui a tendu la main.

Il po-a-donné à-lui main

22) 

On nakleil marku na konvert :

Il a collé le timbre sur l’enveloppe.

Il na-a-collé timbre sur enveloppe

10Il m’est apparu qu’une autre logique était envisageable et qu’une convergence dans les orientations de la recherche sur le verbe anglais et le verbe russe émergeait : l’AsS a cessé d’être un problème d’aspect mais est devenu un problème de lexique. J’en tirais la conclusion qui s’imposait : mes idées étaient largement périmées sur la question de l’AsS. Il y avait non seulement largement de quoi écrire sur le sujet, mais il fallait le faire sans jamais avoir recours à l’AsPdV. J’ai donc abandonné l’idée de traiter dans un même ouvrage ces deux domaines qui sont aussi différents que peuvent l’être la modalité et le temps.

2. Parcours et options méthodologiques

11Quelles options théoriques, quelle métalangue, quels principes fallait-il adopter ? Mon cadre initial ne se préoccupait guère de ces questions, malgré l’intérêt évident manifesté par des cadres apparentés : de nombreux travaux sur l’AsS ont été effectués par les linguistes relevant de la TOPE et quelques linguistes « hors courants » comme Récanati, Cotte, etc., dont il sera question dans cet ouvrage. Cependant, cette question de l’option théorique s’est résolue assez rapidement : mes lectures sur l’AsS en anglais m’ont forcé à être « trans-courant ». Des écoles théoriques extrêmement diverses se sont emparées très tôt de la problématique, depuis la Grammaire Cognitive (Langacker, Croft), en passant par la sémantique des modèles de type Grammaire de Montague (Dowty), puis par la sémantique lexicale, largement prédominante (Moens et Steedman, Levin et R.  Hovav), sans oublier la Grammaire Générative et Transformationnelle (Hale et Keyser, Hoekstra, Mulder, Ramchand, Guéron, Ritter et Rosen) et la sémantique générative (Fillmore, Pustejovsky). J’ai vite constaté qu’un large consensus émergeait sur les grands principes ; du côté russe, les avancées les plus intéressantes sur la question de la préverbation ont été réalisées dans le cadre de la Grammaire Cognitive (l’école américaine) et d’une version tempérée de la Théorie des Opérations Énonciatives de Culioli (Dobrušina, Paillard, Mellina), sans oublier un auteur comme Veyrenc, largement inspiré par la sémantique générative anglo-saxonne de son époque (Anderson, Fillmore, Chomsky, des années 1970). Du côté de l’aspect grammatical, les remarques souvent fines de Forsyth (1970) et les travaux de Fontaine (1983) sur la grammaire du texte, dans l’optique de Weinrich et Benveniste, ont apporté des réponses nouvelles en dehors du courant lexicaliste dominant. Ainsi ai-je fait le choix de ne pas privilégier un modèle théorique particulier et d’essayer, dans la mesure du possible, d’exposer les thèses et les arguments qui m’ont semblé apporter une contribution essentielle au sujet dans une langue informelle. Occasionnellement, je serai néanmoins amené à entrer plus en détail dans une ou des théorie(s) pour en rapporter les observations les plus fines.

12La question du volume des lectures dans ce domaine est cruciale : je ne les ai certainement pas effectuées toutes, j’aurai à coup sûr négligé certains auteurs majeurs ; néanmoins, je crois avoir vu émerger certains principes d’analyse et certaines données récurrentes qui rendent légitime la consignation de ces impressions, de ces analyses et de ces conclusions préliminaires, dans un ouvrage qui n’échappera pas à la subjectivité du linguiste dans le choix des problèmes abordés, et ceux qui auront été négligés. Deux principes m’ont animé :

  • Ne rien laisser au hasard, éviter absolument les idées toutes faites puisées au gré de lectures rapides, non approfondies. J’ai eu le souci constant d’éviter de parler de langues que je ne connais que superficiellement et de procéder à des généralisations à partir de données forcément insuffisantes. Lorsque je cite (rarement) d’autres langues que l’anglais et le russe, je le ferai avec la caution des articles des spécialistes dont je rapporterai les observations.

  • Un autre principe qui m’a toujours animé et que je tiens de mes années de travail au sein de l’École Métaopérationnelle (Adamczewski) et néo--métaopérationnelle (Delmas, Girard, Josse, Birks) est la confrontation, l’évaluation, la vérification des données obtenues dans une langue (l’anglais, ma langue de travail dès le début) par l’analyse tout aussi serrée d’une autre langue, qui pour moi a été le russe.

13L’autre objectif important de cet ouvrage est de porter à la connaissance du lecteur une littérature extrêmement riche et complexe sur ces questions. Le caractère parfois savant de la présentation des données qui vont suivre n’a d’autre but que de synthétiser, de résumer les orientations majeures de cette recherche pour en faire mieux percevoir les enjeux aujourd’hui. Le lecteur déjà familier de tout cet arrière-plan pourra se reporter directement aux chapitres 4, 5 et 6, qui proposent des discussions critiques et des analyses plus personnelles, en particulier sur les verbes russe et anglais, tant sur les données elles-mêmes que sur les méthodes d’approche.

3. Plan

14Le plan de cet ouvrage, consacré exclusivement, le lecteur l’aura compris, à l’aspect sémantique ou AsS, sera le suivant :

  • 10 Les États nadmettent pas be V-ing *He is knowing the answer now.

15Dans le chapitre 1, j’explorerai la tradition philosophique et linguistique, depuis Aristote jusqu’à Ryle (1949), Kenny (1963), Vendler (1967), qui lie le verbe à l’expression du temps : le verbe se définit principalement par un schéma temporel qui lui est propre mais que des classes entières partagent. Dans cette classification, certains verbes sont distingués par le fait qu’ils sont téliques (Garey 1957). Cette propriété s’est révélée cruciale pour prédire certaines configurations que d’autres verbes, atéliques, ne partagent pas. Il a alors été question de faire interagir ces deux données, la classe temporelle, rebaptisée « aspectuelle » sous l’influence des travaux sur le slave, et l’(a)télicité, pour proposer un calcul aspectuel dont l’objectif était, par des décompositions en prédicats primitifs, de faire dériver les classes désormais appelées « classes de Vendler » les unes des autres (Dowty 1979). Le problème était que les données de l’aspect grammatical compliquaient la donne et, à mon sens, sapaient les bases mêmes de la réflexion : en particulier, be V-ing, censé distinguer nettement les verbes ayant une structure temporelle interne10 des autres, livrait des résultats paradoxaux pour les verbes téliques d’Accomplissement et d’Achèvement. Est-il pertinent de faire de la télicité un principe classificateur presque absolu si celle-ci peut être tout simplement annulée par be V-ing, pourtant supposé faire la part des choses ? La phrase John is building the house ne devrait pas être énonçable, pourtant non seulement elle l’est, mais elle est même la seule façon de décrire cet événement en anglais dans le présent déictique du discours. C’est le fameux paradoxe imperfectif, qui falsifie le recours systématique à la télicité comme notion primitive, ou tout du moins invite à la raffiner. Un autre philosophe, Davidson, élargissait en même temps l’éventail des primitives, en introduisant l’idée que le verbe traduit d’abord et avant toute autre chose un événement ; sa variable e allait réorienter une partie de la réflexion et permettre, dans un premier temps, une classification des verbes autre que celle de Vendler (Mourelatos 1978, Bach 1981, 1986). Ce chapitre s’achève sur une discussion autour de l’enjeu principal de cette tradition aspectologique : faut-il utiliser les classements ontologiques de Kenny-Vendler directement dans le calcul de l’aspect, qui est une propriété des phrases (Verkuyl 1989) ?

16Après cette exposition, qui concerne surtout l’anglais, le chapitre 2 s’intéressera aux classes sémantiques aspectuelles du russe : après une présentation nécessaire des données saillantes du verbe, je présenterai un modèle de classification sémantique des prédicats du russe (Maslov 1948, Bulygina, Selivërstova 1982). Même si quelques-unes des distinctions opérées par Vendler se retrouvent, deux différences au moins apparaissent : 1) les prédicats statifs sont divisés en deux grandes catégories, les Qualités, hors temps, et les États, dans le temps ; 2) un critère de type « agentivité » ou « contrôle » s’avère déterminant dans la classification et est pleinement assumé par les linguistes russes, ce qui n’est pas le cas chez Vendler. Cependant, le verbe russe a très vite été au centre d’une longue tradition aspectologique, et, m’appuyant sur les travaux de Maslov (1958) et de Veyrenc (1970), je consacrerai une section à l’apparition de la catégorie « aspect », riche d’enseignement. Cette incursion diachronique aura pour objectif de montrer que s’il est vrai que l’aspect grammatical est effectivement né d’une réanalyse des procédés morphologiques dérivationnels, dont la préverbation, il ne se confond pas pour autant avec elle en synchronie ; il y a bien eu réanalyse grammaticale, et non une simple reconduction de distinctions lexicales au niveau grammatical. J’examinerai ensuite les tentatives de toute une génération de linguistes pour adapter les classes vendlériennes au russe. Il ne fait nul doute que cette recherche a conduit à des distinctions importantes entre aspect sémantique et aspect « configurationnel » (Timberlake 1985, Klein 1995), mais elle a aussi constaté que certaines formations échappaient à une classification telle que l’a proposée Vendler. Il a fallu ajouter cer-taines classes à l’inventaire de base (les « Qualités » de Selivërstova 1982, les « Consommations » de Flier 1985), établir des sous-classes au sein des Accomplissements transformés par le morphème imperfectivant (les actions à effet annulable, du type on otkryval okno, « il a ouvert puis refermé la -fenêtre »), etc. : de nombreux arguments, en tous points comparables à ceux utilisés pour l’anglais, ont été avancés pour démontrer la prise en compte nécessaire de l’AsS pour expliquer et comprendre l’AsPdV : des arguments morphologiques (les paires aspectuelles parfaites sont celles où un verbe imperfectif est dérivé par suffixation), sémantiques (certains États n’ont pas de perfectif), arguments que d’autres auteurs, dont Forsyth (1970), Guiraud-Weber (1987), Sobolev (2005), se sont employés à contester systématiquement. Au final, j’aboutis à la même conclusion que pour l’anglais : l’AsS et l’AsPdV interagissent forcément puisque le verbe est concerné dans les deux cas, mais ils ne se confondent pas, et expliquer l’un dans les termes de l’autre est circulaire. Plus intéressante est en revanche l’étude comparée des bases verbales (sans préverbe) du russe et des bases verbales anglaises : une première discussion comparée est proposée entre les verbes rezat′ et cut, qui en dépit de leur équivalence sémantique globale, ne lexicalisent pas le même événement.

  • 11 Traduction du terme anglais coercion (voir la mise au point méthodologique).
  • 12 Pour une définition du terme de quantisation, voir p. 177-179.

17Cette réflexion conduit au chapitre 3 à examiner sérieusement la théorie des deux composants de Smith (1991) qui repose presque exclusivement sur une théorie de la coercition11 des types aspectuels : sous l’influence de tel ou tel opérateur grammatical tensé (be V-ing, have V-en), un verbe change de classe, et, crucialement, c’est en cela que réside la raison d’être des morphèmes -d’AsPdV (Moens et Steeman 1988, de Swart 1998). La coercition est aussi le fait, depuis Vendler, des tests des adverbiaux for x time / in x time, qui font ressortir la télicité ou l’atélicité, c’est-à-dire la propriété aspectuelle fondamentale, du prédicat. Cependant, la coercition induite par be V-ing et par for x time ne livre pas les mêmes résultats (Zucchi 1998) : très souvent, for x time et in x time peuvent s’appliquer aux mêmes prédicats, ce qui conduit à douter de la capacité de ces tests à faire ressortir de façon décisive la télicité (Smolett 2005). De surcroît, en russe, dès que l’on quitte le domaine des exemples fabriqués, on trouve aussi bien le verbe perfectif que le verbe imperfectif avec les équivalents de in x time et for x time, et surtout, même là où les exemples semblent confirmer les données de l’anglais (in : télicité ; for : atélicité), le verbe imperfectif n’est jamais incompatible avec un jugement de télicité : d’un point de vue strictement référentiel, que l’on énonce desjat minut on čistil zuby, litt., « dix minutes il a brossé (IMPERFECTIF) ses dents » ou on vyčistil zuby za desjat minut, litt. « il a brossé (PERFECTIF) ses dents en dix minutes », l’événement est terminé et se solde par des dents propres pour le référent du sujet. Il fallait peut-être donner un contenu plus précis à la télicité : c’est ce que propose de faire le néo-davidsonien Krifka (1998), qui, incluant la -variable e dans ses formules algébriques, asseoit son calcul de la quantisation12 sur l’association homomorphique entre les propriétés quantificationnelles de l’argument distingué (l’objet direct) et les sous-événements (symbolisés par e0en) que dénote le verbe. La télicité est plus strictement exprimée, et l’idée apparaît, formalisée, qu’il existe des arguments distingués dans le marquage de la quantisation : son « thème graduel » deviendra le « thème incrémental » de Dowty (1991). Le russe est particulièrement utile dans l’évaluation critique que je propose de la notion de quantisation (et de son contraire, la cumulativité) : Filip (1998, 2000) relève l’énigme de quantisation fournie par certains préverbes du russe, dont po- et na-, qui, adjoints à une base verbale, dérivent sans ambiguïté un verbe perfectif (guljat′, « se promener », imperfectif → naguljatsja, « se promener tout son saoûl », perfectif) sans le quantiser pour autant : on a donc là des préverbes mystérieux qui n’ont plus leur effet normalement quantisant (télicisant), mais qui au contraire désignent en apparence un événement cumulatif (atélique). Cette discussion permettra de démontrer que le phénomène généralisé de la préverbation en russe, pour être compris, doit être séparé des opérations supposées de quantisation ou de télicisation.

  • 13 Linking.
  • 14 Measuring out.
  • 15 Boundedness.

18Les conditions seront alors réunies pour effectuer le tournant épistémolo-gique majeur concernant la réflexion sur l’AsS. Dans le chapitre 4, je présenterai les éléments qui ont présidé à un renouvellement profond de la réflexion sur la question des classes sémantiques de verbes. Pour l’anglais, les recherches sur les conditions d’« interfaçage13 » entre structure conceptuelle sémantique et syntaxe ont rendu nécessaire l’élaboration de principes autres que la simple énumération des rôles-thêta (rôles-Θ) ; pour l’AsS ceci s’est traduit par la mise au jour de contraintes aspectuelles dans ces conditions d’alignement. Les travaux de Dowty (1989, 1991) sur les proto-rôles, dont le rôle aspectuel de thème incrémental, et ceux de Tenny (1987, 1994), qui par son Hypothèse de l’Interface Aspectuelle a eu l’intuition de faire du calcul de l’aspectualité du VP un des principes régulant l’interface entre structure thématique et projection syntaxique des arguments, ont été décisifs. Approfondissant les travaux pionniers de Verkuyl (1972) sur l’apport de l’objet direct dans le calcul aspectuel du prédicat, Tenny a attiré l’attention sur la propriété aspectuelle de Mesure14 d’un argument distingué (le COD, mais pas seulement) vis-à-vis de l’événement dénoté par le verbe ; ce qu’a permis cette recherche a été la possibilité d’une corrélation systématique entre les propriétés conceptuelles des lexèmes et la composition syntaxique. Certaines alternances argumentales classiques, comme l’alternance spray/load, ont reçu un éclairage aspectuel nouveau. Cette contribution aspectuelle de l’argument interne direct a poussé certains auteurs (Ritter et Rosen 1998) à s’interroger alors sur un rôle aspectuel éventuel de l’argument externe (le sujet). Les linguistes générativistes ont à leur tour tiré parti de cette partition que présupposaient ces travaux entre une partie idiosyncrasique (le sens du verbe) et une partie constructionnelle, fonctionnelle, responsable des propriétés d’interface liées à cet argument distingué. En particulier, Hale et Keyser (1993), Hoekstra (1988, 2000), Mulder (1992), ont apporté une contribution essentielle à notre compréhension des schémas fonctionnels constructionnels dans lequel vient s’insérer le verbe : le verbe lui-même concentre de la syntaxe avant même son insertion dans la computation (Hale et Keyser 1993), et le rôle aspectuel de Mesure de l’objet direct est en fait dû à un schéma de Petite Proposition ou SC dans lequel l’item verbal vient s’insérer. Un même souci a animé tous ces chercheurs, quelle que soit leur option théorique : formuler un modèle d’interface. Ce rôle aspectuel distingué de l’objet direct a également trouvé confirmation dans les travaux de Kiparsky (1998), Kratzer (2004) concernant l’accusatif télique du finnois. Pourtant, pour le russe, ces analyses s’appliquent plus difficilement : l’analyse qui fait uniformément du complément postverbal une SC censée traduire l’information de télicité ou de Mesure se heurte directement au fait que le russe comporte environ vingt préverbes, dont tous ont ou n’ont pas un sens de Mesure, même s’il est vrai depuis longtemps que le lien entre préverbation, perfectivation et objet direct est avéré. À la suite des études de Mulder (1992), Wierzbicka (1988) et Cotte (1998) sur les verbes légers de l’anglais, j’entame une comparaison entre ceux-ci (have a / give a N) et le préverbe le plus répandu, le plus polysémique parce que le plus sémantiquement vide, de tous les préverbes russes, po- (Camus 1998). L’analyse révèle des résultats et des convergences inattendus : po- n’est pas vide de sens, il fait exister spatio-temporellement un événement dans le discours, que cet événement soit un Accomplissement (on postroil dom) ou une Activité (on pokuril). Je suis conduit à revoir définitivement la définition de la télicité et à la distinguer de la propriété de bornage15 (Depraetere 1995).

19Le chapitre 5 est consacré à une étude de l’alternance aspectuelle par excellence, spray/load, en anglais et en russe ; ce sont ces données qui, plus que tout, me conduisent à reconsidérer l’AsS, qu’il n’est décidément plus pos-sible d’appeler ainsi. Non seulement, contrairement à ce qu’on pourrait prédire, plusieurs préverbes (za-, u-, pere-, na-, ob-) semblent utilisés pour marquer formellement cette alternance, mais aucun de ceux-ci n’est spécialisé dans le seul marquage de cette différence censée traduire une opposition de type [+ ou – affecté], [+ ou – holistique], c’est-à-dire aspectuelle (Anderson 1971, 1975, Tenny 1994). Bien au contraire, ces préverbes sont aussi polysémiques que les autres, et n’ont, dans certains de leurs autres emplois, aucune notion d’affecté ou d’holistique attachée à l’objet direct. J’en viens ensuite à présenter les thèses de Dobrušina, Paillard, Mellina (2001) pour les verbes préverbés : aucun préverbe n’est « naturellement » aspectuel ; chaque préverbe a une identité sémantique propre récapitulée sous la forme d’un scénario abstrait ou une Forme Schématique (abrégé en FS), et les notions convoquées utilisent autant l’espace (intervalle) que le temps (actualisation), la déviance, la focalisation sur le résultat, en somme, les notions aspectuelles n’y ont aucun droit de cité. Je termine ce chapitre en réévaluant les enjeux d’un travail sur l’AsS.

  • 16 Root.
  • 17 Template augmentation.

20Le chapitre 6 constitue l’aboutissement de cette réflexion entamée sur l’AsS : les notions primitives invoquées dans la description des lexèmes verbaux doivent être élargies puisque la télicité n’y figure plus en première place. Les acquis de la grammaire cognitive sont mobilisés : Langacker (1982) ainsi que Guéron, dans ses travaux récents sur l’aspect (2002, 2005), ne considèrent comme véritablement pertinente dans une classification sémantique des verbes que la notion de trajectoire spatiale ; le cognitiviste constructionniste Croft (1998), expliquant les principes d’alignement argumental pour les verbes, introduit les notions de chaîne causale et de dynamique des forces entre les participants comme notions primitives. C’est muni de ces « ingrédients » qui ne sont pas aspectuels que je passe à l’examen des modèles défendus par Levin et R.  Hovav (1995, 1998, 2005) et Ramchand (1998, 2004). À la notion de complexité événementielle traditionnelle, qui dénotait chez Pustejovksy (1991) ou Klein (1994), la notion de transition ou de changement d’état, les auteurs pré-citées utilisent une notion qu’elles nomment « quasi-aspectuelle », la notion de complexité (vs. simplicité) événementielle : dans leur optique, est « complexe » un événement dont les sous-événements ne sont pas temporellement alignés ; est « simple » un événement dont les sous-événements sont forcément alignés, simultanés temporellement. Les intuitions de Vendler sont conservées, mais l’usage qui en est fait est profondément modifié. Il n’est plus question de structure aspectuelle mais de « structure événementielle » : plusieurs schémas sont proposés, qui décrivent le mode d’insertion de la racine verbale16 avec son type ontologique et l’information encyclopédique qu’elle intègre, dans des prédicats primitifs dont le nombre s’est singulièrement accru et diversifié depuis Dowty. C’est bien la racine verbale qui est désormais au centre de l’enjeu de classification : les notions que celle-ci lexicalise déterminent les alternances auxquelles elle participe, en particulier ses possibilités de composition syntaxique par augmentation du patron17. Cela implique une vue profondément renouvelée du lexique et permet l’établissement de classes sémantiques de verbes corrélées à leurs possibilités syntaxiques.

21Au final, les enjeux d’une analyse séparée des deux composants, l’AsS et l’AsPdV, devraient être clarifiés.

Notes

1 Voir la mise au point terminologique dans la nomenclature.

2 Idem.

3 L’École de Léningrad –Maslov (1948Bondarko, Isačenko, dans les années 1960.

4 Les travaux de Sigrell (1908), sur le verbe polonais avaient été décisifs. Sigrell utilisait également le terme de Handlungsarten.

5 Les dates ici sont cruciales.

6 Voir la mise au point terminologique, p. 11-12.

7 Respectivement, event structure et event composition.

8 Aspektual′nost′ en russe.

9 La tradition slavistique française a forgé ce terme de « préverbe » (et de « préverbation » pour décrire le phénomène qu’il représente), tandis que l’anglais utilise verbal prefix. J’adopterai dans cet ouvrage le terme de « préverbe ».

10 Les États nadmettent pas be V-ing *He is knowing the answer now.

11 Traduction du terme anglais coercion (voir la mise au point méthodologique).

12 Pour une définition du terme de quantisation, voir p. 177-179.

13 Linking.

14 Measuring out.

15 Boundedness.

16 Root.

17 Template augmentation.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540