Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l’aspect sémantique à la structure de l’évènement

 | 
Éric Corre

Nomenclature et mise au point terminologique

Texte intégral

1. Aspect sémantique ou aspect lexical ?

1Ce livre est consacré à l’aspect du contenu lexical des verbes anglais et russe ; le terme « aspect » est emprunté à la linguistique slave, le mot russe d’origine est vid, « aspect, genre (morphologique) », qui en est venu à désigner le contenu sémantique de l’aspect grammatical, c’est-à-dire l’appariement de deux verbes d’aspect perfectif et imperfectif. Ce concept est ensuite entré dans les langues indo-européennes non slaves au début du xxe siècle (1908). Il se pose un problème de traduction en français. J’adopterai dans cet ouvrage la terminologie de M.  Wilmet (1997 : 312-320) qui, pour le français, distingue deux grands types d’aspect selon des critères formels :

  1. L’aspect sémantique, que les Anglo-saxons appellent situation aspect : il s’agit de la répartition des verbes en « espèces » (Vendler 1957), connue en allemand sous le nom d’Aktionsarten depuis Agrell (1908). Ces phénomènes relèvent du domaine de la sémantique lexicale (lexical semantics en anglais). J’utiliserai donc le terme d’aspect sémantique abrégé en AsS. Pour le russe, le terme consacré est modes d’action (sposoby dejstvija).
    Parfois cependant, on trouve le terme d’« aspect lexical » utilisé dans ce sens (lexical aspect en anglais, mais plus rarement ; on dira plutôt lexical content) ; j’évite cette confusion dans ce livre et m’en tiendrai à l’appellation d’aspect sémantique.

  2. L’aspect formel, ce dernier étant lui-même constitué de l’aspect lexical et de l’aspect affixal.

  • L’aspect lexical est exprimé de diverses façons en français :

  1. coverbal, marqué par des auxiliaires (« venir de »), des verbes caténatifs (« commencer, finir »), etc., et dénotant les phases de l’action (cursif, inchoatif, égressif, extensif, etc.). Pour l’anglais, on se réfère souvent aux travaux d’A. Freed (1978) sur les aspectualizers (ou Verbs of Temporal Aspect) ; C.  Smith (1991), quant à elle, appelle ces verbes (begin, start, go on, continue, keep, resume, stop, finish, etc.) super-lexical prefixes. Dans ce livre, il sera rarement question de l’aspect lexical coverbal ainsi décrit.

  2. adverbial (duratif, fréquentatif, situatif, etc.), exprimé par la combinaison du verbe avec des adverbiaux (« longtemps, pendant x temps, en x temps », etc.). De ceux-ci il sera en revanche beaucoup question ici puisque ce sont là des indices révélateurs, depuis Kenny et Vendler, de l’aspect sémantique des verbes (for x time, in x time).

  • L’aspect affixal a également plusieurs modes d’expression :

  1. il est préfixal (« faire/faire » ; infixal : « chanter/chantonner »), exprimé par des moyens dérivationnels.

  2. il est surtout suffixal : c’est là que l’on trouve les affixes (flexions) de conjugaison, sous forme synthétique (passé simple, imparfait) ou périphras-tique (passé composé), qui traduisent, dans une approche tout à fait traditionnelle, les aspects sécant et global, parfait, résultatif, etc. Pour l’anglais, C.  Smith (1991) a fait de ce type d’aspect son second composant ou second para-mètre de l’aspect, qu’elle a appelé « aspect point de vue » (viewpoint aspect) : il s’agit pour l’anglais des formes simple, progressive, du present perfect, pour le russe, du perfectif et de l’imperfectif. J’y ferai souvent référence, soit sous la forme de l’abréviation AsPdV soit tout simplement par le terme général d’aspect grammatical. C’est cette réalité que recouvre le terme russe vid.

2On voit bien que deux logiques se téléscopent dans ces options terminologiques : soit le marquage formel (morphologique) est mis en avant, soit le marquage sémantique. Depuis les années 1950-1960, les russisants ne désignent plus les phénomènes d’Aktionsart du nom de vid (aspect), mais utilisent soit les termes de « modes d’action » (sposoby dejstvija, Maslov 1948) soit de « modes de réalisation de l’action » (soveršaemost′, Isačenko 1960), qui avec l’aspect (vid) réalisent la catégorie plus large de l’aspectualité (aspetual′nost′) ; l’Américain Forsyth (1970) utilise, lui, le terme de procedural. Même ces termes sont sujets à caution : selon les auteurs, sposoby dejstvija désignera soit l’aspect sémantique (des types de verbes) soit l’aspect lexical (les phases du procès), car en russe l’aspect lexical (au sens de Wilmet) est la plupart du temps directement marqué sur le verbe par une morphologie préfixale (préfixes, suffixes). Sur le plan formel (morphologique), rien ne distingue en russe un verbe d’aspect grammatical perfectif d’un verbe au type sémantique d’Accomplissement (napisat′, « écrire », est un Accomplissement au perfectif) d’une part, d’un verbe à l’aspect lexical extensif-quantitatif (načitat′ knig, « lire un grand nombre de livres ») de l’autre : les deux sont constitués d’un préfixe (ici, na-) et d’une base verbale (pisat′, « écrire », čitat′, « lire »).

3Les choses sont plus nettes en anglais, où l’auxiliation périphrastique permet de prime abord de distinguer assez facilement l’aspect grammatical (affixal) de l’aspect lexical marqué par les aspectualizers (begin, start, keep, etc.). Quant au type sémantique du verbe anglais, il n’a la plupart du temps aucun exposant morphologique transparent : break (Achèvement) et sweep (Activité) sont des unités lexicales monomorphématiques.

4En conclusion, il existe autant de choix terminologiques envisageables qu’il y a de langues avec leurs possibilités morphologiques. Dans cet ouvrage, je vais traiter essentiellement des rapports entre l’aspect sémantique ou « situationnel » (situation aspect), abrégé en AsS, et l’aspect formel grammatical ou aspect point de vue, abrégé en AsPdV, en ayant évidemment recours aux marqueurs d’aspect lexical adverbial au sens de Wilmet (les tests des adverbiaux temporels).

2. Situation

5Dans la littérature anglo-saxonne sur l’aspect sémantique, le terme situation est utilisé pour décrire l’événement extralinguistique que décrit une phrase, principalement le verbe muni de ses arguments et ses adjoints temporels ; une traduction possible en français serait « notion de procès », comme le suggèrent M.-L. Groussier et C. Rivière dans les Mots de la linguistique énonciative (1996). Néanmoins, je choisis pour des raisons de simplicité le terme de situation. Lorsque j’utiliserai le mot français « situation » dans son acception hexagonale, c’est-à-dire situation d’énonciation, que l’anglais traduit généralement par context, je le ferai figurer avec une majuscule à l’initiale (Situation).

3. Choix de rédaction

6Un des objectifs majeurs de cet ouvrage est de rendre accessible à un lectorat francophone l’extraordinaire diversité et richesse de la littérature consacrée à l’aspect sémantique. C’est pourquoi j’ai choisi de traduire toutes les citations d’auteurs ainsi que les termes techniques spécifiques à ce domaine. Un très grand nombre des ouvrages consultés (qu’ils soient écrits en russe ou en anglais) n’ont tout simplement pas de traduction en français ; la plupart des traductions seront donc miennes ; lorsqu’elles seront de traducteurs avérés, je le mentionnerai. L’original anglais sera toujours fourni en notes de bas de page.

7De même, dans le souci de ne pas mélanger les langues, j’opte de traduire au moyen de calques les termes de description des classes verbales (-vend-lériennes ou autres) en français, conscient du caractère parfois maladroit de ces traductions (Accomplissement, Achèvement, etc.).

8Les exemples anglais, contrairement aux exemples russes, ne seront pas traduits en français : je fais l’hypothèse que le lecteur sera suffisamment familier avec la langue de Shakespeare pour comprendre les énoncés.

4. Nomenclature et symboles

9Outre Situation, j’utiliserai la majuscule à l’initiale de certains termes lorsque la discussion portera sur la classification des espèces de verbes (État, Accomplissement, Activité, Achèvement) dont la motivation est essentiellement ontologique (chez Vendler par exemple) ; l’emploi d’une minuscule désignera au contraire une simple notation technique ou une désignation métalinguistique sans aucune visée métaphysique (chez Levin & R. Hovav 1995, par exemple, qui parlent d’« accomplissements dérivés » pour désigner de façon commode certaines constructions verbales).

10Pour les exemples en russe, j’ai choisi d’adopter la translittération des slavistes, la plus courante, celle qui apparaît dans la seconde colonne du tableau fourni en annexe, p. 393. La valeur phonétique approximative des signes translittérés est donnée dans la quatrième colonne.

11Les abréviations concernant les cas morphologiques (russe ou autres langues) seront indiquées en lettres capitales à la police réduite, collées au nom concerné : NOM (nominatif), ACC (accusatif), GÉN (génitif), DAT (datif), INS (instrumental), E (ergatif), A (absolutif). Elles ne seront évidemment présentes que dans les cas où elles offriront un intérêt pour l’analyse des exemples.

12Les notations sous la forme de prédicats primitifs dans les décompositions aspectuelles ou événementielles seront en majuscule, afin de respecter la présentation traditionnelle des auteurs qui les utilisent (ACT, CAUSE, BECOME, etc.) ; il en sera de même pour les invariants abstraits des cognitivistes lorsqu’il sera question des préfixes verbaux (ex : HIDE, COVER, etc.).

  • 1 ■ Théorie des Opérations Prédicatives et Énonciatives.

13Les catégories et fonctions syntaxiques traditionnelles seront notées de façon tout à fait traditionnelle : V pour verbe, COD pour complément d’objet direct, COI pour complément indirect, etc. À partir du chapitre 5, j’adopterai parfois la notation de la TOPE1 : C0 (sujet), C1 (premier complément post-verbal), Ci (autre complément postverbal, indirect).

14J’ai choisi de conserver les abréviations anglaises VP pour verb phrase (syntagme verbal), NP pour noun phrase (syntagme nominal), PP pour prepositional phrase (syntagme prépositionnel), etc., pour deux raisons : 1) elles sont tellement courantes dans la littérature anglo-saxonne qu’elles me semblent transparentes en français ; 2) j’ai voulu conserver l’analogie avec les autres projections fonctionnelles des générativistes (DP, determiner phrase ; TP, tense phrase, CP, complementizer phrase, difficilement traduisibles en français). Pour les mêmes raisons, j’ai adopté SC pour Small Clause afin d’éviter l’écueil que présente la traduction française par PP (« petite proposition »).

15Enfin, les flexions de personne, genre et nombre, aspect, modalité, etc., seront en lettres minuscules : 1sg, « première personne du singulier », ap, « antipassif », tr, « transitif », intr, « intransitif », ind, « indicatif », etc. Toute autre abréviation non répertoriée ici sera explicitée en note de bas de page. Pour ce qui concerne la mention de l’aspect (perfectif ou imperfectif) du verbe russe, elle apparaîtra sous la forme d’un diacritique superscript dans les phrases russes, sur le modèle : verbeP (= verbe d’aspect perfectif), verbeI (= verbe d’aspect imperfectif). Occasionnellement, on trouvera des verbes d’aspect imperfectif second (verbeIS).

16Enfin, GGT sera mis pour Grammaire Générative et Transformationnelle, TOPE pour Théorie des Opérations Prédicatives et Énonciatives.

Notes

1 ■ Théorie des Opérations Prédicatives et Énonciatives.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540