Version classiqueVersion mobile

Le texte hybride

 | 
Dominique Budor
, 
Walter Geerts

Sur quelques généalogies et formes de l’hybridité dans la littérature du XXe siècle

Wladimir Krysinski

Texte intégral

11. L’hybridité s’inscrit dans quelques problématiques discursives. Elle en est même un élément incontournable. Ces problématiques sont suffisamment intenses et complexes pour qu’on prenne quelques précautions oratoires. Je dirai d’emblée qu’il est impossible d’embrasser tous les aspects de l’hybridité que l’on voit inscrite dans le discours littéraire comme dans de nombreux autres discours artistiques. Il y de l’hybridité dans la musique de Schönberg (dans Pierrot Lunaire, par exemple, qui date de 1912) et dans Petrouchka de Stravinski ou dans Hymnen de Stockhausen, tout comme est hybride la peinture de Max Ernst, dans le Merz Opera de Schwitters ou dans les collages de Juan Gris et de Picasso. L’hybridité est également présente dans la poésie, comme dans le “Jabberwocky” que Lewis Carroll a inséré dans Alice de l’autre côté du miroir. Chaque cas mériterait une analyse approfondie. J’irai plutôt dans une autre direction en tâchant de baliser, mais sans conclure, les différents espaces de l’hybridité.

2L’hybridité est un des aspects incontournables du discours littéraire. C’est aussi une des questions centrales des pratiques culturelles, celles-ci étant indissociables de la vie sociale, de la production artistique, de la littérature, et de la langue au sens le plus large. L’hybridité apparaît donc sous plusieurs étiquettes. Elle couvre une zone interdiscursive au croisement de disciplines diverses.

  • 1 Joseph (May) et Fink (Jennifer Natalya) éd., Performing Hybridity, Minneapolis, London, University (...)
  • 2 Op. cit., pp. 9, 25, 156.

32. Saisie dans les différents discours épistémologiques de la littérature et de la culture, l’hybridité évolue depuis ses fonctions littéraires et discursives vers des manifestations que la critique américaine May Joseph appelle « l’hybridité performante » (performing hybridity)1. Nous sommes là en plein territoire politico-culturel. Dans la préface d’un volume collectif, qui regroupe des essais consacrés aux hybridités transnationales et urbaines, May Joseph définit la spécificité performante de l’hybridité comme une méthode qui vise à « subvertir le réductionnisme économique » et à défendre de « nouvelles hybridités culturelles »2.

  • 3 Op. cit., p. 10.

4De façon tout à fait pertinente, May Joseph envisage l’hybridité dans la perspective historique du vingtième siècle, depuis les années vingt jusqu’à nos jours. Cela lui permet de relever différentes formes d’hybridité comme : le métissage et la créolisation dans les Antilles françaises, la “transversalité” chez Edouard Glissant, les ethnopaysages globalisés ou “global ethnoscape” chez Arjun Appadurai, la ruination” chez Michelle Cliff, l’“anthropophagisme” brésilien, la mémoire nomade” chez Assia Djebar, F “hyper-syncrétisme” chez le cubain Antonio Bénitez-Rojo, le “babu english” chez Marlene Nourbese Philip, pour ne mentionner que quelques-unes des esthétiques hybrides que May Joseph appelle encore des « syncrétismes performés »3.

5L’hybridité qui s’inscrit dans la problématique politique de la culture à la faveur de la critique postcolonialiste, se constitue avant tout comme une stratégie discursive. May Joseph présente la question de l’hybridité de la façon suivante :

Le discours de l’hybridité a de nombreux points d’émergence sur la scène internationale. Il émerge au vingtième siècle parallèllement aux nationalismes autochtones dans les colonies francophones, lusophones, ibériques, hollandaises et anglophones. Les discours fondateurs de l’hybridité relèvent des discours anthropologiques et biologiques de la colonisation et de la conquête, mais le geste moderne qui déploie l’hybridité en tant que discours disruptif et démocratique est une expression de la citoyenneté culturelle, un développement anti-impérial et anti-autoritaire. Les antécédents de ce discours ont leur point d’ancrage dans la négociation complexe entre la misère coloniale et les nouveaux sujets historiques de la modernité, à la fois colonisés et colonisants. [...]

  • 4 Op. cit., p. 1.

6L’internationalisme inhérent au discours contemporain de l’hybridité et son énergie mobilisatrice s’ouvrent sur de nouvelles façons de comprendre les pratiques culturelles et politiques.4

7Ces observations concernent aussi la littérature dans la mesure où nous assistons au XXe siècle à une forte décanonisation des discours hégémoniques précoloniaux et coloniaux. Dans cette remise en question des canons, l’hybridité joue donc un rôle tactique.

83. L’objet de mon discours étant les formes et les généalogies de l’hybridité dans la littérature du XXe siècle, je voudrais me concentrer sur certaines œuvres littéraires qui précisément soulignent l’avènement de l’hybridité et les manières dont elle fonctionne.

9L’hybridité est une catégorie que la théorie et la critique littéraires ont empruntée aux sciences naturelles, à la biologie et à la génétique pour être plus précis. Ces sciences s’occupent surtout de l’hybridation. La théorie littéraire en a retenu quelques aspects pour expliquer certains phénomènes d’écriture.

10L’hybridation est définie en termes de mélange, croisement, couplage ou métissage. La sagesse des dictionnaires nous propose des définitions ou des exemples comme les suivants : « Croisement de deux races différentes, hybride » ou encore « Cela tient du roman et du poème ». Si cette dernière phrase peut nous mettre sur la piste d’un discours littéraire hybride, soyons patients et regardons encore du côté des dictionnaires spécialisés de la biologie et de la génétique où apparaît une multitude de termes techniques qui tendent un miroir au discours littéraire et plus largement au discours artistique :

11En anglais, cela donne : « Hybrid. bybrid disgenesis, hybridoma. hybrid-released translation, hybrid-arrested translation, hybrid swarm [swôrm], hybrid vigour (heterosis), hybrid selection, hybrid zone, hybrid sterility, hybrid lethality [létalité de l’hybride] ». Un anatomiste, un entomologiste ou un généticien du discours littéraire pourrait être attiré sinon par tous ces termes du moins par quelques-uns d’entre eux. Ainsi « hybrid swarm » définit la population hybride qui habite autour d’une frontière et qui se caractérise par certains traits spécifiques qu’une autre partie de la même population ne possède pas. La « vigueur hybride » caractérise certains hybrides plus vigoureux que leurs parents. Pour sa part, la « zone hybride » définit une zone géographique où deux populations jadis séparées par des barrières géographiques deviennent hybrides après l’élimination de ces barrières et en l’absence d’isolement reproductif.

12On peut poser que ces trois concepts coïncident par analogie avec les irrégularités du discours littéraire dont la nature possède elle aussi des “populations” hybrides, tout comme des “vigueurs” et des “zones” hybrides.

13Le mélange des genres ou des registres n’est-il pas une caractéristique bien assimilée du discours artistique moderne ? Certes, mais les pratiques littéraires hybrides présupposent des généalogies et des formes d’hybridité qui dépassent les analogies trop faciles et qui risquent de nous engluer dans des métaphores superficielles.

144. Peut-on plutôt parler d’espace iso-épistémique ? Ce serait un espace de pratiques analogiques, un espace qui mettrait en parallèle, d’une part, ce que les sciences naturelles ont codifié en termes d’expériences, de lois, d’explications et de calculs rigoureux, et, d’autre part, ce que la littérature crée en termes d’impropriétés discursives, de mélange de genres et d’écritures hétérogènes.

15Si le postulat d’un tel espace peut paraître abusif, il n’en reste pas moins que l’analogie de certains concepts tout comme la similarité de certaines pratiques donnent à réfléchir et ouvrent de nouvelles avenues de réflexion sur la littérature. Les phénomènes de la culture ne sont pas nécessairement calqués sur ceux de la nature. Pour autant on peut admettre que les phénomènes littéraires perçus dans leur évolution historique donnent à voir des opérations discursives de mélange et de croisement qu’on peut rassembler sous le nom d’hybridité. La compréhension de ces phénomènes exige toutefois des opérations critiques s’exerçant sur l’objet spécifiquement littéraire. Ainsi l’herméneutique de l’hybridité reste à inventer, quitte à tenir la nature à distance.

165. Il y a un demi-siècle une vision de la littérature européenne à l’époque du Moyen Âge nous était présentée. Cette vision possède une pureté téléologique, pour ne pas dire théologique, d’une clarté éblouissante. Ernst Robert Curtius rappelle qu’Homère est le créateur et le fondateur (« heros clistes ») de la littérature européenne. Le principe explicatif de Curtius, c’est la topique, c’est-à-dire la répétition et la permanence de certains topoi qui traversent la littérature européenne et qui lui garantissent une stabilité formelle et thématique.

17Un autre élément fondateur et stabilisateur que fait ressortir la méthode de Curtius, c’est la présence des grandes œuvres littéraires qui existent comme monuments intemporels dans l’ordre historique de la culture européenne.

18Ces monuments ont construit la littérature européenne par le truchement de la fonction fabulatrice, notion que Curtius emprunte à Bergson.

19De sorte qu’Homère précède Virgile, Virgile anticipe Dante, Dante préfigure Shakespeare, Shakespeare laisse entrer Calderôn dans l’ordre culturel diachronique. Tous ces créateurs accomplissent un travail de mise en topique du langage. Ils répètent les mêmes opérations sur le socle thématique qui fixe l’ordre, la loi et la maîtrise de la chaîne évolutive de la littérature européenne.

20Dans cette perspective des topoi, il n’est pas du tout question d’hybridité.

21Au contraire, les œuvres de ces écrivains et poètes sont vues comme des épures. Elles confirment la régularité et la pureté de l’inspiration littéraire européenne.

22Or, il faut admettre désormais que la vision de l’Europe chez Curtius élimine des espaces culturels tout entiers, y compris ceux où le latin fut la langue courante de l’écriture littéraire. Curtius a une vision strictement occidentaliste et religieusement restreinte de l’espace culturel européen. L’Europe de Curtius se limite aux espaces tracés entre Rome et Athènes, Madrid et Cordoue, Paris et Heildelberg, Bâle et Cologne, Florence et Bologne, Strasbourg et Mayence.

  • 5 Curtius (E. R.), La Littérature européenne et le Moyen Âge latin, traduit par J. Bréjoux, Paris, P (...)

23Il est certain que cette vision du Moyen Âge latin est historiquement attestée et que l’Europe pour Curtius signifiait l’Europe Occidentale.5

  • 6 Curtius (E.R.), Essais sur la littérature européenne, traduit par C. David, Paris, Fayard, 1954.

24Au début des années cinquante, Curtius publie Essais sur la littérature européenne où Goethe, T. S. Eliot, Hoffmansthal, Stéphane George, José Ortega y Gasset occupent la place centrale et exclusive6. Mais il n’est toujours pas question d’hybridité. Et pourtant il y a eu des phénomènes artistiques et littéraires marquants qui attestent la fonction cognitive assumée par l’hybridité dans la culture et dans la littérature européennes. Tout époustouflante qu'elle soit, l’érudition de Curtius est un mauvais guide pour quiconque voudrait apprendre la fonction de l’hybridité dans la littérature européenne.

256. Le phénomène marquant, dans l’ordre littéraire européen, c’est la diversité de l’hybridation. Avant même que la modernité ne fasse irruption, l’hybridité agit comme un opérateur discursif de premier ordre. Cet opérateur met en jeu l’hétérogène par l’intermédiaire de formes telles que satura, satire ménippée, silves et algarabie...

26Après le XVIIe siècle où le perspectivisme nominal et ironique de Don Quichotte marque l’avènement de la modernité en offrant au roman sa première matrice narrative, c’est l’anatomie à laquelle, en 1621, Robert Burton donne forme dans son Anatomy of Melancholy qui va jouer un rôle important dans le discours romanesque.

27Il faut maintenant saisir les différents sens de l’hybridité pour pouvoir leur attribuer des fonctions cognitives précises.

28Les frontières temporelles de l’hybridité du discours littéraire sont brouillées.

29Disons que l’hybridité a toujours été là. Aujourd’hui il faut réactiver et vérifier sa dimension cognitive. Autrement dit, la connaissance du littéraire passe par un rappel de l’histoire de ses effets (ce que Gadamer appelle la « Wirkungsgeschichte », ou le « travail de l'histoire »). Les effets de l’hybride sont nombreux et fonctionnels, mais disons que, d’une certaine manière, l’hybridité a façonné la littérature moderne.

  • 7 G.B. Vico, La Science Nouvelle, tr. A. Doubine, Ed. Nagel, Paris, 1953. Voir pp. 329, 337.

30Les remarques de Giambattista Vico sur l’œuvre d’Homère nous donnent à voir une hybridité solidement installée dans le discours du poète grec. Les paramètres critiques de G. Vico qui définissent cette hybridité sont assez précis : changement de registres, inégalité du style, mélange des dialectes et des niveaux de langage7. Ce modèle de l’hybridité va se projeter dans l’histoire de la littérature.

31Voici donc un problème à repenser : l’hybridité ainsi comprise ne serait-elle pas une loi du discours littéraire qui montre ses objets dans toute leur extension cognitive ? Homère nous fait connaître le tout du mythos et du logos. Il doit pratiquer l’hybridité comme condition sine qua non d’une vision à la fois particularisée et globale du monde.

32Les observations de Vico sur Homère s’appliquent à la satire ménippée, tout comme à Rabelais, Cervantes, Pétrone, mais aussi à Sterne ou à Dostoïevski tel que Bakhtine le comprend dialogiquement. Ces observations de Vico s’appliqueraient aussi, toutes proportions gardées, à Arguedas, Gadda, Céline, Guimares Rosa, Savinio, Alejo Carpentier, Claude Simon, Carlos Fuentes ou Günter Grass. Il faut donc essayer d’établir avec précision la généalogie de ce phénomène d’hybridité polydiscursive.

337. Il y a lieu de se demander si The Anatomy of Melancholy préfigure une transformation du roman compris comme une hybridité systématique, que Sterne avec Tristram Shandy et Carlyle avec Sartor Resartus vont pratiquer et que d’autres vont reprendre : Musil, Witkiewicz, Roa-Bastos, Manganelli, Consolo, Glissant, Kundera, Chamoiseau et d’autres encore. Les textes romanesques de ces écrivains laissent entrevoir la diversité et l’extension des opérations d’hybridation. Celles-ci dépassent le cadre strict des couplages ou des mélanges de genres. Chez ces différents romanciers, l’hybridité c’est avant tout l’élargissement des champs d’observation et l’intensification de la quête cognitive. Les modalités en sont très diverses, mais en règle générale il s’agit d’une transformation des langages narratifs et des registres discursifs.

34L’anatomie de Burton est une hybridité qui fonctionne sur le mode du « foisonnement libre et déréglé, d’un inépuisable pouvoir d’invention, mais aussi d’une accumulation qui confine à l’ennui ». À ce propos, Jean Starobinski fait la remarque suivante :

  • 8 Starobinski (Jean), “La mélancolie de l’anatomiste”, in Tel Quel, n° 10, été 1962, p. 21.

Ce livre nous apporte l’un des plus beaux exemples d’un certain style baroque, où la démarche de l'invention est inséparable de celle de la thésaurisation. De là ce mélange de fraicheur et de décrépitude qui, pour nous modernes, fait le charme hybride de ce livre. C’est une somme : toute la “physique”, toute la médecine, toutes les opinions morales, une grande partie de l’héritage poétique de la tradition gréco-latine et chrétienne nous sont ici offerts en citations, en allusions, en commentaires cousus bout à bout.8

  • 9 Op. cit., p. 28.

35Le commentaire de Jean Starobinski porte surtout sur le mélancolique, figure grotesque et burlesque du « diseur de vérité » qui plonge dans le théâtre de soi et qui se fait passer pour Democritus minor. Le critique rappelle en même temps que « de Burton, fellow of Christ Church, à Sterne et à son Yorick, la filiation est directe ».9

368. Ainsi nous entrons dans un champ critique, celui du roman hybride, que Northrop Frye, grand admirateur de l'Anatomie burtonienne théorise de façon originale. L’anatomie signifie pour Frye le roman digressif et hybride. Tristram Shandy en est le paradigme parfait. Pour mieux saisir la méthode de Sterne dans Tristram Shandy, l’opération critique de Frye consiste à substituer à la satire ménippée le terme d’anatomie :

  • 10 Frye (Northrop), Anatomy of Criticism, New York, Atheneum, 1966, pp. 311-312 : « The word “anatomy (...)

Le mot « anatomie » dans le titre de Burton signifie dissection ou analyse, et il exprime très exactement le traitement intellectualisé de sa forme. Nous ferions bien d’adopter ce terme qui remplacerait avantageusement celui de « satire ménippée », terme encombrant et qui parfois même induit en erreur.10

37Pour Frye la notion d’anatomie exprime mieux les traits caractéristiques de l’évolution du roman. Cela consiste à créer des hybrides, à introduire la digression dans le roman à thèse, à mêler le catalogue au débat, le fantastique au réaliste. En somme, c’est le mélange du mode narratif et du mode réflexif, de l’analyse et du grotesque. L’art de Sterne mise sur l’hybridité organique du discours romanesque. Ce qu’on appelle “le shandéisme”, c’est en effet l’art de raconter des histoires qui vont dans tous les sens, des histoires sans queue ni tête – ce que les Anglais appellent des “shagyy dog stories" ou encore des “cock-and-bull stories” –. L’hybridité de Tristram Shandy trouve sa genèse dans la liberté absolue de la parole dont jouit le narrateur. Le bavardage s’allie à la folie raisonnable. Ce roman relève à la fois du grotesque envahissant (« preposterously comic ») et de l’exaspération effrontée (« brazently exasperating »), comme dit Christopher Ricks, un des meilleurs spécialistes de Sterne. Disons alors paradoxalement que le roman de Sterne est une cacophonie polyphonique où se sont logées des voix et des ironies, des blagues et des feintes narratives, des histoires à dormir debout et des réflexions sérieuses. Sur le fond de cette hybridité, le roman de Sterne dessine le modèle par excellence du roman moderne, comme Victor Shklovski ne cesse de le dire dans ses nombreuses célébrations de Tristram Shandy.

  • 11 Consolo (Vincenzo), “Per una metrica della memoria”, in Bollettino ’900, n. 6-11, 1997, pp. 25-29.

389. L’hybridité devient alors une loi du romanesque. Ses sphères d’action tracent des discontinuités discursives, comme autant de variantes. Le roman ne va pas évoluer vers et par un langage qui confirmerait l’analyse que fait Leopardi de la langue française. Cité par Vincenzo Consolo dans un beau texte, “Pour une métrique de la mémoire”11, Leopardi compare l’italien au français :

  • 12 Op.cit., p. 26 : « Il francese tende all’unicità, mentre l’italiano è un complesso di lingue piutt (...)

Le français tend à l’unicité, tandis que l’italien est un ensemble de langues plutôt qu’une langue unique12.

39La langue française, selon Leopardi, s’est géométrisée et cette géométrisation est interprétée comme une supériorité par rapport à l’italien. Mais donnons la parole à Vincenzo Consolo :

  • 13 Op. cit., p. 26 : « Personalmente sacrificherei volentieri la grande ricchezza espressiva della li (...)

Personnellement, je sacrifierais volontiers la grande richesse expressive de la langue italienne pour rejoindre cette géométrisation de la langue française que vantait Leopardi.13

  • 14 Op. cit., p. 26 : « quella geometrizzazione, quel cartesianismo, quella razionalizzazione, quella (...)

40Consolo aligne quatre formules pour exprimer sa fascination devant la grandeur de la langue française : « cette géométrisation, ce cartésianisme, cette rationalisation, cette perte d’infini »14. Procédant à une auto-analyse de son œuvre, Consolo reconnaît que ce que Cesare Segre a appelé la « plurivocità », la plurivocité, sous-tend son écriture qui ne peut pas ne pas être soumise à la loi de l’hybridation. Le destin de la littérature italienne, c’est sa plurivocité.

41L’évolution du roman confirme, aussi bien en France qu’en Italie et ailleurs, qu’on s’est séparé de la géométrisation et du cartésianisme. Le recours de la méthode d’Alejo Carpentier serait le paradigme de cette démarche qui consiste en une polémique ironique et cocasse avec le cartésianisme. Bien avant, la voix de Céline dans Voyage au bout de la nuit, La mort à crédit, D’un château l’autre introduit l’oralité brutale et iconoclaste. Dans les hybrides de Céline, la narration se mêle à des mots vulgaires, à des styles émotifs, à des parataxes massacrant le monde, la bourgeoisie et la langue française géométrisée. Cette hybridité consacre une dynamique romanesque qui dure encore aujourd’hui. Toutes proportions gardées, Savinio, Gadda, Pizzuto, Manganelli, Busi, prolongent cette dynamique, de même qu’en France, Sollers, Guyotat, et jusqu’à un certain point Semprun, surtout dans son Algarabie.

4210. L’évolution du roman est marquée par l’émergence successive et l’organisation polysémique des signes (icônes, index, symboles). En prenant comme base d’analyse la thèse de Barthes à savoir que la littérature est sous-tendue par trois forces décisives : mimésis, mathésis et sémiosis, on pourra vérifier que l’évolution de la littérature dénote une forte tendance à rendre fonctionnels ses langages, ses idiomes, ses signes. Ils sont fonctionnels dans la mesure où ils s’investissent des trois forces décisives de la littérature à la faveur d’une hybridité proliférante.

43Un rapport signifiant reste à établir entre l’hybridité d’une part – sous ses différentes formes : polyphonie de registres, mélange incongru de signes, mélange de genres, essai, récit, parabolisation, poésie, iconisation, polylinguisme – et, d’autre part, les visées cognitives de la littérature.

44Des œuvres multiples entrent dans ces champs problématiques : E. Pound (Cantos), T. S. Eliot (The Waste Land), Joyce (Finnegans Wake), Doblin (Berlin Alexanderplatz), Dos Passos (Trilogy USA), Broch (Les Somnambules, Les Irresponsables), Guimaraes Rosa (Grande Sertao Veredas), Cortazar (Marelle, Ultimo Round), Manganelli (Ildiscorso dell’ombra e dello stemma), Arno Schmidt (Zettels Traum, Scènes de la vie d’un faune), Ignacio de Loyola Brandao (Zéro), Maurice Roche (Codex, Compact), Ducharme (L'Avalée des avalés), Pynchon (V, Gravity’s Rainbow), V. Consolo (Il sorriso dell’ignoto marinaio), Haroldo de Campos (Galaxies).

4511. L’« archéologie du savoir » et la dialectisation des différentes formes de la représentation littéraire nous apprennent que la pratique de l’hybridation relève d’une volonté d’intégrer au corps romanesque de nouvelles quantités de savoir, de nouveaux moyens de représentation qui doivent se mesurer avec la puissance du discours et les positionnements inédits du sens. Est alors hybride tout ce que le discours donne à voir et à penser dans les limites de ses manifestations, dans ses incongruités thématiques et formelles. Ces incongruités travaillent le texte littéraire depuis Apulée et Pétrone. Depuis Rabelais et Cervantes, Diderot et Sterne. Elles se projettent dans le discours moderne.

46Voici un exemple que j’emprunte aux Chants de Maldoror. Dans le “Chant Quatrième”, il est question d’un rêve que le narrateur explique comme ceci :

  • 15 Comte Lautréamont Isidore Ducasse, Œuvres complètes, Les Chants de Maldoror, Poésies, Lettres, Par (...)

Je rêvais que j’étais entré dans le corps d’un pourceau, qu’il ne m’était pas facile d’en sortir, et que je vautrais mes poils dans les marécages les plus fangeux.15

47Dans la modernité, Lautréamont est un des créateurs des hybridités incongrues. C’est grâce à elles que le « parapluie rencontre la machine à coudre sur une table de dissection ».

48Dans la littérature italienne le roman de Savinio qui porte un titre programmatique Hermaphrodito est écrit non seulement en français et en italien, mais à partir d’autres langues, en un mélange où se touchent et s’interposent des acteurs ou des embrayeurs de mélanges et de syncrétismes. Chez Savinio les incongruités fréquentes relèvent d’une hybridité ludique. Voici dans Hermaphrodito ce qui a été écrit en français et en italien, deux langues et deux idiomatiques qui s’entre-réfléchissent comme deux miroirs hybrides.

  • 16 A. Savinio, Hermaphrodito, Torino, Einaudi, 1974, p. 27.

Dans ma tête transparente il se passe un charmant va-et-vient de jolies choses... Joyeux carrousel : mes idées courent au galop, caracolent, et font du steeplechase. [...] Moi, je demeure pantelant, frémissant ; inassouvi, comme l’amant touché par le sublime amour : comme un Tristan !16

  • 17 Op. cit., p. 105.

Oggi provo il bisogno di criticare acerbamente la sbagliata architettura del mio corpo. Ho greve la testa. Mi umilia stranamente lo sentirmi vittima di un cotale idiota accademismo di costruzione. E mi sento vieppiù poco tagliato per siffatti atletismi. [...] Destinato anch’io alla tragedia variopinta dei saltimbanqui. Anche per me stamuta questa folia ove il totemismo fa strage.17

  • 18 Op. cit., p. 243 : « i modi, gli esercizi e i giocchi verbali che ne costituiscono l’ordinario com (...)

49Gian Carlo Roscioni observe que chez Savinio, à côté du plurilinguisme, on trouve « les modes, les exercices et les jeux de mots qui en constituent le complément ordinaire : néologismes, calques d’autres langues, mots hybrides et interférences, formations nouvelles et permutations, graphies étymologiques, et toutes sortes d’amphibologies et de mots d’esprit (j’aime les mots d’esprit, cette forme spontanée de la philologie) »18.

5012. Depuis les années vingt et à l’échelle mondiale, le roman diversifie les hybridités qui deviennent en même temps de plus en plus fonctionnelles et inventives. On peut avancer que l’hybridation des champs narratifs et discursifs se traduit par une véritable révolution romanesque. Le langage du roman se transforme en unités hybrides à fonction ludique.

51Pour en saisir la portée, interrogeons le problème du multilinguisme en tant que superposition expressive de langues, de registres, de styles et de lexiques. Le multilinguisme est un cas particulier de l’hybridation. Il constitue un des aspects de la révolution romanesque. Depuis Ulysse de Joyce jusqu’à Finnegans Wake et, au-delà, jusqu’à Savinio, Gadda, Pizzuto et Manganelli, Sollers, Maurice Roche et Guyotat, le multilinguisme souligne les visées autotéliques du langage romanesque. Le langage devient de plus en plus travaillé par le savoir et l’auto-observation. Les incongruités hybrides entrent de plain pied dans le texte romanesque avec pour conséquence la déstabilisation du langage ou bien le dévoilement de son artifice. La passion de comprendre le monde se traduit par le recours systématique à l’hybride, outil du savoir, du sens et de la représentation.

  • 19 Glasheen (A.), A Second Census of Finnegans Wake, Evanston, Northwestern University Press, 1963, p (...)

52Dans Ulysse et dans Finnegans Wake Joyce déploie des techniques différentes pour des fins différentes. Si Ulysse repose sur une hybridité centrale, paradigmatique et verticale, qui mêle le mythe au récit, Finnegans Wake est un méta-roman qui à la fois se sert du récit narratif, le remet en cause et pousse au paroxysme l’hybridation de la langue. Il faudrait plutôt dire des langues, puisque Joyce utilise soixante-cinq langues. La méthode de Joyce est donc hybride. L’auteur mélange sans cesse cette multitude de langues pour produire une sorte de babélisme ludique. Il s’érige au rang d’un démiurge qui absorberait toutes les perspectives et tous les signes verbaux qui leur serviraient de supports. Mais le multilinguisme de Joyce, ce qu’il appelle « puntomime », dissout l’identité des personnages et des langues. Lorsque Adaline Glasheen demande dans son livre A Second Census of Finnegans Wake : « Who is Who when Everybody is Somebody Else » [Qui est qui quand chacun est quelqu’un d’autre], elle est en peine de trouver une réponse. De même, le lecteur peut se demander : « What is What when everything is something else » [Quoi est quoi quand tout est autre chose]19.

53Les différents avatars du multilinguisme posent le problème de la communicabilité du langage littéraire devenu hybride et combinant plus d’une langue. Le multilinguisme soulève aussi la question de l’ontologie du littéraire.

54Au débouché du moderne, est-ce que la langue aboutit à un simple jeu de miroirs autoréfléchissants ? Est-elle encore capable de reconstruire une éthique de la communication ? Il semblerait que le jeu de Joyce a éventré le référentiel de toutes les prétentions mimétiques. Le ludique est un purgatoire qui ne mène plus au paradis des échanges verbaux. Joyce se présente comme un auteur antidostoïevskien. Il est génialement monologique et homophonique. Il avale le dialogisme de façon tellement radicale qu’en définitive on entend chez lui toutes les langues, mais pratiquement plus aucune. Face à Joyce la vision bakhtinienne du dialogisme paraît un exercice de franche utopie.

55On peut alors se demander si, dans le discours littéraire et méta-littéraire, la méthode hybride ne mène pas à constater que la multiplication des hybrides à partir d’un nombre infini de langues révèle une situation paradoxale, à savoir que les anges ou les monstres langagiers, ces produits verbaux de l’hybridité littéraire n’ont pas de véritable espace de communication. Une fois mélangés, les mots deviennent des objets autonomes, qui échappent à l’entendement commun. Le lecteur peut comprendre l’intentionalité des hybrides, mais il risque de devenir victime de leur hypertrophie.

Notes

1 Joseph (May) et Fink (Jennifer Natalya) éd., Performing Hybridity, Minneapolis, London, University of Minnesota Press, 1999.

2 Op. cit., pp. 9, 25, 156.

3 Op. cit., p. 10.

4 Op. cit., p. 1.

5 Curtius (E. R.), La Littérature européenne et le Moyen Âge latin, traduit par J. Bréjoux, Paris, P.U.F., 1956, p. 10.

6 Curtius (E.R.), Essais sur la littérature européenne, traduit par C. David, Paris, Fayard, 1954.

7 G.B. Vico, La Science Nouvelle, tr. A. Doubine, Ed. Nagel, Paris, 1953. Voir pp. 329, 337.

8 Starobinski (Jean), “La mélancolie de l’anatomiste”, in Tel Quel, n° 10, été 1962, p. 21.

9 Op. cit., p. 28.

10 Frye (Northrop), Anatomy of Criticism, New York, Atheneum, 1966, pp. 311-312 : « The word “anatomy” in Burton’s title means a dissection or analysis, and express very accurately the intellectualized approach of his form. We may as well adopt it as a convenient name to replace the cumbersome and in modem times rather misleading “Menippean satire” ».

11 Consolo (Vincenzo), “Per una metrica della memoria”, in Bollettino ’900, n. 6-11, 1997, pp. 25-29.

12 Op.cit., p. 26 : « Il francese tende all’unicità, mentre l’italiano è un complesso di lingue piuttosto che una lingua sola ».

13 Op. cit., p. 26 : « Personalmente sacrificherei volentieri la grande ricchezza espressiva della lingua italiana per raggiungere quella geometrizzazione che Leopardi lamentava nella lingua francese ».

14 Op. cit., p. 26 : « quella geometrizzazione, quel cartesianismo, quella razionalizzazione, quella perdita di infinito ».

15 Comte Lautréamont Isidore Ducasse, Œuvres complètes, Les Chants de Maldoror, Poésies, Lettres, Paris, Librairie José Corti, 1961, p. 272.

16 A. Savinio, Hermaphrodito, Torino, Einaudi, 1974, p. 27.

17 Op. cit., p. 105.

18 Op. cit., p. 243 : « i modi, gli esercizi e i giocchi verbali che ne costituiscono l’ordinario complemento : neologismi, calchi di altre lingue, composti e incroci, neoformazioni e permutazioni, grafie etimologiche, e ogni sorta di anfibologie e di “freddure” (piacciono a me le freddure, questa parte estemporanea della filologia) ».

19 Glasheen (A.), A Second Census of Finnegans Wake, Evanston, Northwestern University Press, 1963, pp. IX-IXVI.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search