Versión clásicaVersión móvil

Les lyrismes interdits

 | 
Dominique Budor
, 
Denis Ferraris

L'Histoire contre les histoires

Vincenzo Consolo : quelques exemples de lyrisme différé

Jean-Paul Manganaro

Texto completo

1L’œuvre de Consolo débute et s’accomplit sous la poussée d’une très forte aspiration poétique : de la Ferita dell’aprile jusqu’à Lunaria, en passant par Il sorriso dell’ignoto marinaio et Retablo, nous sommes saisis par ce souffle, tantôt inquiétant, tantôt apaisé, d’une mise en forme où ce qui est censé être poétique détermine aussi bien la thématique que l’expression des œuvres. Ce parti pris apparemment extérieur parcourt le travail et la réflexion créatrice, son noyau, et décide l’essentiel de l’œuvre : c’est par cette violence du poétique que Consolo impose sa voix particulière dans le contexte général d’une prose qui naît et se façonne à l’intérieur de la « sicilianitude ».

2On peut toujours faire naître les parcours créatifs à partir d’un pli autobiographique, dans lequel seraient en même temps saisies les influences culturelles et morales des auteurs — et l’ensemble du travail de Consolo se prêterait parfaitement à cette réflexion, tant il contient l’évocation biographique du devenir d’une sensibilité poétique et humaine. Cela, pourtant, n’expliquerait que partiellement la force et la puissance d’une objectivisation de l’œuvre. Il est préférable de partir plutôt de déterminations ou d’hyperdéterminations, pour essayer d’expliquer les puissances d’une œuvre et, à l’intérieur de celle-ci, les replis qui en énoncent les réflexions, les parcours et les aboutissements qui la placent en attente. Nous supposons alors qu’il y a dans cette œuvre un moment différent, un moment où le point de départ semble être infléchi par une réflexion nouvelle, qui la pousse dans des recoins non visibles ou imperceptibles en son début, dans quelques points essentiels de son développement. C’est pour cette raison que nous avons pris soin d’isoler des blocs — ici les quatre premières œuvres —, et des fonctions — spécifiquement celle dite poétique, mais il vaudrait peut-être mieux parler d’une fonction lyrique pour éviter des confusions — blocs et fonctions à travers lesquels il nous semble que l’œuvre annonce ses différents parcours.

  • 1 Nous citerons ces œuvres en italien, étant donné les différences déterminées par la traduction de (...)

3Cependant l’analyse ne concernera ces œuvres que de façon liminaire : elles ne seront ici qu’un point de départ vers les deux derniers travaux de Consolo : L’olivo e l’olivastro et Lo Spasimo di Palermo1. C’est là que, pour la première fois, sont annoncées des attentes de perspectives nouvelles, en termes peut-être de justification — comme si l’auteur se sentait coupable de manquer à un devoir vis-à-vis de ses lecteurs et de lui-même, et qu’il lui fallait expliquer la volonté et la consistance de ce programme nouveau. En ce sens, L’olivo e l’olivastro, de même que Lo Spasimo di Palermo, débutent par des épigraphes très significatives : la première reprend les vers de l’Odyssée qui parlent de l’endroit où Ulysse se cache dès qu’il parvient à la côte phéacienne, un endroit où ni le vent ni le soleil ne pénètrent jamais :

  • 2 CONSOLO (Vincenzo), L’olivo e l’olivastro, 1994, Milano, Mondadori, p. 9.

Ora non puo narrare. Quanto preme e travaglia arresta il tempo, il labbro,
spinge contre il muro alto, nel cerchio breve, scioglie il lamento, il pianto.
Solo può dire intanto che un giorno se ne parti con un bagaglio di rimorsi e pene2.

4Lo « Spasimo » di Palermo redéploie les mêmes intentions, dans une sorte de continuité qui n’est pas thématique mais qui a à voir avec la volonté d’écriture. L’épigraphe reprend ici quelques vers du Prométhée enchaîné d’Eschyle, où il est dit que la narration, ainsi que le silence, est douleur ; par ailleurs, une deuxième épigraphe, dont nous ne citons que le début, pour souligner surtout des récurrences entre ces deux textes, donne l’amorce du récit :

  • 3 CONSOLO (Vincenzo), Lo Spasimo di Palermo, 1998, Milano, Mondadori, p. 9.

Allora tu, i doni fatui degli ospiti beffardi, l’inganno del viatico, l’assillo della meta (nella gabbia dell’acqua, nella voliera del vento hai chiuso i tuoi rimorsi), ed io, voce fioca nell’aria clamorosa, relatore manco del lungo tuo viaggio, andiamo.
Solca la nave la distesa piana, la corrente scialba, tarda veleggia verso il porto fermo, le fantasime del tempo.
La storia è sempre uguale.3

5Continuité de ces épigraphes, continuité thématique puisque, de l’une à l’autre, est dite la douleur des labeurs et des peines, la douleur et la peine de la remémoration et de la narration, au point que « narrer » n’est plus possible ; continuité aussi entre les deux personnages symboliques des citations, Ulysse et Prométhée, tous deux héros de la « connaissance » dans la tradition culturelle ; continuité des constats essayant de définir le programme de l’œuvre à dire. Continuité entre ces deux dernières œuvres dont l’annonce reprend le temps des épopées et des mythes de la culture sicilienne ; discontinuité avec les œuvres précédentes, dont les épigraphes reprenaient des citations d’auteurs situés dans l’époque post-arabe : tels, dans l’ordre, Gismondo Santi et Leonardo Sciascia pour le Sorriso, Jacopo da Lentini et Ducas pour Retablo, auxquels on peut ajouter Shakespeare, qui renvoie d’ailleurs à un texte de Pirandello, pour Nottetempo, casa per casa.

6Pourquoi donner tant d’importance aux épigraphes ? Pourquoi les différencier en époques, et surtout, pourquoi en tirer des constats sur la création ? À la première question il faut répondre par un texte de Consolo de 1996, dans lequel il dit :

  • 4 CONSOLO (Vincenzo), Le epigrafi, Palermo, Sellerio, 1996 ; repris in Di qua dal faro, Milano, Mond (...)

[…] l’epigrafe […] è quanto di più vicino, di più connaturato al testo ci sia. L’epigrafe è sempre di un autore scelto per ammirazione e immedesimazione, è brano, frase di un’opera sotto la cui luce bisogna porre il testo che ci accingiamo a leggere […]4.

7À la deuxième question que nous posions, c’est-à-dire pourquoi faut-il en souligner l’époque, nous répondrons par une autre citation dans laquelle Consolo dessine, suivant en partie Sciascia, des généalogies d’espace et de temps, en fonction desquelles analyser les œuvres des auteurs siciliens :

  • 5 CONSOLO (Vincenzo), Sirene siciliane, Palermo, Sellerio, 1986 ; repris in Di qua dal faro, Op. cit (...)

Ho sempre pensato la letteratura siciliana […] svolgersi su due crinali, su due filoni o terni distinti: quello della storia e quello dell’esistenza (o della natura, o del mito). Filoni che possono grosso modo coincidere con le due parti dell’Isola […], quella occidentale e quella orientale. Voglio dire ora meglio, con una metafora di tipo archeologico, la parte dei reperti sotterranei, immaginando i primi a partire dai più recenti del periodo arabo […] e giù giù quelli del periodo normanno, svevo, aragonese, eccetera; e i secondi, a partire dal periodo bizantino, e quindi romano, greco, e indietro fino ai punti più profondi e insondati del passato, ai più arcaici e indecifrati come i loculi rupestri di Pantalica. Divisione ideale, immaginaria […]. Ideale come la divisione della letteratura o dell’arte che abbiamo tracciato: occidentale ed orientale, storica ed esistenziale, poetico-lirica e prosaica, mitica e razionale, simbolica e metaforica. […] E questa idealità è subito contraddetta fatalmente dalla realtà, da spostamenti di autori da una parte verso l’altra.5

8Si nous nous arrêtons à un premier constat, nous pouvons provisoirement conclure que, en fonction déjà des épigraphes et des amorces narratives, les œuvres de Consolo s’inscrivent tantôt dans un contexte, tantôt dans l’autre, suivant la distribution « idéale » déterminée par l’auteur des lignes que nous venons de citer. Ainsi du Sorriso à Lunaria le développement serait rationnel et historique, les deux dernières œuvres, L’olivo e l’olivastro et Lo Spasimo di Palermo s’inscrivant au contraire dans une sphère existentielle, poético-lyrique, mythique.

***

9Est-ce vraiment ça ? Nous n’en sommes pas si sûrs. En paraphrasant l’auteur, nous préférons dire que cette idéalité est immédiatement et fatalement contredite par la réalité, par le déplacement des œuvres d’un côté vers l’autre. Les récits de Consolo nous semblent puiser à une veine naturelle qui n’a jamais cessé d’être, quels qu’en fussent les déplacements, profondément lyrique, même quand l’œuvre a essayé d’amoindrir cet état de son travail de création ou de le dépasser par le biais d’une volonté de rationalisation. La nature particulière des thèmes narratifs se réalise parfaitement dans l’élan lyrique qui lui est propre : l’énigme sur laquelle se fondent les énigmes multipliées du Sorriso, où la réalité est une donnée fuyante, perçue d’un point historiquement lointain et panoramique, est campée en un paysage d’où surgissent les formes déséquilibrées et anomales d’une autre réalité qui est celle-là même de l’écriture, libérée des contraintes d’une vérification avec l’élément réaliste.

10Ce plissement du réel est un chemin souvent emprunté par des auteurs siciliens, Pirandello entre autres — ou d’abord, puisqu’il en fait une théorie —, chez qui il n’y a pas d’adéquation possible entre la multiplicité des apparences proposées par les mondes psychiques et l’unicité équivoque de l’apparence des réalités contingentes. Pour revenir à Consolo, dans Retablo, l’emportement schizophrénique apparent du personnage narrant révèle, bien plus qu’un malaise, la puissance, inhérente à la rêverie, de se transformer en chant, en opportunité lyrique, selon une tradition mariale bien établie et qui aurait donc à voir, sur le plan du rendu lyrique, avec les motifs de la kyrielle, de la litanie ; celles-ci serviraient à illustrer cette dichotomie entre réalité et écriture, un lieu de l’entre-deux comme moment essentiel où les barrières dressées par ce qui peut être pensé et dit sont brisées par l’écriture, par une liberté et presque une impudicité de ce que peut l’écrit.

11Si dans cette première phase l’auteur semble recouvrer une sorte de bonheur lyrique en tant que liberté de pensée et d’expression, à l’intérieur d’un champ multiple de révélations — révélation des mystères sensitifs d’une enfance et d’une adolescence qui semblaient perdues dans La ferita dell’aprile, révélation psychique des énigmes dans le Sorriso, révélation affective de l’élan amoureux et des mots par lesquels il se réalise uniquement sur la page dans Retablo, révélation enfin d’une certitude poétique qui devient gnose —, dans sa deuxième phase qui est précisément celle de L’olivo e l’olivastro et de Lo Spasimo di Palermo, l’heur et le bonheur poétique s’est transformé en l’accablement douloureux de celui qui ne retrouve sur son parcours que les malheurs d’une histoire dont il aurait essayé de se défaire en vain. Ne restent alors de cette histoire, forcément ancienne, que les oripeaux muets et exsangues que seule la parole peut faire revivre, mais que ne recouvre plus aucune réalité, sauf celle, amère, du constat, d’une écriture qui se fait constat.

12Consolo est allé loin dans sa définition critique de cette seconde phase, l’analysant à travers de nombreux textes en relation non seulement avec la fonction de l’écrivain au sein d’une société dont il essaie de suivre les parcours, mais aussi avec les possibilités créatives découlant de ce premier constat qui vaut ici comme réflexion et travail sur l’état des lieux. Cette élaboration critique ne s’est certes pas faite en une ou deux saisons : c’est une longue, lente appréhension des choses — écriture parallèle à l’écriture narrative, a-t-il pu dire —, mûrie au fil des événements civils et politiques qui ont traversé l’histoire de l’Italie à partir de la fin des années 70, à partir de l’histoire qui commence après l’affaire Moro et conduit idéalement aux années 80, c’est-à-dire aux affaires qui révèlent les détresses de la magistrature sicilienne et ses martyrs officiels — Chinnici, Falcone, Borsellino. Et pourtant, même dans son phrasé critique, Consolo retrouve, comme une nature dont il ne saurait se défaire, les accents d’une très perçante tonalité lyrique :

  • 6 CONSOLO (Vincenzo), L’enorme realtà, “Art e Dossier”, Firenze, Giunti, dicembre 1991, repris in Di (...)

Ci sono giorni d’inquiete primavere, di roventi estati, in cui il mondo, privo d’ombre, di clemenze, si denuda, nella cruda luce, appare d’una evidenza insopportabile.
È allora la visione dello Stretto delle Crocifissioni di Antonello. È l’agonia spasmodica, l’abbandono mortale dei corpi sospesi ai pennoni; è il terreno sparso d’ossa, teschi, ove il serpe scivola dall’orbita, campeggia la civetta.6

13Le lyrisme a été différé — peut-être déplacé, dans le sens où il a changé de support intentionnel, se déployant à partir d’une image poétique et créatrice, ici un tableau d’Antonello qui joue comme référent-référé et clôt d’apparentes antithèses dialectiques. Nous préférons pourtant garder cette notion de dijfération qui joue sur le temps poétique plutôt que sur son espace, comme s’il se déterminait une mise en attente, du lyrisme précisément, renvoyé aux temps d’un autre « bonheur », lui aussi en attente de perception. Le lyrisme a été différé dans ses possibilités mallarméennes de clarté hasardeuse — dans ce sens, il y a une « clarté » poétique qui n’a rien à voir, ni à faire, avec la clarté historique ou rationnelle ou réaliste —, dans son renvoi immédiat aux perceptions du lecteur : le phrasé court sur des longueurs et des temps différents, il a perdu la plupart de ses mises au point verbales, faction n’est plus que pur concept ou affect, une véritable immanence du récit sans histoire, ou alors une histoire comme peau dont il faut se libérer pour en recouvrir une ultérieure, à venir, dont il est nécessaire d’attendre l’épiphanie révélatrice. C’est à une poétique différée du fragment, sans doute le plus précieux en même temps que le plus précis, que se voue Consolo, rejoignant dans cet acte une actualité inscrite dans la poétique italienne contemporaine : os de seiche et tourmentes de Montale, fragments rebaptisés de Luzi, toute une poétique de cassures et déchets, poétique de la ruine, de l’épave telle qu’elle fut inaugurée par Baudelaire, dans sa redéfinition du « moderne » comme entité non-héroïque et destructrice.

14D’où, chez Consolo, l’extrême théorisation de l’impossibilité du romanesque. Sans doute il n’est pas le premier dans cette posture qui mime le silence, qui crée une poétique du silence, et du Phèdre de Platon, aux Sepolcri de Foscolo, jusqu’à Silence de la mer de Vercors, nous sommes traversés de textes qui n’arrêtent pas de dire, avec des intentions différentes, cet espace spécifique de la parole écrite comme lettre morte. C’est d’abord à partir d’un constat social, culturel et politique que Consolo la théorise :

  • 7 CONSOLO (Vincenzo), Uomini e paesi dello zolfo, Roma, Edizioni Lavoro, 1985, repris in Di qua dal (...)

Gli uomini della zolfatara hanno operato une rivoluzione (o involuzione: giudichi ognuno come vuole) culturale, in ogni caso una rottura con quella che era l’arcaica, tradizionale cultura contadina.7

15Mais c’est aussi à partir d’une réflexion sur la condition créatrice de l’écrivain ; ainsi, en parlant des « Fasci siciliani » et de la répression qui s’ensuivit, il dit :

  • 8 CONSOLO (Vincenzo), Ibid., pp. 27-28.

In questo scorcio di fine secolo era veramente avvenuto, in Sicilia, dopo secoli, qualcosa di straordinario, qualcosa che era stato pagato duramente, ma che profondamente aveva cambiato le coscienze. E questo qualcosa, questo snodo repentino e vasto nella storia siciliana, dovuto ai Fasci, investe anche il problema fondamentale dello scrivere, e dello scrivere romanzi. I quali, spesso, nelle forme più alte, sono frutto di una lenta sedimentazione nella memoria dello scrittore e quindi sono fatalmente, per loro natura, scritti con gli occhi rivolti al passato, riflettono una realtà che sta dietro il presente (è solo la metafora, il narrare metaforico che riattualizza il romanzo, e spesso lo fa essere prefiguratore del futuro). Gli avvenimenti storici improvvisi e radicali spiazzano spesso il romanzo, lo datano e lo arretrano.8

16Et encore, en parlant du détroit de Messine, sur un thème qui investit et globalise toutes les histoires d’émigrations, puis de retours possibles ou impossibles :

  • 9 CONSOLO (Vincenzo), Vedute dello Stretto di Messina, Palermo, Sellerio, 1986, repris in Di qua dal (...)

Allora per noi diventa quel braccio di mare, quel fiume salmastro, il suo mito, la metafora dell’esistenza: lo stretto obbligato, il tormentato passaggio in cui l’uomo può perdersi, può perdere la ragione, imbestiandosi, o la vita contro lo scoglio o dentro il vortice di una natura maligna, mostruosa e feroce; o salvarsi, uscire dall’orrido caos, dopo il passaggio cruciale, e approdare nell’Itaca della realtà e della storia, della ragione e degli affetti.
Una metafora anche diventa lo Stretto di quel che riserva la vita a un uomo nato per caso in Sicilia: epifania crudele, periglioso sbandare nella procella del mare, nell’infernale natura; salvezza infine possibile, dopo molto travaglio, approdo a un’amara saggezza, a una disillusa intelligenza.9

***

17Sur ce lieu, celui de l’histoire et de la conscience civile, de l’engagement en quelque sorte, il faut peut-être chercher le point ou le moment dans lequel la différation lyrique se constitue comme moment d’attente ou d’entre-deux. Annoncée par l’ánghelos, sur des cadences d’hexamètres, c’est une nouvelle réflexion poétique qui est déclarée dès L’olivo e l’olivastro. Dans ce récit de reconnaissance, de ricognizione, de répertoriage d’un présent ruine a travers un passé enfoui et tout aussi ruiné, on nomme les choses avec des mots qui raréfient le sens : et pourtant, tout y est dit sur le mode de l’accusation civile. Reconnaissance d’autant plus historique qu’elle est d’emblée placée sous les signes géographiques, d’une géographie qui se fait histoire, comme si la première voulait la seconde, la constituait, lui donnait un corps et des sons pour la dire : rappelons encore une fois les nombreuses pages de Consolo autour de l’écueil de Scilla et des tourbillons de Cariddi, de Scill’e Cariddi, selon la formulation de Stefano D’Arrigo dans Horcynus Orca, réunissant les deux lieux en un seul nom, où l’un est l’autre, et confère aux hommes qui l’habitent, avant même leur naissance, la plongée dans le mythe en guise d’âme. On retrouve ce motif chez Pirandello lorsqu’il évoque le lieu de sa naissance, ce Kaos — et Consolo, avec Sciascia, le souligne et le reprend plusieurs fois : c’est que, depuis Empédocle, la puissance du thème mythique, la houle du mythe, est reprise par les auteurs siciliens, peut-être parce que le mythe, qui ne s’inscrit pas dans l’histoire, mais dans les récits et dans la géographie qui les fonde, aussi incertain soit-il, a la même valeur, dans cette terre, que le péché de l’origine ailleurs : il instaure la faute reliée à un Paradis perdu.

18Avec L’olivo e l’olivastro, cette différation poétique, longuement préparée, se déclare enfin : le lyrisme de la connaissance existentielle n’est plus possible ; à sa place, une poétique du nóstos, du retour, d’un retour éternel qui, depuis l’Odyssée d Homère, ne cesse de dire les tourments d’un choix pris entre les promesses d’une vie divine ou éternelle et la réalité de ce qui a lieu. La promesse toujours trompée — quelle qu’elle soit, d’où qu’elle vienne — est au centre de ce texte par lequel celui qui narre se dépouille même de son titre d’auteur pour s’engager dans celui de cantastorie, celui qui transforme le petit événement d’histoire, qui risque d’être oublié par tous, en mythe et légende populaire.

19Le processus de démarcation et de recodage poétique est encore plus voyant dans Lo Spasimo di Palermo. Si l’aptitude au poétique a eu un lieu, si ce lieu a été la Sicile dans les temps multiples de son histoire — et Consolo, de Cielo d’Alcamo à Lucio Piccolo, redit toujours jusqu’aux fondations les plus secrètes de cette poésie —, si l’auteur a pu être un temps inspiré par les mêmes Muses invoquées par Homère, ce lieu semble maintenant avoir disparu de sa géographie poétique : les formes qui président aujourd’hui à sa recherche, évoquées au début du roman, sont désormais l’ermite, le reclus, l’exilé, surgissant comme les lames d’un nouveau jeu dans cette poétique du retour.

20Retour sur les lieux, mais surtout sur les reflets de la vie qui n’a pu être vécue par les individus, car elle a été bouleversée par une histoire qui n’est pas la leur, dans laquelle ils ne se reconnaissent pas : surgit le motif des écrivains siciliens confrontés aux croisements politiques et aux tensions qui les obligent à quitter file, en y abandonnant un idéal ailleurs irrécupérable. Et surgit la confrontation biographique de l’auteur comparant sa vie avec celle de Renzo Tramaglino, dans les Promessi Sposi, obligé lui aussi à quitter les lieux de sa vie. Mais le motif est ravageur chez Consolo, et il souligne parallèlement l’impossibilité d’écrire, signifiant ainsi la double mort de l’homme et de l’écrivain. C’est dit dans Lo Spasimo à plusieurs reprises, comme une compulsion réitérative :

  • 10 CONSOLO (Vincenzo), Lo Spasimo di Palermo Op. cit., p. 53.
  • 11 CONSOLO (Vincenzo), Lo Spasimo di Palermo, Op. cit., p. 66.

Aveva tentato infinite volte la scrittura, lettere memorie resoconti, ma l’orrore nasceva puntuale per quell’ordine assurdo, quel raggelare la ferita, quella codificazione miserevole dell’assenza prima e poi assoluta, dell’improvviso vuoto, dello sgomento fisso.10
[…] i libri suoi, storie perenti, lasche prosodie, tentativi inceneriti, miseri testi della sua illusione, del suo fallimento.11

21et plus explicitement :

  • 12 CONSOLO (Vincenzo), Lo Spasimo di Palermo, Op. cit., p. 105.

Aborriva il romanzo, questo genere scaduto, corrotto, impraticabile. Se mai ne aveva scritti, erano i suoi in una diversa lingua, dissonante, in una furia verbale ch’era finita in urlo, s’era dissolta nel silenzio. Si doleva di non avere il dono della poesia, la sua libertà, la sua purezza, la sua distanza dall’implacabile logica del mondo. Invidiava i poeti, e maggiormente il veneto rinchiuso nella solitudine d’une pieve saccheggiata […]12.

22Le besoin d’écrire, souvent évoqué pourtant dans le roman, est phagocyté par le motif nihiliste de l’impossibilité de l’écriture, et fonde la comparaison avec d’autres écrivains :

  • 13 CONSOLO (Vincenzo), Lo Spasimo di Palermo, Op. cit., p. 88.

« Altri riescono, e assai felicemente… il castoro ligure, il romano indifferente, l’amaro tuo amico siciliano… »
« Hanno la forza, loro, della ragione, la chiarità, la geometria civile dei francesi. Meno, meno talento, e poi mi perdo nel ristagno dell’affetto, l’opacità del lessico, la vanità del suono… »13.

  • 14 Cf. CONSOLO (Vincenzo), Letteratura e potere, Palermo, Sellerio, 1979 ; repris in Di qua dal faro, (...)
  • 15 Cf. CONSOLO (Vincenzo), Le epigrafi, Palermo, Sellerio, 1996 ; repris in Di qua dal faro, Op. cit. (...)

23Mais la question véritable ne réside pas dans l’incapacité à peine décrite : en effet, le problème est supposé par les déterminations politiques et sociales qui, à des moments précis, imposent d’autres lois et transforment ainsi l’écriture : d’homme de lettres, l’écrivain devient intellectuel, dit Consolo en citant Zola et Barthes14. De même que, dans un texte de 1996, il explique sa différence avec Calvino et Sciascia : chez le premier la foi dans l’affabulation, dans le conte, dans sa valeur absolue comme instrument unique de perception et de connaissance du monde, de lutte contre la mélancolie et la pétrification, cette foi demeure constante, désespérément ferme, en un lieu et en un temps où les athéismes oppressifs et dévastateurs sont en train de la bannir ; et de cette foi découle sa recherche continue de sentiers nouveaux, de pistes et de territoires nouveaux. Chez Sciascia, plus laïc, à cause d’un arrière-plan sicilien qui devient paradigme, noyau métaphorique, l’histoire est plus dramatique et la réalité plus atroce, et l’auteur finit par perdre, au fur et à mesure, sa foi dans l’affabulation, l’espoir en une survivance et une répercussion du conte et, après avoir renversé et donc détruit un mode narratif accepté et fonctionnel comme le roman policier, il finit par déplacer le texte, par changer le récit en parodie, en « essayisme », par le pousser vers les seuils, vers la citation, la remémoration de la littérature, la grande littérature d’autres temps et d’autres contextes, ciel de vérité recouvrant un monde, tout cela contre une histoire de mensonges et de défaites, d’offenses envers l’homme15.

24Entre ces deux voies se situe la problématique actuelle de Consolo, dont nous retiendrons, malgré ce qu’il en dit, la volonté et la force poétiques ; et d’ailleurs, qu’il n’y ait, dans l’expression actuelle, que la mise en attente d’un mode lyrique plus consonant à une nature qui aspire à un accomplissement heureux de sa forme, il le dit lui-même :

  • 16 CONSOLO (Vincenzo), I ritorni, “Quaderni dell’Università di Padova”, Padova, 1997, repris in Di qu (...)

Crediamo che oggi, per la caduta di relazione tra la scrittura letteraria e la situazione sociale, non si possano che adottare, per esorcizzare il silenzio, i moduli stilistici della poesia; ridurre, per rimanere nello spazio letterario, lo spazio comunicativo, logico e dialogico proprio del romanzo.16

25En attendant, on ne peut que souscrire à l’image d’un silence chargé de sons, tel que l’évoque Giuseppe Tomasi di Lampedusa :

  • 17 LAMPEDUSA (G.T. DI), La sirena, Milano, Feltrinelli, “Universale Economica”, 1993, p. 123.

[…] la verità era ben più in fondo, nel cieco muto palazzo di acque informi, eterne, senza bagliori, senza sussurri.17

Notas

1 Nous citerons ces œuvres en italien, étant donné les différences déterminées par la traduction de l’œuvre en français.

2 CONSOLO (Vincenzo), L’olivo e l’olivastro, 1994, Milano, Mondadori, p. 9.

3 CONSOLO (Vincenzo), Lo Spasimo di Palermo, 1998, Milano, Mondadori, p. 9.

4 CONSOLO (Vincenzo), Le epigrafi, Palermo, Sellerio, 1996 ; repris in Di qua dal faro, Milano, Mondadori, 1999, pp. 200-201.

5 CONSOLO (Vincenzo), Sirene siciliane, Palermo, Sellerio, 1986 ; repris in Di qua dal faro, Op. cit., pp. 178-179.

6 CONSOLO (Vincenzo), L’enorme realtà, “Art e Dossier”, Firenze, Giunti, dicembre 1991, repris in Di qua dal faro, Op. cit., p. 271.

7 CONSOLO (Vincenzo), Uomini e paesi dello zolfo, Roma, Edizioni Lavoro, 1985, repris in Di qua dal faro, Op. cit., p. 19.

8 CONSOLO (Vincenzo), Ibid., pp. 27-28.

9 CONSOLO (Vincenzo), Vedute dello Stretto di Messina, Palermo, Sellerio, 1986, repris in Di qua dal faro, Op. cit., p. 68.

10 CONSOLO (Vincenzo), Lo Spasimo di Palermo Op. cit., p. 53.

11 CONSOLO (Vincenzo), Lo Spasimo di Palermo, Op. cit., p. 66.

12 CONSOLO (Vincenzo), Lo Spasimo di Palermo, Op. cit., p. 105.

13 CONSOLO (Vincenzo), Lo Spasimo di Palermo, Op. cit., p. 88.

14 Cf. CONSOLO (Vincenzo), Letteratura e potere, Palermo, Sellerio, 1979 ; repris in Di qua dal faro, Op. cit., p. 192.

15 Cf. CONSOLO (Vincenzo), Le epigrafi, Palermo, Sellerio, 1996 ; repris in Di qua dal faro, Op. cit., pp. 199-200.

16 CONSOLO (Vincenzo), I ritorni, “Quaderni dell’Università di Padova”, Padova, 1997, repris in Di qua dal faro, Op. cit., p. 145.

17 LAMPEDUSA (G.T. DI), La sirena, Milano, Feltrinelli, “Universale Economica”, 1993, p. 123.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search