Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une sociologie historique de la quantification

 | 
Alain Desrosières

Chapitre 15. L’ingénieur d’État ou le père de famille : Émile Cheysson et la statistique1

Texte intégral

  • 1 Communication pour le Colloque Émile Cheysson, ingénieur social, Le Creusot, 26 janvier 1985.
  • 2 Cette étude trouve place dans une recherche sur l’histoire sociale des formes et des techniques de (...)

1Ce n’est qu’au cours de la première moitié du xxe siècle que le travail statistique est devenu une activité professionnelle, exercée par des agents dotés de positions institutionnelles bien définies, mettant en œuvre un outillage propre diffusé à travers un enseignement spécifique. Tout au long du xixe siècle, le discours sur la statistique a été tenu en général par des professionnels d’autres activités qui, avec des ressources différentes, ont tenté de penser des totalités, de formuler des régularités et d’édicter des lois : mathématiciens comme Fourier et Dupin, astronomes comme Quetelet, médecins comme les Bertillon, universitaires comme Levasseur, ou enfin ingénieurs comme Le Play et Cheysson2.

2La faible autonomisation des positions professionnelles allait de pair avec le faible établissement des technologies et des formes mises en œuvre : celles-ci étaient le plus souvent liées de façon ponctuelle et assez lâche à des discours moraux, politiques ou gestionnaires, sans que les rhétoriques proprement statistiques ne semblent très exigentes, par les mises en relation internes ou les essais d’explication. De ce point de vue, l’activité statistique importante d’Émile Cheysson (1836-1910) est très significative.

3Il est un représentant typique de cette dernière génération de statisticiens « amateurs » antérieure au xxe siècle. « Amateurs » ne signifie pas ici que cette activité soit peu sérieuse, mais non autonomisée en tant que telle. Bien qu’il ait frôlé quelques-unes des, innovations majeures du siècle suivant, Cheysson est resté profondément tributaire de modes de pensée du xixe et même du xviiie siècle, de Le Play bien sûr dont il perpétue les monographies, mais aussi de Quetelet dont il reproduit fidèlement les formulations sur la moyenne.

4Ses interventions statistiques sont toujours orientées vers des fins pratiques ou morales, et ne visent pas à construire des méthodes ou des outils quantitatifs neufs. Pourtant la spécificité de sa position, à la fois haut fonctionnaire soucieux de mettre en place une statistique d’État, et héritier intellectuel de Le Play et de ses monographies le conduit à plaider pour la complémentarité des approchés extensives et intensives et devrait le pousser à s’interroger sur leur articulation. Mais il s’agit plutôt du collage volontariste de deux techniques, inscrit dans un propos politique plus vaste visant à associer l’initiative privée ou associative dont la monographie est un outil privilégié, et l’action plus large de l’État, nécessaire dans dés limites précises : à ce point de vue, les contradictions ou les paradoxes apparents du discours statistique de Cheysson ne peuvent être isolés de ses visées politiques, et plus généralement du ralliement de fait à l’ordre républicain, d’un courant catholique conservateur resté attaché à la défense des prérogatives de la famille face aux initiatives étatiques (Savoye, 1981). Et c’est bien parce que le langage statistique n’est pas encore autonomisé et technicisé et est directement dominé par le langage politico-moral, que les incohérences apparaissent aussi visibles à des gens du xxe siècle accoutumés à des connexions plus standardisées dans la rhétorique de la preuve.

5De fait l’étrangeté l’apparente de l’activité statistique de Cheysson provient de son souci d’articuler deux ordres de discours aujourd’hui tenus dans des lieux très différents : celui de l’ingénieur d’État d’une part, celui du conservateur catholique éclairé de l’autre. Il constitue à ce titre un prédécesseur remarquable des ingénieurs catholiques des années 1930 qui, en se pensant en tant que groupe dont la spécificité est justement de revendiquer technicité, responsabilité sociale et autonomie par rapport à l’État ou aux organisations patronales et ouvrières, ont contribué à faire émerger la catégorie de « cadre » (Boltanski, 1982). Ainsi Cheysson et Lamirand, une des figures marquantes de ce groupe, ont tous deux écrits des textes portant le même titre : « Le rôle social de l’ingénieur ». Une fois que la fusion des deux discours technique et moral est faite et est devenue le propre d’un groupe social, celui des cadres, elle n’a plus rien d’étrange

6Mais, auparavant, les diverses activité statistiques de Cheysson peuvent apparaître comme un « bric-à-brac » dont on ne peut trouver l’unité que dans cette figure sociale à l’invention de laquelle Cheysson participe et qui, dans sa forme ultérieure, aura finalement pu laisser tomber certains éléments du collage, comme la pulsion monographique leplaysienne, ou l’apologie de la moyenne assimilée à la vertu, héritée de Quetelet. Il est donc nécessaire de présenter un inventaire sommaire des facettes de cette activité multiforme, pour en chercher les fils conducteurs. On peut les regrouper en trois rubriques dont la première seule correspond à une pratique directement opératoire : travail institutionnel, propagande et projets pour des monographies, discours « scientifique ».

7Pendant toute la période d’activité de Cheysson, se constituait, dans un contexte intellectuel tout différent, l’école française de sociologie autour de Durkheim. Il a semblé intéressant de confronter, dans quelques cas, les problèmatiques et les formulations de l’un et de l’autre qui, au-delà des oppositions évidentes, présentent néanmoins certaines analogies

GÉOMETRIE DESCRIPTIVE ET STATISTIQUE SOCIALE

8Décrire le monde, c’est, en le plaçant à l’extérieur de soi et en le rendant visible à d’autres, se donner le moyen d’agir sur lui et d’agir sur les autres en leur proposant les itinéraires possibles.

9L’ingénieur du xixe siècle est géomètre. Durant ses années d’études, il a consacré beaucoup d’heures à dresser des épures de géométrie descriptive : des volumes complexes sont projetés sur des plans horizontaux et verticaux, et l’apprenti ingénieur doit construire les projections des intersections de ces volumes. Cet exercice a constitué, jusqu’au milieu du xxe siècle, une des épreuves importantes du concours d’entrée à l’École polytechnique. L’élève apprend ainsi à réduire et maîtriser une complexité codée afin de construire un espace dont d’autres pourront se servir : des ponts, des canaux, des chemins de fer, des tours Eiffel.

  • 3 L’importance de la géométrie descriptive dans la formation du mode de penser des ingénieurs du xix(...)

10Ce modèle de l’ingénieur géomètre éclaire le cheminement qui a conduit Cheysson de la géométrie à la statistique. Tourmenté par la question de la maîtrise du monde social, il a contribué à établir ces épures sociales que sont les statistiques graphiques ou les monographies, et le réseau des institutions, publiques ou privées, susceptibles de réaliser ces projections, verticale du point de vue de l’État, ou horizontale, du point de vue d’une famille, d’un atelier ou d’une commune3.

11Né en 1836 et fils d’un juge au tribunal de commerce de la Seine, Emile Cheysson entre à l’École polytechnique en 1854 et en sort dans le Corps des Ponts. Le début de sa carrière est consacré aux travaux publics : régularisation du cours de rivières, adductions d’eau, construction de voies ferrées. En 1867, Le Play (X-Mines, 1806-1882) l’associe à l’organisation de l’Exposition Universelle : c’est à ce moment qu’il devient son disciple et s’initie à son programme de monographies.

12Chargé de la mise en place des objets présentés à l’Exposition, il conçoit une distribution concentrique de l’espace, très remarquée par sa rationalité géométrique, significative du besoin de mise en ordre logique et exhaustive : les nations se répartissent entre des secteurs découpant une surface circulaire, tandis que les domaines d’activité se succèdent le long de cercles concentriques de rayons croissants. On peut ainsi cheminer simplement soit à l’intérieur d’une nation, en partant du centre, soit dans un domaine, en faisant le tour d’un cercle. Cette dernière forme ronde complique bien sûr le problème de la transmission de la force motrice nécessaire aux machines présentées, mais permet à Cheysson d’imaginer un ingénieux système à chevilles et cardans résolvant cette difficulté. Ainsi il frappe l’imagination par une forme élégante et mémorisable, et il la met en mouvement par une construction originale impliquant à la fois le système global et chacune de ses parties. L’ingénieur social cherchera de même à décrire et à mouvoir un espace convenablement maîtrisé.

  • 4 Il s’éclipse à Versailles le 18 mars et refuse de rendre le même service aux Communards assiégés à (...)

13Après avoir non moins brillamment résolu le problème de la fabrication de la farine nécessaire à la population parisienne assiégée par les Prussiens entre octobre 1870 et janvier 18714, il devient directeur des usines du Creusot, de 1871 à 1874. Puis, de 1877 à 1884, c’est comme directeur d’un service des cartes et plans au ministère des Travaux publics (créé par lui et disparu ensuite) qu’il s’intéresse à nouveau aux représentations géométriques pratiques : sa première publication dans le journal de la Société statistique de Paris porte sur « La statistique graphique à l’Exposition Universelle de 1878 ». Il constate que :

« Les procédés graphiques permettent non seulement d’embrasser d’un seul coup d’œil la série des phénomènes, mais encore d’en signaler les rapports ou les anomalies, d’en trouver les causes, d’en dégager la loi. Un diagramme n’est pas allemand, anglais ou italien.... la statistique graphique est la véritable langue universelle... » (Cheysson, 1878, p. 323-324.)

14Ainsi la science de l’ingénieur standardise, redresse les anomalies, avant même de chercher « les causes et les lois ». Il a toujours en tête l’aspect opératoire des choses : après avoir noté que les procédés graphique se sont tout d’abord développés selon des spontanéités et imaginations diverses et « qu’il eût été imprudent de vouloir tarif cette première sève », il observe qu’il est temps de proposer des formes standards, et c’est ce que fait son étude :

« Le moment viendra où la science sera tenue de poser des principes généraux et d’arrêter des types déterminés qui correspondront aux différents besoins de la pratique, tout en offrant les ressources les plus variées au choux des statisticiens. » (Ibid., p. 324.)

15À partir de ce moment membre de la Société de statistique de Paris (SSP, créée en 1860 par Michel Chevalier et Villermé), il devient, avec Émile Levasseur (1828-1911), De Foville (1842-1912) et Jacques Bertillon (1851-1922), l’un des piliers d’un petit groupe de « militants de la statistique » qui vont mener une bataille opiniâtre pour assurer les bases institutionnelles de la statistique administrative, alors seulement représentée par la petite Statistique générale de la France (rattachée au ministère du Commerce et responsable des recensements quinquennaux) et par quelques autres services ministériels moins importants encore.

16Cheysson intervient dans toutes les étapes de cette action. Ainsi en juillet 1882, il présente un rapport sur la nécessité de créer un « Conseil supérieur de statistique » destiné à coordonner les divers services statistiques ministériels, tout en leur laissant leur autonomie : ce conseil sera effectivement créé en 1885. Son rattachement ministériel pose un délicat problème, et on envisage sérieusement de l’affecter aux Affaires étrangères, pour ne pas faire de peine aux autres... Par ailleurs, une proposition ayant été faite de nommer des « savants » dans le conseil en nombre aussi grand que les techniciens de l’administration, Cheysson est réticent et son argumentation balancée éclaire sa conception des relations entre « science » et « administration » :

« La commission a pensé qu’il fallait assurément, à l’exemple des pays étrangers, y introduire l’élément scientifique pris en dehors de l’administration ; mais aussi qu’on ne devait l’y admettre qu’en proportion modérée, sous peine de donner au conseil un effectif beaucoup trop nombreux, et d’y annuler l’influence des hommes techniques. Si la composition du conseil le rendait en effet trop impressionnable aux considérations théoriques, et trop indiffèrent aux nécessités, comme aux possibilités du service, les administrations seraient dans la fâcheuse alternative ou de rompre en visière à ses indications, ou de se résigner, par déférence, à des solutions embarrassantes. Il est donc essentiel que l’élément scientifique ait sa place, et une place très honorable au sein du conseil, mais il ne serait pas bon qu’il prédominât. » (Cheysson, 1882a, p. 14-15.)

17Élu Président de la SSP pour l’année 1883, il prononce un discours inaugural « politique », au sens où il parle de la vie de la Société et des moyens de la consolider plutôt, dit-il, que « d’exposer quelque généralité scientifique… », ce que nombre de ses prédécesseurs et successeurs annuels ont fait. Partisan actif d’une vie associative autonome par rapport à l’État, mais néanmoins aidée par lui, il anime, avec quelques autres, une sorte de lobby statistique, centre d’un réseau influent autant que société savante :

« Notre Société ne pourrait elle pas être pour les questions statistiques ce qu’est la Société d’agriculture pour les questions agricoles ? »

« Dès lors, l’État qui recourrait à ses lumières, ne devrait-il pas lui donner son patronage, peut être un local, en tout cas la subventionner avec moins de parcimonie ? » (Cheysson, 1883, p. 34.)

LES BONNES MESURES

18L’activité statistique de l’ingénieur le montre à l’évidence : décrire le monde, c’est le construire, aussi bien au sens de la construction mentale que de la construction matérielle. L’usage ultérieur d’une statistique routinisée peut laisser croire qu’il existe une possibilité de « photographier la réalité » de façon objective et que cette photo, garantie par le label de l’institution et de ses techniques d’enquête, servira à des usages variés et indépendants de son processus de construction.

19Or l’objectivité du chiffre est le produit d’un travail social d’objectivation, et rien ne le montre mieux que les interventions de Cheysson en matière statistique, toujours explicitement associées à des prises de position et à des actions sur le monde : comme l’a montré Thévenot (1984) en proposant l’expression de « mesure décisive », la « mesure statistique » a toujours partie liée avec les « mesures » prises par le législateur ou le décideur. Le fait qu’au temps de Cheysson, une même personne puisse tenir un discours de philosophe social et politique et un autre d’ingénieur mettant en place les nouveaux outils de gestion, rend plus visibles les liens entre des registres aujourd’hui disjoints, parce que pratiqués par des individus éloignés les uns des autres. On le montrera sur quatre exemples, de complexité croissante : la circulation sur les routes, la criminalité, le recensement des professions et les accidents du travail.

20Le Corps des ingénieurs des Ponts et Chaussées, responsable de la construction et de l’entretien des routes nationales est confronté, pendant la seconde moitié du xixe siècle, à la baisse de l’importance relative de ces équipements résultant de la croissance des chemins de fer, et, en conséquence, au risque de diminution des moyens alloués à la gestion de ces routes. Il importe donc de faire ressortir, de rendre visible une activité qui, antérieurement, avait une nécessité suffisamment peu discutée pour que cette exhibition ne s’impose pas. Or les besoins de la gestion courante du service impliquent des comptages de véhicules empruntant les divers tronçons de routes. Cheysson, ingénieur en chef des ponts et membre de la commission des routes nationales, intervient, en 1884, explicitement dans ce contexte de concurrence des chemins de fer et des voies navigables, pour proposer une nouvelle façon de décrire l’activité des routes, mieux à même d’exprimer leur spécificité face à cette concurrence :

« Pour les besoins du service, le collier ; pour ceux de la statistique générale, le tonnage. » (Cheysson, 1884.)

21La statistique des « colliers » est basée sur le nombre des animaux de trait attelés à une voiture, celle des « tonnages » à la charge économique, utile transportée. Après avoir longuement décrit ces deux techniques de mesure et les conventions nécessaires pour passer de l’une à l’autre, Cheysson montre comment la seconde est mieux à même de rendre compte des relations entre les diverses voies de transport, et de l’importance des routes.

22La description a été une construction (mise en place d’un réseau de « points de comptage », dotés de fiches, d’instructions et de conventions de codage), une objectivation (l’information produite n’est plus liée à la subjectivité d’un usager ou d’un observateur isolé), et elle permet d’agir sur les autres, en leur proposant des itinéraires possibles, au double sens matériel et intellectuel.

LE DELINQUANT, LE CRIME ET LE JUGEMENT

23Cheysson étudie en 1903, pour le Conseil supérieur de la statistique, la criminalité. Le point de départ est le débat récurrent sur l’accroissement ou la diminution de celle-ci. Le fait qu’il puisse y avoir controverse est peut-être l’indice que la statistique « ne dit pas tout ce qu’elle devrait dire, et laisse dans l’ombre un certain nombre d’éléments ». Cheysson s’interroge tout d’abord sur l’écart éventuel entre « les crimes officiels, enregistrés (réprimés ou non), et les crimes commis ». Il dégage donc déjà trois niveaux possibles : les crimes sanctionnés, les crimes enregistrés (à partir des victimes) et les crimes commis (connus ou non) : on sait que ce type de discussion sera un des éléments de la critique de l’usage des statistiques, menée beaucoup plus tard par les ethnométhodologues américains (Cicourel, 1964). Mais Cheysson balaie cette question, en estimant que la statistique ne peut s’en tenir qu’aux faits déjà construits (ici par l’appareil judiciaire), et doit rejeter des faits « cachés » pour des raisons « psychologiques » qu’elle ne peut connaître :

« La statistique a épuisé son devoir, quand elle a correctement dépouillé et méthodiquement classé tous les faits qu’on lui livre ; mais elle ignore et elle a le droit d’ignorer tous les faits qui lui sont cachés par la complicité de l’opinion publique, par l’égoïsme, par le calcul ou par la peur... Il se peut que cette partie invisible dérange les conclusions optimistes que semblerait autoriser la partie apparente et officielle ; mais on quitte alors le domaine solide des faits pour entrer dans celui de la psychologie sociale, qui n’est pas le nôtre. » (Cheysson, 1903a, p. 10.)

24On pourra noter une parenté de fait de ce choix d’enregistrer statistiquement ce qui l’est déjà juridiquement avec Les Règles de la méthode sociologique édictées par Durkheim en 1894 : la seule différence réside dans une inversion du « caché » et du « visible ». Pour Cheysson, le « psychique » est caché et d’accès difficile, alors que pour Durkheim en revanche, c’est le psychique qui est le plus visible et l’objectivation par la statistique révèle le social plus profond et plus essentiel.

25Une fois retenu l’acte effectivement produit par l’appareil judiciaire, c’est-à-dire le jugement prononcé, se pose néanmoins une question : peut-on en inférer des appréciations d’une part sur les délinquants, et d’autre part sur les infractions ? Ces deux derniers « faits » ne coïncident pas avec les jugements, puisqu’un délinquant peut être jugé plusieurs fois dans l’année, et qu’un même jugement peut concerner plusieurs infractions connexes, dont certaines, comme le vagabondage, la mendicité, la rébellion ou l’ivresse, sont en général considérées comme secondaires par rapport à d’autres délits plus graves, et donc ignorés par la statistique. Ceci interdit par exemple « d’établir l’influence des conditions personnelles (professionnelles, intellectuelles ou sociales) des condamnés sur le mouvement de la criminalité... », ou de « dresser une statistique exacte des diverses catégories d’infractions... », ou encore de « produire une statistique des récidives » (Cheysson, 1903, p. 12). Ces diverses critiques sont liées à la préoccupation « sociologique » de Cheysson, qui est moins intéressé par le rendement administratif de l’appareil judiciaire (nombre de jugements) que par l’évolution du climat moral de la Société, en relation avec les transformations de la famille et de l’économie.

RECENSEMENT DES PROFESSIONS ET ACCIDENTS DU TRAVAIL

26L’univers des activités professionnelles peut rester flou et peu « construit » tant qu’aucune législation n’est en relation directe avec lui.

27Ainsi c’est à la suite du traité de Commerce franco-anglais de 1861 qu’une statistique des professions plus détaillée est établie (recensement de 1866) afin de mieux apprécier les effets de cette mesure libérale. De même, la mise en place d’une règlementation sociale, en particulier pour les accidents du travail, induit une demande d’analyse de « la répartition des habitants entre les diverses professions » :

« Cette notion est nécessaire pour affermir la marche des services publics, éclairer les délibérations du législateur et servir de point d’appui aux mesures économiques, sociales et financières, en permettant d’en prévoir d’avance la répercussion et la portée. » (Cheysson, 1887b.)

28Dans un rapport au Conseil supérieur de statistique, Cheysson s’interroge sur les diverses méthodes possibles, pour effectuer ce recensement, soit en s’adressant aux chefs d’établissement, soit en utilisant la question sur la profession posée aux individus dans le recensement quinquennal de population. Il penche pour la première solution, avec une argumentation contre les questions posées aux personnes elles-mêmes, qui, là encore, fait plus penser à Durkheim et à ses préventions contre l’enquête individuelle (1894, p. 43-46), qu’aux monographies leplaysiennes dont Cheysson se fait le chantre par ailleurs :

« Chaque recensé étant laissé libre de libeller sa réponse à son gré et sans contrôle, le résultat final est livré au hasard des inspirations individuelles, qui ne fournissent à la classification qu’un point d’appui d’une solidité suspecte. » (Cheysson, 1887b, p. 8.)

29Mais cette argumentation se comprend beaucoup mieux si on observe qu’il ne s’agit pas ici de décrire des « milieux sociaux » en termes de « catégories socioprofessionnelles », qui supposeraient au moins une analyse des professions des individus, mais plutôt de délimiter des activités collectives (c’est-à-dire de classer des établissements) auxquelles vont s’appliquer des règlements, ou pour lesquelles pourront être calculés des risques professionnels moyens d’accident du travail.

30C’est là une affaire essentielle, sur laquelle Cheysson va se pencher à maintes reprises entre 1888 et 1905. Pendant cette période est en effet largement discutée, puis adoptée le 9 avril 1898, une nouvelle loi sur les accidents du travail, qui entérine la notion juridique de risque professionnel.

31Celle-ci se substitue au droit traditionnel du Code civil, et en particulier à son article 1382 fondé sur la notion de faute personnelle, en la remplaçant par une notion sociale du risque, supporté en tant que tel par la collectivité, ou par l’entreprise conçue une entité distincte de la personne physique du patron. Comme le remarque Ewald (1984), cette réforme capitale conduit à une relative dilution de la frontière, auparavant très stricte, entre la morale et le droit, et par là même, se trouve au cœur des préoccupations les plus essentielles de Cheysson. Celui-ci intervient donc largement tout au long du débat, et ses positions sont nuancées, entre d’une part les partisans du droit classique et de la notion de « faute lourde » qu’il rejette catégoriquement, et d’autre part ceux de l’obligation de l’assurance, et de la notion de « dette sociale », qu’il rejette également, au profit de celle d’« utilité publique » (Cheysson, 1898).

32L’évolution du débat le conduit à intervenir plusieurs fois sur le terrain statistique, puisque dans un premier temps (avant 1898) la préparation de la loi requiert des estimations des risques moyens selon les professions, afin d’apprécier la portée des diverses modalités envisagées, et que, après 1898, la gestion des institutions mises en glace par la loi, et en particulier l’appréciation des indemnités forfaitaires prévues par celle-ci, supposent des estimations non seulement des risques, mais aussi des salaires moyens et des effectifs concernés. La loi sur les accidents du travail est donc à l’origine d’un vif développement de la statistique professionnelle.

33Pour mettre en place une telle législation, il faut connaître les « coefficients de risque » d’accident par profession. Mais pour cela il faut « définir statistiquement » les accidents du travail, et par ailleurs « recenser les professions ». Jusqu’à ce moment où l’on va prendre des décisions impliquant des droits, de telles « définitions » n’étaient pas nécessaires ; elles le deviennent dorénavant.

« Le législateur a besoin de la statistique pour édifier ses constructions. Faute de cette base solide, elles courent grand risque de rester en l’air ou de s’écrouler. Jamais ce besoin n’a été mieux ressenti que depuis le jour où les lois sociales ont frappé à la porte du Parlement : mais aussi jamais on n’a mieux constaté combien il était peu satisfait et quelles lacunes présentait la statistique officielle, mise en présence de ces graves problèmes. » (Cheysson, 1890a.)

34Ainsi, constatant que les évaluations du nombre des accidents du travail pouvaient varier de un à vingt-quatre selon les méthodes de mesure, en l’absence d’une définition standard de l’accident, il s’interroge sur celle ci :

« Il serait sans doute trop compliqué de demander cette définition à la nature même des traumatismes. Le procédé le plus simple et le plus pratique parait être de s’en tenir à la durée de l’incapacité de travail et de s’entendre sur la durée minimale en-dessous de laquelle l’accident échapperait à la statistique. Suivant les ressources dont on dispose, l’organisation des caisses de secours, celle des enquêtes juridiques ou administratives, cette limite sera plus ou moins élevée. Ici on pourra recenser tous les accidents, là seulement ceux qui ont occasionné un chômage de plus de quatre jours, ailleurs enfin ceux qui ont entraîné une incapacité de plus de vingt jours. » (Cheysson, 1890a.)

35Si l’on remarque (ce que Cheysson ne fait pas) que la définition de la « durée d’incapacité » pose elle même des problèmes de définition conventionnelle analogues à celle de l’accident, on observe que la difficulté n’a été que reculée, et plutôt que de dire, comme Cheysson, que « le législateur a besoin du statisticien », il vaudrait mieux constater que ce dernier ne peut que s’appuyer sur ce que les rapports sociaux ont déjà objectivé dans des réglementations et des conventions diverses, en rejoignant ainsi l’intuition durkheimienne (Héran, 1984).

36Le cas de Cheysson est à cet égard intéressant car militant en même temps pour les lois sociales et pour la statistique, dans la mesure où ces divers activités ne sont pas encore autonomisées et professionnalisées, il exprime directement des connexions et fait voir très clairement les cercles logiques entre définitions juridiques et statistiques, alors que plus tard, ces définitions seront instituées, « naturalisées » et manipulées par des gens différents qui se conforteront mutuellement de leurs autorités respectives : le législateur ou le protagoniste du débat social invoqueront la statistique, tandis que le statisticien s’appuiera, pour asseoir ses définitions, sur des formes du droit ou du « quasi-droit », résultant elles mêmes de l’action des premiers.

STATISTIQUE ET DESINGULARISATION DES RAPPORTS SOCIAUX

  • 5 Cette analyse s’inspire du travail de Luc Boltanski (1984) sur la construction des personnes colle (...)

37La mise en place de la loi sur les accidents du travail est un moment privilégié pour expliciter le lien entre la constitution du fait statistique et l’invention d’une nouvelle façon de penser le monde social, capable de déplacer des lieux de conflit et d’en transformer la nature en les désingularisant5. La communication présentée par Cheysson la SES en 1898, à l’occasion de cette loi, est à ce point de vue un des textes les plus explicites existant sur ce thème (Cheysson, 1898).

38L’objectif est de réduire au maximum les tensions sociales résultant d’accidents que le développement du machinisme et de la grande industrie ont rendu plus fréquents et, surtout, moins directement liés à des équipements individuels. Le risque qu’ils entraînent des troubles collectifs est donc beaucoup plus grand, dans le cas des catastrophes minières par exemple :

« L’accident moderne ne ressemble pas à celui du passé : tandis que celui-ci était clair, simple, isolé, celui-là est obscur, mystérieux et prend les proportions d’une catastrophe collective. Or des hommes tués ensemble dans une collision de chemins de fer ou dans un éboulement de mines font sur l’opinion publique une bien autre impression que cent passants écrasés en détail dans les rues de Paris. » (Cheysson, 1898.)

39Ce dernier argument sur l’« impression de l’opinion publique » est bien sûr essentiel (que l’on songe par exemple au récent accident de l’autocar de Beaune) et intéressant pour réfléchir à la question durkheimienne classique : en quoi le groupe, ou la société, sont-ils fondamentalement différents de la somme des individus qui les composent, ou, question moins métaphysique : comment se fabriquent concrètement le lien social et le discours qui exprime celui-ci ?

40Les anciens codes, fondés sur la notion de faute et de responsabilité personnelles ne peuvent répondre à la situation nouvelle : on estimait alors qu’un quart des accidents étaient imputables à la faute des patrons, un autre quart à celle des ouvriers, et la moitié à des « cas fortuits ou de force majeure ». Ainsi, au terme de l’article 1382, un quart des accidents seraient indemnisés, à condition qu’il y ait preuve établie juridiquement de la faute patronale. Or, même dans ce cas, le coût de la procédure et la tension locale et personnalisée entraînée par celle-ci sont très élevés. Dans tous les cas, même et surtout dans celui de la faute patronale, il y a intérêt à remplacer une procédure coûteuse, aléatoire et impliquant des personnes, par une indemnité forfaitaire calculée à l’avance à partir de risques professionnels moyens et faisant entrer chaque cas dans une catégorie statistique, abstraite et dépersonnalisée :

« Le principe du risque professionnel a pour corollaire logique l’indemnité forfaitaire. Il constitue une sorte de transaction qui, dans une matière où les responsabilités sont souvent obscures, demande à chacune des parties en présence un sacrifice partiel en échange de sa sécurité. Elles renoncent à profiter, dans certains cas, des avantages du droit commun, pour n’avoir pas, dans d’autres, à en subir la rigueur... En un mot, le risque professionnel est une sorte d’abonnement entre les conséquences extrêmes du régime actuel.

Il en résulte que la loi doit énoncer un tarif forfaitaire – non pas le tarif de la loi salique, qui graduait l’indemnité d’après la perte de tel ou tel membre et allouait tant pour une jambe, tant pour un bras, tant pour un mil –, mais un tarif qui s’applique aux cas les plus nets, comme la mort de la victime ou son incapacité absolue de travail. En laissant aux tribunaux le soin d’apprécier les cas intermédiaires.

En même temps qu’elle garantit les parties contre l’aléa des décisions judiciaires, cette tarification leur rend le service de fournir une base solide aux combinaisons de l’assurance et au calcul des primes, qui correspondent désormais à des risques nettement définis.

Le risque professionnel améliore donc, au point de vue de l’assurance, la situation faite aux patrons par le régime actuel, en substituant des données précises à l’appréciation discrétionnaire des tribunaux. » (Ibid., p. 11.)

41Pendant la discussion de la loi, certains avaient tenté de restreindre l’indemnité forfaitaire au cas où on ne pouvait imputer à quiconque une faute lourde, et de maintenir l’application du droit commun de l’article 1382 dans ce dernier cas. Cheysson s’y oppose énergiquement, arguant du point de vue de la « paix sociale ».

« Si, après le point de vue des ouvriers et celui des patrons, on envisage celui de la paix sociale, il n’est pas moins contraire à l’adoption d’un régime spécial pour la faute lourde. Cette dualité vient en effet, sur chaque accident qui est un premier malheur, en greffer un second, c’est-à-dire un procès, tandis qu’en noyant la faute lourde dans le risque professionnel, on éteint d’avance les contestations. » (Ibid., p. 17.)

42Or cette argumentation peut être rapprochée d’autres débats où Cheysson intervient plutôt dans le sens du maintien de la notion de responsabilité personnelle, par exemple à propos des assurances ouvrières contre la maladie (Cheysson, 1900), ou à propos des retraites (Cheysson, 1902) : dans ces deux cas il s’oppose à la notion de « dette sociale » développée par les solidaristes, à laquelle il préfère celle de « prévoyance » fondée sur la mutualité volontaire et préservant selon lui la possibilité de maintenir un lien conscient entre, d’une part, des efforts de sécurité ou de prévoyance et, d’autre part, leurs résultats en termes d’indemnisations ou de pensions. À ce choix est bien sûr liée sa préférence pour les associations privées, expression de groupes sociaux dépositaires d’« intérêts communs » perceptibles, par rapport à une intervention anonyme de l’État, diluant toutes formes de responsabilité. Il serait intéressant de comparer ce discours avec celui de Durkheim voulant recréer des formes de solidarité disparues avec les corporations (Durkheim, 1893), mais percevant plutôt l’État comme un couronnement de ces liens à restaurer, et non comme opposé à eux. En dehors du fait que, de par sa position dans le champ intellectuel, Durkheim n’intervenait pas dans des questions « pratiques » d’accidents du travail, d’assurance sociales ou de retraites, leurs argumentations ont néanmoins des parties communes et le système mis en place au cours du xxe siècle en est une combinaison.

  • 6 Cheysson et Durkheim sont bien sûr dans des univers intellectuels très éloignés. Un seul exemple : (...)

43Il est en tous cas un domaine où l’intervention de l’État est indispensable, c’est celui de la mise en place du système statistique nécessaire pour gérer les institutions résultant de la loi de 1898 : Cheysson intervient encore une fois à ce sujet en 1905 devant le Conseil supérieur de statistique, pour introduire un rapport détaillé de son jeune collègue Edouard Fuster6 préparé pour l’Association française des assurances sociales. Celui-ci, confronté au problème de la définition de l’accident du travail, n’a plus besoin de se poser les problèmes qu’avait rencontré Cheysson en 1890, puisque dorénavant existe une qualification légale de l’accident, analogue à celle qui conduit à la statistique criminelle.

44Il est impossible de passer au crible les accidents recensés comme accidents du travail, d’apprécier si ces faits constituaient vraiment des accidents et si le travail en était réellement l’occasion. Pas plus qu’en statistique criminaliste on ne soumet à une telle révision les délits ou les crimes qualifiés comme tels par les jugements ou arrêts, pas davantage il ne peut être question de nous écarter pour notre pays des données fournies par l’application de la loi du 9 avril 1898. Nous n’avons pas de choix à faire, de correctif à apporter : est accident du travail tout accident admis comme tel par les organes chargés d’appliquer la loi (Fuster, 1905).

FÉCONDITÉ INSTITUTIONNELLE : RÉUSSITES ET ECHECS

45On a pu ainsi suivre le va-et-vient entre les actions sociales, statistiques, législatrices et institutionnelles de Cheysson. De fait, son activité sur la période de 1880 à 1910 contribue à faire advenir des institutions importantes qui, une fois qu’elles existeront, n’auront plus besoin d’argumentations et de mises en relations aussi explicites que les siennes. Ainsi, son projet de recensement des professions sera mis en place par Lucien March en 1896 et une nomenclature de professions élaborée par Jacques Bertillon. Le Conseil supérieur de statistique, proposé en 1882, est créé en 1885. Un Office du travail, auquel va être rattaché la SGF, est créé en 1891 et va jouer un rôle très important jusqu’en 1914 : le texte de Cheysson de 1890 déjà cité, sur les lacunes de la statistique, avait proposé la création d’un bureau du travail sur le modèle du Department of Labor américain.

46C’est enfin en présentant en 1892 une « machine électrique à recsement », inventée aux USA par Hollerith et déjà utilisée par les statisticiens américains et autrichiens, que Cheysson montre une claire conscience des possibilités d’industrialiser la statistique et de lui appliquer les techniques d’économies de moyens qui ont fait leurs preuves ailleurs. Il expose les principes du codage statistique et de la carte perforée, et décrit le système de lecture électrique de ces cartes (Cheysson, 1892). Lucien March utilisera de telles machines pour le recensement de 1896, en les perfectionnant et en mettant au point le « classi-compteur imprimeur », ancêtre de la mécanographie puis de l’informatique. Peut-on imaginer un mode de traitement de l’information plus éloigné apparemment des monographies leplaysiennes ?

47Cependant, en un domaine, l’action de Cheysson ne réussit pas immédiatement : avec d’autres membres de la SSP, il intervient pour que soit institué un enseignement de la statistique (Cheysson, 1890b). Or l’Institut de statistique de l’université de Paris ne sera créé qu’en 1922, et l’ENSAE que dans les années 1940. Ce décalage semble lié à la faible professionnalisation et à la faible technicisation (qui, on l’a vu, sont liées) de la statistique de l’époque : un discours encore largement militant ne peut être transformé en une routine enseignable. La situation sera en revanche différente après l’arrivée des outils mathématiques de la statistique anglaise, vers 1905, pour laquelle Cheysson, on le verra, ne joue aucun rôle (Desrosières, 1985).

LE MONOGRAPHE ET LE PÈRE DE FAMILLE

48Il est difficile à première vue d’établir un lien entre l’activité statistique d’institution décrite jusqu’ici, et l’autre grand volet du travail de description pour lequel Cheysson mène une inlassable propagande : les monographies, d’abord de familles sur le modèle leplaysien, puis d’ateliers et de communes. On peut bien sûr chercher comment Cheysson présente lui-même, dans ses écrits, la cohérence entre les deux approches, et comment il en fournit, au moins formellement, une articulation intellectuellement satisfaisante. Mais on ne peut manquer de constater ensuite que l’articulation, de fait, n’est jamais vraiment tentée, sinon à un niveau de généralité assez grand, et verbalement plus que techniquement. La question est donc ailleurs : on tentera d’y répondre en présentant Cheysson comme un produit exemplaire d’une période de tâtonnements pour la mise en place de nouveaux modes de totalisations, et on verra que, à ce point de vue, plusieurs modes envisageables, profondément hétérogènes entre eux, se croisent chez lui, et que l’absence apparente de synthèse est l’indice de ces tâtonnements.

49Ainsi il prône avec énergie la poursuite du recueil de monographies de familles selon la méthode de Le Play, et publie un regroupement de cent études de ce type (Cheysson, 1890c), précédé d’une longue introduction – portant autant sur les justifications politiques et idéologiques de cette activité que sur sa méthodologie. Conscient dès l’abord de la critique possible sur la « représentativité » des familles décrites, il avance que les cas étudiés doivent être « typiques », liés à la moyenne et choisis justement grâce aux grandes enquêtes statistiques, ce qui, du coup, justifie la complémentarité des deux méthodes :

« La monographie... suit avec grand soin le cas particulier et poursuit le cas général ; elle néglige l’accident, l’exception, l’anomalie, pour s’acharner après la moyenne, après le type. C’est le type qui est la véritable essence de la monographie. Hors du type, pour elle, point de salut ; mais, avec le type, elle acquiert vraiment le privilège d’éclairer d’une vive lumière les investigations économiques et sociales...

L’observateur est guidé dans ses choix par les grandes statistiques synthétiques, par les enquêtes administratives, qui couvrent le pays de leur réseau et débroussaillent pour ainsi dire le terrain sur lequel va opérer l’auteur des monographies. Grâce aux données ainsi mises à sa disposition, il connaîtra d’avance la population qu’il veut étudier et choisira son type avec précision et sans crainte d’erreur. La statistique officielle va donc en avant-garde et dégage les moyennes qui conduisent le manographe à son type. À son tour, la monographie lui rend le service de vérifier par une étude détaillée les résultats généraux de l’enquête. Ces deux grands procédés se contrôlent ainsi l’un l’autre, mais en gardant chacun ses traits distinctifs.

Pendant que la méthode des enquêtes administratives s’étale en surface, la monographie creuse en profondeur. La statistique officielle, mettant en œuvre tout une armée d’agents plus ou moins zélés et expérimentés, accumule une masse de faits saisis un peu superficiellement et sous un seul aspect ; elle les verse pêle-mêle sous ses meules pour les triturer ensemble ; elle compte sur la loi des grands nombres pour éliminer les erreurs des observations élémentaires. La monographie vise au contraire la qualité bien plus que la quantité des observations ; elle n’emploie que des observateurs de choix, à la fois artistes et savants, qui s’emparent puissamment d’un fait type d’un fait unique, et s’acharnent après lui pour le disséquer jusque dans sa moelle. » (Cheysson, 1890c, p. 2-3.)

50Le cœur de ces monographies est constitué par le minutieux relevé des dépenses et des recettes du budget de la famille, effectué grâce à un séjour plus ou moins prolongé de l’enquêteur dans le foyer, et elles constituent, à ce titre, l’ancêtre des enquêtes actuelles menées par tous les instituts nationaux de statistique. Mais, même si elles sont établies selon un « cadre uniforme », celui de Le Play, elles ne sont pas destinées vraiment à être comparées entre elles afin de dégager des structures de budgets typiques de milieux différents, comme le fera par exemple Halbwachs peu de temps après, et ce sera une des critiques que ce dernier adressera aux monographies leplaysiennes (Halbwachs, 1912). La question est donc : à quoi servent-elles ?

51Ces enquêtes semblent essentiellement orientées vers la défense et l’illustration d’une certaine conception de la famille et des rapports sociaux, qu’il faut examiner. Les premiers arguments avancés par Cheysson ont trait aux besoins de l’administration et du législateur soucieux d’apprécier les effets de leurs mesures générales et abstraites sur les cas singuliers et concrets que constituent les familles ; mais, dès ce moment, ce souci « gestionnaire » est associé à une préoccupation morale :

« Cette connaissance est indispensable à la fois au moraliste qui veut agir sur les mœurs et à l’homme d’État qui dispose de l’action publique. La loi est une arme à deux tranchants : si elle a une grande puissance pour le bien, elle peut aussi faire beaucoup de mal entre des mains inexpérimentées... » (Ibid., p. 6.)

52De fait sont évoquées des utilisations possibles pour l’étude de la répartition des charges fiscales sur les agriculteurs, les commerçants et les industriels, ou des effets de certaines réglementations du travail concernant l’interdiction du travail des femmes et des enfants. Mais, même dans ces cas, la préoccupation morale est explicite, et en revanche n’est exhibée, ni même suggérée, aucune technique permettant de faire la médiation pratique entre les quelques monographies disponibles et les totalisations étatiques : la question d’un éventuel cadre catégoriel à l’intérieur duquel trouveraient place les cas individuels n’est jamais évoquée.

53Il s’agit donc d’autre chose, et on le voit mieux quand Cheysson énumère longuement les personnes susceptibles de recueillir des monographies et l’intérêt (au double sens du mot) qu’elles peuvent y trouver. On comprend alors que le fil conducteur du propos est la tentative de concevoir et d’administrer les différents niveaux de la vie sociale à l’image d’un foyer domestique doté d’un père de famille responsable et proche de tous les membres de celui-ci. L’enquête, qu’elle concerne la famille, l’atelier, la commune, ou même la nation (Le Play a écrit une « monographie » sur la Constitution anglaise) vise toujours à reconstituer cette proximité familiale détruite par l’évolution des temps.

54Il s’agit ainsi de fournir à des membres des classes dominantes, tels que des propriétaires terriens ou des patrons de l’industrie, à la fois l’envie et les recettes pour entrer en contact personnel avec leurs fermiers ou leurs ouvriers. Ainsi, par exemple, est particulièrement attaqué l’absentéisme du propriétaire qui :

« Livre la garde du domaine à un régisseur omnipotent, presque toujours sans élévation morale, sans bonté, dont on paie toutes les fautes en rancunes silencieuses qui s’amassent pour éclater un jour...

En dehors de ces propriétaires, la monographie convient aussi aux ecclésiastiques, aux instituteurs, aux citadins des professions libérales, qui passent l’été à la campagne, à tous ceux qui, disposant de loisirs, ont l’intelligence assez curieuse et assez éveillée pour scruter les phénomènes ambiants, au lieu de pratiquer l’automatisme inconscient et passif du paysan... » (Cheysson, 1895, p. 7-8.)

55Les humbles paysans sont présentés ici comme passifs et limités par les contraintes de la vie quotidienne. Ailleurs, les hommes du peuple sont supposés en revanche être détenteurs des secrets de l’école de la vie qu’on n’apprend pas dans les livres, et :

« Le jeune bourgeois citadin, (…) souvent triste et désabusé, qui, né trop tard dans un siècle trop vieux, ne sait que faire de sa vie (…) peut, pour se remettre de ces langueurs et de ces anémies morales (…), se mettre en contact avec les ouvriers, causer familièrement avec eux, les étudier dans leur intérieur, les voir à l’œuvre dans leur vie privée (...). Les ouvriers sont précieux à consulter, non seulement en technologie, mais encore en matière économique et sociale. C’est avec de tels procédés que l’on gagne l’amitié et la confiance des ouvriers, que l’on apprend à les aimer sincèrement, à plaindre leurs souffrances, à exercer sur eux l’ascendant nécessaire à leur bien-être et à leur apaisement en même temps qu’à la discipline d’atelier. Envisagée de ces hauteurs ; la monographie apparaît avec son véritable caractère... » (Cheysson, 1890c, p. 28-29.)

LE SALAIRE ET SES CONDIMENTS

56Ainsi le but profond de cette activité qui, rappelons-le, a mobilisé un temps très long d’un nombre non négligeable d’enquêteurs observateurs et a conduit à de volumineuses publications pendant un demi-siècle, était de restaurer des rapports de type familial entre dominants et dominés. La technique de collecte des données et l’interprétation statistique qui en est faite le montrent. Une des originalités de l’enregistrement des budgets est d’inclure les recettes et dépenses non monétaires, sous le nom de « subventions » ou « aubaines » : droit d’usage de terrains communaux, jardins familiaux, avantages en nature accordés aux ouvriers (que Cheysson appelle les « condiments du salaire »), et tout ce que l’on désigne aujourd’hui comme « auto-conconsommation ». Or, Cheysson met fortement l’accent sur le fait que, échappant au marché, ces formes de rétribution maintiennent des liens plus directs et personnels entre membres des diverses classes et sont essentielles pour le maintien de l’équilibre social.

57Ainsi, une des seules « mise en relation » exhibée à partir d’une comparaison entre données est celle qui a trait à la croissance de la part du salaire monétaire dans les recettes totales, quand on parcourt l’Europe d’Est en Ouest, en passant d’une société rurale traditionnelle à une autre plus urbaine et industrialisée. Or cette croissance du salariat marchand est perçue comme une menace de dilution des rapports sociaux antérieurs, eux mêmes bien reflétés par les prestations non marchandes.

58Plus encore : les statistiques de salaires elles mêmes, portant inévitablement sur la seule part monétaire de celui-ci, peuvent être trompeuses et, par là, dangereuses, en incitant par exemple des ouvriers à bouger et à aller chercher ailleurs, éventuellement dans un autre pays, une amélioration de leur revenu monétaire qui ne sera peut être qu’un mirage. Ainsi la mobilité induite par la logique de l’économie marchande est perçue par Cheysson comme socialement dangereuse et destructrice des liens ancestraux. Et c’est là que les enseignements des monographies, sur la part non monétaire de l’économie familiale, sont avancés pour contrebalancer les illusions d’une statistique globale des salaires purement monétaires (Cheysson, 1884b).

LA FAMILLE ET LE DROIT CIVIL

59La famille n’est pas menacée seulement par l’extension de l’économie marchande, mais aussi par celle du droit civil issu de la Révolution de 1789. La démonstration de cette thèse s’appuie, là encore, sur des citations de monographies plutôt que sur une argumentation statistique « moderne ». Cherchant, en 1903, à « expliquer » les variations géographiques de la natalité, Cheysson met celle-ci en relation avec la pratique religieuse ou avec la richesse (la « valeur du centime départemental »). Il constate qu’il ne semble pas y avoir de liaison, sans construire de tableau croisé, ou de graphique présentant un « nuage de point » qui auraient éventuellement suggéré une relation partielle, et auraient nuancé son rejet de ces hypothèses de liens entre fécondité, religion et richesse : on sait que à ce moment (1903), les travaux de Galton et K. Pearson sur la corrélation existaient déjà, mais Cheysson ne s’est pas intéressé (on le verra ci-dessous) à leur aspect méthodologique.

60C’est en effet ailleurs qu’il veut en venir : son souci est d’associer la faible natalité à la suppression par le Code civil du droit de tester pour le père de famille, c’est-à-dire à l’obligation de partager le patrimoine entre les enfants. Afin d’éviter le morcellement des domaines, les propriétaires limitent donc volontairement leur descendance : cette thèse est étayée par des récits ou des ouvrages écrits au cours du xixe siècle dans diverses régions ou pays, plutôt que par des données quantitatives. Elle est appuyée par une analyse des rapports entre la famille et la loi, où Cheysson, comparant le « partage forcé » au « socialisme d’État », montre sa difficulté à penser le droit civil égalitaire issu du « siècle des Lumières », comme devant se substituer irrémédiablement à la logique patrimoniale de la lignée :

  • 7 Qui vient des ancêtres, qu’on a hérité de ses aïeux.

« Un diamant ne peut se morceler sans perdre sa valeur. Il en est ainsi de certains héritages qu’il vaut mieux liciter que dépecer. Quand il s’agit de ces biens que l’on appelait au moyen âge dans le pays basque : biens de souche ou avitins7 la coutume, qui s’élevait presque à la hauteur d’une loi religieuse, ne faisait du père qu’un détenteur provisoire, le fidèle commissaire d’un patrimoine qu’il avait reçu de ses ancêtres et dont il était comptable vis-à-vis de sa lignée. Ces idées, qui donnent, une sorte de majesté auguste au bien patrimonial, à la fois berceau et support de la famille, avaient leur consécration nécessaire dans la transmission intégrale des biens de souche, sous réserve des soultes en argent à payer à ses frères et sœurs par l’héritier associé, suivant le système longtemps pratiqué en Allemagne et restauré de nos jours, sous le nom de Hofrecht ou Anerbenrecht. » (Cheysson, 1903b, p. 6-7.)

« En matière successorale, la loi doit être discrète, se borner à des principes généraux, à de grandes lignes, et laisser, pour tout le reste, pleine latitude au père. De qui donc, en effet, peut-on attendre plus de sollicitude et de clairvoyance ? Placé à mi-chemin entre le passé et l’avenir, trait d’union entre les générations qui le précèdent et celles qui le suivent, héritier et dépositaire des traditions de la famille, le père puise dans sa conscience et dans son amour les inspirations les plus hautes pour que l’œuvre des ancêtres, à laquelle il a collaboré lui-même, soit continuée par les descendants, et pour que l’intérêt de chacun d’eux soit sauvegardé, comme celui de la famille dont ils sont les membres et les chaînons. La loi ne peut, dans son inflexible rigidité, se plier à tous ces cas si complexes de la pratique, à l’infinie variété de ces coutumes, qui tiennent à nos origines historiques, à nos traditions, à « ces morts qui parlent en nous. » (Ibid., p. 11.)

  • 8 Durkheim présente lui aussi la formulation de Galton en termes de « retour vers la moyenne », en 1 (...)

61On le voit bien dans la dernière phrase citée ci-dessus, où la loi pourrait être aussi bien celle du droit que celle de la régularité constatée au sens de Quetelet, la famille ne peut décidément pas être traitée comme une unité statistique susceptible d’être additionnée : Cheysson n’aurait pas pu inventer la notion de « ménage » au sens de la statistique du xxe siècle. Alors que l’accident du travail, produit de l’évolution de la technique industrielle, doit être socialisé, défini par une loi (celle de 1898) et faire l’objet d’une statistique, en revanche, la famille, dépositaire des singularités antérieures à l’extension de l’économie marchande et du droit civil, ne peut pour lui être décrite par une statistique d’État8, et les études monographiques ne peuvent conduire à des généralisations, ni même à des esquisses de typologie. Les budgets des familles sibèriennes, chinoises ou françaises sont juxtaposés selon une grille formellement identique, mais aucune comparaison, ni entre les droits familiaux ni même entre les structures quantitatives, ne peut être entreprise, puisque chaque famille est un cas spécifique résultant de « l’infinie variété des coutumes ».

  • 9 Celui-ci avait obtenu douze ans plus tôt, en 1893, le premier prix à un concours de monographies d (...)

62C’est bien sûr en cela que la démarche de Cheysson (et des leplaysiens) s’écarte radicalement de celle de Durkheim, qui recherche toujours, derrière la diversité des « tempéraments particuliers », la régularité des « nécessités collectives », qui est « aux évènements particuliers de la vie domestique ce que le type générique d’un animal est au détail des phénomènes qui se produisent dans les organismes individuels » (Durkheim, 1888). Il étudie cette régularité structurelle à travers « le droit, les mœurs ou la démographie » (Ibid.)9. Halbwachs cherchera ensuite, à travers les structures de leurs budgets, les « tendances collectives » des ouvriers ou des employés en général.

IDÉALISATION DE LA MOYENNE OU ÉTUDE DES DISTRIBUTIONS

63C’est sans doute cette impossibilité pour Cheysson de penser des totalisations partielles et commensurables qui l’a empêché de voir ce qui, pourtant, est indubitablement passé sous ses yeux : les premiers outils de la statistique mathématique moderne (indicateurs de dispersion, régression, corrélation...). Ceux ci ont été mis en forme par Galton et K. Pearson, entre 1875 et 1900, dans le cadre de leurs travaux sur l’hérédité des caractères humains, physiques ou intellectuels, et sur l’eugénique (Mac Kenzie, 1981).

64Il est significatif de comparer la formulation par Galton du résultat de son expérience fondatrice, et le compte rendu qu’en donne Cheysson en 1886. Galton met en relation les écarts à la moyenne des tailles des parents et de leurs enfants. Il trouve alors, en portant les unes en abscisse et les autres en ordonnée et en étudiant le nuage de point ainsi construit, que l’écart à la moyenne de la taille du fils est, en moyenne, les deux tiers de l’écart à la moyenne de la taille moyenne des deux parents (ou la « droite de régression » a pour pente deux tiers). Pour Galton, ce résultat prouvait qu’il y avait bien hérédité des caractères individuels, et que les enfants des plus grands et des meilleurs étaient eux mêmes en général les plus grands et les meilleurs. Or Cheysson connait ce travail. Il en rend compte dans Le Temps du 23 octobre 1885, et dans un rapport sur la notion de « moyenne » présenté à la Société statistique de Paris. Mais il en retient essentiellement l’idée de « retour vers la moyenne », en rajoutant une astuce arithmétique résultant du rapport deux tiers, qui lui permet une interprétation tout à fait étrangère à celle de Galton :

« Cette loi consiste dans une sorte de régression fatale, irrésistible, du type individuel vers le type moyen de la race...

...le déviat de la stature chez le produit est égal, en moyenne, aux deux tiers du déviat de la stature mi-parentale (moyenne entre le père et la mère)...

...soient T, T’, M et t les tailles du père, de la mère, de la race en moyenne et du produit ; la loi de Galton se traduit par l’expression :

d’où l’on déduit :

...la stature du produit est égale, en moyenne, au tiers de la somme de la taille du père, de la taille de la mère et de la taille moyenne de la race. Sous cette forme, la loi met plus clairement en évidence l’influence de la race, qui, tendant à reproduire sans cesse le type moyen, imprime à un peuple son cachet particulier, en dépit des déviats plus ou moins exceptionnels. Sous les accidents de surface qui s’entrecroisent en sens inverse se neutralisent, il existe une cause profonde, permanente, qui agit toujours et dans le même sens pour réprimer les écarts individuels et maintenir le génie de la race. Il est donc rigoureusement vrai de dire que l’enfant est le produit, non pas seulement de ses parents, mais encore d’un troisième facteur aussi important que chacun des deux premiers, la race, qui représente la longue et confuse sérié de ses ascendants. » (Cheysson 1886, p. 49).

  • 10 Un détail technique le montre : les postes de l’économie non monétaire enregistrés dans les budget (...)

65Ainsi, mis en face d’une formule, celle de Galton qui, par l’expression d’une « droite de régression », invente un outil de mise en relation entre distributions, statistiques promis à un grand avenir, il ne voit pas cet outil, et transforme la formule de façon à produire un discours sur la moyenne et la race, qui semble se résumer ici à la « longue et confuse série des ascendants », c’est-à-dire à la lignée plus précisément, les différences interindividuelles ne sont pas indexables, puisque ce sont des « accidents de surface qui s’entrecroisent et a neutralisent », et il n’est pas question d’ordonner les personnes, toutes choses bien sur essentielles dans le raisonnement de Galton10. Seule subsiste donc une « moyenne », supposée représenter le « type », en principe utilisé pour le choix des cas de monographies mais qui, on le voit, ne peut résulter en fait de calculs concrets, puisque la commensurabilité entre les personnes (ou entre les familles) est taboue et que la moyenne est plus une sorte d’idéal que le résultat d’une procédure pratique. De fait, le texte cité ci-dessus se termine par une apologie de la moyenne, symbole d’équilibre et d’harmonie :

« Les astres se balancent dans l’espace autour de leur position moyenne avec un rythme harmonieux, comme vibre la corde sollicitée par l’archet, comme ondule et frissonne la vague au souffle du vent. Sur les continents, les intempéries écrêtent les cimes, dont les fleuves emportent les débris pour combler les abîmes de la mer. L’univers aspire ainsi à la moyenne, qui n’est qu’une autre expression de l’équilibre. » (Cheysson, 1886, p. 52.)

66La statistique mathématique anglaise ne sera introduite en France que vingt ans plus tard, en 1905, par un autre ingénieur, de vingt-trois ans plus jeune que Cheysson, et plus passionné par l’hérédité des talents et l’eugénique que par la famille patriarcale et le droit de tester : Lucien March.

STATISTIQUE GÉOMETRIQUE OU THÉORIE DE L’ÉQUILIBRE GÉNÉRAL

67C’est par rapport au langage de la théorie économique que les contradictions entre le Cheysson ingénieur et le Cheysson moraliste sont les plus visibles, puisqu’elles le conduisent à prendre des positions très différentes dans un cas et dans l’autre. Ainsi, en 1886, il présente devant des ingénieurs un mémoire sur La Statistique géométrique, méthode pour la solution des problèmes commerciaux et industriels (Cheysson, 1887a). Proposée à des responsables de l’industrie, cette « méthode » consiste en une formalisation géométrique des comparaisons de frais de production et de recettes quand les prix varient. Elle conduit donc à la construction de courbes d’offre et de demande dans une optique d’aide à la décision du chef d’entreprise, par exemple pour la fixation des prix, des quantités à produire ou du niveau d’investissement, et non dans une perspective d’étude théorique des mécanismes économiques.

68Il mentionne que les problèmes d’optimisation ainsi posés peuvent être résolus par des méthodes purement géométriques (à partir de courbes empiriquement tracées), ou « par les fonctions analytiques qui les expriment », mais il préfère la première voie, plus aisément accessible aux hommes d’action. Il remarque aussi que sa méthode a des « points de contacts avec des théories émises par Cournot, Dupuit, Stanley Jevons, Walras... », et il cite beaucoup d’autres noms (il annonce la préparation d’un mémoire sur l’histoire de cette méthode, qu’il ne semble pas avoir mené à bien). Mais il se distingue d’eux par un point de vue de praticien :

« Ces auteurs se sont placés au point de vue de l’analyse spéculative pour l’exposition et la dissection des catégories économiques, telles que l’échange, la valeur, la monnaie, plutôt qu’ils n’ont visé des applications pratiques et la solution des problèmes industriels. Mais ils n’ont pas moins droit à nos hommages convaincus et il est juste de saluer en eux les précurseurs qui ont frayé la voie à la transformation commerciale de la méthode. » (Cheysson, 1887a.)

69Mais, de même qu’il n’avait pas aperçu l’apport le plus neuf de Galton, c’est-à-dire l’examen des distributions, Cheysson n’a pas vu non plus l’innovation décisive de l’économie walrassienne : le raisonnement à la marge et l’utilisation du calcul différentiel pour la recherche des situations d’optimalité. Or les catégories de coût marginal ou de productivité marginale ne sont pas seulement des notions « spéculatives », mais peuvent conduire aussi à des formulations opératoires pour la décision économique. Cet aspect de l’économie mathématique alors naissante a échappé à Cheysson : ceci peut sans doute être relié à ce que si, en tant qu’ingénieur, il adhère pleinement à la philosophie industrialiste du xixe siècle et à l’utilisation des découvertes scientifiques pour la rationalisation de la production, en revanche, en tant que philosophe social, il résiste fortement au caractère marchand de l’économie qui se développe alors, destructeur selon lui des valeurs les plus essentielles. Or la théorie walrassienne de l’équilibre général n’est qu’une formalisation grandiose de cette généralisation des échanges marchands.

70Cette réticence se voit très clairement dans la leçon d’ouverture du Cours d’Économie politique de l’École libre des sciences politiques, prononcée par Cheysson en 1882, et publiée dans le recueil de ses Œuvres choisies sous le titre « Le cadre, l’objet et la méthode de l’économie politique ». Présentant alors plusieurs conceptions de cette discipline, et opposant les sciences relevant de l’Académie des sciences à celles qui se rattachent à l’Académie des sciences morales et politiques, il range l’économie parmi les secondes (Cheysson, 1882b).

71Ainsi l’économie n’est pas une science « exacte », et il critique alors sévèrement ceux qui veulent en faire une « algèbre », et la « mettre en équation ». De même, elle n’est pas une science « naturelle », et il vise alors ceux qui, évolutionnistes et déterministes tels Spencer, Huxley ou Buckle, voudraient y trouver des « lois nécessaires ». Elle est en revanche une science morale, en ce sens qu’elle rend compte de l’activité d’hommes responsables soucieux de la pérennité d’un système de valeurs. On comprend alors mieux la lecture partielle qu’il peut faire de la théorie walrassienne de l’équilibre, ou de l’évolutionnisme darwinien de Galton.

LA MÉCANIQUE, LA DÉMOCRATIE ET L’OPINION PUBLIQUE

72Les contradictions apparentes dans le discours « scientifique » de Cheysson semblent résulter de sa difficulté à penser en même temps plusieurs façons de totaliser le monde social, qui émergent et se bousculent tout au long du xixe siècle. On en a déjà rencontré plusieurs. Un texte présenté en 1901 à la Société d’économie sociale, à propos de la mise en place des systèmes de retraites, débute par une longue introduction sur « la puissance de l’idée dans le monde moderne » qui fait une sorte de synthèse de ces thématiques tout à la fois traditionnelles et modernistes entre lesquelles Cheysson se débat.

73S’interrogeant sur la diffusion simultanée, dans les grands pays d’Europe, de lois et de règlementations sociales nouvelles, au cours des dernières années du xixe siècle, il évoque la « puissance de l’opinion publique » et l’action souveraine des idées, qui précèdent l’action du législateur. Il oppose cette situation à celle qui prévalait jadis, où « le peuple ne s’occupait guère de la chose publique, et sauf quelques soubresauts convulsifs, attendait passivement l’impulsion d’en haut » (Cheysson, 1902).

74Or tout cela a changé, sous l’action de deux causes : les progrès de la mécanique et l’avènement de la démocratie. On peut lire dans ce texte le balancement entre d’une part l’acceptation des conséquences du progrès technique et de la concentration industrielle, et d’autre part la crainte des implications du régime démocratique, où « la base de la souveraineté a été déplacée et reportée dans le nombre » : le peuple est dépositaire des valeurs les plus hautes, mais à condition que l’on entre en contact avec lui dans le « tête-à­tête de l’ancien atelier domestique » ou dans l’entretien monographique. En revanche le peuple qui s’exprime par le suffrage universel peut se laisser aller aux pires errements, et ses élus céder à la démagogie.

75Cheysson est comme fasciné et terrifié tout à la fois par ce mécanisme d’agrégation sauvage que constituent la formation de l’opinion publique et sa traduction légale dans l’expression du suffrage universel et dans la représentation parlementaire. Celle-ci est vulnérable aux « idées » que des irresponsables inconscients jettent par les fenêtres, et que le peuple, ce « grand logicien », risque de recueillir en les simplifiant, c’est-à-dire en les transformant en mots d’ordre que les législateurs élus ne pourront que suivre, sous peine d’être balayés.

76Cette frayeur devant les mises en équivalence que suppose la procédure démocratique peut sans doute être reliée au manque d’intérêt pour des procédures statistiques qui supposent des mises en équivalence par le biais de codages « réducteurs », ou pour des élaborations de la théorie économique qui postulent elles aussi des hypothèses de standardisation des comportements des producteurs et des consommateurs.

77Ceci montre aussi les limites du ralliement de fait de Cheysson au régime républicain, signalé au début de ce texte. La démocratie constitue une sorte de moindre mal, rendue inéluctable par le développement des structures économiques et de ce qu’elles supposent de relations nouvelles entre les hommes, mais le danger des totalisations aveugles de l’opinion publique pèse toujours sur l’expression de cette volonté populaire.

78Ce qui empêche cependant Cheysson de verser, ou nom de ce qui précède, dans un discours « anti-statistique » ailleurs fréquent, c’est que l’ingénieur sait très bien ce que la rationalisation de la gestion, d’une entreprise, d’un service public comme celui des Ponts, ou de l’État en général, suppose de procédures statistiques. Le discours social de Cheysson est donc un effort indéfiniment répété pour résoudre cette incompatibilité de fait entre les diverses facettes de sa représentation du monde social.

Annexe : machinisme, democratie et loi du nombre
(Extraits de : Cheysson, 1902 : L’Évolution des idées et des systèmes de retraite)
Le machinisme a multiplié les liens des hommes entre eux.
La mécanique à modifié profondément les conditions de l’organisation du travail, supprimé l’ancien tête-à-tête du maître avec ses compagnons et apprentis au sein de l’atelier domestique, pour agglomérer des centaines d’ouvriers dans de gigantesques manufactures. Au sein da ces agglomérations industrielles et de nos fourmilières urbaines, les courants d’opinion se forment et se déchaînent avec une soudaineté et une intensité jadis inconnues dans la dissémination et l’isolement des habitations rurales ou dans, le calme pacifiant de l’ancienne vie de province.
Les machines ne se sont pas bornées à concentrer les hommes d’une même région : elles ont rapproché ceux de tous les pays par les facilités de communications qui les mettant en rapport incessant et qui ont fait, de tous les marchés du monde, un seul marché universel. Outre les relations économiques dont l’importance va sans cesse grandissant, tous les peuples entretiennent entre eux des relations intellectuelles et morales, qui sont plus importantes encore. Rien de ce qui concerne l’un d’eux ne laisse les autres indifférents. « L’affaire » [Dreyfus], qui a si profondément remué notre pays, a passionné le monde entier.
La démocratie et la loi du nombre
Ce domaine s’élargit sans cesse avec l’extension du régime démocratique. La base de la souveraineté a été déplacée et reportée dans le nombre. Le suffrage universel a mis le pouvoir à la disposition des couches les plus larges et les plus profondes. Ces humbles, ces déshérités d’autrefois, sont brusquement devenus les maîtres par le droit de vote et n’entendent plus se laisser oublier. Ils envahissent la scène, et, par une exagération naturelle a des gens longtemps tenus à l’écart, ils affichent la prétention de l’occuper seuls et d’en déloger tous les autres, qu’ils sont disposés à traiter de parasites et d’intrus. Leurs courtisans, plus obséquieux encore que ceux du grand Roi, leur proclament à satiété : « Qu’étiez-vous ? Rien. – Que devez-vous être ? Tout. » Ils ont fini répéter de bonne foi à force de l’entendre dire : « L’État, c’est nous ». Armés des puissants leviers du vote et de l’association que le régime démocratique met entre leurs mains, prenant de plus en plus conscience de leur puissance de jour en jour plus obéie, ils imposent leurs revendications à l’attention publique et aux Parlements, auxquels ils font sommation de légiférer à leur profit.
Les Parlements, de leur côté, sont en bien mauvaise posture pour résister à cette poussée populaire. C’est la masse électorale qui les a constitués et ils se croient tenus de lui obéir. Ils sont d’ailleurs pénétrés des aspirations qui la soulèvent et ils partagent sa foi, souvent aveugle, dans les remèdes dont elle s’est engouée.
Quant aux Gouvernements, ils cèdent à ce même courant pour ne pas se laisser déborder et pour bénéficier de la popularité qui s’y rattache. C’est ainsi que nous avons vu M. de Bismarck, pendant qu’il combattait le socialisme par en bas à coup de lois d’exception, lui confisquer son programme pour l’exécuter par le socialisme d’en haut, de façon à placer, suivant son expression pittoresque, le peuple « entre un boulet de canon et un pot de confiture ».
Pendant que les économistes – fidèles à leurs traditions qui remontent jusqu’à leur précurseur Diogéne – demandent à l’État de s’ôter de devant leur soleil, l’État cède à une tendance inverse et aggrave chaque jour ses interventions. La loi, qu’on reléguait volontiers dans une sphère élevée, d’où elle planait sur les intérêts sans en troubler le libre jeu, a pris pied sur le sol ; elle s’immisce de plus en plus dans ce ménage économique, dont elle se désintéressait autrefois, et n’hésite plus à pénétrer, soit dans l’atelier pour y régler minutieusement les conditions du travail, soit au foyer domestique, pour assurer, d’après sa conception officielle, le bien-être des travailleurs.
C’est ainsi que se sont multipliées ces lois sociales, qui concernent la sécurité de l’ouvrier, la protection de la femme et de l’enfant, la durée du travail, les accidents, la maladie, la vieillesse.
Comment se fait l’opinion ?
Ça n’est pas, en dépit des apparences, dans les Chambres que se font en réalité les lois. Elles s’élaborent par la presse, les revues, les congrès, en un mot par les facteurs et les organes de l’opinion publique. C’est seulement quand la loi est devenue mûre pour traduire l’idée, que le législateur, qui s’imagine la faire, se borne à la cueillir et à la consacrer par un enregistrement officiel.
Le peuple est un grand logicien.
On n’a donc pas plus le droit de jouer avec l’idée qu’avec le feu. Ils sont bien imprudents ceux qui, par une sorte de dilettantisme mondain et pour se donner une attitude, émettent des paradoxes, lancent des boutades, visent à l’originalité, même au prix des aventures et embraseraient le monde pour tirer un feu d’artifice dans un salon. Ils ne savent pas que, par les fenêtres ouvertes, ces idées vont tomber dans la rue, qu’elles y seront recueillies avidement par le peuple, « ce grand logicien », comme rappelait Felix Pyat. Il ne se bornera pas, le peuple, à cette formule élégante et académique de l’idée : il est simpliste et va droit au but, de sorte que ces dilettantes téméraires seront les premières victimes de l’idée qu’ils auront déchaînée et que leur tête sera peut-être portée au bout d’une pique par ceux-là même dont ils auront inconsciemment armé le bras. Cela s’est vu à certaines époques dans le passé et Dieu veuille que cette expérience ne se recommence pas.
Le Parlement doit se plier à l’opinion
Destinées à vivre toujours ou à n’avoir qu’une courte histoire, les idées, quand elles se sont emparées des esprits populaires, ne souffrent plus aujourd’hui de retard pour l’exécution des ordres qu’elles donnent. Si les Parlements, auxquels je reviens, se montraient rebelles à ces injonctions, leur personnel courrait grand risque d’être balayé par le peuple à la première consultation électorale. S’ils légiféraient contre l’opinion publique, la loi tomberait dans le vide et serait frappée d’impuissance. Moitié donc entraîné par l’influence de milieu, moitié dominé par la crainte de l’électeur, qui est le commencement de la conviction, le législateur se décide à écrire sous la dictée de l’opinion publique et à la suivre même dans son incohérence et sa versatilité.
Les lois sont les vêtements des idées
Lois et institutions nous apparaissent ainsi comme les vêtements, dont l’idée se pare pour se présenter dans le monde et qu’elle s’efforce d’adapter à sa taille et a ses mouvements.
Il peut donc être intéressant de ne pas s’arrêter à ces formes extérieures dont l’idée s’est revêtue, mais de rechercher, sous ses formes elles-mêmes, l’idée qui en est le support, la cause de l’inspiration, et d’expliquer l’évolution des systèmes et des solutions par celles-mêmes des idées qui les ont engendrés. Sous son aspect philosophique, cette étude ne peut pas être accusée de verser dans la métaphysique, s’il est bien entendu qu’elle n’abandonne pas le terrain solide de l’observation et des faits, suivant les traditions léguées à cette société par son illustre fondateur.

Bibliographie

Bibliographie Cheysson

Textes d’Émile CHEYSSON consultés

La plupart de ces textes sont des petites brochures de 20 à 40 pages, conférences prononcées devant des sociétés variées, ou rapports à des institutions officielles. Certains ont été réédités dans les Œuvres choisies en deux volumes, publiés en 1911. Tous ces documents peuvent être consultés au Musée Social, 5 rue Las Cases, 75007 Paris.

D’autres références sont extraites du Journal de la Société de statistique de Paris (en abrégé JSSP), que l’on peut trouver à la bibliothèque de l’INSEE ou à celle de l’Université de Paris I (Maison des sciences économiques).

1878 « Les méthodes de statistique graphique à l’exposition universelle de 1878 », JSSP, p. 323.

1882a « Le Conseil supérieur de statistique », JSSP, supplément au numéro de septembre, p. 1.

1882b « Le cadre, l’objet la méthode de l’économie politique. Leçon d’ouverture du cours de l’École libre des sciences politiques », in Œuvres choisies, 2 vol.

1883 « Discours prononcé par M. Cheysson pour l’inauguration de sa présidence le 17 janvier 1883 », JSSP, p. 29.

1884a « La circulation sur les routes nationales d’après les comptages de 1882 », JSSP, p. 136.

1884b Le salaire au point de vue statistique, économique et social. Rapport à la Société d’Economie Sociale.

1886 « Rapport de la Commission des prix sur les résultats du concours de 1885 (sur la notion de moyenne) », JSSP, p. 43.

1887a « La statistique géométrique. Méthode pour la solution des problèmes commerciaux et industriels » Publication du journal Le Génie Civil.

1887b Le recensement des professions – Rapport au Conseil Supérieur de Statistique, Paris : Imprimerie Nationale.

1887c « La monographie d’atelier », La Réforme Sociale, mai 1887.

1890a « Les lacunes de la statistique et les lois sociales », Communication au Congrès des sociétés savantes, 30 mai 1890, Paris-Guillaumin, 1891.

1890b L’enseignement de la statistique. Rapport au Conseil Supérieur de Statistique, Paris : Imprimerie Nationale.

1890c Les budgets comparés des cent monographies de familles, en collaboration avec A. Toqué, Rome : Botta.

1892 « La machine électrique à recensement », JSSP, p. 87.

1895 « La monographie de commune », Communication à l’Institut International de Statistique, Session de Berne, août 1895.

1896 « La question de la population en France », Revue politique et parlementaire, octobre 1896.

1898 « Les accidents du travail », La Réforme Sociale, Paris : Guillaumin.

1900 « Les rapports des lois d’assurances ouvrières et de la santé publique », Congrès international des accidents du travail et des assurances Sociales, Paris.

1902 « L’évolution des idées et des systèmes de retraite », La Réforme sociale.

1903a « Rapports sur les statistiques de la mutualité et de la criminalité », Bulletin du Conseil supérieur de statistique, n° 8.

1903b « L’influence des lois successorales sur l’expansion de la race », La réforme sociale.

1905 Rapport sur la statistique des accidents du travail – Conseil supérieur de statistique.

Notes

1 Communication pour le Colloque Émile Cheysson, ingénieur social, Le Creusot, 26 janvier 1985.

2 Cette étude trouve place dans une recherche sur l’histoire sociale des formes et des techniques de description statistique, menée dans le cadre du Groupe de sociologie politique et morale (EHESS), que dirige Luc Boltanski. Certaines des analyses présentées ici s’inspirent de la recherche que celui-ci mène en collaboration avec Laurent Thévenot. Sur les relations entre statistiques et sciences sociales de 1900 à 1940, voir Desrosières, 1985.

3 L’importance de la géométrie descriptive dans la formation du mode de penser des ingénieurs du xixe siècle est un des thèmes de la recherche en cours de Stéphane Callens sur ces derniers.

4 Il s’éclipse à Versailles le 18 mars et refuse de rendre le même service aux Communards assiégés à leur, tour : ceux ci brûlent en représailles la maison du 16ème arrondissement. Il est possible que le souvenir de cet accident du travail, difficile à probabiliser, ait eu quelque influence sur ses préoccupations ultérieures à propos de relations entre les classes et des systèmes d’assurances.

5 Cette analyse s’inspire du travail de Luc Boltanski (1984) sur la construction des personnes collectives et sur les ressources que celles-ci offrent en cas de conflit, et de la recherche qu’il mène avec Laurent Thévenot.

6 Cheysson et Durkheim sont bien sûr dans des univers intellectuels très éloignés. Un seul exemple : L’expression "droit de tester", qu’ils emploient tous deux, a en fait pour chacun des connotations très différentes : Pour le premier, c’est le droit de favoriser un de ses enfants par testament, et il en regrette la disparition. Pour le second, c’est le droit de déshériter ses enfants, et il prophétise que ce "droit de tester" va se répandre de plus en plus (Durkheim, 1892).

7 Qui vient des ancêtres, qu’on a hérité de ses aïeux.

8 Durkheim présente lui aussi la formulation de Galton en termes de « retour vers la moyenne », en 1893 dans La Division du travail social (p. 313-314). Bien qu’il n’aille pas jusqu’à l’astuce arithmétique intègrant la race dans la moyenne, son interprétation du « résultat » est néanmoins beaucoup plus proche de celle de Cheysson, qu’il a peut être lue, que de Galton.

9 Celui-ci avait obtenu douze ans plus tôt, en 1893, le premier prix à un concours de monographies d’ateliers, organisé par Cheysson dans le cadre de la SES, pour une étude sur un chiffonnier. Le milieu leplaysien constituait encore en 1905 un réseau social efficace.

10 Un détail technique le montre : les postes de l’économie non monétaire enregistrés dans les budgets de famille devraient poser un problème d’évaluation en unités monétaires, que connaissent bien les comptables nationaux actuels. Or ce problème n’est jamais soulevé par Cheysson, comme laissé aux initiatives locales des enquêteurs. L’uniformisation de la méthode, par exemple avec un prix de marché, est comme taboue.

© Presses des Mines, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540