Version classiqueVersion mobile

Pour une sociologie historique de la quantification

 | 
Alain Desrosières

Chapitre 8. L’opposition entre deux formes d’enquête : monographie et statistique1

Texte intégral

  • 1 Communication au colloque Logiques d’entreprise et formes de légitimité, janvier 1988, Association (...)

1Les ouvrages de méthodes en sciences sociales opposent classiquement les techniques d’enquête qualitatives et quantitatives, ou encore les monographies aux enquêtes statistiques. Cette opposition est souvent interprétée en termes économiques, comme si, à budget d’enquête donné, il s’agissait de choisir entre une connaissance intensive (beaucoup d’informations sur un petit nombre de cas) et une autre extensive (peu d’information mais sur un grand nombre de cas). Même si cette interprétation n’est pas complètement fausse, elle a cependant l’inconvénient de laisser croire que les deux types d’enregistrement sont de même nature, et que si, par exemple, les budgets d’enquête étaient par magie multipliés, ce choix angoissant pourrait être évité.

2On voudrait suggérer ici que ces deux façons de connaître correspondent à deux logiques bien différentes impliquant tout à la fois un aspect politique (avec quel mode de gestion du monde social sont-elles chacune liées ?) et cognitif (quels modes de généralisation et de cumul du savoir impliquent ces enquêtes sur une partie du tout à étudier ?)

3À s’en tenir au strict point de vue cognitif, comme on le fait souvent, on risque fort de s’engager soit dans les dénonciations mutuelles, soit dans les compromis œcuméniques qui juxtaposent les techniques sans égard pour leur hétérogénéité. L’examen des dénonciations croisées est néanmoins utile en ce que, caricaturant le point de vue adverse, elles font apparaître les points saillants qui distinguent les deux modes de connaissance. Qu’est-ce qu’un individu ? Comment mettre en équivalence plusieurs individus pour constituer des catégories ? Qu’est-ce que le tout duquel on infère ?

4La première famille de méthodes a pris des formes variées au cours de l’histoire : monographies, études de communautés, histoires de vie, descriptions fines d’interactions, analyses de conversation... Ainsi Le Play et ses disciples français et anglais du xixe siècle inventent les monographies de familles ouvrières. Ils enregistrent des budgets familiaux, incluant les recettes et les dépenses monétaires et non monétaires. Mais ils ne songent pas à les totaliser, à calculer des moyennes ou à comparer les budgets moyens de diverses catégories. En revanche, ce matériel empirique vient étayer une apologie de, la famille patriarcale et une critique du salariat marchand qui rompt les liens de solidarité traditionnels (Kalaora et Savoye, 1987). Les études de quartiers et de communautés urbaines, développées par l’école de Chicago pendant le premier tiers du xxe siècle, font un large usage d’observations directes. Celles-ci sont destinées à décrire les effets de l’urbanisation rapide des centres industriels américains, et de l’afflux d’immigrés issus de l’Europe centrale et orientale. Le recours à des analyses très localisées ou à des histoires de vie (le « paysan polonais » de W. Thomas et Znaniecki, 1918) ne se justifie que par la valeur supposée exemplaire des cas décrits. À la même époque, des études sont menées sur des petites villes, dotées de noms imaginaires reflétant qu’elles ont été choisies en raison de leur caractère typique ou moyen : Yankee-City, Middletown. Quand, à partir des années 1940, le courant des enquêtes quantitatives, incarné par Lazarsfeld ou Stouffer (le « Soldat Américain ») devient très important, une autre tendance héritière de l’école de Chicago (Chapoulie, 1984) et critique à l’égard de l’usage des statistiques, se maintient à travers les travaux des interactionnistes (Goffmann, Becker) ou des ethnométhodologues (Cicourel, Garfinkel).

5Même si toutes ces enquêtes sont profondément différentes, elles ont en commun un refus des vastes totalisations, et un souci de coller à l’expérience immédiate, de contact entre enquêteur et enquêté, en restituant, de façon de plus en plus détaillée et critique, les conditions mêmes de l’enregistrement. Le reproche essentiel qu’elles font aux totalisations statistiques est de compter ensemble des choses qui sont « en fait » différentes. Elles récusent toutes peu ou prou les procédures de codage, parce que celles-ci perdent ce qui justement ne peut être connu que par une forme ou une autre de familiarité avec les personnes, que ce soit le sens de la famille chez Le Play, ou la façon dont les personnes rendent compte de leurs actes chez Cicourel (1964). Non seulement le codage aplatit, fait perdre une partie des observations, mais en plus il fractionne, isole, selon des critères, des aspects de situations, de personnes, de groupes, qui doivent être vus comme des totalités, perçues et décrites globalement.

6La deuxième famille de méthodes n’est pas seulement définie, comme on le croit souvent par la quantification, mais aussi par une autre conception de la totalité (celle de l’exhaustivité) et par le fait que les cas peuvent être comparés analytiquement, et non plus seulement globalement. À ce point de vue, les enquêtes de Le Play, bien qu’établissant des budgets chiffrés de familles ouvrières, relèvent plutôt de la première famille puisque ces budgets ne sont jamais comparés entre eux, comme le feront par exemple peu après Engel ou Halbwachs.

7Le principal reproche que les tenants des méthodes statistiques et représentatives adressent aux monographies est leur incapacité à généraliser, c’est-à-dire à inférer, avec un certain degré de probabilité, une connaissance valable pour un tout défini cette fois en termes d’exhaustivité. Le caractère transposable et extrapolable du savoir prend alors une importance décisive.

8Ces critiques réciproques, cantonnées à la seule sphère cognitive, peuvent subsister longtemps en l’état, et les deux techniques coexister en s’ignorant (ou en se juxtaposant artificiellement), en l’absence d’une mise en relation de chacun de ces deux pôles avec des façons plus larges, et surtout bien diversifiées, de construire le lien social, dont le travail de Boltanski et Thévenot offre une conceptualisation très éclairante.

9La confrontation des dénonciations mutuelles très classiques explicitées ci-dessus a montré que ces deux méthodes ne s’opposent pas, comme on le croit parfois, comme le petit au grand, le micro au macro, mais plutôt comme deux façons hétérogènes de construire la totalité. En effet, chacune des deux reproche à l’autre de perdre une totalité, mais ce n’est pas la même. Dans un cas, c’est celle d’une personne, d’une situation, d’un sens, que la codification statistique mutile, tronçonne, réduit, selon l’expression la plus fréquemment employée. Dans l’autre cas, en revanche, c’est celle d’une population, dotée de limites précises, définie comme une catégorie logique, un ensemble d’éléments distincts (l’appartenance à l’ensemble pouvant d’ailleurs être probabiliste et non certaine, comme dans les ensembles flous, mais c’est la même logique).

10L’opposition entre les deux modes d’enquête renvoie donc à deux façons de construire des catégories au double sens de catégorie de pensée (comment décrire le monde social ?) et d’action (comment transformer le monde social ?). Diverses recherches en psychologie cognitive ont montré que les catégories mentales, par exemple celles du langage, peuvent être apprises par l’enfant soit par ressemblance (diverses choses sont assimilées à l’une d’entre elles jugée typique) ou par voisinage (des choses qui vont ensemble), soit en revanche sur la base de critères formels identiques, c’est-à-dire par sélection d’un aspect (la forme, la couleur, la taille, l’épaisseur...) rendant les choses équivalentes d’un certain point de vue, ou critère (Thévenot, 1984).

11Les travaux antérieurs menés sur la nomenclature socioprofessionnelle française ont par exemple montré que ces deux modes de construction des catégories étaient de fait à l’œuvre dans les taxinomies utilisées par les statisticiens (Desrosières, Thévenot, 2002). Cette coexistence, qui suscite l’irritation des théoriciens (qui en général souhaiteraient un mode critériel pur), est le reflet de ce que l’espace professionnel lui-même s’est historiquement construit sur la double base de la tradition des métiers (liée à une forme encore familiale et artisanale de la production), et des grilles d’emplois qualifiés, induites par une mise en relation logique entre des compétences codifiées par des diplômes et des postes résultant de l’organisation rationnelle du travail dans les grandes entreprises industrielles.

12Cet exemple de la construction des classifications socioprofessionnelles est particulièrement intéressant car il porte en lui les dimensions tant cognitives que politiques de la construction des catégories, en renvoyant à deux des modes de généralisation décrits par Boltanski et Thévenot, respectivement « domestique » et « industriel ». Le premier est centré sur la proximité, la familiarité, la relation directe entre des personnes qui se côtoient depuis longtemps, par exemple dans la famille, la ferme, l’atelier artisanal ou la boutique. Leurs connaissances sont le fruit d’une longue tradition, d’un savoir-faire, dont les éléments s’agrègent, au cours d’un apprentissage par contiguïté, par ressemblance, et non par mise en forme systématique. On reconnaît là beaucoup des traits qui caractérisent la connaissance monographique, que ce soit celle du notable familialiste leplaysien du xixe siècle, de l’anthropologue qui étudie les structures de parenté des populations d’Amazonie, du sociologue de Chicago décrivant des serveurs de bar, ou du psychanalyste à l’écoute des névroses familiales.

13Le second mode de généralisation, en revanche, dit « industriel », est lié aux conceptualisations formelles que la science a fournies à des formes de production en série, où des choses peuvent être produites selon des normes, des standards, consignés dans des codes, des dessins techniques, permettant la reproduction à l’identique. Les savoirs correspondants peuvent être systématisés, codifiés et transmis scolairement grâce à des manuels. Ils sont détachés des personnes, des traditions, de l’histoire. L’état actuel du savoir inclut les derniers perfectionnements et n’implique pas la récapitulation toujours répétée des savoirs antérieurs comme c’est le cas pour les traditions lettrées. Les sciences de l’ingénieur exigent des formes transposables, reproductibles, généralisables par des modifications bien réglées : on reconnaît les attributs des modèles statistiques dont se servent les réformateurs sociaux du début du siècle mettant en place les premiers systèmes de protection sociale, les fabricants des premiers sondages d’opinion politique ou des études de marché dans l’Amérique des années 1930 (Pollak, 1979), les macroéconomistes bâtissant la comptabilité nationale des années 1950 (Fourquet, 1980), ou les économètres d’aujourd’hui. Dans tous ces cas, en apparence très divers, la connaissance est destinée à étayer une transformation du monde social selon des modes standardisés.

14On pourrait être tenté de parler à ce propos de « grande échelle », de « grande série », en opposant ces techniques statistiques à la petite taille de la monographie, de l’étude de terrain, de l’atelier artisanal produisant à l’unité des sabots (ou des enquêtes locales). Il est vrai que les grandes institutions statistiques produisant des recensements sur un mode industriel, s’opposent à l’enquêteur isolé qui fait des interviews approfondies.

15Ce serait cependant méconnaître que ce dernier généralise aussi à sa façon, et que les travaux qu’il produit ont toujours l’ambition d’une généralisation. Bien des travaux monographiques sont présentés sous des titres incluant deux parties : un problème général, suivi de « le cas de... » et d’un « cas particulier » supposé de portée générale. C’est cette rhétorique de l’exemple qui supporte des modes de construction et diffusion du savoir eux-mêmes trop généraux pour qu’on les traite comme « petits ». Ils sont à l’œuvre toutes les fois que des personnes sont impliquées par des relations de familialité, de contiguïté et souvent de longue durée avec d’autres personnes, ce qui, somme toute, reste assez fréquent.

LA DÉTERRITORIALISATION DE LA DESCRIPTION DU MONDE SOCIAL

16Les deux modes de construction de la généralité suggérés ont pu et peuvent encore faire l’objet des combinaisons les plus variées, et le fait de les avoir distingués nettement permet ensuite d’analyser ces formes de compromis. On en mentionne ici deux exemples, l’un tiré de l’histoire de la statistique administrative, et l’autre de certains développements récents des méthodes de statistique mathématique.

17Jusqu’aux premières années du xixe siècle, le mot « statistique » (d’origine allemande) était synonyme de description d’un État, sous divers aspects (droit, coutumes, histoire, climat, économie, mode de gouvernement, etc.) sans impliquer un usage privilégié de nombres. Liée à un territoire, cette « statistique » était adressée au prince qui gouvernait celui-ci, et n’était pas d’emblée destinée à des comparaisons entre États. Ce n’est qu’à la fin du xviiie siècle que les premiers « tableaux », croisant les États et les dimensions décrites encore de façon littéraire, ont été dressés à des fins de comparaison, et encore cela suscitait-il de vives critiques des puristes de la première « statistique », qui arguaient de l’impossibilité de comparer des choses non comparables : on reconnaît là la forme classique de la dénonciation de la mise en équivalence. La statistique du xviiie siècle, encore pratiquée par exemple entre 1800 et 1806 dans la célèbre « statistique des préfets » commandée par le ministre de l’Intérieur français Chaptal, relevait encore de ce que nous avons appelé ci-dessus « monographie » (Bourguet, 1988).

18Le changement de sens du mot « statistique » apparaît clairement en France vers 1806, quand Napoléon prend conscience de ce que la statistique que lui fournissent les préfets est inutilisable pour ses projets de gestion unifiée de l’Empire dans le cadre de l’économie de guerre et du blocus continental. Il commande alors des recensements et des grandes enquêtes agricoles et industrielles, fournissant des chiffres de production de blé, de charbon, de fer, etc. Les difficultés de ces totalisations apparaissent néanmoins : peut-on additionner des productions (de blés ou de charbons) de qualités différentes ?

19La statistique administrative gardera cependant longtemps, ne serait-ce qu’en raison du caractère très localisé de son enregistrement, la trace de son origine ancienne. Ainsi les recensements industriels de 1841 et 1861 ne parviennent pas à être exhaustifs, et leurs résultats sont finalement utilisés comme des cas monographiques, comme des exemples. De même les résultats des recensements de population sont présentés, jusqu’aux années 1940, principalement selon les découpages départementaux : la statistique reste très territoriale. Ce n’est qu’après 1945 que l’unification et l’extension d’un vocabulaire socio-économique national (catégories de salaires des conventions collectives, grilles de diplômes, comptabilité nationale...) feront peu à peu disparaître le territoire de l’appareil central de description statistique de l’État, en lui laissant des places bien spécialisées, déconnectées des lieux des débats les plus généraux.

20Cette déterritorialisation de la description du monde social apparaît bien comme liée à celle de la gestion elle-même de celui-ci. On peut le montrer par exemple en mettant en parallèle l’évolution, vers la fin du xixe siècle, des techniques de gestion des problèmes de pauvreté, et celles des enquêtes sociales (Hennock, 1987). Les premières passent peu à peu de l’assistance paroissiale ou municipale, dans un cadre de familiarité locale, à des systèmes nationaux de protection sociale, assis sur des lois et des codes critérialisés, incluant les personnes dans des catégories d’ayant droit. Vers la même époque, les enquêtes sur le monde ouvrier ou les pauvres passent des monographies leplaysiennes, ou des descriptions de villes (Booth, Rowntree, école de Chicago) à des techniques d’enquêtes par sondage sur échantillons représentatifs répartis sur tout le territoire. Cette dernière méthode suppose de dresser des listes de cas mis en équivalence (base de sondage), des procédures de tirage aléatoire bien réglées, des calculs d’intervalle de confiance pour les résultats. Cette machinerie ne se généralise que dans les années 1920 et 1930, c’est-à-dire plus d’un siècle après que les schèmes probabilistes qu’elle implique aient été construits. Ceci montre bien que la contrainte de représentativité est liée à la cohérence d’ensemble d’un montage politique et cognitif : ici, l’appareil des systèmes de protection sociale, puis (mais un peu plus tard seulement) les études de marché nationales et les sondages politiques (Desrosières, 1988a).

21Un indice de ce qui précède est la relative inadaptation des enquêtes par sondage, effectuées sur des échantillons représentatifs au niveau national, à décrire des situations régionales, et, a fortiori, locales. Elles sont conçues pour opérer des mesures sur une totalité implicitement homogénéisée au plan national, et peuvent, au mieux, faire apparaître des inégalités entre grandes régions, conçues comme des découpages du tout national, et non comme des éléments distincts dotés d’identités spécifiques.

22Souvent même, de telles enquêtes peuvent être décentralisées pour leur mise en œuvre sur le terrain, dans les antennes régionales des vastes institutions nationales qui les ont conçues, sans que, pour autant, ces antennes puissent en utiliser les résultats pour décrire les régions mêmes qu’elles couvrent, puisque, à ce niveau, les enquêtes ne sont plus « représentatives ». Dans un tel cas, le découpage territorial a pour origine la nation entière, et non des éléments de base locaux. C’est d’ailleurs bien ce qui s’est passé en 1789 quand la France a été découpée en départements de modèle identique, alors que, précédemment, le royaume était encore largement une juxtaposition de provinces pensées séparément ; l’hétérogénéité était non seulement inscrite dans les faits, mais résultait surtout d’une totalisation commençant par le bas, et non par le haut comme ce sera le cas après 1789. La France du début du xixe siècle est sans doute, encore très peu homogène, mais, et cela est essentiel pour les sciences sociales qui commencent à s’édifier, elle est désormais pensée en termes d’unité nationale homogénéisée, par tous les régimes qui vont se succéder à partir de Napoléon, même si, comme on l’a vu, les institutions statistiques gardent encore longtemps la trace de leur origine territorialisée.

23L’illustration a contrario de ce qui précède est fournie par la difficulté à penser par exemple l’Europe des douze dans de tels termes : chaque État-nation constitue une entité culturelle relevant, pour les comparaisons entre pays, de la connaissance monographique et non pas des totalisations statistiques, et on conçoit encore mal de présenter de telles totalisations valables pour toute l’Europe, sans distinctions entre les États. Dans ce cas, le travail politique, analogue à celui de 1789 pour la France, n’étant pas fait, ce type d’enquête européenne est encore impensable.

24On le voit aussi quand, dans une même nation, on s’interroge sur la comparabilité des résultats concernant des populations immigrées. Les statisticiens sont alors réticents à intégrer dans leurs tableaux comparatifs des personnes « de cultures différentes ». Souvent on le voit, le terme « culture » renvoie à ces questions d’identités, cohérentes avec le mode de connaissance monographique.

25Un autre aspect frappant du développement des statistiques dans les méthodes de sciences sociales est le passage progressif d’un langage de groupes sociaux (dont le territoire est un cas important) à un langage de variables. Ainsi les études statistiques encore nombreuses axées sur des descriptions ou même des comparaisons de catégories sociales, de types de familles, de régions, gardent la trace, d’une certaine manière, des méthodes monographiques. En revanche, celles qui privilégient les interactions entre variables (par exemple selon des techniques économétriques, maintenant très en vogue, dérivées de l’analyse de variance) sont beaucoup plus pures du point de vue du schème « critériel » décrit ci-dessus, puisque toute interrogation sur la globalité d’une situation, d’une personne ou d’un groupe, y a disparu.

26En revanche, le développement, lui aussi récent en France, d’autres méthodes statistiques (analyse factorielle, analyse des correspondances) très utilisées par exemple en sociologie, implique une forme de compromis que l’on peut décrire dans les termes de l’opposition décrite ci-dessus. Si elles impliquent l’utilisation d’un fichier de variables manifestement critérialisées, elles visent néanmoins à reconstituer en partie des totalités de type monographique, soit par des typologies (méthodes de segmentation), soit par des descriptions d’espaces, dont les zones présentent des cohérences spécifiques. Le langage de présentation des analyses de ce type est souvent une sorte de reconstitution de celui des descriptions monographiques, en ce qu’il vise à suggérer des cohérences globales centrées sur des personnes ou des groupes, et non sur des variables, comme c’est le cas pour les méthodes plus pures évoquées précédemment. Ces analyses se prêtent d’ailleurs bien à une association avec de véritables monographies comme le montrent par exemple les travaux de Bernard Zarca (1986) sur les artisans.

27La distinction proposée entre deux façons relativement pures de construire la généralité permet, on le voit, de sortir des condamnations réciproques, auxquelles les confrontations de méthodes de recherche entraînent souvent, au profit d’une appréciation d’ensemble de multiples façons de construire et cumuler le savoir, que l’on ne peut séparer des montages de gens et de choses dans lesquels elles trouvent place (Latour, 1984).

Notes

1 Communication au colloque Logiques d’entreprise et formes de légitimité, janvier 1988, Association française de science politique.

© Presses des Mines, 2008

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search