Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La sociologie sur le vif

 | 
Cyril Lemieux

IV. Social

Le mouvement social guadeloupéen est-il importable en métropole ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Vendredi dernier, dans un entretien accordé au journal Le Parisien, la première secrétaire du PS, Martine Aubry, a dit craindre « que le sentiment de ras-le-bol des Guadeloupéens ne se diffuse ici [en métropole] ». « Il faut tout faire pour que ça n’arrive pas » ajoutait-elle. Il est vrai que depuis plus de trois semaines, c’est toute la vie économique de la Guadeloupe qui se trouve paralysée. Le 30 janvier dernier, pas moins de 65 000 personnes ont défilé dans les rues de Pointe-à-Pitre pour protester contre la vie chère et les inégalités. Rapporté à la population de l’île, c’est comme si 10 millions de personnes avaient défilé à Paris, a souligné Elie Domota, le leader du mouvement. Du jamais vu. Or, ce grand mouvement populaire a fait tache d’huile en Martinique voisine et plus récemment encore, à 15 000 km de là, sur l’île de la Réunion. Martine Aubry a-t-elle raison de craindre que la tache d’huile ne s’étende maintenant à la métropole ?

Rien n’est moins sûr. Ou disons plutôt, p...

© Presses des Mines, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540