Version classiqueVersion mobile

Débordements

 | 
Madeleine Akrich
, 
Yannick Barthe
, 
Fabian Muniesa
, 
et al.

Michel Callon et le « tournant performatif » de la théorie de l’acteur-réseau. Vers une anthropologie des objets techniques en situation

Christian Licoppe

Texte intégral

1Cet essai vise à explorer les pistes qu’ouvre la relecture que Michel Callon propose de la théorie de l’acteur-réseau à partir du concept de performativité. Je m’intéresserai moins aux questions de « performation » (que développe l’auteur pour rendre compte des relations entre l’économie comme science et l’organisation des marchés) qu’au retour que cette perspective permet vers la situation en tant que « performance ». Je pense en particulier que la possibilité d’articuler des questions relatives à la performativité des énoncés (au sens austinien du terme) et des agencements socio-techniques (au sens de la théorie de l’acteur-réseau) ouvre une voie originale pour comprendre les usages situés des dispositifs techniques, c’est-à-dire pour une véritable anthropologie des technologies en action.

Le tournant performatif : nouveaux rapprochements au sein des Science and Technology Studies

2Les travaux récents de Michel Callon (Callon, 2007) ont mis en évidence les liens entre la théorie de l’acteur-réseau et un ensemble d’approches qui se réclament de la performativité. Dans la théorie de l’acteur-réseau, la scientificité de certains faits, ou l’efficacité des systèmes techniques, ne sont pas des propriétés essentielles de la nature ou des artefacts. Elles sont au contraire la conséquence d’un incessant travail de traduction et d’intéressement, et ne « tiennent » que pour autant que ces processus stabilisent durablement un acteur-réseau qui leur confère leur cohérence. La vérité d’un fait scientifique ou l’efficacité des technologies sont sans cesse produites, et remises en jeu lors de chaque épreuve de traduction. La sociologie des sciences devient une théorie de la performativité des propositions scientifiques et des dispositifs socio-techniques qui les sous-tendent, prises de manière isolée ou collectivement (dans le cas de la performation des marchés économiques par l’économie-science).

3Cette lecture particulière de la sociologie de l’innovation permet des rapprochements et des dialogues féconds avec d’autres perspectives issues des Gender Studies et des Cultural Studies. Celles-ci utilisent la notion de performativité comme une arme pour contrer différentes formes de positivisme traversant aussi bien le sens commun que les discours savants, et dans lesquelles des catégories sont naturalisées et réifiées de telle sorte qu’elles apparaissent comme des attributs intrinsèques des objets qu’elles prédiquent. Dans les approches critiques qui partagent une orientation vers les questions de performativité, il s’agit au contraire de montrer comment des catégories et des attributs comme les qualités genrées (Butler, 1990), la matérialité des choses (Barad, 2003) ou encore la distinction entre homme et machine (Suchman, 2007), ne sont pas donnés a priori mais forgés au cours d’épreuves répétées où ils courent toujours le risque de se défaire ou se transformer.

4Le succès des actions qu’accomplissent les énoncés et la stabilité des catégories dans les épreuves ne sont en effet pas garantis. Le risque d’échec de l’action n’est pas d’ordre contingent. Il est structurel et constitutif de toute opération performative. C’est parce que l’action peut échouer qu’elle est dotée du pouvoir de produire la réalité et réciproquement (Butler, 2010). La variété des excuses que met en évidence Austin (Austin, 1961) révèle la vulnérabilité fondamentale de l’action humaine et son ouverture au monde (Laugier, 2004). C’est à cause de notre vulnérabilité à la performativité linguistique en tant que sujets humains que les mots injurieux peuvent nous blesser chaque fois qu’ils nous sont adressés (Butler, 1997). Mais cette vulnérabilité fondamentale fonde également la possibilité d’ouvrir le jeu, et d’inventer de nouvelles réponses et de nouvelles figures du sujet dans chaque répétition de l’épreuve que constitue l’énonciation de paroles blessantes. Traduit dans les termes de la sociologie de l’innovation, cela revient à dire que l’acteur-réseau peut se déstabiliser ou se défaire, non pas seulement superficiellement, du fait des désintérêts contingents des acteurs ou d’aléas dans le processus de traduction, mais de manière plus profonde. C’est précisément parce qu’il est doté d’un pouvoir d’ordre performatif qu’il est « structurellement » vulnérable à l’échec de la répétition dans le travail d’association et de traduction.

L’enracinement du phénomène performatif dans des agencements socio-techniques

5La sociologie de l’innovation apporte également un regard nouveau sur la performativité en tant que phénomène. Si des propositions scientifiques peuvent produire le contexte dont elles dépendent, ce pouvoir s’enracine dans l’agentivité des agencements socio-techniques mobilisés dans les situations où elles sont employées (Callon, 2007). Ces agencements combinent des acteurs humains et non humains, et ne se placent ni complètement dans l’ordre de la matérialité ni complètement dans le champ du langage. Un objet technique est par exemple indissociable de toutes les descriptions et mises en mot qui pointent vers lui, par exemple sous la forme de « programmes d’action » (Callon, 1991). Ceci permet de critiquer les théories qui fondent la performativité essentiellement dans l’ordre du discours, comme chez Judith Butler pour qui les identités de genre sont produites dans des « performances » discursives répétées (Butler, 1990). On pourra par exemple lui reprocher de ne pas tenir compte dans sa manière de montrer la construction des identités de genre de la matérialité des organes féminins et des instruments médicaux (Mol, 2002). La critique de type STS vaut tout autant pour les perspectives sociologisantes pour lesquelles la force des énoncés s’ancre dans des institutions et des macro-entités « extérieures » au langage, à travers le pouvoir qu’elles confèrent à l’énonciateur, par exemple s’il s’agit d’un magistrat au cours d’un procès (Bourdieu, 1982).

6La position philosophique la plus proche se trouve dans le concept d’agencement collectif développé par Gilles Deleuze et Félix Guattari. Ceux-ci se donnent pour objectif de saisir l’articulation entre l’énoncé et l’action sociale qu’il accomplit sans rabattre l’un sur l’autre, et en lui conservant une épaisseur propre. Entre le discours et l’action il y a donc un entre-deux, fait du bruissement et des agissements de multiples voix. Cette hétéroglossie est selon eux caractéristique d’un « agencement collectif », ni complètement de l’ordre du langage ni complètement en dehors, et à travers lequel se réalise l’articulation des dimensions du langage et de l’action dans l’énonciation (Deleuze & Guattari, 1980). Il suffit d’incorporer à cet agencement collectif l’agentivité des non humains, entendus comme des dispositifs touffus, combinant matérialité, paroles et inscriptions, pour y retrouver quelque chose qui rappelle beaucoup « l’agencement socio-technique » de la théorie de l’acteur-réseau (Callon, Millo & Muniesa, 2007).

7En relisant la sociologie de l’innovation à travers le prisme de la performativité, Michel Callon semble en outre pointer deux échelles d’analyse très différentes (Callon, 2007) : 1/ celle de la « performation », par laquelle un ensemble de propositions, d’artefacts et de pratiques (telles que celles de l’économie en tant que discipline) produisent le monde qu’elles décrivent (les marchés économiques) ; 2/ une autre piste juste esquissée, dans laquelle les énoncés descriptifs singuliers (que produit nécessairement toute discipline scientifique) produisent le contexte particulier auquel ils se réfèrent. La théorie de l’acteur-réseau me semble alors se rapprocher au plus près d’un traitement pragmatique de la performativité (quelle action sociale accomplit telle énonciation dans cette situation-là ?) et d’approches interactionnelles qu’elle avait jusque là cherché le plus possible à mettre à distance (Latour, 1994 ; 2005). En quoi l’idée que la performativité des énoncés repose sur des agencements socio-techniques ouvre-t-elle des voies nouvelles pour analyser les situations, et comprendre ce qu’y font non seulement les mots mais aussi les choses ?

Reconstruire les agencements socio-techniques qui affleurent à la surface des situations

8Concedntrons-nous sur un domaine particulier, celui des technologies de communication, pour lesquelles ces questions revêtent une grande acuité. Dans une approche informationnelle ou sémantique traditionnelle, le message et son sens sont séparés du dispositif technique de transmission et de réception. Lorsqu’elles fonctionnent techniquement bien (on s’entend et éventuellement on se voit correctement, indépendamment d’inévitables petits problèmes « techniques » de codage et de décodage), les technologies de communication sont donc traitées comme transparentes dans l’interaction. Une manière de leur restituer leur opacité, et par conséquent leur agentivité dans les situations ordinaires de communication, consiste à travailler à partir d’une approche non pas sémantico-informationnelle mais pragmatique de la communication. Certains chercheurs promoteurs des workplace studies (Luff et al., 2000) ont ainsi montré que ce que « font » les dispositifs de vidéo-communication et les média space devient visible lorsque l’on considère les problèmes pratiques spécifiques que pose l’accomplissement d’actions ordinaires dans leurs « écologies fracturées » : la sollicitation du regard par un autrui distant, le travail référentiel et plus particulièrement la deixis verbale et gestuelle (Heath et al., 1992 ; Heath & Hindmarsh, 1997 ; Luff et al., 2003). Parce que les exemples les plus frappants dans ces recherches impliquent tous différentes formes de performativité, un rapprochement est possible avec la sociologie des sciences et des techniques que propose Michel Callon dans ses derniers travaux. Il faut toutefois être en mesure de retrouver et déplier les agencements socio-techniques pertinents plus ou moins enfouis dans l’organisation d’un événement de communication donné.

9En restant dans le cadre linguistique, il est déjà possible de remplacer, à l’intérieur même de l’énoncé, au niveau des verbes d’actions utilisés, le « faire » par le « faire faire », comme y invite d’ailleurs la théorie de l’acteur-réseau (Latour, 2005). En répétant ce type d’opération, l’analyste fait surgir des chaînes d’agentivité textuelle de plus en plus longues, potentiellement à l’œuvre dans tout énoncé (Cooren, 2008) : « A a donné à B l’objet X » devient « C fait que A a donné à B l’objet X ». Le langage est donc structurellement vulnérable à la prolifération de l’agentivité, à travers ce type de développement méta-pragmatique qui joue un rôle analogue à celui de la paraphrase dans le domaine sémantique. Reste la question d’arrêter empiriquement cette prolifération et de ne conserver que l’agencement actif pertinent.

10Une des manières de le faire me semble être de revenir, comme Austin l’a fait lui-même après ses leçons originelles sur la performativité (Austin, 1970), à tous ces cas où l’action manque son but, et qui suscitent donc des justifications et des excuses (Scott & Lyman, 1968), et souvent aussi des discussions portant sur la justesse et la pertinence de ces dernières. Les justifications et les excuses sont l’occasion d’imputations de responsabilités et d’intentions particulières à différents actants, humains et non humains, orientées vers les détails pertinents de la situation en cours. Ce travail d’attribution, dans la manière dont il mobilise différentes formes d’entités et de relations entre celles-ci de manière ajustée aux contingences de la situation, rend pertinente une certaine configuration d’agencement socio-technique au moment de la production de l’excuse. Celle-ci représente également un choix publiquement signifiant par rapport à la multiplicité des chaînes d’action et de responsabilité qui pourraient aussi être évoquées de manière plausible. Le fait que ce soit cette partie-là de l’agencement socio-technique qui affleure ainsi à la surface de la situation constitue une puissante ressource pour l’analyste. À ma connaissance, un tel rapprochement de la théorie de l’acteur réseau et des analyses d’inspiration ethnométhodologique a rarement été tenté, et je voudrais terminer par un exemple.

L’échec d’un acte de langage dans une situation technologiquement équipée

11Ce cas est tiré d’un projet de recherche en cours sur les usages de la visioconférence dans le système judiciaire français. Il s’agit d’un procès d’assises à fort retentissement local qui se tient à Saint-Denis de la Réunion et où plusieurs gendarmes sur l’île au moment des faits témoignent à partir d’une salle du Palais de Justice à Paris. À la fin du témoignage d’un de ceux-ci (l’image émise de Paris est cadrée en champ rapproché), le juge demande au technicien censé être présent dans la salle d’aller chercher le témoin suivant. Comme il ne le voit pas dans le cadre au moment où il profère sa requête, il ne sait pas si une des conditions de félicité nécessaire à la reconnaissance et au succès de celle-ci (que le destinataire auquel il s’adresse soit en mesure de l’entendre) est remplie. S’installe un long silence de près d’une minute et demie (et hautement public puisqu’il prend place dans une cour d’assises bondée), puis plusieurs interventions du procureur (qui est le promoteur du dispositif technique) pour vérifier s’il y a bien quelqu’un dans la salle à Paris. Lorsqu’enfin le technicien (qui était allé fumer une cigarette dans le couloir) revient, reçoit et accepte ses instructions, et repart chercher le témoin suivant, le procureur initie une petite séquence de justification des techniciens parisiens (il y en a en fait deux qui sont supposés se relayer) :

  • Procureur : on les a mis à contribution là quand-même
  • Président : oui oui
  • Procureur : parce qu’ils ont beaucoup à faire (.) et c’était pas prévu que ça soit aussi long.

12Cette justification est orientée rétrospectivement vers toutes les conséquences qui s’ensuivent concrètement de l’échec de l’acte de langage initial du président. Elle est finement ajustée aux contingences de la situation. En inscrivant le comportement des techniciens dans une marge de tolérance, cette forme de justification les exonère de tout manquement sanctionable. Elle écarte également par avance l’interprétation que le juge, légalement responsable de la police d’audience dans le Code de Procédure Pénale, aurait pu, ne serait-ce qu’un moment, ne pas contrôler le déroulement de celle-ci. Pour fonctionner, cette justification mobilise, rend saillante et publique une certaine formulation du type d’accord et d’arrangement souple qui caractérise cette situation distribuée d’audience d’assises, et dans laquelle les techniciens parisiens rendent service à une cour d’assises lointaine, au-delà de leurs obligations hiérarchiques et leurs tâches habituelles. Ce type de travail d’organisation (organizing) qui repose sur des services informels rendus d’une cour à l’autre, en dehors des activités courantes et sur la base de réseaux d’interconnaissance est tout à fait typique des agencements socio-techniques qui dans cette période d’innovation permettent à des témoignages à distance d’être entendus en cour d’assises (Dumoulin & Licoppe, 2009). Cette justification articule, configure et produit donc en situation le type d’efficacité performative qui peut être attendu de certaines requêtes du président et l’agencement socio technique qui étaie et ratifie ces attentes. Elle constitue une formulation parmi de nombreuses autres possibles ou plausibles, et manifeste un choix contingent et intelligible par rapport à la situation en cours, dont elle révèle certains détails de l’organisation. Il aurait par exemple été tout aussi juste ou plausible pour le président ou le procureur d’invoquer de manière pédagogique la technologie elle- même, en expliquant comment elle conduit à des difficultés spécifiques pour percevoir ce qui se passe hors champ, et en faisant ainsi patienter l’audience dans l’attente du retour du technicien. Mais cela aurait été inapproprié dans la situation car cela aurait pu laisser entendre que le président ne contrôlait pas ce qui se passe dans la salle distante (et par conséquent dans son audience) et ouvert cette salle au soupçon.

13Dans la situation de mon exemple, la technologie « fait » bien quelque chose (elle contribue à ce que le performatif puisse échouer à l’occasion et d’une certaine manière) mais les participants ne s’orientent pas vers le dispositif technique et ses « qualités » en tant que tels pour en rendre compte. Ils mobilisent plutôt un agencement socio-technique plus vaste qui intègre des liens et des accords passés entre différents participants autour de l’usage de la technologie de communication employée, quitte à devoir rendre visibles certains arrangements de coulisses. Cette orientation est constitutive de ce que l’on pourrait appeler la texture performative de la situation, c’est-à-dire la manière dont certains mots ou certains gestes accomplissent ou sont susceptibles d’accomplir des actions sociales pertinentes, et dont ils réussissent et échouent. Cette texture performative se manifeste dans des épreuves, des « performances » interactionnelles situées, et s’ancre dans un réseau d’agentivités socio-techniques.

Conclusion

14Le « tournant performatif » que Michel Callon imprime à la sociologie des sciences et des techniques favorise le rapprochement fécond de celle-ci avec les études de genre et les cultural studies, pour faire front commun contre les positivismes de tous bords. Mais j’ai cherché à montrer comment, en liant l’efficacité performative aux agencements socio-techniques, cette démarche permettait également des rapprochements encore peu explorés entre la sociologie de l’innovation et les approches interactionnistes ou d’inspiration ethnométhodologiques centrées sur l’analyse des situations. Loin de considérer la technologie de communication comme transparente, et partie intégrante d’un cadre ensuite mis entre parenthèses, il faut la considérer comme un élément dans un agencement socio-technique « actif » dans la manière dont certains gestes ou énoncés peuvent réussir ou échouer en tant que performatifs. Cette articulation profonde peut devenir empiriquement observable, par exemple lorsque les participants sont amenés à justifier en situation l’échec d’un acte de langage.

Bibliographie

Références

Austin, J. L. (1961), Philosophical Papers, Oxford : Oxford University Press.

Austin, J. L. (1970), Quand dire c’est faire, Paris : Le Seuil.

Barad, K. (2003), « Posthumanist Performativity : Toward an Understanding of How Matter Comes to Matter », Signs : Journal of Women in Culture and Society, 28 (3), p. 801-831.

Bourdieu, P. (1982), Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris : Fayard.

Butler, J. (1990), Gender Trouble, London : Routledge.

Butler, J. (1997), Excitable Speech, London : Routledge.

Butler, J. (2010), « Performative Agency », Journal of Cultural Economy, à paraître.

Callon, M. (1991), « Techno-economic Networks and Irreversibility », in J. Law (ed.), A Sociology of Monsters, London : Routledge, p. 133-161.

Callon, M. (2007), « What Does it Mean to Say that Economics is Performative ? », in D. Mackenzie, F. Muniesa & L. Siu (eds), Do Economists Make Markets ? On the Performativity of Economics, Princeton, NJ : Princeton University Press, p. 311-357.

Callon, M., Y. Millo & F. Muniesa (2007), Market Devices. Oxford : Blackwell.

Cooren, F. (2008), « Between Semiotics and Pragmatics : Opening Language Studies to Textual Agency », Journal of Pragmatics, 40, p. 1-16.

Deleuze, G. & F. Guattari (1980), Capitalisme et schizophrénie. 2. Mille plateaux, Paris : Minuit.

Dumoulin, L. & C. Licoppe (2009), Justice et visioconférence : les audiences à distance. Genèse et institutionnalisation d’une innovation, Rapport pour la mission de recherche Droit et Justice, http://www.gip-recherche-justice.fr/catalogue/PDF/syntheses/185-Dumoulin_visioconferences.pdf

Heath, C. & P. Luff, (1992), « Media Space and Communicative Asymmetries. Preliminary Observations of Video Mediated Interactions », Human Computer Interaction, 7, p. 315-346.

Heath, C. & J. Hindmarsh (1997), « Les objets et leur environnement local », Raisons pratiques, 8, p. 149-176.

Latour, B. (1994), « Une sociologie sans objet ? Remarques sur l’interobjectivité », Sociologie du travail, 36 (4), p. 587-607.

Latour, B. (2005), Reassembling the Social : An Introduction to Actor-Network Theory, Oxford : Oxford University Press.

Laugier, S. (2004), « Le langage comme pratique et comme performance », in S. Haber (ed.), L’Action en philosophie contemporaine, Paris : Ellipses, p. 191-207.

Luff, P., J. Hindmarsh & C. Heath (2000), Workplace Studies. Recovering Work Practice anf Informing System Design, Cambridge : Cambridge University Press.

Luff, P., C. Heath, H. Kuzuoka, J. Hindmarsh, K. Yamazaki & S. Oyama, (2003), « Fractured Ecologies : Creating Environments for Collaboration », Human Computer Interaction, 18, p. 51-84.

Mol, A. (2002), The Body Multiple, Durham, NC : Duke University Press.

Scott, M., & M. Lyman (1968). « Accounts », American Sociological Review, 33, 1, p. 46-62.

Suchman, L. (2007), Human-Machine Reconfigurations. Plans and Situated Action, 2nd Edition, Cambridge : Cambridge University Press.

© Presses des Mines, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search