Version classiqueVersion mobile

Débordements

 | 
Madeleine Akrich
, 
Yannick Barthe
, 
Fabian Muniesa
, 
et al.

Michel Callon : une « socionomie » contemporaine ?

Armand Hatchuel

Texte intégral

1N’étant pas sociologue, je ne pourrai décrire avec l’érudition requise tout ce que Michel Callon a pu apporter à sa discipline. Fort heureusement, ses contributions sont bien connues en dehors du champ sociologique. Et qu’un chercheur en gestion puisse témoigner de leur originalité et de leur intérêt, à partir de son propre point de vue sur les sciences sociales, est un signe de leur universalité.

2Mais pour mieux éclairer le parcours de Michel Callon, il me semble d’abord utile de souligner quelques traits de l’institution, l’École des mines de Paris, dans laquelle son travail s’est principalement développé. Je discuterai ensuite de quelques lignes de pensée qui me semblent traverser son œuvre et qui me paraissent d’une grande fécondité pour les sciences sociales et au-delà, pour la culture contemporaine. J’essaierai, pour l’essentiel, de montrer que Michel Callon a ouvert la voie à ce que j’appelle une « socionomie », c’est-à-dire à une forme de science sociale adaptée aux sociétés contemporaines, dans la mesure où celles-ci sont fabriquées par des régimes d’innovation multiples et continuellement traversées par de nouvelles fragmentations. J’évoquerai pour finir les convergences théoriques qui existent entre une telle socionomie et certaines orientations actuelles des sciences de gestion.

L’École des mines de Paris : un creuset pour les sciences sociales

3J’ai la chance de pouvoir parler de Michel Callon à la fois en camarade et en collègue. Nous avons en commun d’avoir été formés à l’École des mines de Paris et d’y avoir poursuivi une carrière d’enseignant et de chercheur. Il est mon aîné de quelques années et comme lui, j’ai d’abord reçu une formation d’ingénieur. Ensuite, nous avons eu, tous deux, l’opportunité de rester à l’École pour y développer des enseignements et des recherches dans deux laboratoires créés à la fin des années 1960, respectivement le Centre de sociologie de l’innovation et le Centre de gestion scientifique.

4Insérées dans une grande école d’ingénieurs et se situant, en totalité ou en partie, au sein des sciences sociales, ces nouvelles équipes ouvraient des pistes de travail inédites. Cependant elles ne constituaient pas une rupture avec la tradition de l’École. De fait, dans ces domaines, l’héritage de l’École des mines de Paris a peu d’équivalents. Ni Polytechnique, ni le MIT, ni les grands instituts techniques anglais et scandinaves n’ont autant contribué à ensemencer les recherches et les réflexions que l’on nomme aujourd’hui, sciences sociales.

5Dès les débuts de l’École, à la toute fin du xviiie siècle, le cours d’exploitation des mines porte une grande attention au statut du mineur ou à la législation des concessions. Il est vrai que l’activité minière a toujours été placée sous de sévères conditions humaines et sociales. Mais c’est au milieu du xixe siècle, avec le développement de l’économie industrielle, que l’École contribue activement au renouvellement du vieux fonds de l’économie politique. Car avec les chemins de fer, les grandes usines métallurgiques ou la chimie industrielle, les méthodes de production apprises dans les manufactures de l’âge classique, étaient désormais peu adaptées aux enjeux des nouvelles générations d’ingénieurs.

6On sait comment un Frédéric Le Play (Savoye & Audren, 2008), un Michel Chevalier ou un Henri Le Chatelier (Eidelman, 1986), ont, chacun à sa manière, pris acte de ces « nouveaux mondes » et de la nécessité d’élaborer de nouvelles manières d’observer et de penser les phénomènes sociaux en mutation. C’est à l’École des mines que Le Play élabore son « Économie Sociale » et la méthode des « monographies ouvrières » ; que Le Chatelier saisit très tôt les véritables enjeux du Taylorisme et comprend que les nouveaux « laboratoires industriels » sont en train de changer l’organisation des rapports entre État, science et entreprise (Eidelman, 1986). Comment ne pas mentionner aussi, pour le premier xxe siècle, le rôle aujourd’hui mieux étudié d’Arthur Fontaine (lui-même Leplaysien) dans la formation du ministère du Travail et dans le développement des premières enquêtes nationales sur le temps de travail (Cointepas, 2008). Quant aux travaux les plus connus, ceux de Maurice Allais, ils ont été consacrés par le Prix Nobel d’Économie. On sait le renouvellement important qu’ils ont apporté à la théorie mathématique de l’équilibre économique de Walras, mais on doit aussi rappeler qu’Allais a posé les bases d’une nouvelle psychologie de l’incertain.

7Ces brèves évocations ne sauraient rendre une pleine justice aux multiples courants intellectuels qui ont jalonné et façonné l’histoire de l’École. Mais elles suffisent pour souligner l’essentiel : la persistance plus que séculaire d’une double tradition intellectuelle. D’une part, la grande place accordée à l’étude des phénomènes économiques et sociaux dans l’enseignement et la recherche. D’autre part, le souci d’une pensée non dogmatique du social et une vigilance permanente aux évolutions conjointes de la société et des techniques. Certes, ces deux traditions ont été rarement explicitées par l’institution. On ne trouve dans les textes officiels aucune prise de position épistémologique sur la nature des sciences sociales ; ni même une herméneutique particulière du monde moderne. Mais dès la fin du xixe siècle, les dirigeants de l’École s’efforceront régulièrement de repenser l’avenir de l’institution, en tirant les leçons des mutations nombreuses que celle-ci a connues depuis sa création.

  • 1 On trouve des témoignages de cette réflexivité collective et critique dans les notices historiques (...)

8Car, au cours de sa longue histoire, l’École n’a cessé d’être confrontée à des questions difficiles et récurrentes. Comment ne pas s’enfermer dans une définition figée de ce qu’est un « ingénieur » ? Comment s’efforcer, à chaque époque, d’en redéfinir la signification, les savoirs et les rôles sociaux ? Dès la fin du xixe siècle, l’École comprend qu’il faut accepter une relative indétermination historique et sociale des ingénieurs (Hatchuel, 2006). Elle sait aussi qu’il lui faut accepter la reconstruction permanente de ses missions, autant que l’adaptation à de nouveaux mondes industriels et à de nouveaux champs du savoir1. Ainsi, ne suffit-il plus qu’un bon ingénieur sache les rudiments de l’économie et de la vie industrielle, il fallait aussi que ces enseignements ne soient pas obsolètes, ne constituent pas de faux repères et qu’ils ouvrent les élèves à de nouveaux possibles.

  • 2 Directeur de l’École des mines de 1974 à 1984 et fondateur de la technopole de Sophia-Antipolis.

9À la fin des années 1960, l’indétermination du métier d’ingénieur est définitivement acquise. Mais il faut désormais prendre la mesure du nouveau rôle de la recherche dans l’économie et la société. L’École doit à Pierre Laffitte2 d’avoir compris très tôt que la recherche n’était pas en amont de la vie sociale mais qu’elle en était le centre ou le cœur magmatique, pour utiliser une métaphore géologique. Refusant le dilemme science fondamentale-science appliquée, l’École fait le pari que la connaissance originale et utile est autant le résultat des forces en travail dans la société (entreprises, pouvoirs publics, mouvements sociaux…) que celui des dynamiques propres aux communautés scientifiques elles-mêmes. Il fallait donc que les chercheurs puissent s’immerger dans un monde en transformation et puissent prendre du recul sur les savoirs disponibles pour comprendre, critiquer ou accompagner ces évolutions.

10Cette approche a donné naissance à de nouvelles sciences de l’ingénieur : morphologie mathématique, énergétique, mise en forme des matériaux, etc. Elle a aussi démontré son intérêt et sa fécondité dans le champ des sciences sociales. C’est ainsi qu’à partir des années 1970 s’élaborent à l’École des mines de Paris plusieurs courants de recherche novateurs : en sociologie, en sciences de gestion, en économie industrielle et plus tard, en sciences du danger… C’est dans ce contexte et au sein de cette effervescence que Michel Callon va pouvoir construire avec ses collègues une trajectoire de recherche particulièrement féconde et originale.

L’innovation comme activité de/en réseaux

11Les premiers travaux de Michel Callon sur la voiture électrique (déjà !) le plongent d’emblée dans les vagues d’innovation qui ne cesseront plus de se succéder dans les pays développés. Quarante ans après la Seconde Guerre mondiale, les effets des mutations techniques et organisationnelles engagées au début du siècle sont désormais massives et visibles.

12La grande entreprise industrielle a été façonnée par plusieurs vagues derationalisation. Rationalisation du progrès technique avec la formation de laboratoires de recherche internes ; rationalisation des activités de conception (Hatchuel & Weil, 2009) favorisant l’extension et la consolidation de bureaux d’études. Rationalisation aussi des méthodes de gestion et d’organisation, permettant une automatisation poussée du travail et drainant vers ces activités de nouveaux « cols blancs ». Rationalisation enfin des activités commerciales avec le développement des études de marché et des stratégies de communication ; avec aussi l’émergence de systèmes de distribution de masse. Ces multiples rationalisations préparent déjà ce que l’on appellera bien plus tard « l’Économie de la connaissance » en y incluant le rôle joué par la recherche publique dans la formation des innovations techniques et sociales.

13Ces entreprises dites « de pointe », qui avaient souvent pris leur envol entre 1890 et 1929, connaissaient à la fin des années 1960 un plein déploiement. Désormais, elles étaient légion et imprimaient leur marque. De fait, un nouveau régime de compétition se mettait progressivement en place au plan mondial où la compétence technologique et l’innovation étaient devenues les terrains d’affrontement entre ces nouveaux mastodontes.

14Mais cette compétition par l’innovation n’était pas sans épreuves et, d’un certain point de vue, elle se retournait aussi contre ces grandes institutions. Au milieu des années 1980, il est clair que l’on assiste à l’effondrement de grands de la métallurgie, l’automobile vacille et peu de temps après, même le géant IBM semble mettre un genou à terre sous les coups d’une nouvelle informatique plus personnelle. En bref, l’innovation technique ne va pas nécessairement dans le sens du plus fort ou du plus gros ; en outre, elle se développe en symbiose avec de nouvelles transformations de la société dont elle est à la fois la cause et la conséquence.

15On peut dire, sans trop caricaturer, que la sociologie de l’innovation que développe Michel Callon veut rendre compte des déplacements, des retournements et des irruptions qui sont nécessaires à l’innovation dans des économies déjà largement rationalisées.

16Pour ce faire, il s’éloigne du modèle du « transfert technique » qui voit l’innovation comme un simple passage de la recherche au produit commercial. Il rejette aussi les mythes héroïques de l’inventeur. Hérités du xixe siècle, ces mythes campent un machinisme encore accessible aux expérimentateurs isolés et une économie des brevets ouverte au non-expert. Mais cette « république des inventeurs » (Galvez-Behar, 2008) ne correspond plus à la réalité industrielle et scientifique.

17L’innovation, dans la vision qu’impulse Michel Callon, exige que de multiples acteurs, souvent inattendus, interviennent et soutiennent son existence tout en la transformant par de multiples « traductions » (Akrich, Callon & Latour, 2006). L’innovation est donc la raison d’être de nouveaux réseaux dans la société, mais en retour, elle prend « forme » en fonction de ces derniers. La nature de l’innovation est donc en quelque sorte isomorphe à l’activité d’appropriation et de socialisation dont sont capables les acteurs. Cette vision permet d’expliquer aussi bien l’échec que le succès parfois paradoxal de certaines innovations. Surtout elle rend mieux compte de l’intense travail de mise en forme et de mise en relation dont font parfois preuve les acteurs dès lors qu’ils doivent sortir des standards techniques ou des routines institutionnelles.

18Cette conception s’éloigne de certaines des sociologies qui font référence au milieu des années 1980. Ce que rejette surtout Michel Callon, c’est le déterminisme social, qu’il soit construit autour des techniques ou autour des structures de pouvoir.

19Les sociétés contemporaines lui paraissent bien plus capables de créer la surprise et le nouveau qu’on ne le croit. Elles résistent d’une certaine manière à tout modèle fondé sur la seule reproduction, ne serait-ce que parce que le renouvellement de leur équipement technique vient constamment bousculer les structures conservatrices. Il s’agit aussi de reconnaître aux acteurs une capacité d’action, même si celle-ci reste locale, médiée et ne peut jamais prétendre embrasser l’ensemble des trajectoires potentielles de l’action. Ces propositions relativisent la vision d’une société qui suivrait une marche planifiée par certains, mais elle exige que chacun puisse trouver son régime de performance.

Les conditions de performance des acteurs

20Ainsi résumée, peut-être trop abruptement, l’approche de Michel Callon peut passer pour une variante sociologique de la « main invisible ». Somme toute, la capacité d’innovation d’une société relèverait d’un processus émergent auquel chacun participe armé des seules « traductions » qu’il lui est possible et loisible de forger. Sauf erreur de ma part, la vision de Michel Callon s’accommode sans difficulté du caractère émergent de l’innovation. En revanche, contrairement aux conceptions dominantes en économie, il me semble rejeter – et de mon point de vue, à juste raison – toute hypothèse fixiste sur « la rationalité » ou « l’intérêt » des acteurs. Ne serait-ce que parce que de telles fixités sont incompatibles, d’une part, avec la diversité des traductions et des médiations dont font preuve les acteurs ; et d’autre part, avec la complexité et les incertitudes qui caractérisent les sociétés modernes (Callon, Lascoumes & Barthe, 2001).

21Très naturellement, cette conception de l’innovation conduit à ouvrir le registre des formes et des principes de légitimité de l’action. Ce qui importe aux acteurs ce n’est pas de disposer d’une rationalité idéale mais au moins d’une capacité d’appropriation, d’évaluation et d’intervention. Cette position lui permet d’explorer une vision de « la démocratie technique » ouverte à la confrontation des différents registres de l’action. Elle suggère aussi une lecture originale des théories économiques non comme des savoirs vrais ou faux, mais comme des représentations « performatives ». Pour Michel Callon, les phénomènes de marché émergent, à l’instar de l’innovation, à partir des multiples « traductions » qu’opèrent les acteurs (Callon, 1998). Mais il faut au préalable que ces traductions aient été rendues possibles et relativement cohérentes. Autrement dit, pour que l’échange marchand soit possible, et répétable à l’infini, il faut que les acteurs disposent de « cadres » qui rendent cet échange à la fois possible et « intéressant ». Cette analyse inverse l’holisme traditionnel. L’échange marchand ne s’impose pas parce qu’il est naturel et correspond spontanément à l’intérêt des gens. Il faut plutôt penser que l’on a doté les acteurs de normes de mesure et d’action qui leur font voir certains échanges comme plus intéressants et plus prévisibles que d’autres.

22Cette thèse soulève (et a soulevé) de nombreuses objections. Mais elle a le mérite de dénaturaliser « l’économique ». Elle permet de s’éloigner des « robinsonnades » : ces fables qui servent à présenter l’activité économique comme simple réponse aux besoins élémentaires de l’humanité. Outre que de tels récits sont erronés sur le plan historique, ils occultent l’énorme effort d’apprentissage et de prescription nécessaire au plus élémentaire des commerces. Car les économies modernes ne sont pas le résultat de l’attirance éternelle pour le gain ou pour l’échange. Elles ont au contraire pris très au sérieux les difficultés que chacun rencontre pour se déterminer et pour déterminer son intérêt y compris dans l’échange marchand. Et ni la bourse, ni le moindre étalage commercial ne subsisterait un instant si l’on ne s’était efforcé au préalable de fixer des règles du jeu qui permettent à chacun de pouvoir penser son action (Hatchuel, Favereau & Aggeri, 2010).

Peut-on parler de la « socionomie » de Michel Callon ?

23Si l’on rapproche la sociologie des réseaux d’innovation de Michel Callon de ses travaux sur la performativité, il me semble qu’une logique commune et peut-être plus profonde se donne à voir. Une logique qui prendrait acte d’une mutation dans la place et la signification des sciences sociales. C’est cette logique que l’on va tenter de cerner, tout en étant conscient que cette opération va peut-être au-delà des intentions de son auteur, voire ne recueillerait pas son accord. Mais n’est-ce pas la meilleure façon de lui rendre hommage ? Et n’est-ce pas un signe de la richesse d’une œuvre, lorsqu’elle donne matière à des interprétations de plus en plus fouillées ? Pour comprendre la pensée de Michel Callon, il me semble qu’une question en forme de paradoxe mérite d’être posée : la sociologie de Michel Callon est-elle encore une sociologie ? Précisons : est-elle encore une sociologie qui serait la recherche des lois générales du « social » ou tout au moins qui postulerait une autonomie substantielle du social ?

24Il semble que Michel Callon rejette de telles conceptions de la sociologie, sans nécessairement, du moins à ma connaissance, en discuter ou en énoncer l’épistémologie associée. Car, sans « lois générales du social », on est en droit de s’interroger sur l’objet de la recherche sociologique ?

25Qu’il s’agisse de l’innovation ou de l’échange marchand, il me semble que Michel Callon a répondu à cette question de la même manière : l’objet de la recherche n’est pas le social lui-même, mais le nomos qui produit le social, c’est-à-dire la règle ou la compétence qui donne aux acteurs un pouvoir d’action, de repérage, de signification et, somme toute, d’appropriation du monde. De ce fait, tout est le lieu potentiel d’un tel nomos : les corps, les objets, les symboles. Il n’y aurait donc pas de lieu spécifique du social. Ou pour le dire autrement, le lieu du social, c’est le mode de construction d’un agir signifiant.

26Si l’on accepte une telle interprétation, on comprendra que le terme de « socionomie » soit approprié au travail de Michel Callon. En outre, cette dénomination (qui selon le Trésor informatisé de la Langue française est indéniablement un néologisme) ne manque pas d’une certaine valeur heuristique, tout au moins pour interroger les dénominations habituelles des disciplines. Pourquoi parler d’une part d’économie (lois et règles de conduite de l’oikos, de la maison) et d’autre part de sociologie (discours sur le social) ? Cette dissymétrie a d’ailleurs laissé une place disponible à l’étrange « écologie » (où l’oikos est ici traduit par « milieu »), terme initialement forgé en biologie.

27Le travail de Michel Callon veut montrer ce nomos en acte et donnant forme au social : qu’il s’agisse d’objets ou de règles. Si l’on accepte une telle épistémologie, toute explication sociologique qui gagnerait le statut de représentation « vraie » du social, muterait dès cet instant en une « socionomie performative » puisqu’elle donnerait aux acteurs une représentation appropriable de leur action ou de celle d’autrui.

28Quelle est l’impact d’une telle conception pour la sociologie elle-même ? D’autres que moi seront plus compétents pour le dire. En revanche, je peux témoigner que cette approche du social ne pouvait qu’être bien reçue dans les sciences de gestion, et notamment parmi les chercheurs en gestion qui ont particulièrement réfléchi à la place de leur discipline (David, Hatchuel & Laufer, 2008).

  • 3 On peut utilement rapprocher la conception du social de Michel Callon de celle de Jean-Daniel Rayn (...)

29La première raison est méthodologique : l’approche de Michel Callon est un appel constant à l’analyse de l’« agir » plutôt qu’à celle des discours ou des institutions et cette démarche correspond étroitement au souci historique des sciences de gestion de coller le plus possible à la matérialité et à « l’épaisseur » pratique de l’action, notamment par opposition aux idéalisations de la production et de l’activité marchande qui dominaient dans l’économie politique. Mais la raison la plus importante est épistémologique. Depuis leur formation au début du xxe siècle, les sciences de gestion explorent une place inédite dans le champ des sciences sociales. Pour beaucoup, elles seraient réductibles à une économie ou une sociologie appliquées. Cette position, on le sait, tient à ce que ni la science économique, ni la sociologie (à l’exception de positions comme celle de Michel Callon ou celle de Jean-Daniel Raynaud3) n’ont pris encore toute la mesure des bouleversements qui se sont opérés au moins depuis la Seconde guerre mondiale. Ces disciplines évoluent bien sûr, mais tout en restant attachées à des définitions anciennes et parfois identitaires de leur objet. Ainsi la science économique n’a pas encore tiré toutes les conséquences de la rationalité limitée des agents et de l’impossible autorégulation des marchés ; de même la sociologie dans son ensemble n’a-t-elle pas encore tiré toutes les leçons de la dissolution des ordres collectifs, de la mondialisation des entreprises ou de l’explosion des médias.

30Or dans un monde où économie et sociologie ne fournissent plus des repères invariants de l’action collective, c’est l’inverse qui devient vrai : ce sont les nouveaux régimes de l’action qui servent désormais de référence pour penser le rationnel et le social. On comprend dans ce cas que les sciences de gestion, parce qu’elles étudient spécifiquement – et dans certains cas, façonnent – ces régimes d’action, offrent un cadre d’analyse critique de la performativité per se et éclairent les dynamiques collectives.

31Il n’est donc pas surprenant que Michel Callon ait été l’un des premiers sociologues à pressentir ce basculement épistémologique et à suivre de près les recherches en gestion. De même a-t-il partagé la valeur théorique et empirique qu’elles accordent aux « instruments de gestion », qui sont en définitive des analyseurs et des prescripteurs de l’efficace et du social. À l’inverse, les chercheurs en gestion ont trouvé dans les analyses de Michel Callon une sociographie qui recoupe souvent leurs propres enquêtes.

32Sans doute, cette proximité peut susciter des interrogations récurrentes en sciences sociales. La sociologie de Michel Callon n’aurait-elle aucune visée de critique sociale ? Et l’analyse de réseaux, comme l’étude des techniques de gestion, ne masquent-elles pas les rapports de domination et de pouvoir ?

33On remarquera que, sous sa forme la plus convenue, cette interrogation suppose implicitement l’invariance des rapports de domination. Mais supposons au contraire que les rapports de domination se transforment, qu’ils prennent des formes inattendues, surprenantes ou déroutantes, alors comment les rendre visibles sinon en allant au plus près des conditions de régénération du « nomos » ? En « suivant les acteurs (humains ou non humains) de l’innovation », comme le suggèrent pertinemment les sociologues de la traduction. Mais aussi, croyons-nous, en étudiant comment se forgent et s’exercent des instruments de gestion, comment ils construisent ou mutilent le « réel » du travail, de l’innovation et de l’action collective. C’est à ce prix que l’on peut capturer les rapports de pouvoir ou les processus créateurs qui échappent à la connaissance commune : ceux qui naissent hic et nunc dans l’action et qui n’obéissent plus aux structurations a priori de la domination.

34Ainsi, parler de « socionomie » pour qualifier l’approche de Michel Callon, c’est voir dans son travail un des témoignages les plus authentiques des sociétés actuelles.

Bibliographie

Références

Akrich, M., M. Callon & B. Latour (2006), Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris : Presses de l’École des mines.

Callon, M., ed. (1998), The Laws of the Markets, Oxford : Blackwell Publishers.

Callon, M., P. Lascoumes & Y. Barthe (2001), Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris : Le Seuil.

Cointepas, M. (2008), Arthur Fontaine (1860-1931) : un réformateur, pacifiste et mécène au sommet de la Troisième République, Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

David, A., A. Hatchuel & R. Laufer, dir. (2008), Les Nouvelles Fondations des sciences de gestion, Paris : Vuibert, 2e éd.

Eidelman, C. (1986), « Science industrielle contre science pure : la professionnalisation de la recherche dans les années trente », in A. Grelon (dir.), Les Ingénieurs de la crise, Paris : Editions de l’EHESS, p. 113-133.

Galvez-Behar, G. (2008), La République des inventeurs. Propriété et organisation de l’innovation en France (1791-1922), Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

Hatchuel, A. (2006), « La naissance de l’Ingénieur généraliste : le cas de l’École des mines de Paris », Annales des Mines, Réalités industrielles, p. 13-24.

Hatchuel, A. & B. Weil, dir. (2009), Les Nouveaux Régimes de la conception. Langages, théories, métiers, Paris : Vuibert.

Hatchuel, A., O. Favereau & F. Aggeri F., dir. (2010), L’Activité marchande sans le marché ?, Paris : Presses de l’École des mines.

Savoye, A. & F. Audren, dir. (2008), Naissance de l’ingénieur social. Les ingénieurs des mines et la science sociale au xixe siècle, Paris : Presses de l’École des mines.

De Terssac, G., dir. (2003), La Théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Raynaud, Paris : La Découverte.

Notes

1 On trouve des témoignages de cette réflexivité collective et critique dans les notices historiques que l’École commande à certains de ces professeurs notamment celle de Louis Aguillon en 1889.

2 Directeur de l’École des mines de 1974 à 1984 et fondateur de la technopole de Sophia-Antipolis.

3 On peut utilement rapprocher la conception du social de Michel Callon de celle de Jean-Daniel Raynaud. Malgré des objets d’analyse différents, toutes deux récusent une vision substantielle et invariante du social ; en outre, d’autres convergences pourraient être soulignées, notamment sur l’approche des règles. On pourra se reporter sur ce point à un ouvrage collectif consacré à la théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Raynaud (De Terssac, 2003) et plus particulièrement à notre contribution à cet ouvrage.

© Presses des Mines, 2010

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search